• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Cancer : mise à jour sur les facteurs de risques

Cancer : mise à jour sur les facteurs de risques

Chaque jour plus de 1000 personnes se voient diagnostiquées un cancer, 400 y succombent. 3 millions de personnes ont ou ont déjà eu un cancer avec souvent des séquelles très handicapantes. C'est la première cause de mortalité en France.

Si les thérapies progressent, leur prix aussi. le coût économique s’élevait ainsi à 14,1 milliards d’euros minimum en 2015, c’est à dire 11 400 euros par patient, pour en moyenne 50% à 60% de guérison, mais avec une variance qui va de 4 à 98% en fonction du type de cancer. Selon l’OMS(Organisation Mondiale de la Santé), le coût annuel mondial de la maladie était estimé en 2010 à 1160 milliards de dollars, le nombre de nouveaux cas devrait quant à lui augmenter encore de près de 70% dans les 20 prochaines années. (ligue-cancer, le Figaro)

Les sources officielles estiment cependant qu’entre 30 et 50% des cancers (OMS), 40 %(ecancer),70%(ligue-cancer) pourraient être prévenus. Des études récentes parlent même 90% (Le Monde) en jouant sur la qualité de notre mode de vie et de notre environnement.

Pour toute personne soucieuse de sa santé, de celle de son entourage et de l'être humain en général, mais aussi des coûts dispendieux que les traitements engagent pour la société, il devient donc intéressant de se sensibiliser et de se remettre à jour régulièrement sur les causes, dont certaines sont souvent méconnues.

 

Quels sont donc actuellement les principaux facteurs de risques ?

Afin de viser une certaine exhaustivité nous avons essayé de synthétiser plusieurs sources de référence les plus récentes. Certains chiffres pouvant varier d’un site à l’autre, parfois substantiellement, nous prendrons donc les données présentées comme des ordres de grandeur :
 

Facteurs de risques :

  • Génétique(5 à 10%)
  • Tabac (18 à 30 %) actif et passif (80 % des cancers du poumon, 75 % du larynx, 50 % de la vessie)1er facteur de risque.(cancercodeeurope)
  • Alcool (8-11%) L'éthanol (alcool) - même à dose modérée est classé dans la liste des cancérogènes du groupe 1 du CIRC (Centre international de recherche sur le cancer de l'OMS). "Même sans excès l'alccol peut avoir de graves conséquences lors de la grossesse". France Inter
  • Cannabis : Au-delà des aspects récréatifs et médicinaux, outre les baisses de performances intellectuelles et les risques psychiatriques, des études auraient montré l'incidence d'une consommation régulière sur le cancer du testicule. Doctissimo

 

  • Mauvaise alimentation : Les chiffres rencontrés sont divergents : 20 , 30, 40% voire plus ? (wikipédia et ecancer) Les aliments principaux incriminés sont : excès de sucre, viandes ou poissons transformés, charcuterie, mycotoxines (moisissures), modes de cuissons (flamme, friture, hautes températures), excès de sel, compléments alimentaires à base bêta carotène, acide gras trans (inserm)…                                + manque d’aliments protecteurs comme les fruits et légumes frais(par ex. alliacées, brassicacées et fruits rouges au pouvoir antioxydant très fort),aliments riches en oméga3 et absence de régime équilibré et de qualité de manière plus générale. Le CIRC a classé en outre en catégorie « cancérogène probable » la viande rouge, tout comme les boissons chaudes (plus de 65 °C ⇒ cancer de l’œsophage), et en cancérigène possible le café(vessie).(wikipédia, CIRC)
  • Additifs alimentaires : selon le collectif La nutrition.fr qui a édité un guide cette année se basant sur 200 études scientifiques, un quart des additifs alimentaires (colorants, conservateurs, émulsifiants, exhausteurs de goût, édulcorants) seraient susceptibles de nuire à la santé des consommateurs, certains seraient cancérigènes, notamment le dioxyde de titane, présent dans des dentifrices, bonbons, chocolats, plats préparés…(e-santé, topsanté)
  • Obésité (2-5%) les cancers chez les personnes victimes d’obésité ou d’embonpoint seraient détectés plus tardivement. Une obésité en hausse variable en France depuis 1997 surtout dans les familles modestes.(obésité)
  • Manque d'activité physique/sédentarité (2-5%)
  • Micro-organismes (virus, bactéries) (15 à 20 %), 5% seulement dans les pays industrialisés(selon passeport santé)encore moins en France selon l'Institut National Cancer. Certains virus HPV ainsi que le VIH pour le cancer du col de l’utérus (OMS), les virus de l’hépatite B et C pour le foie, et la bactérie Helicobacter pylori (cancer de l’estomac).
  • Polluants (officiellement 0,1% en 2000 selon l'Institut National du Cancer, 1% à 4% CIRC/OMS en 2003 , 5 à 10 % aujourd'hui selon Santé Publique France, combien dans 10 ans ?) : amiante, gaz d’échappement diesel (l'essence est considéré comme un cancérigène possible), bougies, bâtons d’encens, désodorisants, fumées de combustibles domestiques (charbon…), insecticides, pesticides (en particulier chez les agriculteurs), arsenic, nickel, chrome, les poussières de bois (sciure), ...la liste des produits est longue…

    Certaines professions sont ainsi surexposées. L’OMS parle de 10% de cancers professionnels dans le monde.

     Les enquêtes épidémiologiques montrent en outre la relation entre lieux d’habitation et occurrence de cancers (air extérieur pollué, proximité des axes routiers, des stations essence, des usines, des lignes à haute tension, des centrales nucléaires…)

image e-cancer.fr

 

  • Le radon (en France, il constitue le 2e facteur de cancer du poumon). Et d’une manière générale la :
  • Pollution de l’air intérieur (1 min %) en raison de l’accumulation des contaminants, particulièrement dans le cas de faibles aérations des locaux et habitations.(ecancer)
  • Pesticides Le Circ a placé en 2015 l’herbicide glyphosate(le controversé Roundup de Monsanto numéro 1 dans le monde), associé à l’utilisation d’OGMs comme « cancérigène probable »(niveau 2A) en compagnie de quatre autres moins connus. Plus d’infos ici et .
  • Perturbateurs endocriniens (dont on parle beaucoup actuellement, et dont les effets vont malheureusement bien au-delà de ceux du cancer, on les soupçonne notamment d’être à l’origine de la baisse de la fertilité, de troubles neurologiques, et de la puberté précoce des enfants dans nos pays). Ils portent les doux noms de phtalates, bisphénol A, agents ignifuges bromés, dioxines, métaux lourds, …agissent à faibles doses, sur le long terme, et ont des « effets cocktails » mal connus. Ils s’introduisent par toutes les voies de notre corps et se retrouvent dans quasiment tous les produits industriels que nous utilisons : cosmétiques(rouge à lèvres, dentifrices, shampoings…), produits d'hygiène et d'entretien, jouets, insecticides, plastiques, bouilloires, composants électroniques, vêtements, biberons, emballages, boîtes de conserves, PVC, encres, peintures, tapis, ameublements, médicaments, plombages dentaires, matériels hospitaliers(ex poches de perfusion), mais la liste est trop longue, voir lien pour plus d’informations. Pas étonnant, alors, qu’en avril 2017, le magazine 60 Millions de consommateurs affirmait que les jeunes Français étaient « tous contaminés » après analyse d’une mèche de cheveux d’un panel de 43 adolescents dans un laboratoire indépendant, où les résultats montrèrent que des polluants ont été retrouvés dans les cheveux de tous les jeunes : 34 molécules en moyenne.(source)
  • Travail de nuit & Éclairage artificiel, lumière bleue de nos écrans (wikipedia, psychomedia). Outre la pollution lumineuse extérieure qui nuit aux animaux nocturnes, les lumières du soir et de la nuit modifieraient notre cycle circadien et pourraient favoriser les cancers, mais il y a peu d’études sur le sujet. Pour ce qui est du travail de nuit le risque semble mieux établi.
  • Radioactivité (militaire, industrielle(déchets, fuites), accidentelle(catastrophes), naturelle(radon))
  • Nanomatériaux : particules très fines encore peu étudiées car d’innovation récente, l’OMS a classé cependant le fameux dioxyde de titane, très utilisé en alimentaire, en cancérigène possible.

 

  • Traitements hormonaux de la ménopause (qui sont aussi des perturbateurs endocriniens) ecancer
  • Pilule contraceptive classée cancérogène par le CIRC, des études récentes montreraient qu’elle diminuerait certains cancers mais en augmenterait d’autres (sans prendre en compte les autres effets sur la santé). (topsanté, lemonde, bfmtv, ecancer)
  • Prothèses mammaires : risque extrêmement faible de développer une forme rare de lymphome(ecancer)
  • Non-allaitement : Les femmes qui n'allaitent pas auraient plus de risques sur le cancer du sein(ecancer)
  • Port du soutien-gorge : Si les seins sans soutien-gorges semblent mieux "se porter", aucune étude d'envergure n'a permis d'établir un lien entre soutien-gorges et cancers. (pour ceux qui s'intéressent néanmoins au débat : alternative santé)
  • Radiations solaires et UV artificiels (2%) (INC)(surexposition ou exposition non adaptée au soleil) mais aussi les solariums (bancs solaires) considérés par le CIRC comme aussi dangereux que le tabac ou l’amiante. (cancer.be, 20minutes) La surexposition au soleil avant 15 ans et un bronzage intermittent trop marqué seraient des facteurs aggravant du cancer de la peau. Il existe par ailleurs des controverses sur l’utilisation des crèmes solaires, qui par nature ne protègent pas de tous les cancers, et qui font l’objet de plusieurs questionnements quant à leur efficacité véritable, leur usage correct et leur innocuité pour le corps humain. Si une exposition naturelle régulière, progressive et plus ou moins courte en fonction de son type de peau est nécessaire pour notre santé, en particulier pour la synthèse de vitamine D ( indispensable à notre organisme et anti-cancéreux puissant) et pour laquelle nous sommes en carence chronique, les crèmes solaires, dont beaucoup ont été accusées récemment d’être insuffisamment efficaces, encourageraient à la surexposition au soleil de part le sentiment trompeur de protection qu’elles induiraient chez le consommateur. Certains dermatologues alertent aussi sur le fait qu’elles seraient très largement mal utilisées (trop faibles quantités, appliquées pas assez régulièrement dans le temps, mal étalées sur le corps). Selon certaines études, les nombreux produits chimiques qu’elles contiennent, notamment des perturbateurs endocriniens et des nanoparticules, pollueraient à contrario l’environnement et les milieux marins tout autant qu’elles nuiraient à notre santé en pénétrant dans notre peau, jusqu’à même provoquer certains types de cancers ou autres problèmes de santé, ce qui est un comble ! Pour ceux qui doivent ou souhaitent malgé tout s'exposer plus longtemps, il existe heureusement des crèmes solaires jugées efficaces et qui contiennent peu ou pas de produits néfastes, tout en sachant que la meilleure protection demeure l’ombre et les vêtements, en particulier aux heures les plus lumineuses. Pour rappel, les bébés ne sont pas adaptés au soleil. (pourquoidocteur, rtbf, carevox, consoglobe "comme un poison dans l'eau", biorespire, wikipédia, ligue-cancer, la nutrition:les conseils officiels sont-ils bons ?)

 

image

 

  • Consommation soutenue d’agrumes (quantité différentes selon les études). 20minutes précise cependant que ce sont les agrumes en été qui favoriseraient le cancer de la peau. A ce titre les agrumes sont interdits dans les formules de crèmes solaires dans plusieurs pays. (plus d'infos : la nutrition). Mis à part çà il sont bons pour la santé.
  • Imagerie médicale : radiographies, mammographies, scanners tomodensitométrie, médecine nucléaire. Attention en particulier aux foetus, aux jeunes, aux personnes sensibles et à certains organes comme le sein ou la thyroide.(ecancer)
  • Ondes (radar, wifi, bluetooth, radios, micro-ondes…) et téléphones portables : pas de danger démontré selon les instances officielles malgré les nombreuses études entreprises à ce jour, mais risque possible à hautes doses pour les téléphones(+de 30min quotidiennes). Le principe de précaution reste néanmoins de mise en particulier pour les populations vulnérables que sont les enfants, adolescents, personnes électrosensibles, gros usagers(ANSES) dont certaines études ont démontré l’incidence formelle sur le cancer du cerveau et du nerf auditif mais aussi du testicule. Attention au téléphone en voiture notamment dont les ondes sont plus dangereuses. Le CIRC a ainsi classé les ondes des portables comme cancérogènes possibles.(le figaro).
  • La question des antennes relais demeure une question elle aussi « sensible » et ne fait toujours pas consensus au sein de la communauté scientifique.(allodocteur, ANSES) D'une manière globale on pourra se poser la question des effets de la cohabitation simultanées de toutes ses ondes dont le développement est constant.
  • la ligue contre le cancer évoque des affections organiques considérées comme des facteurs de risques avérés pour le cancer colorectal tels que la présence de polypes de plus de 1 cm, les maladies inflammatoires chroniques étendues de l’intestin (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique), et certaines maladies génétiques.
  • L'âge : l’OMS nous rappelle enfin que le vieillissement demeure un facteur fondamental de l’apparition du cancer, en raison vraisemblablement de l’accumulation des risques avec le temps mais aussi de la perte des facultés de réparation naturelle du corps humain.

image

 

  • Le stress Etudes et opinions controversées sur le sujet. Certaines ont essayé de mettre en avant des types de personnalité plus suceptibles de contracter la maladie. Les médecines dites « psychosomatiques », "intégratives"(venues des USA)et les thérapies psychosociales s’évertuent en tous cas à établir les liens psychologiques entre maladies, affects et traumas, ce que font par ailleurs les médecines orientales, traditionnelles ou alternatives depuis très longtemps et qui sont utilisées souvent en parallèle des traitements conventionnels, en élargissant leur champ de vision aux notions d'énergies et d'équilibres subtils, voire au domaine des esprits (chamanisme par ex.). Souvent controversées par les esprits les plus rationnels qui dans les cas de guérisons inexpliquées invoqueront l’effet placebo (qui demeure somme toute de part certains aspects lui aussi mystérieux et qui est curieusement pris très au sérieux par la science), elles sont accusées dans des cas extrêmes de favoriser le charlatanisme ou les dérives sectaires. Les partisans des médecines naturelles, eux, pointeront la lourdeur et les effets secondaires des traitements allopathiques, ainsi que les lacunes du matérialisme médical moderne et de sa dépendance à l'industrie pharmaceutique. De plus en plus de médecins essaient toutefois de réconcilier les deux approches dont beaucoup pensent qu’elles ne sont pas contradictoires, mais complémentaires. plus d'infos : "Le stress peut-il causer le cancer ?", article passeport santé

 

 

Illustration OMS : Taux d'incidence des cancers à travers le monde( plus la couleur est foncée, plus le taux est important )

 

Parmi les médecins, beaucoup le sont par le titre, bien peu par le fait.
Hippocrate ; La loi, I - IVe s. av. J.-C.

 

Prévention

 

Leviers possibles :

  • Faire attention à son hygiène de vie(tabac, alcool…), adopter un régime alimentaire sain correspondant à ses goûts et convictions(part importante de fruits et légumes de saison, locaux et bios si possible, régime méditerranéen ou autres…). A noter qu'il existe une controverse sur le lait qui serait protecteur de certains cancers selon des études, mais plutôt mauvais pour la santé pour d'autres.
  • Pratiquer des activités bénéfiques pour le corps et l’esprit(au moins 30 minutes d’activité d’intensité modérée à élevée au moins 5 jours par semaine)source ANSES, PNNS
  • Privilégier l’achat d’objets et produits naturels, écologiques ou peu toxiques(limiter plastiques, emballages, détergents, cosmétiques trop chimiques…)
  • Se faire vacciner contre le HPV et contre le virus de l’hépatite B
  • Réduire les risques professionnels
  • Réduire l’exposition aux rayonnements ultraviolets de synthèse, avoir une exposition au soleil adaptée, faire attention au choix des crèmes solaires le cas échéant
  • Réduire si possible l’exposition aux rayonnements ionisants (imagerie diagnostique professionnelle ou médicale)
  • Faire attention aux ondes électromagnétiques (téléphone, wifi, micro-ondes…)
  • Mieux choisir son lieu d’habitation (radon, pollution atmosphérique, antennes relais, absence de verdure…)
  • Explorer des moyens de contraception alternatifs à la pilule quand c’est possible
  • Selon certaines études une activité sexuelle épanouïe serait bénéfique pour la santé (certaines ont fait le lien entre fréquence d'éjaculations et santé de la prostate), sujet cependant peut-être plus complexe que cette simple question.
  • Allaiter son bébé suffisamment (OMS)
  • Penser au principe de précaution pour des produits industriels douteux mal ou peu étudiés
  • Massages, yoga et toutes les techniques de bien-être
  • Privilégier un mode de vie moins individualiste et consumériste

La prévention inclut aussi :

Le dépistage préventif qui pour certains cancers peut-être pratiqué soi-même ou ses proches en étant attentif aux signaux d’alertes, mais se fait aussi couramment auprès de professionnels pour les cancer du sein, colorectaux, de la peau, du col de l’utérus et est même encouragé par les pouvoirs publics.

 

  • Enfin, dernier point : favoriser la joie, la paix, la confiance, la réconciliation, et de bonnes relations et liens sociaux dans sa vie, en s'inspirant -pourquoi pas- des populations qui tombent beaucoup moins malades que les nôtres, ou envisager d’autres types de thérapies (recommandations personnelles auxquelles l’auteur ne prétend pas forcément aboutir mais auxquelles il croit beaucoup)

Sources (wikipédia, OMS, ecancer, ligue contre le cancer, presse généraliste, spécialisée et alternative...)


Moyenne des avis sur cet article :  3.64/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • sarcastelle sarcastelle 12 septembre 12:55

    Et bien entendu dans la prévention du cancer l’eau des Hunzas, mots qu’il suffit de taper dans le moteur de recherche d’Agoravox pour en trouver l’exposé des bienfaits. 



    • Abou Antoun Abou Antoun 12 septembre 13:02

      Je conseille à tous ceux qui veulent obtenir une documentation claire et complète de visionner cette vidéo, faite par un scientifique non spécialiste.


      • foufouille foufouille 12 septembre 13:29

        « Comment expliquer l’incroyable santé des Amish et leur très faible occurence de cancers comparés à celle des autres américains ?.. »
        lien non sourcé, juste une parole de khmer vert.
        un amish ne pas à l’hosto, il prie dieu.



        • foufouille foufouille 12 septembre 15:00

          @Elixir
          un seul de tes liens est scientifique mais verdâtre.
          la possibilité génétique est écartée, il étaient juste 100 au départ, comme l’absence de voiture et de pollution du même type.
           


        • njama njama 13 septembre 14:16

          @foufouille

          la possibilité génétique

          n’est qu’hypothèse ... bien utile parfois pour dire par euphémisme qu’on ne sait pas

          génétique, vous dites, avez-vous un début de preuve ?


        • Elixir Elixir 14 septembre 09:01

          @njama

          Je n’ai fait que reporter les chiffres officiels. Toutes mes sources sont en bas de pages.
          Les scientifiques ont observés qu’il y avait des genes de prédisposition, mais vous avez le droit de pas être d’accord et d’apporter des contre-preuves, que je n’ai pas croisées dans mes recherches.
          La seule chose que j’ai vue c’est la grande part d’incertitude sur la question « aléatoire » ou environnementale.


        • zygzornifle zygzornifle 12 septembre 14:05
          les facteurs de risques...

          sujet du jour aux PTT ....

          • doctorix doctorix 12 septembre 16:27
            • « Leviers possibles :
            • Se faire vacciner contre le HPV et contre le virus de l’hépatite B »
            Bonne idée.
             Comme ça vous avez une bonne chance de ne pas atteindre la vieillesse ni même l’âge adulte, qui sont tellement dangereux pour la santé, et de mourir d’une maladie auto-immune, ce qui est quand même bien plus satisfaisant que de mourir d’un cancer.
            Pour le reste, vous évoquez tellement de causes de cancer que le mieux pour l’éviter semble être la congélation, ou la crémation anticipée.

            • Elixir Elixir 12 septembre 16:55

              @doctorix

              Je sais qu’il y a un débat sur les vaccins. Merci de le rappeler. C’est pour çà que je ne parle que de leviers « possibles » pour éviter certains cancer.

              Concernant le fait qu’il y ait beaucoup de choses effectivement çà peut paraitre décourageant pour certains mais je pense qu’il vaut mieux savoir plutôt qu’ignorer. Par ailleurs rares sont les personnes qui cumulent tous les facteurs, heureusement, mais çà peut être interessant de travailler sur quelques uns au moins pour ceux qui sont motivés...


            • chantecler chantecler 12 septembre 16:32

              Article intéressant mais il y a un souci :
              Sur FI et ou FC il y a eu , lundi vers 7h , je pense une courte information sur l’explosion du coût du traitement du cancer aujourd’hui  :
              De ce que j’ai retenu entre les antimitotiques et les dernières molécules il y a eu deux paliers X 10 .
              Commentaires sur ce sujet : la SS à ce rythme va être est incapable de faire face au remboursement de tels traitements dont le prix serait lié à la recherche et « il faudrait envisager que l’état prenne en charge les frais de celle-ci dans le cadre privé » cad celui des labos pharmaceutiques .
              Ci joint un lien mais qui ne retranscrit pas fidèlement ce que j’ai entendu :
              https://www.franceinter.fr/societe/cancer-l-institut-curie-redoute-des-inegalites-entre-patients


              • Elixir Elixir 12 septembre 17:01

                @chantecler

                J’ai vu votre lien il est intéressant, j’avais vu que les couts augmentent fortement, je pense aussi que çà risque d’être un réel problème à l’avenir.

                En outre ils disent que 44% des français ne font pas le lien entre prévention et limitation des couts pour l’assurance maladie.


              • njama njama 13 septembre 14:21

                @Elixir

                immunothérapie (appelée aussi hormonothérapie), 7.000 € / mois, comptez un traitement de 2 mois, ça fait aux alentours de 15.000 €

                mais il paraît que ça marche pas mal, et que c’est nettement moins violent que la chimiothérapie.

                Sous immunothérapie, on peut continuer d’avoir des activités

                Évidemment ce n’est pas à la portée de toutes les bourses, et question remboursement sécu je ne sais pas ...


              • Alren Alren 17 septembre 17:31

                @chantecler

                Bien entendu les nouvelles molécules ne coûtent pas si cher à fabriquer !!!

                Ce sont les laboratoires pharmaceutiques qui fixent des prix démentiels pour rétribuer les rentiers qui possèdent des actions émises par eux.
                Cette technique de vol manifeste contre une clientèle captive et affaiblie a été conçue aux USA, bien entendu, mais suivie avec enthousiasme par les laboratoires européens sans réaction de gouvernants complices, tout heureux que les systèmes de solidarité comme la SS soient en déficit. Ce qui pensent-ils conforte chez les ballots l’idée de la supériorité du capitalisme ultra-libéral et le « chacun pour soi » sur la solidarité et le socialisme (réel).

                Dans le même temps, ces ultra-riches laboratoires peuvent acheter des parlementaires européens pour interdire a priori les études en double-aveugle sur les produits naturels qui, eux, ne coûtent pratiquement rien et ne rapportent donc rien d’autant plus qu’ils ne sont pas brevetables.

                Ces substances naturelles pourraient, du fait de l’unicité du vivant (origine commune au précambrien) avoir beaucoup plus d’efficacité sans effets secondaires souvent dévastateurs.

                L’auteur cite la vitamine D à haute dose, mais contre le cancer il existe d’autres substances dont des champignons japonais : reishi, shitake, maïtake. Il paraît qu’il s’en consomme 150 tonnes par an au japon pour soigner les cancéreux ! Or il semble que l’on décède moins au Japon qu’en Occident de cancers malgré une grosse pollution urbaine et beaucoup de stress.
                Le curcuma indien a comme principe actif la curcumine qui semble combiner effet anti-inflammatoire et destruction des cellules anormales (cancéreuses).

                Contre les infections et le juteux trafic des antibiotiques de « Big pharma », on connaît l’efficacité des virus macrophages.
                Un chercheur marocain a montré que l’efficacité des antibiotiques été centuplée par l’adjonction simultanée d’huiles essentielles ...

                Je plaide pour qu’on remplace la pilule contraceptive par l’implant de bouchons en silicone amovibles dans les trompes.
                La pilule, même minidosée crée dans l’organisme féminin une anomalie hormonale permanente. Or tout démontre que pour conserver la santé, il faut maintenir le naturel.
                Mais la pilule rapporte des milliards aux labos, alors ...


              • sls0 sls0 12 septembre 17:29

                Les gens ont tellement peur de la mort qu’ils en oublient de vivre.


                • Xenozoid Xenozoid 12 septembre 17:35

                  @sls0

                  oui,et le plus triste 
                  ils ne veulent pas le faire seul

                • Elixir Elixir 12 septembre 18:05

                  @sls0

                  Personnellement je préfère mourir « en bonne santé », comme on dit.
                  Et ne peut-on pas être épucirien sans détruire la planète... ?


                • pemile pemile 12 septembre 18:11

                  @sls0 « Les gens ont tellement peur de la mort qu’ils en oublient de vivre. »

                  D’autre gens ont tellement peur de la vie qu’ils en cherchent la mort ?


                • chocolatine chocolatine 12 septembre 22:44

                  bonsoir @ tous
                  je vis avec une personne qui a un cancer du foie et aucun des éléments listés ne semble en étre la cause...par contre le bruit permanent des voisins en accélérera les douleurs et l’évolution
                  Je rajouterai au stress créé par des situations dont on ne peut échapper..le bruit....que socialement on accepte.....et qu’on ne limite pas par simple ..Droit à ceçi ou à celà : le bruit de voisinage pourrait et devrait etre codifié et sanctionné....


                  • Elixir Elixir 13 septembre 08:56

                    @chocolatine

                    J’ai évoqué la question du stress et la pollution sonore en est bien entendu un facteur important. Je pense que même pour les oncologues cela peut-être assez difficile de déterminer avec certitude la cause d’un cancer, surtout si la personne a une bonne hygiène de vie.

                    Et puis on est pas tous égaux face à la maladie, il y a des gens par exemple qui vont fumer toute leur vie et qui vont rester en relative bonne santé, d’autres qui sans jamais avoir fumé vont développer un cancer du poumon...

                    Par ailleurs les spécialistes eux-mêmes ne sont pas d’accord sur la part du « pas de chance ».


                  • baldis30 13 septembre 10:46

                    bonjour,

                    excellent article,

                    Il faut aussi souligner le rôle du tabac non seulement dans les pathologies respiratoires mais aussi dans les pathologies cardiaques.... c’est un premier point .

                    deuxième point à souligner c’est le rôle émergent du cancer dans les causes de décès : jadis sans antibiotiques, sans hygiène poussée des maladies d’origine bactérienne ou virale étaient sans traitement et emportaient des gens affaiblis avant que le diagnostic soit établi ( le cas du tabac/maladie cardiaques peut aussi se ranger là-dedans)


                    • FreeDemocracy 14 septembre 18:43
                      bonjour,

                      le fameux « dioxyde de titane » que vous évoquez dans votre article est soupçonné d’être un composant cancérigène notamment utilisé dans l’encre pour la réalisation de tatouage.

                      informations provenant de l’ECHA agence européenne des produits chimiques

                      • yvesduc 16 septembre 16:47
                        Merci pour votre article.

                        La carte de l’OMS (en bas de l’article) montre que l’incidence du cancer est plus forte dans les pays industrialisés. L’infographie d’e-cancer.fr montre, pour sa part, que les trois principales causes sont le tabac (de loin la plus importante), l’alimentation déséquilibrée et l’alcool. Faut-il comprendre que les habitants des pays du sud fument pas ou peu, ont une alimentation saine et boivent peu d’alcool ? Marie-Monique Robin a révélé dans son livre « Notre poison quotidien », et dans le documentaire du même nom (disponible en DVD chez Arte), différentes façons qu’a l’industrie chimique de truquer ses études de façon à dissimuler la nocivité des pesticides : remplacement de souris malades, cohortes insuffisamment nombreuses, non transposabilité aux humains, etc. Marie-Monique Robin montre aussi que les doses journalières admissibles ne prennent pas en compte l’effet des cocktails, ni la réalité qui est celle de l’addition des différentes doses de poisons. Dans la mesure où l’alimentation du nord est fortement plus chimique (engrais, pesticides, etc.) que celle du sud, je suis surpris que ceci soit aussi peu étudié et pris en compte dans votre article (et par les autorités, mais là ça ne me surprend pas smiley).

                        • Elixir Elixir 16 septembre 17:11

                          @yvesduc

                          La question de la part « aléatoire » ou « environnementale/mode de vie » des cancers fait apparemment fortement débat chez les spécialistes. Selon les chiffres que j’ai rencontré et comme je l’ai dit dans l’article on navigue de 30 à 90% d’aléatoire. Autant dire qu’on est loin du consensus. J’aurais pu effectivement enquêter un peu plus sur le fait de savoir pourquoi les pays du sud avaient moins de cancer. A priori on pourrait penser effectivement qu’ils fument et boivent moins et ont un mode de vie plus sain sur certains plans mais il faudrait faire des recherches plus sérieuses pour éclaicir le sujet.
                          J’ai evoqué l’effet coktail, difficilement appréhendable par les scientifiques.

                          Je crois malgré en tout que la part environnementale est minimisée, pour des raisons qu’il faudrait peut-être approfondir, c’est un avis personnel.

                          Le cas des Amish est en tous cas un sujet de reflexion intéressant.


                        • Ruut Ruut 18 septembre 07:58

                          La nourriture industrielle est une bonne cause.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès