• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > A la maison tout va bien

A la maison tout va bien

Mais l'école nous dit qu'il y a un problème. Pourquoi ?

Lorsque que l'on est un psychologue spécialisé dans le domaine de l'enfance et de la guidance parentale, on entend fréquemment les parents dire : "Mais à la maison tout va bien". Que se cache-t-il derrière cette expression qu'ils affirment avec sincérité ?

L'INTEGRALITE DU LIVRE >>

https://www.amazon.fr/LezAPe-face-cachée-de-la-psychologie-de-l-enfant

LezAPe : La face cachée de la psychologie de l'enfant

LezAPe - Articles psychologiques sur les comportements de l'enfant

 

Que dit l'école

Les parents affirmant que tout va bien à la maison avouent souvent qu'ils se retrouvent face à nous à la demande d'un directeur d'établissement. Parce qu'à l'école, les choses se passent tout autrement. L'enfant est turbulent, ne respecte pas les règles et ne supporte pas la frustration. Comment se fait-il donc qu'il y ait un tel écart au niveau de son comportement ? La suspicion n'est alors jamais loin. Les parents peuvent rapidement penser que l'école persécute leur enfant, et l'école, que les parents sont laxistes. Inversement, il est possible que l'enfant soit sage à l'école, et infernal à son domicile.

 

L'apprentissage de la frustration

On peut d'abord considérer que cette différence a plusieurs origines. Sans être laxistes, les parents peuvent en effet peiner à instaurer un cadre solide, ce qui aurait pour conséquence que l'enfant supporte difficilement celui plus exigeant de l'école. Au niveau comportemental, la tolérance à la frustration est un domaine qui comme les autres dépend de l'âge développemental de l'enfant. En première section, deuxième section etc, le cadre demeure souple parce que les professionnels savent par expérience que le stade d'évolution de l'enfant ne lui permet pas supporter par exemple la station assiste trop longtemps. De mêmes, les activités demandant des efforts cognitifs ne peuvent excéder quelques minutes et doivent être d'une difficulté relative, l'enfant ne pouvant supporter les frustrations consécutives à de nombreux échecs. Mais par la suite, à mesure que l'enfant gagnera en maturité, et que son âge développemental évoluera, on attendra de lui qu'il supporte un travail plus important ainsi qu'une discipline plus serrée (rester assis plus longtemps, ne pas bavarder ou faire du bruit, attendre avant d'aller aux toilettes, respecter les nombreuses règles posées par l'école...).

Il semble évident de dire que si les règles ne se "durcissent" pas à la maison à mesure que l'enfant grandit, et que ce dernier reste très intolérant à la frustration à un âge où il ne devrait plus l'être avec ses parents, l'école qui elle exigera toujours plus, risque de grincer des dents à un moment ou un autre.

Dans ce cas de figure, il est alors conseillé aux parents d'accepter d'instaurer des règles plus strictes à la maison afin d'amener progressivement l'enfant à un principe de réalité. Le parent doit alors être prévenu que les crises vont se multiplier mais que ce passage est nécessaire.

Ce changement des habitudes ne sera bien sûr pas évident à réaliser. Pourquoi ? Parce que l'enfant aura pris pour habitude que la maison soit le lieu où l'on cède à ses caprices après une crise ou deux : [conditionnement : association SN (maison) + SI (crises) = RC]. Conditionné à cette réalité qui a été renforcée crise après crise, il lui faudra du temps pour changer de comportement, comme il faudra du temps aux parents pour parvenir à changer de modèle. Ils auront bien sûr la compréhension intellectuelle de ce changement nécessaire, mais l'application sera plus difficile. Comment dire non sans se sentir un mauvais parent ? Leurs parents ont-ils été trop sévères avec eux, les rendant craintifs (névrotiquement) quant à l'imposition de règles ?


Autres apprentissages : On peut aussi considérer que tout va bien à la maison, non parce que le cadre est trop souple, mais parce que l'enfant qui n'a pas encore consolidé son individuation supporte mal les situations groupales où il doit partager l'attention de l'adulte. Dans ce cas précis, le travail ne concerne donc pas un cadre à instaurer à la maison, mais un travail autour du lien et de ce que l'on appelle plus généralement l'autonomie. Le jeune devra là aussi évoluer d'un point de vue développemental pour se montrer capable d'évoluer seul sans l'attention constante de l'adulte (comme ça serait le cas à la maison dans notre exemple). Notre travail est alors de faire réaliser au parents que l'enfant gère mal le manque d'attention et qu'il va falloir commencer à travailler sur cette distance salutaire avec lui (à la maison).

En tout état de cause, si "tout se passe bien à la maison", les parents doivent réaliser que des comportements qu'ils ne perçoivent pas s'expriment souvent à minima sous leur nez, et que ceux-ci sont simplement rendus plus visibles par le contexte scolaire. L'école étant une micro-société ayant pour vocation de permerttre par la suite à l'enfant une bonne intégration dans la société une fois adulte, il est impératif que ce dernier parvienne à tenir dans ce cadre scolaire qui lui est imposé

Mots-clés : #âge_développemental, #tolérance_à_la_frustration, #comportement_enfant, #discipline, #école, #impuissance_parents, #éducation, #conditionnement, #contre-conditionnement, #maison, #guidance_parentale#LezAPe_La-face-cachée-de-la-psychologie-de-l-enfant

https://www.jeanlucrobert.fr

Auteur de : 

Ma vérité sur l'autisme

LezAPe : La face cachée de la psychologie de l'enfant

L'ENFANT : L'instrument du Conflit Parental


Moyenne des avis sur cet article :  2.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 9 octobre 11:44

    « L’école étant une micro-société ayant pour vocation de permettre par la suite à l’enfant une bonne intégration dans la société une fois adulte, il est impératif que ce dernier parvienne à tenir dans ce cadre scolaire qui lui est imposé. »

    Jusqu’à présent, le rôle de l’école républicaine en France était l’enseignement de connaissances., à la différence des conceptions anglo-américaines qui l’ont toujours considérée comme un conditionnement, une préparation aux règles sociales en vigueur, ce qui se traduit par différents rituels comme chanter l’hymne national, la main sur le cœur tous les matins devant la bnnière étoilée aux Etats-Unis, et le port de l’uniforme dans les établissements réservés à la gentry au Royaume-Uni.

    Assisterait-on à un glissement vers cette matrice sous l’influence de l’empire ?


    • Jelena Jelena 9 octobre 13:03

      Vu que LREM vient de décréter que toutes les femmes peuvent acheter des enfants sur Amazon (et qu’en surplus, c’est remboursé par la sécu), vos articles sur « le bien-être de l’enfant » sont obsolètes.


      • Le421... Résistant Le421... Résistant 9 octobre 17:42

        A la maison tout va bien...

        Dès qu’ils rentrent, c’est brioche dégueulasse tartinée de pâte chocolat, télé avec dessins animés non-stop et soda à volonté.

        A la maison, tout va bien !!


        • quijote 9 octobre 20:09

          @l’auteur

          Il y a une dizaine d’années, Sarkozy avait créé un scandale chez les bien-pensants, qui se scandalisent bien facilement il est vrai, en disant qu’un enfant qui n’était pas correctement socialisé à trois ans, notamment en n’ayant pas appris à inhiber ses pulsions violentes, avait toutes les chances de rester un individu à problèmes toutes sa vie.

          Peterson, le psy canadien au gros succès d’audience et de tirage, répétait la même chose encore récemment lors de ses cours sur la personnalité.

          Quelle est la position actuelle de l’école de psychologie française sur le sujet ?


          • quijote 9 octobre 20:10

            @quijote

            « toute sa vie » et non pas « toutes sa vie »


          • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 9 octobre 21:49

            @quijote, il est évident qu’il y a un lien à faire entre l’individu à problème et son enfance où il aurait peiné à respecter les cadres (scolaires, sports, activités de groupe) dans lesquels il aurait évolué. Il y a un consensus là dessus qui va bien sûr au-delà du seul point de vue de la psychologie française à mon avis. Merci pour votre remarque.


          • ETTORE ETTORE 9 octobre 20:18

            Ce que décrit l’auteur, est une société « éducative » qui aurait ses deux rails, bien parallèles.

            Il semble oublier les « entrants » qui ont des arrêts civilisationnels, ou coutumiers, plantés là où cela leur convient, et l’arrêt y est obligatoire et à la demande, sous peine de se faire démonter une rame de dents.

            Alors le BlanC Kir, quand il quittera son poste de sinistre de l’éduc....

            Il auras certainement toutes les facilités pour intégrer un poste à haute responsabilité participative au nourrissage, dans tout zoo qui se respecte.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité