• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Cerveau et esprit (1/2)

Cerveau et esprit (1/2)

L'imagerie cérébrale nous a amené à mieux connaitre le cerveau. Mais les neurosciences ont échoué à observer précisément les phénomènes tels que la conscience de soi et les opérations abstraites.

De leur côté les sciences humaines ont étudié le comportement et ont observé des phénomènes qui ne sont pas réductibles à la biologie et la neurologie. Comment concilier les deux disciplines ?

Est si la notion "d'esprit" était la clé qui permettait de mieux comprendre l'être humain ?

JPEG

image pixabay

 

Le cerveau et l'esprit

Les psychiatres, les psychologues et les chercheurs en neurosciences s'interrogent depuis plus d'un siècle sur le phénomène de la conscience. Qu’ont-ils découvert ?

La sagesse occidentale, elle, affirme que l'être humain est doté d'un organe capable de manipuler des réalités non matérielles, et que cet organe n'est pas matériel.

L'existence de l'esprit s'impose à la raison lorsqu'on réfléchit aux capacités humaines. Cependant un problème spécifique n'a jamais été résolu : comment l'esprit et le cerveau communiquent-ils ensemble ?

Pour ma part je n'ai pas la prétention de savoir, ma position a évolué depuis le scepticisme qui n'avait même jamais envisagé l'existence de l'esprit jusqu'au doute raisonnable qui analyse les réalités humaines, recueille des preuves indirectes et constate qu'elles s'accordent avec l'hypothèse de l'esprit, de même que les faits astronomiques sont des preuves indirectes du Big Bang. Pourtant on ne pourra jamais observer directement le Big Bang.

 

Note : Ce texte puise largement dans un texte intitulé "Le corps et l'esprit : quelles relations ?" écrit par Didier Houzel.

 

La princesse et le philosophe

La question du lien "corps - esprit" a été l'objet d'échanges de point de vue entre deux personnages historiques célèbres, la princesse Élisabeth de Bohême et le philosophe René Descartes.

La princesse, avec justesse, demande "Comment l’âme de l’homme peut-elle déterminer les esprits du corps, pour faire les actions volontaires". Les réponses de Descartes qui nous sont parvenues ne tranchent pas la question. Il fait l'hypothèse d'un organe de liaison situé dans le cerveau qui lie les deux aspects de notre personne.

Cet organe serait comparable à nos "box" et nos modems internet qui transforment le signal reçu par le câble en ondes wifi qui se transmettent dans l'air.

Intuitivement il désigne la glande pinéale ou épiphyse, mais sans pouvoir apporter de preuve ou d'explication fine du mécanisme.

 

La conscience : sujet piégé

Qu'est-ce que la conscience ? Quel est la nature et le lieu de ce phénomène que vous expérimentez en ce moment où les lettres que vous lisez prennent un sens dans ... dans quoi ? Dans votre cerveau ?

On peut distinguer deux approches autorisées concernant la question de la conscience. Une approche neurologique fondée sur l'étude du système nerveux et une approche psychique fondée sur l'étude du comportement.

Ces deux approches sont "autorisées", elles ont un lustre scientifique qui empêche toute autre contribution. Depuis le XIXe siècle, les chercheurs qui proposent une autre approche sont écartés de la communauté scientifique.

Pourtant nous verrons que ces deux approches sont compatibles avec les intuitions, les observations et les conclusions de la sagesse occidentale.

 

Autour de Pavlov

Concernant l'approche neurologique, le premier courant de recherche sur la conscience est appelé "behaviorisme", il est marqué par les découvertes sur système nerveux.

Grandes étapes :

  • l’arc réflexe, Hall, 1841
  • behaviorisme, Watson, 1913
  • réflexe conditionné, Pavlov, 1927
  • "Conditionnement opérant", Skinner, 1935

Ce courant ne s'intéresse qu’aux comportements extérieurs, stimulus en entrée et comportement en sortie, seuls phénomènes qu'il est possible d'étudier. L'aspect organique, interne, est rejeté comme inaccessible à l'étude, ainsi que l'aspect subjectif.

Ces découvertes sont fondamentales et ont alimentée tous les autres courants. À partir de là, la subjectivité a échappé durablement à toute exploration scientifique et la notion d'esprit telle que l'étudie la sagesse occidentale est bannie des études pourvues de crédits de recherche.

 

La conscience animale de Damasio

Le second courant de l'approche neurologique est celui des neurosciences. L'apport de l'imagerie médicale permet d'observer directement le fonctionnement du cerveau.

Grandes étapes :

  • le Darwinisme neuronal, Changeux, 1983
  • les boucles réentrantes, Edelman, 1992
  • la conscience-noyau, Damasio, 1999

En 1999, Damasio propose la notion de "conscience-noyau" qui décrit finement l'état cérébral de la conscience animale :

  • des stimulations proviennent des sens externes (vue, etc.) et internes (mémoire et imagination)
  • ces stimulations sont intégrées par le cerveau en une perception unifiée
  • cette perception unifiée est un état bio-éléctrique du cerveau qui évolue à chaque instant

Cette conscience-noyau décrit très précisément ce que la sagesse occidentale présente comme la conscience animale, on dit aussi le niveau sensible du vivant.

Avec cette conscience on peut expliquer comment les animaux prennent leurs décisions. Par contre elle ne résout pas la question de la manipulation des réalités immatérielles comme les nombres complexes, la programmation python orientée objet ou la notion de confiance ou d'amour.

 

La cybernétique

On distingue une troisième courant dans l'approche neurologique, qui cherche à modéliser le phénomène de la conscience, afin de l'étudier indirectement.

Ce courant repose sur la théorie des systèmes complexes ou "cybernétique". Il donnera aussi naissance à la recherche sur l'intelligence artificielle.

Grandes étapes :

  • auto-organisation, Ashby, 1956
  • l'effet papillon, Lorenz 1972
  • l'attracteur étrange, Thom 1972
  • propriétés émergentes, autopoièse, Maturana et Varela, 1980
  • les neurones formels, Hopfield, 1982
  • le cerveau flou, Vincent 1999

A mon avis ce courant a apporté une découverte dont l'importance n'a pas encore été pleinement saisie, en particulier dans ses implications économiques, politiques et morales (implications que j'analyse dans un autre texte).

Cette découverte est celle des ordres auto-organisés, on parle aussi de système dynamique, d'attracteur, bassin d'attracteur, et autre "attracteur étrange". La notion de "propriétés émergente", également rattachée à ce courant me semble également très parlante.

Le recours aux systèmes auto-organisés ouvre la voie à l'assimilation de la conscience à une "propriété émergente" d'un réseau de neurones, ce qui revient à associer la conscience à un phénomène matériel sans pouvoir la réduire à ce phénomène.

Du côté de l'intelligence artificielle, la conscience qui émerge ressemble bien à la conscience animale ou conscience noyau décrite par Damasio, et aucunement à la conscience humaine telle que nous la vivons.

 

A suivre

Dans la deuxième partie de ce texte nous aborderons l'approche psychique de la conscience.


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • JPCiron JPCiron 4 octobre 17:06

     les sciences humaines ont étudié le comportement et ont observé des phénomènes qui ne sont pas réductibles à la biologie et la neurologie.>


    Si l’esprit n’est pas une production de la matière, seule une religion pourra en parler, tout à loisir.


    • Schrek Docteur Faustroll 4 octobre 17:29

      Au Japon, le Pr Kaneko a fait la constatation que les chimpanzés étaient capables d’anticiper les effets de leurs actions individuelles sur leur environnement en plaçant trois femelles devant des écrans d’ordinateurs pourvus de deux curseurs identiques. Les femelles étaient capables d’identifier sur l’écran le curseur qu’elles pouvaient contrôler avec leur souris.

      D’autres études avaient déjà mis en évidence la capacité de certains animaux, particulièrement les grands singes, à se reconnaître devant un miroir.

      Si le test du miroir prouve bien les capacités cognitives de certains animaux, les mécanismes qui leur permettent de s’identifier restaient encore discutables, sans possibilité de les comparer à ceux des humains.

      Chez les humains, la capacité de se reconnaître comme un individu ayant un effet sur son environnement provient notamment de la faculté à mettre en relation le résultat attendu d’une action avec le résultat observé. Enfin, chez les femelles, en tous cas.


      • troletbuse troletbuse 4 octobre 23:09

        @Docteur Faustroll
        Et « Reflexion du miroir » ? Crois-tu qu’il sait que c’est son image qu’il voit dans un miroir ? smiley


      • Schrek Docteur Faustroll 5 octobre 08:21

        @troletbuse

        Pour faire le test, on place sur le front du singe testé une marque colorée qu’il ne peut voir qu’à l’aide du miroir. Cette marque est appliquée lorsque l’individu est inconscient et n’est repérable que par la vue, donc inodore, etc.),

        En découvrant le miroir, les individus traitent leur image comme celle d’autres congénères, puis cette réaction diminue avec le temps. Si la marque est appliquée dès le début, les chimpanzés n’y prêtent pas attention ; après une exposition au miroir d’une dizaine de jours, ils touchent systématiquement la marque sur leur front en l’observant dans le miroir. Au bout d’une semaine, ils montrent d’autres comportements dirigés vers eux-mêmes via le miroir : ils observent l’intérieur de leur bouche, leur cul… Ils semblent donc avoir bien compris que le singe observé dans le miroir, c’est eux-mêmes.



        • troletbuse troletbuse 4 octobre 23:22

          @JPCiron
          Quand j’étais jeune, j’en ai élevé un qui est reste 2 ans chez moi. Une corneille. Très intelligent et très marrant.
          Sur une autre vidéo faite en Allemagne, est donnée l’hypothèse que le cerveau étant plus petit donc les liaisons entre les neurones beaucoup plus courtes, il réfléchit infiniment plus vite que l’homme.


        • JPCiron JPCiron 5 octobre 14:00

          @troletbuse

          Sur la « mémoire courte’’ des primates les humains sont en queue de peloton. En particulier face aux Chimpanzés. Sur le »mémoire longue’’, on est largement meilleurs. Si on prenait comme base le ’standard Chimp.’, nous serions vraiment très mauvais sur ce critère. Mais on préfère mesurer les autres à l’aue de là où on est meilleurs...

          https://www.letemps.ch/sciences/oiseaux-dotes-conscience
          Le cerveau des oiseaux a évolué sur la base des dinosauriens/ reptiliens... avec lesquels nous partageons quand même la structure ’’de base’’. Mais les oiseaux ont évolué de leur côté. la parie ’récente’ de leur cervelle n’est pas la partie ’récente’ des humains. Ils pensent donc autrement. 
          Ils sont loin d’être bêtes, bien qu’on ne leur ait pas (encore) accordé le droit de vote !


        • troletbuse troletbuse 4 octobre 23:14

          On ne saura jamais et c’est mieux ainsi.

          L’immensité de l’univers est incompréhensible pour l’homme, de même que le temps.

          Pour ma part, je pense que la conscience est indépendante du coups humain, pas seulement le cerveau. Le corps est une prison pour la conscience.

          Nous saurons peut-être à notre mort.


          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 5 octobre 08:58

            Croire en un esprit immatériel c’est croire aux esprits, aux spectres : l’auteur devrait s’informer sur ce sujet.
             
            Je lui conseille les Lettres de Spinoza sur les spectres et les esprits.
             
            Résumé : « Depuis toujours, une foule de récits et d’histoires font état de l’existence des fantômes. Comment, en conséquence, ne pas y croire ? jeune juriste érudit, secrétaire de la ville de Gorcum et avocat à la cour de Hollande, Hugo Boxel écrit en 1674 au philosophe Baruch de Spinoza pour " connaître son opinion sur les apparitions, les spectres et les esprits ". À travers six lettres, ce sont deux manières de penser qui s’affrontent : l’opinion de l’homme commun et le rationalisme spinoziste qui rejette le prétendu « surnaturel ». Soucieux d’être entendu, Spinoza s’attache, au fil de sa démonstration, à exposer à grands traits sa pensée philosophique. »
             
            Dommage que j’ai égaré mon exemplaire depuis longtemps, je me serais fait un plaisir d’en dire plus.

             


            • troletbuse troletbuse 5 octobre 09:52

              @Francis, agnotologue
              Pas d’accord avec toi. On peut ne pas croire aux esprits mais à un esprit immatériel.
              Ou plutôt à la vie. Le monde végétal a-t-il un esprit ?


            • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 5 octobre 10:10

              @troletbuse
               bonjour,
               
              SI je croyais à l’esprit immatériel je croirais aussi que les fantômes sont des esprits errants, sans lien avec la matière. Et je ne serais pas le seul. On ne peut pas croire pas croire à l’esprit immatériel sans croire aux esprits immatériels.
               
               Quant à l’esprit végétal : de fait , il ne faut pas parler d’esprit mais de Conscience, avec un C majuscule pour a différencier de la conscience morale : ce sont deux choses différentes et qui n’ont a priori rien de commun.
               
               Pour aller vite, je dirai que l’intelligence est contenue en creux dans l’univers matériel tel que nous le percevons. Ceci explique cela : la Conscience universelle. Quel est le rôle de la Conscience ? J’avance l’hypothèse que c’est cela qui est divin, le divin qui pend conscience de lui-même en se construisant patiemment et non pas celui des religions qui (se) créerait ex nihilo.
               
              Dieu et son corolaire l’âme mais aussi la conscience morale et le ’libre arbitre est une invention qui vise à déposséder l’homme de sa Conscience universelle. Et c’est pourquoi ils ne voient en la conception de l’homme privé d’âme, qu’un matérialisme vulgaire. 
               

               


            • troletbuse troletbuse 5 octobre 10:27

              @Francis, agnotologue
              On ne sait pas où siège la conscience.
              Pour le libre-arbitre, des expériences ont été faite avec l’IRMf (f comme fonctionnel)/ Les chercheurs ont vu qu’une décision était prise 6 secondes avant que tu en ais conscience. ????


            • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 5 octobre 10:55

              @troletbuse
               
               ’’On ne sait pas où siège la conscience.’’
               
              Pourquoi la Conscience universelle devrait-elle siéger quelque part ? Ce serait un oxymore !
               
              Pour ce qui est du libre arbitre et de la décision : il ne faut pas confondre Conscience et intention.
               
               Cette notion de Conscience universelle n’est pas très répandue.
               
              La sapience est inhérente à l’esprit, l’esprit est le devenir naturel de la sentience, et la sentience est la nature de la néguentropie.
               
              Sentience  : La sentience désigne la capacité d’éprouver des choses subjectivement, d’avoir des expériences vécues. Les philosophes du XVIIIᵉ siècle utilisaient ce concept pour distinguer la capacité de penser de la capacité de ressentir.
               
              La sagesse est un concept utilisé pour qualifier le comportement d’un individu, souvent conforme à une éthique, qui allie la conscience de soi et des autres, la tempérance, la prudence, la sincérité, le discernement et la justice s’appuyant sur un savoir raisonné.
               
               
               «  Il n’y a pour une conscience qu’une façon d’exister, c’est d’avoir conscience qu’elle existe. » Sartre, qui ne parlait pas là de la conscience morale ou éthique.
               

              Le solipsisme c’est une confusion entre le réel et la réalité : c’est croire que tout le réel est dans sa représentation intime.
               


            • JPCiron JPCiron 5 octobre 15:36

              @Francis, agnotologue

              Quant à l’esprit végétal : de fait , il ne faut pas parler d’esprit mais de Conscience, avec un C majuscule pour a différencier de la conscience morale : ce sont deux choses différentes et qui n’ont a priori rien de commun.>

              Les Anglais ont 2 mots pour conscience, ce qui est bien commode.
              Consciousness et Awareness.

              Les plantes ont conscience de l’environnement dans lequel elles vivent, y compris les autres plantes (voisines ou envahissantes), etc 
              Et elles réagissent et interagissent avec l’environnement.
              Elles n’ont pas cette conscience qui ouvre la porte à l’humour...


            • JPCiron JPCiron 5 octobre 15:42

              @troletbuse

              Oui, les parties de notre cerveau qui ’’décident’’ sont inconscientes. Mais quand l’information arrive dans les zones conscientes, nous pensons avoir décidé, et nous ’’habillons’’ alors illico cette décision des raisons qui vont avec. Ces raisons nous sont fournies par les zones inconscientes...

              Ainsi, quand une électrode est installée dans le cerveau à l’endroit qui déclenche un rire... que l’on met le courant... la personne rit ... on lui demande pourquoi elle rit ... elle donne à chaque fois une raison différente...


            • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 5 octobre 15:54

              @JPCiron

               

              Merci pour cet important rappel.

               

              Les mots sont confondants.

              Nos intentions n’ont pas besoin de mots, c’est pourquoi ceux-ci quand ils sont utiles, arrivent toujours après.


            • troletbuse troletbuse 5 octobre 18:20

              @JPCiron
              Interessant.Finalement on ne sait pas du tout si on a le libre-arbitre. J’ai lu « ce que nous ne saurons jamais » de Marcus Du Sautoy. C’est quelque fois un peu rasoir mais très interessant.


            • JPCiron JPCiron 5 octobre 19:40

              @troletbuse
              Selon l’angle sous lequel on aborde l’analyse de Genèse 3, on arrive à faire dire au texte que le Libre-Arbitre est bien là, ou bien non :

              >>> L’ORIGINE DU MAL dans GENÈSE 3
              Je trouve que ce texte permet de bien illustrer le problème des différentes interprétations que peuvent apporter la lecture de la Bible. En (8) est proposé une petite synthèse de Genèse 3, par citations ’concentrées.’

               Une lecture textuelle suggère nettement que la femme et l’homme étaient avertis, qu’ils avaient un libre choix devant eux. Ils auraient pu suivre l’injonction divine. Ils ont préféré opter pour une fausse liberté : cette de suivre la voie du Mal, tout en prétendant se défausser de leur responsabilité sur les autres.

               Avec une lecture symbolique on pourra comprendre que Genèse 3 montre que les humains sont des pécheurs-nés, tentés par le Mal, incapables qu’ils sont d’obéir à Dieu. Et qu’en conséquence, ils devront endurer le sort difficile qui leur a été destiné, jusqu’à la fin des temps. La seule voie qui leur soit raisonnablement praticable étant d’opter librement pour le choix de la voie morale de l’Éternel.

               Cependant, plutôt que de morale, ne s’agit-il pas d’obéissance, de soumission ? Car « Toute la morale religieuse du Sinaï se contenait dans l’alliance du peuple élu avec son dieu ethnique. » (9) p. 246

               Avec une lecture critique, la Genèse 3 nous apprend que Dieu a créé le serpent rusé et sournois. Et qu’il créa l’homme et la femme crédules et peu avisés. Et non l’inverse. Il créa aussi, à portée de main, un Jardin merveilleux dont il interdit à quiconque de profiter. Ce qui devait arriver arriva : le bonimenteur a embobiné les tourtereaux. Le pauvre serpent n’a-t-il pas joué là le rôle du ’Judas de service’’ ?... Pour permettre d’attribuer à une punition divine un état de l’humanité non parfaite  bien que créée à l’image de Dieu...

              En outre, remarquons que si le Serpent a reçu une dure Punition c’est qu’il est Responsable : le Serpent a donc Nature Humaine ! (voir Romains 13:5) (*)

               En outre, remarquons que le merveilleux Jardin d’Eden, où les fruits permettent d’avoir accès à la connaissance "comme des dieux’’ , et dont l’homme et la femme seront chassés, évoque irrésistiblement le Paradis Sumérien, qui était réservé exclusivement aux dieux.

              https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/entre-le-libre-arbitre-de-l-homme-223008

              .
              https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/la-bible-est-elle-vraiment-223246
              .


            • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 6 octobre 08:53

              @JPCiron
               
               
              « Les mots justes, trouvés au bon moment, sont de l’action. » Hannah Arendt


            • troletbuse troletbuse 6 octobre 10:37

              @JPCiron
              N’étant pas très religieux, je pense plutôt que l’homme a crée Dieu à son image (de l’homme) mais sans les défauts de l’homme.
              Autre conseil « Tu ne toucheras pas à l’Arbre de Science » prend toute sa signification aujourd’hui.
              La science est devenue un instrument de coercition pour l’homme et les dirigeants qui sont des usurpateurs s’en servent, sous prétexte de progrès, pour installer la dictature et réinstaurer l’esclavage à leur profit.


            • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 5 octobre 12:30

              @ronce,

                Je pense que la réponse à votre article se trouve dans ce billet « Les stratégies différentes des intelligences ».

                Il y a une grande différence entre les sciences humaines dites analogiques et les sciences numériques dites exactes.

                Qu’est-ce qui va réunir les deux ?

                La science et le paradigme du quantique.

                La conscience, c’est ce qui manque encore aux machines.

                L’intelligence artificielle est dans une phase préliminaire d’apprentissage.

                Elle va bientôt passer au stade d’utilisation et d’exécution avec toutes les connaissances acquises qui seront gigantesques.

                Là, tout va changer pour l’homme.


              • troletbuse troletbuse 5 octobre 12:47

                u@Réflexions du Miroir
                Faut être belge pour croire que l’on va introduire une conscience (qu’on ne connaît absolument pas) dans une machine ! smiley


              • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 5 octobre 13:43

                @troletbuse
                 Toujours un peu « schieve lavabo » comme on dit chez nous. smiley
                 Je n’ai pas dit que cela arrivera demain.
                 Les machines ne sont pas prêtes pour comprendre ce qui crée la conscience.
                 Le web a déjà orienté vos votes aux élections.
                 Rien de plus simple, il suffit de cumuler les avis sur Facebook et d’y ajouter des algorithmes adaptés aux besoins de la cause. 
                 Quand la pensée humaine s’intègre dans la machine, cela devient magique....
                   


              • troletbuse troletbuse 5 octobre 14:07

                Rien de plus simple, il suffit de cumuler les avis sur Facebook et d’y ajouter des algorithmes adaptés aux besoins de la cause. 

                Ah bon, c’est ca la conscience. Dans le dictionnaire belge ?  smiley.


                • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 5 octobre 15:30

                  @troletbuse,
                    Universel mon cher.
                    Rien à voir avec la spécificité belge, une fois.
                    T’as jamais été sur Face de book ou lu le book de face ?
                    Là tu trouveras peut-être aussi, la science du con.
                    Cela n’est peutête pas dans le dictionnaire mais certainement dans la virtualité des choses. 


                • troletbuse troletbuse 5 octobre 19:01

                  @Réflexions du Miroir
                  Attend, il faut que j’aille chercher un peigne demeloir pour comprendre ce qui est dit.  smiley


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité