• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Les RELIGIONS, favorables ou néfastes à l’ECLOSION de l’Homme (...)

Les RELIGIONS, favorables ou néfastes à l’ECLOSION de l’Homme « DIVIN » ?

 

Les religions se proposent et/ou imposent de relier les hommes au sein d'une communauté selon des préceptes et des croyances naturels et surnaturels. L'homme "divin" étant l'objectif rationnel de l'homme-animal actuel -produit de l'évolution naturelle- grâce aux développements de son esprit, de son intelligence, de la conscience de sa dépendance, d'une part, aux forces de la nature terrestre et cosmiques et d'autre part, aux interactions, dans le temps et dans l'espace, avec la multitude innombrable d'êtres vivants. Cet objectif a été et est encore partagé par certaines religions, idéologies, philosophies et idéalismes, mais il est aussi combattu par d'autres "entités" communautaires à prétention universaliste !

Les Humains, dès que leur langage s'est développé, ont pu échanger, réflèchir ensemble, se poser des questions, sur la meilleure façon de vivre ensemble, de lutter contre les dangers extérieurs, sur leurs rapports avec la Nature, et, in fine, sur des questions existentielles de leurs origines et de leur futur dans ce monde, (puis dans un éventuel autre monde) ! Leur animalité s'est malheureusement exprimée par des conflits internes, parfois violents, que leur capacité de rationalité n'a pas pu empêcher. L'irrationnel des religions et leur spiritualité ont cherché à canaliser la violence des conflits, la violence inhérente à l'espèce humaine, (à son animalité et/ou à son essence spirituelle), sans réussir à l'éradiquer, ou sans vouloir l'éradiquer.

 

Quelques rappels historiques

En période préhistorique, les archéologues et ethnologues évoquent des organisations, des réalisations, des croyances probables, des rites incertains, le tout dans le cadre évolutif des climats (sécheresses, désertification, disparition des ressources forestières et agricoles...) et du comportement des sociétés humaines (guerres, invasions de conquête ou de survie...). Il serait vain d'analyser finement les comportements communautaires, les religions balbutiantes, les diverses croyances, les systèmes éducatifs....Par contre :

L'Antiquité est assez riche de documents, de vestiges archéologiques pour caractériser ses religions, ses civilisations et parfois ses philosophies, du nécessaire comportement des humains : trois empires majeurs du Moyen-Orient fondent les bases des civilsations occidentales, à savoir :

-1- Les empires d'Egypte, avec l'écriture, initiale par hiéroglyphes puis symbolique, leurs administrations, leurs guerriers et leurs prêtres, la construction des temples, des pyramides et des tombeaux, des ports, des voies de communication. Hors la parenthèse monothéiste de Akhenaton, la religion était polythéiste avec son lot de grands prêtres. Le développement humain de l'individu n'est pas pris en considération, hors de sa trajectoire vers l'au-delà. Toutefois il existe une société égyptienne bien organisée avec ses administrateurs, ses astronomes, ses architectes, ses spécialistes tailleurs de pierres, ses charpentiers en bâtiment et construction navale, ses commerçants, ses paysans : tout un système économique où l'esclavage, entre autre des hébreux (trop peu nombreux pour assurer seuls les grands travaux et trop peu expérimentés), reste marginal car étant une possession (à entretenir) des riches.

-2- Les empires et royaumes de Mésopotamie, (de Sumer, d'Assyrie, de Babylone, d'Akkad) avec principalement l'invention des écritures à caractères symboliques, facilitant la communication écrite et le commerce, ainsi que les activités culturelles et scientifiques. De grands rois issus de différentes cités, s'affirmaient dans la région (tel le célèbre Nabuchodonosor, roi de Babylone). L'épanouissement de l'indvidu n'est toujours pas à l'ordre du jour : l'esclavage règne. Les religions sont polythéistes et s'opposent souvent avec les Hébreux peuple monothéiste.

-3- L'empire perse, avec son apogée sous Darius Ier (VIième siècle avant JC) s'étendant d'une partie de l'Egypte jusqu'aux marches de l'Hymalaya (Afghanistan et nord-ouest de l'Inde) avec un développement lègèrement décalé de l'écriture, (par rapport à la Mésopotamie), un système de gestion décentralisé des provinces et des royaumes conquis, une religion principalement monothéiste centrée sur le Roi, figure divine, et sur quelques divinités de second ordre héritées des époques passées et des diverses conquêtes. Les temples, palais et diverses infrastructures (voirie, ponts, canaux,d'irrigation...) sont construits. Vers l'an 1000 avant JC le philosophe théologien Zarathoustra (Zoroastre) prône le développement personnel de l'individu, bien avant Bouddha, Confucius, Lao-Tseu et les philosophes grecs. Les sciences, les mathématiques, issues en partie des peuples conquis à l'Est (Inde...) sont développées et diffusées par les Perses. Les Grecs, bien avant les conquêtes d'Alexandre, avaient des rapports avec la civilisation des Achemides, avec leurs savants et philosophes : les opérations militaires, retenues comme marqueurs par les historiens, contentaient les égos des rois et princes locaux tout en favorisant les brassages culturels, scientifiques, technologiques et économiques. Plus tard, bien après la mise à sac des villes de Perse par Alexandre et le déclin de l'Empire perse, ce dernier continue son développement sur des plans autres que le militaire. Par exemple, vers l'an 600 de notre ère, les moulins à vent pour alimenter en eau les caneaux d'irrigation sont inventés et développés. Les conquérants arabes porteurs de l'Islam "convertissent à leur façon" les Perses : mais comme pour beaucoup de technologies, de sciences découvertes dans l'ancien grand empire Perse et réappropriées, les moulins à vent ne furent introduits en Andalousie (par les conquérants arabo-berbères) que vers l'an 900 !

 

Les civilsations issues de l'Antiquité, encore influentes dans le monde actuel

Notre intérêt se concentre sur le monde dit occidental comprenant la grande Europe et l'Amérique du Nord peuplée de colons européens. Notre civilisation est fondée sur deux bases complémentaires : d'une part la civilisation grèque, d'autre part la civilsation romaine incluant le judéo-christianisme.

+1- La "grande" civilisation grecque

Cette civilisation fait suite aux civilisations minoenne (-2700 ; -1200) et mycénienne (-1650 :-1100). Cette dernière adopta l'alphabet phénicien en le modifiant. Après une période sombre la grande civiisation grecque se développe à partir du VIIIième siècle AV JC, principalement en Macédoine, autour d'Athènes et de Sparte, et dans la mer Egée jusqu'aux cotes de l'Asie mineure. Les cultes des Dieux de l'Olympe régressent petit à petit et laisse la place à un polythéisme décadent et surtout à des philosophies humanistes, aux développement de sciences, de mathématiques et de technologies. Les grands noms sont Pythagore, Thalès, Socrate, Platon, Aristote, Epicure, Euclide, Périclès, Ptolémée, Archimède... pour les sciences, les techniques et la philosophie. Eschyle est le fondateur de la dramaturgie théâtrale, Eurypide un grand dramaturge. Périclès, grand Athénien est un grand réformateur, administrateur et homme de guerre (opposé à Sparte dans le Péloponèse et autres ennemis extérieurs). Alexandre le Grand est Macédonien, il s'imposa rapidement à toute la Grèce avant de s'attaquer à l'ennemi héréditaire, la grande Perse en Asie mineure, laquelle à plusieurs reprises s'attaqua à Athènes. Dans ses expéditions, s'il pilliait les villes pour leurs richesses et pour "rémunérer" ses soldats, il rapporta beaucoup de savoirs des Perses et des Indiens, au point de prévoir une grande bibliothèque dans sa ville nouvelle d'Alexandrie. Ptolémée un de ses généraux prit en charge l'Egypte et y fonda sa dynastie. Il est le réalisateur initial d'Alexandrie, de son grand port, de son phare gigantesque, de sa bibliothèque, des chantiers navals et des diverses constructions de la ville, au point de faire de cette dernière la Capitale scientifique, culturelle et économique de l'empire gréco-égyptien, donc de toute la Méditerranée pendant deux siècles. Les grecs étaient de bons navigateurs et disposaient d'une marine puissante militaire et commerciale.

Malgré l'esclavage, (un pilier de la prospérité grecque), les grecs donnèrent -à leurs "citoyens"- la primauté au développement de l'homme, de son esprit, de ses capacités à s'auto-administrer collectivement et à rechercher les meilleurs systèmes du vivre ensemble, en citoyens, en adoptant les 2 systèmes politiques participatifs à savoir la démocatie à Athènes et la timocratie à Sparte, cette dernière créatrice des contre-pouvoirs à la majorité gouvernante et aux chefs élus. On peut aussi y voir la naissance du patriotisme (pour la Cité, puis pour toute la Grèce). Mais l'individu humain ne se transcende pas malgré un haut niveau de pensées. Les philosophes négligent les "restes" des religions issues des polythéismes des dieux de l'Olympe et le spiritualisme prôné par les religions est abandonné car non rationnel !

+2- La civilisation romaine

La Grèce antique avait déjà des comptoirs ou colonies en Sicile, sur les rives de la Méditerranée occidentale (partie italienne (Gène...) et Marseille (Massilia). L'influence de la civilisation grecque sur la Rome naissante puis sur ses premières institutions et réalisations est manifeste. Avec le passage de la démocratie parlementaire à la dictature impériale, l'état d'esprit changea : Rome développa ses capacités militaires et conquit tout le bassin méditérranéen, la Gaule, l'Allemagne et l'Angleterre. La conquête de l'Egypte du nord chassa les descendants de Ptolémée et la Grèce ancienne périclita doucement sous l'emprise romaine ! L'Empire romain poursuivi au rabais le développement scientifique, philosophique et culturel de la Grèce ; par contre, il développa les technologies de construction des grandes arènes, des théâtres, des ponts, des aqueducs, des réseaux d'égouts, des machines de guerre (pour les sièges), du chauffage central, des bassins et piscines et d'autres technologies que l'on découvre actuellement, (comme des outils pour pratiquer l'ablation de la catarate de l'oeil). On ignore même les techniques des ingénieurs et des architectes romains pour percer en légère pente un canal/tunnel sous une importante colline, le perçage s'effectuant en même temps des deux côtés de la colline, les parties creusées se rejoignant sous la colline avec un décalage de quelques décimètres ! Nos ingénieurs-béton n'ont pas réussi à retruver la "recette" du béton romain qui a permis des réalisations spectaculaires comme la construction de grands domes, toujours debout, sans le renfort d'armatures !

Les citoyens romains, au fil des siècles, trouvèrent plus d'intérêts à faire des affaires, à commercer, à vivre dans l'opulence, dans les délices "de Capoue", plutôt que d'embrasser la carrière militaire pour défendre les marches de l'empire en dirigeant une garnison et une administration provinciale. L'empire romain prolongement de l'empire grec pourrait se comparer actuellement à l'empire américain issu des royaumes et républiques d'Europe, pour ce qui est de l'apologie de la puissance, de la force de l'économie, de la technologie et de la finance, et aussi de l'attrait pour un grand confort -l'american way of live-. De la même façon le transfert, depuis la Grèce vers Rome, de la philosophie, de la culture des bonnes relations humaines, du respect mutuel... n'a pas eu lieu ! Ou partiellement !

Les romains modifièrent les alphabets existants pour créer leur propre alphabet avec des lettres plus simples à écrire. Et ils jetèrent les bases d'un système numérique en utilisant des lettres comme symboles (I ; V ; X ; L ; C ; D ; M) bien pratique pour les datations et pour certains comptages, mais inadaptés pour certains calculs arthmétiques car il manquait le zéro et le système décimal. Les romains développèrent les textes écrits pour les actes administratifs, les compte-rendus et la littérature (lettres, odes, descriptifs, sermons,...). La référence aux écrits s'étendit aux provinces conquises, comme la Gaule qui consacra l'importance des textes écrits -en latin- pour figer les lois et les décisions des Administrations et des Gouvernements tout au long de son histoire. Les provinces germaniques issues des migrations des peuples de l'EST -dits barbares !- n'adoptèrent pas le latin et se contentèrent des traditions orales.

En ce qui concerne les religions le polythéisme règne avec des dieux locaux et des dieux importés de la Grèce, de l'Egypte alexandrienne, des colonies. Les romains étaient des pratiquants de leurs religions. Le Dieu des Juifs et celui des Chrétiens, trop monothéiste, était souvent rejeté par les autorités romaines avec les persécutions des adeptes. Les persécutions cessèrent avec l'Édit de Milan (en 313 de notre ère), établissant la liberté de culte, suite à la conversion de l'empereur Constantin. Alors le Christianisme se répandit dans les empires romains d'Occident et d'Orient, et chassa progressivement les polythéistes : Charlemagne vers l'an 800 convertissait encore - par la force et la persuasion- des peuples germaniques sortis de l'emprise de Rome.

L'esclavage était un des fondements de la prospérité économique de l'empire romain. Si les citoyens romains bénéficiaient d'avantages sociaux et politiques, les philosophes et sociologues romains ne se préoccupèrent pas de la spécificité de l'homme, de sa spititualité et de sa place dans le monde. Avec l'influence du Christianisme, l'esclavage disparut progressivement de l'empire romain, remplacé par le servage !

 

Les grands penseurs de l'Antiquité

En dehors des empires, de grands penseurs se sont révélés dans l'Antiquité : leurs pensées, leurs messages, leurs philosophies de vie ont traversé les millénaires et se sont répandus mondialement.

++1- Zarathoustra (Zoroastre) penseur philosophe du Xième siècle AV JC, est un penseur persan humaniste, privilégiant le "développement humain" rejetant les religions polythéistes de son temps et acceptant une sorte de monothéiste sous l'égide du Roi, pseudo grand-prêtre de la religion et quasi dieu unique.

++2- vers le VIième siècle AV JC se révèlent Pythagore, Confucius, Lao-Tseu et Bouddha, tous des philosophes pacifiques, épris du développement de l'esprit des humains, de bonnes relations humaines avec du respect mutuel et des recommandations pour atténuer les inévitables frictions entre les hommes. Vivant avec les polythéismes, ils n'attachaient qu'une importance "ésotérique" à des dévotions irrationnelles à leurs yeux, sans les condamner et donc en restent dans le respect des personnes.

Pythagore est le pionier de la grande lignée de philosohes, scientifiques et intellectuels grecs.

Confucius conseiller des princes chinois, philosophe et sociologue, développe dans ses écrits le confucianisme. Celui-ci a été enseigné jusqu'à la créarion de la Chine populaire ; il est de nouveau enseigné dans les écoles chinoises depuis la transition vers l'économie de marché -administrée par le PC chinois- afin de remplacer les maximes populaires de Mao sanctuarisées dans son livre rouge, par un corpus plus structuré sur le vivre ensemble, sur la morale "politique", sur les relations avec les tiers et ses supérieurs, (donc implicitement avec les commissaires et grands guides du PC) ! C'est un grand penseur de la grande Chine éternelle, de l'empire centre du monde, qui n'emprunte rien aux occidentaux lesquels ne surent s'imposer en Chine que dans la foulée de leurs canons. Le confucianisme flatte indirectement le nationalisme chinois, tout en étant bien adapté au ressenti, à l'âme des chinois, sans introduire la primauté d'une religion sur le pouvoir politique qui en Chine, comme partout ailleurs dans le monde, doit assurer sa pérennité ! Confucius a été conseiller des empereurs et des puissants, et aujourd'hui sa doctrine est enseignée et même recommandée en Chine.

Lao-Tseu contemporain de Confucius -avec une faible antériorité- est le fondateur du taoïsme, mi philosophie mi religion pour l'individu, développée surtout en Chine. Il est touné vers l'individu : il recherche la voie, un cheminement spirituel passif vers Dieu. Il est à la base de la notion d'équilibre ente le Yin et le Yang. C'est aussi un naturalisme où toute question doit avoir sa cause, son explication dans la nature. Toute "chose" est naturelle. De plus, c'est une éthique de la bonne action, de la bonne conduite, du respect des autres... et du contrôle de soi pour éviter de blesser les autres humains.

Bouddha, grand penseur de l'Inde serait né entre le VIième et le IVième siècle AV JC selon les historiens. Il est à la base du bouddhisme, philosophie de vie et surtout une grande religion assimilée au monothéïsme alors que Bouddha ne se veut pas un Dieu, -le Dieu unique être suprême-, mais un simple maître - grand maître- l'ÉVEILLÉ, celui qui est ouvert, informé, en perpétuel questionnement sur toute chose de l'univers matériel et spirituel, sur le comportement des hommes. Il prône la sagesse, la compréhension, la tolérance, le contrôle de soi, la compassion, la solidarité. Son objectif est l'épanouissement du potentiel humain, grâce à la pratique de la méditation, de la métaphysique, de la spiritualité. L'objectif est d'être de plus en plus en ÉVEIL au monde naturel et surtout spirituel spécifique aux humains, afin de pouvoir rejoindre l'ÉVEILLÉ, BOUDDHA, au NIRVANA. Le Bouddhisme est aussi assimilable à une plilosophie laïque dans la mesure où la DÉICITÉ des monothéismes est ignorée ou rejetée. Il y a , hors ce dernier rejet, beaucoup de similitudes entre Bouddha et le Christ. Bouddha est plus proche de lao-Tseu que de Confucius !

Le Christ est le promoteur de l'Amour universel entre les hommes. Il est roi d'un "Autre Monde" où réside son "Père" . Il se veut la Voie (ou le chemin), la Vérité et la Vie  : aucun appel à la violence, à la vengeance (loi du Talion des Juifs et des Musulmans), à la punition. Seulement une morale de vie avec la reconnaissance d'un seul Dieu (par opposition aux polythéistes de l'époque et du culte des idoles). Les Autorités religieuses chétiennes ont imposé des dogmes, des soumissions, des prescriptions afin de conserver leurs pouvoirs sur les adeptes, sur les fidèles, sur les croyants. Les pouvoirs politiques (monarchies, républiques) ont cherché, parfois avec réussite, à modérer ou supprimer les attributs de pouvoir temporel du Christianisme.

 

Les religions du livre

Elles font référence à des textes fondateurs, révélés par des êtres supérieurs. Ces textes sont consignés, pour chacune, dans un grand livre sacré :

- La Bible ou Ancient Testament pour le Judaïsme ;

- Le Nouveau Testament ou les Évangiles pour le Christianisme, avec une continuité au minimum historique avec l'Ancient testament ;

- Le Coran pour l'Islam.

 

Ces 3 religions comptent Abraham comme prophète à la source de lignées : Isaac, Jacob et les douze tribus d'Israël pour les Juifs ; Jésus est un Juif descendant d'une tribu de Jacob, donc d'Abraham ; et Ismaël à l'origine des Ismaélites et des Arabes serait aussi le premier fils d'Abraham, ( considéré comme illégitime par le Judaîsme).

Ces 3 religions monothéistes, avant leur implantations mondialies, ont supplanté les religions polythéistes des pays riverains du bassin méditerranéen à savoir l'Europe au nord, le Moyen-Orient et le Magreb au sud.

Ces 3 religions s'adressent principalement aux individus et leur offrent (ou imposent) un ensemble de dogmes, de règles et de prescriptions que les fidèles doivent suivre pour obtenir leur salut (ou celui de leur âme) dans l'Au-delà !

Malgré le grand nombre de leurs adeptes -les croyants- et l'importance des pays où elles sont implantées majoritairement (ou exclusivement), ces 3 religions ne sont pas de grandes civilisations comparées aux civilisations grecques et romaines : ces dernières ont intégré la stucturation matérielle des territoires (routes, canaux, aqueducs pour les réseaux d'eau potable, bâtiments...) et l'organisation sociale (enseignements scientifiques, technologiques et artistiques, administration civile des territoires, armées et marines organisées...). Ces 3 religions se sont impliquées dans des guerres, sources de morts, de souffrances, de destructions et de crimes. Le pacifisme fraternel, la solidarité humaine avec les autres peuples, quels qu'ils soient, n'existe que trop rarement. Parfois les religions sont à l'origine de guerres et de massacres que les pouvoirs politiques temporels n'ont pas pu empêcher !!

Le Judaïsme limité volontairement au "peuple élu" (donc peuple différent si ce n'est supérieur), s'est contenté de construire le grand temple de Salomon. C'est un peuple nomade car souvent pourchassé. Ses richesses ne pouvaient se fixer dans de grandes réalisations matérielles, mais s'exprimaient par des activités intellectuelles (médecins, professeurs..., parfois banquiers) : Ils emportaient avec eux leurs savoir-faire ! Dans la Bible, la violence était courante entre les hommes et parfois elle était amplifiée par des "anges exterminateurs" : tout le contraire d'une religion de paix, de respect des autres et de fraternité !

L'Islam a surtout édifié des mosquées (et des palais pour les Princes ayant adopté cette religion) en s'inspirant des constructions grecques et romaines (et chrétiennes dérivées). Ses érudits ont traduit les oeuvres des savants et philosophes grecs, perses, mésopotamiens. L'Islam s'est surtout développé les armes à la main et les non musulmans -les infidèles ou mécréants- sont déconsidérés et combattus s'ils présentent la moindre menace contre l'Islam. L'Islam impose surtout une soumission de l'individu aux révélations du Prophète et aux injonctions des grands maîtres de l'Islam, soumission accompagnée d'un droit ou d'un devoir de bannir ou d'occire tout mécréant, tout adepte d'une autre religion, tout apostat : le pardon, la pénitence, la tolérance envers un non-musulman n'ayant pas lieu.

Le Christianisme triomphant a édifié des cathédrales, des basilques (telle Sainte Sophie au IVième et Vième siècles) en adoptant l'architecture romaine des voutes des palais et des temples ; pendant un millénaire les abbayes et les cathédrales étaient de style "roman" inspiré de l'architecture des romains. Le style Gothique (références aux peuples goths implantés en France depuis Clovis et magnifiés sous Charlemagne) épure le style roman, y amène quelques améliorations (clé de voute, ogives croisées, contre-forts en arcs boutants). Ce style se magnifia dans les nombreux palais de la renaissance (renouveau de la culture greco-romaine) sans que les Autorités Écclésiastiques chrétiennes interviennent, hors le financment des cathédrales, églises et abbayes.

Le Christianisme connut des heures "sombres" ou d'affirmation de "pouvoirs temporels" avec les Croisades, l'Inquisition et les guerres de religion entre catholiques et protestants. Heures sombres qui "légitimèrent" et encouragèrent les crimes et exactions au nom de Dieu et de son Église ! Avec la Renaissance et les Lumières les penseurs et monarques se libérèrent progressivement de la tutelle des Églises Chrétiennes ; la laïcité triomphant avec la Révolution Française et surtout avec la Révolution Industrielle du charbon, du gaz, de l'acier, puis de l'électricité et du pétrole. La bourgeoisie affairiste, implacable, exploite alors intensément, à son profit, les capacités offertes par les énergies fossiles nouvelles. Les serfs et esclaves des mondes anciens étaient remplacès par des prolétaires misérables et exploités (femmes et enfants compris). Les syndicats ont plus fait que les Églises pour améliorer les conditions de vie -d'exploitation- de la classe ouvrière. Les Églises ont surtout réussi à imposer le maintien du dimanche comme jour du Seigneur et de la Messe ; tout en acceptant des dérogations comme pour les hauts fourneaux qui ne pouvaient être arrêtés le dimanche, ou la traite des vaches, brebis et chèvres.

De nos jours, la puissance du monde industriel classique est amplifiée par la puissance des technologies de l'information qui non seulement suivent ou pistent les citoyens dans leurs déplacements, consultations et achats, mais encore les conditionnent dans les jeux vidéos violents, avec apologie du crime, et dans des téléfilms et publicités pour oblitérer leurs capacités de réflexion, de jugement. Le double objectif étant la manipulation des esprits, le conditionnement des comportements aussi bien en politique que dans le domaine commercial pour induire des achats compulsifs. Les images idyliques, positives des publicités tentent de lier le bonheur à la consommation effrénée, dans un monde dur, violent, où règne l'égoïsme -bâptisé développement personnel- la jalousie, le dénigrement, les mensonges, les "fake news", la volonté de puissance et de domination. Les réseaux sociaux du net enferment l'individu dans des mailles des filets tendus par les grands manitous des affaires et de la politique, et par certaines idéologies et religions.

Cette "civilisation dégénérée" victime des idéologies terroristes (stalinisme, khmers rouges, islamisme radical) et des idéologies décadentes comme la priorité aux lois du marché (triomphe du plus fort ou du plus roublard), à la glorification du Dieu-Argent et du Saint-Profit, et l'affirmation des individualismes (donc à la régression des solidarités humaines), est l'horizon qui se veut indépassable de la civilisation occidentale ! Ce n'est plus une civilisation au plein sens du terme car elle ne structure plus les liaisons entre les individus, les solidarités ; elle ne donne plus de sens à la vie, ici bas et dans un hypothétique au-delà ! Même les professions de la santé (en particulier les industries pharmaceutiques) pilotent leurs actions en fonction de la rentabilité et des profits ! Et, de plus, le profit sacralisé impose le licenciement des travailleurs avec la perte de leur dignité d'hommes contribuant à la prospérité de tous et assurant les ressources vitales de leur famille. Les "zombies humains" sont confinés dans un état pire que celui des ilotes de la Grèce antique, (de Sparte). La dégénérescence de la société occidentale, voulue par les forces économiques et financières régnant en Occident, est acceptée, partagée, promue par la majorité des élites intellectuelles culturelles et politiques. Ressentie dans le tréfonds de l'âme des peuples concernés, elle suscite une désespérance latente ! L'Occident a perdu son sens de l'humain, de l'âme des peuples, de la spiritualité qui élève, de la transcendance.

 

L'homme "divin" : évolution souhaitable et impérieuse de l'homme-animal

Depuis l'apparition des "homo", l'évolution des hommes se construit d'abord par la création d'outils rudimentaires, de plus en plus sophistiqués (pierres taillées, le feu, le pomb, le cuivre, le bronze et le fer), par diverses écritures favorisant la mise en forme des idées, des idéaux, des idéologies et religions, et l'essor de l'agriculture, des industries, des administrations et du commerce. Le développement des sciences, des techniques et des technologies a connu des périodes de croissance et de regression, avec des périodes de stagnation à un faible niveau lors du lent passage d'une civilisation à une autre, au point qu'il y avait des pertes de connaissances scientifiques et technologiques ! Et parfois avec une déhumanisation.

L'homme "divin" est un homme qui vit pleinement sa condition d'homme doté d'un cerveau doué non seulement pour assister le pilotage des fonctions animales de son corps, mais encore pour élaborer des raisonnements, des logiciels, pour comprendre les fonctionnements spécifiques des innombrables êtres vivants de la biosphère, y compris ceux de l'homme et de ses composants en symbiose avec le "vivant", avec les matières "inertes", avec le cosmos et ses rayonnements. L'homme divin est capable de philosopher, de s'extasier, de se transcender afin de découvrir et mettre en oeuvre des règles de vie, une moralité, pour assurer la pérennité de l'espèce humaine et du biotope planétaire qui lui est indispensable ! L'homme divin est le développement ultime, -sur notre planète- de l'homme-animal (homo sapiens !).

L'homme actuel dispose déjà d'un socle de connaissances pour améliorer son état d'humain et pour le propulser dans une ère nouvelle, celle de l'homme "galaxie" au sein de l'infiniment petit, (des milliers de milliards de cellules humaines, de bactéries et de virus), celle des liaisons avec son entourage domestique, celle d'une société humaine globale, solidaire et pacifique, celle de la biodiversité terrestre intégrant l'espèce humaine et celle de l'univers cosmologique de l'infiniment grand ! Pour y arriver différents domaines du savoir et des comportements doivent être revus et corrigés. Chaque niveau d'ère nouvelle doit être examiné seul, avant d'être fondu avec les autres dans une intégration accouchant de l'homme "divin" !

- L'homme galaxie

L'origine de chaque être humain est la cellule originelle constituée de l'ovule fécondé par un spermatozoïde, dans laquelle les deux génomes se marient pour former le génome avec son ADN spécifique. Lors des divisions cellulaires successives, cet ADN sera transmis à chaque nouvelle cellule. La division cellulaire d'abord en cellules identiques formant le blastocyte (de 16 à 32 cellules) se poursuit en incluant la sélectivité des fonctions des nouvelles cellules. Des logiciels (inclus dans l'ADN de la cellule ?) pilotent des programmes excécutés dans le temps, en séquences séries et parallèles, pour former les différents organes (foie, reins, coeur, cerveau...squelette, membres) de l'embryon puis du foetus. Après la naissance, les logiciels de développements sélectifs sont encore actifs surtout pour le développement du système nerveux et du cerveau, tout en continuant les divisions cellulaires assurrant la croisance de l'enfance vers l'adulte, certaines fonctions comme l'activation des systèmes de reproduction ne seront développés qu'après une dizaines d'années suivant la naissance. La regénération cellulaire se poursuit toute la vie à des rythmes différents selon les âges et les circonstances (cicatrisation d'une plaie...).

D'une cellule initiale on aboutit à un être humain constitué d'environ dix mille milliards de cellules, une grande galaxie de cellules ! Ces cellules ont des pouvoirs de communication grâce au système nerveux (et à ses terminaisons nerveuses), au sytème parasympathique et neurovégétatif, au système sanguin, au sytème lymphatique, au système immunitaire et à des éléments d'information (ondes, électrons et ions (dont les neurotransmetteurs), molécules diverses spécifiques comme les prions, les hormones et de nombreux constituants du sang.

La galaxie humaine (comme les galaxies de chaque être vivant polycellulaire), vit en symbiose avec des microbes, à savoir des bactéries (cent mille milliards de bactéries formant le microbiote du tube digestif, de la peau et sur diverses muqueuses) et des virus (virobiome) résidant là où il y a des bactéries du microbiote et surtout dans les systèmes sanguins, lymphatiques, dans les organes et entre et dans les diverses cellules.

- L'homme galaxie et son entourage "domestique"

L'homme-animal vit d'abord comme tous les animaux en interaction avec son milieu environnant, pour respirer, pour boire et manger, pour se protéger des agressions (morsures, piqures, blessures, pollutions de l'air, de l'eau, des aliments, empoisonnements, bactéries, virus et parasites à la base de maladies,...).

Les deux principaux systèmes en contact avec l'extérieur sont le système digestif et le système respiratoire. A ces deux systèmes s'ajoutent les 5 sens qui grâce aux terminaisons nerveuses spécifiues, envoient au cerveau des données essentielles sur le monde extérieur.

Le système digestif est principalement doté de bactéries (microbiote) et de virus. Il reçoit puis traite les aliments, avec l'aide ses sucs digestifs et intestinaux, et surtout des sécrétions bactériennes (enzymes) our casser les molécules organiques des aliments et les transformer en petites molécules assimilables par les nodosités intestinales reliées au système sanguin et parasympathique.

Le système respiratoire assure les échanges de molécules (eau, oxygène, CO2, divers gaz toxiques ou non) entre le sang et l'atmosphère extérieure. Il est aussi perturbé par des particules fines (fumées de tabac et de combustibles, particules minérales et chimiques, bactéries et virus). Actuellement avec la pandémie de Covid-19, son importance est mise en avant.

Les 5 sens sont les récepteurs d'informations extérieures traitées par le cerveau : un premier niveau de traitement est effectué par l'homme-animal, concernant les données physiques reçues ou détectées. Ils permettent l'évolution et l'adaptation de l'homme à son milieu, à la biosphère.

 

L'homme-galaxie dans un monde d'informations, de virtualités, en voie de transformation vers l'homme "divin"

Le cerveau est le siège de traitements des informations (d'abord pour tout animal) et surtout de raisonnements dans le monde des idées, de leur structurations en lois et règles de vie, et de transcendances dans un monde dit spirituel, imaginaire peut-être, pour situer l'homme dans l'espace-temps de l'univers, dans sa réduction à la biosphère terrestre et dans la cohabitation harmonieuse de tous les humains au sein d'une biosphère qu'ils se doivent de protéger.

L'homme "divin" n'est plus le maître du monde (de la planète terre) régnant sur le monde animal, sur les éléments de base (eau, terre, air, feu). Pour vivre et survivre il est un des constituants du biotope planétaire. Mais il est beaucoup plus que cela car il a la connaissance et le savoir, toujours partiels ou incomplets. Et il sait que, à la fois il est dépendant d'un écosystème de la biosphère qu'il découvre chaque jour grâce à ses savants et qu'il se doit de préserver ; il peut se prétendre maître de se système car il a les pouvoirs pour le détruire. Alors s'il le fait il ne pourra pas le regénérer car l'homme disparaîtra avec le système.

L'homme "divin" ne peut plus prétendre à une divinité de dieux tout puissants, comme pour les dieux de l'Olympe des Grecs ou du dieu de la Bible, il ne peut que tendre vers une divinité type Jésus-Christ, Dieu de la Vie, de l'Amour, de la Fraternité, du Respect des êtres, des choses et de la nature. Même si c'est une "mission impossible" c'est un devoir, un objectif de Vie, un sens donné à l'Humanité que l'on doit essayer de mettre en oeuvre et d'essayer encore et encore après chaque échec ou désillusion !

Bon courage à chacun et à tous !!!


Moyenne des avis sur cet article :  2.31/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • Laconique Laconique 18 janvier 12:36

    « L’homme divin » est une formulation gnostique, hérétique.


    • Gollum Gollum 18 janvier 13:09

      @Laconique

      Encore une ânerie...

      Grégoire Palamas (1296 - 1359), saint de l’Église orthodoxe, a développé dans sa pensée un adage des Pères, selon lequel Dieu s’est fait homme, pour que l’homme devienne Dieu.

      Source : 

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Grégoire_Palamas

      Sinon on a ça du cardinal dominicain Schönborn : La divinisation, but de l’homme nouveau

      Source : https://www.homelie.biz/article-christoph-schonborn-la-divinisation-but-de-l-homme-nouveau-93843494.html

      Bon on pourrait facilement trouver d’autres exemples...

      Bref, Laconique encore un chrétien qui n’a rien compris à sa religion... comme beaucoup d’ailleurs...

      Ceci dit le texte de l’auteur est assez moyen avec pas mal d’erreurs.. pour aboutir à une religiosité vague assez insatisfaisante..


    • bartelby 18 janvier 19:36

      @Gollum

      Oui... et non.

      Laconique est ici lapidaire mais il a raison. C’est pourquoi je vais me permettre de développer.

      Il y a une grande différence entre un homme qui cherche à devenir Dieu et un homme qui offre sa vie pour permettre au Verbe de s’incarner. Ce n’est pas l’homme qui devient Dieu mais Dieu qui se fait homme dans l’homme qui s’efface devant lui.
      « Qui s’élève sera abaissé, qui s’abaisse sera élevé »

      Le premier est dans « le développement personnel », le second est dans l’extinction de sa personnalité. J’ai peux-être mal lu mais je crois bien que l’auteur parle de « développement personnel » en quête de l’homme divin. Il parle donc bien de l’homme en quête de divinité.

      Ensuite je pourrais faire un long commentaire pour dire que le boudhisme, le taoisme, le védantisme, l’Islam et le judaisme vont tous dans le même sens mais cela deviendrait un article et non plus un commentaire.

      Cordialement,
      LeMat


    • Gollum Gollum 19 janvier 10:22

      @bartelby

      Laconique est ici lapidaire

      Oui il est même... laconique.. smiley

      Ce que vous développez est juste. Enfin.. oui et non.. smiley

      J’ai bien vu que ce texte avait des relents new-âge.. Il n’empêche que Laconique aurait dû rappeler que la divinisation de l’homme faisait aussi partie du projet chrétien... Dès lors sa phrase est fausse.

      Et il aurait dû critiquer l’aspect new-âge du texte.. et développer l’aspect divinisation de l’homme d’un point de vue chrétien.

      Pour votre dernier § je ne vous suis pas du tout. Du moins dans une première approche disons exotérique. En profondeur cela pourrait se rejoindre mais on pourrait dès lors y adjoindre le christianisme.

      L’extinction de la personnalité dont vous parlez plus haut est le projet commun de toutes les spiritualités. Et s’oppose au new-âge qui est une contrefaçon qui nous vend du développement personnel à la place, terme ambigu et qui est un développement de l’ego... (avec une recherche de confort psychologique qui prend la relève du confort matériel bourgeois)

      Il y a ici sur ce site une adepte new-âge, Mélusine, qui répond à ces critères. Elle prône un discours de spiritualité particulièrement ambigu avec un mélange de faux et de vrai (avec 90 % de faux) et un ego gros comme une pastèque.. Elle se place d’ailleurs au centre de signes de la part du divin sans s’apercevoir qu’elle ne fait que poursuivre sa propre ombre.. La psychopathologie ici est évidente et montre les dégâts profonds occasionnés par une recherche intéressée et une absence flagrante d’honnêteté. 

      Mais cela peut toucher le chrétien de base qui se veut disons plus conforme. Mais cette conformité permet de mieux cacher les côtés psychopathologiques...


    • pierrot pierrot 18 janvier 12:44

      Intéressant.

      Mais on pourrait aussi faire un article sur les très nombreux crimes, tortures, dictatures, etc. générés par toutes les religions qui ont asservient l’homme.


      • amiaplacidus amiaplacidus 18 janvier 15:39

        @pierrot

        Un article ? Non, plusieurs bibliothèques.


      • Rantanplan Rantanplan 18 janvier 12:47

        N’empêche que la religion, ça peut sauver des vies. Un jour que Nif-Nif, Naf-Naf et Nouf-Nouf, jouaient, dansaient et chantaient, la porte s’est ouverte brusquement et un loup égaré est entré... ! Les trois petits cochons étaient, mais ils ont été rassurés quand le loup les a salués : « Salâm Aleykoum ! » , qu’il a dit , le loup.


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 18 janvier 17:34

          @Rantanplan

          Si ce loup était musulman pratiquant, les trois petits cochons n’avaient pas à être inquiets, mais si c’était un islamiste, il pouvait être carrément terroriste, mais normalement, dans ce cas là, il aurait crié « Allah Akbar ».


        • Excellent article de très haut niveau. J’en profite pour remercier Agora.VOX pour sa série sur le spiritualité et le passage de notre civilisation vers l’ère du verseau. .https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/le-message-des-pierres-la-science-88297. Ere du verseau qui devrait en fait ramener l’humain vers le divin en soi (je sais, à ce stade, c’est de l’ordre de l’utopie....Nouvelle Atlantide ou Arcadie Comme un accouchement. Il est évident que cela ne se fera pas sans dégâts.....Nous quittons 200 ans de matérialisme (le conjonctions Jupiter-Saturne se sont faites dans des signe de terre : matérialisme, capitalisme, communism. Heureusement avec la découverte de Neptune au moment de la naissance de Freud et Jung (dont l’ascendant est le verseau), la découverte de cette océan intérieur qu’est l’inconscient, nous préparions déjà l’ère suivante, celle de la spiritualité. Freud, taureau ascendant scorpion était encore trop attaché à une vision rationnelle et matérielle du monde. Mais malgré tout, il a cultive une longue amitié avec Jung... IL est temps que comme sur le Caducée d’HERMES, ces deux rives d’hier se rejoignent pour ne former qu’une seule entité..... Les grandes renaissances sont des cycles de cinq cents ans (moment où de nombreuses planètes se trouvent dans le signe du capricorne). Moins mille : David est roi d’ISRAËL. Moins cinq ans : siècle de Périclès, mille an (ou autour : christianisme. 1500 ans : Léonard de Vinci, François premier. Et maintenant. Les grandes ères durent 2160 ans ou 1260,...Ces calculs liés au équinoxes sont à affiner. Dans les deux cas, cela fait neuf (1+2+6). Comme nouveau, neuf ou n’oeuf....Les signes de Freud et Jung sont présents dans les quatre coins du tétramorphe. Jung aurait-il pris l’ascendant su Jung. Le verseau suivant le scorpion. Nous sommes bine à une ère apocalyptique.... Bien sûr, nombreux vont résister,.....Mais cela sera vain. Le fleuve poursuit son chemin,...Tant pis pour laconique mais la gnose fait son grand retour, mais sa phase adolescente que fut le new age. Nouvel Obs : l’étonnant retour en grâce des gnostiques : article du 4 avril 2020. https://www.nouvelobs.com/idees/20200404.OBS27060/l-etonnant-retour-en-grace-des-gnostiques-et-ce-qu-ils-nous-disent-sur-l-humanite-confinee.html


          • Étirév 18 janvier 13:15

            Religion ou religions ?
            En remontant dans le passé pour chercher l’origine de la Religion primitive, nous découvrons qu’elle était basée sur les lois de la Nature, qu’elle était naturelle. Et c’est en cela qu’elle diffère des religions modernes qui, toutes, sont basées sur la violation de la Nature, qui sont surnaturelles. Et comme toutes les erreurs triomphantes sont intolérantes, elles ne se laissent pas discuter, parce que leurs prêtres ont une conscience vague des absurdités qu’ils enseignent. Comme tous les usurpateurs, ils condamnent, avec la dernière rigueur, le régime antérieur au leur, celui qu’ils sont venus renverser.
            L’évolution religieuse a donc eu deux grandes phases bien tranchées :
            - La Religion naturelle.
            - Les Religions surnaturelles.
            Le surnaturel est une conception moderne qui caractérise une ère de décadence intellectuelle et d’ignorance que le genre humain a traversée mais dont nous sommes à la veille de sortir.


            • @Étirév Oui, le déclin éthique et moral est toujours le signe du début de la fin. Depuis l’Atlantide.... Cité des Dieux et des Nephilims. Même eux ont déchu....


            • Sozenz 18 janvier 13:17

              les religions c est comme les sciences ;

              tout dépendra de ce que vous en faites .

              il n y a pas de « différence » profonde entre le monde spirituel et le monde matériel.

               les liens entre le corps et l esprit , entre donc le spirituel et la sciences qui sont étroitement liés et présents pour les êtres incarnés .


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 18 janvier 13:25

                Bonjour, vous auriez pu mentionner la thèse de la période axiale de Jaspers que vous avez reprise dans le paragraphe consacré à Confucius, Lao Tse, Bouddha, Pythagore, auxquels il faut ajouter Homère, Hésiode, Anaxagore, Héraclite et quelques autres philosophes sans oublier Platon


                • @Bernard Dugué

                  Bien sur qu’ il l’ aurais pu , il n’ as pas besoin de toi pour ca .

                  Non seulement tu pratique la censure sur ta page , mais fait en plus que tu t’ accapare celle des autres pas glorieux tout ca .


                • @ㄈϤ尺Цら(« ochlocrate ») Pour le moment DUGUE ne nous fait rien traverser. Sa barque à explications scientifique s’est co-vidée...Bon !, il a reconnu s’être trompé...


                • @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Salut melusine , 

                  Le covid est un sujet extraordinairement compliqué et nouveaux , et c’ est tout a fait normal quand il emet des hypothese que certaine foire completement .

                  Ce n’ est pas ca que je lui reproche , mais le bannisement pour des motif partial et personelle ,

                  • il n’ as pas toléré que je prenne partie pour l’ hypothese provotella et son veritable auteur ...
                  • Il n’ as pas toléré non plus que je ressorte sa vielle video a science Po bordeaux qui montre bien qui il est vraiment ...
                  • A contrario , c’ est un vrai bordel sur sa page ou les troll peuvent librement harceler les autre commentateur du moment qu’ il encense le « grand dugué » en toute hypocrisie .
                  • il est a 50% de censure des article des autres auteur , juste apres Zxspectrum dans la hierarchie des censeur 
                  Et enfin , il se croit chez lui partout sur tout les article d’ agoravox et vient dicter aux autre auteur ce qu’ il doivent penser ou rajouter.

                  Bon OK , je peut etre lourd et taquin quand je plaisante , ou au contraire assez brut quand je te dit que tu centre trop ta philosophie esoterique autour de ton vecu ..

                  A+ melusine 


                • @ㄈϤ尺Цら(« ochlocrate ») Moi, il m’a suffit de citer un livre et boum : éjectée. 


                • Je ne vois pourquoi le fait de raconter mon vécu est un problème. Notre propre histoire peut aussi être vu comme une expérimentation scientifique... 


                • @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  oui je me rapelle bien , il pratique une censure abusive sur tout ce qui lui deplait .
                  c’ est une honte pour agoravox ...

                  vesjem a subit le meme sort , p1000 egalement , ainsi que bien d’ autre , la liste exacte est bien trop longue pour tenir dans ce commentaire ...


                • @ㄈϤ尺Цら(« ochlocrate ») si je raconte mon histoire, c’est aussi pour démontrer que la synchronicité existe. Ce qui donne aussi une valeur à l’astrologie qui travaille sur la synchronicité entre nous, la nature et le cosmos. Comment voulez-vous le démontrer autrement... ???


                • @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Je ne dit pas ca pour t’ offenser ... mais oui pour etre mieux comprise des autre tu aurais tout interet a separé les deux ...

                  Quand tu parle d’ esoterisme , tu devrais ne parler que de ca , et quand tu parle de toi idem .C’ est a cause de ce melange que beaucoup ici te prenne pour une vielle toupie a la masse Alors qu’ au contraire tu as des chose interessante a dire ...

                  Un autre de tes « default » lassant est d’ empiler dix commentaire les un en dessous des autre ( mea culpa ca m’ arive aussi quand j’ ais abuser du pastis smiley )

                  Je le dit honetement , comme je le pense et comme je le ressent vu de l’ exterieur .
                  Je n’ ais pas a te l’ interdire , je ne suis pas golum ( un autre censeur )

                  L’ ideal serait que tu te mette a faire des article tu as un excellent francais , 
                  ca serais bien plus simple de debatre de tes idées .


                • @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                   Comment voulez-vous le démontrer autrement... ???

                  c’ est bien plus probant quand on la cherche dans la vie des autres ...
                  qu’ on les fait metre le doigt sur des chose incomprehensible qui leur sont arrivé .

                  Quand on etale les notre , on passe pour des mythomane en manque d’ attention ce qui nous dessert grandement .

                  Ainsi que les these que nous emetons


                • @ㄈϤ尺Цら(« ochlocrate ») Mais je l’ai fait, et l’article n’est pas passé......Et puis, je donne des référence de bouquins à lire,... En Belgique c’est la catastrophe sur le plan mental. Et aucun psy ne peut faire face. Dites vous bien que je suis lue. Par des journalistes. Je retrouve souvent sur mon quotidien des opinions qui rejoignent les miennes. En plus j’écris sur des articles qui sont peu visités. Manière de rendre aussi hommage aux excellents articles qui ne sont pas lu. Vu que la fréquentation d’Agora est assez populiste, les articles de plus haut niveau sont délaissés. Et si j’écris, les populistes vont me c...er dessus. Petit aperçu avec Rosemar...


                • Et si avec le Covid, j’osais dire : Revenez sur le mariage homosexuel. Qui sait.... Vous voyez le tollé...


                • @melusine 

                  Oui j’ ais tenter aussi , et tout comme toi et arthes ce n’ est pas passer .

                  Je retenterais a nouveaux sans me laisser decourager .

                  En ce moment , les article passe un peut mieux en moderation , tu devrais peut etre saisir le creneaux et essayer de faire un exposé didactique sur les grand principe du karma et du destin ...rester le plus possible dans le generale certain pourrait peut etre t’ appuyer .

                  Moi personnelement ca me ferais plaisir de te lire meme si je ne suis pas d’ accord .

                  ca changerais de pas mal d’ autre article creux et pourtant publié une fois par jour .

                  Je pense que s’ il n’ y as rien d’ illegale ou d’ hors charte dans le texte les auteur devrai etre publié sans censure ideologique ni parti pris au moins une fois par mois .

                  c’ est tres frustrant et decourageant d’ ecrire pour rien .


                • @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  c’ est pourtant un bon theme , tout a fait defendable si tu y met les forme .
                  Moi j’ aurais prefere un pacs , monté au niveau des droit et devoir du mariage civile ... pour eviter toute confusion .

                  Les LGBT ne me gene pas s’ il ne sont pas heterophobe et neonormatif ...
                  par contre je suis contre la PMA ou l’ adoption sans referent masculin pour le mome .De meme que je m’ oppose aux hetero qui sont normatif et ne laisse pas a leur enfant choisir le chemin de leur bonheur ( ca existe aussi )

                  Si ton article sort je t’ en dirais plus ... ecrit le , je ferais ma tourné pour voir si je peut t’ obtenir quelque voix d’ auteur compatible avec ce debat .


                • @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  je doit me sauver , mais on en reparle ce soir si tu veut ?


                • Ma position est très claire : un enfant a besoin de référent paternel sexuellement différencié de la mère. CE qui a pour objectif de confronter l’enfant à la différence et l’impossibilité de la fusion psychotisante.


                • Vous remarquerez que le co-vid a comme effet de défusionner, de séparer et de voir l’autre comme un étranger et même un ennemi... Les maladies ont toujours quelques chose à nous apprendre sur nous même.


                • @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Ma position est très claire : un enfant a besoin de référent paternel sexuellement différencié de la mère. CE qui a pour objectif de confronter l’enfant à la différence et l’impossibilité de la fusion psychotisante

                  C’ est effectivement un grand classique en psychologie de la construction de l’ identité , qui me semble pour l’ instant incontournable tellement il est solide et bien établit . Surtout pour les tres tres jeune enfants .

                  A fortiori on voit les catastrophe que provoque les « orphelinat » ou les famille hétéro dysfonctionnelle ou ces modèles sont absent ... 

                  Beucoup de LGB sont des gens tres bien , tout a fait capable d’ accompagner un enfant adopté , ou en famille d’ acceuil , d’ autre seront d’ afreux pedophile , ou des heterophobe c’ est ceux la qui selon moi sont dangereux pour un enfants.

                  Le cas des T ou des queer ( de lgbt+) est bien plus complexe car eux meme ont un trouble de l’ identité qui ne se resoud que tres rarement .

                  pour en revenir au mariage pour tous , il me gene des qu’ on parle de PMA de GPA sans evaluer la capacité du couple et l’ interet de l’ enfant mais seulement l’ envie des parents .

                  L’ enfant n’ est pas un du , c’ est un devoir de bien faire et de le lancer dans la vie dans les meilleur condition .Si egalité entre lgbt et hetero on doit construire , elle se base plutot sur l’ interdiction d’ enfant a des couple qui par exemple ont comis des abus sexuel , quand il en on violler ou tuer un , il est abherant de les laisser en pondre 8 autre pour les maltraiter a nouveaux .

                  Si tu reprend ta plumme , n’ hesite pas a me tenir au courant j’ esserais de le lire , et de te dire ce qui peut passer et ce qui va bloquer .ecrit moi sur kenran@free.fr si tu as envie , je suis parfois long a repondre , mais je repond toujours.


                • @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Vous remarquerez que le co-vid a comme effet de défusionner, de séparer et de voir l’autre comme un étranger et même un ennemi...


                  Tout a fait , les mesure sanitaire , et l’ angoisse de la maladie on des effet deletere sur la société , c’ est extrêmement nevrosant et clivant .Et ca ne peut qu’ agraver les pathologie deja presente ( on en as tous , personne n’ est sain d’ esprit a 100%)
                  c’ est la these que tu essaiyait developper dans ton dieu/surhomme exoterique 

                  Par contre , c’ est trop complexe a mon avis pour le traiter en meme temps que le mariage pour tous , tu gagnera en efficacité en les traitant un par un , avant peut etre d’ oser une synthese de tout ces themes entre eux .

                  PS : je ne tutoit pas par impolitesse , mais pour te personaliser , je ne parvient a utiliser le vouvoiement que quand je ne connais pas la presonne , ou qu’ elle represente une fonction social , certainement un petit bug chez moi smiley
                  Ne te gene donc pas pour l’ utiliser quand tu en aura envie , ca ne me gene pas non plus que tu me vouvois .

                  A+


                • @ㄈϤ尺Цら(« ochlocrate ») O.K. 


                • J’ai un faible pour la 17ème carte du Tarot : l’ETOILE. Les catholiques romains s’en méfient parce que 17 fait XVII et signifie : MORT. La 17ème carte du tarot est bien celle du signe du VERSEAU. Nous y voyons une femme, ISIS et toutes ses variant, Maïa, Mélusine, qui verse le contenu de deux jarres. Signifiant qu’elle relie deux sources (la païenne et la chrétienne.....). Elle est reliée au Cosmos. ARCANE 17 de Breton. https://www.youtube.com/watch?v=yq0y2omcAu8. 


                  • Hier était un 17 janvier. Petite anecdote : Dalida, égyptienne qui vécu avec un descendant supposé du comte de Saint Germain est née le 17 janvier. Et fête des Roseline. Rose Line est un nom fictif donné au méridien de Paris et à la ligne du soleil définissant l’heure exacte de Pâques sur le Gnomon de Saint-Sulpice , marqué par une bande de laiton sur le sol de l’église, où les deux sont confondus, Et Dalida fut très proche de Mitterrand. Et hier, mon amie Martine (dont l’amie est la nièce de Mitterrand) m’a apporté un livre de Fanchon Pradalier Roy : L’AMOUR avec sur la couverture une ROSE rouge OU LE CHOIX DE LA VIE....Lire : Jean-PAUL BOURRE : l’ELE du Serpent ROUGE.. 


                    • J’ai beaucoup pense à la lettre Q (pour le choix de cette lettre par Qanon,...). 17ème lettre classique. Et 19 lettre de l’alphabet hébreux : Qof ou le soleil de minuit (celui qui est à l’intérieur). Comme nous le savons tous la dix-septième lettre de notre alphabet est le Q.
                       L’apparition de cette lettre dans le processus de création doit être interprétée comme un besoin de créer de la part de KaeL, ainsi, il peut se projeter vers notre monde matériel : c’est à dire la matière zodiacale.
                       Le Qof dans sa forme latine a pour valeur numérique 100 (sang) cela signifie que cette lettre symbolise la semence et l’énergie divine, nous rentrons dans le domaine de la kabbale phonétique.


                       Ce qui donne Q-O-H-P-H c’est à dire phonétiquement Qof.

                       JÉSUS est le soleil qui déverse sa Lumière sur la Terre : il est la manne Céleste.
                       L’alphabet Latin avec son miroir nous donne la lettre « QOHPH » qui est la première lettre de la Kabbale que l’on écrit aussi bien avec un C, un K ou un Q.
                       Ce qui nous indique que Jésus est l’initié Cosmique au niveau de la Création au sens le plus élevé du mot.

                      Rêver, n’est-ce pas être fécondé la nuit par le DIVIN (d’où divination ou message prophétique). 
                       


                      • popov 19 janvier 11:09

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                        J’ai beaucoup pense à la lettre Q (pour le choix de cette lettre par Qanon

                        Pour le choix de cette lettre à la fin de la série LGBTQQ, par contre, on n’a pas besoin d’explications cabalistiques.
                        Pas non plus quand on entend dire que Sibeth Ndiaye devait son poste à la grosseur de son QI.

                      • En quittant l’ère des poissons dont le mysticisme avait besoin d’être cadré, structurée par le signe en face : la vierge rationnelle et scientifique. Normal, ce signe est celui de la frigidité. Surtout ne pas se laisser envahir par l’émotion. Raison pour laquelle, la religion, du divin s’est calcifiée dans le dogmatisme. 


                        • Je ne défends ni les pro-Biden ou Trump. La pédophilie est une réalité qu’il faut dénoncer... Certains disent que le déguisement outrancier de celui qui semble être le chef de file de Qanon sont des allusion nazies à Wotan. Perso, ils me fait plutôt penser à un amérindien... qui revendique être le véritable ancêtre de l’Amérique. Si Biden ne continue pas la lutte contre les réseaux pédophiles du frappadingue Trump, il sera vite dézingué.....


                          • oncle archibald 18 janvier 15:03

                            Ecrire un article si long et si creux c’est fort heureusement, même ici, assez rare. Et malgré cet interminable verbiage arriver à peu de choses près à « zapper » les juifs c’est fantastique de bêtise ! Je me suis forcé à lire jusqu’au bout mais je le regrette.


                            • hugo BOTOPO 23 janvier 13:39

                              @oncle archibald
                              Bravo et merci pour votre courage à lire tout l’article : je comprend votre regret et je compatis à votre absence de compréhension du sens de l’article sur l’interférence des religions pour passer de l’homme-animal à l’homme-divin.

                              Le judaïsme a été évoqué en tant que religion du peuple d’Israël, dit « peuple élu ». Son ADN n’a pas de séquence pilotant le passage vers l’homme-divin, celui qui considère l’Autre, « le prochain » comme un Frère. Ce n’est pas la démarche du chef des Juifs « Netanyahou » vis-à-vis des Palestiniens (son prochain) pour prendre leur terre avec ses colonies (terme positif pour Israël et super Négatif pour la France).

                              De plus le Judaïsme est une religion qui perdure depuis des millénaires, ce n’est pas une civilisation ouverte à tous avec un caractère universel.



                              • OMAR 18 janvier 19:54

                                Omar9

                                .

                                @hugo Botopo :« L’Islam s’est surtout développé les armes à la main ».

                                .

                                Effectivement, mais pour le 1er siècle de son avènement et limité au Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et en Inde.

                                .

                                Alors, je salue votre honnêteté quand vous écrivez que : « le Christianisme connut des heures »sombres« ou d’affirmation de  »pouvoirs temporels" avec les Croisades, l’Inquisition et les guerres de religion entre catholiques et protestants".

                                .

                                Cependant, vous omettez le plus important, à savoir comment le Christianisme s’est développé hors Occident, surtout dans le continent américain :

                                L’Espagne a évangélisé par la violence les Indiens au prix d’une extermination massive et d’expropriations. Bartolomé de las Casas, a dressé un tableau très sombre de la Conquista.

                                .

                                Et la conquête de l’Amérique du Nord par les Anglais a été plus brutale. La colonisation y a entraîné une exclusion puise une extermination des Indiens.

                                .

                                ..


                                • popov 19 janvier 10:55

                                  @OMAR

                                  Effectivement, mais pour le 1er siècle de son avènement et limité au Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et en Inde.

                                  Tu as loupé un cours d’histoire, tu ne sais donc pas ce que les Ottomans ont fait dans ce qu’on appelle aujourd’hui la Turquie. Génocides, massacres, expulsions. De tous les peuples qui vivaient en Turquie avant l’invasion des Turcs, il ne reste que les Kurdes.
                                  Ces exactions ne se sont pas produites au premier siècle de l’islam, mais longtemps après —et elles continuent jusqu’à nos jours à Chypre.

                                • Jonas Jonas 18 janvier 20:53

                                  « Malgré le grand nombre de leurs adeptes -les croyants- et l’importance des pays où elles sont implantées majoritairement (ou exclusivement), ces 3 religions ne sont pas de grandes civilisations »

                                  L’Église Catholique romaine a été le ciment de la civilisation européenne, en unifiant pendant des siècles les différents clans et tribus qui se combattaient (pictes, bretons, normands, alamans, saxons, germains, burgonds, etc...), à l’origine de ses valeurs morales et spirituelles, les catholiques avaient la charge des hôpitaux, des malades, des pauvres, de l’éducation des enfants et de leur instruction (jusqu’en 1905).
                                  Les papes ont plusieurs siècles d’avance sur toutes les autres civilisations, l’Église romaine a par exemple interdit l’esclavage sur le sol européen dès le VIIème siècle, sous peine d’excommunication.
                                  L’état français a été construit intégralement pendant plusieurs siècles par des rois et reines très chrétiens catholiques (Clovis, Charles Martel, Pépin le Bref, Charlemagne, Aliénor d’Aquitaine, Philippe Auguste, Blanche de Castille, Saint Louis, Philippe le Bel, Charles VII, Louis XI, Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI...), en rassemblant patiemment et méticuleusement les provinces, les régions et en luttant contre les hérésies destructrices de l’unité de la nation (catharisme, protestantisme, invasions islamiques, etc...).
                                  Il n’y a pas en France un village sans son Église au centre de la commune.
                                  Toutes les institutions françaises, hôpitaux, associations caritatives, écoles, tribunaux, parlement, cour des comptes, poste, ponts et chaussées, banques, cathédrales,... que vous connaissez aujourd’hui ont été pensés, structurés et édifiés sous la France catholique.
                                  Les universités qui se construisent sur toute l’Europe occidentale, sont à la charge de théologiens, prêtres, chanoines, abbés, soeurs, ordres catholiques bénédictins, cisterciens, franciscains, dominicains,... dans la hiérarchie du Pape de Rome.
                                  C’est l’unité catholique de l’Europe qui permet par exemple à un Nicolas Copernic d’étudier dans l’université de Cracovie dans le royaume de Pologne, puis dans celles de Bologne, Rome, Padoue, Ferrare en Italie.
                                  Pourquoi croyez-vous qu’il y ait une croix catholique au sommet de l’université de la Sorbonne, et sur le dôme du Panthéon ?
                                  Pourquoi le plus vieil hôpital de Paris s’appelle Hôtel-Dieu ?


                                  La gastronomie raffinée que vous dégustez (vins d’abbayes, bières, liqueurs, miel, jambons, fromages...), ont été dans la grande majorité des cas bonifiés par des moines.

                                  La littérature chrétienne, le « Paradis perdu » de Milton, « Polyeucte » de Corneille, « Esther », « Athala » de Racine, Bossuet, « Mémoires d’outre-tombe » de Chateaubriand, etc... la musique sacrée de Palestrina, Hildegarde Von Bingen, Bach, Mozart, Vivaldi, Gounod, Schubert, etc... entre autres forment les piliers de la culture européenne.
                                  C’est cette unité qui a permis par exemple à un Tomas Luis de Victoria d’étudier la musique en Espagne, de parfaire sa formation à Rome, d’être pris sous la protection du cardinal allemand d’Augsbourg Otto Truchsess von Waldburg, et de composer pour l’Officium defunctorum à six voix pour les funérailles de l’impératrice Marie d’Autriche.

                                  Le calendrier grégorien de tous les pays européens, élaboré par les meilleurs scientifiques de l’époque des universités catholiques sous l’égide du Pape Grégoire XIII, est basé sur la naissance du Christ.
                                  Chaque jour, on fête un saint de l’Église catholique.
                                  Le dimanche est jour de repos pour tous, jour du Seigneur.
                                  Toutes les Églises font sonner leur cloches chaque heure qui passe.
                                  Les fêtes traditionnelles sont de tradition chrétienne (Noël, Pâques, Ascension, Assomption, Épiphanie, Toussaint, Carême, Pentecôte,...).
                                  Noël est fêtée depuis 15 siècles.
                                  Avant que le terrorisme islamique n’interdise toute représentation du Christ sur la voie publique, des crèches géantes étaient organisées à Noël, et ça ne gênait personne.

                                  S’il n’y avait pas d’Église catholique, il n’y aurait jamais eu de France, « fille aînée de l’Église ». La république et sa religion maçonnique n’ont fait que piller et dilapider cet héritage millénaire à partir de 1789.


                                  • hugo BOTOPO 23 janvier 14:26

                                    @Jonas
                                    « Les 3 grande religions monothéistes, Judaïsme, Christianisme, Islam ne sont pas des civilisations »
                                    Je le maintiens :
                                    Elles proliféraient sur un grand terreau civilisationnel, grec, romain, perse (pour une branche de l’Islam) et mésopotamien (avant JC).
                                    Le christianisme a pu s’implanter en Europe suite à l’édit de Milan de Constantin, empereur ROMAIN se convertissant au christianisme.

                                    Ce n’est que la volonté des rois et des roitelets d’agrandir leurs royaumes, de lutter contre des voisins et des « séparatismes travaillés en sous main par des sectes religieuses (cathares, protestantismes) qui a permis aux rois d’affirmer et d’accroître leur puissance : leur »soumission à la papauté« était politique de même que leur »propension à devenir protecteur« du Pape et de l’Église de Rome.

                                    Les rois de France n’ont été que considérés comme »fils aîné de l’Église« , surtout avec la sacralisation par le Saint-Chrême de la fonction royale, rendant le roi de France pseudo-chef de l’Église de France, depuis Charles VIII : les rois de France s’octroyaient ainsi une fonction de chef et de protecteur au sein du royaume.
                                    La notion de »France Fille aînée de l’Église« n’est apparue qu’avec Louis-Philippe, fils de Philippe-Égalité qui avait voté la mort de Louis XVI : Louis-Philippe n’était plus »un fils aîné« de la lignée des Bourbons. Cette appellation était politique pour affirmer le vieil attachement au Christianisme et justifier un combat contre la République.

                                    L’imprégnation romaine est constamment présente dans la France, dans la langue, dans l’édification des législations, dans les réalisations : ponts, édifices du moyen-âge, églises, abbayes.., de style roman (donc romain). Les cathédrales ont d’abord été de style roman et ont évolué en gothique avec l’apparition de la croix d’ogive et les arcs-boutants ; puis toute la Renaissance est un grand retour aux pensées, aux philosophies, aux arts des Grecs et des Romains, avec une petite évolution de l’architecture. La diffusion exponentielle est due à l’imprimerie naissante.
                                    Quant à l’ouverture de l’Église à la science, Copernic a eu de la chance de rester dans l’ombre contrairement à Galilée. La Sorbonne n’était à ses débuts qu’un établissement d’enseignement »selon la religion". La médecine était brimée, les dissections étaient interdites etc... Même la Bible était à l’Index pendant des siècles et c’est la généralisation de l’imprimerie qui a diffusé ce texte sacré des juifs et qui a été à la base des protestantismes !


                                  • Christian proctoconspirologue Christian 19 janvier 11:14
                                    Un petit rappel nécessaire à mon avis.

                                    Une synthèse des quadrants & AQAL selon Wilber :
                                    « Carte INTEGRAL AQAL
                                    Le modèle de fonctionnement de l’Integral Institute est la carte AQAL , une matrice évolutive multidimensionnelle intégrant les champs de recherche humaine : physique, biologie, psychologie, culture et spiritualité. L’acronyme « AQAL » incarne la conviction première de l’Institut que la connaissance humaine ultime rend compte de la qualité de vérité présente dans toutes les formes d’enquête, les rassemblant non pas comme un tas aléatoire, mais comme un tout vivant et conscient.
                                    Les quadrants représentent les quatre dimensions du Kosmos surgissant à chaque instant, les quatre dimensions de votre être surgissant cette seconde, et cette même seconde, et cette même seconde. Les quadrants sont : subjectif (supérieur gauche) ; intersubjectif (en bas à gauche) ; objectif (en haut à droite) ; et interobjectif (en bas à droite) - également connu sous le nom de Je, Nous et Cela.
                                    Un moyen facile de décrire les quadrants est de dire que l’axe Y divise la conscience, le côté gauche, de la matière, le côté droit. L’axe X divise le singulier, la moitié supérieure, du pluriel, la moitié inférieure. Bien que chaque quadrant ne soit pas réductible à un autre, ils sont liés les uns aux autres. Par exemple, dans la partie supérieure gauche, il y a les grands états de conscience : veille, rêve et sommeil profond. Ces états sont en corrélation dans le coin supérieur droit avec les ondes cérébrales bêta, thêta et delta respectivement. Ces états de conscience ne sont pas les ondes cérébrales ; les ondes cérébrales sont la manifestation extérieure de la conscience intérieure. Aucun quadrant n’est dominant ou antérieur aux autres. Tous les quatre surgissent simultanément d’instant en instant. Chaque moment subjectif vient déjà enchevêtré dans des modes intersubjectifs de discours et de communication, qui se manifestent eux-mêmes sous forme de modèles interobjectifs de systèmes technologiques, de modèles sociétaux et gouvernementaux, etc.
                                    Les quadrants sont une « carte de cartes ». Chaque quadrant contient certaines pratiques, appelées paradigmes, qui éclairent ces dimensions de l’être. Par exemple, la psychologie comportementaliste, avec son instruction de prêter une attention exclusive au comportement extérieur d’un individu, illumine le quadrant supérieur droit. L’approche AQAL cherche avant tout à intégrer le plus grand nombre de paradigmes et à permettre à chacun d’apporter ses propres connaissances fondamentales sans marginaliser les autres ni absolutiser ses propres affirmations vraies mais partielles. L’approche AQAL cherche à faire la lumière sur ce qui se produit déjà, et en faisant prendre conscience de ces modes de manifestation kosmique,
                                    KEN Wilber in Humanemergence.org

                                    inutile de me dire merci,il n’y a pas de quoi... smiley


                                    • Pascal L 19 janvier 12:02

                                      @Christian
                                      Je n’y vois que de l’orgueil. Orgueil de détenir une part de vérité que d’autres ne possèdent pas. Orgueil de penser que nous pouvons réduire l’univers à quelques schémas simplistes.
                                      Les scientifiques ont au moins l’humilité de penser que le peu qu’ils savent provient de l’observation de notre monde. Ici, le raisonnement est fait à l’envers : on part de la théorie pour en déduire les hypothèses sur lesquelles le réel devrait se calquer. Mais où sont les observations du réel qui confortent les hypothèses ?
                                      Tout schéma est faux par nature. « une idée fausse mais claire a toujours plus de poids qu’une idée juste mais complexe » (Alexis de Tocqueville). Le schéma peut être nécessaire pour nous permettre d’assimiler des concepts, mais il ne doit jamais masquer la complexité des phénomènes. Il doit forcément conduire au réel en ajoutant de la complexité à chaque étape et dans l’autre sens, le cheminement du réel au schéma doit être visible et compréhensible. La raison de chaque simplification doit être explicitée pour pouvoir faire le chemin dans l’autre sens.
                                      Il s’agit donc d’une secte. Ces théories sont assez proches de la Franc-maçonnerie qui voudrait bien unifier le religieux dans un cadre unique. L’objectif des francs-maçons est le pouvoir. Qu’en est-il ici ?


                                    • Gollum Gollum 19 janvier 12:29

                                      @Pascal L

                                      Orgueil de détenir une part de vérité que d’autres ne possèdent pas.

                                      C’est en accès libre donc pour tous.

                                      Sinon le schéma en 4 parties est logique et facilement observable contrairement à vos dires.

                                      Et bien évidemment on peut aller dans les deux sens du simple au complexe et inversement. Contrairement à vos dires là encore.

                                      Il s’agit donc d’une secte.

                                      Non c’est vous qui êtes dans une secte.

                                      Avec des affirmations totalement invérifiables qui mettent l’accent sur l’émotionnel, à dessein, bien évidemment, pour essayer d’engranger des âmes en peine, paumées, ayant besoin d’amour et d’affection..

                                      Et bien évidemment vous ne pouvez vous empêcher de balancer sur la FM dont les méthodes sont fort différentes..

                                      L’objectif des maçons est peut-être le pouvoir mais pas plus que le Vatican..

                                      Pour en revenir à Ken Wilber il est sur la bonne voie mais ses schémas manquent quelque peu de dialectique à mon goût..

                                      Rappelons ici qu’il a eu des précurseurs comme CG Jung par exemple qui a bien perçu la structuration du psychisme en 4 éléments...

                                      Pascal L est manifestement, par exemple, un type sentiment (introverti j’imagine) qui dévalue la pensée perçue comme orgueilleuse et satanique par essence.

                                      Ce n’est pas nouveau. Tout le discours bibliste, depuis les origines, a consisté à jeter l’opprobre sur l’intelligence.. et à promouvoir la sentimentalité vue comme une espèce de faculté enfantine digne des anges... et de Dieu. Dieu n’aimerait pas les intelligents.

                                      Le mysticisme contre la Gnose quoi. Vieille dualité qui a sa nécessité d’ailleurs mais seuls les gnostiques peuvent le savoir.

                                      J’entends ici par Gnose la possibilité d’un « salut » (j’emploie le terme chrétien) par l’intermédiaire de l’intelligence alors que le mysticisme se répand en soupirs d’amour..

                                      D’où le fait que par nature le mysticisme attire les natures féminines. Les grands mystiques chrétiens sont en majorité des femmes.

                                      Et comme le christianisme de masse n’est que mystique, le christianisme de masse est féminin par nature. 

                                      J’y vois d’ailleurs la raison profonde de l’homosexualité massive du Vatican qu’un bouquin célèbre (Sodoma) et non démenti, a révélé.


                                    • Christian proctoconspirologue Christian 19 janvier 12:42

                                      @Pascal L
                                      pour finir vous dite...
                                      Il s’agit donc d’une secte etc etc...franc mac...ect
                                      Argument classique,a mettre avec ,conspirationniste ect..ect..
                                      sans intérêt ,bref du flanc.
                                      master de cognition université Montpellier 2 ( « UNE SECTE BIEN CONNUE »(
                                      http://www.lirmm.fr/ ferber/Cognition/Spirale-cognition07.ppt.pdf

                                      ne vous en déplaise la bio-psychosociologique est enseigné en France
                                      http://www.lirmm.fr/ ferber/Jacques_Ferber_-_Home_page.html

                                      http://www.lirmm.fr/


                                    • Christian proctoconspirologue Christian 19 janvier 12:43

                                      @Gollum
                                      Merci infiniment... smiley


                                    • Christian proctoconspirologue Christian 19 janvier 13:03
                                      Jiddu Krishnamurti et Jean-Louis Dewez - La nature de la pensée (1979) FR

                                      https://www.youtube.com/watch?v=6mXoTsPYJo0&feature=youtu.be




                                    • Pascal L 19 janvier 15:10

                                      @Christian
                                      Je connais la spirale dynamique depuis très longtemps, mais j’ai du mal à y voir autre chose qu’un marqueur de l’orgueil humain... « Regardez, je suis plus avancé que vous ». Bien sûr, nous pouvons l’utiliser pour classifier des comportements, mais ranger des personnes dans des cases est une méthode certaine pour se tromper. De toutes façons, avec Spirale Dynamique, un résultat ne pourrait être interprété que par des personnes qui se trouvent au-dessus, ce qui crée une asymétrie dans la relation. C’est comme les indicateurs de QI, cela ne marque qu’un élément de la personnalité humaine et il faut faire attention à ne pas l’utiliser au delà. C’est là, la difficulté avec toutes les schématisations. Ils ne collent jamais bien au réel.
                                      Ce que je reproche au site que vous indiquez, ce n’est pas de faire appel à des schématisation, c’est de ne pas relier ces schémas au réel et d’en faire un outil de généralisation pour expliquer l’univers, c’est-à-dire exactement ce que le schéma ne peut pas faire. Les chercheurs dans les sciences durent savent qu’une loi ne peut être vraie que dans le domaine où elle a été vérifiée et la généralisation n’est pas possible. C’est d’ailleurs une difficulté que l’on rencontre chez bien des chercheurs en sciences humaines, mais bien sûr, pas tous. Toute théorie doit pouvoir être confrontée à la réalité et malheureusement, je ne vois pas beaucoup d’études qui cherchent cette vérification. Sans cette vérification, la théorie n’est qu’une coquille vide, un amplificateur d’orgueil.
                                      La comparaison avec les Francs-maçons n’est évidement pas neutre. C’est certainement encore une schématisation du réel, mais j’ai voulu souligner qu’ils suivent le même chemin d’unification de connaissances. Toute autre comparaison n’a pas forcément du sens. La généralisation à partir d’un schéma serait encore une erreur. Pour les Francs-maçons, ont connait le but de cette approche. Pour votre secte, ce but était une question qui reste toujours ouverte. Ça sert à quoi ?


                                    • Gollum Gollum 19 janvier 15:42

                                      @Pascal L

                                      J’ai la sensation que vous ne comprenez rien au film ou plutôt que vous ne voulez surtout pas comprendre...

                                      Tiens je vous ai retrouvé dans cette spirale. Vous êtes dans la catégorie :

                                      Conformiste, hiérarchique - Bleu

                                      « Regardez, je suis plus avancé que vous ».

                                      Vous ne vous privez pourtant pas de le faire (encore la paille et la poutre..) avec vos rencontres en tête à tête avec Jésus...

                                      ce qui crée une asymétrie dans la relation. Pour reprendre vos propres termes.

                                      Pas pour moi évidemment car je suis assez persuadé que tout cela est du fantasme pur et dur. Engendré par un esprit qui se veut supérieur.

                                      C’est comme les indicateurs de QI, cela ne marque qu’un élément de la personnalité humaine et il faut faire attention à ne pas l’utiliser au delà.


                                      Vous êtes pourtant un des très rares ici à vous être vanté d’un QI de 137.. Vous jouez à l’humble quand ça vous arrange... et à d’autres moments vous vous lâchez..

                                      Bon sinon tout le reste de votre discours c’est du bullschitt qui ne vaut pas un denier de sacristie.. 

                                      Pour votre secte, ce but était une question qui reste toujours ouverte. Ça sert à quoi ?

                                      Et la vôtre elle a servi à quelque chose ? A part nous faire perdre quelques siècles dans l’acquisition des connaissances...


                                    • Le Sudiste Le Sudiste 19 janvier 22:00

                                      @Gollum
                                      L’objectif des maçons est peut-être le pouvoir


                                      Peut-être ? Dans un pays comme la France, vous êtes en retard d’une révolution !
                                      L’objectif est de l’accentuer, seule issue pour ne pas le perdre.


                                    • Le Sudiste Le Sudiste 19 janvier 22:05

                                      @Gollum
                                      137 non. Le QI de Pascal L je croyais qu’on était d’accord sur un petit 110 ? Hein ? Des fois on croit qu’il fait froid et quand on regarde le thermomètre on dirait pas...


                                    • Electric Electric 19 janvier 14:15

                                      La sociopathie est au coeur des 3 religions du livre :

                                      le créateur chasse Adam & Eve du Paradis

                                      le créateur exige le sacrifice du sang des enfants d’Adam. Si Caïn tue Abel, c’est car il a compris que le bon sacrifice est celui du sang. Quoi de mieux pour satisfaire le psychopathe que de sacrifier son propre frère ? Il a cru bien faire !

                                      le créateur exige d’Abraham le sacrifice de son fils, qu’il est prêt à accomplir, pauvre fou !

                                      Le ver est dans le fruit depuis le premier jour.

                                      Yahvé est taré !

                                      Pire encore qu’EGO dans les gardiens de la galaxie !

                                      Les gnostiques dénomment le psychopathe Ialdabaoth, l’archonte, dont les zaddiks de Palestine étaient les zélés zélotes, bref, des tarés apocalyptiques que surveillaient les gnostiques du Nil (Nag Hammadi revu par J L Lash).

                                      Il n’existe que 3 visions de Dieu possibles :

                                      1/Dieu parfait omniscient et omnipotent créateur de toutes choses

                                      2/la conscience cosmique s’incarne dans la matière et après un long travail, labore labore labore retourne à la conscience cosmique > gnostiques, taoïstes.

                                      3/Dieu comme l’Homme est en devenir, Dieu est le but du voyage, pas le point de départ, il est le point Oméga où humanité et divinité fusionnent > illuminisme. L’homme, par la Dialectique hégélienne spirituelle tend vers l’apex, et Dieu avec !

                                      D’une bouille à peine consciente, la conscience s’expanse dans la matière pour tendre vers le point Oméga dans un dialogue, une dialectique permanente noumène/phénomène > monde dimensionnel / monde sans dimension.

                                      C’est l’illuminisme bien compris, et il n’existe pas d’autre voie raisonnable.

                                      Cosmogonie : 1/0 = infini ou 1/infini = 0.

                                      Par décret, nous avons décidé que zéro n’était RIEN. Hors, quelque chose divisé par toutes choses ne peut être RIEN !

                                      Alors ?

                                      Nous vivons entre le zéro et l’infini, le monde dimensionnel.

                                      Zéro et l’infini sont le monde du noumène, le siège de la VOLONTÉ !

                                      Dieu en devenir vit dans le zéro et l’infini, le noumène que Kant déclara inconnaissable, à tord, car adimensionnel !

                                      L’univers est une étoile à 6 branches, 3 branches phénoménologiques, 3 branches nouméniques.

                                      Nous explorons le noumène à travers Imagination, Inspiration, Intuition dans notre Soi Supérieur, notre point de contact avec le noumène, au delà du personna, le masque, de l’égo, de l’anima/animus.

                                      Premier travail > partir en quête de son anima pour les hommes (EROS), de l’animus (LOGOS) pour les femmes.

                                      En nourrissant notre Soi Supérieur nous incrémentons Dieu par la Dialectique Spirituelle, nous nourrissons les Dieux, et par le process de la résonance morphogénétique mise en évidence par R Shelkdrake, nous faisons évoluer aussi bien l’espèce phénoménologique que ses archétypes nouméniques, du plan divin.

                                      Nous sommes conscients car l’univers est conscient.

                                      La qualité de « Dieu » à un instant T dépend donc de la qualité de notre psyché collective ici bas.

                                      C’est pourtant pas compliqué !

                                      Un monde meilleur :

                                      fin de l’abrahamisme sous toutes ses formes > redéfinition du Droit, limitation des Lois à la portion congrue.

                                      La dette éternelle bancaire à tout à voir avec la dette éternelle du péché originel !

                                      fin des grandes lignées familiales à fortes capitalisations sociales et financières, de toutes les monarchies, limitation des effets de la Génération, l’origine du mal.

                                      fin de l’embrigadement de la jeunesse dans les religions et idéologies d’adultes tarés et hautement dysfonctionnels

                                      Prise en compte des types endocrinologiques et sanguins dans l’orientation de la jeunesse, fin de la casuistique jésuite ou de l’art de l’équivoque, et de la société du spectacle, pierre angulaire des jèzes.

                                      fin de ces armées de fonctionnaires serviles prêtes à tout pour 2000 balles par mois (masques sur les enfants de 6 ans, flics tarés, juges tarés, ...)

                                      Donc, pas pour demain !

                                      Je retourne dans mes catacombes avec Goethe, Novalis, Hegel, Nietzsche, Rumi, ... où Dionysos et Apollon ont rendez-vous pour un combat homérique.

                                      Une vieille histoire de shamans pendus.

                                      Les illuminatis existent -ils ? Oui, mais ils ne sont pas ce que l’on nous fait accroire.

                                      Spartacus.


                                      • Christian proctoconspirologue Christian 19 janvier 21:34

                                        https://medium.com/benefit-mindset/complexity-inside-and-out-c92580800f87


                                        COMPLEXITÉ INTÉRIEURE ET EXTÉRIEURE
                                        Ash Buchanan
                                        23 août 2017 · 5 min de lecture
                                        « Nous vivons des temps complexes.
                                        Stephen Hawking a appelé ce siècle « le siècle de la complexité ». C’est ce moment où la culture dominante s’éveille à la nature complexe de la réalité. Celui où apparait la prise de conscience que, si l’univers est composé d’éléments contrôlables et prévisibles, il est surtout largement incontrôlable, imprévisible et émergent.
                                        Cependant, ces aspects contextuels de la complexité ne sont pas les seuls aspects auxquels la culture dominante s’éveille. Beaucoup se rendent également compte qu’en plus de la complexité de notre monde, il y a aussi une complexité au plus profond de notre vie intérieure.
                                        Dans cet article, nous examinons pourquoi, lorsque nous réfléchissons à la meilleure façon pour les personnes-moteurs de gérer la complexité, il est utile de la considérer à l’intérieur ET à l’extérieur.
                                        La Complexité des Contextes
                                        « Les leaders vraiment habiles sauront non seulement comment identifier le contexte dans lequel ils travaillent à un moment donné, mais aussi comment changer leur comportement et leurs décisions pour correspondre à ce contexte. Ils préparent leurs organisations à comprendre les différents contextes et les conditions de transition entre eux ». - David Snowden et Mary Boone
                                        L’un de nos moyens préférés pour naviguer dans la complexité de nos contextes est d’utiliser le framework Cynefin de David Snowden [image ci-dessous].
                                        Le cadre décrit cinq contextes différents qui sont pertinents pour les différents types de défis auxquels nous sommes confrontés :
                                        Simple - Le domaine des interventions de bonnes pratiques.
                                        Contextes caractérisés par des relations linéaires contrôlables, prévisibles et évidentes pour tous. La bonne réponse est bien connue, évidente et incontestée.
                                        Compliqué - Le domaine d’expertise.
                                        Contextes caractérisés par des relations contrôlables et prévisibles qui sont connaissables et reproductibles. Ils ne sont pas évidents pour tout le monde et nécessitent une enquête et une expertise pour s’y retrouver.
                                        Complexe - Le domaine de l’émergence. 
                                        Contextes caractérisés par des relations inconnues, imprévisibles, incontrôlables, adaptatives, interdépendantes et non linéaires. La relation entre cause et effet est en constante évolution et ne peut être connue que rétrospectivement. Les modèles émergent du prototypage et des expériences assurées d’échouer, afin que la voie à suivre puisse se révéler. Ces contextes volatils et ambigus sont mieux gérés avec la facilitation, le coaching et l’apprentissage basé sur la présence.
                                        Chaotique - Contextes caractérisés par l’absence de relation connaissable entre cause et effet.
                                        Les dirigeants doivent d’abord agir pour établir l’ordre, sentir où la stabilité et la sagesse collective sont présentes et réagir en transformant la situation du chaos en complexité.
                                        Trouble - Situé au centre, cette condition s’applique lorsqu’il n’est pas clair lequel des quatre autres contextes est prédominant.
                                        Le cadre Cynefin met en évidence pourquoi les approches qui fonctionnent bien dans un contexte ne fonctionneront pas nécessairement dans un autre. Naviguer dans nos contextes n’est pas une proposition universelle. À mesure que les circonstances et les contextes changent, notre approche et notre style de navigation doivent évoluer.
                                        Complexité de l’esprit
                                        « Lorsque nous percevons le monde comme« trop complexe », nous ne vivons pas seulement la complexité du monde. Nous vivons actuellement un décalage entre la complexité du monde et la nôtre. » - Robert Kegan
                                        Pour faire face à la complexité de nos défis, nous devons également développer notre propre complexité.
                                        Dans cette perspective, les recherches de Robert Kegan et Jennifer Garvey Berger sur la complexité de l’esprit sont précieuses. Au fur et à mesure que notre esprit mûrit et devient plus complexe, nous évoluons à travers 5 étapes de maturité du sens qui se transcendent et s’incluent mutuellement. Un déroulement sain de chaque étape est nécessaire pour fournir une base aux étapes futures. À chaque étape progressive du développement conscient, notre identité, notre vision du monde et la façon dont nous interprétons nos défis évoluent. Les idées, les croyances et les valeurs que nous avons à un stade peuvent sembler moins significatives ou simplement inadéquates à des stades ultérieurs de développement.
                                        Esprit impulsif - L’identité et l’environnement sont fusionnés. Nous n’avons aucun sentiment de séparation.
                                        Esprit instrumental - Notre identité émergente est définie en répondant à nos désirs physiques.


                                        • Christian proctoconspirologue Christian 19 janvier 21:35

                                          SUITE

                                          Esprit socialisé - Notre identité est définie par les idées et les valeurs de la culture, du groupe ou du système auquel nous appartenons. Notre moi est cohérent par son alignement et sa fidélité à ce à quoi nous nous identifions. Nous sommes soumis à nos relations interpersonnelles et à notre mutualité et répondons aux besoins, intérêts et désirs individuels.
                                          Esprit auto-auteur - Nous prenons conscience de l’environnement social auquel nous appartenons et notre identité est définie par notre capacité à nous auto-diriger, à prendre position et à fixer des limites pour nos vies au sein de ces systèmes. Notre moi est cohérent par son alignement avec son propre système de croyances, idéologie ou code personnel. Nous sommes soumis à la paternité et répondons avec des relations interpersonnelles et la mutualité.
                                          Esprit auto-transformant - Nous prenons conscience des interrelations entre les systèmes et réagissons avec la paternité, la transcendance créative de l’identité et de l’idéologie. Notre moi est cohérent par sa capacité à ne pas confondre la cohérence interne avec l’intégralité ou l’exhaustivité, et par son alignement avec la dialectique plutôt qu’avec l’un ou l’autre des pôles.
                                          Une plus grande complexité d’esprit ne garantit pas de meilleures performances, de meilleures compétences interpersonnelles ou un bien-être amélioré. Cela signifie que nous pouvons conserver une plus grande complexité, ambiguïté et paradoxe dans notre esprit, ce qui améliore notre capacité à comprendre et à prendre une perspective sur nos défis.
                                          « Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à rechercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. » - Marcel Proust
                                          Kegan et Berger soulignent que tant que nous n’avons pas connu un stade ultérieur de développement, nous ne sommes généralement pas conscients de son existence. Ils sont invisibles pour nous, au-dessus de nos têtes. Ce n’est que par le processus de développement - et en devenant plus pleinement nous-mêmes - que notre création de sens mûrit et que nous voyons le monde à nouveau.
                                          Ce qui est intéressant à noter, c’est que ce n’est généralement que tard dans la phase d’auto-création ou au début de la phase d’auto-transformation que nous prenons conscience de la complexité dans nos contextes et de la complexité dans notre esprit. Cela signifie que la capacité à prendre conscience de nos défis complexes et à y répondre, nous oblige à développer notre propre complexité.
                                          Se préparer au siècle de complexité :
                                          Par conséquent, pour mieux naviguer dans nos futures possibilités dans un monde complexe, il est essentiel de considérer l’interaction entre la complexité de notre vie intérieure et la complexité de nos contextes.
                                          Ces idées ont des implications profondes pour l’éducation du 21e siècle et le leadership du 21e siècle. Cela me fait me demander ce qui serait possible si nous avions toute une génération de leaders avec les outils contextuels et la complexité d’esprit pour naviguer dans les grands défis complexes de notre époque.

                                        • Le Sudiste Le Sudiste 19 janvier 21:50

                                          @Christian
                                          C’est très intéressant.
                                          Et ça, c’est j’aime beaucoup : « Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à rechercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. » - Marcel Proust

                                          Je n’ai pas le recul de la réflexion pour envisager une réponse à votre interrogation. De grandes choses certainement...
                                          Merci pour ces 2 coms.


                                        • Christian proctoconspirologue Christian 20 janvier 02:18

                                          https://resonancepath.com/evolution-toward-wholeness/

                                          « Au XXe siècle, les scientifiques ont entrepris de réexaminer nombre de leurs postulats opératoires les plus fondamentaux – et ont constaté qu’ils ne tenaient plus. Ils pensaient qu’on pouvait connaître les phénomènes en analysant séparément les éléments qui les composent, mais cette vieille idée a dû céder la place à la conception opposée : on ne peut comprendre les parties qu’en sachant quelque chose de leurs rapports avec le tout. Bref, rien n’existe isolément, comme objet autonome. Tout existe en relation à l’« autre ». La nouvelle science a été baptisée « théorie des systèmes » et elle a contesté l’ancienne pensée sur la nature de la nature. La théorie des systèmes fragilise aussi le reste du projet des Lumières, en particulier l’idée de l’être autonome opérant dans un monde neutre, auto-optimisant, peuplé d’autres êtres autonomes dont chacun maximise son utilité individuelle. La théorie des systèmes soutient que la nature du tout est supérieure à la somme de ses parties. Parce que c’est la relation entre les parties qui crée quelque chose de qualitativement différent au niveau du tout. Par exemple, nous savons par expérience qu’un être vivant est qualitativement différent d’un cadavre. À l’instant de la mort, toutes les relations qui composaient ce vivant, ce tout, disparaissent, ne laissant qu’un corps de matière inerte. La nouvelle pensée systémique doit beaucoup au champ émergent de l’écologie. L’écologie a défié le modèle darwinien, qui insistait sur la lutte concurrentielle entre les vivants individuels pour des ressources rares. Dans le modèle écologique, plus récent, la nature est constituée d’une multitude de relations symbiotiques et synergiques où le sort de chaque organisme est tout autant déterminé par le soutien réciproque que par un quelconque avantage compétitif. Tandis que la biologie de Darwin privilégiait l’organisme individuel et l’espèce et reléguait l’environnement au statut de toile de fond riche en ressources, l’écologie définit l’environnement comme la totalité des relations qui constituent ce que nous appelons la nature et l’existence.
                                          (...)
                                          On assiste à l’émergence d’une nouvelle science, dont les principes et les postulats opératoires sont plus compatibles avec les modes de pensée en réseau. L’ancienne science voit la nature comme un ensemble d’objets ; la nouvelle science voit la nature comme un ensemble de relations. L’ancienne science se caractérise par la neutralité, l’expropriation, la dissection et la réduction ; la nouvelle science, par l’engagement, la reconstitution, l’intégration et l’holisme. L’ancienne science veut rendre la nature productive ; la nouvelle science, la rendre durable. L’ancienne science recherche le pouvoir sur la nature ; la nouvelle science, un partenariat avec la nature. L’ancienne science valorise l’autonomie par rapport à la nature ; la nouvelle science, la reparticipation à la nature. La nouvelle science nous fait passer d’une vision colonialiste de la nature – une ennemie qu’il faut piller et asservir – à une vision nouvelle où la nature est une communauté dont il faut s’occuper. Le droit d’exploiter, de mettre au travail et de posséder la nature sous forme de propriété est tempéré par l’obligation d’entretenir la nature et de la traiter dignement et respectueusement. La valeur utilitaire de la nature cède lentement la place à la valeur intrinsèque de la nature. Notre participation croissante à des réseaux, notre nouvelle aptitude au multitâche et à l’activité simultanée sur pistes parallèles, notre conscience toujours plus vive des interdépendances économiques, sociales et environnementales, notre quête de relations et d’insertion, notre disposition à accepter les réalités contradictoires et les perspectives multiculturelles et notre comportement-processus – tout nous prédispose à la pensée systémique. Si nous parvenons à mettre la réflexion holistique au service d’une nouvelle éthique mondiale, capable de comprendre les nombreuses relations qui constituent les forces de soutien de la vie sur la planète et d’œuvrer à les harmoniser, nous aurons franchi le seuil d’une économie mondiale proche du climax et de la conscience biosphérique. » Jérémy Rifkin, Une nouvelle conscience pour un monde en crise. Vers une civilisation de l’empathie

                                          • Christian proctoconspirologue Christian 20 janvier 11:49

                                            une petite der

                                            Nish Dubashia est un universitaire indépendant, un penseur intégral et un pratiquant de longue date du yoga et de la méditation.
                                            Il vit au Royaume-Uni et détient un diplôme spécialisé en mathématiques de l’Université de Warwick, où il a étudié avec certains des meilleurs mathématiciens de recherche au monde.
                                            Il est l’auteur de The Unity of Everything : A Conversation with David Bohm (2018), qui raconte comment il a été personnellement invité par Bohm, l’un des plus grands physiciens du XXe siècle et proche associé d’Einstein, au Birkbeck College de Londres , pour discuter d’un modèle évolutionnaire et métaphysique que Nish avait développé alors qu’il était encore au début de la vingtaine, et ses corrélations possibles avec la physique moderne et la spiritualité orientale.
                                            Le livre a été référencé dans The Journal of Dialogue Studies et dans un atelier académique connexe à Londres par le Dr Beth Macy, un consultant en développement organisationnel très honoré et récompensé et un universitaire jungien du Texas, aux États-Unis.
                                            Nish écrit également de la fiction sous le nom de plume Nishad Cote, et ses œuvres incluent Gifted : The Story of a Young Genius (2015) et Dancing with Angels : One Man’s Search for the Sens of Life (2020). « 

                                            • Gollum Gollum 20 janvier 12:29

                                              @Christian

                                              Bonjour et merci pour cette série de posts fort justes et malheureusement un peu trop... complexes.

                                              Pour résumer : Vous évoquez un changement de paradigme, de weltanschauung disent les allemands.

                                              L’ancien était caractérisé par l’illusion de la séparation des objets entre eux, ceux-ci étant bien définis. Le nouveau renonce à cette illusion (la séparabilité n’existe plus en mécanique quantique) et du coup renonce à la maitrise sur le monde qui découlait de cette illusion des objets séparés et donc maitrisables..

                                              Les paramètres sont en nombre quasi infini dans n’importe quelle équation, c’est particulièrement vrai dans le domaine du vivant qui dès lors est encore moins instrumentalisable que le monde des macro-objets. 

                                              La crise du Covid le montre d’ailleurs. A peine un vaccin est sur pied que des mutations viennent brouiller le jeu...

                                              On peut d’ores et déjà supputer que si maitrise de la covid arrive un autre virus fort différent pourrait prendre la relève.. et tout sera à recommencer..

                                              Le véritable remède étant bien évidemment de renoncer aux élevages de masse qui sont de vraies bombes biologiques potentielles.. élevages de masse précisément dues à cette prétention à la maitrise..

                                              Bref, la complexité entraine la mort de Prométhée et de tout l’arrière fond idéologique de la science occidentale de la maîtrise sur la nature..
                                              Ce refus de la complexité de l’ancienne vision est ce qui entraine des possibilités de catastrophes à foison..
                                              Les catastrophes devenant de plus en plus évidentes (le changement climatique en est un) le nouveau paradigme s’installera de plus en plus.

                                              Bon y aurait encore beaucoup à dire mais je vais arrêter là sinon ça deviendra une usine à gaz... smiley


                                            • Christian proctoconspirologue Christian 20 janvier 20:00

                                              @Gollum
                                              Complexe,mais l’on s’habitue très vite, pire que la drogue..
                                              cadeau pour toi. 
                                              Approche intégrale
                                              https://storage.canalblog.com/69/13/1679409/128475300_m.jpg?963776

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

hugo BOTOPO


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité