• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Le VIOL de nos actuels Principes et Valeurs a accompagné le long processus (...)

Le VIOL de nos actuels Principes et Valeurs a accompagné le long processus Sioniste, sans qu’il convienne de critiquer ce dernier

L'article aujourd’hui proposé porte un regard critique sur nous-mêmes, comme contributeurs majeurs de certains aspects d'un processus qui semblent violer nos Principes et Valeurs d'aujourd'hui.

 

Cet Article fait suite à trois de mes précédents Articles :

 

Le premier est intitulé « Le Sionisme : la déclassification progressive des archives change le regard des historiens sur les Processus associés à sa mise en œuvre  ». (1) C'est un Article qui cherche à documenter un processus.

 

Le second est intitulé « Vaincre l'antisémitisme par le Sionisme, c'est la vision de Theodor HERZL » (2) C'est un Article qui cherche à documenter comment Herzl en était arrivé à imaginer cette ''solution'' à l'Antisémitisme, et comment il envisageait la mise en œuvre du Sionisme, qu'il a d'ailleurs initié.

 

Le troisième est intitulé « Lobbying Pro-Israël et Démocratie : jusqu'où sont-ils compatibles ?  » (3) C'est un Article qui cherche à documenter les actions visant à influencer les Opinions Publiques sur le sujet de l’État d'’Israël et du Sionisme.

 

Critiquer, c'est à la fois condamner et montrer du doigt. Et, comme aurait pu dire Bossuet, ''Dieu se rit de ceux qui se plaignent des conséquences alors qu'ils en ont chéri les causes.''

JPEG

( Evocation florale de l'idée de Bossuet)

 

S'il est une chose qui m'a frappé dans le Sionisme, c'est bien la cohérence de la vision politique de Theodor Herzl, telle qu'elle découle de ses écrits, laquelle correspond parfaitement au déroulé du processus sioniste, tel qu'on peut le reconstituer. Processus qui a progressé durant plus d'un siècle, et qui se poursuit encore aujourd'hui sur certains aspects.

 

Le parcours tant personnel que professionnel de Herzl, joint à la cohérence globalement observée entre la Vision et la Mise en Oeuvre, m'incite à lui faire plutôt confiance pour ce qui regarde la sincérité de ses propos.

C'est pourquoi, je propose, en introduction, de mettre en avant trois citations-clefs de Herzl, qui me semblent éclairer toute la problématique résumée dans le titre de l'Article :

«  Nous annonçons nos intentions au plein jour... et nous désirons recevoir l'autorisation avant d'entreprendre une mission qui serait autrement la plus injustifiable des expérimentations. Le problème n'étant pas seulement d'amener les gens sur place, mais aussi de les y maintenir, et ceci en totale sécurité  » (13a)

 

« Pour y parvenir, nous devrons mener des négociations diplomatiques (…) et des actions de propagande à grande échelle.  » (13b)

 

Sa remarque sur les politiciens (qu'il a dû pratiquer assidûment pour faire avancer son Projet) a sans doute forgé sa vision de la politique dans la future Altneuland  : «  Ici, la politique n'est ni un business ni une profession ... le terme ''politicien professionnel'' est une insulte. » (13c)

 

( Politicien Professionnel sur son Business - évocation florale de l'idée de Herzl)

 

>>> LES VIOLS DE NOS ACTUELS PRINCIPES ET VALEURS <<<

 

 

A >> Renoncement des politiciens des pays infestés par l'Antisémitisme durant le déroulé du processus Sioniste : plutôt que de TRAITER LE PROBLEME à la source, ils espèrent s'en débarrasser via le Sionisme.

 

Traiter le problème de l'antisémitisme dans la phase aiguë observée du temps de Herzl aurait demandé du courage politique. Car le traitement ne passe pas seulement par plus de lois et plus de coercition, mais aussi (et surtout, sur le long terme) par une vision à tous les niveaux de la société, qui permette et pérennise une intégration de la diversité dans la Nation.

 

Ne pas traiter le problème, est-ce seulement de la médiocrité politique, un simple abandon de responsabilité ? Non. Car encourager un processus visant à ''se débarrasser'' des victimes de l'antisémitisme en les éloignant, valide en même temps l'affirmation selon laquelle ils seraient eux-mêmes le problème.

 

Cette approche de nos politiques de l'époque n'était-elle pas au départ de l'antisémitisme pur et dur ? Doublé d'un cynisme effrayant ?

 

 

B >> Le premier objectif Sioniste était qu' UNE COLONISATION LEUR SOIT AUTORISÉE sur un territoire.

 

Herzl affirme aux partisans du Sionisme qu'il s'oppose à poursuivre la stratégie d'infiltration car, explique-t-il, ''toute infiltration est vouée à mal se terminer''. Et il précise clairement que ce qu'il veut c'est une colonisation qui puisse être protégée par sa propre armée Juive. (13e)

 

Cette colonisation, annoncée au plein jour, devait recevoir une autorisation préalable (13a) des grandes puissances, via négociations diplomatiques.

 

Or, nous savions tous déjà à l'époque que les colonisations modernes qui ont 'réussi', si je puis dire, ne l'avaient été qu'après quasi-extinction des populations indigènes, comme par exemple en Amérique du Nord ou en Australie. (4)

> Les Grandes Puissances pensaient-elles que le Projet Colonial issu des négociations diplomatiques de l'époque était de ce type-là ?

 

Il a été plus tard vérifié (Afrique du Sud, Algérie, etc) que, quand la population indigène reste importante, la colonisation ne peut 'réussir'. C'est une 'voie sans issue' pour un Projet Colonial. 

> Les Grandes Puissances ont-elle alors ajusté leur position sur le Projet qu'elles avaient autorisé ?

 

En tout cas, l'autorisation préalable pour ''une mission qui serait autrement la plus injustifiable des expérimentations'' ne pouvait intervenir que via des accords secrets, que dénonça fermement la Commission inter-alliée ''King-Crane'' (Voir Annexe 1)

 

 

C >> Le MOUVEMENT SIONISTE A DÉCLINÉ L'ACCORD donné pour un PROJET DE COLONISATION EN OUGANDA, en exigeant que le ''Foyer National Juif'' soit localisé en 'TERRE D'ISRAEL'. Il est alors devenu clair que LE PROJET SIONISTE était d'abord un PROJET RELIGIEUX.

 

Theodor Herzl a été reçu, début 1903, par le British Colonial Secretary Joseph Chamberlain, peu après les pogroms de Kishinev, en Russie. L'objectif était de trouver d'urgence un refuge pour les Juifs d'Europe qui se trouvaient en danger imminent face à l'antisémitisme violent.

Joseph Chamberlain proposa un territoire de quelques 15.000 km2 au climat tempéré situé dans l'actuel Kenya. C'était le "Plan Ouganda". En août 1903, le Foreign Office déclara accueillir favorablement la proposition pour y établir une colonie Juive.

Aussitôt, Theodor Herzl présenta le plan au sixième Congrès Sioniste, sans cependant rencontrer l'adhésion espérée. Au septième Congrès Sioniste (1905), le "Plan Ouganda" fut définitivement rejeté, le Congrès déclarant que le Foyer National Juif ne pouvait être que la 'Terre d’Israël' de la Bible : un Projet Religieux donc.

La question se posait alors de savoir si les populations Juives en danger imminent pouvaient attendre ? La décision de refus de l'Ouganda par le Congrès Sioniste signifiait donc que l'objectif n'était plus vraiment celui annoncé (un refuge pour les Juifs en danger). En conséquence, une partie des participants au Congrès Sioniste ont alors quitté le mouvement Sioniste (dont le fameux Israel Zangwill).

En parallèle à ces négociations diplomatiques pour l'Ouganda, d'autres négociations diplomatiques s'étaient poursuivies tous azimuts... et avaient progressé rapidement avec plusieurs ''Grandes Puissances'' occidentales. Les membres du Congrès Sioniste pensaient alors pouvoir être plus exigeants

 

En bref : Le projet initial de Theodor Herzl était bien un Projet Politique Colonial et humanitaire pour les Juifs persécutés. Mais, rapidement, l'esprit religieux a « pris la main », et le Projet Sioniste est devenu un Projet d'abord Religieux. D'où le rejet du Projet Ouganda, qui correspondait pourtant exactement aux exigences présentées à Chamberlain.

Herzl a dû intégrer cette réalité. Tant Herzl que les activistes Sionistes qui suivirent affirmèrent alors haut et clair que le territoire 'qui leur revient' est le « Grand Israël » de la Bible (très largement supérieur au territoire qui sera octroyé par l'ONU en 1947).

Theodor Herzl écrira dans sa correspondance : " Mon cœur est pour Sion, ma raison pour l'Ouganda." (6) Sans doute avait-il raison. Mais le Projet avait là changé de contenu et de dimension, bien que sa facette politique demeurait coloniale.

 

Cependant, les ''Grandes Puissances'' –qui avaient probablement déjà donné leur accord- pouvaient-elles soutenir officiellement un Projet Religieux aux yeux du monde ? Pour le faire néanmoins prospérer, les Grandes Puissances durent travestir le Projet Sioniste et le rendre en apparence compatible avec le Droit International. Pour ce faire, grande attention sera portée par les ''Grandes Puissances'' au formalisme du droit, tout en ignorant les fondements du droit, comme on le verra plus loin.

 

 

D >> Insérer UN AVANT-POSTE OCCIDENTAL sous la forme d'un pôle culturel Juif au Moyen Orient, dans l'intérêt des 'Nations Civilisées' (et de 'la Civilisation' en général).

 

Les principales 'nations civilisées' étant en l’occurrence le Royaume-Uni, la France, et les États-Unis.

En 1902, Theodor Herzl recherchait le soutien de Cecil Rhodes (un champion britannique de l'expansion coloniale), et il lui écrivit en expliquant : « (...) mon programme est un programme colonial (...) un avant-poste de la civilisation pour faire contrepoids à la barbarie (...) un bastion de la culture occidentale.  » (6)

 

Le principe d'une approche 'civilisatrice' (qui suppose qu'il n'y ait qu'une vraie Civilisation) a maintes fois été dénoncée par les anthropologues, dont Lévi-Strauss : « L'Anthropologue invite seulement chaque société à ne pas croire que ses institutions, ses coutumes et ses croyances sont les seules possibles ; il la dissuade de s'imaginer que du fait qu'il les croit bonnes, ces institutions, coutumes et croyances sont inscrites dans la nature des choses et qu'on peut impunément les imposer à d'autres sociétés dont le système de valeurs est incompatible avec le sien.  » (7) p. 57

 

Le mouvement Sioniste a donc progressivement convaincu les principales 'nations civilisées' de l'utilité de ce concept d'avant-poste occidental au Moyen-Orient. (13d) Concept qui peut aussi présenter des avantages politiques stratégiques tant pour le Royaume Uni que pour la France.

 

Ce concept d'avant-poste occidental est la ''clef'' qui ouvre les portes de tous les possibles pour le Projet Sioniste.

 

Néanmoins, le concept évoque irrésistiblement un remake moderne des ''croisades''. Avec tous les risques de déstabilisation à long terme et de conflits qui y sont rattachés.

 

 

E >> LA DÉCLARATION BALFOUR … ou L'ART de la DUPLICITÉ

 

On se souvient de la Déclaration Balfour de novembre 1917 : (... étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte soit aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine ...). Le basique Droit à l'auto-détermination des peuples fait bien entendu aussi partie de ces Droits...

 

En 1919, Balfour expliquait que «  Les quatre Grandes Puissances se sont engagées en faveur du Sionisme. (…) La Palestine était une occasion unique. Il s'agit non des souhaits d'une communauté existante, mais de la recherche consciente de re-constitution d'une nouvelle communauté en construisant une future majorité numérique(...) En Palestine, nous ne proposons pas de passer par la formalité d'une consultation des souhaits des actuels habitants du pays. (…) Le sionisme, qu'il soit juste ou pas, bon ou mauvais, est enraciné dans des traditions millénaires, dans des besoins actuels, dans des espoirs futurs, qui sont de bien plus grande importance que les désirs préjugés de 700.000 Arabes qui habitent actuellement cette terre antique.  » (11)

 

Balfour pensait d'ailleurs être un instrument dans les mains de Dieu en vue de la réalisation des prophéties... Voir d'autres citations ''édifiantes'' de personnalités de premier plan : http://www.balfourproject.org/a-few-quotes/ 

 

Cet « Art » n'est donc pas spécifique à Balfour. Les Grandes Puissances vont formaliser la chose via la Conférence de Versailles et à la Ligue des Nations (en contravention avec les termes des Mandats qui affirment la souveraineté des populations), et via la Commission ''King-Crane'' (bien que l'enquête de la Commission ait rapporté que « Les Sionistes espèrent pouvoir déposséder de manière quasi complète les actuels habitants non-Juifs. » (Voir Annexe 2)

 

 

F >> COMMENCER A PAVER LA ROUTE VERS UN ÉTAT ETHNIQUE

Suite à la grande révolte Arabe de 1936, la Commission Royale Palestine (Commission Peel) a été mandatée pour enquêter et pour trouver des solutions.

 

La Déclaration de Churchill à la Commission a laissé une empreinte profonde dans l'orientation générale du Rapport Peel. (ou bien exprimait-il seulement un point de vue généralement partagé par les 'nations civilisées' ?)

Sur les Palestiniens, Churchill développa une brutale approche raciste devant la Commission :« (…) Je n’admets pas, par exemple, qu’un grand tort ait été causé aux Indiens d’Amérique ou aux populations noires de l’Australie. Je n’admets pas qu’un tort ait été causé à ces peuples parce qu’une race plus forte, une race de plus haut grade, une race plus consciente des réalités pour ainsi dire, est venue et a pris sa place ». (12)

Churchill soulignait que le cas des Juifs était différent de celui des Arabes Palestiniens. Le Rapport de la Commission Royale Palestine conclura que le « Peuple Juif » de la diaspora est indigène en Palestine.

En outre, la solution avancée est le partage de la Palestine.

 

Loy Henderson, du Département d’État Américain, en charge des Affaires du Moyen Orient, recommanda au Secrétaire d’État George Marshall d'aborder la question des positions du Rapport Peel avec prudence. Il écrivait que le Plan de Partage "ignorait l'auto-détermination et la règle de la majorité", et précisait que "La Déclaration Balfour et le Mandat n'ont pas prévu un État Juif, mais un Foyer National Juif." (9b)

 

Qu'importe ! Personne ne tiendra compte de ces anomalies de droit fondamentales, qu'un fonctionnaire Américain a pourtant identifié à la première lecture du texte. En effet, en tenir compte impliquerait de revenir sur l'autorisation de colonisation accordée par les Grandes Puissances.

 

 

G >> LES TRANSFERTS/ EXPULSIONS de POPULATIONS ARABES

Alain Cypel (ORIENT XXI) rappelle que «  Le sujet du « transfert » de la population palestinienne hors du futur État juif avait été longuement débattu au Congrès sioniste de Zurich en 1937, or ces débats furent maintenus secrets (ils le sont restés jusqu’aux années 1990). Et lorsque l’épuration ethnique fut mise en œuvre en 1948-1950, elle apparut suffisamment déshonorante aux yeux des dirigeants sionistes pour qu’ils la nient (en accusant les victimes d’être la cause de leur propre malheur). » (14)

 

L'approbation du principe des transferts de populations 'Arabes', la préparation de ces transferts, leur mise en œuvre violente vis-à-vis des Arabes de Palestine, ainsi que l'organisation de l'importation de populations Juives de remplacement, d'Irak et du Maroc, ont été largement décrits dans l'Article cité en (1) : 

 https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/le-sionisme-la-declassification-209989 

 

Dans une interview avec le quotidien Haaretz du 09 janvier 2004, l'historien Israélien Benny Morris expliquait : "Un État Juif n’aurait pas pu être créé sans déraciner 700 000 Palestiniens. Par conséquent il était nécessaire de les déraciner."

C'est là la logique implacable de ce type de Sionisme ''intégriste'' qu'il serait aujourd'hui inconvenant de critiquer.

 

Et, depuis les années 1990, y a-t-il eu une Commission d'Enquête sur les 'transferts' effectués ? Des sanctions pour le viol des Droits Humains ?

Bien sûr que non, puisque le viol de nos actuelles Valeurs faisait partie de la Colonisation accordée.

 

 

H >> La mise en place par l'Occident des FORMALISMES NÉCESSAIRES pour que l’État d’Israël devienne effectivement ce qui avait était agréé par les ''Grandes Puissances'', voici un siècle : UN AVANT POSTE OCCIDENTAL en position dominante au MOYEN ORIENT.

 

La résolution des Nations Unies de 1947 visera à opérer une partition de la Palestine en deux États démocratiques, et non pas ethniques. (+ la Zone de Jérusalem). Pour passer au vote à l'ONU, on ne pouvait proposer la solution ethnique, car les Grandes Puissances n'étaient plus 'entre elles'. Il s'agissait dans la forme de respecter les droits des populations indigènes, tout en sachant que l'objectif était tout autre.

 

1947 - Aux Nations Unies, la Commission en charge avertit clairement l'Assemblée Générale par une recommandation, le 03 septembre 1947 : «  En outre, il doit être sérieusement pris en considération le ressentiment certain et la vive opposition des Arabes de tout le Moyen Orient à toute tentative de résoudre, à ce qu'ils considèrent à leurs dépens, le problème Juif, qu'ils considèrent être de la responsabilité de la communauté internationale. » (1), Note N°(46) La recommandation a été rapidement classée dans les tiroirs.

 

Le 25 novembre 1947, le comité ad-hoc approuva le plan de partage, avec une majorité juste inférieure aux 2/3 requis pour que le dossier puisse passer en Assemblée Générale.

Les États Arabes, dans un compromis et concession majeure de dernière minute, ont alors proposé un gouvernement fédéré de la Palestine. (1), Note N° (47) Un genre de Suisse du Moyen Orient ?

Il semble que cette proposition n'ait pas même été sérieusement considérée.

En effet, l'Assemblée Générale procéda au vote pour le plan de partage dès le 29. La majorité des 2/3 ayant finalement été obtenue après que les pressions US adéquates, effectuées sur plusieurs petits États (pour qu'ils changent leur vote), aient produit sur le champ l'effet attendu.

La résolution de l'ONU créait donc deux États démocratiques pour tous les citoyens, dans chaque État, sans discrimination aucune (+ la zone Jérusalem). La Déclaration d'Indépendance de l’État d’Israël reprenait les mêmes termes.

 

L'issue était prévisible, prévue, inéluctable : la guerre.

 

On aurait sans doute pu l'éviter si la Communauté Internationale n'avait repoussé d'un revers de manche la proposition Arabe d'un gouvernement fédéré de la Palestine. Mais il apparaît que cette solution aurait figé les frontières. Or, le mouvement Sioniste européen avait des plans bien différents de ceux affichés. Aussi, notons que la guerre est tristement aussi une opportunité pour qui a déjà en tête une espérance de territoire et d'influence/ contrôle bien plus large.

 

Aujourd'hui, la nouvelle loi État-nation réserve les Droits Nationaux (et l'auto-détermination qui va avec) à une catégorie ethno-culturelle, tout en les refusant aux autres. En outre, cette Loi, au Point N° 7 proclame que « L’état considère le développement des colonies juives comme une valeur nationale et agira pour encourager et promouvoir leur création et leur renforcement. »

 

En outre, rappelons que, ces dernières décades, la demi-douzaine de « Plans » successifs (Américains et Israélien) ont visé à fragmenter les États existants au Moyen Orient, en espérant ensuite pouvoir redessiner les frontières, et ainsi asseoir Israël comme ''la'' puissance Occidentale incontournable au Moyen Orient : le fameux Avant-Poste Occidental au Moyen Orient.

 

Avant cela, la France avait aidé Israël à se doter de la technologie nucléaire. Ce qui permet aujourd’hui à l'Etat d'Israel de disposer de plusieurs centaines d'ogives militaires nucléaires. Un jour, il faudra que je recherche dans les archives du Parlement français, pour comprendre comment les délibérations des élus du peuple français sont parvenues à se prononcer en faveur de la prolifération nucléaire.

 

 

Nous avons vu que les « négociations diplomatiques » qu'annonçait Herzl ont permis de parvenir à une vision des Grandes Puissances qui soit cohérente avec les demandes du Mouvement Sioniste. L'implication pour ces Grandes Puissances était de ''mettre de côté'' les Valeurs et Principes de l'Occident pour faire prospérer cette opération de colonisation en Palestine.

 

 

I >> LE ''TRAVAIL'' SUR LES OPINIONS PUBLIQUES : UNE GUERRE MÉDIATIQUE.

 

Après l'accord des 'Grandes Puissances', restait à 'traiter' les peuples de ces Grandes Puissances. Dans son Projet Sioniste, Theodor Herzl avait souligné la nécessité « des actions de propagande à grande échelle ». J'imagine que ces actions étaient prioritairement destinées aux populations des ''Grandes Puissances ». C'est pourquoi j'avais rédigé l'Article indiqué en (3) :

 https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/lobbyisme-pro-israel-et-democratie-212702 

 

Cet Article analysait plusieurs types d'actions, menées conjointement :

> Le travail de Lobbying sur les Élus du Parlement US, pour favoriser les aides financières généreuses envers Israël, et pour s'assurer du veto des États-Unis contre toute résolution condamnant les actions israéliennes.

> Le travail de Lobbying sur le Parlement Européen et sur le US Department of State, afin de favoriser des modifications législatives favorables à Israël.

> Le travail pour influencer les personnalités publiques.

> Le travail des Activistes sur les Campus Universitaires, pour influencer les Leaders d'Opinions du moment et ceux du futur.

> Le travail trans-national des 'Trolls' sur forums, blogs, et articles de presse ...

> Le travail de 'Guerre psychologique' pour déstabiliser des individus dont les propos nuisent au travail de propagande en cours.

 

Notons à ce point que certains particularisme de croyance de plusieurs courants de Chrétiens Américains les prédisposent à accepter inconditionnellement toute proposition Sioniste. C'est ce que l'on appelle le ''Sionisme Chrétien''. Lequel est extrèmement puissant. Le sujet a été étudié dans un Article spécifique. (15)

 

Je ne sais quel est l'impact objectif de toutes ces actions coûteuses de « propagande à grande échelle » menées sur une très longue durée. Néanmoins, les ambitions semblent être là, si l'on en juge par un reportage en Grande Bretagne qui montrait « les ingérences d’Israël dans les affaires internes d'un pays étranger, et ses tentatives pour faire chuter un ministre considéré comme pro-palestinien.  » (...) « ce qui avait abouti à des excuses publiques de l’ambassadeur d’Israël à Londres et au retour précipité à Tel-Aviv d’un diplomate de haut rang. » (3), Notes N° 14 et 16

 

Il est d'ailleurs frappant que les reportages d'investigation d'envergure sur certaines activités critiquables des gouvernements Israéliens (ou sur le sans doute légal, mais néanmoins contestable 'travail' des Opinions Publiques par d'autres acteurs) soient généralement réalisés par des Médias non-Occidentaux. En effet, je note une médiocre hétérogénéité de vues sur les sujets touchant au Sionisme, à la Palestine ou à Israel, tant dans nos Médias Grand Public que dans nos Mouvements Politiques. Alors que sur d'autres sujets, nous sommes richement dotés en termes de variété de vues. Il faudrait être attentif à ce que le conformisme des uns et des autres ne soit le résultat d'une 'infusion' idéologique.

 

La méfiance est sans doute une des principales raisons pour lesquelles, sur ces sujets comme sur quelques autres, le public se tourne de plus en plus vers internet, et y découvre un monde assez différent de celui qu'on lui sert habituellement.

 

Ainsi, nombre d'Associations Occidentales s'élèvent en critiques des actions (ou non-actions) de leurs politiciens, au nom des mêmes Valeurs Occidentales (Liberté, Justice, Égalité, Dignité, Fraternité, …) que ces mêmes politiciens prétendent incarner.

 

( exemple d' Association s'intéressant à la Palestine, et rappelant l'existence de Valeurs en l'Occident )

 

De la sorte, le viol de nos actuels Principes et Valeurs est de plus en plus dénoncé par la base populaire, et s'adresse à ceux qui ont été aujourd'hui mandatés pour faire prospérer ces mêmes Valeurs et Principes.

 

D'où, par exemple, la dégradation du soutien à l'AIPAC de la part des jeunes Américains qui veulent faire vivre des Valeurs, et délaissent le principe du 'soutien inconditionnel'. Ils vont donc chercher des informations factuelles complémentaires ailleurs - par exemple : ONG «  If Americans Knew  » ( https://ifamericaknew.org/ )

Ou, autre exemple, la perte de confiance dans le Parlement Européen qui 'travaille' comme/pour un lobby quand il invite les États membres à mettre en œuvre des législations assimilant antisionisme et antisémitisme. Ce qui en fait rendrait potentiellement illégal toute critique des actions des gouvernements israéliens successifs. De telles législations intimident, découragent toute tentative de critique, protègent les actions malfaisantes, et décrédibilisent tant nos institutions que ceux chargés de les faire fonctionner. Voir Article (3) pour analyse approfondie de cet aspect.

( évocation de l'adage « la raison de plus fort est toujours la meilleure » )

 

J >> PETITE CONCLUSION 

Gideon Levy, journaliste israélien mondialement reconnu nous expliquait que «  le Sionisme est en contradiction avec les droits de l'homme, et est donc bien un mouvement ultranationaliste, colonialiste et peut-être raciste. (...) Le Sionisme est la religion fondamentaliste d’Israël (…). Nous pouvons admettre que les droits des Juifs à un État contredit le droit des Palestiniens à leur terre (...). » Gideon Levy concluait : « Voici venu le temps d'une nouvelle division (...) Entre les partisans du Sionisme et les partisans de la justice. (...).  » (3), Note N° (38)

 

Voici plus d'un siècle, Theodor Herzl expliquait qu' « Une fois qu'un accord satisfaisant aura été conclu avec les différents pouvoirs politiques impliqués, et qu'une migration Juive systématique aura commencé, elle durera dans chaque pays aussi longtemps que ce pays désirera se débarrasser de ses Juifs. Comment ce flux s'arrêtera-t-il ? Simplement par la diminution progressive puis fin définitive de l'anti-Sémitisme. De cette manière, nous comprenons et anticipons la fin du Problème. » (2), Note N° 36

 

Il semble bien que le Sionisme n'a à aucun moment apporté un quelconque début de mouvement vers « la fin du Problème », tout en en créant bien d'autres. Tant pour les Palestiniens que, souvent, pour des humanistes du monde (y compris des Juifs de la diaspora et d’Israël).

 

Si le viol de la justice a touché d'abord ceux objet de l'injustice, il a touché aussi les autres populations : Celles des pays 'maîtres' qui n'ont pas été informées que l'injustice était infligée en leur nom, ainsi que celles pour qui elle a été mise en œuvre, car, à l'époque, l'Occident n'avait pas su -ou plutôt n'avait pas souhaité- les retenir.

 

En effet, l'article 22 du Système des Mandats de la Ligue des Nations garantissait l'autodétermination pour les indigènes Palestiniens d'alors, par la formule du ''sacred trust of civilization''. Voir détails en Annexe 2, et en Note N° (10)

« Le refus de la Grande Bretagne -avec l'appui de l'Occident- de demander le respect de l'objectif ultime du ''sacred trust of civilization'', c'est-à-dire l’autodétermination et l'indépendance du peuple palestinien (*), a porté atteinte au droit international et porte des doutes sérieux sur l'engagement réel de l'Occident pour les Droits de l'Homme et pour la primauté du Droit, principes auxquels l'Occident prétend par ailleurs adhérer . » (16) -

(*) «  Comme souligné par la Cour Internationale de Justice  »

 

« Le viol de la justice crie toujours vengeance. (…) Ceux qui commandent cherchent à rester les maîtres, tandis que les asservis font effort pour reconquérir la liberté. » (5)

 

Je pense que le temps viendra, non pas de la vengeance, mais du retour progressif à ces Principes et Valeurs qui auront été violés, et de la réparation de l'injustice (pour toutes les parties), sans jamais remettre en cause les principes fondamentaux des résolutions et communications de l'ONU, y compris celles de 1947 et suivantes.

 

Mais peut-être les Valeurs que se choisira l'Occident de demain seront-elles essentiellement ethno-culturelles : chacun pour soi et chacun chez soi. (17) (18). Dès lors, on tracerait un trait sur le Droit International (ce qui dans les faits est déjà chose quasi faite) . Et chaque Groupe Humain (défini chacun selon ses propres critères) fixerait ses propres règles (ou absence de règles), ses propres moyens pour parvenir à ses propres objectifs (annoncés ou non), et nouerait ses propres alliances.

Dans les périodes troublées à venir, il est avant tout essentiel de se trouver des Alliés fiables. Qualité -on l'a vu- quasi-introuvable chez les "Grandes Puissances" Occidentales, qu'il faudrait donc sans doute aller chercher ailleurs ? Sauf improbable révolution des mentalités ?

 

JPCiron

 

( Chaque Valeur a un ange gardien qui veille sur elle... - évocation florale )

 

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: NOTES :: :: :: :: :: :: :: :: ::

 

.. (1) - « Le Sionisme : la déclassification progressive des archives change le regard des historiens sur les Processus associés à sa mise en œuvre » - par JPCiron https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/le-sionisme-la-declassification-209989 )

(1), Note N° 46 - United Nations – Report to General Assembly A/364 - 3 september 1947 - Chapter V - Section B – Recommendation XII - (c) : «  Further, serious account must-be taken of the certain resentment and vigorous opposition of the Arabs throughout the Middle East to any attempt to solve, at what they regard as their expense, the Jewish problem, which they consider to be an international responsibility.  »

(1), Note N° 47 - The Case for Palestine : An International Law Perspective - John B. Quigley – 2005 - « As a last minute compromise, and as a major concession, several Arab states proposed a plan for a federated government in Palestine. (...) »

 

..... (2) - « Vaincre l'antisémitisme par le Sionisme, c'est la vision de Theodor HERZL » - par JPCiron - https://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/vaincre-l-antisemitisme-par-le-213131

(2), Note N° 36 - « Once a satisfactory agreement is concluded with the various political powers involved and a systematic Jewish migration begins, it will last in each country as long as it desires to be rid of its Jews. How will the current be stopped ? Simply by the gradual decrease and the final cessation of anti-Semitism. In this way we understand and anticipate the solution of the Problem. »

« Une fois qu'un accord satisfaisant aura été conclu avec les différents pouvoirs politiques impliqués, et qu'une migration Juive systématique aura commencé, elle durera dans chaque pays aussi longtemps que ce pays désirera se débarrasser de ses Juifs. Comment ce flux s'arrêtera-t-il ? Simplement par la diminution progressive puis fin définitive de l'anti-Sémitisme. De cette manière, nous comprenons et anticipons la fin du Problème. »

 

.. (3) - «  LOBBYING Pro-Israël et DÉMOCRATIE : jusqu'où sont-ils compatibles ? La ligne jaune a-t-elle été franchie ? En Europe ? En France ?  » - par JPCiron – ( https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/lobbyisme-pro-israel-et-democratie-212702 )

(3), Note N° 14 - Article : « Lobby israélien, le documentaire interdit » - Alain GRESH – Le Monde Diplomatique – Sept 2018. ( https://www.monde-diplomatique.fr/2018/09/GRESH/59047 )

(3), Note N° 16 - (Anglais) Article Al-Jazeera « Israel lobby infiltrates UK student movement » - 11 jan. 2017 ( https://www.aljazeera.com/news/2017/01/exclusive-israel-lobby-infiltrates-uk-student-movement-170110140117749.html )

(3), Note N° 38 - Article de Gideon LEVY du 01 sept. 2017 / rubrique ''Opinion'' du magazine israélien HAARETZ : "Israel Justice Minister Shaked said the truth loud and clear : Zionism contradicts human rights, and thus is indeed an ultranationalist, colonialist and perhaps racist movement" (...) "Zionism is Israel’s fundamentalist religion, and as in any religion, its denial is prohibited." (...) " we can finally think about Zionism more freely. We can admit that the Jews’ right to a state contradicted the Palestinians’ right to their land "(...).

Gideon Levy conclut : "Now, then, is the time for a new division ( ...) Between supporters of Zionism and supporters of justice. (...) "

 

.. (4) - « Quelle PAIX pour les 'indiens' de Palestine ? » par JPCiron – ( https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/quelle-paix-pour-les-indiens-de-211789 )

 

.. (5) - « L'Homme et la Terre (préface du tome I) – Elysée Reclus – La librairie Universelle – Paris – 1905

 

.. (6) - Cité dans « L'URSS et les Juifs » – Henri Alleg – 1989

 

.. (7) - « L'Anthropologie face aux problèmes du monde moderne  » – Lévi-Strauss – 2011 (publication posthume).

 

.. (8) - «  Introduction of the King-Crane Commission Report  » - August 28, 1919

« The Report exposes the evils of the secret treaties. It makes clear the glaring contrast between the solemn pledges of the European nations to the peoples of the Near East and their imperialistic course.  »

 

.. (9) - The Case for Palestine : An International Law Perspective - John B. Quigley – 2005

(9a) - « In 1919, Wilson dispatched a fact-finding commission to Palestine. Known as the King-Crane Commission, its report to Wilson confirmed Arab fears. It said that "the Zionists looked forward to a practically complete dispossession of the present non-Jewish inhabitants (...)." »

(9b) « Loy Henderson, the US State Department official responsible for Middle East Affairs, advised Secretary of State George Marshall to approach the matter cautiously. He said the partition plan ignored "self-determination and majority rule." (...) "The Balfour Declaration and the Mandate ... provided not for a Jewish State, but for a Jewish national home." »

 

.. (10) - The Palestine Yearbook of International Law – Vol. IV – par Pineschi - 1997

« Covenant article 22 provided that all mandates would be governed by the principle "that the well-being and development of such peoples form a sacred trust of civilization."

According to Covenant article 22 "the tutelage of such peoples should be entrusted to advanced nations who by reason of their ressources, their experience, or their geographical position can best undertake this responsibility, and who are willing to accept it, and that this tutelage should be exerciced by them as Mandatories on behalf of the League." (...) Under the League mandate system, the terms of these mandates did not involve any cession of territory or transfer of sovereignty to the mandatories. »

 

.. (11) - The Case for Palestine : An International Law Perspective - John B. Quigley – 2005

« The Four Great Powers are committed to Zionism. (…) Palestine presented a unique situation. We are dealing not with the wishes of an existing community but we are consciously seeking to re-constitute a new community and definitely building for a numerical majority in the future. (…) In Palestine we do not propose to go through the form of consulting the wishes of the present inhabitants of the country. "Zionism, be it right or wrong, good or bad, is rooted in age-long traditions, in present needs, in future hopes, of far profounder import than the desires of prejudices of the 700,000 Arabs who now inhabit that ancient land. »

 

.. (12) - "War Talk" - Arundhati ROY – 2003 P. 58

«  In 1937 Winston Churchill said of the Palestinians : "I do not agree that the dog in a manger has the final right to the manger, even though he may have lain there for a very long time. I do not admit that right. I do not admit, for instance, that a great wrong has been done to the Red Indians of America, or the black people of Australia. I do not admit that a wrong has been done to these people by the fact that a stronger race, a higher grade race, a more worldly-wise race, to put it that way, has come in and taken their place." »

 

.. (13) – Le citations complètes se trouvent dans l'Article indiqué en note (2) ci-dessus, Annexe 3 :

 

(13a) Point N° 322 - « We announce our intentions in the light of day ...and we want permission before undertaking a task which would otherwise be the most unjustifiable of all experiments. For the problem is not only to get the people there, but also to keep them there, and that in complete security. »

 

(13b) Point N° 341 - «  What the Zionist have hitherto achieved evokes my grateful admiration, but I am a confirmed opponent of infiltration ...My program, far more preferable, is to stop infiltration and concentrate all our strength upon an internationally-sanctioned acquisition of Palestine, To achieve this, we require diplomatic negotiations, which I have already begun, and propaganda on the largest scale. »

 

La remarque de Herzl sur les politiciens (qu'il a dû pratiquer assidûment pour faire avancer son Projet) a sans doute forgé sa vision de la politique dans la future Altneuland  :

(13c) Point N° 403 - « ...Politics here is neither a business nor a profession. We have kept ourselves unsullied by that plague. People who try to live by spouting their opinions instead of by work are soon recognized for what they are. They are despised, and get no chance to do mischief. Our courts have repeatedly ruled in slander suits that the term "professional politician" is an insult... »

 

(13d) Point N° 350 - «  It is more and more to the interest of the civilized nations and of civilization in general that a cultural station be established on the shortest road to Asia. Palestine is this station, and we Jews are the bearers of culture who are ready to give our property and our lives to bring about its creation.  »

 

(13e) Point N° 288 - «  I wanted only a colonization [I said] which we could protect with our own Jewish army. I must oppose a policy of infiltration...  »

 

.. (14) - Article « Comment l’occupation a fini d’imposer la mentalité coloniale à la société israélienne  » ORIENT XXI – Alain Cypel – 13 juillet 2017

 

.. (15) – Article «  Aucune sympathie des Chrétiens Evangéliques Américains, pourtant premiers soutiens politiques du Mouvement de Libération National Juif. » - JPCiron - (https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/aucune-sympathie-des-chretiens-209744 )

 

.. (16) – Extraits de la Conférence du Professeur de Droit International John Dugard - 2012

«  There are three victims of Britain’s failure to honour the “sacred trust” (*) conferred upon it by the League of Nations. First and foremost, there are the Palestinian people. Second, there is international law itself. The refusal of Britain, with the support of the West, to seek the fulfilment of the sacred trust’s ultimate objective – the self-determination and independence of the Palestinian people – has undermined respect for international law and gives rise to serious doubts about the West’s commitment to human rights and the Rule of Law, which it claims to cherish. Third, there is the credibility and reputation of Britain as a nation. Can a state that simply abandons a “sacred trust” conferred upon it by the international community actually be trusted ?  »

(*) « As the International Court of Justice has stressed, the concept of sacred trust must be interpreted as requiring effect to be given to the principle of self-determination leading to independence.  »

http://www.balfourproject.org/britains-betrayal-of-sacred-trust/ )

 

..... (17) - De l’État-nation à l’État Ethnique ? - Article de JPCiron -

( https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/extraits-d-ouvrages/article/de-l-etat-nation-a-l-etat-ethnique-209872 )

 

..... (18) - 'Qu'est-ce qu'une nation ?'' par Ernest Renan (1882) – Article de JPCiron -

( https://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/qu-est-ce-qu-une-nation-par-ernest-209190 )

 :: :: :: :: :: :: :: : Annexe 1 :: :: :: :: :: :: ::

 

>> Un ACCORD SECRET pour une Colonisation, pour pouvoir créer cet avant-poste occidental au Moyen-Orient.

 

Tant le Royaume-Uni que la France de l'époque pratiquaient assidûment les « accords secrets  ». On l'a su avec les accords Sykes-Picot. Par ailleurs, la Commission inter-alliée ''King-Crane'' souligne dans son introduction : « Le Rapport expose les méfaits des traités secrets. Il montre clairement le contraste frappant entre les engagements solennels des nations Européennes aux peuples du Proche Orient et leur parcours impérialiste. » (8)

 

Initialement, le mouvement Sioniste aura donc reçu les nécessaires garanties diplomatiques avant de mettre en œuvre « une mission qui serait autrement la plus injustifiable des expérimentations » comme l’exprimait Herzl. » Effectivement, la Commission ''King-Crane'' souligne ces actions occidentales contraires à la parole donnée aux peuples indigènes du Moyen Orient.

 

Techniquement, ce concept de pôle Juif au Moyen Orient est une mission de colonisation d'un territoire dont on ne précise pas les contenus. Les processus associés au déroulement du Projet Sioniste (1) permettront de se faire une idée de l'effroyable viol des Droits de l'Homme opéré sous la bénédiction initiale des Grandes Puissances.

 

 :: :: :: :: :: :: :: : Annexe 2 :: :: :: :: :: :: ::

 

>> EN PALESTINE, ABANDON -POUR LES INDIGENES D'ALORS- DU PRINCIPE D'AUTODÉTERMINATION DES PEUPLES

 

A> La Conférence de Versailles et la Ligue des Nations de 1919-1920

 

La Ligue des Nations à garanti aux groupes ethniques d'Europe Centrale et de l'Est qu'ils obtiendraient rapidement un État national. Par contre, la Ligue précise que les peuples d'Afrique, du Moyen Orient et d’Extrême Orient devront attendre, car ces peuples sont considérée inaptes à se diriger eux-mêmes. La Palestine en fait partie. Pour eux, un système de Mandat est instauré par l'article 22.

 

L'article 22 assure que « le bien-être et le développement de ces peuples sont garantis par une confiance sacrée de la civilisation. » En outre, l'article 22 prévoit que « la tutelle de ces peuples serait confiée à des nations avancées (…) et cette tutelle serait exercée en tant que Mandataires, au nom de la Ligue.  » (…) « Dans le système des Mandats de la Ligue, les termes des mandats n'incluaient ni cession de territoire ni transfert de souveraineté aux mandataires. » (10) p. 18

 

Par conséquent, les peuples sous mandat sont souverains en Droit, et ils devaient être consultés pour l'évolution de leur futur. Mais on décida de faire pour le bien de ''la Civilisation'', sans les consulter.

 

 

B> La Commission d'enquête ''King-Crane'' en Palestine

 

En 1919, le Président Wilson dépêcha une Commission d'Enquête en Palestine (Commission King-Crane), afin d'enquêter sur les volontés des populations concernant leur avenir. En effet, ce principe de l'autodétermination des peuples (Consent of the Governed) est un des points fondamentaux de la Déclaration d'Indépendance des USA de 1776. (une valeur 'universelle' donc, pour les Américains)

 

L'Annexe 'confidentielle' « Pour ou Contre le Sionisme  » du Rapport King-Crane rapporte les vues des deux parties :

Pour : (Les Juifs opprimés devraient avoir quelque part un État où se réfugier.) (Les supporters du Sionisme indiquent qu'il ne sera nul besoin de déplacer les populations)

Contre : (Les Juifs sont venus en immigrants) (Les Arabes sont chez eux) (Ils résisteront jusqu'au bout à l'établissement d'un gouvernement Juif)

 

Des informations explicites recueillies sur le terrain par la Commission King-Crane ont été rapportées dans le rapport : « Les Sionistes espèrent pouvoir déposséder de manière quasi complète les actuels habitants non-Juifs. » (9a)

 

En moins de deux ans, on assiste à un retournement de situation : le Président Américain Woodrow Wilson en est venu à pencher pour le Sionisme. Le rapport King-Crane fut enterré. Y compris l'Annexe 'confidentielle', qui sera pourtant connue hors USA dès 1922.

 

Comme le dit Balfour, « Les quatre Grandes Puissances se sont engagées en faveur du Sionisme » sachant pertinemment quel sort il est prévu de faire à la population indigène de Palestine. « Les Grandes Puissances » ferment donc les yeux sur le Droit International pour pouvoir pousser en avant 'leur' Projet.

 

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :

( « Small is Beautiful » - la beauté se trouve aussi dans les petites choses )

.


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Raymond75 3 mai 10:12

    Quelles que soient les explications liées au passé, c’est la réalité actuelle et elle seule qui doit être prise en compte :

    ** Colonisation, spoliation et répression sans fin dans les territoires occupés de Palestine.

    ** Israël est un petit pays qui vit dans la peur, entouré de murs tel un authentique ghetto, surarmé, qui pratique une politique qui repose uniquement sur la force militaire.

    ** La majorité des Juifs qui vivent dans les pays occidentaux n’ont pas le projet de s’installer dans ce pays (tel un sioniste de salon très actif sur ce site). Ils ne partagent pas les idées en vigueur dans ce pays, mais n’osent le critiquer de peur d’être rejetés par les organisations de la diaspora.

    ** Ce pays est budgétairement et diplomatiquement un véritable état américain. Que les US coupent les subventions et aides militaires, et le pays s’effondre.

    On ne construit pas un pays par la peur et la menace ; on ne construit pas un pays en invoquant sans cesse l’antisémitisme pour dissuader toute critique ; on ne construit pas un pays par le rejet de l’autre (ou alors on ne se plaint pas d’en avoir été victime dans un passé que tout le monde réprouve).

    La « question juive » sans réponse et sans fin est une source d’abrutissement communautariste.


    • JPCiron JPCiron 3 mai 14:07

      @Raymond75

      Bonjour,

      Merci pour cette belle, concise et positive synthèse.

      c’est la réalité actuelle et elle seule qui doit être prise en compte >

      Effectivement.
      Comme il existe différentes manières d’appréhender cette réalité, qui est complexe, plusieurs « réalités » sincères mais contradictoires cohabitent.
      C’est pourquoi, la mise en perspective que j’ai tenté de réaliser peut aider à réduire les fractures entre elles.

      .


    • njama njama 3 mai 10:20

      Le sionisme est un cas de propagande de projet politique colonial assez exemplaire d’une certaine manière.

      Herzl était un grand commis des banquiers au point de proposer au Sultan d’acheter la Palestine ! N’est pas Esdras qui veut ...


      • JPCiron JPCiron 3 mai 14:32

        @njama

        Bonjour,

        Esdras, grand fonctionnaire du Roi Perse, est certainement perçu comme ayant une grande importance.
        La compilation qu’il a réalisé l’a été pour des raisons politiques décidées par le Grand Roi Perse, afin de doter la province Perse de Yahud d’une Loi (religieuse en ces temps-là) locale, en vertu du privilège impérial Perse.
        Bien entendu, le Pentateuque aura été expurgé des éléments contraires à la Loi du roi Perse.

        Pour ce qui est de Herzl, je ne suis pas certain que l’on puisse lui coller l’étiquette de « commis des banquiers ». N’est-il pas allé à Constantinople quasiment à ses frais ? ref le journal de Herzl où il indique que l’affaire lui aura coûté 3000 francs. (189)

        Par ailleurs, Herzl n’écrivait-il pas que les Juifs riches étaient contre lui, et qu’il aurait le droit d’être le plus anti-sémite du monde ? (185)

        Il disait aussi qu’il se considérait un opposant à la maison des Rothschild qu’il voyait comme un mal national pour les Juifs. (241) En effet, Herzl, note que, de l’opinion de Edmond de Rothschild, le projet Sioniste était dangereux car il rendait le patriotisme des Juifs suspect, ce qui était fort préjudiciable. (236)

        Il est vrai, néanmoins que d’autres personnalités de premier plan, tel Sir Samuel Montagu, étaient assez enthousiaste devant le Projet de Herzl.


      • njama njama 3 mai 21:51

        @JPJCiron

        Je n’ai pas d’opinion arrêtée mais l’histoire des « six millions de Juifs » qui apparaît dans la presse dès 1900, devenue si pas marronnier de la presse entre les deux guerres, au moins aléatoirement annonce récurrente est clairement suspecte au plan historique

        .« six millions de Juifs »

        .., pour justifier le sionisme, quelles sources historiques ?

        Je ne vous mets pas de liens, faites votre enquête vous êtes doué pour ça...

        Bien à vous


        • JPCiron JPCiron 4 mai 09:09

          @njama

          La Seconde Guerre Mondiale est la plus meurtrière de l’Histoire : environ 70 millions de pertes humaines totales (civiles et militaires) (chiffres médians wikipedia), dont près de 40% pour la seule Union Sovietique. ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Pertes_humaines_pendant_la_Seconde_Guerre_mond iale )

          Les pertes civiles mondiales ont été estimées à 46 millions. Ce sont les pays de l’Asie qui ont souffert les plus lourdes pertes (plus de 20 millions de civils au total). Les civils d’Union Sovietique furent de 14,6 millions (toujours en chiffres médians wikipedia). La Pologne à elle seule compta 5,4 millions de pertes civiles, dont 2,9 millions de Juifs.

          En Europe, les seules pertes Juives sont estimées à près de 6 millions de personnes, environ, dont la moitié dans les Camps.

          Son impact sur le Projet Sioniste est nul selon les uns, ou majeur selon d’autres. Ainsi, le journaliste de renom Allan Kaval explique comment Ben Gourion perçoit l’impact de la shoah sur l’opinion publique, et déploie aussitôt une triple action : diplomatique, politique, et militaire.

          Ainsi, dans son ouvrage : « Journal de David Ben Gourion, 1947-1948, Les Secrets de la Création de l’ Etat d’Israel », Allan Kaval (Les Clés du Moyen Orient , article 13 décembre 2012) explique : « Ben Gourion comprend (...) que la défaite allemande et la découverte par l’opinion publique internationale des horreurs de la Shoah donnent au mouvement sioniste une occasion historique d’atteindre son objectif ultime : la fondation d’un Etat juif en Palestine. » Il mène alors une triple action, à la fois diplomatique (assistance de l’Union Soviétique à l’ONU), politique (unification des mouvements sionistes) et militaire (livraison de matériel militaire de Tchécoslovaquie) dont les archives présentées témoignent.

          En outre, la Déclaration d’indépendance d’Isael du 14 mai 1948 fait clairement le lien entre la Shoa et l’Etat d’Israel : «  La Shoah qui anéantit des millions de juifs en Europe, démontra à nouveau l’urgence de remédier à l’absence d’une patrie juive par le rétablissement de l’État juif dans le pays d’Israël (...) »

          Pour ma part, comme je l’expose dans l’article, j’ai le sentiment que l’accord donné par les ’’Grandes Puissances’’ pour un Etat Juif remonte au début des années 1900. Et, comme le dit Balfour, la fin du Mandat a été une ’opportunité » pour mettre en place l’accord.


        • njama njama 5 mai 15:47

          @JPCiron
          la Déclaration d’indépendance d’Isarel du 14 mai 1948 fait clairement le lien entre la Shoah et l’Etat d’Israel :


          alors ça  ! c’est une imposture intellectuelle, la genèse du sionisme n’a rien à voir avec la Shoah, sauf à faire des anachronismes ! 
          Dans la logique historique le Mémorial de Yad Shavem à Jérusalem est une autre manipulation sioniste, il devrait se situer sur les lieux du crime si on peut dire, dans cette Europe antisémite d’avant guerre, à Berlin peut-être ?

          Je doute très fortement d’une paternité juive au sionisme, pour ma part je l’attribue à Lord Shaftesbury’s « Memorandum to Protestant Monarchs of Europe for the restoration of the Jews to Palestine », published in the Colonial Times, in 1841 et au soutien des évangéliques
          The Origins of Christian Zionism : Lord Shaftesbury and Evangelical Support for a Jewish Homeland
          by Donald M Lewis, Cambridge University Press ; 1 edition (October 26, 2009)

          comme je l’indiquais en commentaires d’un de vos précédents articles « Une terre sans peuple pour un peuple sans terre ? »
          par JPCiron samedi 15 septembre 2018



        • JPCiron JPCiron 5 mai 17:17

          @njama

          Bonjour njama,

          Effectivement, je me souviens de votre utile et appréciée intervention sur mon article sur le slogan : « Une terre sans peuple pour un peuple sans terre » :
          https://www.agoravox.fr/commentaire5223272  
          https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/une-terre-sans-peuple-pour-un-207662

          J’avais pu remonter jusqu’à Alexander Keith auquel j’attribuais la probable paternité de ce slogan. Et en fait, vous aviez la clef de l’antériorité de Lord Shaftesbury, l’inventeur du Sionisme « Chrétien », dans son ouvrage de 1841 : « Memorandum to Protestant Monarchs of Europe for the restoration of the Jews to Palestine ».

          A mon sens, la paternité du concept de Sionisme est sans aucun doute Chrétienne, dès 1841. La paternité de la méthode de mise en oeuvre du Sionisme revient à mon sens à Herzl : comment « vendre » l’idée du « Peuple Juif », et comment la faire prospérer d’abord à l’intérieur des communautés Juives, et aussi à l’extérieur, y compris à travers ces dirigeants Chrétiens qui voulaient croire être un instrument du Seigneur.

          Quand Herzl publia son ouvrage « Der Judenstaat » en 1896, l’idée circulait déjà.Il l’a « récupérée » et a rajouté une contribution majeure en termes de mise en oeuvre du concept : ouvrir des négociations tous azimuts, obtention d’une autorisation de colonisation, abandon du système précédent d’infiltration, nécessité de « pousser » les populations indigènes, instauration de systèmes de « propagande sur une large échelle », etc... 
          En ce sens, Herzl est l’inventeur de la méthode de mise en oeuvre du Sionisme.

          .

          La Déclaration d’Indépendance d’Israel fait le lien entre Shoah et Israel. Faire le lien est une manière de suggérer une sorte de réparation. Ce qui est indécent. Une imposture intellectuelle. Mais il est bon je crois de mettre en évidence ces méthodes.


        • JPCiron JPCiron 5 mai 17:29

          @njama

          < insolite ce chiffre de « six millions »...

          Oui, c’est une étrangeté.
          Je n’ai pas analysé la chose.
          Aussi, je n’ai pas d’opinion.
           
          Une chose me chiffonne : pourquoi 6 et pas 7 ?
          Sept est un chiffre qui ressort souvent, déjà dans l’antique Babylonie/ Chaldée, puis en Pays de Canaan, et donc aussi plus tard chez les Israélites.

          Alors, d’où sort cet étrange « 6 » ?


        • njama njama 5 mai 18:58

          @JPCiron
          d’où sort cet étrange « 6 » ?

          je ne suis pas adepte de la gématrie, par contre j’ai trouvé une source qui remonte à 1850 ce qui nous rapproche de Lord Shaftesbury

          source : DON HEDDESHEIMER,THE FIRST HOLOCAUST The Surprising Origin of the Six-Million Figure
          (pages 15-16) « Let me lead you all the way back in time when the six-million figure was apparently mentioned for the very first time, and then lead you forward to the point where we can hand over the mic to Don, so to say.
          As far as I was able to determine, the magical number was mentioned for the first time in the year 1850. The six-million figure published in it merely referred to the number of “Israelites” living on the planet at that time.[26]
          The next occurrence I have located stems from the year 1866 in yet another Christian publication which repeats the number from 1850. [27]
          Probably for lack of any reliable demographic data, that numberkeeps popping up elsewhere, for instance in
          The New York Times of September 12, 1869, where we read under the headline “Sunday Notes,” with reference to a new Jewish weekly, that “there are now living about 6,000,000 Israelites, nearly one half of whom live in Europe.”
          This number is repeated again it the same newspaper on October 31 of the same year under the headline “Religious Intelligence.”
          Twenty years later, in an article in
          The New York Times of February 10, 1889, which asked the question “How many Jews are there ?,” that number still hadn’t changed. This makes me suspect that nobody was actually counting the Jews ; they were just copying that figure from whoever wrote it first, since it was a round, sexy number. »
          -------
          26 British Society for the Propagation of the Gospel among the Jews (ed.), The Jewish Herald and Record of Christian Effort for the Spiritual Good of God’s Ancient People, Vol. V, London : Aylott & Jones, August 1850, p. 216 ; reprinted in the Christian Spectator of 1850, p. 496.
          27 Brigham Young, The Latter-Day Saints’ Millennial Star, Vol. 28, London 1866, p. 677.28 For details see John D. Klier, Russia

          http://holocausthandbooks.com/dl/06-tfh-intro.pdf


        • JPCiron JPCiron 5 mai 21:44

          @njama

          Le « 6 » ...
          .
          La gématrie m’a rappelé le bon temps où un prof. de math nous encourageait à faire des exercices : il proposait des formules compliquées en nous enjoignant, non de calculer, mais d’évaluer de tête la valeur d’une variable ou du résultat. Il appelait l’exercice une « masturbation mentale ».
          .

          Pour ce qui est du « 6 », il est clair qu’en l’absence de chiffres fiables, l’usage d’un chiffre connu sera rassurant et « passera » plus facilement.
          Et puis, il y a l’aura de l’orateur (réel ou supposé) qui est important : l’exemple de la page 27 est remarquable.
          Ce qui est terrible est qu’on peut semble-t-il nous faire gober quasi n’importe quoi. Le pouvoir des Médias et des Politiciens serait considérable.

          Mais quand on en vient à WW2, les évaluations de populations d’avant guerre sont faites par pays/zones (une vingtaine pour les Juifs européens). Et les estimations de morts sont aussi faites par pays/zones. Il y a un vécu local qui permet je suppose de corroborer ces données.
          La fourchette bas-haut est 4,9 à 5,9 millions de morts Juifs.
          https://en.wikipedia.org/wiki/World_War_II_casualties

          Les chiffres wiki sont découpés en tant de tranches, qui ont été étudiées sous tous les angles. Aussi, il me semble difficile d’imaginer qu’un 6 millions ait pu être introduit sans créer des incohérences pays par pays.


        • njama njama 6 mai 10:49

          @JPCiron
          et là je me rapproche encore plus de Lord Shaftesbury et donc des sources du sionisme 1842 !!!!
          (pour rappel note) 26 British Society for the Propagation of the Gospel among the Jews (ed.), ...

          The British Society for Propagating the Gospel Among the Jews founded London 1842, was the Presbyterian and dissenting churches’ counterpart to the Anglican London Society for Promoting Christianity Among the Jews (founded 1809, today CMJ).[1] The two societies were in large part identical, but representing high-church and low-church traditions in British Christianity.[2] Among the founders of the low-church body in 1846 was Ridley Haim Herschell, who also founded Trinity Chapel on the Edgware Road and the Evangelical Alliance.[3]

          The Society published a periodical called the Jewish Herald.[4] It was renamed the International Society for the Evangelisation of the Jews, and later merged with the Barbican Mission to the Jews to form Christian Witness to Israel.

          https://en.wikipedia.org/wiki/British_Society_for_the_Propagation_of_the_Gos pel_Among_the_Jews


        • njama njama 6 mai 10:58

          @JP Ciron
          un prosélytisme très actif depuis le tout début du XIX° siècle !

          The Church’s Ministry Among Jewish People (CMJ) (formerly the London Jews’ Society and the London Society for Promoting Christianity Amongst the Jews) is an Anglican missionary society founded in 1809
          History

          Abbreviated forms such as the London Jews’ Society or simply The Jews’ Society were adopted for general use. The original agenda of the society was :[2]

          - Declaring the Messiahship of Jesus to the Jew first and also to the non-Jew
          - Endeavouring to teach the Church its Jewish roots
          - Encouraging the physical restoration of the Jewish people to Eretz Israel - the Land of Israel
          - Encouraging the Hebrew Christian/Messianic Jewish movement

          The society’s work began among the poor Jewish immigrants in the East End of London and soon spread to Europe, South America, Africa and Palestine.[3] In 1811, a five-acre field on the Cambridge Road in Bethnal Green, east London, was leased as a centre for missionary operations. A school, training college and a church called the Episcopal Jews’ Chapel were built here. The complex was named Palestine Place.[4][5][6] In 1813, a Hebrew-Christian congregation called Benei Abraham (Children of Abraham) started meeting at the chapel in Palestine Place. This was the first recorded assembly of Jewish believers in Jesus and the forerunner of today’s Messianic Jewish congregations.[7]

          The London Jews Society was the first such society to work on a global basis.[1] In 1836, two missionaries were sent to Jerusalem : Dr. Albert Gerstmann, a physician, and Melville Bergheim, a pharmacist, who opened a clinic that provided free medical services. By 1844, it had become a 24-bed hospital.[8]

          In its heyday, the society had over 250 missionaries.[3] It supported the creation of the post of Anglican Bishop in Jerusalem in 1841, and the first incumbent was one of its workers, Michael Solomon Alexander.[9] The society was active in the establishment of Christ Church, Jerusalem, the oldest Protestant church in the Middle East, completed in 1849.[10]

          In 1863, the society purchased property outside the walls of the Old City of Jerusalem. In 1897, they opened a hospital on the site, designed by architect Arthur Beresford Pite. Today, the building houses the Anglican International School Jerusalem, which is operated by the society.[11]

          ...

          https://en.wikipedia.org/wiki/Church%27s_Ministry_Among_Jewish_People


        • njama njama 6 mai 11:20

          @JP Ciron

          parmi les premiers adeptes un juif converti !

          Joseph Samuel Christian Frederick Frey (born Joseph Levi ; 1771–1850) was a missionary to Jews. In 1809 he founded the London Society for promoting Christianity amongst the Jews after disagreements with the London Missionary Society.[1]

          The missionary Joseph Frey is often credited with the instigation of the break with the London Missionary Society.


        • njama njama 6 mai 11:28

          @JP Ciron

          au final, le sionisme juif de Herzl et de l’Organisation sioniste mondiale n’étaient que le prolongement politique opportuniste de ce sionisme chrétien évangélique prosélyte du début du XIX° siècle ...

          ce qui nous éloigne des prétextes fallacieux de pogroms qui justifieraient sa genèse politique ...

          Rappelons que les premiers adeptes pionniers sionistes étaient pour la plupart de fieffés athées !


        • JPCiron JPCiron 6 mai 12:25

          @njama

          Bonjour njama,

          Merci pour cette enquête, qui consolide ce que vous aviez déjà mis en évidence.

          Ce prosélytisme Chrétien visant à convertir les Juifs est un truc de dingues ! 
          .

          Aux USA, on constate une intrication de la Politique et du religieux intégriste prosélyte. En fait, ce religieux fait la politique des USA.

          On l’a vu lors de la cérémonie pour le transfert de l’Ambassade à Jérusalem, avec la prière publique du prédicateur évangélique Robert Jeffress. Ce dernier est Conseiller Religieux de Trump, qui l’avait invité à intervenir à cette cérémonie. Il y avait aussi un second prédicateur qui est venu à cette même cérémonie pour une seconde prière !!!
          Et le speech de Mike Pence à la cérémonie, quant à lui, était du même tonneau religieux.
          .
          Ce qui est désolant, c’est que les autres dirigeant occidentaux ne peuvent guère que faire semblant d’approuver ces extrémistes et leurs slogans. Ou au mieux rester silencieux. Les Etats vassaux ne sont indépendants qu’à l’intérieur des règles de la vassalité.
          .

           les premiers adeptes pionniers sionistes étaient pour la plupart de fieffés athées ! >

          Quand on voit le travail des intégristes Chrétiens, être Athée est sans doute une qualité. Mais il est vrai que ces pionniers Juifs athées utilisaient les thèmes religieux pour attirer les sympathies, mais poursuivaient en fait un objectif de colonisation suprématiste.
          .


        • Julot_Fr 4 mai 16:04

          Le vrai sujet n est pas la colonisation de la palestine qui est clair pour tous. Mais la colonisation de la france par le reseau juif / franc macon /banques. L’outil utilise depuis des millenaires etant la dette (preter a interet etant un pecher pour les chretiens cette activite etait reservee aux juif). Victoire decisive dans cette colonisation : loi rostshilt 1973.. mais aussi creation de l’UE.. la question etant *quand est ce que les gens prendront conscience de l’origine de l’oppression*


          • popov 5 mai 11:43

            @JPCiron

            À côté du projet Ouganda, il y avait aussi l’Oblast autonome juif créé par Staline. La langue officielle était le yiddish et les juifs de l’URSS étaient censés pouvoir y vivre en tant que nation au même titre que les multiples autres nationalités de l’URSS.

            Ce fut un échec, les juifs préférant émigrer en Israël.


            • JPCiron JPCiron 5 mai 13:35

              @popov

              Bonjour,

              Merci pour cette information. Je n’en avais jusque là jamais entendu parler.

              Je viens de rechercher sur internet « Oblast autonome Juif ».
              Je vois que cela a été créé en 1934 !! Et aussi qu’il a conservé le statut de terre d’accueil pour les Juifs de Russie.
              .

              Dire qu’en 1937, le Congrès Sioniste décidait secrètement des transfers de populations en Palestine !
              .

              Le Projet Palestine est donc bien un Projet principalement Religieux. Que les « Grandes Puissances » ont travesti en Projet Politique.
              .

              Plus j’en apprends, plus j’adhère à l’analyse de Gideon Levy quand il dit :  
              « (...)
               le Sionisme est en contradiction avec les droits de l’homme, et est donc bien un mouvement ultranationaliste, colonialiste et peut-être raciste. (...) Le Sionisme est la religion fondamentaliste d’Israël (…) » 

              Le seul point sur lequel l’analyse de Gideon Levy mérite sans doute d’être questionnée/ approfondie, et la présence du mot « peut-être ».
              .
              En tout cas, le Sionisme me semble être parfaitement contraire aux Valeurs du Judaïsme moderne.

              .


            • popov 5 mai 19:51

              @JPCiron

              Bonjour

              En tout cas, le Sionisme me semble être parfaitement contraire aux Valeurs du Judaïsme moderne.

              Par contre, la colonisation de la Palestine par les arabo-islamiques, l’invasion de ce qu’on appelle maintenant le Turquie par les Turcs, suivi du génocide et l’expulsion des Arméniens, la colonisation de certains quartiers des villes françaises et l’expulsion des habitants non islamiques par incivilités et violences, tout cela est parfaitement conforme aux valeurs de l’islam et donc, il n’y a rien à redire.

              On peut voir les choses sous un autre angle : un pays appartient à ceux qui savent le défendre. Je comprends la détresse des Palestiniens ; c’est la même détresse que celle qui a été ressentie par les populations envahies par les hordes islamiques.

              Si j’étais Palestiniens, je me poserais la question suivante : suis-je un descendant des envahisseurs arabes au au contraire un descendant de chrétiens ou de juifs convertis à l’islam ?

              Dans le premier cas, ben c’est fini la période de colonisations, il faut rentrer en Arabie Saoudite.

              Dans le second cas, je me reconvertirais au judaïsme juste pour avoir le droit de recevoir la nationalité israélienne et être capable d’assurer un avenir à mes enfants.

              Ceci dit, je trouve qu’après la guerre, l’Allemagne aurait dû être forcée d’accorder un permis d’immigration à 6 millions de Palestiniens. Cela aurait arrangé l’Allemagne qui manquait de main d’œuvre, et aussi les Palestiniens qui comme tous les citoyens de pays arabe (à part ceux du Golfe) ne demandent qu’à quitter leurs pays rétrogrades et à venir vivre en Europe.


            • JPCiron JPCiron 5 mai 20:58

              @popov

              un pays appartient à ceux qui savent le défendre >
              .

              Effectivement, on peut voir les choses de cette manière.
              Et un « ennemi » peut être extérieur et/ ou intérieur.

              On sait où cela mène.


            • popov 6 mai 16:23

              @JPCiron

              Cette région a appartenu, entre autre et dans le désordre, aux Hittites, aux Égyptiens, aux Babyloniens, aux Perses, aux Romains, aux Arabes, aux Turcs ; elle appartient aujourd’hui aux Israéliens.
              Pourriez-vous me dire en quoi les Israéliens seraient moins légitimes que tous ces empires qui se sont succédés ?


            • JPCiron JPCiron 6 mai 17:19

              @popov

              Pourriez-vous me dire en quoi les Israéliens seraient moins légitimes que tous ces empires qui se sont succédés ? >
              .
              Tout d’abord, remarquons que le sujet de légitimité que vous évoquez n’est pas le sujet de l’article. Vous m’attribuez donc là une position qui n’est pas la mienne.

              Ensuite, j’avais pris la précaution d’indiquer (dans l’article que vous avez lu) que je ne remet pas en cause la création de l’Etat d’Israël.

              La légitimité de l’Etat est une chose. Le fait que ses gouvernements successifs ne respectent pas le Droit International qu’il s’était engagé à respecter est un autre sujet (qui n’est pas non plus l’objet de l’article), sujet qu’il peut être légitime de commenter en passant.

              Il convient aussi de noter que la « région du monde » appelée Israël n’appartient pas aux Israéliens. Elle est aujourd’hui l’Etat-Nation du peuple Juif. Lequel peuple Juif vit en Israël et aussi partout ailleurs dans le monde.
              En conséquence, Israël n’est pas l’Etat-Nation des israéliens non-Juifs (c’est-à dire qu’Israël n’appartient pas aux Israéliens non-Juifs). Ces derniers Israéliens non-Juifs n’ont pas de droits nationaux en Israël.

              Faisons enfin remarquer qu’entre les Empires anciens cités et l’époque moderne, il y a le Droit International qui a été élaboré (auquel Israël a adhéré) qui n’existait pas du temps de ces Empires où la force brutale était la règle. 


            • popov 6 mai 18:15

              @JPCiron

              Le droit international est aussi vieux que les civilisations ; de même hélas que son non-respect. Les voisins arabes d’Israël ont-ils agit en accord avec le droit international à chaque fois qu’ils ont attaqué Israël ?

              Sous le califat arabe et sous l’empire ottoman, cette région était islamique. Il y avait des gens qui y pratiquaient d’autres religions, mais ils n’avaient pas les mêmes droit que les mahométans : c’était un système d’apartheid.

              Personnellement, je déplore le fait qu’Israël devienne de plus en plus un pays avec une religion d’état et je trouve les juifs orthodoxes, ceux qui s’habillent comme les croque-morts des albums de Lucky Luke, aussi dangereux que les islamopithèques poilus.

              Vous dites : Ces derniers Israéliens non-Juifs n’ont pas de droits nationaux en Israël.
              Il faudrait que je vérifie, mais il me semble qu’il y a des mahométans au parlement israélien et que les mahométans israéliens ont probablement plus de chances d’offrir un avenir à leurs enfants que ceux qui vivent dans les pays voisins.


            • JPCiron JPCiron 6 mai 21:33

              @popov

              Les voisins arabes d’Israël ont-ils agit en accord avec le droit international >

              Ne mélangez-vous pas les choux et les carottes ? Israël est un Bastion Occidental dans la région : un Etat « Européen ». Et Israël cherche à être perçu comme tel. Il y a même l’Eurovision !
              Pourquoi vouloir mesurer Israël à l’aune de critères non-Européens ?

              .
              < Les Israéliens non-Juifs n’ont pas de droits nationaux en Israël.

              >

              Les Israéliens Non-Juifs sont principalement Musulmans. Mais il y a aussi quelques Chrétiens, Ismaélites, etc). Les Israéliens non-Juifs élisent des représentants à la Knesset. Mais ils n’ont pas de droits nationaux :

              Prenons un exemple pratique théorique : disons que la Provence a obtenu son indépendance. Etant majoritairement Catholique, elle devient l’Etat-Nation des Catholiques de Provence. Ce faisant, les non-Catholiques peuvent toujours élire leurs représentants au Parlement de Provence, mais ils n’ont pas de droits nationaux.
              En pratique, la terre est Catholique. Seuls les Catholiques peuvent l’acheter (ou la louer). Certaines professions sont fermées aux non-Catholiques. Etc
              Ensuite, le droit universel d’auto-détermination des peuples existe en Provence, mais uniquement pour les Catholiques, puisque l’Etat-Nation est Catholique.
              .


            • popov 7 mai 02:14

              @JPCiron

              Pourquoi vouloir mesurer Israël à l’aune de critères non-Européens ?

              Avez-vous voulu dire « Pourquoi mesurer les pays arabes à l’aune de critères européens ? »

              Les pays arabes ont aussi signé les mêmes conventions à l’ONU ; les excuser de ne pas les respecter du fait qu’ils ne sont pas européens, c’est un peu les prendre pour des gosses.

              Quant à la situation des mahométans israéliens, elle ressemble un peu, mais en mieux, au sort des non-islamiques sous les divers califats et sous l’empire ottoman. Elle est certainement plus enviable que la situation actuelle des chrétiens dans des pays comme le Pakistan ou l’Égypte pour ne pas parler de l’Arabie Saoudite.

              Et regardez les faits : en France, il y a peut-être moins de 20% d’islamiques et il y a déjà plus d’attaques sur les églises que sur les mosquées.


            • JPCiron JPCiron 7 mai 08:13

              @popov

              Bon, vous continuez à argumenter que Israël, fait mieux que le Pakistan ou l’Egypte. Cela ne grandit pas l’image d’Israel en Europe. Bien au contraire.


            • popov 7 mai 10:06

              @JPCiron

              Ce qui m’étonne toujours, c’est pourquoi les pays occidentaux doivent être tenus à un standard plus élevé que les pays islamiques. Ne s’agit-il pas d’une forme de racisme ou au moins de paternalisme ?

              Pourquoi la France, par exemple, ne pourrait-elle pas dire aux pays islamiques : « À partir d’aujourd’hui, nous traitons les mahométans résidant en France comme vous traitez les athées et les croyants d’autres religions résidant chez vous. »

              Vous allez sans doutes me répondre : « De quoi aurions-nous l’air ? Nous ne sommes pas de sauvages. »


            • JPCiron JPCiron 7 mai 14:57

              @popov

              pourquoi les pays occidentaux doivent être tenus à un standard plus élevé que les pays islamiques. > (...) < la France, par exemple, ne pourrait-elle pas dire aux pays islamiques  : « À partir d’aujourd’hui, nous traitons les mahométans résidant en France comme vous traitez les athées et les croyants d’autres religions résidant chez vous. » >

              Voici des questionnements intéressants.

              Une première remarque tout d’abord : je ne vois guère de différence entre « le traitement » qu’un pays islamique inflige aux non-Mahométans de son pays, et le « traitement » que les Juifs Israéliens infligent aux citoyens non-Juifs d’Israel. C’est Bonnet Blanc et Blanc Bonnet. Je me dois donc de compléter votre propos : «  La France ne pourrait-elle pas dire aux pays islamiques et à Israel : nous traiterons les mahométans et les israéliens en France comme vous traitez les athées et autres croyants d’autres religions chez vous.  »

              Mettre en place le Système discriminatoire Islamo-Israélien en France peut vouloir dire y refuser la nationalité aux Musulmans, aux Juifs, aux Bouddhistes, aux Athées, etc... (selon ce que déciderait la France). Mais, la plupart des Français n’ont aucune envie de priver leurs compatriotes de leur nationalité Française ! (quelles que soient leurs croyances ou non-croyance !)

              Et puis, il faudrait régler le problème des doubles nationalités. Le grand théoricien de la mise en œuvre du Sionisme, Theodor Herzl, n’affirmait-il pas qu’il faut choisir entre la France et Sion ? Il ajoutait que les Juifs devaient refuser de continuer à porter le faux-nez de leur actuelle nationalité. Ce que beaucoup d’autre Juifs critiquent avec force (et avec raison à mon sens). Mais, si l’on accepte de refuser certains concepts fondamentaux du « Grand Prophète » du Sionisme, où doit-on s’arrêter ?


              Donc, tout cela n’est pas aussi simple qu’il paraît...


            • JPCiron JPCiron 7 mai 15:04

              @popov

              pourquoi les pays occidentaux doivent être tenus à un standard plus élevé que les pays islamiques. >


              Plus sérieusement :


              Mais pourquoi donc devrions-nous nous toujours nous positionner par rapport aux « Mahométans », comme vous dites.
              N’avons-nous pas nous-mêmes des Valeurs de Liberté, de Justice, de Dignité, d’Égalité, de Fraternité, etc sur lesquelles fonder notre discours ? Sans devoir le faire « par contraste » avec quelque autre Système de Valeurs ?



              Au fond, le point fondamental est de savoir quel type de Nation nous voulons être.

              Jusqu’à présent, la France a toujours mis en avant la Vision de la Nation d’Ernest Renan  :

              https://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/qu-est-ce-qu-une-nation-par-ernest-209190


              En effet, dans les temps anciens, la Nation, c’était la Tribu, l’Ethnie, la Religion (ou une combinaison de ces concepts). Et cela l’est toujours dans les pays islamiques ainsi qu’en Israël.


              J’ai du mal à considérer comme Occidental un pays qui pratique la discrimination ethno-culturelle de par sa Loi : il cherche simplement à se parer des plumes de l’Occident.


            • popov 7 mai 15:51

              @JPCiron

              Mais pourquoi donc devrions-nous nous toujours nous positionner par rapport aux « Mahométans », comme vous dites. N’avons-nous pas nous-mêmes des Valeurs de Liberté, de Justice, de Dignité, d’Égalité, de Fraternité, etc sur lesquelles fonder notre discours ? Sans devoir le faire « par contraste » avec quelque autre Système de Valeurs ?

              Tout simplement parce que ces valeurs ne sont pas durables face à l’islam. L’islam profite de ces valeurs pour s’installer chez vous. Quand les islamiques seront assez nombreux, ils remplaceront ces valeurs par les leurs. Le France sera transformée en une espèce de planète des singes et vos descendants maudiront ceux qui auront laissé l’islam s’installer en invoquant des « valeurs » pour cacher le fait qu’ils n’avaient pas le courage de résister.


            • JPCiron JPCiron 7 mai 16:48

              @popov

              Tout simplement parce que ces valeurs ne sont pas durables face à l’islam. L’islam profite de ces valeurs pour s’installer chez vous. Quand les islamiques seront assez nombreux, ils remplaceront ces valeurs par les leurs. Le France sera transformée en une espèce de planète des singes et vos descendants maudiront ceux qui auront laissé l’islam s’installer en invoquant des « valeurs » pour cacher le fait qu’ils n’avaient pas le courage de résister. >
              .

              Oui, ce discours d’invasion des idées est aussi pratiqué par d’autres :

              Ce que l’on craint des Musulmans, c’est ce que fait déjà l’Amérique et ses sbires...
              https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/extraits-d-ouvrages/article/l-ordre-du-monde-de-henry-207974

              ... avec des « valeurs » prétendument chrétiennes intégristes complètement dévoyées :
              https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/aucune-sympathie-des-chretiens-209744


            • popov 7 mai 17:40

              @JPCiron

              Si vos valeurs vous interdisent de vous défendre, vous disparaîtrez et vos valeurs avec vous. C’est aussi simple que cela.

              Si vous voulez disparaître, c’est votre choix, je ne peux rien pour vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès