• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Les névroses irlandaises

Les névroses irlandaises

Entre tous ces abus de l'Eglise, les névroses sont multiples. D'où la tentation, dangereuse, de simplifier à outrance les événements qui ont, en émergeant, fâché les Irlandais par rapport à leur religion. Dangereuse, car elle pousse non seulement à simplifier la réalité en opérant une dichotomie entre les Bons et les Méchants dans cette histoire, mais aussi parce que, de façon discrète, elle promeut, à l'opposé du bon sens, une terrible occultation des éléments grâce auxquels les « névroses irlandaises » pourraient connaître un terme.

  • Jean-Paul II, 1979, devant une foule innombrable lors de sa visite en Irlande.

 

Le pape François, cette semaine, était en voyage en Irlande, pays de tradition catholique dans lequel il a rencontré des victimes d'abus de prêtres pédophiles.

Cette visite intervenait dans un contexte tendu. Depuis le pontificat de Jean-Paul II, les accusations à l'encontre de clercs immoraux se multiplient. Ceci à un tel point qu'aujourd'hui, l'Eglise catholique mondiale est présentée comme une immense entreprise de pervers immondes. 

En vérité, ces crimes commis par l'Eglise et sa hiérarchie sont horribles.

Et la révélation, par la justice de Pennsylvanie, de 300 prêtres abuseurs, odieuse – pour le moins.

Or, la façon dont certains Irlandais mécontents, à juste titre, des méfaits ecclésiastiques, ont témoigné par leurs actes être victimes de névroses très profondément ancrées dans leur psychisme. 

Pourquoi me permets-je de tels propos ?

D'abord, parce que c'est une évidence : lorsqu'on est victime d'attouchements, et qu'on est de constitution psychologique fragile, il s'ensuit que toutes sortes de problèmes psychologiques surgissent. Si bien que la déclaration : « les Irlandais sont névrosés » n'est pas problématique en soi.

Ici, les névroses se constituent d'une manière – la plus commune. La psychanalyse avance, en effet, qu'avec obstination, dès lors qu'on refuse d'admettre son tort, le tort en question, caché dans les tréfonds de l'inconscient, tentera à plusieurs reprises de « monter à la surface ». Et plus le névrosé s'obstine à immerger sa névrose, plus celle-ci tentera par contrecoup d'émerger proportionnellement.

De là, les Irlandais sont névrosés car ils maintiennent leur innocence1 vis-à-vis des crimes, nombreux, qu'ils attribuent à l'Eglise. Or, rien de plus faux.

Non pas que l'Eglise n'ait pas mal fait. Mais en somme qui composait l'Eglise à l'époque ?

Si vous voulez, c'est un peu comme après la Seconde Guerre mondiale, période pendant laquelle certains Allemands, à l'unisson, ont proclamé qu'ils n'avaient pas persécuté les Juifs eux-mêmes, mais que c'était l'oeuvre des Nazis, soit une élite brutale qui n'avait rien à voir avec le reste des Germains. Mais tout le monde admet désormais la fausseté d'une telle thèse. Car se débarrasser de la culpabilité ainsi n'avère rien d'autre que la culpabilité de celui qui, avantageusement, use d'une méthode de cette espèce.

Aussi, pour se voiler magistralement la face, les Irlandais accusent-ils l'Eglise – de même que les Allemands accusaient les Nazis. Cette « bouc émissarisation », cette lapidation en règle, a l'avantage de faire croire que les lapidateurs ne sont responsables pas du méfait dont ils accusent leur victime. 

Cependant, comme on a dit aux Allemands après Auschwitz, on dira la même chose aux Irlandais. Qui était croyant ? Qui a participé aux entreprises, bonnes ou mauvaises, de l'Eglise sur l'île d'Irlande ? Qui a été, autrefois, à la façon de tout le monde, conservateur, strict, misogyne et homophobe ? Qui, en d'autres termes, a permis la prolifération des mauvais agissements de quelques prêtres ?

Ce ne sont ni les Boliviens, ni les Slovaques qui, en 1979, se sont réunis en grand nombre (1 200 000) à Phoenix Park pour écouter l'homélie de Jean-Paul II.

Et ça n'est pas davantage le pape François qui, Argentin, était là. 

Non. C'était des Irlandais.

Ainsi peut-on dire que les Irlandais eux-mêmes ont activement participé aux crimes de l'Eglise. En sorte que ce ne sont pas entièrement les crimes du clergé – lequel n'a pas pu agir sans la complicité des fidèles d'Irlande.

C'est facile, partant, de crier haro sur le catholicisme. Cette accusation opportune permet de transmettre la charge symbolique de la culpabilité au coupable proclamé. Or, les Irlandais ressentent, en eux, la mascarade. D'où vient que, à mesure qu'ils la sentent de plus en plus, ils accentuent encore leurs accusations contre l'Eglise. 

On me dira que, pendant des siècles, les Irlandais étaient naïfs, et qu'ils ont de surcroît étaient endoctrinés. Reste que c'est toujours faux... Car les Irlandais n'ont pas été des éternels enfants ! Que quelques-uns d'entre eux eussent été manipulés, d'accord. Or, la majorité savait ce qu'elle faisait. Sinon on peut dire la même chose pour toutes les dictatures – et dès lors plus personne n'est coupable. Linge propre et conscience immaculée.

Dans mon langage, on appelle ça une « déresponsabilisation ». Simplement, elle consiste, afin de s'épargner des tourments, à rejeter la faute sur les autres et à « se laver les mains ». En cela, ceux qui pratiquent une telle habitude ressemblent à Ponce Pilate, dont le geste symbolique est, lui aussi, de se laver les mains et de transmettre, par ce rituel quasi magique, la responsabilité du sort de Jésus aux Juifs. De sorte qu'il dissipe son fardeau...

En somme, c'est toujours de la faute des autres – jamais de la mienne.

Ce mode de pensée fait aujourd'hui florès. Il imprègne tous les principes rationaliste et humanitariste qui, depuis deux siècles, structurent une bonne part des idées françaises. Par exemple : lors même qu'on prononce, véhémentement, que les brigands des classes populaires sont victimes de conditions sociales qui les surdéterminent, ou que les femmes sont petites et moins fortes à cause de la méchanceté des hommes qui, pendant la Préhistoire, les ont brutalement privées de viandes, on joue au jeu de la « déresponsabilisation ». Le criminel est mauvais ? Ça n'est pas de sa faute. Les femmes sont physiquement faibles ? Ça n'est pas de leur faute. Tous les défauts du monde sont la responsabilité d'une petite poignée d'individus – laquelle change au cours des siècles (Juifs, bourgeois, les « Porcs », les cosmopolites, and so on). 

Et il n'est pas question de nier que, dans certains cas, les délinquants sont victimes de leurs conditions sociales, ou que les femmes ne subissent pas les sévices de misogynes. Il est question de dire une chose simple : que tous les brigands ne sont pas victimes de leurs conditions, et que toutes les femmes ne sont pas diminuées à cause des hommes.

De même, la pédophilie en Irlande n'est pas que le fruit de l'Eglise. 

Les causes sont toujours multiples.

Enfin, quel intérêt de connaître cette méthode infâme (la « déresponsabilisation ») ?

Par goût de la probité. Puis afin de servir : la psychanalyse et les autres psychologies des profondeurs enseignent généralement qu'avec introspection, en combattant ses « démons intérieurs » par le biais d'un cheminement psychologique grâce auquel on émerge – et confronte – de sinistres traumas, l'individu peut vaincre ses névroses et renaître à soi-même. 

En conséquence, on peut imaginer qu'en disant la vérité aux Irlandais, qu'en déconstruisant la méthode de la « déresponsabilisation » – qui consiste à imputer l'existence de ses problèmes à l'activité malveillante d'un Autre, donc à ajourner la confrontation salvatrice mentionnée ci-avant – on permettra, ce faisant, l'épanouissement psychologique des concernés.

C'est au fond être bon chrétien. Et devenir salutairement subtil face aux phénomènes complexes.

________

Il serait néanmoins injuste de ne pas préciser que, pendant ses discours, Leo Varadkar, premier ministre irlandais, a reconnu que la faute (dans ces affaires d'abus) est partagée entre l'Eglise et l'Etat.


Moyenne des avis sur cet article :  1.18/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Hecetuye howahkan 31 août 11:14
    Salut, c’est curieux car on dirait que l’article parle de l’auteur en fait...
    il exècre ce que lui est justement en train de faire..

    le vrai sujet ici est que l’église en Irlande est encore très forte et elle doit donc être détruite , malgré ses problèmes internes, et c’est grâce à elle que ils ont pu se débarrasser des Anglais qui les colonisaient et leur interdisait quasiment tout pendant des siècles, ..et cela gène les mondialistes apatrides qui comme en Russie avec les bolchevo trotskistes veulent détruire tout..état, églises etc pour arriver à la soumission des masses à un ordre..celui qui se cache derrière le paravent du sionisme

    je trouve cet article malsain, plus malsain et pervers que ce qu’il prétend dénoncer ..


    il y a des faits derrière...comme il y en a dans les milieux du pouvoir ou les rites pédophiles satanistes sont parait il monnaie courante...chantage oblige ensuite bien sur..

    j’ai des amis ici qui ont de très mauvais souvenir de l’école disons religieuse....je ne sais pas la valeur de cela mais ceux que je connais ont eu des problèmes avec les sœurs....

    mais bon manipulation oblige
    ..n’est ce pas...

    il y en a qui n’ont pas encore compris que le nwo est fini....terminé....foutu....



    • Christ Roi Christ Roi 31 août 13:37


       

      ARTICLE ANTICATHOLIQUE DU JOUR ! 
       
      Il ne se passe pas une journée sans qu’un athée haineux (pléonasme) nous ponde un article haineux contre la religion et particulièrement la Catholique. si celle-ci doit disparaitre, ce n’est certainement pas dans leur tête, ils ne pensent qu’à elle ! 
      On voit bien que même avec leur esprit complètement dégénéré par la télé et l’Education Nationale, les athées s’aperçoivent que l’effondrement de notre société coïncide avec l’athéisme d’Etat, ( ce que l’Eglise avait prévue depuis 2000 ans dans le Livre en parlant de la construction des tours, l’exaltation de la sodomie, etc.). Alors ils s’affolent et cherchent à se rassurer avec ces articles délirants qui ne les convainc même pas eux-même. Bref, la fin est proche pour les mensonges, tout va super bien ! smiley


    • otc31 3 septembre 17:28

      @Christ Roi
      Ctrl C / Ctrl V


    • Fergus Fergus 31 août 11:46

      Bonjour, Vertagus

      Votre article est tout simplement odieux !

      En diluant la responsabilité des prêtres pédophiles et de la hiérarchie ecclésiastique qui a couvert leurs agissements sur l’ensemble de la population, vous éludez l’une des dimensions majeures de la religion catholique : le devoir d’exemplarité des prêtres. A cet égard, votre comparaison avec le nazisme et le peuple allemand me semble totalement déplacée.


      • cassini cassini 31 août 14:50

        @Fergus


        le devoir d’exemplarité des prêtres

        n’était pas forcément enfreint, car vous comprenez pourtant bien qu’ils se cachaient ! 

      • Vertagus Vertagus 31 août 18:25

        @Fergus Indignez-vous, ça vous fait du bien. 


      • Fergus Fergus 31 août 19:43

        Bonsoir, Vertagus

        Bravo pour la qualité de votre argumentation !!!


      • Vertagus Vertagus 31 août 21:05

        @Fergus Vous n’avez pas compris mon article. Relisez-le. 


      • Raymond75 31 août 14:50
        Les églises catholiques en Irlande et ailleurs ont couvert pendant des décennies des crimes sexuels qui portaient atteinte à des enfants, et la hiérarchie jusqu’au plus haut niveau les protégeaient. Honte à cette église, honte à ces hypocrites qui prêchent des leçons de morale et se livrent aux pires comportements.

        Mais les églises irlandaises, catholiques et protestantes, sont aussi celles qui entretiennent la haine de l’autre. La guerre civile a bien été une guerre de libération contre les Anglais, mais aujourd’hui Belfast est quadrillée par des murs qui isolent les ’communautés’ protestantes et catholiques, et la nuit des portes ferment l’accès dans les rues.

        Religion d’amour ? Non, religion de haine, comme toutes les autres religions dans le monde : obscurantisme, division, haine de l’autre, et saloperies en secret.

        • Hecetuye howahkan 31 août 16:18

          @Raymond75


          salut j’ai quelques exemples de haine criminelle qui n’ont rien à voir avec la religion, les religions

          mais avec l’appât du gain...religion elle hélas mondiale...celle qui tue réellement






          ceci pour dire que ton propos orienté est bien sur au service des mondialiste apatrides

          qui veulent tout détruire, états, religions, famille , etc etc 

           smiley

        • Claude Simon Claude Simon 1er septembre 09:15
          Comme j’ai tendance à bannir toute psychiatrie et autre psychanalyse, je mettrais, à vue de nez, toutes sortes de perturbateurs endocriniens ou d’autres causes de sur-hormonage sur la sellette.

          Car bizarrement, l’histoire ne relate pas ce types de faits avant notre époque moderne. Du moins à ma connaissance.

          • bob14 1er septembre 09:44

            Il faut interdire toutes ces sectes qui prospèrent sur des mensonges..Il n’y a pas de dieu juste des pédophiles qui vous mentent...


            • Aristide Aristide 1er septembre 12:51

              Or, la façon dont certains Irlandais mécontents, à juste titre, des méfaits ecclésiastiques, ont témoigné par leurs actes être victimes de névroses très profondément ancrées dans leur psychisme. 

              Pourquoi me permets-je de tels propos ? 

              D’abord, parce que c’est une évidence : lorsqu’on est victime d’attouchements, et qu’on est de constitution psychologique fragile, il s’ensuit que toutes sortes de problèmes psychologiques surgissent.

              Comment donc ? En gros si on est de constitution psychologique solide, pas de problèmes ? 

              Je ne parle même pas du fond de l’article sur la responsabilisation de tout un peuple sur des faits qui concernent des personnes. Rien à voir avec le nazisme, les discours de haine étaient public, la désignation des victimes aussi, ...


              • Claude Simon Claude Simon 1er septembre 17:44
                @Aristide

                Et bien, même enfant, avec une glande pinéale bien formée, on les sent venir, et les congédier.
                Mais bon, avec la fluoration d’un peu tout...

              • Claude Simon Claude Simon 1er septembre 18:05
                Si, le curcuma permet d’enlever le fluor du cerveau et donc de protéger la glande pinéale.

                Enfin, je te parle plutôt de l’adolescence.

                J’essaye de prévenir, car là, à part névroser en plus le psychiatre ou le psychologue avec des histoires pareilles, je ne vois pas. En tout les cas, je ne suis pas candidat et j’en ai aucune idée.

              • Claude Simon Claude Simon 1er septembre 18:07
                @Aristide

                Et techniquement, je me demande si quelqu’un n’a pas mis du GHB dans le vin de messe.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès