• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Réponses aux nazis sur l’Ancien Testament de Mgr Faulhaber

Réponses aux nazis sur l’Ancien Testament de Mgr Faulhaber

ABED FRANCK

Dans l’introduction de cette excellente étude, l’éditeur rappelle que « la propagande du régime national-socialiste allemand attaque grossièrement la Bible  ». En décembre 1933, monseigneur Michael Faulhaber, archevêque de Munich, prononça cinq sermons lors des quatre dimanches de l’Avant puis le soir de la Saint-Sylvestre, pour exposer des points essentiels de la doctrine catholique sur l’Ancien Testament. Lors de ces cérémonies religieuses, nous lisons que «  l’affluence est énorme. Pour que tous les fidèles puissent entendre l’enseignement de leur évêque, il est retransmis en direct, par haut-parleurs, dans les deux églises les plus proches de Saint Michel ». Ces prédications sont ensuite réunies en un seul volume, mais elles sont diffusées « sous le manteau, car sa vente en librairie a été interdite par le gouvernement nazi ». Le texte est finalement traduit par le chanoine Raymond Dulac.

Mgr Faulhaber écrit que « dès 1899, au congrès antisémite tenu à Hambourg, l’idée s’était fait jour qu’un fossé infranchissable doit séparer le christianisme du judaïsme, que du christianisme doit être écarté tout élément juif ». Ces critiques estimaient que « judaïsme et christianisme ne pouvaient subsister côte à côte, qu’une bible germanique devait supplanter la bible juive, et que Martin Luther n’avait accompli qu’à moitié sa tâche, puisqu’il avait fait place dans sa Bible aux Ecritures de l’Ancien Testament  ».

De fait, l’accusation qui revient souvent contre le christianisme est « qu’en s’appuyant encore sur les Ecritures de l’Ancien Testament, il ne serait qu’une religion juive, inconciliable avec les aspirations de la race allemande. Joseph l’Egyptien, comme Moïse, devrait être rayé de l’Histoire Sainte enseignée aux enfants  ». Mgr Faulhaber dit clairement que « cette véritable révolution religieuse n’a pas craint de s’attaquer à la personne même du Christ. Certains ont voulu le défendre en cherchant à déguiser sa naissance. Ils ont prétendu qu’étant de Galilée où habitaient des Aryens, il était aryen et non juif  ». 

Il précise : « Les sources historiques les plus certaines prévaudront contre de pures hypothèses aussi longtemps que subsistera ce fait incontestable : le titre du premier chapitre du premier évangile s’énonce ainsi, Généalogie de Jésus-Christ, fils d’Abraham, fils de David ». Nous lisons dans l’Epître aux Romains que Jésus est « né de la postérité de David ».

Pour quelles raisons cette évêque a-t-il décidé de se lever contre la doctrine nationale-socialiste ? Il avoue volontiers ce qui suit : « Devant de tels discours, devant de tels changements, un évêque n’a pas le droit de se taire. Si la lutte raciste, à laquelle le terrain religieux doit être étranger, se mue en lutte contre la religion et veut porter atteinte aux assises mêmes du christianisme, si le mouvement contre les juifs d’aujourd’hui vient s’attaquer aux Ecritures saintes de l’Ancien Testament et au christianisme lui-même en raison des attaches qu’il a conservées avec le judaïsme d’avant le Christ (…) un évêque n’a pas le droit de se taire ».

Il énonce également, qu’il demeure plus que nécessaire d’opérer une triple distinction pour bien comprendre ces sujets essentiels mais complexes. Selon Mgr Faulhaber, et nous l’approuvons sans réserve, il convient de ne pas confondre le peuple d’Israël avant et après la mort de Jésus ; les écritures saintes de l’Ancien Testament et les écrits talmudiques ; les textes de l’AT à portée provisoire et ceux à valeur éternelle. Mgr Faulhaber stipule qu’« après la mort du Christ, Israël a perdu la charge de la Révélation. Les juifs n’ont pas reconnu l’heure de la visitation. Ils ont renié et repoussé l’Oint du Seigneur, l’ont chassé de la ville et cloué sur la croix ».

Pour prolonger son puissant raisonnement, l’auteur explique que « c’est un fait remarquable de l’histoire des civilisations qu’en aucun autre peuple d’avant l’ère chrétienne il n’y eut, comme chez celui de l’Ancien Testament, un tel nombre d’hommes éminents pour mettre leur parole et toute leur personnalité au service de la Loi religieuse ». Mgr Faulhaber ajoute que « chez aucun autre peuple on ne trouve une telle abondance d’Ecritures où les vérités fondamentales de la vie religieuse apparaissent de façon aussi claire, aussi précise, avec autant d’unité que dans le Pentateuque mosaïque avec ses belles et naïves histoires bibliques, dans les livres de Samuel et les livres des Rois avec leur art classique de la narration (nos germanistes peuvent en être persuadés), dans les Chroniques avec leurs prescriptions liturgiques, dans les Psaumes avec leurs émouvantes prières (…), dans les livres des Macchabées qu’illuminent encore toute la foi héroïque des anciens temps ».

A l’aune de ces pertinentes réflexions, nous ne sommes guère surpris de lire le propos suivant : «  Honorons les Ecritures saintes de l’Ancien Testament ! Nous n’accordons pas à l’Ancien et au Nouveau Testament la même valeur. Les Ecritures saintes du nouveau Testament, Evangiles, Actes des Apôtres, Apocalypse, Epîtres des Apôtres, doivent avoir la place d’honneur ». Contrairement à ce que certains expriment, reprenant les mauvaises idées de Marcion, «  les Ecritures de l’Ancien Testament sont également inspirées par l’Esprit de Dieu, ce sont des livres saints, fondements précieux du royaume de Dieu, valeurs inestimables de la règle religieuse  ».

Pour finir notre chronique, nous citons une nouvelle fois Mgr Faulhaber : « Le christianisme n’est en aucune façon devenu une religion juive pour avoir reconnu ces livres, qui ne sont pas l’œuvre des juifs mais qui sont inspirés par Dieu et sont par là, la Parole de Dieu et les Livres mêmes de Dieu. Ces historiens sacrés étaient les stylets de Dieu, ces chanteurs de Sion étaient des harpes dans la main de Dieu, ces prophètes étaient les porte-voix de la Révélation de Dieu. C’est pourquoi leurs œuvres restent dignes de foi et de respect pour les temps à venir ». Il dit aussi que « pour nous catholiques, la Bible n’est pas la seule source de la foi. Il en est à côté d’elle une seconde, la Tradition ecclésiastique ».

Cette étude magistrale, remarquablement bien écrite, documentée et appuyée par une argumentation solide démontre que la religion catholique n’est pas une religion juive. Elle prouve aussi, si c’était encore nécessaire, qu’il n’existe pas d’union doctrinale possible entre le catholicisme romain et le national-socialisme. Par conséquent, se dire catholique et national-socialiste relève de l’ineptie voire de la mauvaise foi. En effet, le 14 mars 1937, l’encyclique Mit Brennender Sorge confirmera le riche enseignement de Mgr Faulhaber. Ce dernier réfute admirablement bien les objections convenues et finalement fausses des contempteurs de la religion catholique, malgré des assertions continuellement répétées. Ils doivent enfin comprendre qu’un mensonge répété 1000 fois, avec force et conviction, ne devient pas vérité. Ce livre pédagogique contribue à la défendre mais surtout à l’honorer…

 

Franck ABED


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Laconique Laconique 5 octobre 2020 12:45

    Merci pour cet article. Les attaques contre les Écritures saintes de l’Ancien Testament sont malheureusement une constante de l’histoire, et c’est logique : les prophètes et la Loi relativisent toutes les puissances et toutes les idéologies terrestres, ce qui est impardonnable.


    • Gollum Gollum 5 octobre 2020 12:59

      @Laconique

      Mais moi aussi, à moi tout seul, je relativise tout, les puissances et idéologies terrestres, comme celles véhiculées par les religions, surtout celles du Livre cela va de soi... smiley

      Sortez un peu de votre manichéisme. 


    •  C BARRATIER C BARRATIER 5 octobre 2020 18:26

      @Laconique
      D’accord sur la logique, mais ce n’est ni malheureux ni impardonnable, les êtres humains pensent par deux mêmes, individuellement, et ne sauraient penser tous pareillement, l’esprit critique est d’une valeur hautement humaine, la volonté d’essayer d’imposer un pont de vue est humaine aussi, c’est je pense une faiblesse de nos jours en tout cas.


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 6 octobre 2020 18:54

      @Laconique. L’invention du victimisme dominateur qui règne, déjà.


    • Samson Samson 5 octobre 2020 13:44

      "Cette étude magistrale, remarquablement bien écrite, documentée et appuyée par une argumentation solide démontre que la religion catholique n’est pas une religion juive.« 

       »N’allez pas croire que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
      Car je vous le dis, en vérité : avant que ne passent le ciel et la terre, pas un i, pas un point sur l’i, ne passera de la Loi, que tout ne soit réalisé.
      Celui donc qui violera l’un de ces moindres préceptes, et enseignera aux autres à faire de même, sera tenu pour le moindre dans le Royaume des Cieux ; au contraire, celui qui les exécutera et les enseignera, celui-là sera tenu pour grand dans le Royaume des Cieux."

      Matthieu V, 17-19

      A l’origine, seule l’holocauste d’Abel est agréé, au contraire de l’offrande agricole de Caïn, qui de dépit revient par le meurtre de son frère au sacrifice humain et se voit en conséquence maudit par Dieu.

      Pour alliance avec Abraham et sa descendance, Dieu exige de lui le sacrifice de son fils Isaac, arrêté au dernier moment par l’ange de Dieu pour lui substituer un jeune bélier.

      Par sa Passion et sa mort sur la croix, Jésus rachète l’antique malédiction de Caïn et par le recours à son sacrifice (humain) substitue valablement à l’holocauste pascal l’offrande agricole du pain et du vin pour sa chair et son sang. Il étend également par sa résurrection l’alliance de Dieu avec le Peuple Élu à l’ensemble des nations.

      Si donc - tout comme plus tard et par une autre voie l’Islam le Christianisme se différencie fondamentalement du Judaïsme, il y trouve sa source et n’en est pas moins son héritier.

      En vous présentant mes respectueuses salutations ! smiley


      • Samson Samson 5 octobre 2020 13:52

        @Samson
        « ... valablement à l’holocauste pascal ... »
        ... immolation pascale ...
        Sorry !


      • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 6 octobre 2020 18:58

        @Samson. Il faudrait donc remercier le dieu qui nous avait maltraités tout en nous sauvant pour sauver la seule lignée humaine encore possible, redoublant le péché originel, nous autres, caïnites ? C’est théologiquement impayable.


      • Samson Samson 7 octobre 2020 13:30

        @Mervis Nocteau
        Quand votre rationalisme quelque peu borné ne s’acharne qu’à les réduire au développement de sacs à nœuds psychologisants, que pourriez vous comprendre à la foi ou à la religion ???

        Au moins en matière de religion, si tant est que votre ambition soit réellement d’y comprendre quelque chose plutôt que facile prétexte à l’étalage de vos hautes compétences intellectuelles, ayez l’humilité d’au moins faire le détour par la pensée et l’œuvre de René Girard et sa théorie anthropologique du désir mimétique (La violence et le sacré, etc, etc...).

        En vous présentant mes respectueuses salutations ! smiley


      • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 14 octobre 2020 14:48

        Je la connais très bien. C’est bien une morale chrétienne, qui vaut pour le commun des mortels, les hommes médiocres. Girard croit que le christianisme révèle ultimement sa théorie au plan anthropologique, alors qu’elle n’était que mise en scène une énième fois avec un innocent il est vrai, or la perspécution est au principe de tous les monothéismes, ils n’ont jamais su s’en empêcher. Je vous trouve étrange de me reprendre sur le psychologisant, puisque la théorie du désir mimétique est elle-même psychologisante au plan social, et à la fin je vous donnerai des arguments historiques quant à votre religion bien-aimée, ce qu’elle fit pour s’implanter en Europe de « girardien ».



      • Étirév 5 octobre 2020 13:56

        Comme il est dit dans un autre commentaire d’Agoravox et relatif à l’Islam, la plupart de ceux qui parlent au nom des religions, n’en ont généralement qu’une idée toute « extèrieure » plus ou moins grossière, et en ignorent totalement le véritable sens qui en fait le fond.
        L’Église catholique, en particulier, qui n’a jamais été qu’une société politique, et dont les prêtres sont impuissants à comprendre le secret des Mystères, n’a pas su appliquer aux besoins moraux de l’humanité les vérités profondes des lois de la Nature.
        Aussi, donner aujourd’hui, son avis sur une pèriode de l’histoire, qui plus est, en France, où il est exceptionnelle interdiction toutes révisions de la version officielle depuis l’inique « loi gayssot », et se permettre de distribuer des « bons points » à l’un plus qu’à l’autre, et sur la base des seules connaissances « rationnelles » et « autorisées », il va de soi que la marge d’erreur est grande.
        Aussi, pour commencer à avoir la moindre idée de l’origine de tous les évènements qui ont conduit au second conflit mondial du XXème siècle, peut-être est-il utile de savoir d’abord, à propos de la Bible, que l’Ancien Testament, sur lequel le Nouveau s’appuie, était un livre déjà altéré, un livre destiné à cacher quelque chose. Si on ne sait pas qu’il y a déjà dans les anciennes Écritures quelque chose que l’on cache, on ne peut ni comprendre les nouveaux Évangiles, puisque c’est le même mensonge qui continue. Et on ne peut pas comprendre davantage l’origine de l’Antisémitisme, d’autant plus que cela stupéfierait grandement.
        L’Antisémitisme, son histoire (vraie) et ses (vraies) causes


        • Attila Attila 5 octobre 2020 15:20

          @Étirév
          L’idée de la Nature était inconnue de ceux qui ont écrit l’Ancien Testament car ces textes remontent à 3000 ans avant JC et que l’idée de la Nature n’a été inventée que 500 ans avant JC. Cette idée de la Nature a germé dans le cerveau d’une poignée d’intellectuels grecs en réaction aux légendes populaires que l’on nomme mythologie. Elle ne s’est diffusée que dans les milieux sociaux intellectuels.
          L’Église catholique . . . n’a pas su appliquer aux besoins moraux de l’humanité les vérités profondes des lois de la Nature. "
          L’idée de la Nature vient d’une culture étrangère au christianisme.
          La Nature n’existe pas, ce n’est qu’une croyance.

          .


        • Laulau Laulau 6 octobre 2020 09:10

          @Attila
          car ces textes remontent à 3000 ans avant JC

          Vous étiez là pour le vérifier ?


        • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 6 octobre 2020 18:58

          @Étirév. La gynocrate parle aux théocrates.


        • Attila Attila 6 octobre 2020 19:00

          @Laulau
          Il existe des personnes dont c’est le métier de vérifier cela : des historiens, je crois que ça s’appelle.

          .


        • Laulau Laulau 5 octobre 2020 14:50

          Ah ces saintes écritures, si elles n’existaient pas il faudrait les inventer, ou plutôt les réinventer.


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 5 octobre 2020 15:27

            @Laulau

            C’est très exactement ce que fait l’église catholique aujourd’hui.
            Dans sa dernière édition de la Bible (2001), elle réaffirme que Dieu a commandé le génocide des Cananéens, à l’époque de l’Ancien Testament, pour de bonnes raisons, qui le justifient clairement.

            Elle va même, cette église catholique actuelle, jusqu’à faire approuver le « bon » massacre par jésus !


          • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 6 octobre 2020 18:55

            On applaudit avec les otaries.


          • Merci de rappeler que les églises ont toujours condamné le nazisme, et que cette idéologie inhumaine était paganiste, nationale-bolchévique et contraire aux principes de l’occident chrétien.


            • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 6 octobre 2020 18:53

              Et pourtant, Hitler s’est allié aux régimes catholiques d’Espagne, de France et d’Italie. Clairement, il n’était pas païen et a renié ses influences néopaïennes.


            • Jonas Jonas 6 octobre 2020 20:24

              @Mervis Nocteau
              Hitler était un païen, anticatholique :
              « À la longue, le national-socialisme et le christianisme ne pourront plus cohabiter. Non, cela ne signifie pas une guerre. La solution idéale serait de laisser la religion dans un état de survie, où elle n’aurait qu’à s’occuper d’elle-même dans un affaiblissement croissant ; dans ce cas, il ne faudrait pas recourir à la création d’un ersatz, ce serait horrible. Le coup le plus dur qui ait frappé l’humanité, c’est l’avènement du christianisme. Le communisme est un enfant illégitime du christianisme. L’un et l’autre sont des inventions du Juif. C’est par le christianisme que s’est insinué dans le monde le mensonge délibéré en matière religieuse. Le bolchevisme pratique un mensonge du même ordre quand il prétend apporter la liberté aux hommes, alors qu’en fait, il ne cherche qu’à les réduire en esclavage. Sans le christianisme, il n’y aurait pas eu l’Islam. L’empire romain, sous domination germanique, se serait développé en une domination mondiale. L’humanité n’aurait pas connu cinq siècles de ténèbres. Qu’on ne me dise pas que le christianisme ait apporté l’intériorité. Cette évolution aurait eu lieu de toute façon. Le suite de l’empire romain, ce fut le néant pendant des siècles.
              Je me dis que dans la durée, tout ce que l’État obtient par un pacte avec les Églises c’est de se simplifier provisoirement l’existence, car tôt ou tard, les sciences exactes en dévoileront le caractère nuisible. C’est pourquoi je ne suis pas d’avis qu’il faille se jeter maintenant dans un combat contre l’Église. Le mieux est de laisser le christianisme s’éteindre doucement. Une mort lente a aussi quelque chose d’apaisant : le dogme du christianisme s’effrite devant la science. Quand la connaissance de l’univers s’élargira, alors le dogme chrétien dévoilera toute absurdité. Le christianisme a certainement atteint les sommets de l’absurdité. C’est pourquoi son édifice un jour s’abattra totalement. La science a déjà imprégné l’humanité dans sa totalité. Plus le christianisme s’accrochera à ses dogmes, plus vite il déclinera.
              Il me paraîtrait insensé, au delà de toute expression, de faire rétablir le culte de Wotan. Notre vieux panthéon était démodé et incapable de se soutenir quand le christianisme est arrivé. Ne meurt que ce qui est mûr pour disparaître ! Tout le monde antique vivait à cette époque soit dans des systèmes philosophiques, soit dans le culte des idoles ! Il ne faut pas non plus souhaiter que l’humanité entière s’abêtisse. La meilleure méthode pour se débarrasser du christianisme est de le laisser s’éteindre. Si dans 1000 ou 2000 ans, la science change d’avis, cela ne veut pas dire que son point de vue précédent était mensonger ; la science ne ment absolument pas. elle s’efforce de voir exactement les choses derrière la frontière des connaissances acquises. Elle ne se trompe pas consciemment.
              Le christianisme, lui, ment : il s’est empêtré dans un conflit avec lui-même. Je me représente dans l’avenir ainsi : d’abord, à chacun sa croyance : la superstition aura également toujours un rôle à jouer. Le parti est débarrassé de devenir un concurrent pour l’Église. Il doit être bien clair que l’Église ne se mêlera plus des affaires de l’État. Nous veillerons à ce que l’Église n’enseigne plus jamais rien qui contredise nos propres enseignements. Nous continuerons à enseigner notre doctrine national-socialiste, et la jeunesse n’entendra plus que la vérité.
              Que le monde antique ait été si beau, si serein et si léger, s’explique par l’absence de deux fléaux : la syphilis et le christianisme !
              Le christianisme était un pré-bolchevisme, la mobilisation des masses d’esclaves par le Juif afin de miner l’État. Le christianisme a retardé de mille ans l’épanouissement du monde germanique. »

              François Delpla - « Hitler - Propos intimes et politiques 1941-1942 » Tome I p26-28


            • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 7 octobre 2020 11:52

              @Jonas. « Hitler était un païen, anticatholique »
              Ce n’est pas ce que l’on peut déduire de cet extrait qu’il était païen. Par contre, anticatholique, je te ferai remarquer que c’est exactement ce qui se passe aujourd’hui en Europe : on laisse agoniser le catholicisme. Il se tient avant tout de ses domaines fonciers, et de son imprégnation irlandaise et polonaise, culturelle. A partir de là, si je suis ta logique, les Européens (de l’Ouest) sont hitlériens.


            • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 7 octobre 2020 11:54

              Je cite, pour ceux qui n’aiment pas lire trop loin : "Il me paraîtrait insensé, au delà de toute expression, de faire rétablir le culte de Wotan. Notre vieux panthéon était démodé et incapable de se soutenir quand le christianisme est arrivé."
              Bref, tu n’es qu’un sale fieffé menteur, Jonas. Décidément, tout de même, le catholicisme mérite de disparaître. Mais moi, parmi les gens que je fréquente, il y a des adorateurs de Wotan.


            • Jonas Jonas 7 octobre 2020 23:38

              @Mervis Nocteau « Bref, tu n’es qu’un sale fieffé menteur, Jonas. Décidément, tout de même, le catholicisme mérite de disparaître. »

              Hitler est un matérialiste anticatholique, quand il dit notre vieux panthéon, c’est qu’il se considère héritier du paganisme.

              -------------------------
              « Bref, tu n’es qu’un sale fieffé menteur, Jonas. Décidément, tout de même, le catholicisme mérite de disparaître. »

              C’est ton idéologie et tout ce que tu véhicules qui mérite de disparaître.
              D’ailleurs, je ne comprends pas que les responsables de Agoravox continuent de publier tes articles, tellement mauvais que tu n’assumes même pas qu’on les critique.
              Je suis banni de ton dernier article :
              https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/paganisme-contemporain-le-probleme-227604

              Si tu n’acceptes pas l’opposition et le débat, pourquoi ne vas-tu pas publier sur Libération, Le Monde, Le Huffingthon Post, Le Nouvel Obs ou Le Figaro ?
              Tu serais comme un poisson dans l’eau là-bas, parmi les tiens, personne ne te choquerait.
              Agoravox, c’est le média citoyen, où tout le monde est libre de débattre. Si ça ne te convient pas, pourquoi postes-tu ici ?


            • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 14 octobre 2020 14:49

              Vois midi à ta seule porte solipsiste, comme tous les monothéistes et pas que les monothéistes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité