• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Les cathos victimes consentantes ?

Les cathos victimes consentantes ?

A chaque affaire de pédophilie dans l’Église (voir à ce lien), c'est le même « storytelling » qui ressort même si le Pape condamne sans ambiguïté (voir ici) :

Suspicion sur l'ensemble du clergé et des catholiques, leçons de sexualité de divers « spécialistes », cathos en rupture de ban évoquant le mariage des prêtres, c'est haro sur les cathos ! Des « spécialistes » distribuent les bons et mauvais points (voir ici) et on reparle encore de « la manif pour tous », on insiste bien sur tous ces cathos tellement coincés, si possible on interroge des paroissiens de saint Nicolas du Chardonnet, des militants de « Civitas » qui sont pour beaucoup des idiots utiles, des charismatiques dans la dénégation fébrile d'être réac et de droite, ce qui ne sert à rien car ils sont déjà catalogués de toutes façons etc...

Il faut dire que la communication des responsables est toujours plus qu'hasardeuse et hésitante, on sent leur malaise palpable. Il y a une constante, les pires sont souvent les plus progressistes, tel monseigneur Gaillot couvrant des années le père Vadeboncoeur dans son diocèse d’Évreux.

Bien souvent on comprend qu'ils étaient au courant et qu'ils ont laissé faire par candeur. Ils n'auraient qu'une chose à dire, à faire, c'est ainsi que le disait l'abbé Grosjean au moment de l'affaire Barbarin demander pardon, virer les prêtres coupables, ne pas les protéger et faire un aggiornamento ». Ils devraient rappeler le sort que le Christ évoque dans l’Évangile pour ceux qui font du mal aux petits, les jeter à la mer avec une pierre d'un puits autour du cou n'est pas encore suffisant. Ce que devrait faire toutes les institutions où éclatent régulièrement des histoires de pédophilie, car tant qu'à en parler, parlons en carrément en globalité...

...Les errements de uns ne justifient ni n'excusent ceux des autres mais parlons en dans son ensemble pour crever l'abcès une bonne fois pour toutes. C'est aussi un problème sociétal, encore tabou, tabou rarement brisé. Cela concerne tous les milieux, toutes les familles, « nucléaires », « monoparentales », « recomposée », « décomposée » etc...

Les catholiques français ne représentent pourtant que 2 ou 3 % de la population française. Je veux dire quant à ceux qui pratiquent chaque dimanche, je pense être ici optimiste. Le clergé français est à de rares exceptions notables à bout de souffle complètement hors sol à l'exception de quelques endroits et équipes pastorales. Et si bien sûr de ci de là il y a quelques jeunes communautés dynamiques qui attirent du monde sur la base de grands rassemblement lacrymaux et sur-affectifs les croyants ne sont plus qu'un « petit troupeau » subissant une « persécution blanche ».

Il est facile de leur taper dessus, les « bouffeurs de curés » rappelant qu'ils sont censés tendre la joue gauche, et le pire est que les victimes elles-mêmes se défendent bien mal quand elles ne sont pas dans une auto-flagellation constante. On oppose toujours au croyants l'Inquisition sans vraiment savoir de quoi on parle ni de quelle région d'Europe, sans s'attarder sur des nuances pourtant indispensables (juridiquement l'Inquisition était un progrès notable sur la coutume). Les croyants eux-mêmes là encore en rajoutent, je suis souvent stupéfié par leur ignorance de leur propre histoire, la plupart ayant intégré le masochisme mémoriel qu'on leur impose. Encouragés à se lâcher la plupart prétendent ne pas avoir besoin des clercs pour prier, ne pas croire dans les dogmes, affirment que la pratique ne sert à rien et qu'ils ont au fond le même dieu que les autres religions dans un syncrétisme souvent sentimental et méconnaissant de la spiritualité de chacun, une bouillie simpliste qui arrange bien.

Dans le milieu professionnel, et surtout dans l’Éducation ou la Culture il ne vaut pas mieux dire que l'on est chrétien, et encore moins que l'on est catholique, c'est dangereux. Du jour au lendemain, ce sont des collaborations qui cessent brusquement, des personnes qui s'éloignent, soudain distantes, des suspicions de nostalgie des fameuses z-heures les plus sombres de notre histoire. A moins bien sûr de se comporter en « catho de service », le catho bouc-émissaire naïf et candide bien utile, celui qui met en valeur le progressisme du groupe, un puceau ou une pucelle faire-valoir.

Ceux qui haïssent les catholiques prétendent à chaque fois que c'est l'Eglise et les dogmes qu'ils haïssent, mais c'est faux ils haïssent les cathos qui sont des signes de contradiction de l'égoïsme profond et abject de notre société.

Ce que l'on reproche d'abord à la foi catholique c'est qu'elle implique des valeurs morales et contredit la consommation des corps de mise de nos jours. C'est la raison pour laquelle les catholiques et leur clergé devraient vivre un peu plus en cohérence avec cette nécessaire intégrité morale. Dans certains milieux cathos on évoque ce « retour de bâton » qui ne concerne pour l'instant qu'une infime minorité...

PS : En parlant de pédophilie religieuse allez donc voir ici

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury – Grandgil

illustration prise ici


Moyenne des avis sur cet article :  2.12/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • Areole 23 août 21:29

    Défendre l’église en ces temps post modernes Il faut avoir des couilles Monseigneur...

    Ceci dit, les raisons du lynchage des cathos pourraient aussi s’analyser en termes de positionnement stratégique dans la lutte sourde avec un islamisme peu partageur.
    Et puis taper sur le catholique est tellement facile et sans risque que tous les pleutres s’y essayent..
    D’ailleurs c’est bien connu, aucun musulman n’a jamais été pédophile ou incestueux...D’ailleurs aucun média ne relate de tels faits.
    sauf peut-être....
    Mais se sont des viols de mineures infidèles et c’est pas du tout pareil. l’islam n’ayant pas de clergé n’est donc responsable de rien.


    • blablablietblabla blablablietblabla 23 août 21:53
      @Areole "Mais se sont des viols de mineures infidèles et c’est pas du tout pareil. l’islam n’ayant pas de clergé n’est donc responsable de rien« 

      Vous dites n’importe quoi , la pédophilie est monnaie courante dans l’islam. Les petits garçons qui se font violé en Afghanistan (Bacha Bazi) et en Afrique du Nord c’est édifiant sauf que l’état islamique la mis au gout du jour petits enfants musulman ou pas musulman ils en ont rien à faire, sauf qu’ils n’en parlent pas comme chez nous en France dans les années 70-80.
      C’est même pire , il suffit de taper Google Trends , le monde musulman détient le record dans le porno , le Pakistan vient en premier avec la zoophilie , le Maroc 40 % de la population tape »gay" . La pédophile est un fantasme sur les enfants par conséquent c’est un crime. En ce moment on parle de l’église mais en faite c’est partout , l’histoire d’Emile Louis et Marc Dutrous , c’est tout un réseau et croyez moi je suis loin d’être complotiste.

    • Areole 24 août 00:14

      @blablablietblabla
      Toutes mes excuses, j’utilise parfois « l’antiphrase » et par fainéantise je ne ponctue pas mon texte des émoticônes qui vous auraient peut-être évité ce coup de sang un peu primaire.

      Permettez-moi de vous suggérer de me relire attentivement. Si le désirez bien entendu...


    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 août 10:06

      @Areole
      Merci, j’en ai 


    • Alren Alren 24 août 13:09
      @Areole

      Ce n’est pas parce qu’il y a des viols d’enfants chez les musulmans (et les bouddhistes) que cela excuse les crimes de prêtres catholiques qui de plus, sauf erreur, ont fait vœu de chasteté.

      Se comparer à des personnes - les musulmans- que l’on estime dans les milieux extrême-droite intégriste comme inférieures, c’est d’ailleurs curieux.

      Observons d’autre part que ces crimes ont été massivement commis dans des pays, Irlande, USA où l’islam est proportionnellement quasi inexistant.

      S’il fallait faire des comparaisons, ce serait avec les religions protestantes qu’elles seraient justifiées.
      Mais on ne signale pratiquement pas de cas de viol même dans les sectes protestantes où l’emprise des pasteurs est très forte sur les esprits et la confiance des fidèles envers eux énorme.

      Si à mon sens la pédophilie homosexuelle est développée chez les musulmans c’est parce que la femme est impure et qu’un châtiment allant jusqu’à la peine de mort est appliqué aux femmes adultères. La frustration sexuelle en pays musulman est énorme.

      La pédophilie homosexuelle et hétérosexuelle des prêtres dévoyés s’explique plutôt par le célibat qui leur est imposé. Lequel peut attirer des individus qui ne souhaitent pas se marier. Ils doivent avoir ces penchants pédophiles avant même d’entrer dans les ordres.


    • Odin Odin 24 août 15:03

      @Alren

      « La frustration sexuelle en pays musulman est énorme. »

      Vous avez entièrement raison, surtout en cette période où un ovin est très difficile à trouver smiley


    • si nick 24 août 17:29

      @Areole
      cette bouse c’est moins la défense de l’église que de la pédophile !

      L’auteur sous couvert de défendre une institution qui c’est rendue coupable de graves errements cherche à minimiser les crimes commis et couverts par elle.
      Que d’autres groupes aient commis les mêmes atrocités n’y change rien.
      Les pédophiles et leurs défenseurs tentent toujours de faire de présenter ces ordures comme des victimes.Celui ci d’un cabale, celui là d’anti semitisme, tel autre de catho-bashing.

    • Areole 23 août 21:41
      @ Amaury Grandgil
      OUPS ! 
      Je n’avais pas tapé sur votre lien, du coup je fais doublon.
      Mea culpa maxima culpa

      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 23 août 21:53

        @Areole
        non cela rajoute quelque chose


      • aimable 23 août 23:53
        les pédophiles se glissent dans les clergés et dans toutes les associations qui sont en contact avec les enfants , ceci est une plaie pour tous les bénévoles qui œuvrent pour le bien des enfants, ils très dissimulateurs donc difficiles a détecter et quand ils le sont , il est criminel pour une hiérarchie ou collègues de les dissimuler , ce qui amène a se poser la question ; sont ils complices peut être qu’eux même ont hésiter a franchir le pas .
        il faut faire attention de ne pas jeter l’ opprobre sur tous , mais tous doivent les condamner comme des criminels et les mettre hors d’état de nuire jusqu’a leur mort .

        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 août 09:53

          @aimable
          C’est ce que disait l’abbé Grosjean dans son « padreblog », il n’y a rien d’autres à faire en effet.


        • si nick 24 août 17:37

          @aimable
          il faut faire attention de ne pas jeter l’ opprobre sur tous

          c’est bien le problème.
          Si la pédophilie au sein de l’église est le fait d’une minorité (malgré tout importante) la dissimulation des faits, voir leur acceptation, était elle générale.
          Toute les hiérarchies de tous les pays ont réagit de la même manière durant des décennies : l’omerta et l’impunité.
          Qu acculée l’église communique est bien la moindre des chose.
          Surtout il serait temps qu’elle mette réellement en oeuvre se que le pape préconise et vire les fautifs.


        • Christian Labrune Christian Labrune 24 août 01:15
          @Amaury Grandgil,

          Avec cette histoire de pédophilie qui est en train de devenir le crime contre l’humanité par excellence, quelque chose d’assez malsain et même de très vicieux est en train de se développer. Rappelons que dans les années 70, un quotidien comme Libération ouvrait largement ses colonnes aux homosexuels comme aux pédophiles, et ces deux tendances, souvent, se recouvraient même partiellement. Beaucoup beaucoup de militants pour la liberté dans le domaine sexuel ne voyant guère de différence. Quand on parlait à André Gide de son homosexualité, dans les années 30, il se récriait. Lui homosexuel ? Point du tout ! Il était simplement pédéraste. Au reste, ceux qui l’ont connu racontent que lorsqu’il se trouvait devant un gamin d’une douzaine d’années, il ne se sentait plus, et le grand jeu de la séduction commençait immédiatement. Les mères de famille, à Cuverville, quand il allait y passer quelques jours, remisaient leur marmaille. Dans l’immoraliste, ll raconte complaisamment, avec un luxe de détails qui peuvent paraître obscènes, ses coucheries avec de très jeunes adolescents en Afrique du Nord. Quand on lui représentait qu’il allait peut-être un peu loin, il répondait à peu près que son Nobel de littérature faisait négliger oublier tout cela.

          J’ai eu affaire à quelques curés, jusqu’au début de l’adolescence, qui ne m’ont certes pas induit à devenir un bon chrétien, Dieu merci, mais qui étaient des types tout à fait estimables, comme la plupart de leurs confrères, probablement. Peut-être bien qu’ils trouvaient au célibat des compensations tarifées. Peut-être bien, comme ce Cardinal Daniélou qui me paraissait si brillant et si sympathique, seront-ils morts en épectase. Je l’espère pour eux. En tout cas, je ne leur aurai jamais vu le moindre comportement équivoque.

          Deux ou trois de mes petites amies qui avaient étudié chez les soeurs m’avaient bien raconté sur l’oreiller, et bien avant que la pédophilie devienne une obsession, des choses un peu salaces. L’une se souvenait d’un curé qui, dans la sacristie, mine de rien, aimait à lui tripoter les seins. En avait-elle été traumatisée ? Ce souvenir la faisait tellement rire, et moi aussi par la même occasion, que j’en doute un peu.

          Or, c’est là que les choses deviennent un peu vicieuses : à un(e) adolescent(e) qui aurait été troublé(e) par la conduite fort peu professionnelle d’un cureton, je conseillerais de prendre le parti d’en rire et je ne lui dirais assurément pas, prenant au sérieux des théories psychanalytiques totalement fantaisistes et erronées : cela va vous poursuivre et vous gâcher l’existence jusqu’à vos derniers jours. Que des quadragénaires se mettent désormais à raconter qu’il y a vingt ans on les a tripotés, et qu’aujourd’hui encore ils n’en dorment plus la nuit, ça me paraît quand même un peu bizarre. C’est pourtant la même thèse que développait dans sa lettre, dont j’ai entendu des extraits à la radio, le parfait crétin qui est l’actuel successeur de Saint-Pierre.

          J’ai horreur des enfants et je me suis dispensé d’en faire ; cela m’induit à me demander sir la tentation pédophile n’est pas beaucoup plus largement répandue qu’on ne le pense, en particulier chez ceux qui aiment les enfants au point d’avoir éprouvé le besoin d’en ajouter dans un monde où il y en a déjà trop. L’horreur affichée avec tant d’ostentation de cette perversion me paraît quelque peu suspecte, comme si on avait besoin d’un bouc émissaire pour exorciser ses propres fantasmes.

          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 août 09:56

            @Christian Labrune
            « J’ai horreur des enfants et je me suis dispensé d’en faire ; cela m’induit à me demander sir la tentation pédophile n’est pas beaucoup plus largement répandue qu’on ne le pense, en particulier chez ceux qui aiment les enfants au point d’avoir éprouvé le besoin d’en ajouter dans un monde où il y en a déjà trop. »

            J’aime beaucoup

            Je crois qu’il y a une hypocrisie entre des libertaires qui sont prêts à valider la pédophilie comme un comportement normal et leur besoin de salir les chrétiens.

          • Julien Esquié Julien Esquié 24 août 14:02

            @Christian Labrune


            Ouais, bon, on en a marre, on en fait un peu trop avec « cette histoire de pédophilie ». Quelques attouchements, un peu de contrainte, à l’occasion un passage à la casserole, ces choses n’ont jamais tué personne. On exagère et mieux vaudrait en sourire.

            Apparemment, tout le monde ne voit pas les choses sous cet angle. Mais C. Labrune s’accorde une fois encore, de la seule autorité qu’il n’a pas vécu ce qu’ils ont vécu (la guerre, la pédophilie, etc.) le droit de juger ses prochains.

            Il aurait été un soldat courageux - donc il A ÉTÉ un soldat courageux.
            Il aurait souri des sévices que lui auraient infligé des prêtres.
            Etc., ad nauseam.

            Si ce message est empreint de la plus ignoble complaisance envers la pédophilie, C. Labrune lui-même, cela va sans dire, n’a aucun goût pour la chose et je suis convaincu qu’elle le dégoûte.

            Mais C. Labrune voit dans le contrepied au « politiquement correct » le critérium absolu de la vérité. Sa « pensée », comme il dit, ne va pas plus loin.

            Par bien des côtés, au fond, jusque dans les poses de l’éternel français râleur, il n’est pas sans évoquer le docteur de Meudon.

            Je n’irai évidemment pas rapprocher ce message infect des nombreuses rodomontades de celui qui ne manque pas une occasion de dire que, plus jeune, il était un « authentique obsédé sexuel », je cite de mémoire (on cherchera sur Agoravox, les occurrences sont nombreuses, 17 octobre de l’an dernier, par exemple).

            Il est évident, toutefois, que ce petit côté vicelard, quand, l’âge s’étant un peu trop avancé, il ne peut plus être que « words, words, words », débouche immanquablement sur une salacerie non dénuée d’une certaine bienveillance pour les perversités des autres.

          • Julien Esquié Julien Esquié 24 août 14:07

            @Amaury Grandgil


            Les chrétiens, en l’occurrence, se salissent très bien tout seuls.

          • Christian Labrune Christian Labrune 24 août 18:06
            Je crois qu’il y a une hypocrisie entre des libertaires qui sont prêts à valider la pédophilie comme un comportement normal et leur besoin de salir les chrétiens.
            ===================================
            @Amaury Grandgil

            Je ne pense pas que des « libertaires » seraient prêts, aujourd’hui, à justifier la pédophilie. C’est devenu, assez bizarrement, le plus atroce des crimes dans le temps même où l’homosexualité, qui fut longtemps considérée comme une perversion condamnable, tendait à devenir un motif de fierté (gay pride) unanimement respecté par tous les conformistes soucieux d’être dans l’air du temps.

            Il faudra donc bientôt songer à interdire la publication de tout le corpus des textes de l’antiquité grecque, lesquels, pour la plupart, et de ce point de vue particulier, sont hautement criminels. Ces questions me passionnent d’autant moins que je me suis jamais connu d’autre goût que celui des femmes, ce dont je ne suis évidemment pas plus fier que d’avoir un penchant pour les mathématiques ou la philosophie. C’est comme ça, on n’y peut rien, il n’y a vraiment pas de quoi en être fier et je peux très bien concevoir qu’on fonctionne autrement, à condition toutefois de ne pas réduire toute son identité à une simple préférence sexuelle, parce que là, ça devient carrément grotesque.

            Evidemment, ce qui complique la question de la pédophilie ou de la pédérastie, c’est qu’on peut fortement douter du consentement éclairé de l’objet du désir. Il y a là une sorte d’abus de pouvoir, l’enfant devient un objet qu’on manipule à son gré, au propre comme au figuré. Il reste que ce souci, qui est des plus légitimes, semble disparaître comme par enchantement lorsqu’on envisage de concéder aux couples homosexuels le droit d’acheter des enfants sur un marché en plein développement, comme on achèterait une bagnole ou un téléviseur pour se donner du bon temps. Il y a là une incohérence qui me dépasse complètement. Nul doute, pourtant qu’il y a bien, chez les amateurs d’enfants, un réel plaisir sensuel à tripoter ces petits objets, même s’ils bavent encore. Il y a bien une limite, probablement, mais elle doit être assez floue.

            Partout où des adultes sont en relation avec des jeunes, la déontologie veut qu’on ne profite jamais de la situation, et dans l’instruction publique où j’ai si longtemps mariné, la seule séduction admise devait rester d’ordre intellectuel. Les entorses étaient très rares, et quelques unes dont j’ai pu être témoin s’étaient terminées par des mariages. A l’âge qu’avaient les élèves, il est vrai on ne pouvait déjà plus les considérer comme des enfants. Dans les plus petites classes, je ne jurerais de rien. Le tableau n’est peut-être pas aussi calamiteux que celui dont on fait un procès à l’Eglise, mais bien des abus ont été souvent dénoncés.

            Vous parlez du bonheur qu’éprouveraient certains à « salir les chrétiens », mais reconnaissez quand même qu’il est moins risqué de s’en prendre à eux qu’aux musulmans. L’islamophobie, pour le bobo conformiste, est devenue elle aussi un crime odieux, et il jurera ses grands dieux qu’il respecte tout à fait la religion du Chamelier et le droit des musulmans à ne penser que par lui. Et du point de vue de son strict intérêt personnel, il n’a pas tort : il ne voudrait pour rien au monde, comme Houellebecq ou Bensoussan, être trainé en correctionnelle pour islamophoboe, même si c’est pour être relaxé quelques mois plus tard. C’est qu’Ils ne rigolent pas, les musulmans : Allah Akbar ! Et ceux qui ont entendu de très près ce cri de guerre, s’ils ont survécu, ce n’est pas demain qu’ils l’oublieront. Le chrétien, en revanche, tout le monde le sait bien, si on lui flanque une baffe, il tendra l’autre joue. Cela n’aura donc pas plus de conséquence que de prendre un ticket pour un jeu de massacre à la foire. Et là, même, il n’y a rien du tout à payer, c’est gratuit, on peut y aller de bon coeur. Il faut en profiter, tout cela semble voulu par Dieu pour le plus grand bonheur des plus lâches.

          • Julien Esquié Julien Esquié 24 août 23:33
            @Christian Labrune

            "Je ne pense pas que des « libertaires » seraient prêts, aujourd’hui, à justifier la pédophilie. C’est devenu, assez bizarrement, le plus atroce des crimes"

            On se demande bien pourquoi. Si on écoutait C. Labrune, on ne donnerait pas dans cette bien-pensance, dans ce politiquement correct.

            La référence à l’Antiquité est d’une bêtise sans nom.

            Autres temps, autres mœurs, et cela n’appelle aucun autre commentaire.

            On se complaît dans l’abjection. Voyage au bout de la nuit, décidément, dont La Nausée du cher Sartre de C. Labrune n’est au fond qu’un pastiche maladroit.

          • JL JL 26 août 10:16

            @Christian Labrune

             
            ’’J’ai horreur des enfants et je me suis dispensé d’en faire ; cela m’induit à me demander sir la tentation pédophile n’est pas beaucoup plus largement répandue qu’on ne le pense, en particulier chez ceux qui aiment les enfants au point d’avoir éprouvé le besoin d’en ajouter dans un monde où il y en a déjà trop.’’
             
            Enfileur de perles un jour, enfileur de perles toujours. 
             
             Vous devriez savoir deux choses : si l’instinct de procréation n’existait pas, vous ne seriez pas là.
             
             La pédophilie est une perversion de l’instinct de procréation, pas l’inverse.
             
             Mais vous allez peut-être me dire que jenaipas assez de culture our comprendre l’ironie contenue dans vos posts ?
             
             C’est facile : avec ça, vous êtes blindé ; vous pouvez vous raccrocher aux branches, quoi que vous disiez comme ineptie !

          • McGurk McGurk 24 août 02:25
            On se demande pourquoi autant de prêtres pètent un plomb après avoir passé des décennies sans femme...cherchez l’erreur.

            L’Eglise catholique est un vieux dinosaure qui sait qu’il est en train de mourir mais qui ne fait rien même si le remède est devant lui.

            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 août 09:52

              @McGurk
              ça n’a rien à voir du tout...

              Et dans l’EN alors ? Où règne une omerta autrement plus forte. J’en aurais des histoires à raconter, et du salé.

            • sleeping-zombie 24 août 11:30
              @Amaury Grandgil
              J’en aurais des histoires à raconter, et du salé.

              Et qu’est-ce qui t’empêche de le faire ? la loi du silence propre au corporatisme. Justement ce qu’on reproche au clergé. Justement ce que tu dénonces (entre 2 fièvres victimaires) dans le comportement de la hiérarchie cathos.

              Comme quoi, on voit chacun midi à sa porte

            • JulietFox 24 août 12:21

              @Amaury Grandgil


              Racontez moi, où un inspecteur d’Académie ou un recteura couvert des dizaines d’enseignants pédophiles.
              Un lien s’il vous plait ?

            • McGurk McGurk 24 août 12:37

              @Amaury Grandgil


              En fait si ça en a un.

              Les prêtres sont des humains comme tout le monde, ce n’est pas parce qu’ils servent Dieu qu’ils ne peuvent pas avoir des sentiments et créer une famille. On a tous des besoins primaires et ne pas les assouvir doit peut-être créer une frustration profonde qui se traduit...par tous ces viols...

              Je serais étonné qu’ils ne recrutent que les violeurs en série, c’est pourquoi je me permets ce genre d’hypothèse.

              L’EN ?

            • Julien Esquié Julien Esquié 24 août 14:05

              @Amaury Grandgil


              De deux choses l’une : soit l’auteur a une connaissance précise d’agissements criminels. Il convient en ce cas qu’il les dénonce. S’il ne les dénonce pas, il est complice. Soit c’est un jugement à l’emporte-pièce : en ce cas, mieux vaudrait se taire.

            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 août 18:05

              @McGurk

              Donc vous considérez normal de frapper un corps à terre ?


            • McGurk McGurk 24 août 18:15

              @Amaury Grandgil


              Je ne vois pas de quoi vous parlez en fait.

            • Christian Labrune Christian Labrune 24 août 18:34

              @Amaury Grandgil


              Je pense que McGurk n’a pas tort. Chez les orthodoxes ou chez les protestants, les ministres du culte sont mariés. Cela n’empêche peut-être pas certains d’être un peu pervers, mais du moins, la frustration sexuelle s’en trouve grandement atténuée. Un individu jeune et normalement constitué, il est inévitable qu’il ait des besoins sexuels et tout aussi inévitable qu’il les satisfasse d’une manière ou d’une autre. Tous n’ont pas sous la main, comme autrefois, une providentielle servante. Que leur restera-t-il ? La rue Saint-Denis ? La veuve Poignet ? Tout cela n’est pas bien drôle ! Certains diront : l’imitation de Jésus-Christ impose de souffrir et de se mortifier, mais c’est là, très précisément, que se trouve la perversion intrinsèque du catholicisme et ce qui explique qu’il soit en train de disparaître : très peu de gens sont masochistes.

            • Le Vautre Vertagus 24 août 03:16

              Ce que vous dites fait penser à René Girard, lequel évoque comment on fait chantage à l’Eglise qui, tout en déclarant l’innocence des boucs émissaires, s’est empressée de persécuter à son tour au cours de son Histoire. Mais comme on dit : corruptio optimi pessima.


              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 août 09:58

                @Vertagus
                oui la persécution, l’inquisition, toussa...

                L’Eglise n’avait aucun des moyens de coercition que tout état moderne a à sa disposition alors stop avec les poncifs

              • CORH CORH 24 août 13:52

                @Amaury Grandgil
                On peut détruire des personnes sans aucune violence, les faits divers de notre société en est plein, l’emprise mentale sur l’esprit des gens fut quelque chose d’énorme, le nier c’est tout simplement du deni. L’eglise n’avait pas besoin de pouvoir temporel coercitif, hypocritement absoute de ce coté là, la connivence avec le pouvoir politique suffisait.


              • Passante Passante 24 août 07:41
                1000 gosses
                avec toutes les couvertures nécessaires.
                la droite américaine est très énervée
                certains demandent de priver le Vatican de son statut d’Etat
                d’en saisir les avoirs immédiatement,
                bref de fermer la maison...

                (ici en 1mn)

                pour le reste, même si les faits sont réels,
                on dirait que « l’Adversaire » a trouvé le point faible bien maso
                sur lequel jouer pour les siècles des siècles :
                la peur du scandale doublée de sacrées capacités à prendre les coups -
                telle est la terrible combinaison qui a vidé l’église.

                vidée pas seulement dans le réel mais dans le discours :
                impossible de dire vatican sans voir la capote ou le pédo apparaître !
                hier même je n’ai personnellement pas résisté à une vanne facile sur le sujet...

                il ne faut peut-être pas marier les prêtres,
                mais il faut interdire le contact avec le prêtre avant quinze ans.
                allez :

                50 ans en de quarantaine..
                le père noël suffira.


                • Passante Passante 24 août 08:07
                  et justement, pour rebondir sur bob plus haut :
                  le fameux laissez venir à moi, pourquoi le dit-il ?
                  parce que autour ils ne veulent pas les laisser venir justement.
                  ah bon, pourquoi ?
                  parce que le contact entre le prêtre et l’enfant est inconcevable
                  sinon conçu comme saugrenu.

                  ah, c’est tout ?
                  non, y’a les femmes aussi, elles pullulent, mais là ça dépend :
                  -soit c’est une femme qui vient en connaissance, et là le contact est possible,
                  -soit c’est l’inconnue dans la foule ou la samaritaine,
                  et cette fois encore on voit les disciples intervenir pour séparer
                  et le Christ établir le contact quand même.

                  bref, le texte dit en continu que :
                  le prêtre ne sera en contact qu’avec des adultes,
                  le contact avec l’enfant est perçu comme débile
                  le contact avec la femme inconnue comme superflu.

                • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 août 10:00

                  @Passante
                  Et dans l’EN où il y a des histoires tout aussi nombreuses mais bien cachées ?

                  Et chez les politiques ?

                • Passante Passante 24 août 10:12
                  @Amaury Grandgil

                  on est bien d’accord que c’est généralisé
                  et c’est pile pour ça qu’il faut ce retrait -
                  je me demande juste de quand ça date exactement
                  cette histoire de confier les enfants aux prêtres
                  et les prêtres aux enfants...

                  pareille boulimie a dû prendre sa source dans une voracité quelconque
                  étrangère de prime abord à sa dévoration finale ?

                  laissez venir à moi - c’est en tout cas l’assurance que je n’irai pas vers eux.
                  tout est à relire,
                  autrement ce récit ne fonctionne plus que comme trou noir...

                • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 août 10:22

                  @Passante
                  Tout les prêtres ne sont pas pédophiles


                • Passante Passante 24 août 10:26
                  @Amaury Grandgil

                  il faut juste ne pas les forcer à le devenir.

                • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 août 11:09

                  @Passante
                  Non, une déviance sexuelle est là ou pas, point


                • JulietFox 24 août 12:23
                  @Passante

                  Ego te absolvo ! Facile !!!

                • Julien Esquié Julien Esquié 24 août 14:10
                  @Amaury Grandgil

                  C’est une calomnie pure et simple. La discussion porte sur des faits précis, dont la justice s’occupe. Avez-vous des faits semblables à mentionner, tout aussi nombreux, concernant l’Education nationale ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès