• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Témoigner de sa foi catholique en 2018

Témoigner de sa foi catholique en 2018

Lorsque l'on évoque la Foi chrétienne, en particulier catholique, en 2018, la plupart du temps votre interlocuteur soit condescendant soit carrément hostile vous répond que la Foi n'est pas un concept rationnel et que toute croyance relève de la superstition. Cette réponse est stupide puisque la Foi, par définition, ne relève pas de la rationnalité, sinon cela ne s'appellerait pas ainsi. Notre société se croit beaucoup plus raisonnable. Elle a inventé le Smartphone, cet outil censé développer les communications et utilisé pour surtout les éviter, et l'on n'a jamais autant vu de pseudo-coachs de vie mélanger tout et son contraire dans ce qui reste des spiritualités, sans parler des horoscopes dans la plupart des journaux.

 

Je dis bien, lorsque l'on évoque la Foi chrétienne car lorsqu'un musulman ou un juif, ou un bouddhiste, évoque ce en quoi il croit, cela devient soudainement beaucoup plus respectable. Étonnant, non ?

 

Dans le meilleur des cas, l'interlocuteur répliquera qu'il respecte les croyants mais pas les dogmes et pas toutes leurs croyances et qu'il refuse qu'on lui impose des valeurs ou quoi que ce soit. Notons que le simple fait d'en parler est vécu comme totalement arbitraire et insupportable, comme l'obliger à y croire. Il faut dire que la Foi, comme tout idéal de vie, implique des devoirs envers les autres, une morale. Pour couper court à toute argumentation mesurée, on n'oubliera pas de renvoyer le chrétien à l'Inquisition, aux cathares, aux "dragonnades" comme si tous les catholiques, y compris ceux de maintenant devaient encore et toujours porter la faute de leurs ancêtres.

 

L'on attend des catholiques qu'ils tendent continuellement la joue gauche, qu'ils se laissent injurier sans réagir, qu'ils soient sempiternellement dans l'auto-flagellation ce qui est il faut le dire le cas de nombreux croyants en église. Ils se pensent contraints à sans cesse rejeter le passé de l'Église et tout ce qui la constituait, sous prétexte de modernité obligatoire. Ce qui est actuel et nouveau est forcément bon et positif. Ce qui est ancien forcément poussiéreux et insupportable. L'on attend finalement des catholiques qu'ils soient tièdes à l'extrême tout comme leur Pape, pourtant "Dieu vomit les tièdes" ainsi que disait Bernanos...

 

...Un catholique ardent est vu comme un missionnaire désirant obliger les autres à se convertir et avec eux toute la société, nostalgique à n'en pas douter de l'ordre moral. Un intégriste c'est certain, tout aussi dangereux aux yeux des bien-pensants hypocrites qu'un séide de Daech.

 

Et je ne parle même pas de ceux se lançant dans un délire sur l'idéologie "déiste" qui n'a jamais existé. On est toujours surpris par la haine farouche et à sens unique contre le catholicisme, une haine il faut dire teintée de lâcheté car on ne risque pas grand-chose...

 

A la décharge de ces contradicteurs, il faut dire que les catholiques donnent souvent le bâton pour se faire battre. Les 1 à 2 % de catholiques pratiquant régulièrement ont souvent remplacé la Foi et ce qu'elle entraine par une sorte de gentillesse bien mièvre universelle et obligatoire. La plupart d'entre eux ont dit à leurs enfants et petits enfants que la pratique religieuse était de toutes façons superflue que seuls comptaient les actes, ce qui explique en grande partie la désaffection des églises le dimanche à l'exception de quelques endroits toujours cités en exemples par ceux qui sont persuadés d'un renouveau, d'un "retour de balancier" pas encore vraiment probant.

 

En dehors peut-être de quelques moments où les bourgeois pédagogues sont allés beaucoup trop loin dans les lois sociétales.

 

Quand ces croyants parlent de souffrance, de pauvreté, ils en parlent très légèrement, sans approfondir réellement. Ils ignorent la Croix, ne veulent pas la voir, ne veulent plus en entendre parler. Et quand ils y sont vraiment confrontés cela les gêne plus qu'autre chose. L'indifférence d'une bonne partie des catholiques face à ces sujets, pas très différente il est vrai de celle de notre société, met en colère. Beaucoup trop de croyants sont dans une pratique "sociologique", ils vont à la messe comme ils iraient à un conservatoire social de bon milieu, pleurnichent parfois pendant l'homélie du prêtre et une fois sortis sur le parvis se hâtent de tout oublier sur la charité, l'altérité et les devoirs que l'on se doit d'avoir envers les autres.

 

Les catholiques, du moins en France, ne sont plus qu'un "petit troupeau", un "petit troupeau" assiégé, vilipendé, de moins en moins nombreux. On rêverait de Blanche de la force, on peut toujours les espérer contre toute attente. Sinon autant sombrer dans l'acédie.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen 

Amaury - Grandgil

 

illustration prise ici


Moyenne des avis sur cet article :  1.51/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

298 réactions à cet article    


  • njama njama 5 février 17:44

    La foi cathodique a le vent en poupe depuis quelques décennies
    François l’a bien compris https://twitter.com/pontifex_fr
     smiley


    • Pere Plexe Pere Plexe 5 février 18:24

      @njama
      ...et Facebook qui prétend lutter contre les fake news !


    • bibou1324 bibou1324 6 février 10:21

      Actuellement, moins de 5% des français vont encore à la messe, contre 20% il y a 40 ans.

      C’est clair, ça a le vent en poupe ... ou pas.

    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 6 février 11:13

      @bibou1324
      1.8% en fait


    • Paul Leleu 6 février 18:37

      @njama


      un bel article en tous cas, qui sucite de beaux débats... 

      au-delà des querelles théologiques, n’y a-t-il pas tout simplement la crise morale générale qui secoue l’Europe de l’Ouest depuis 1945 et l’Europe de l’Est depuis 1991 ? 

    • Pascal L 7 février 19:53

      @Amaury Grandgil
      3,4% dans ma paroisse dont beaucoup de personnes très engagées dans la vie de la commune et des associations, ce qui lui donne beaucoup plus de visibilité que ce que le pourcentage laisse entendre. C’est, par le nombre et l’homogénéité, le premier groupe mobilisable sur la commune.

      Ce pourcentage augmente lentement mais régulièrement. C’est l’effet d’un dynamisme certain. Beaucoup de paroissiens sont engagés dans l’accompagnement des catéchumènes et dans l’évangélisation des non Chrétiens ou dans la réévangélisation de ceux qui sont partis. Depuis peu, des actions spécifiques envers les Musulmans commencent à porter des fruits.

    • Sinbuck Sinbuck 5 février 17:56
      C’est sûr que la Foi chrétienne est dénigrée, peut-être à cause des horreurs perpétrées sur nos terres d’Europe occidentale. Les autres religieux attirent par « exotisme » peut-être.
      Comme toutes choses, le catholicisme a fait son temps. La conscience humaine évolue et ce genre de béquille spirituelle devient de moins en moins nécessaire... (trop de transcendance, pas suffisamment d’immanence) 1700 ans déjà tout de même (depuis le concile de Nicée).
      Cependant, l’Amour est toujours à la base de la spiritualité... Ensuite le dernier texte de la Bible est toujours d’actualité jusqu’à la libération de toutes les consciences humaines... Peut-être.
      Pouvoir, Amour, Intelligence active, Harmonie par le conflit, Science concrète, Adoration et Rituel : ce sont les concepts spirituels choisis par les théosophes pour refléter les différentes facettes de la spiritualité...

      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 5 février 18:34

        @Sinbuck

        Toutes les autres religions sont le prétexte d’horreurs y compris les exotiques


      • Pere Plexe Pere Plexe 5 février 18:40

        @Sinbuck
        C’est tout le drame des religions par nature intemporelles.

        Toute évolution mets en péril tout l’édifice, toute la logique : le dogme
        Et l’immobilisme condamne inévitablement à ne plus être en phase avec la société.

        Il n’y a sans doute pas d’issues pour elles...
        Que quelques uns feignent d’imaginer une société figée pour repousser l’échéance ne doit pas faire illusion.



      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 5 février 19:06

        @Pere Plexe
        et aïe là on parle des cathos de France on peut y aller hein, le petit bonhomme serait plus circonspect si je causais d’Islam


      • Pere Plexe Pere Plexe 5 février 19:42

        @Amaury Grandgil
        Vous avez des problèmes de lecture ? de compréhension ?

        J’ai écrit « C’est tout le drame des religions... » 
        C’est à dire, pour les malcomprenants, de l’Islam du Catholicisme du Judaïsme 


      • Jonas 5 février 23:15

        @Sinbuck « Comme toutes choses, le catholicisme a fait son temps. »

        C’est ce que les mondialistes veulent impérativement vous faire croire.
        L’état français a été construit intégralement pendant plusieurs siècles par des rois très chrétiens catholiques (Clovis, Charles Martel, Pépin le Bref, Charlemagne, Philippe Auguste, Saint Louis, Philippe le Bel, Charles VII, Louis XI, Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI...), en rassemblant patiemment et méticuleusement les provinces, les régions et en luttant contre les hérésies destructrices de l’unité de la nation (catharisme, protestantisme, invasions islamiques, etc...).
        Toutes les institutions françaises, hôpitaux, associations caritatives, écoles, universités, tribunaux, cathédrales,... que vous connaissez aujourd’hui ont été pensés, structurés et édifiés sous la France catholique.
        Pourquoi croyez-vous qu’il y ait une croix catholique au sommet de l’université de la Sorbonne, et sur le dôme du Panthéon ? Pourquoi le plus vieil hôpital de Paris s’appelle Hôtel-Dieu ?

        La littérature chrétienne, « le Paradis perdu » de Milton, « Polyeucte » de Corneille, « Esther », « Athala » de Racine, Bossuet, etc... la musique sacrée de Palestrina, Hildegarde Von Bingen, Bach, Mozart, Gounod, Schubert, etc... entre autres forment les piliers de la culture européenne.
        La république maçonnique n’a fait que piller et dilapider cet héritage millénaire à partir de 1789.

        Le calendrier de tous les pays européens est basé sur la naissance du Christ.
        Chaque jour, on fête un saint de l’Église catholique.
        Le dimanche est jour de repos pour tous, jour du Seigneur.
        Toutes les Églises font sonner leur cloches chaque heure qui passe.
        Les fêtes traditionnelles sont de tradition chrétienne (Noël, Pâques, Ascension, Assomption, Épiphanie, Toussaint, Carême, Pentecôte,...).
        Noël est fêtée depuis 15 siècles.

        S’il n’y avait pas d’Église catholique, il n’y aurait jamais eu de France, « fille aînée de l’Église ».

        La mondialisme, l’établissement du Nouvel Ordre Mondial, si cher à Sarkozy et à Macron, passe par la destruction des État Nations, des identités culturelles et donc de l’Église Catholique, afin d’imposer la domination d’une oligarchie, dont déjà huit personnes sur la planète détiennent autant de richesse que la moitié la plus pauvre de la population mondiale.
        Un anti-christianisme totalitaire, qui amène une augmentation de la misère de masse face à une poignée d’oligarques toujours plus riche.


      • Sinbuck Sinbuck 6 février 07:16

        @Jonas
        merci pour cette piqûre de rappel mais je suis bien conscient de cela et je ne souhaite pas voir disparaître toutes les références à l’ère chrétienne. Je constate que la spiritualité évolue en chacun de nous et qu’elle est toujours nécessaire et plus que jamais même dans notre société matérialiste.


        D’ailleurs les trois religions partisanes du Livre devraient s’associer, comme elles le sont symboliquement dans le Grand Livre du monothéisme, pour lutter contre la vision matérialiste et mécaniste du monde. Mais elles n’y arrivent pas ! Où si peu et c’est dommage. Le catholique participe-t-il DANS SA TETE aux fêtes des autres religions en solidarité au monothéisme du Livre ? Et bien non, mais il devrait...

        Sur l’idée de mondialisme souhaitant asservir l’humanité, j’en appelle à chaque conscience individuelle qui, dans son intériorité, a la capacité de s’y opposer et d’invoquer AUTREMENT l’image d’une unité mondiale nécessaire.

      • papijef papijef 6 février 07:35

        @Amaury Grandgil
        toutes les religions sont le prétexte d’horreurs, parce qu’elles divisent, séparent, séparent le kouffar du vrai croyant. tous les -istes (socialistes, communistes, remistes, chavistes, insoumistes) séparent et divisent.

        se dire français, russe, chinois, ce n’est pas aussi séparer ?

        le saint construit des ponts, non des murs ...


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 6 février 08:32

        @Sinbuck
        Pourquoi faut-il absolument qu’elle évolue ? Catholique je vous le rappelle veut déjà dire universel ...


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 6 février 08:33

        @papijef
        Nous sommes différents donc riches de nos différences


      • Gollum Gollum 6 février 09:32

        @Amaury Grandgil


        Catholique je vous le rappelle veut déjà dire universel 


        Si c’était si universel que ça tout le monde l’accepterait volontiers, moi le premier. 

        Or je refuse le catholicisme. Précisément parce qu’il n’est pas universel.

        Et l’histoire l’a montré que ce catholicisme n’avait rien d’universel puisqu’il a fallu le fer et le feu, comme la coercition psychologique, pour l’imposer, puis l’exporter.

        Et vous vous étonnez que ça parte en lambeau ? Moi je suis, au contraire, étonné que cela ait pu durer aussi longtemps...

      • papijef papijef 6 février 11:12

        @Amaury Grandgil
        ça, c’est une réponse de jésuite !


      • révolQé révolQé 6 février 11:20

        @Jonas
        « La république maçonnique n’a fait que piller et dilapider cet héritage millénaire à partir de 1789. »

        c’est vrai mais cela concerne que feue la France,or comment se fait il que la désertion des églises et du catholicisme en général touchent la plupart des pays occidentaux qui n’ont pourtant connu eux,ni 1789 ni 1905. ?
        N’y aurait il pas une autre raison ?


      • zzz999 6 février 13:58

        @Gollum

        Tout simplement parce que la plupart pour ne pas dire à peu près tous les prétendus représentants du Christ l’ont trahi ça vous aurait échappé, sinon citezmoi un seul passage du Christ qui appelle à la violence.


      • JC_Lavau JC_Lavau 6 février 14:04

        @zzz999. Pas grave ! Il y a plein de génocides joyeux, chantés par la bible des juifs et des chrétiens.


      • Gollum Gollum 6 février 14:20

        @zzz999


        Je ne comprends même pas votre apostrophe. J’ai parlé du catholicisme. Uniquement. Et de rien d’autre.

        Il n’est d’ailleurs plus violent à l’heure actuelle. Est-il pour autant, sous sa forme actuelle, un message réellement libérateur et universel ? J’en doute très fort. 

        Il suffit de voir le pathétique Pape François avec sa sentimentalité de guimauve pour comprendre que cette honorable institution est sur le déclin total.

      • Pierre Régnier Pierre Régnier 6 février 14:55

        @JC_Lavau

        Vous devriez dire qu’il y a « de nombreux génocides joyeux » toujours « chantés » par des interprètes « chrétiens » de la bible, notamment ceux - dans la hiérarchie catholique - qui ont à enseigner le rejet véritablement chrétien de ces horreurs.

        Mais cela ne doit pas masquer le fait que la pire des conceptions religieuses criminogènes est celle de l’islam, qui la justifie pour l’époque du vivant de son prophète et pour l’avenir jusqu’à la totale soumission des peuples de la terre à son Dieu Allah.


      • JC_Lavau JC_Lavau 6 février 15:07

        @Pierre Régnier. M’as-tu lu écrire du bien du mahométisme ?


      • Pierre Régnier Pierre Régnier 6 février 15:43

        @JC_Lavau

        Non, mais je veux constamment insister sur la sous-estimation actuelle du danger islamique. Chez les intellectuels athées très médiatisés, notamment, c’est lamentable.

        Michel Houellebecq au moins sauve l’honneur : il ne s’est pas contenté de dire que l’islam est la religion la plus con, il a publié son bon roman Soumission pour montrer comment une société démocratique peut se retrouver progressivement islamisée.


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 7 février 02:37

        @Jonas

        L’état français a été construit intégralement pendant plusieurs siècles par des rois très chrétiens catholiques 

        La chrétienté des anciens rois avait aussi ses limites : Charles Martel est né d’un père bigame. Charlemagne et bien d’autre rois ne se sont même pas donné la peine de cacher leurs conquêtes. Charlemagne avait des maitresses et des concubines officielles qu’il ne cachait à personne.

        Que dire de Louis XIV aussi sur ce plan...

      • Pascal L 7 février 21:55

        @Pere Plexe
        « Toute évolution mets en péril tout l’édifice »

        L’intemporalité n’est pas toujours respectée. A partir du moment où la religion fait dans le juridisme, c’est-à-dire crée des lois ou des valeurs morales pour compenser l’absence de Dieu ou de la divinité, il est certain que ces lois vont se trouver inadaptées à un moment donné. 
        Le Christianisme fonctionne différemment et a su su s’adapter à toutes les époques, ce qui ne veut pas dire qu’il peut accepter toutes les évolutions de la société.

        Il n’y a que deux lois dans le Christianisme et celles-ci ne se situent pas au même niveau que les lois d’un Etat : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes. » (Matthieu 22, 37-40) L’enseignement de Jésus est immuable, mais la compréhension que nous en avons n’a pas cessé d’évoluer sous l’influence en particulier des découvertes scientifiques. Les dogmes de l’Eglise Catholique ne sont donc pas immuables, mais évoluent assez lentement, le consensus étant nécessaire à l’acceptation des évolutions. Ces dogmes sont une photographie de l’Etat actuel de notre compréhension de Dieu.
        Ces commandements sont très simples et orientent bien évidemment la réactions des Catholiques face aux évolutions de la société. En particulier, l’individualisme forcené qui sévit en ce moment n’est pas conforme à ces commandements d’amour. Par amour, les Chrétiens doivent défendre les plus faibles, qu’ils soient des enfants, des handicapés ou des émigrés. Ils dénoncent les volontés de pouvoir qui sont contraires à l’amour mais défendent la liberté de penser et de croire. Le Christianisme se révèle pleinement dans la relation avec les autres.

        Dire qu’il n’y a pas d’issue au Christianisme est une erreur d’appréciation. Jésus n’est pas venu pour apporter la paix sur terre, mais pour annoncer le salut donné aux hommes par Dieu par amour. De cette annonce vous faites ce que vous voulez, personne ne peut vous donner le salut contre votre gré, mais l’acceptation de ce salut vous engage pour l’éternité, cela vaut donc la peine d’y réfléchir. Vous pensez sans doute que personne n’a vu Dieu et qu’il s’agit sans doute d’une chimère, mais examinez la Bible de manière un peu plus attentive et vous verrez que la Bible est une suite ininterrompue de témoignages de la présence de Dieu parmi les hommes. Ces témoignages n’ont pas cessé lorsque la Bible a été écrite et il ne tient qu’à vous de le rencontrer pour vous fair une idée. 

        Le XIXème siècle a créé une vision très romantique de la foi (c’est vrai parce que c’est beau). Aujourd’hui, nous utilisons toute notre intelligence pour comprendre ce qui ne nous est pas immédiatement accessible. Chaque phrase de la Bible est scruté par les exégètes scientifique (historiens, archéologues, linguistes, philologues...) et nous pouvons faire la séparation entre le phénomène observé et l’interprétation du témoin. Cela ne veut pas dire que les Chrétiens ont toujours raison, mais c’est beaucoup plus solide qu’auparavant et c’est un gage de pérennité.

      • Mmarvinbear Mmarvinbear 8 février 02:08

        @Pascal L


        Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit.

        Un amour forcé est-il sincère ?

        Vous avez quatre heures.

      • Pascal L 8 février 19:20

        @Mmarvinbear
        Il ne peut y avoir d’amour sous la contrainte. L’amour de Dieu est forcément inconditionnel. Nous pouvons répondre par l’amour ou pas, mais cela reste notre choix. Sans amour, le salut qui nous est donné par Dieu est impossible, car ce salut implique une vie éternelle dans l’amour, mais aussi dans la vérité. Plus aucun endroit pour cacher nos petits mensonges.


        Notre réponse à l’amour donné par Dieu nous engage pour l’éternité. Cela vaut le coup d’y réfléchir...

      • Gollum Gollum 8 février 20:12

        @Pascal L


        Mais si Dieu est capable d’amour inconditionnel il peut transformer les âmes des pécheurs afin de les amener au repentir et à la conversion et donc tout le monde sera sauvé non ?

        Par exemple il peut transformer l’âme de AW pour que celui-ci soit un peu moins.. comment dire, un peu plus… de telle sorte que celui-ci soit sauvable..

        Vous pensez et croyez encore à cette fable qu’on choisit de refuser l’amour de Dieu librement  ?

        Et qu’en conséquence Dieu, capable d’amour total et inconditionnel, verrait certains de ses enfants à jamais maudits ? Vous trouvez pas qu’il y a un truc qui cloche dans votre façon de voir ?

      • Gollum Gollum 8 février 20:14

        @Pascal L

        Ces dogmes sont une photographie de l’Etat actuel de notre compréhension de Dieu.

        Vous parlez uniquement de vous là. Croire que les dogmes sont le summum de la compréhension de Dieu est une ânerie.

      • Mmarvinbear Mmarvinbear 9 février 03:55

        @Pascal L

        L’amour de Dieu est forcément inconditionnel.

        C’est faux, car il est bien spécifié que ne pas aimer Dieu nous condamne.

        Nous sommes censés avoir le libre arbitre mais nous sommes récompensés si on dit « oui » et blâmés si on répond « non ».

        Ce n’est pas ce que j’appelle avoir vraiment le choix !

        Un choix véritablement juste et sincère ne doit pas entrainer de punition ou de récompense. Ce doit être juste un choix et dieu doit s’en accommoder.

      • Pascal L 9 février 18:56

        @Gollum
        L’amour exige la liberté de la personne aimée, sinon ce n’est de l’amour que pour soi-même. 

        Dieu veut que toute l’humanité soit sauvée, mais une bonne partie de l’humanité ne le veut pas. Par amour, on ne peut que respecter ces décisions. Pourquoi forcer quelqu’un à aimer, qui plus est, pour l’éternité ?

        « on choisit de refuser l’amour de Dieu librement » Il me semble pas que vous êtes contraint aujourd’hui pour aimer ou haïr. Les raisons que vous invoquez pour ne pas choisir l’amour aujourd’hui seront sans doute d’actualité après la mort. Jésus, chaque fois qu’il intervient dans nos vies, nous exhorte à choisir l’amour dès aujourd’hui. Si vous le refusez aujourd’hui, quelles chances avez-vous de l’accepter plus tard ? La mort vous ferait-elle changer d’avis ?

        « certains de ses enfants à jamais maudits ? » Mais qui les maudits ?

      • Pascal L 9 février 19:00

        @Gollum
        «  Croire que les dogmes sont le summum de la compréhension de Dieu est une ânerie » Visiblement, vous ne connaissez pas l’Eglise Catholique. Vous avez une vision des dogmes inspirée par la franc-maçonnerie.


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 9 février 19:10

        @Pascal L
        C’est sa lubie, il comprend mieux la théologie que tous ceux l’ayant précédé


      • Pascal L 9 février 19:27

        @Mmarvinbear
        « ne pas aimer Dieu nous condamne » Vous voulez le beurre et l’argent du beurre. Le salut de Dieu est offert gratuitement par Dieu. Vous exigez qu’il vous sauve, mais vous n’acceptez pas les conditions. Négociez avec lui, mais je crains que cela ne serve pas à grand chose. La salut n’est pas un lieu de pouvoir. En fait Dieu est amour. Vivre une éternité dans l’amour doit être bien pénible si nous ne sommes pas capable d’aimer. 

        « nous sommes récompensés si on dit « oui » et blâmés si on répond « non »  » Pas du tout. Ce n’est pas une case à cocher sur un formulaire. Dieu vous aime et vous répondez par de l’amour, c’est tellement simple que des enfants morts en bas-âge peuvent répondre positivement. Personne ne vous blâmera si vous refusez l’amour, mais la conséquence est forcément d’être loin de Dieu. A quoi cela ressemblera, je n’en sait rien. Si vous êtes incapable d’amour, la punition serait d’être près de Dieu, alors ne raisonnez pas en termes de punition/récompense. D’après un ancien exorciste du Vatican, Satan lui aurait répondu qu’il avait construit l’enfer avec l’aide des hommes, Ce qui veut dire que certains hommes sont bien à leur place aux côtés de Satan. Il existe beaucoup d’humains qui sont capable de faire vivre un enfer à leur contemporains. Leur place est toute trouvée.

        « Ce doit être juste un choix et dieu doit s’en accommoder » C’est ce que je m’évertue à vous dire. Juste, il ne doit pas « s’en accommoder », parce que personne ne peut lui dire ce qu’il a à faire, mais il accepte que l’on refuse l’amour. Etant lui-même l’amour, ce refus signifie forcément ne pas rester près de lui.
        Nous savons que tant que l’humanité sera présente sur notre terre, Satan est sera présent. Ceux qui choisissent Satan n’ont pas de souci à se faire sur le court terme. Par contre, il semble que son sort soit scellé après la parousie/la fin du monde. Je n’ai aucune idée de ce qu’il adviendra de ceux qui l’ont choisi après cette date.

      • Gollum Gollum 9 février 19:43

        @Pascal L

        Il me semble pas que vous êtes contraint aujourd’hui pour aimer ou haïr.

        Et quand St Paul dit qu’il fait le mal qu’il ne veut pas et qu’il ne fait pas le bien qu’il veut il fait ça librement ? 

        Déjà Paul est un peu plus subtil que vous, sa façon d’évoquer le problème montre qu’il soupçonne un arrière fond inconscient dont on n’est pas le maître. Ce qui implique que nous ne sommes pas libres. Vous devriez le savoir depuis les découvertes psychologiques modernes. Mais non, vous restez figé dans des paradigmes d’il y a 4 siècles. C’est consternant.

        Imaginons un gars qui a fait la guerre du Viet-Nam et qui est devenu maboul et qui devient un tueur en série il a choisi le mal librement ?
        On sait précisément aujourd’hui que quelqu’un de maltraité a une tendance forte à désirer maltraiter les autres… ça vient d’où ce désir ? Vous allez me répondre Satan. Mais pourquoi le gars n’a pas la force de résister à Satan ? Pourquoi il a été créé faible et par qui ? (Ah oui c’est pas la faute à Dieu c’est Adam qui a désobéi à Papa)

        Et donc Dieu, capable d’amour inconditionnel (on se demande sincèrement si vous comprenez ce qu’implique ce terme quand on vous lit parce que visiblement il n’en est rien) ne pourrait pas agir sur le psychisme de ce malade mental pour le guérir ?
        Jésus guérissait les corps. Il pourrait pas guérir les âmes et les esprits ? Et alors les âmes en question choisiraient librement Dieu, une fois guéris non ? C’est-y pas plus logique ?

        Mais qui les maudits ?

        Vous le faites exprès ou quoi ? C’est eux-même qui ont choisi volontairement le mal bien évidemment ! Nan je blaguais… smiley

        St Augustin dit que le mal c’est l’absence de Bien. Si donc quelqu’un fait le mal, c’est que le Bien n’est pas là. Pourquoi le Bien s’absente ? C’est pas de la non assistance à personne en danger ?…

        Bref, vous êtes un piètre philosophe… Même pas philosophe du tout. Je comprends que vous soyez catholique dans le fond. smiley

      • Gollum Gollum 9 février 19:46

        @Pascal L


        Et me voilà franc-maçon maintenant… smiley Fallait s’y attendre avec des demeurés pareils… Les veilles obsessions et ritournelles, toujours les mêmes…

        Non monsieur je n’ai pas besoin ni d’être catho, ni d’être Fm, je réfléchis tout seul depuis assez longtemps..

        Visiblement ce n’est pas votre cas… Et AW pareil. Lui c’est un littéraire.. smiley

      • Mmarvinbear Mmarvinbear 10 février 01:19

        @Pascal L

        Vous voulez le beurre et l’argent du beurre. Le salut de Dieu est offert gratuitement par Dieu. Vous exigez qu’il vous sauve, mais vous n’acceptez pas les conditions. 

        Bien au contraire, je ne veux rien de lui. Qu’il offre son salut, soit, car c’est ce qui donne le choix en fin de compte.

        Mais sauver de quoi ? De la damnation ? Ce n’est pas l’amour de dieu qui doit nous sauver de cela, mais notre comportement envers les autres et nous mêmes. Cela, c’est de la vraie justice. Pour moi, ce n’est pas celui qui se prosterne chaque dimanche matin qui doit être sauvé, mais celui qui prend les bonnes décisions pour lui et pour les autres.

        Celui qui doit aller en enfer, ce n’est pas celui qui reste dans son lit le dimanche matin, c’est celui qui a mal agi de façon intentionnelle et répétée mais aussi celui qui n’aura rien fait quand il avait la capacité d’agir.

        En fait Dieu est amour. Vivre une éternité dans l’amour doit être bien pénible si nous ne sommes pas capable d’aimer. 

        Dieu est censé être tout car tout est en lui, pas vrai ? Donc oui, il est amour. Mais il est aussi haine, envie, jalousie, mépris, lucre, et tout ce qui est concevable.

        Il est toujours important de lire les prospectus jusqu’au bout et de lire entre les lignes...

        Dieu vous aime et vous répondez par de l’amour, c’est tellement simple que des enfants morts en bas-âge peuvent répondre positivement.

        Pour le clergé, les enfants morts avant le baptize étaient voués au néant ou à l’enfer, selon les périodes.

        La vérité, c’est que la vision de l’au-delà, c’est nous qui la fabriquons au fil des siècles selon nos valeurs et nos espoirs.

        La meilleure preuve de l’existence de dieu est que nous l’avons créé. 

        Personne ne vous blâmera si vous refusez l’amour, mais la conséquence est forcément d’être loin de Dieu.

        Qui a besoin d’ être près de dieu quand on est près de l’homme que l’on aime ?

        L’amour est éternel. Donc celui qui aime ici est déjà au paradis.



      • Pascal L 10 février 22:43

        @Mmarvinbear
        « Mais sauver de quoi ? De la damnation ? » Nous ne pouvons nous sauver de rien du tout. Nous n’avons pas créé les cieux et la terre, aussi nous ne pouvons nous sauver nous même de quoi que ce soit. Le salut est une création de Dieu et lui seul peut nous le donner. 


        « Ce n’est pas l’amour de dieu qui doit nous sauver de cela, mais notre comportement envers les autres et nous mêmes. Cela, c’est de la vraie justice » Si vous faites tout cela par amour, vous êtes déjà sauvé. Mais si vous faites cela dans les dernières secondes de votre vie, vous serez également sauvé. La paraboles des ouvriers de la dernière heure nous l’explique très bien.

        « Celui qui doit aller en enfer, ce n’est pas celui qui reste dans son lit le dimanche matin, c’est celui qui a mal agi de façon intentionnelle et répétée mais aussi celui qui n’aura rien fait quand il avait la capacité d’agir. »
        Nous n’avons pas la capacité d’envoyer qui que soit en enfer. Tout homme a le droit au pardon. Celui qui a mal agi toute sa vie et en retire une satisfaction au moment de la mort a peu de chances d’être sauvé. Pour les autres, nous ne connaissons pas leur choix.

        « Donc oui, il est amour. Mais il est aussi haine, envie, jalousie, mépris, lucre, et tout ce qui est concevable »
        Non, Dieu n’est qu’amour. Relisez les témoignages de rencontres avec Dieu et vous ne verrez rien d’autre que l’amour. L’homme n’a pas eu besoin de Dieu pour le reste.

        « Pour le clergé, les enfants morts avant le baptize étaient voués au néant ou à l’enfer, selon les périodes. » C’est vrai, ils ont eu aussi l’idée des limbes, un lieu spécial où il ne se passe rien. Mais tout nouveau né réagi positivement à l’amour, ce n’est que plus tard qu’il découvre la haine et le mal. il doit donc pouvoir être sauvé. Jésus lui-même affirmait qu’il fallait être comme un de ces enfants pour être sauvé. Cette idée de limbes n’est plus reprise par l’Eglise Catholique.

        « La meilleure preuve de l’existence de dieu est que nous l’avons créé »
        C’est un raisonnement en boucle qui n’a rien de scientifique. Ça ne prouve donc rien.

        « L’amour est éternel. Donc celui qui aime ici est déjà au paradis. »
        Tout à fait. Jésus nous exhorte à aimer sans attendre. Il nous dit aussi que le salut commence à ce moment.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès