• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Qui a dit que l’islam est tolérant ?

Qui a dit que l’islam est tolérant ?

Au Maroc, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il fasse chaud, ramadan sera toujours là pour nous rappeler cruellement que nous vivons dans un état islamique.

  Ramadan est une joie pour les enfants. Pour l’enfant que j’étais, ce mois représentait la fête par excellence. 

  D’abord par la rupture du jeûne qui se faisait autour d’une table couverte de délices. Le repas était une succession de friandises. La plupart des aliments étaient sucrés, les gâteaux étaient aussi nombreux que variés, il y avait aussi des dattes, du miel, du lait, du jus d’orange, des œufs bouillis, des pâtes d’amandes et au milieu de la table, trônait l’énorme marmite qui contenait cette fameuse harira que seules nos mères respectives réussissaient. Ce délicieux breuvage aux pois chiches, aux lentilles et surtout aux morceaux de viandes que l’on se disputait si la louche nous a été défavorable. Pour l’enfant modeste que j’étais, ce mois était celui de l’abondance et je trouvais tout à fait naturel que mes parents fassent d’énorme sacrifice pour honorer cette tradition religieuse importée d’Arabie. 

 Ensuite il y avait cette vie nocturne où les enfants avaient la permission de jouer dehors jusqu’à deux heures du matin. On était libres, sans aucune contrainte, la rue nous appartenait, les adultes étaient occupés à vivre leur ramadan. Nos mères, après avoir fait cette cuisine gargantuesque, courbaient l’échine sur une montagne de vaisselle, ensuite elles devaient préparer le dîner, puis refaire la vaisselle et repréparer le dernier repas avant le lever du soleil. Pendant ce temps-là, nos pères se réunissaient pour la grande prière, ensuite ils allaient se délasser dans les terrasses de cafés où curieusement il n’y a que des hommes.

 Mais une fois que l’on devient adulte, cette cérémonie prend du poids et devient aussi lourde que longue. Il y a des matins où on voudrait s’étaler au soleil dans une terrasse de café avec un bon livre et pourquoi pas une bonne bière fraîche. Mais voila que tous les cafés sont fermés et les rares qui restent ouverts ne vous serviront aucune boisson. L’article 222 veille, il est strictement interdit de consommer en plein air sa boisson préférée sous peine d’un à six mois de prison.

En plus des forces de l’ordre, les civils musulmans le verraient d’un mauvais œil, ils trouveront votre attitude insultante, irrespectueuse envers l’islam. D’ailleurs ce qui est terrible avec cette religion, c’est l’intolérance.

Cette intolérance se permet de vous interdire de boire de l’eau dans votre propre voiture. Pire ! Cette intolérance s’invite même chez vous. Si vous habitez dans un immeuble social où les odeurs de cuisine voguent d’appartement en appartement, il est très difficile de se griller une cigarette. D’autant plus que l’odorat, pendant une journée de jeûne, devient sensible aux odeurs qui font envie. C’est ainsi que dans ma propre maison je ne peux fumer, au risque de m’attirer les foudres des voisins et peut-être la folie meurtrière de l’intégriste de l’immeuble. D’ailleurs pendant cette période les gens deviennent extrêmement bigots : Les femmes se voilent, les hommes laissent pousser leur barbe, les garages se transforment en mosquées où les hommes se pressent pour écouter des prêches virulents. Les enfants eux-mêmes deviennent suspicieux, ils se font tirer la langue mutuellement pour voir si elle est blanche et sèche. Gare à celui qui aura une langue rose et humide. Il sera traité de fillette, de mécréant. Très jeunes, les musulmans apprennent à être intolérants envers les autres. Adultes ils continuent à se surveiller mutuellement.

 

 Qui a dit que l’islam est tolérant ?


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (108 votes)




Réagissez à l'article

243 réactions à cet article    


  • Rounga le légendaire Roungalashinga 27 août 2009 11:20

    Vous ne parlez pas de l’islam, vous parlez du Maroc.


    • Sophronius 27 août 2009 14:23

      Que voulez vous dire Runga ? Que l’intolérance citée par l’auteur serait due à un gène typique de l’ethnie marocaine ?


    • Rounga le légendaire Roungalashinga 27 août 2009 14:39

      Sophronius, grand exégète, arrive à déduire des choses surprenantes à partir d’une simple phrase : « Vous ne parlez pas de l’islam, vous parlez du Maroc. » En effet, ce Sherlock Holmes du discours arrive à prétendre que je soutiens là une thèse raciste. Il y en a qui ont l’odorat tellement subtil qu’ils arrivent à déceler le racisme partout, c’est impressionant.

      N’allez pas chercher midi à quatorze heure, Sophronius, je ne dis qu’une chose : l’article est un témoignage du Maroc, alors que son auteur nous le présente comme un témoignage sur l’islam en général. Il y a escroquerie quelque part, ou bien il aurait fallu qu’il nous explique ce qui nous permettait de passer du cas particulier au cas général.


    • LE CHAT LE CHAT 27 août 2009 14:54

      Si , le Maroc a une réputation d’islam soit disant tolérant , avec la présence de nombreuses confréries soufites , alors si ça craint déjà au niveau de la tolérance chez ceux qui sont sensés être les plus tolérants , je te dis même pas chez les wahabites , les chiites et autres talibans fous de Dieu .....


    • Paradisial Paradisial 27 août 2009 20:12

      L’auteur n’a même pas parlé de l’islam, ni même du Maroc.

      Il exprimait des ressentiments personnels en procédant à des généralisations qui ne grandissent pas la lecture du lecteur, mais par contre satisfont beaucoup l’ignorance crasse des islamophobes qui y trouvent très très bien leurs comptes.

      Cela ne grandit pas l’auteur, ni ces dernières gens.


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 27 août 2009 20:15

      Paradisial, toujours prosélythe. Toujours dans la dénégation. Toujours usant. Toujours en forme.


    • Senatus populusque (Courouve) Courouve 27 août 2009 20:25

      Et toujours dans la dénégation de la réalité du texte du Coran.

      http://atunion.free.fr/la_trib109ext.html#8


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 27 août 2009 21:29

      Et toujours aussi présent sur alterinfo ... CQFD


    • kenza kenza 27 août 2009 21:59

      pourtant le Maroc passe pour un etat modéré. de tous les pays musulmans je ne connais que ce pays puisque c’est ici ou je suis née et ou j’ai grandie. certes le Maroc n’est ni l’iran, ni l’arabie saoudite. pourtant l’islam est oppressant de part ses traditions et ses rites moyenâgeux. le ramadan ne fait qu’exacerber le coté obscure de cette religion. si dans un pays musulman l’homme souffre de l’intolérance de l’islam, imaginer la vie d’une femme dans cette société qui l’infantilise et l’écrase sous le que dira t on ?  


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 27 août 2009 22:03

      Mais non, mais non... on vous parle d’intolérance. Evidemment l’Islam est intolérant, c’est une religions qui se prend encore au sérieux. Il semble que ça prend un peu plus de 1 000 ans avant que les jeune religions fassent leur crise d’acné adolescente. Après, lentement - très lentement - elles deviennent moins bêtes, sans jamais, bien sûr, devenir intelligentes.

       
      Aujourd’hui l’islam nous les casse. Il y a quelques siècles les Chrétiens étaient vraiment TRES bêtes. Maintenant, il y en a peu qui se prennent au sérieux, donc ça va mieux. Le Maroc, sous Hassan II - que Allah vous l’eut conservé ! - était tolérant. L’Iran sous le Shah était tolérant. La tolérance dépend des directives que donne le pouvoir... et des provocations. 



      Pierre JC Allard




    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 27 août 2009 22:03

      Vous pourriez, bien sûr, vous appeler Kenza dans l’horreur du « cyber-monde » et dans la réalité n’être ni femme ni musulmane.
      Je m’en tiendrai à ce que vous présentez de ce « vous-même ».
      Et vous encouragerai à narrer ce à quoi les femmes doivent se conformer en islam. Mais surtout, précisément, ce dans quoi au Maroc, puisque vous semblez vivre en royaume chérifien, elles doivent se fondre, même sous M6.


    • Sophronius 27 août 2009 22:33

      « Le Maroc, sous Hassan II - que Allah vous l’eut conservé ! - était tolérant. »

      Il y en a vraiment qui ont le don de parler de ce qu’il ne connaisse pas, ce tolérant Hassan sous le règne duquel on voyait au Maroc les militaires qui tuaient à coup de rangers et de crosse un civil dans la rue sans que la population n’ose même s’approcher des lieux !


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 28 août 2009 06:56

      @ Sophronius : En effet, mais ici ce n’est pas le cas. J’ai fait une trentaine de voyages au Maroc entre 1958 et 2002. Durant les années "80, j’y ai négocié et dirigé des projets et séjourné des mois, à plusieurs reprises. OUI, Hassan II était tolérant de la culture occidentale - il en était même partie prenante - et de ses manifestations. Il n’avait rien d’un fanatique musulman. Cela dit, je n’ai pas parlé de démocratie ni de mansuétude. Pour une majorité - pas tous, mais une majorité - des Marocains, son règne aura été dur, mais une bonne affaire.

      Pierre JC Allard


    • LE CHAT LE CHAT 28 août 2009 08:41

      @paradisial

      change de lunettes , l’article commence par Au Maroc....


    • K K 28 août 2009 10:29

      L’auteur aborde avec un style personnel les limites que le Ramadan impose à sa liberté. Limite largement acrue et qui entrent jusqu’à l’intérieur de son foyer. N’en déplaise à Paradisial, c’est extremement instructif.
      Je suis allé plusieurs fois au Maroc et je n’ai pas ressenti cela. Mais évidemment dans les grands hotels de chaines européennes, ces limites ne doivent pas s’appliquer. C’est peut être pour cela qu’ils sont un peu à l’ecart entourés de murs.
      Merci à l’auteur pour votre texte qui fait découvrir une autre facette de ce pays (quoique arreter de fumer de temps en temps, ca ne fait pas de mal ;) )


    • Jean 30 décembre 2009 21:10

      En effet, c’est n’importe quoi cet article !! Comment peut on accepter ce genre de propos... je signale un abus !

      horaire de priere


    • Kalki Kalki 27 août 2009 11:50

      La loi républicaine ? Allons sur le principe elle était mieu au départ, mais vous changez le « chef militaire du pays » - et hop l’application de la loi change - il y a tellement de loi - on peut faire apliquer et voter tout ce que vous voulez ... bizarre - a oui la loi est une invention - pour protéger la propriété -et préserver le statu quo (pas les personnes, les personnes sont annexes).

      Si on appliqué la loi - que l’on applique au peuple - beaucoup de l’élite serait en prison a perpéte.

      Les usa ne respectent pas la loi qu’ils imposent aux autres - et l’ « europe » ne le comprend pas et suit aveuglément ce que le precheur ne respecte pas lui meme.

      Si ce ne sont pas des imbéciles c’est quoi ? C’est a se demander si etre dans la légalité c’est etre imbécile. Si l’on faisait un historique des magouilles de tous les dirigeants des pays présent et passé vous seriez effaré.

      Donc la magouille du systeme lui meme, du capitalisme débridé, légalisé - aux yeux de beaucoup : ca passe commme normal dans ce monde pourrit.

      Heureusement que certain ont certaine valeurs, mais comme le dit l’autre, ce ne sont pas des types a vouloir le pouvoir, quand bien meme ils auraient la possibilité qu’on le leur donne quelque instants .


    • Ali 27 août 2009 12:54

      @ jacob
      si vous avez des problèmes avec l’islam C parce-que les JUIFS et les CHRETIENS ne reconnaîssent pas l’islam, donc recherchez l’intolérance !


    • John Eastwood 2 John Eastwood 2 27 août 2009 16:17

      Ce site est devenu très compliqué....

      Cher Thierry JACOB, vous qui semblez modéré, moderne, plein de bon sens, et qui prônez une loi républicaine, citoyenne et laïque.

      Que pensez-vous d’une loi qui obligerai les citoyens laïcs à se marier avec une personne de religion identique et qui interdirait tout mariage civil ? Une loi qui forcerait les citoyens laïcs à se marier dans un autre pays (par exemple Chypre) s’ils veulent le faire avec une personne qui n’aurait pas la même religion...

      Peut-être n’avez-vous pas remarqué que le drapeau qui vous sert d’icone est celui d’un des rare pays suffisement arriéré pour encore imposer cette loi.

      Peut-être avez-vous juste besoin de changer votre paire de lunette, vous confondez peut-être avec le drapeau Européen... ???


    • Paradisial Paradisial 27 août 2009 18:10

      @u Jacobin

      et pourtant...aucune contrainte en religion...comme quoi !

      Justement, et le ramadan permet au musulman de se savoir combien il est vraiment croyant ou bien hypocrite.

      Le ramadan sert au musulman de faire le tri dans son propre coeur.

      Le ramadan est un excellent moyen pour faire sa propre autoscopie personnelle.

      Un roi, un despote, un pharaon pourrait obliger un humain à courber l’échine, à se prosterner à lui, à l’adorer, voire même à jeûner rien que pour lui, toutefois, cet individu, ne saurait ainsi tant se soumettre complètement, s’il accomplirait quelque chose, ce ne le sera que par le corps, que par la contrainte. Le corps pourrait suivre, mais l’esprit et le cœur n’y seront pas.

      Prenons le cas du jeûne. Un roi pourrait commander et obliger un sujet de jeuner rien que pour lui. Il pourra obliger son corps (en le mettant dans la geôle et en lui coupant la nourriture), mais point il ne parviendra à soumettre son coeur et son esprit. A supposer que ce roi laisse libre cet individu, avec l’injonction toutefois de jeûner, il ne saura là cette fois-ci ne soumettre ni son corps, ni son coeur ni son esprit. Ainsi, dès que cet individu se retrouvera dans l’intimité il pourrait s’empiffrer le ventre de tous les mets et délices, et prétendre malgré ce avoir jeûné.

      Bein en fait, pour le ramadan c’est pareil.

      L’humain n’est pas obligé physiquement de jeûner. Dans son intimité, l’homme en général se sont en totale liberté une fois dérobé aux regards de ses congénères, l’homme croyant toutefois ce n’est pas le regard de ses congénères qui lui importe mais celui de son Créateur.

      L’hypocrite, celui qui craint les humains mais ne craint pas Dieu, dans son intimité il mangera de tous les délices, et considérera le ramadan comme un corvée physique et morale pour sa petite personne.

      Le croyant, celui qui cherche à plaire à Dieu, et ne souffre pas de cette dualité qui martyrise l’esprit de l’hypocrite, considère le Ramadan comme une épreuve spirituelle par laquelle :

      • Il témoigne à Dieu de sa très grande foi.

        Personne ne pourrait obliger un humain de ne pas manger une fois cloitré dans son intimité.

        Le croyant, lui, il s’applique une obligation morale avant tout, de laquelle il ressort qu’il ne peut se soumettre à quiconque puissant et à quelconque pouvoir, si ce n’est à Dieu Seul et l’Unique, son propre créateur.

        Le jeûne c’est une reconnaissance de la suprématie totale et absolue de Dieu, avec laquelle rien ne pourrait rivaliser, et que rien ne pourrait ébranler (et ce même pas nos propres pulsions animales si si primaires que je vous laisse énumérer).

      • Le jeûne en effet ce n’est pas une affaire de gastronomie. Le jeûne entend le jeûne de tous les sens, celui des cinq sens et de tout ce qui s’étend en dehors d’eux et les dépasse, ainsi que le jeûne catégorique de tout mal (quelle que soit sa nature / cela n’entend pas que le mal est autorisé durant le restant de l’année ; non, sans façons).

        Par son biais, le croyant met à l’épreuve son propre corps, pour démontrer à ce corps animal que ce n’est pas lui qui dirige mais plutôt bel et bien l’âme, le coeur et l’esprit.

        Par le biais du jeûne le croyant démontre que sa personne, son coeur, son âme et son être ne sont pas soumis à l’animal qu’il est, ni aux passions, sens et désires primaires de celui-ci.

        Par le biais du jeûne le croyant tente de démontrer à lui-même et à Dieu que son esprits, son coeur et son âme ne sont pas esclaves de son propre corps, mais que c’est bel et bien le corps qui leur est esclave et leur doit la totale soumission et non pas le contraire.

      • Le jeûne est aussi une affaire de compassion, par lequel le croyant est appelé à sentir la faim dans sa propre chair tout au long d’un mois, pour que le riche puisse savoir apprécier physiquement ce que le pauvre peut endurer comme indigence tout au long d’une année ou d’une vie.

        Le jeûne est là pour rappeler au vrai croyant que s’il dispose de quelques faveurs matérielles sur quelqu’un de plus indigent que lui, c’est qu’il ne devrait pas se soucier que de sa petite personne mais penser également à autrui, à ceux qui sont défavorisés. Le jeûne est une épreuve pour appeler à fructifier l’aumône, et non pas à garnir royalement sa table alors que d’autres (son frère, le voisin et l’étranger) se serrent la panse.

      • Le jeûne est une affaire de diététique également.

        Le ramadan n’est pas sensé se transformer en un Noël gastronomique prolongé sur tout un mois mais être plutôt un mois de retenue et de modération.

        Le ramadan est sensé ne pas purifier et laver uniquement le cœur, l’âme et l’esprit, mais également le corps de toutes les toxines qui lui sont néfastes.

        Ceux qui passent leur ramadan qu’à bouffer ratent complètement toutes les essences spirituelles, morales et physiques du ramadan. Le prophète faisait allusion à ces gens là en disant : « étonnant est le jeûneur qui ne récolte de son jeûne que la faim et la soif ».

      • Sur cette dernière citation il convient de rappeler que le ramadan est appelé le purificateur, certes parce qu’il purifie chez le vrai dévot :

        - l’individu de ses péchés,
        - le coeur, l’âme et l’esprit de leurs maladies,
        - et le corps de ses toxines.

        Le prophète disait : quiconque jeûne le ramadan en totale foi et dévotion tous ses précédants péchés lui sont effacé. Il disait également : « le ramadan et le ramadan sont absolution de ce qu’il y fut accomplit entre eux tous deux ».

        Le mois du ramadan est le mois de la prière par excellence. La mosquée y est fréquentée plus assidûment, les prières surérogatoires y sont accomplies plus fréquemment, la compassion, la fraternité, l’aumône sont sensées y être plus exubérantes, l’étude et la lecture du coran plus abondantes.

        Le jeûne est une affaire de spiritualité et de dévotion quoique certains ont tendance à l’oublier.


      Le ramadan démontre à l’individu lui-même s’il est vraiment croyant ou pas.

      Certains le prennent comme un mois de totale purification, d’autres ni voient que festivité gastronomique, et d’autres ni retrouvent qu’épreuves et supplices.

      C’est ainsi que le ramadan fait le tri entre humains dans leur propres cœurs.

    • Paradisial Paradisial 27 août 2009 19:01

      Clin d’œil particulier à l’auteur de cet article.

      C’est ainsi que le ramadan fait le tri entre humains dans leur propres cœurs.

      Chacun en fait tire du ramadan ce qu’il a lui-même dans son propre cœur.

      Les uns en tirent pureté et purification, d’autres en tirent les joies de manger durant la soirée, et d’autres n’en tirent que supplices et privations, selon ce que tout un chacun considère de plus important dans sa vie.

      Pour conclure, il me plairait de partager cette excellente citation de notre bien aimé prophète Jésus (que le Salut de Dieu soit sur lui) tirée du Chapitre 23 de l’Evangile de Barnabé.

      ......

      Puis Jésus ajouta :« Chez beaucoup, l’esprit est prompt dans le service de Dieu, mais la chair est faible. C’est pourquoi l’homme qui craint Dieu doit considérer ce qu’est la chair, d’où elle a pris origine et ce à quoi elle sera réduite. Dieu créa la chair de la boue de la terre. En elle, il insuffla le souffle vital en soufflant dedans. Quand donc la chair fait obstacle au service de Dieu, elle doit donc être méprisée comme de la boue et foulée aux pieds, car celui qui hait son âme en ce monde, la garde pour la vie éternelle. Ce qu’est la chair actuellement, ses désirent le manifestent : elle est un cruel ennemi de tout bien, car elle seule désire le péché. L’homme doit-il donc, pour complaire à son ennemi, cessez de plaire à Dieu, son créateur ? Jugez-en vous-mêmes ! Tous les saints et Prophètes ont été ennemis de leur chair pour le service de Dieu. C’est pourquoi spontanément et avec allégresse, ils allaient à la mort pour ne pas offenser la loi de Dieu, donné à Moïse, son serviteur, en allant servir les dieux faux et menteurs. Souvenez-vous d’Elie qui fuyait par des lieux déserts de montagne, ne mangeant que de l’herbe et vêtu de peaux de chèvre. Combien de jours ne jeûna-t-il pas ! Quel froid ne supporta-t-il pas ! combien de pluies le trempèrent ! Et tout cela pendant les sept ans que dura l’âpre persécution de l’impure Jézabel ! Rappelez-vous Elisée qui mangeait du pain d’orge et s’habillait de vêtements des plus grossiers ! Je vous le dit en vérité, ceux-là, qui n’ont pas craint de mépriser leur chair, étaient terriblement redoutés des rois et des princes. Cela suffirait pour mépriser la chair, ô hommes ! mais si vous regardez les tombeaux, vous saurez ce qu’est la chair ! ».

      - - fin de citation - -

      En fait le ramadan sert à considérer entre autres ce qu’est vraiment la chair, et à considérer partant sous une autre facette ce que nous humains sommes vraiment.

      Nous ne sommes pas qu’une chair qu’il est impératif de satisfaire, mais quelque chose de bien riche et de bien grandiose au-delà.


    • Paradisial Paradisial 27 août 2009 19:35

      Pasou et les autres,

      La laïcité est un concept qui vise à créer un paysage favorisant la coexistence entre différentes tendances religieuses sans que les unes viennent empiéter sur les autres, et non un système areligieux ou antireligieux dans lequel l’athéïsme serait la norme par défaut (l’athéïsme lui même n’étant qu’une tendance spirituelle comme les autres, à la seule différence qu’il est nihiliste).

      On ce sens les musulmans précédèrent l’Occident en créant un modèle social où tout ce beau monde coexistait tout en permettant à chacun de préserver ses propres spécificités religieuses.

      Pour illustration on pourrait se souvenir du Kalifa Abbasside et de celui Andalou.

      Le statut de dhimmi était né non pas pour mettre les juifs et les chrétiens en un rang inférieur mais pour permettre leur intégration socioéconomique sans leur imposer l’islam : les musulmans payant d’un côté un impôt islamique constitutif de leur foi la zakat (quatrième pilier de l’islam), les juifs et les chrétiens payant un impôt à part pour participer à l’effort de constitution de la nation au même titre que leurs frères et concitoyens musulmans. Cela aurait été saugrenu de voir que les musulmans payer seuls des impôts pour participer à cet effort national.

      Le titre dhimmi, étymologiquement, est loin d’être péjoratif, il fait justement allusion à la notion de Ahl Dhimma wa l-Kitab, càd les Gens du Livre et de la Conscience (livres et consciences qui leur ont été légués en consignation par les prophètes).

      Les orientalistes hélas sont toujours là pour semer le troubler et les mensonges dans les consciences.

      Il faudrait arrêter de se ressourcer dans des sites islamophobes, car en ce faisant jamais on ne comprendra ce qu’est l’islam, et on risquerais dès lors de passer systématiquement à côté de l’essentiel et de la vérité surtout.

      Ne nous laissons pas induire en erreur.

      Le statut de dhimmi, qui signifie Personne qui a en Consignation le Livre et la Conscience (religieux) fut inventé avec la création de l’Etat Islamique. Un Etat il lui faut des institutions et des administrations. Qui dit Etat dit impôts. Les musulmans payant un impôt de leur côté, à savoir la zakat, cela aurait de la discrimination fiscale si les non musulmans ne participaient pas à l’effort de construction de la nation en payant eux aussi un impôt dédié à cela. Leur appliquer la zakat, qui est le quatrième pilier de l’islam, aurait été de la tyrannique, ne pas leur solliciter aucun impôt cela aurait été discriminant pour les musulmans et fort avantageux pour ceux qui ne l’étaient pas.

      Comprenez-vous la notion d’imposition pour la participation dans l’effort de la Nation ?!!! C’est à cela à quoi servent aussi les impôts d’aujourd’hui, càd à entretenir les services de l’Etat, les administrations, les infrastructures et les services sociaux.

      Il faudrait que l’on ait l’esprit un peu plus grand mes chers.

      Le montant de la djizzia ne devait pas dépasser celui de la zakat (5 % sur les revenus non consommés) et ne s’appliquer qu’aux personnes riches, mais souvent il se réduisait à un forfait qui était très loin d’atteindre le 5% de la zakat à laquelle sont astreint les musulmans.

      S’il y eut des abus, de tels abus ne sont pas inhérents à l’islam mais aux tyrans qui en firent œuvre, et à ce titre les tyrans ne faisaient aucune distinction quand ils tenaient les nations sous une poignée de fer, musulmans ou pas tout le monde subissait leur abus.

      Revenons à la notion de dhimmi.

      Pour bien le comprendre, il faudrait Justement revenir à l’usage linguistique et religieux usuel de ce mot, car il ne fait nullement référence à quelconque protection ou quelque chose de ce genre.

      Le terme Dhimma (conscience) est systématiquement associé à celui de Kitab (livre).

      Et il est systématiquement utilisé selon cette association Ahl ad-dhimma wa l-Kitab càd Les Gens du Livre et de la Conscience pour faire référence aux juifs et chrétiens en allusion aux Livres Saints et à la Conscience (Foi en Dieu, Monothéisme, Préceptes Religieux) qui leurs avaient été adressés en consignation par les prophète.

      Le terme Dhimmi donc fait référence aux Gens du Livre ceux qui sont sensés avoir hérité des prophètes le message divin, qu’ils sont sensés avoir gardé depuis en consignation dans leurs consciences.

      C’est un titre très très élogieux,
      très loin d’être péjoratif comme le prétendent les orientalistes et islamophobes.

      Sinon, en dehors de l’aspect intégrationniste fiscal et économique (par l’appel à la contribution dans l’effort de la nation), quand il est fait spécifiquement allusion à la notion de protection, il est entendu que le fait de payer la jizya, ce tribut sur la conscience (qui garantit le respect total pour la personne non musulmane de sa religion et des systèmes qui en dépendent), fait entrer constitutionnellement les dhimmis sous le giron du système de police et de défense de la oumma islamique, de telle sorte que les droits civiques et juridiques des dhimmis sont totalement garantis (à l’échelle individuelle et communautaire) tel tout citoyen (musulman) de l’empire, et ce avec la particularité qu’ils ne sont pas appelés à s’enrôler dans l’armée de l’empire, et que quiconque ennemi s’en prenait à eux s’exposait systématiquement à l’intervention de la police et de la justice locale voire carrément à l’intervention de l’armée de l’empire.

      Ceux, qui encore par une crasse ignorance se risqueraient d’aller confondre les notions de dhimmi et de goy, je répondrais comme ceci :

      En fait non, jamais ces deux notions de dhimmi et de goy ne sauraient être comparables.

      Le terme goy est un terme trop trop exclusoire, je laisse à tout un chacun de faire des recherches quant à son sujet.

      Le terme dhimmi ne sert pas essentiellement à désigner de façon distincte les gens externes à la foi musulmane.

      Le coran ne rappelle plein de maximes, dont entre autre que : le plus noble parmi l’humanité auprès de Dieu sont les gens les plus pieux.

      Plus précisément le verset dit ceci :

      يا أيها الناس إنّا خلقناكم من ذكر وأنثى وجعلناكم شعوباً وقبائل لتعارفوا إن أكرمكم عند الله أتقاكم إن الله عليم خبير

      Coran 49:13. Ô Ensembles de Gens ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, afin que vous vous entreconnaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès de Dieu, est le plus pieux. Dieu est certes Omniscient et Grand-Connaisseur (de ce que contiennent vos poitrines et de ce que vous oeuvrez comme actions).


      Ici le Coran :


      - ne restreint pas cette déclaration solennelle à un groupe particulier de personnes (genre vous musulmans), mais l’exprime à l’humanité entière,

      - lui rappelant son origine commune, reliée à un seul couple de parents que sont Adam et Eve,


      - tout en nous rappelant que c’est la différence qui nous enrichit (en nous rendant conscience de nous-mêmes et d’autrui, et partant de nos richesses personnelles et celles des autres, lesquelles en les échangeant tout le monde s’enrichit davantage).

      - et insistant sur le fait que Dieu considère les gens selon leurs degrés de piété et non selon ce qu’ils sont dans leurs traits particuliers.

      Selon ces mêmes principes, si en Islam il y a recours au vocable Ahlou dh-Dhimma wa l-Kitab // Gens du Livre et de la Conscience c’est que le Coran rechigne, en tant que Livre Céleste issu de Créateur Suprême, de désigner les vrais disciples de Ses chers et de nos chers prophètes Moïse et Jésus par les concepts « humains » de Juifs et de Chrétiens, puisque ces deux mots là sont de pure invention humaine (*), tandis que Dieu tient à anoblir les vrais disciples (Ses disciples) par des épithètes davantage plus séantes, et il n’y a pas meilleur que celle de Ahlou dh-Dhimma wa l-Kitab // Gens du Livre et de la Conscience, d’autant, comme tous les musulmans le savent, la religion pour Dieu, depuis La Création, a été l’Islam, càd la soumission à Son Être qui ramène la paix autant au cœur et qu’à l’esprit, et puisque tous les prophètes de Dieu (à partir d’Adam) prêchèrent tous l’Islam, ils furent tous musulmans, et leurs disciples furent également tous musulmans .

      Aussi, pour les vrais disciples ayant côtoyé les prophètes et suivis leur orthodoxie, et ayant été dans cet état d’Alliance avec Dieu et de soumission à Lui, le terme Dhimmis (Gens du Livre et de la Conscience) n’exclue nullement ces bonnes gens et ces bons dévots de l’Islam ni des rangs des musulmans, mais les remets plutôt dans leur bonne place (s’ils se conformeraient à elle) sans les exclure de l’islam réel (de leurs prophètes) même s’ils ne sont pas appelés directement musulmans (selon la définition de l’islam telle que restaurée par notre prophète Muhammad).

      (*) : les termes juif et chrétien sont de pure invention humaine. Ces deux mots sont respectivement étrangers à Moïse et à Jésus. Juif renvoie à Juda et à la Judée, et n’a aucune connotation spirituelle, mais plutôt ethnique et géographique. Et le terme Chrétien fut inventé par les romains pour désigner initialement péjorativement les gens qui voulaient se conformer à l’enseignement christique. Moïse et Jésus ne pouvaient usurper le nom de leur religion commune l’Islam, pour le substituer par des titres personnels renvoyant à des humains. Moïse n’est pas Juif, par plus que Jésus ne serait Juif voire Chrétien. Que le Salut de Dieu soit sur eux et sur tous Ses prophètes.

      Dans sa définition même et dans son essence, le terme dhimmi n’exclut pas, mais plutôt réintègre.

      ^ __ ^


    • appoline appoline 27 août 2009 20:01

      @ Ali,

      Il faut vraiment être naIf pour se laisser engoncer dans un tel fatras de règles et d’interdits au nom d’une religion, dictés par des imposteurs qui maîtrisent très peu la théorie mais encore moins la pratique. Car dès qu’ils sont confrontés à certains évènements occultes, ils crient « au diable », ça leur permet de garder la main sur le gogo qui prie mais ne voit jamais rien.

      Alors s’affamer et se déshydrater au nom de quelqu’un de jamais vu ni entendu, si ce n’est pas de la naïveté, c’est de la bêtise. D’autant que ça ne leur donnera rien de plus quand ils trépasseront.


    • Paradisial Paradisial 27 août 2009 20:36

      Apoline,

      Chaque âme ne sera jugée que selon son propre bilan. Personne ne pourra rapporter ses propres fautes ou les justifier sur le dos d’autrui.

      Arrêtez en avec vos clichés à deux sous.

      Pourquoi parler ainsi de Dieu et de l’au-delà en totale ignorance ?!! Ayez des arguments plus sérieux la prochaine fois.

      Les clichés ne sont pas non plus des arguments.

      Une petite dédicace pour vous :

      La majeure empreinte de Dieu


    • ASINUS 27 août 2009 20:46

      Dans les monastères, les synagogues et les mosquées
      Se réfugient les faibles que l’Enfer épouvante.
      L’homme qui connaît la grandeur d’Allah ne sème pas dans son coeur
      Les mauvaises graines de la terreur et de l’imploration.


      omar khayyam



    • sisyphe sisyphe 27 août 2009 20:49

      Par Thierry JACOB (xxx.xxx.xxx.10) 27 août 11:25

      Il y a des « fadas » dans toutes les religions...qui veulent imposer leurs lois.
      Rien ne vaut la loi républicaine, citoyenne...laïque !

      Pas mieux.

      Et que tous les bigots de toutes religions qui viennent faire leur petite propagande la gardent pour les esprits faibles : merci d’avance.


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 27 août 2009 20:51

      Je ne pense pas que ses Rubayïat furent islamiquement purs.


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 27 août 2009 20:52

      Mais Sisy, nous pourrions donc être d’accord ?


    • Paradisial Paradisial 27 août 2009 21:19

      Asinus,

      Omar Al Khayyam eut raison. C’est la piété qui compte.

      Fallait pas passer à côté du verset que j’avais cité en haut :

      Coran 49:13. Ô Ensembles de Gens ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, afin que vous vous entreconnaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès de Dieu, est le plus pieux. Dieu est certes Omniscient et Grand-Connaisseur (de ce que contiennent vos poitrines et de ce que vous oeuvrez comme actions).

      Quiconque est pieux, ne s’aventure pas à faire de mal, ni à offenser Dieu, ni même Ses recommandations.

      La « crainte dans la piété » n’a rien de malsain.

      Sisyphe,

      Toutes les constitutions du monde sont dérivées de la religion.

      La religion a pour finalité de mettre l’homme en bonne résonance avec son créateur, mais aussi en bonne résonance avec les autres hommes, car la première résonance ne saurait être acceptée sans la seconde, et la seconde ne saurait être bien appréciée sans la première.

      Les lois laïques se soucient que de ce second volet, la bonne résonance entre humains.

      La religion a la différence quelle donne de la valeur aux deux fameuses résonances, autant avec le divin qu’avec l’humain. Et ce n’est point un tort dans le regard de l’homme croyant, car, je disais, aux yeux de Dieu la première résonance ne saurait être acceptée sans la seconde, et la seconde ne saurait être bien appréciée sans la première.


    • Senatus populusque (Courouve) Courouve 27 août 2009 21:27

      Balancer des conneries pareilles en 2009, faut le faire !!!...


    • sisyphe sisyphe 27 août 2009 22:11

      Par Cosmic Dancer (xxx.xxx.xxx.209) 27 août 20:52

      Mais Sisy, nous pourrions donc être d’accord ?

      Ma foi, dans la mesure où j’ai bien précisé toute religion (et, évidemment, toute immixtion religieuse dans le domaine politique), et que tu approuves, pourquoi pas ?


    • kenza kenza 27 août 2009 23:00

      Les esclaves d’Allah, c’est ainsi que se définissent les musulmans.

      La réalité nous montre, qu’Il n’y a pas qu’une seule religion musulmane mais plusieurs. Dont deux, sont tristement célèbres ; les sunnites et les chiites.
      En effet cette religion est scindée en deux gros blocs principaux, aux croyances divergentes ; les sunnites et les shiites.
      Ces deux communautés se haïssent au point ou des kamikazes sunnites s’explosent dans des mosquées shiites et vice versa.
      D’ailleurs les musulmans, et ceci n’est plus un secret pour personne, ne s’aiment pas entre eux ! Au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Egypte, en Palestine, en Ethiopie, en Mauritanie, en Afghanistan, en Arabie Saoudite, au Koweït… et la liste est monstrueusement longue.
      Dans ces pays, des musulmans égorgent d’autres musulmans, au nom d’Allah le tout-puissant.
      Dans ces états, des musulmans s’explosent parmi d’autres musulmans, au nom d’Allah l’omnipotent.
      Dans ces dictatures, des musulmans tuent d’autres musulmans, toujours au nom de leur éternel maître Allah.
      La cause de cette barbarie est le désaccord qui existe entre eux.
      Normal, me direz-vous, l’islam est plein de contradictions. Cette religion au lieu de fédérait autour d’elle un même peuple, elle est source de zizanie entre les hommes.
      D’ailleurs, cette divergence est visible à travers leur femme, ou plutôt ‘’leurs femmes’’ car polygames. En Afghanistan la femme est complètement voilée de la tête aux pieds. En Iran seuls ses deux yeux sont apparents, en Arabie Saoudite, c’est juste un œil qui est toléré, dans d’autres pays seul le visage et les mains sont nus.
      Qui croire ? L’afghan qui empaquette entièrement sa femme ou le marocain qui lui cache les oreilles ? Tant que cette divergence existera, la tuerie subsistera entre les partisans du nez caché et ceux du nez dévoilé…même parmi eux ils ne sont pas tolérant !!!!!!!!!!


    • ASINUS 28 août 2009 00:23

      bonsoir cosmic ,je crois qu il etait soufi , mais je ne connais que la traduction et
      « traduttore traditore » d autant qu il y actuellement une relecture tendant a un retour a l « orthodoxie »islamique qu importe je ne m en lasse pas et beaucoup de ces quatrains me semble expliciter parfaitement ce que je veux exprimer moi « l athée » aussi je le cite a l envie voila le paradoxe je soutien que les trois religions du livres sont des alliées objectives contre mon idéal de société mais je revendique dans mes référents les quatrains , st augustin ou le cantique des cantiques


    • ASINUS 28 août 2009 00:29

      bonsoir paradisial
       
      du meme


      « Allah est grand ! »
      Ce cri du moueddin ressemble à une immense plainte.
      Cinq fois par jour,
      Est-ce la Terre qui gémit vers son créateur indifférent


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 28 août 2009 00:30

      Bonsoir Asinus

      Je n’ai plus d’idéal de société en poche à ce jour, du moins pas un qui serait raisonnablement valide.

      Il se semble me souvenir aussi qu’il était soufi. Et j’ai tant aimé lire ses hymnes à la vie (à l’amour, au vin), dont je conçois très bien qu’ils constituent pour vous, avec le Cantique des cantiques et Saint Augustin, un tryptique aussi attirant qu’improbable.



    • Paradisial Paradisial 28 août 2009 13:17

      Kenza,

      Dans le vocabulaire religieux, en arabe, ’Abd ne signifie pas esclave (comme certains nuls eux-mêmes dans le rang de l’islam l’interprètent à cause de leur ignorance tant du français que de l’arabe / je t’inclue dans le lot de ces ignorants, même si n’étant pas musulmane) mais Serviteur, Adorateur, Dévot, Révérend, Révérant, Orant, puisque tiré de ’Ibadah (adoration) et non de ’ouboudyah (esclavage).

      On le trouve avec les mêmes sens autant en hébreu qu’en arabe, et en araméen certainement.

      Certes en arabe il existe l’homonyme ’Abd signifiant esclave, mais il suffit de le mettre au pluriel pour qu’il donne le terme ’Abyd, tandis que celui signifiant Révérend donne au pluriel le terme ’Ibaad.

      En hébreu, l’équivalent du terme Abdullah est le mot Obadiah, soit Serviteur de Dieu, se décomposant comme suit : Obed + Yah

      Sinon, vos propos sur l’Islam sont si crasseux qu’ils me font vraiment rire. Je me croirais lire la transcription de textes tirés de sites islamophobes des plus nauséabonds.

      Je me demande qu’attend jusqu’ici Yves Calvi pour t’inviter nous obscurcir l’écran.

      Mon ex-voisin Cohen, un marocain nationalisé français avait l’esprit largement plus lumineux que le tien. Ce fut un plaisir que d’échanger à chaque fois avec lui.


    • Paradisial Paradisial 28 août 2009 13:23

      Courouve,

      « Balancer des conneries pareilles en 2009, faut le faire !!!... »

      A vrai dire, c’est moi qui m’interroge comment au 21ième siècle, avec le développement des sciences des gens comme vous persistent à rester athées reniant totalement l’existence de Dieu.

      Si votre votre intelligence ne vous ont pas permis jusqu’ici votre esprit quant aux signes manifeste de l’existence d’un créateur de ce monde, la mort, elle, elle s’en chargera. En Islam, la mort est également appelée la vérité, car elle a pour mérite d’éveiller les morts (ceux qui ont mis leurs esprits, leurs coeurs, et leurs intelligences en veilleuse).

      Le seul regret, ce serait que vous n’aurez plus l’opportunité de revenir pour rectifier le tir.


    • Paradisial Paradisial 28 août 2009 13:30

      Conic Ranger,

      Je ne sais pas si cela risquerait de te décevoir.

      Sache que Omar Al Khayyame était décédé en étant un très très grand dévot. Il avait finit par trouer le vin et l’ivrognerie par le cheminement dans la voie de la dévotion et de la rectitude.

      Si toi tu y aime particulièrement que les éloges du vin, moi c’est l’éloge de Dieu et de l’amour de Dieu que j’affectionne particulièrement chez lui.

      Si tu aime chez lui le vagabond dépravé, c’est le savant multidisciplinaire et le dévot repenti que j’admire énormément chez lui.

      Chacun aime ce qui est particulièrement proche à son coeur et à son esprit.

      Je suis ravi que nous admirions tous deux le fameux Omar Al Khayyam ; quoique chacun à sa façon.


    • Paradisial Paradisial 28 août 2009 13:36

      Léon,

      Il est désolant que de voir des esprits aussi brillant que vous passer à côté de la plaque.

      Je ne reconnais point l’islam dans ce que vous dite.

      Vous devriez changer de référents, et élargir un peu plus grand votre vision.

      L’individu musulman n’est pas croyant parce qu’il serait un apeuré devant le mystère et qu’il aimerait tant chercher à se rassurer, ni ne l’est parce qu’il serait mu par des aspirations libidineuse.

      Il faudrait arrêter avec les caricatures, cela ne vous grandit pas.

      Cherchez plus sérieuses explications ; il y en a.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

tyfawt

tyfawt
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires