• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Certitudes et incertitudes au sujet de l’origine du SARS-COV2

Certitudes et incertitudes au sujet de l’origine du SARS-COV2

Je relaye ici les informations fournies par mon collègue Étienne Decroly, directeur de recherche au CNRS, et parues récemment dans le journal de notre bonne maison (1). La question de l’origine du SARS-CoV2 est une des questions centrales dans la pandémie qui affecte actuellement notre planète. Déterminer l’origine du virus pourrait permettre de mieux orienter les recherches visant à développer un vaccin ou des thérapies efficaces. Par une meilleure compréhension des phénomènes qui ont conduit à l’émergence du virus, ces travaux pourraient également permettre d’éviter de nouvelles émergences et de mieux anticiper les conséquences de l’apparition de nouveaux virus.

Grâce aux progrès de la biologie moléculaire, la séquence du virus SARS-CoV2 a pu être rapidement déterminée. La séquence d'un acide nucléique — ADN ou ARN — est la succession des nucléotides qui le constituent. Ces nucléotides, au nombre de 4 dans l’ADN ou l’ARN, sont des molécules liées les unes aux autres, et qui forment, dans le cas de l’ADN la structure bien connue en double hélice. Cette succession de 4 nucléotides symbolisés par les lettres A, T, G et C dans le cas de l’ADN (et A, U, G, et C pour l’ARN) contient l'information génétique de tous les êtres vivants, organisée en unités fonctionnelles que l’on appelle les gènes. Chaque gène contient des centaines, voire des milliers ou des dizaines de milliers des 4 nucléotides... Il est possible depuis bientôt une trentaine d’années de comparer les différentes séquences de nucléotides des êtres vivants, et d’établir ainsi les proximités existant entre ces êtres. De façon très intuitive et également simplifiée, plus une séquence d’ADN d’un organisme A est proche de celle d’un organisme B, plus ces organismes sont proches au plan évolutif.

Dans le cas du SARS-CoV2 la comparaison de séquences du virus révèle sans aucune ambiguïté sa proximité avec le virus RaTG13 de chauve-souris (96% d’identité entre les séquences virales). Par ailleurs «  on ne relève que 79 % d’identité génétique entre SARS-CoV-1 et SARS-CoV-2, et seulement 50 % en ce qui concerne MERS-CoV » (1). Ceci signifie que le SARS-CoV-2 est plus proche de souches virales de chauve-souris que de virus déjà « acclimatés » à l’homme, et donc qu'il ne dérive pas de ces virus acclimatés.

Une question fondamentale est de comprendre comment le SARS-CoV2, virus de chauve-souris, a pu être transmis à l’Homme ? L’hypothèse généralement admise, parce que démontrée pour d’autres virus animaux qui ont conduit à des épidémies, est celle d’une recombinaison entre différents virus, dont certains susceptibles d’affecter l’Homme, dans un hôte intermédiaire. En recherchant dans la séquence génétique du virus responsable de la maladie celle d’autres virus, dont on connaît l’origine et l’hôte habituel, on peut retracer l’origine évolutive des virus et identifier l’hôte intermédiaire. C’est de cette façon que l’on sait que le redoutable virus MERS-CoV a probablement recombiné avec un virus retrouvé chez le dromadaire. Pour le moment, dans le cas du SARS-CoV2, les travaux de recherche n’ont pas permis de retrouver quel pourraient être cet hôte intermédiaire.

À ce jour, 3 hypothèses sont plausibles pour expliquer l’émergence virale. La première est celle que je viens d’expliquer ci-dessus à savoir la recombinaison du virus de chauve-souris avec un autre virus pour le moment inconnu dans un hôte intermédiaire. L’autre possibilité serait que le SARS-CoV-2 aurait pu infecter à bas bruit et très modérément l'Homme, où il aurait recombiné avec un virus, par exemple un virus respiratoire, déjà bien adapté à l’être humain et transmissible d'Homme à Homme. Enfin la dernière hypothèse - qui aujourd’hui ne peut pas être éliminée - serait que le SARS-CoV-2 descende « d’un virus de chauves-souris isolé par les scientifiques lors des collectes de virus et qui se serait adapté à d’autres espèces au cours d’études sur des modèles animaux en laboratoire ; laboratoire dont il se serait ensuite échappé accidentellement » (1). Pour éviter toute dérive complotiste, il est important de préciser qu’il n’existe à ce jour aucune preuve scientifique soutenant cette éventualité, même si de tels accidents sont documentés, par exemple dans l’épidémie de grippe de 1977, causée par un virus de type H1N1, l‘agent de la grippe dite espagnole de 1918, isolé en 1950. Cet isolat viral se serait échappé d’un laboratoire. En support de cette hypothèse, la comparaison des séquences du virus H1N1 de 1950 avec celle du H1N1 de 1977 ne révèle aucune différence génétique. Cette absence de mutation permet de réfuter l’hypothèse qui proposerait que ce virus se soit maintenu soit à bas bruit chez l’Homme, soit dans des hôtes non humains pendant 27 ans, puisque toute multiplication virale, même sur un cycle, entraîne apparition de mutations. L’échappement du laboratoire avait été évoqué par un ancien prix Nobel, le professeur Luc Montagnier, avec beaucoup de légèreté. Dans une interview récente, ce dernier indiquait en effet que des séquences du virus HIV, agent responsable du SIDA, avait été détectées dans la séquence du SARS-COV2. Il s’agit cependant de séquences extrêmement courtes pour 3 des 4 séquences détectées. Le consensus scientifique actuel est que la présence de ces séquences HIV est simplement fortuite. En lien, je m’étais amusé à rechercher des courtes séquences de plantes dans la séquence du SARS-CoV2, et en avais trouvé, montrant bien le caractère non significatif de cette présence. De plus ces 3 séquences sont également présentes dans d'autres coronavirus, isolés avant l’émergence du SARS-CoV2.

La 4ème séquence pose néanmoins une question intéressante car son occurrence est spécifique du SARS-CoV2. De plus, sa présence modifie un des composants extérieurs du virus, ce qui pourrait expliquer la transmissibilité d’Homme à Homme de ce dernier. A ce stade, on ne peut formellement rejeter qu’une une telle modification pourrait être d’origine humaine, et qu’elle aurait pu se produire « au labo » dans le cadre du développement de nouveaux vaccins par exemple. Il serait éventuellement possible de détecter des traces de manipulation génétique par des analyses extrêmement fines et poussées de la séquence, analyses qui sont très probablement en cours dans différents laboratoires. À ce jour cependant, il n’existe pas non plus de preuve formelle révélant une origine expérimentale et une libération accidentelle du virus à partir d’un laboratoire. Plusieurs articles sur ce sujet ont d’ailleurs déjà été publiés, ne révélant aucune trace de manipulation. Il reste donc clair que le SARS-CoV2 est bien majoritairement un virus d’origine animale mais les mécanismes de recombinaison qui ont permis son émergence sont encore incompris. La conclusion appartient à mon ancien collègue Étienne Decroly qui précise : « L’éventuelle découverte de virus animaux présentant une très forte similarité avec SARS-CoV-2 fournirait un élément décisif pour valider son origine naturelle » (1). Affaire à suivre donc.


Références

Yaroslav Pigenet. La question de l'origine du SARS-CoV-2 se pose sérieusement. Le Journal du CNRS. Octobre 2020.


Crédit photo

Institut Pasteur et AFP, repris dans Futura Science.
https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-sars-cov-2-serait-melange-coronavirus-pangolin-chauve-souris-79290/


Moyenne des avis sur cet article :  3.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • The White Rabbit The White Rabbit 31 octobre 2020 10:07

    Bref, on ne connait toujours pas l’origine du coronavirus SARS-CoV-2 et donc aucune hypothèse n’est à exclure.

    Ce qui sera traduit par les complotistes en : « c’est une chimère sortie d’un labo »smiley

    Autre fait étonnant, les anomalies cérébrales observées chez 1/3 des patients de cette récente étude :

    https://www.seizure-journal.com/article/S1059-1311(20)30332-0/fulltext


    • eau-pression eau-pression 31 octobre 2020 10:22

      @The White Rabbit

      Oubli d’un émoticone. Ici la VO


    • foufouille foufouille 31 octobre 2020 11:04

      @The White Rabbit

      ça ressemble à un asile psychiatrique avec beaucoup de délirants.


    • eau-pression eau-pression 31 octobre 2020 11:29

      @The White Rabbit

      En anglais comme en français, le conditionnel existe.


    • nono le simplet nono le simplet 31 octobre 2020 11:37

      @eau-pression
      if my aunt had two balls she would be my uncle


    • The White Rabbit The White Rabbit 31 octobre 2020 12:29

      @nono le simplet

      And she would get a man bike !


    • Arogavox Arogavox 2 novembre 2020 09:06

      Aucune hypothèse n’est à exclure !

       Point barre ! 

       (faut-il rappeler que ce qui serait prouvé et avéré ne serait plus une hypothèse mais une certitude ?!)

       Ce qui n’empêche pas d’apprendre à composer avec l’incertitude 

      « On mesure l’intelligence d’un individu à la quantité d’incertitudes qu’il est capable de supporter. » ( Emmanuel Kant )

      cf https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/traitements-a-base-d-228052
      « dominance de l’idéologie scientiste.
      Selon cette idéologie, toute chose ou processus dont l’existence n’est pas prouvée définitivement n’existe pas,
      ce qui a un effet destructeur sur la science puisque ne permettant par la reconnaissance de preuves partielles,
      et sur la société puisque remplaçant la connaissance incertaine par l’ignorance ou les préjugés. »


    • eau-pression eau-pression 31 octobre 2020 10:30

      Il serait éventuellement possible de détecter des traces de manipulation génétique par des analyses extrêmement fines et poussées de la séquence, analyses qui sont très probablement en cours dans différents laboratoires.

      Combien de temps prennent ces analyses ? Dans quelle mesure peuvent-elles être conduites sur ordinateur ?


      • YvesD. 31 octobre 2020 10:41

        @eau-pression
        C’est, bien entendu, essentiellement des analyses bio-informatiques, donc sur ordinateur. On va rechercher des modifications des séquences du SARS CoV2 et des séquences non SARS CoV2 au niveau de la jonction entre ces sequences pour repérer ce qui pourrait provenir d’une recombinaison faite en labo.
        Comme pour toute manip, le problème est que l’absence de preuve n’est pas la preuve de l’absence, c.a.d. que même si l’on en trouve rien, ce qui est le cas aujourd’hui, la rumeur pourra toujours courir. C’est aussi pour cette raison que la recherche d’un  éventuel hôte intermédiaire est critique...


      • eau-pression eau-pression 31 octobre 2020 11:27

        @YvesD.

        La rumeur ne se privera pas de dire que parmi les labos en compétition, l’un d’eux a trouvé la preuve ; et que c’est gardé secret.

        Dans la génération qui a échappé à l’apocalypse nucléaire, on devrait être optimiste : le pire n’est pas arrivé. Mais on n’a pas non plus mis de garde-fou à la science. Son attitude qui consiste à décrire le système dans lequel nous évoluons modifie ce système (plus ou moins consciemment). Il faut vivre le mieux possible avec cette réalité.

        Avec les manips génétiques, on a le sentiment qu’on cherche à savoir ce qu’il y a en bas de la falaise, avec certains qui nous conseillent le plus court chemin ...


      • Arogavox Arogavox 31 octobre 2020 13:17

        @YvesD.
        Oui, bien entendu , qui ignorerait que « absence de preuve n’est pas preuve de l’absence », risquerait de vouloir déduire quelque chose du fait d’une absence de preuve d’origine non naturelle du SARS CoV2  !


      • Arogavox Arogavox 31 octobre 2020 15:25

        @moinsseurs furtifs :

        bis repetita placent :

        « Presque toujours, nos contradicteurs ne répondent pas aux objections que nous leur avons opposées, mais aux sottises qu’ils nous prêtent. »

        François Mauriac


      • Arogavox Arogavox 2 novembre 2020 09:11

        cf la faute de raisonnement de l’auteur :

        « À ce jour cependant, il n’existe pas non plus de preuve formelle révélant une origine expérimentale et une libération accidentelle du virus à partir d’un laboratoire. Plusieurs articles sur ce sujet ont d’ailleurs déjà été publiés, ne révélant aucune trace de manipulation. Il reste

        donc

        clair que le SARS-CoV2 est bien majoritairement un virus d’origine animale »




      • vesjem vesjem 2 novembre 2020 09:42

        @Arogavox
        pas de grippe saisonnière cette année (période habituelle entre novembre et mars) ? alors qu’elle sévit systématiquement tous les ans à partir de novembre !
        au lieu de çà, le covid 19, qui lui a commencé cette année en mars et décru en juin !
        ces 2 faits ne doivent-ils pas nous questionner ?


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 31 octobre 2020 11:59

        Bonjour cher confrère

        https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/l-origine-plausible-du-sars-cov-2-223529

        Un aricle récent a comparé les deux SARS responsables des épidémies de 2003 et 2020 (S. Srinivasan, 2020). Les auteurs ont placé le projecteur sur les séquences conservées. Pour mon analyse, je vais faire l’inverse. Les différences les plus importantes concernent le domaine wNsp3 et le domaine S. Les auteurs ont constaté la présence de quatre insertions spécifiques au SARS-CoV-2, absentes sur SARS-1. Ce qui signifie que le nouveau virus utilise d’autres codes. Ces quatre insertions sont absentes de coronavirus proches isolés de chauve-souris en 2015 et 2017 ; en revanche, un virus de chauve-souris isolé en 2013 contient ces quatre insertions. Le SARS-CoV-2 pourrait bien avoir « piqué » des codes déjà anciens. Ou alors avoir muté à partir de la souche de chauve-souris de 2013.

         Extrait de l’article de Srinivasan publié dans Viruses « Our search resulted in three new homologs of ORF8 not reported in UniProt that were originated from three different isolates of bat SARS-like coronavirus : bat-SL-CoVZC45 (GenBank ID : MG772933, collected in 2017), bat-SL-CoVZXC21 (GenBank ID : MG772934, collected in 2015), and RaTG13 (GenBank ID : MN996532, collected in 2013). The protein sequences from these isolates shared a striking similarity with wORF8, unseen in other strains before : the sequence identities between each of these three homologs and wORF8 ranged between 94% and 95%. Further analysis showed that the proteomes of these isolates shared even higher sequence identity with the other proteins of SARS-CoV-2 : from 88.4% to 100% for 2015 and 2017 isolates, and even higher, 97.4%–100% for the 2013 isolate (Supplementary Table S1).

         In spite of the significant similarity of the three isolates to SARS-CoV-2, important differences were observed. First, similar to other viruses, the 2017 and 2015 isolates did not have the four sequence inserts that were found in wS. Second, neither of the two isolates had the large insert between the two domains of wNsp3 from wORF1ab described above. On the contrary, the 2013 isolate had both, the four sequence inserts in its surface protein, matching those in wS, and the large insert in Nsp3, although the sequence of the large insert is different from that one in wNsp3. »


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 31 octobre 2020 12:03

          @Bernard Dugué

          3) La source virale RaTG13 est bien celle qui est la plus proche du SARS-CoV-2 (voir la table S dans le supplément fourni par les auteurs). Elle a été récupérée dans des excréments de chauve-souris et présente également des homologies avec le SARS de 2003. C’est pour cette raison qu’elle est apparue sur les radars chinois. En revanche, les deux souches de 2015 et 2017 sont assez éloignées sur SARS de 2019. La provenance du virus de 2013 n’apparaît pas dans la bibliographie fournie dans le papier de Srinivasan. Elle apparaît cependant dans quelques publications récentes. Sinon, remonter à la source est assez facile en utilisant les mots clés adéquats. C’est ce que j’ai fait et je suis tombé sur un papier signé Ge et al. publié dans Nature en 2013 et signalant cette fameuse souche dont la propriété remarquée est de posséder une protéine Spike qui se lie sur le récepteur ACE2, le même que le SARS de 2003 et celui de 2019. D’ailleurs, les Spike du coronavirus de 2013 et celui de 2019 sont quasiment identiques (avec les 4 inserts dans Spike). Il reste une chose que j’ignore, c’est si le type viral est bien le MN996532. En revanche, si vous regardez le laboratoire qui a étudié cette souche, vous constaterez qu’il est basé à Wuhan. Cette souche a certainement été conservée par les virologues de Wuhan.

           


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 31 octobre 2020 12:04

          @Bernard Dugué

          4) Nous pouvons maintenant enquêter sur l’origine du virus. La thèse de Montagnier a eu un certain succès dans la presse mais elle repose sur une analyse bien hâtive et légère fondée sur sur article publié par des chercheurs indiens. Leur démonstration repose sur ces 4 inserts dans la protéine Spike. Voici ce qu’ils écrivent : « On careful examination of the sequence, alignment we found that the 2019- nCoV spike glycoprotein contains 4 insertions [Fig.2]. To further investigate if these inserts are present in any other corona virus, we performed a multiple We found that these 4 insertions [inserts 1, 2, 3 and 4] are unique to 2019-nCoV and are not present in other coronaviruses analyzed. »

           D’après le papier publié par les chercheurs indiens les 4 inserts sont uniques au SARS-CoV-2 selon ces chercheurs indiens et ne se retrouvent pas dans les autres coronavirus. Si tel était le cas, il devenait plausible de chercher l’origine de ces inserts. La piste la plus plausible étant une recombinaison, ou alors une hypothèse plus étrange comme l’insertion d’une protéine, en l’occurrence la protéine de surface gp120 du HIV (Pradhan, 2020). Cette molécule est connue pour être une porte d’entrée du virus. En tant que protéine de surface, elle est indiquée pour fabriquer un vaccin, sauf qu’utiliser un coronavirus n’est pas une très bonne idée. Quoi qu’il en soit, les quatre inserts bien ont été trouvés chez la chauve-souris de 2013, comme l’indique le papier de Srinivasan (on retrouve d‘ailleurs 98% d’homologie entre les Spike de 2013 et de 2019). L’argument selon lequel aucun des génomes de corona ne contient les 4 inserts s’effondre, et la thèse du bricolage génétique avec HIV n’a plus de fondement puisque l’origine naturelle devient la piste privilégiée pour ne pas dire certaine.

           Le constat : We found that these 4 insertions [inserts 1, 2, 3 and 4] are unique to 2019-nCoV and are not present in other coronaviruses analyzed. est donc erroné puisque ces inserts ont été retrouvés dans le corona de 2013 ; la thèse du bricolage avec HIV véhiculée par Montagnier ne tient plus. Et d’ailleurs le papier des scientifiques indiens porte cette mention withdrawn, ce qui veut dire qu’il a été retiré du site de prépublication. Retiré mais pas effacé. 


        • pierrot pierrot 31 octobre 2020 12:24

          @Bernard Dugué
          La thèse du Pr Montagnier est unanimement considérée comme fausse.


        • Bendidon Bendidon 31 octobre 2020 12:42

          @pierrot
          Ah carrément smiley
          Et pourtant elle tourne !
          Propos attribué à Li-Meng Yan 


        • Arogavox Arogavox 31 octobre 2020 15:47

           Ceux qui écartent les thèses non publiées par certains dans des revues scientifiques à comité de lecture, après revue par les pairs, peuvent-ils se permettre, sans en être eux-mêmes passés par là, de décréter quelles thèses tiennent ou ne tiennent pas ?
            Une telle incohérence serait-elle un gage de rigueur d’argumentation scientifique ?

           Le doute sur ce questionnement essentiel retiendra alors les béotiens assumés d’émettre toute autre remarque légitime ... Dommage !


        • zygzornifle zygzornifle 1er novembre 2020 06:29

          @Bernard Dugué

          Salut Nanard tu oublies de dire que :

          En raison de signalements pour non respect de la charte, ce VIRUS ne peut plus réagir sur contaminer cet article.

        • Olivier 1er novembre 2020 15:09

          @zygzornifle
          Au sujet de la possible origine humaine du virus, voir (dernière partie)
          echelledejacob.blogspot.com/2020/07/les-preuves-irrefutables-de-lorigine.html

          En résumant, on trouve dans Sras-Cov-2 
           des séquences du HIV
           des séquences du parasite de la malaria

          Pour J. Mikovts, ancienne directrice de l’Institut national américain du cancer, le nombre important de mutations (1200) entre le virus de la chauve-souris censée être à l’origine du Sras-Cov-2 est beaucoup topr important pour être d’origine naturelle.
          D’autres chercheurs ont confirmé également la probable origine humaine du COVID.
          Par ailleurs, mais c’est une réflexion personnelle, l’ampleur de la manipulation médiatique et les attaques contre l’hydoxychoroquine qui aurait pu éviter les confinements sont des plus suspectes.
          A ce sujet, vous remarquerez que les résultats obtenus par le Pr Raoult n’ont jamais été contestés par le ministère de la santé,  et il ne se serait pas privé de le faire s’ils étaient faux.
          Ceci confirme l’efficacité du traitement à l’hydroxycholoquine, d’ailleurs utilisé presque partout dans le monde.


        • Arogavox Arogavox 1er novembre 2020 16:34

          @Olivier
          N’ayant pas réussi à visualiser la page de votre lien, je viens d’en trouver un autre affichant cette controverse : cf http://echelledejacob.blogspot.com/2020/04/enquete-sur-la-parentele-de-covid19.html#more

          « Le diplomate chinois a clairement laissé entendre que la piste du Covid-19 peut être et sera remontée scientifiquement. Trump aura un sérieux problème s’il s’avère que la grand-mère, le grand-père et l’arrière-grand-père du Covid-19 sont en fait domiciliés aux États-Unis. »

          M.K. Bhadrakumar

        • cettegrenouilleci 1er novembre 2020 23:17

          @Olivier

          Bonsoir Olivier

          Le lien ne fonctionne pas (not found)


        • vesjem vesjem 2 novembre 2020 09:18

          @Bernard Dugué
          dans 3 mois , tu affirmeras le contraire


        • Arogavox Arogavox 2 novembre 2020 09:45

          @Olivier
          info (ou hypothèse ?) intéressante trouvée avec votre lien (reconstitué avec le préfixe http://  ie  http://echelledejacob.blogspot.com/2020/07/les-preuves-irrefutables-de-lorigine.html

           Frank Ryan, Virolution

          Le rôle des virus dans l’ADN humain est tellement remarquable que certains scientifiques se demandent si « les virus ne sont pas nos plus lointains ancêtres ».

        • pierrot pierrot 31 octobre 2020 12:23

          Intéressant, même si le réseau de transmission présente encore quelques incertitudes.


          • Arogavox Arogavox 31 octobre 2020 13:46

            En l’absence de preuve unanimement reconnue, qui oserait vouloir cacher la controverse ?

             cf, entre autres : https://www.fr24news.com/fr/a/2020/09/rapport-li-meng-yan-covid-19-concu-genetiquement-pour-cibler-les-humains.html


            • jjwaDal jjwaDal 1er novembre 2020 16:21

              @Arogavox
              Un virus spécifiquement dirigé contre une espèce animale, nous ? Soutenir une telle thèse quand on a déjà identifié deux espèces (vison et chien viverrin) qui l’attrapent et se contaminent, n’est pas tenable. On a plus probablement affaire à un virus opportuniste qui a par ex trouvé un moyen d’infecter une autre variété d’animaux sociaux (ou socialisés de force via l’élevage) et de là, contact avec les humains. Le Pr Raoult dit lui même que ce genre de virus échange pas mal avec les autres coronavirus et éventuellement des rhinovirus qui sont omniprésents dans notre environnement. L’épidémie a pu couver pas mal de temps jusqu’à ce que les conditions favorables lui donne son caractère en 2019.
              Il faut toujours répéter les évidences logiques. La Chine ne peut se développer que grâce aux échanges internationaux. Si elle cherche à tuer ses clients, elle se tire une balle dans le pied, car il lui faudrait alors se couper du reste du monde, ce qui est impossible. Un virus manipulé à des fins vaccinales et s’échappant d’un labo reste une piste soutenable.


            • Arogavox Arogavox 1er novembre 2020 17:05

              @jjwaDal

              « Presque toujours, nos contradicteurs ne répondent pas aux objections que nous leur avons opposées, mais aux sottises qu’ils nous prêtent. »

              François Mauriac


               Ce qui précède est-il difficile à déchiffrer ? ou mal exprimé ? 

              De même qu’émettre l’hypothèse de possibles secrets d’états ne signifie nullement une croyance pas plus qu’une certitude quant à cette hypothèse (à bon entendeur, salut !) ...
               la proposition : « le virus n’est peut-être pas d’origine naturelle » n’a absolument rien à voir avec cette (traduction ??) interprétation sortie de derrière on ne sait quels fagots : 
              "Un virus spécifiquement dirigé contre une espèce animale, nous 

              «  !

              De même : confondre hypothèse est thèse serait l’inverse d’un témoignage de maîtrise du Français le plus basique !

               Si cette remarque préliminaire n’est pas limpide, inutile le lire la suite !!
              _

              Le »On a plus probablement affaire à un virus opportuniste " a, par contre, tout l’air d’une thèse non argumentée. (Faut-il souligner que cette remarque n’a rien a voir avec un quelconque avis sur la plausibilité ou la véracité de cette thèse. Capite ?)

              D’où sort cet a priori non argumenté qu’un virus d’origine non naturelle ne puisse (même en toute hypothèse) avoir été fomenté que par la Chine ?? 
               Et, même si tel était le cas, d’où vient alors l’a priori que les motivations soient nécessairement de tuer des gens ??

               Avec des vues étriquées, les investigations, si jamais elles sont vraiment menées, pourraient-elles permettre de trouver (avec un minimum de ’chance’) autre chose que ce à quoi on limite sa recherche ?!


            • jjwaDal jjwaDal 1er novembre 2020 19:37

              @Arogavox
              Comme disait feu Carl Sagan « des affirmations extraordinaires exigent des preuves incontestables ». Or les tenants d’une hypothèse non naturelle du virus s’arcboutent sur l’idée qu’il y a des différences notables entre les virus connus et celui-ci. Les références données par Dugué ci -dessus invalident cette thèse et si la nature l’a fait, imaginer que cela a été refait intentionnellement ou non, n’a pas grand sens. Vous l’avez lu ?
              On attend vos arguments solides invalidant le travail qu’il cite. Et pas en nous dirigeant vers un blog citant des ragôts de propagande politique soit chinoise, soit étatsunienne.
              Le fait que nous soyons ( probablement) naturellement capables de contaminer avec ce virus plusieurs espèces animales me semble montrer que le passage dans l’autre sens n’a pas dû être bien difficile.
              Pour mémoire, nous élevons des dizaines de milliards d’animaux en situation de confinement pour les tuer et non pour servir de bouillon de culture à des virus et bactéries. Pourtant c’est une conséquence collatérale que nous assumons. On a eu beaucoup de chances jusqu’ici. Il est possible que notre chance ait tournée. A défaut l’avenir s’en chargera.
              Si vous recherchez la vérité votre virulence est totalement déplacée. J’ai un doute.


            • Arogavox Arogavox 1er novembre 2020 23:09

              @jjwaDal
               Je vous laisse à vos douteux ou désespérants « tenants d’une hypothèse » !
              qui m’ont découragé d’en lire davantage.


            • eau-du-robinet eau-du-robinet 31 octobre 2020 13:56

              Voici une vidéo de la chaine de télévision italienne RAI 3 datent de 2015.
              https://www.youtube.com/watch?v=RiFzPnu98TY&feature=emb_logo

              .


              • Arogavox Arogavox 31 octobre 2020 15:22

                @eau-du-robinet
                Pour les confinés qui n’auraient pas le temps de regarder le video, voici ce qu’en dit sa présentation :

                De ce reportage, diffusé le 16/11/2015 au cours du très sérieux journal télévisé TGR Leonardo ( Chaîne RAI 3 ), on peut retenir que : 1) Il est possible de créer de nouveaux virus en laboratoire 2) En partant de virus d’animaux 3) Et de créer des chimères pathogènes pour l’homme au travers de virus qui sinon n’attaqueraient pas l’homme 4) Que les Coronavirus entrent dans cette catégorie 5) Et que les Chinois l’ont fait avec la participation des Américains Vous avez dit « complotiste » ?



              • V_Parlier V_Parlier 31 octobre 2020 22:31

                @Arogavox
                En fait, en plein d’autres langues que le Français il est possible de trouver de telles émission assez bien fouillées.


              • Vercassivellaunos Vercassivellaunos 31 octobre 2020 16:37

                C’est en temps que témoin du covid que je m’exprime aujourd’hui, j’ai eu un proche qui a subi le covid en étant positif. J’annonce clairement qu’il faudrait confiner sévèrement jusqu’à la fin de l’hiver, voir plus et être intraitable envers ceux qui refusent le confinement. Le confinement ce n’est pas une arme contre le covid mais le seul traitement efficace face à cette saloperie de virus. Quand je lis les commentaires je vois tous ces saboteurs du moral des français c’est effrayant ! Faut surtout pas toucher à notre petit confort, tant pis pour les soignants qui seront débordés ! On se comporte comme des enfants gâtés ! L’effet du confinement sur l’évolution de la pandémie est plus long que les 4 semaines avancées. Dès le confinement, l’impact sur la transmission du virus est immédiate et les chaînes de transmission se détruisent petits à petit et le virus ne circule plus, le confinement à une redoutable efficacité. L’idéal ce serait de tester les gens dans les foyers durant le confinement,on a une brigade sanitaire et des policiers pour les récalcitrants , ce qui nous permettrait de tracer et d’isoler définitivement les malades et les mettres hors d’état de nuire. Raoult le dit tester tracer isoler c’est aussi une des étapes en attendant un vaccin. L’Espagne le fait avec un franc succès. Dehors je vois 50% des gens sont des personnes âgées qui se baladent comme toujours et sans masques parfois. Danger ! C’est pour eux qu’on fait cet effort. Il faut les enfermer à la maison avec un protocole sanitaire. Quand aux plus jeunes c’est la matraque il faut plus de contrôles. J’ai plus de 50 ans mais je protège mes aînées de 80 90 ans avant tout. Le seul critère que les spécialistes n’ont pas, c’est la bonne volonté ou pas dans les comportements humains. Si certains veulent se retrouver à 20 pour faire la fête entre voisins sans masque, ou se balladent dans le métro le masque sous le menton ou sous le nez ou se sachant malades ne se mettent pas à l’isolement, il n’y aura pas l’effet escompté du confinement d’où une sévérité dans les mesures pour les faire appliquer.


                • pierrot pierrot 31 octobre 2020 16:40

                  @Vercassivellaunos
                  Bonjour,
                  je suis bien d’accord avec vous et en opposition contre les ignorants et les individus égoïstes qui prolifèrent sur ce forum.


                • jjwaDal jjwaDal 31 octobre 2020 20:46

                  @Vercassivellaunos
                  La Chine est probablement le seul pays à avoir confiné. Le confinement ce ne peut être plus de la moitié des adultes allant travailler, chacun faisant ses courses, la petite ballade dans un rayon d’un km , la pharmacie et le coiffeur. Non, cela c’est du cirque pour le virus. Tout le monde moins epsilon reste chez soi pendant 3 ou 4 semaines. Depuis quand stocker des vivres pour 4 semaines est-il un travail herculéen ? Tout est faisable quand on a une stratégie claire et dans la plupart des pays on n’a qu’un bidouillage improductif, frontières ouvertes et tout le monde dehors... Ok, il faut soigner les gens et faire tourner nos centrales électriques a minima. Cela ne nécessite pas des dizaines de millions de personnes dans la nature pendant qu’un virus est en pleine expansion. On se drogue ou quoi ?...


                • binary 31 octobre 2020 16:53

                  Avez vous compris que dans cette affaire la crédibilité de l Institut Pasteur est nulle  ?

                  Quand à la réponse à tout magique : « c est le hasard » , qui vient en pendant à l expression « théorie du complot » , elle est suffisante pour juger des intentions réelles de l auteur.


                  • Claudec Claudec 31 octobre 2020 16:55

                    Quid d’une possibilité liée au réchauffement climatique, lequel aurait pu entrainer la résurgence de virus trop anciens pour avoir été répertoriés par l’homme, et pendant des millénaires piégés dans les glaces polaires ?

                    Hypothèse qu’il me semble avoir vue évoquée quelque part, sans me souvenir où ni par qui.


                    • jjwaDal jjwaDal 31 octobre 2020 20:32

                      Le fait qu’on ait probablement contaminé deux animaux d’élevage à fourrure ( le vison et le chien viverrin) qui hébergent le virus et peuvent se contaminer et potentiellement rétro-contaminer les humains, me semble montrer que ce virus ne cible pas spécialement les humains et passe assez facilement de l’un à l’autre. On a réussi à contaminer des chats de mémoire, même si on ignore encore s’ils peuvent se contaminer entre eux, voire nous rétro-contaminer.
                      Il pourrait être utile de s’en inquiéter, par précaution. Les « raccoon dogs » étant de la famille des canidés, cela pourrait nous alarmer un peu aussi.
                      Les marchés d’animaux vivants qui font cohabiter en Chine des animaux qui ne se côtoient pas dans la nature, me semblent un bon potentiel bouillon de culture pour faire la passerelle entre le réservoir d’origine et l’homme. Mais si d’autres animaux que nous peuvent l’avoir, qui peut savoir si la contamination humaine ne s’est pas faite via un animal qui nous serait plus familier que la chauve-souris ou l’ineffable pangolin ?


                      • saint louis 31 octobre 2020 20:35

                        J’ai bien peur que toutes nos interrogations sur l’origine de cette pandémie restes en suspend de réponses claires. Du coup il nous faudra attendre que ce virus disparaisse naturellement à coup de confinements en attendant le suivant.


                        • McGurk McGurk 31 octobre 2020 21:05

                          Cherchez autant que vous voudrez, ce sera aussi concluant que les origines de l’Humanité.

                          Je préfèrerais que le monde se concentre sur un meilleur réseau de surveillance des menaces médicales, des informations transmises sans ambigüité et au bon moment, un apport des technologies aux pays les plus vulnérables afin que les épidémies soient rapidement maîtrisées et circonscrites.

                          Utilisons le premier budget mondial, celui de la défense, pour construire des structures médicales partout dans le monde avec le matériel nécessaire, établir des politiques de santé cohérentes pour tous...plutôt que des avions de combat, tanks et mitraillettes.

                          Un monde en bonne santé, communicatif et solidaire, ça ça a de la gueule au moins !


                          • jjwaDal jjwaDal 31 octobre 2020 21:56

                            @McGurk
                            Ah mon gars tu as la patate, mais pas le pouvoir. Et ça fait une grosse, très grosse différence sur le résultat de ce que tu penses. smiley


                          • McGurk McGurk 31 octobre 2020 23:25

                            @jjwaDal

                            Au moins, c’est un aliment sain pour la santé smiley  !


                          • pierrot pierrot 17 novembre 2020 10:26

                            @McGurk
                            Ce sont de bonnes idées, mais pas facile à mettre en oeuvre.
                            L’OMS manque de crédit, de personnel et même un peu de compétences du fait que de nombreux Etas refusent ou tardent à payer leur cotisation, préférant subventionner leur recherche nationale de pharmacovigilance.


                          • Old Dan Old Dan 1er novembre 2020 05:25

                            L’origine ?

                            Entre nous, qu’est-ce que ça peut foutre :

                            A la prochaine, on aura changé de gouvernement qui n’en tiendra pas compte avec des lits en moins, comme d’hab...

                            .

                            [ ... et y’aura toujours des internautes ou un bon Dr Raoult pour nous éclairer sur la conduite à tenir, héhé ! ]


                            • hocagi@1shivom.com 1er novembre 2020 06:23

                              votre article ds sa simple conclusion se contredit, et ce ds sa totalité

                              éventuelle découverte de virus animaux présentant une très forte similarité avec SARS-CoV-2 fournirait un élément décisif pour valider son origine naturelle

                              Signifie que l’on a même pas identifié l’animal, dont le virus de base aurait été recombiné, et encore moins le virus compatible avec l’humain qui aurait permit cette recombinaison, et son second hôte .... La chauffe souris et le pangolin était alors une foutaise, les conclusion hâtives changent de camp non ?

                              RaTG13

                              96% du génome, allons ! le cochon 97% avec notre ADN ...

                              En plus ce ces contradictions insupportables que vous nous affligez, vous oubliez les bonnes questions, quel serait le pourcentage de modification connu, lors d’une telle recombinaison, très mineur non, voir négligeable ?

                              Vous avez reçu un chèque de complément de retraite à la maison non, ou la promesse d’une nouvelle médaille en chocolat ?


                              • QAmonBra QAmonBra 1er novembre 2020 10:33

                                Merci @ l’auteur pour le partage.

                                Cocorico ! L’origine du virus serait française et non chinoise, même si certains « chinois » seraient impliqués ou/et se donneraient beaucoup de mal pour noyer le poisson, pas vrai Mme Li-Meng Yan  !

                                Mais ce virus ne seraient qu’une rigolade, une mise en bouche au regard de ce qui se prépare, le suivra et que des grands malins mijotent depuis des décennies, pour un occident qu’ils estiment suffisamment contrôler, pour en devenir les propriétaires fonciers avec, bien sur comme au temps féodal, droit de vie et de mort sur les nouveaux serfs que nous serions devenus et, apparemment, qu’ils sont en bonne voie de nous transformer . . .



                                  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 2 novembre 2020 15:21
                                    Réanimation et COVID – quelques points saillants !

                                    https://www.youtube.com/watch?v=r1hOyShXHak


                                    • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 2 novembre 2020 15:38
                                      Quand Orson Welles simulait « La guerre des mondes » à la radio


                                      UTOPIA


                                      • fcpgismo fcpgismo 2 novembre 2020 18:53

                                        Le rasoir d’Ockham

                                        L’hypothèse la plus acceptable en premier, ensuite...

                                        Chauve-souris Pangolin Sapiens.


                                        • vachefolle vachefolle 2 novembre 2020 19:53

                                          Il existe un moyen de savoir si le virus vient du P4 chinois ou non, sans faire d’étude génétique/biologique.

                                          En effet le PCC a certainement nettoyé toutes les traces du virus partout et bien sur dans le marché de wuhan.

                                          Mais pour le PCC impossible de laisser en vie un employé de ce P4 qui aurait des informations aussi capitales. Imaginez si il raconte tout ca, cela ferait un scandale planetaire incommensurable.

                                          La réponse est donc facile : Si des employés du P4 Chinois ont mysterieusement disparus, ca serait un bon indice.

                                          Si tous ces employés sont toujours en vie et a leurs postes, ca sera aussi un indice contraire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

YvesD.


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité