• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Cholestérol : le champ de bataille

Cholestérol : le champ de bataille

De quoi s'agit-il ? Où en est-on ? Voici un minimum d'informations sur le sujet : des pistes pour s'initier à la controverse, l'approfondir, en suivre les développements.

Le sujet a déjà été abordé sur AgoraVox :

– Le 2 mars 2013, Bernard DUGUÉ a publié Du cholestérol au cholester-gate : quand la médecine empoisonne les gens, article très bien accueili.

– Peu avant, le 15 février 2013, Enquête&Débat (de Jean ROBIN) avait mis sur AgoraVoxTV La vérité sur le cholestérol - Professeur Philippe Even.

– Par la suite, le 25 août 2014, HIJACK a mis en ligne Cholestérol et l'Arnaque des statines.

La querelle, commencée en réalité bien avant, se poursuit depuis sans relâche. Querelle double, en fait.

(1) Se pose la question de la valeur de la théorie du cholestérol (alias hypothèse lipidique, avancée vers 1950) : une présence excessive dans le sang risque-t-elle de causer une maladie cardiovasculaire ? Corrélativement et en simplifiant, modifier les taux sanguins protège-t-il ?

(2) Les médicaments qui modifient les taux (entre autres, depuis vingt ans, les statines), sont-ils bénéfiques ? Cette seconde problématique, évidemment liée à la première, ne doit toutefois pas être confondue avec elle.

Sur son versant scientifique, le débat est complexe et acharné. Sans réexposer plus ce grand enjeu de santé publique, voici quelques pistes permettant de s'informer et de jauger.

 

Le Danois Uffe RAVNSKOV fut parmi les premiers à contester la doctrine en cours (son site comporte des traductions).

Ravnskov a lancé THINCS (The International Network of Cholestrol Skeptiks : Le Réseau International des Sceptiques du Cholestérol ; site en anglais).

Le plus connu des sceptiques français est Michel de LORGERIL, que Philippe EVEN est venu appuyer avec vigueur.

Proche des précédents est la jeune AIMSIB (Association Internationale pour une Médecine Scientifique, Indépendante et Bienveillante)

Pour des exposés en français des termes du débat, à la fois synthétiques et fournis on dispose notamment des sites suivants :

Cholestérol et statines : le Grand Mensonge

La Grande Supercherie du cholestérol

À visiter également :

Cholestérol, histoire de la controverse, de Florent BERTHET

La Vérité sur le cholestérol ; noter la précieuse recension des essais cliniques.

 

Toutes ces sources (recensement nullement exhaustif) mènent bataille contre la théorie du cholestérol et/ou l'usage des statines. Il ne semble pas aussi aisé de trouver l'équivalent dans le camp d'en face, lequel, à l'égard du grand public, paraît procéder plus par des publications d'articles dans la grande presse. J'espère que des liens pourront nous être fournis dans les commentaires par de meilleurs connaisseurs de l'affaire.

 

Nota Bene : ARTE doit diffuser.un documentaire sur le sujet mardi prochain 18 octobre (20 h 50) : Cholestérol, le grand bluff.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • mariepaname (---.---.155.191) 15 octobre 2016 16:39

    J’ai un traitement sans statines, de l’algocratine...


    • amiaplacidus amiaplacidus 15 octobre 2016 18:20

      @mariepaname

      Algocratine : aspirine + vitamine C + codéine

      Cela n’a pas grand chose à voir avec le cholestérol.
      Médicament anti-douleur, avec sans doute une faible dose de codéine (en vente sans ordonnance).

      Rien de naturel :
      - aspirine, on dit merci Bayer
      - vitamine C on dit merci Roche
      - codéine, on dit merci Servier
      entre autres.


    • mariepaname (---.---.155.191) 15 octobre 2016 16:41

      je précise que c’est de la chimie de l’industrie pharma


      • Laulau Laulau 15 octobre 2016 16:42

        ça marche pour beaucoup de gens, mais, pour beaucoup de gens ici, la chimie, c’est comme le nucléaire, c’est caca !
        Ceci dit, en ce qui concerne votre bilan lipidique, une meilleure alimentation serait préférable au médicaments (toujours plus ou moins toxique). Je vous conseille les sardines à l’huile (d’olive, bien entendu).


        • amiaplacidus amiaplacidus 15 octobre 2016 17:30

          Prenons un cas de figure.

          Un homme de 71 ans, jamais fumé de sa vie, une bouteille de bon rouge par semaine au maximum, relativement sédentaire mais ancien sportif, léger excédent de poids ( 74 kg pour 1,71 m.), grand consommateur de produits laitiers en tout genre, relativement gros consommateur de charcuterie, pas de tension (en général 70-120), pulsation au repos à 60 (50 au réveil), pas diabétique.
          Infarctus, pose de 3 stents en urgence, s’en tire sans séquelles. Seuls facteurs de risques connus : taux de cholestérol, âge (on n’y peut rien), sexe masculin (on n’y peut rien non plus) et sédentarité.

          Conclusions médicales : aspirine cardio à vie (100 mg/j), statines (20 mg/j), plus d’activités physiques et revoir le régime alimentaire en direction du régime méditerranéen traditionnel.

          Le cholestérol est produit aux 3/4 par le foie, essentiellement à partir du sucre, seul le 1/4 est fourni par l’alimentation, un régime alimentaire ne peut être que complémentaire, il faut bloquer la production excédentaire de cholestérol par le foie. Donc : statines.

          Que fait le patient ?
          Comme la grande faucheuse est passée assez près, il prend consciencieusement son aspirine, ses statines (il préfère les effets secondaires éventuels à un nouvel infarctus), pédale environ 45 min. tous les jours, supprime une grande partie des produits laitiers, supprime totalement la charcuterie, supprime radicalement les sucres ajoutés, n’utilise que de l’huile d’olive vierge et de l’huile de colza, a conservé le rouge mais banni le blanc, etc.

          Résultat après 3 ans : patient en forme pour son âge, taux de cholestérol au bas de la norme, maigri de 6 kg et revenu à un poids normal.


          • Hortus34 (---.---.132.180) 15 octobre 2016 17:45

            @amiaplacidus

            Bravo, vous avez inventé LA preuve en médecine. Remballez toutes les hypothèses plus ou moins solides, l’ami Placidus vient de prouver définitivement que ça marche 😉😉😉


          • njama njama 15 octobre 2016 18:50

            @amiaplacidus

            Quel était son taux de cholestérol ? était normal chez cette personne normale ?


          • amiaplacidus amiaplacidus 16 octobre 2016 10:59

            @njama
            Avant : Cholestérol total 3,1 g/l, dont 2,4 g,4 g/l de HDL.
            Après : total 1,7 g/l, dont 1,5 de HDL.

            Pratiquement pas d’effets secondaires constatés, éventuellement quelques douleurs musculaires, mais pas vraiment significatif.


          • amiaplacidus amiaplacidus 16 octobre 2016 11:05

            @amiaplacidus

            GROSSE ERREUR DANS LE POSTE PRÉCÉDENT : LIRE LDL ET PAS HDL.


          • njama njama 16 octobre 2016 14:44

            @amiaplacidus

            si aucun facteur de risque le taux LDL devrait être < à 2,2 g/l dans les normes actuelles*. A 2,4 g/l, on ne peut pas dire que ce soit une hypercholestérolémie significative de (supposé « mauvais ») cholestérol.

            homme de 71 ans, facteur de risque +1 en supposant qu’il n’y en avait pas d’autres. donc objectif thérapeutique < 1.9 g/l

            * le taux de 200 milligrammes /décilitre a été fixé très arbitrairement


          • njama njama 16 octobre 2016 00:55

            @ sacarstelle

            Par exemple ma statine fait baisser de 2,8 à 1,9 g/l mon cholestérol à alimentation (déjà pas grasse) constante.

            Très bien. Personne n’a encore contredit ici que les statines avaient effectivement un effet sur le taux de cholestérol. C’est le moins que l’on pourrait attendre d’efficacité, surtout pour le prix assez élevé qu’elles coûtent, fabuleuse rente pour les labos, vu qu’en général elles sont prescrites à vie ! En se renseignant un peu, on sait qu’elles agissent sur le foie, c’est déjà un bon début pour faire baisser le cholestérol.

            De là à ce que le (dit « mauvais ») cholestérol serait à lui seul ou un facteur très important responsable des maladies cardio-vasculaires, il y a peut-être un pas trop vite franchi (?), une importance surestimée (?). Car des personnes ont des problèmes cardio-vasculaires, athérosclérose, avec des taux « normaux » de cholestérol, comment expliquer alors cette contradiction ?

            L’hypercholestérolémie, à partir de quel taux au juste ?

            Autre question, les effets secondaires des statines existent bel et bien, après c’est un choix ... bénéfices / risques, avantages / inconvénients, c’est au patient de décider ..., voire de tester dans un premier temps pour voir s’il les supporte, si cela améliore sa santé d’une matière générale ... ou d’essayer d’autres méthodes médicinales.


            • rogal 16 octobre 2016 06:34

              Bonnes questions, njama. Les statines font baisser les taux (cholestérol LDL notamment), c’est incontestable, tout comme le font d’autres médicaments. Le vrai problème est de savoir si l’on s’en porte mieux ; en termes plus crus : meure-t-on moins ?
              Les inhibiteurs de la CETP, qui agissent autrement que les statines, font bien baisser le taux de LDL et même monter celui du HDL. Le résultat n’a pas convaincu jusqu’à présent (evacetrapib) ou a même franchement déçu (torcetrapib). Là c’est la théorie elle-même qui est mise en cause.
               


            • amiaplacidus amiaplacidus 16 octobre 2016 11:04

              @rogal

              Lorsque vous avez eu un infarctus, que vous avez vu la mort de près, de très près, que le médecin qui vous a tiré d’affaire vous dit que selon toute probabilité c’est le cholestérol qui est en cause, alors, vous ne vous posez plus de questions sur la pertinence ou la non pertinence du traitement prescrit, vous le suivez, que la théorie soit ou non remise en cause.

              Il me semble que le questionnement est surtout le fait de gens qui n’ont jamais vécu un épisode dramatique.


            • rogal 16 octobre 2016 11:40

               Votre point de vue est bien compréhensible, amiaplacidus. Vous admettrez cependant, j’imagine que la part de la subjectivité – bien légitime en l’occurrence – ne permet pas de fonder là-dessus une doctrine à valeur générale. Peut-être avez vous raison : le problème de la prévention secondaire, comme on dit, paraît plus délicat que celui de la prévention primaire (prévenir un premier accident). Pour cette dernière il y a eu marche arrière il y a deux ou trois ans : les statines à tout-va ne sont plus recommandées (voir avis de la HAS).


            • amiaplacidus amiaplacidus 16 octobre 2016 15:49

              @rogal qui dit : "...Pour cette dernière il y a eu marche arrière il y a deux ou trois ans : les statines à tout-va ne sont plus recommandées (voir avis de la HAS)...."

              Je crois que nous sommes d’accord, à mon avis, il n’y a aucune raison d’administrer des médicaments à des personnes en bonne santé.

              Je précise que je ne suis pas médecin pas plus que biologiste. Mais une formation scientifique (si tant est qu’une formation d’ingénieur soit une formation scientifique) me permet de comprendre certaines choses sans être un spécialiste.


            • theodore 2 (---.---.202.112) 16 octobre 2016 06:28

              un régime à base de poissons paradoxalement gras genre maquereaux et saumons et de crucifères est très efficace contre le cholestérol y compris héréditaire 


              • rogal 16 octobre 2016 06:46

                @theodore 2
                L’hypercholestérolémie familial me semble poser un problème à part. Voyez dans la presse le lancement à Nantes de CHOPIN.
                 
                Pour ce qui est de l’alimentation, je crois qu’il y a consensus sur une relative neutralité : le cholestérol – qui n’est en rien une maladie, mais un composant indispensable de l’organisme – est produit principalement par le foie. Plusieurs disent même qu’il y a homéostasie, c’est-à-dire que cette production est régulée de manière à contrebalancer des apports alimentaires éventuellement excessifs ( je cherche des références pour ou contre cette affirmation).
                La visée des régimes « méditerranéens », si j’ai bien compris, est moins de réduire les apports alimentaires en cholestérol que de rechercher des effets biochimiques plus décisifs tels que des apports en antioxydants.


              • amiaplacidus amiaplacidus 16 octobre 2016 11:24

                @rogal

                Je pense qu’il faut clarifier les choses :

                - Le cholestérol est un lipide indispensable à la vie cellulaire. Il est au 3/4 fabriqué par le foie à partir, essentiellement, du sucre. L’alimentation fournit le quart du cholestérol.

                - Le LDL est le transporteur, dans le sang, du cholestérol du foie vers les cellules.

                - Le HDL est le transporteur, dans le sang, du cholestérol « usagé » des cellules vers le foie où il est détruit et éliminé.

                - Un excès de LDL (ou un déficit de HDL), amène une concentration de lipides dans le sang, lipides qui vont se déposer sur les parois artérielles, dépôt qui contient aussi du calcium. Le diamètre utile de l’artère diminue et entrave la circulation sanguine. Parfois, la plaque se détache et bouche l’artère, si c’est une coronaire, c’est l’infarctus, si c’est dans le cerveau, c’est l’AVC.
                .
                Le régime méditerranéen procure procure plus d’acides gras insaturés (huile d’olive, sardines, maquereaux, saumons) que d’acide gras saturés. C’est en cela qu’il est bénéfique, sans oublier, effectivement les antioxydants.
                En général, légumes, fruits, céréales, féculents, 2 rations de volaille par semaine, 2 rations de poisson gras par semaine, 1 ration de viande rouge par semaine, 2 jours sans viande mais avec féculent. (1 ration, environ 120 g, mais cela dépend de la morphologie de la personne, on peut dire la taille de la paume de la main).
                .
                Autre chose, qui va à l’encontre des idées reçues, la viande de porc (hors charcuterie) est moins grasse que la viande de bœuf. Une viande de bœuf est persillée, le gras n’est pas spécialement visible et il est difficile de l’éliminer. Au contraire, dans, par exemple, une côtelette de porc, le gras est bien visible et facile à éliminer de son assiette.


              • rogal 16 octobre 2016 12:00

                @amiaplacidus
                Les trois premiers points constituent le socle de l’affaire ; je crois que personne ne les conteste. Au quatrième point, c’est moins certains. La description de l’athérosclérose telle que vous la résumez (bouchage par accumulation de dépôt) m’a l’air d’être une version très « grand public », et très contestée par les spécialistes de la plaque d’athérome. Ils disent plutôt que celle-ci contient un peu de cholestérol, en son intérieur. Mais je ne m’avancerai pas plus sur le sujet.

                Concernant la viande de bœuf, on peut noter qu’elle est riche en ubiquinone  ; certains adversaires des statines les accusent d’inhiber la production de ce(tte) co-enzyme Q10 indispensable aux cellules. Rien n’est simple.


              • njama njama 16 octobre 2016 12:46

                @rogal

                "Un excès de LDL (ou un déficit de HDL), amène une concentration de lipides dans le sang, lipides qui vont se déposer sur les parois artérielles, dépôt qui contient aussi du calcium."

                d’accord avec vous c’est une version « grand public », car les plaques d’athérome ne se forment pas dans les artères de moins de 2 mm de diamètre, et seulement dans les endroits où il y a des bifurcations (ex aorte/artères iliaques) ou des crosses (autour du cœur particulièrement, cas le plus général) ...ce qui ressemblerait pour imager à une sorte de phénomène d’alluvions. Ce qui signifie aussi que l’autre condition nécessaire à leurs formations est une pression artérielle très forte.
                D’autre part certains sujets développent des plaques d’athérome uniquement autour du cœur, d’autres uniquement dans les carotides, d’autres uniquement sur les artères iliaques(ce qui était mon cas, les Doppler sur cœur et carotides et autres tests ne manifestant aucune anomalie, ni aucun rétrécissement), et certains en plusieurs endroits. 
                Cette théorie (hypothèse) de dépôts d’athérome généralisés un peu partout sur les artères ne peut être que fausse. Autre effet trompeur, ces différents cas sont tous repris sous l’appellation générale de maladie cardio-vasculaires, alors qu’à priori pour certains cas, aucune pathologie cardiaque n’est détectée, ni par Doppler, ni par test à l’effort, ni par IRM (mon cas encore).


              • njama njama 16 octobre 2016 14:27


                pour qu’il n’y ait pas d’équivoque j’ai oublié de préciser que la citation « Un excès de LDL ... » est de amiaplacidus

                pour être plus précis, les plaques d’athérome sont toujours situées dans des endroits (bifurcations, crosses) dans lesquels il y a de fortes turbulences en raison de la pression artérielle très forte


              • theodore 2 (---.---.202.101) 16 octobre 2016 15:02

                avec en plus un effet boule de neige,plus de restriction, plus de vélocité et de pression


              • amiaplacidus amiaplacidus 16 octobre 2016 16:25

                @rogal qui dit « ... il y a de fortes turbulences en raison de la pression artérielle très forte... ».

                Comment expliquez-vous qu’avec une tension basse (voir hypotendu, en général 70-120, mais assez souvent, 60-110) et comme seuls facteurs de risque l’âge, une légère sédentarité et un taux de cholestérol élevé, j’aie fait un infarctus ?
                On oublie trop souvent que le principal facteur de risque d’infarctus (et d’AVC), c’est la fumée* et je n’ai jamais fumé de ma vie.
                .
                Je pense qu’après une vie assez sportive, je me suis un peu trop attardé devant un écran (pas un écran de télé).

                J’ai repris une activité physique, pas de pointe, mais d’endurance. Pratiquement tous les jours je pédale 45 minutes durant lesquels je développe de 70 à 90 W de puissance (je module en fonction des pulsations), sans compter 1-2 heures de marche 3-4 fois par semaine. Cela, en plus d’avoir affiné ma silhouette et fait retrouver mon poids de 40 ans, a endurci mon muscle cardiaque et limité la perte d’élasticité des artères.

                Pour le cholestérol, quand on a vu de près la Camarde, comme c’est mon cas, on ne se pose plus de questions, on prend les statines prescrites.
                .
                Il serait intéressant de voir quelle est la mesure de l’exercice physique ou des statines dans la diminution de mon taux de cholestérol. Je dois voir mon cardiologue dans un mois pour la visite annuelle, j’aborderai la question avec lui.
                .
                Pour les lecteurs qui auraient subi un infarctus, j’ai repris une vie tout à fait normale, je voyage beaucoup, y compris de longs voyages (plus de 14 h) en avion, sans problème. En fait, à part au petit-déjeuner où je prend mon aspirine-cardio et au dîner où je prends mes statines (seuls médicaments que je prends), j’oublie complètement que j’ai fait un infarctus il y a trois ans.
                .
                .

                * Les hommes semblent plus exposés aux infarctus que les femmes, mais les femmes semblent rattraper leur « handicap » en la matière. Il semble que le fait que les femmes fument plus maintenant est une des causes principale de l’augmentation des infarctus féminins.


              • njama njama 16 octobre 2016 17:22

                @amiaplacidus

                C’est presque un pléonasme d’exprimer que la pression artérielle est très forte, couper une artère, le sang « gicle » ! vous n’êtes pas dans un cas d’hypotension avérée sarcastelle, mais plutôt assez soft, comme chez certains grands sportifs, - 70-120 c’est très normal- et pour le reste ça se passe comme dans le cas de la mécanique des fluides si un torrent, ou une rivière de divise en deux bras, ou rencontre un relief qui le contraint à faire une courbe, ça crée des zones de fortes turbulences dans le fluide, l’eau, il en résulte que la pression exercée sur les rives est bien plus importante que quand il file droit devant sans résistance.
                La médecine n’est pas contradictoire à la science de la plomberie smiley


              • rogal 16 octobre 2016 19:47

                @amiaplacidus
                « @rogal qui dit « ... il y a (...) » citation de njama et non de moi (dont le propos m’a d’ailleurs intéressé.
                Désolé de ne pas pouvoir avancer une explication à votre infarctus ; je ne m’y connais pas assez.
                J’en profite néanmoins pour attirer l’attention sur la tournure « le cholestérol est un facteur de risque ». Elle semble dire que l’excès de cholestérol est une cause de maladie. Or ceux qui ont formulé les choses ainsi, il y a cinquante ans, n’avaient fait que constater une corrélation. Cette confusion entre corrélation et causation est vicieusement entretenue par certains et dénoncée par d’autres à juste titre...


              • foufouille foufouille 16 octobre 2016 20:34

                @amiaplacidus
                tu es vieux, c’est tout.
                personne n’est immortel.


              • rogal 16 octobre 2016 21:12

                Un peu court, foufouille, admettez-le.

                Pour l’explication attendue par notre ami, il me revient quelques souvenirs de lecture ainsi qu’une conversation avec un généraliste. Je vous livre le tout sans plus de recherche. À vérifier et à améliorer donc.
                 
                La plaque d’athérome – on en a, paraît-il, dès le jeune âge – évolue, et pas seulement en volume. Ce n’est pas un corps de composition simple et chimiquement inerte qui se contenterait d’accumuler physiquement du cholestérol comme un tuyau de plomberie accumule le tartre. Il arrive parfois qu’elle en vienne à se désagréger localement, peut-être pas entièrement, mais assez pour que quelque chose parte de là et aille obstruer une artère ; ce peut être, notamment, un caillot de sang interne à la plaque, ou bien un morceau du corps calcique À l’origine de la désagrégation, il pourrait y avoir, par exemple, une oxydation du cholestérol par des radicaux libres.
                J’ai même ouï-dire que les statines ne protègeraient pas via la baisse du cholestérol et le « désengorgement », mais par un effet de consolidation de la plaque.


              • Dr Destouches vilayat 16 octobre 2016 10:27
                Dr Dwight Lundell
                Bien qu’étant chef de cabinet et chef de la chirurgie dans un grand hôpital cardiologique, j’ai trouvé que je ne pouvais pas changer la médecine, peu importe combien j’ai prêché et plaidé, peu importe combien de preuves scientifiques j’ai rassemblées prouvant que le cholestérol n’était pas un problème et que traiter le cholestérol avec des médicaments était contre-productif.

                l’American Heart Journal (Janvier 2009) analysant 137 000 patients admis dans des hôpitaux aux Etats-Unis avec une crise cardiaque a démontré que près de 75% avait un taux de cholestérol « normal »

                Statistiquement les personnes à taux de cholestérol élevé vivent plus longtemps

                • Dr Destouches vilayat 16 octobre 2016 10:29

                  Les papes des Statines :

                  Le Pr Steg déclare les relations financières suivantes :
                  - recherche clinique (pour INSERM U698) : NYU School of Medicine, Sanofi, Servier
                  - orateur ou conférencier : Amarin, AstraZeneca, Bayer, Boehringer- Ingelheim, Bristol-Myers-Squibb, Daiichi-Sankyo, GSK, Lilly, Medtronic, Otsuka, Pfizer, Roche, sanofi, Servier, Takeda, The Medicines Company, Vivus
                  - Stockholding : Aterovax
                  __________________________________
                  Le Pr Gilles Montale$cot a déclaré les conflits d’intérêts et liens financiers pertinents suivants :

                  Subventions pour la recherche clinique de la part de : AstraZeneca Pharmaceuticals LP ; BIOTRONIK ; Boston Scientific ; Brahms ; Bristol-Myers Squibb Company ; Daiichi Sankyo, Inc. ; Eli Lilly and Company ; GlaxoSmithKline ; Medtronic, Inc. ; Nanosphere, Inc. ; Pfizer Inc ; Roche ; Sanofi ; Spartan Bioscience Inc. ; Stago ; STENTYS S.A.
                  Honoraires pour activités de consultant ou conférencier : Abbott Laboratories ; AstraZeneca Pharmaceuticals LP ; Bayer HealthCare Pharmaceuticals ; BIOTRONIK ; Boehringer Ingelheim Pharmaceuticals, Inc. ; Daiichi Sankyo, Inc. ; Eli Lilly and Company ; GlaxoSmithKline ; Iroko Pharmaceuticals, LLC ; Menarini Group ; Merck Sharp & Dohme Corp. ; Nanosphere, Inc. ; Novartis Pharmaceuticals Corporation ; Pfizer Inc ; Portola Pharmaceuticals, Inc. ; Roche ; Sanofi ; The Medicines Company

                  • rogal 16 octobre 2016 12:13

                    @vilayat
                    Du même STEG, avec HANSEL (Bichat, 04/08/15) : la prévention secondaire serait mieux assurée chez les personnes en surpoids que chez les personnes maigres ; peut être par l’effet bénéfique, mais encore mal connu, de certaines graisses.
                    Rien n’est simple, vous dis-je !


                  • njama njama 16 octobre 2016 14:20

                    Sur le cholestérol il y a dans ce livre quelques pages* fort instructives
                    * 85 à 94 ch IV La foire aux risques, le mythe du mauvais cholestérol (p. 86), suivi de la saga des statines (p. 92)

                    « Les inventeurs de maladies » -manoeuvres et manipulations de l’industrie pharmaceutique
                    - par Jörg Blech (traduit par Isabelle Liber)
                    Article du 1er mai 2005

                    Dans ce livre salutaire (fort bien traduit de l’allemand par Isabelle Liber), qui paraît ce mois de mai 2005 chez Actes Sud, Jörg Blech explique comment l’industrie pharmaceutique a, entre autres :

                    - imposé la baisse arbitraire des normes de cholestérol pour que des gens parfaitement normaux aient l’air malade

                    - fait naître la terreur de l’ostéoporose chez les femmes ménopausées afin de favoriser la consommation de médicaments destinés à « prévenir les fractures »

                    - manipulé l’opinion afin d’élargir la consommation de médicaments destinés à « traiter l’impuissance masculine »

                    - surmédicalisé les femmes, les enfants et les personnes âgées,
                    etc.
                    ------------
                     texte suivi d’une post-face de Martin Winkler, Six milliards de malades imaginaires


                    • rogal 16 octobre 2016 19:55

                      @njama
                      Et l’on a appris cet été que trois scientifiques de la prestigieuse université de Harvard avaient été soudoyés, à une certaine époque, par l’industrie du sucre pour détourner les soupçons, par leurs « travaux », sur les graisses en tant que facteurs des maladies cardiovasculaires.


                    • clostra 16 octobre 2016 15:55

                      La première étude sur le cholesterol a été faite par ASTRA la margarine extra sans vitamine D

                      Voici : quelqu’un dit « moi les statines ça marche puisque mon cholesterol passe de 3 à 2 (nano micro fento que sais-je, mettons mg) »
                      Oui c’est comme n’importe quel hypoglycémiant, en y mettant le paquet, on doit pouvoir arriver à 9 mg de glucose dans le sang, car un hypoglycémiant, ça marche !

                      en même temps, ça peut poser quelques problèmes ...


                      • clostra 16 octobre 2016 15:56

                        @clostra vilaine ! ton doigt a fourché : lire « 0 mg de glucose »


                      • amiaplacidus amiaplacidus 16 octobre 2016 16:31

                        @clostra
                        La margarine, huiles végétales (souvent de palme) hydrogénées, la pire des saloperies pour « boucher la tuyauterie ».
                        Le beurre, en quantité très modérée, est infiniment préférable et, en plus c’est bien meilleur pour le moral.


                      • OMAR 16 octobre 2016 17:30

                        Omar9

                        Une de mes belles-sœurs (nutritionniste) m’a conseillé ce régime alimentaire basé sur les légumes, le citron et..... l’avoine, à la place de l’Atorvastatine que je prenais quotidiennement.

                        Le L.D.L n’a jamais disparu, mais a très sensiblement diminué....

                        J’ai fais cela à l’insu de mon cardio (craignant sa réaction) mais j’aurai bien aimé connaitre son avis...


                        • njama njama 17 octobre 2016 09:33

                          composition chimique des statines :
                          - première statine en 1973 : compactine alias mévastatine C23 H34 O5 (non commercialisée)
                          - lovastatine en 1987 C24 H36 O5 première commercialisée  
                          - simvastatine en 1988 C25 H38 O5
                          - pravastatine en 1991 C23 H36 O7

                          - fluvastatatine en 1994 C24 H26 FN O4
                          - atorvastatine en 1997 C33 H35 FN2 O5
                          - cérivastatine en 1998 C26 H34 FN O5 (retirée du marché en 2001)
                          - rosuvastatine en 2003 C22 H28 FN3 O6 S
                          - pitavastatine en 2003 C25 H24 FN O4
                          ---------------
                          Régulièrement de nouvelles molécules « apparentées » sortent des labos. Serait-ce en raison d’une meilleure efficacité ? ou parce que les brevets arrivent à terme et que le médicament tombe dans le domaine public ?
                          On notera que depuis 1994, ces chaines carbonées intègrent fluor (symbole chimique F) et azote (symb. N)


                          • rogal 19 octobre 2016 21:27

                            @njama
                            Le marché aura été des plus juteux. Chacun a voulu sa part du gâteau. Les inhibiteurs de PCSK9 ou de CEPT prendront-ils le relais avec le même succès ?


                          • njama njama 17 octobre 2016 09:59

                            Une alternative aux statines qui sont des molécules de synthèse, (en cas d’allergies, d’effets indésirables, ou non) présentant de fortes similitudes chimiques et mêmes propriétés thérapeutiques, le Policosanol obtenu à partir de la canne à sucre, a les mêmes effets en présentant bien moins d’effets secondaires. Pour des policosanols obtenus de la cire d’abeille, d’extraits de germe de blé, ou d’autres végétaux, seules les proportions diffèrent.

                            Policosanol is a natural mixture of higher aliphatic primary alcohols purified from sugar cane (Saccharum officinarum, L.) wax. It consists of 66% octacosanol (molecular mass of 410.7), 12% triacontanol (molecular mass of 438.5), 7% hexacosanol (molecular mass of 382.4) and 15% other alcohols (tetracosanol, heptacosanol, nonacosanol, dotriacontanol and tetratriacontanol).
                            policosanol CH3-(CH2)n - CH2OH (variable n = 24 - 34)
                            - octocosanol C28 H58 O
                            - triacontanol C30 H62 O
                            - hexacosanol C26 H54 O
                            - tetracosanol C24 H50 O
                            - heptacosanol C27 H56 O
                            - nonacosanol C29 H60 O
                            - dotriacontanol C32 H66 O
                            - tetratriacontanol C34 H70 O

                            Il n’est pas remboursé par la Sécu mais son coût reste très raisonnable (ex. 31 € chez www.super-smart.eu pour 120 gélules 10mg)


                            • njama njama 17 octobre 2016 10:04


                              Le policosanol une solution naturelle pour améliorer le profil lipidique
                              (extraits)
                              Une efficacité supérieure ou égale à celle de certaines statines
                              Cinq essais cliniques ont été conduits pour comparer l’efficacité du policosanol à celle de trois statines différentes : la simvastatine (une étude), la lovastatine (deux études) et la pravastatine (deux études). L’essai comparant le policosanol (10 mg quotidiens) à la simvastatine (10 mg quotidiens) a montré une diminution similaire du cholestérol-LDL avec les deux traitements : 18 % dans le groupe policosanol contre 20 % dans le groupe simvastatine. Les autres études comparatives ont observé que le policosanol avait une efficacité plus grande que les statines auxquelles il était comparé. À titre d’exemple, 10 mg quotidiens de policosanol ont entraîné une baisse de 20 à 32 % des LDL, contre 17 à 28 % pour 20 mg par jour de lovastatine. De la même manière, 10 mg par jour de policosanol ont abaissé de 19 à 24 % les niveaux de LDL, contre 16 à 20 % pour 10 mg quotidiens de pravastatine.

                              De plus, dans quatre de ces cinq études, la supplémentation en policosanol a généré une augmentation significative et souhaitée du cholestérol-HDL (jusqu’à 14 % dans deux d’entre elles) alors qu’une seule des trois statines a eu cet effet (la pravastatine a généré une augmentation du HDL de 5 %). Les différences de résultats obtenus dans ces différentes études avec la supplémentation en policosanol s’expliquent par la variété des profils des sujets en terme d’âge, de genre, de style de vie ou de génétique.
                              http://www.nutranews.org/sujet.pl?id=139


                            • rogal 19 octobre 2016 20:33

                              @njama
                              Baisse du Cholestérol, fort bien, mais quid en termes de morbi-mortalité ?
                              Auriez-vous une lecture à nous conseiller ?


                            • njama njama 20 octobre 2016 13:59

                              @rogal

                              Concernant les statines j’ai cité la cérivastatine C26 H34 FN O5 plus connue sous le nom de  Staltor® (retirée du marché en 2001) - autres noms commerciaux Baycol®, Lipobay®, Cholstat®, -, 52 décès, 1 millier de lésions musculaires graves.
                              Les autres statines dont les molécules chimiques de synthèse sont très proches n’induiraient pas de toxicité ?

                              Concernant le Policosanol qui est produit naturel aux propriétés thérapeutiques très similaires aux statines *, d’après la documentation actuelle il ne présente pas de toxicité connue, ni de gènotoxicité, et n’induit pas d’effets secondaires.

                              Ce produit (vu qu’il n’est pas considéré comme médicament sous nos latitudes françaises) est distribué en (para)pharmacie Belgique (sous le nom Deba Policosanol) et par Cuba Laboratorios Dalmer distribué en Espagne sous le même nom de PPG / Ateromixol) .

                              Dans les pharmacies françaises on peut trouver en parapharmacie un complément alimentaire le Salvekol qui est un mélange de policosanol et d’Omega3, ... au moins, il y a la caution d’un « réseau » de distribution agréé pour la qualité du produit. A voir avec des pharmaciens pour plus d’infos ...

                              * voir les résultats de l’étude cubaine ci-après Protective effect of policosanol on atherosclerotic lesions in rabbits with exogenous hypercholesterolemia diffusée par le Brazilian Journal of Medical and Biological Research July 2000

                              ** Revista Cubana de Hematología, Inmunología y Hemoterapia
                              Instituto de Hematología e Inmunología, Efecto in vitro del Ateromixol sobre los linfocitos y neutrófilos humanos
                              http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0864-02892007000100004


                            • njama njama 20 octobre 2016 14:08

                              @rogal
                              dsl, je n’ai pas de lecture spécifique à recommander, mais on peut trouver pas mal d’informations sur le web, à vérifier, et à recouper ... la prudence s’impose.
                              Les effets secondaires des médicaments hypocholestérolémiants
                              https://www.cholesterol-statine.fr/effets_secondaires.html
                              -----------------------------
                              Durant un traitement sous statines, il est recommandé de surveiller les transaminases qui sont les enzymes qui traduisent une souffrance hépatique, les CPK ( enzymes musculaires) en cas de faiblesse musculaire ou de myalgies

                              Les statines : beaucoup d’effets secondaires

                              Les médicaments anticholestérol sont loin d’être anodins. Il n’y a qu’à se souvenir des déboires du Staltor®, la statine vedette des laboratoires Bayer. En août 2001, il est brutalement retiré du marché à la suite de plusieurs décès. Il avait provoqué dans le monde la mort de 52 patients par rhabdomyolyse, c’est-à-dire par destruction des muscles. En fait, tous les médicaments de la classe des statines sont associés à des troubles musculaires. C’est pour cela que les médecins sont invités à surveiller attentivement leurs patients sous statine et à arrêter le traitement s’ils présentent des douleurs musculaires ou des crampes. Surtout si l’examen du sang montre l’élévation d’une enzyme, la créatine-phosphokinase (CPK), témoin de l’agression musculaire.
                              La liste des effets secondaires des médicaments de la classe des statines ne se limite d’ailleurs pas aux muscles. Elle est bien longue. On y trouve des troubles hépatiques et digestifs, des maux de tête, des insomnies, des allergies cutanées, des œdèmes… Autres problèmes possibles : douleurs articulaires, fourmillements (paresthésies), vertiges, problèmes de mémoire, impuissance, alopécie. Sans parler des interactions médicamenteuses, fréquentes avec les anticoagulants et encore certains antibiotiques ou antihypertenseurs.

                              http://www.topsante.com/medecine/maladies-chroniques/cholesterol/soigner/cholesterol-que-reproche-t-on-vraiment-aux-statines-23841


                            • rogal 20 octobre 2016 16:14

                              @njama
                              « la prudence s’impose. » et comment !
                               
                              Je ne suis pas sûr que ce que l’on appelle « conséquences en termes de morbi-mortalité » doive inclure les effets secondaires. Le douleurs musculaires produites par les statines, par exemple, relèvent de la seconde catégorie ; ce n’est pas le cas d’un décès par infarctus, que l’on cherchait à éviter par la baisse du cholestérol.


                            • njama njama 20 octobre 2016 17:17

                              @ rogal

                              La prudence s’impose avec les notices des labos également ...
                              Vous avez vu le dialogue de sourds dans cette émission « le grand bluff »

                              Si je me suis avancé un peu sur le Policosanol (boudé peut-être sous nos cieux parce qu’il est cubain... c’est très con à dire, mais la politique interfère parfois, embargo oblige, et lobbies toujours à l’offensive markéting pour monopoliser la comm aussi) c’est parce que, cherchant une autre voie que le monopole qu’exercent les statines, j’ai consulté pas mal d’études, je veux dire des publications de scientifiques comme ces deux liens que je cite dans mon post 20 octobre 13:59 (petit problème éventuel, la plupart sont en anglais).

                              La vulgarisation c’est bien aussi mais faut creuser un peu plus loin ... on le fait d’autant mieux si l’on sert de cobaye, ou un de ses proches.

                              Les effets secondaires des statines d’après tout ce que j’ai pu lire sont bien plus importants que ceux réellement notifiés. Pour les réactions iatrogéniques aux vaccins, c’est la même chose.


                            • njama njama 19 octobre 2016 12:59

                              Cholestérol : le grand bluff

                              J’ai eu l’occasion hier de voir ce documentaire intéressant qui passait sur Arte, le débat était fort contrasté entre adeptes de cette théorie du cholestérol directement responsable des maladies cardio-vasculaires et de l’efficacité des statines, et leurs opposants qui mettent en cause les méthodologies anciennes des études faites sur le sujet, les critères* d’évaluation d’une hypercholestérolémie, ainsi que la propagande marketing sur les dangers du cholestérol qui a créé de toutes pièces par la peur beaucoup de malades, ainsi que l’inefficacité des statines, comme de leurs effets secondaires largement minimisés dans les rapports.

                              * un médecin dans l’émission révèle qu’en 1985, un taux de LDL (soi-disant « mauvais » cholestérol) de 3 g/l était considéré comme normal, avant d’être largement baissé après à 2 g/l et moins pour des sujets considérés avec facteurs de risques

                              A vous de juger ... Voir en Replay 1h23min.
                              http://www.tv-replay.fr/cholesterol-le-grand-bluff/

                              Une émission équivalente sur les vaccins, et l’obligation vaccinale qui confronterait partisans pro-vaccins et opposants « anti-vaxx » serait la bienvenue, puisque en janvier de cette année 2016 s’est ouvert un débat national sur la vaccination... dont on peine à entendre les débats, autour desquels règnent un silence assourdissant !


                              • rogal 19 octobre 2016 20:50

                                Merci pour le lien, njama. Ce documentaire est en effet passionnant. Le petit débat qui a suivi l’est moins : bien conduit, mais, en une demi-heure, chacun n’a que le temps d’afficher ses positions et d’y camper.
                                Je cherche toujours des sites qui défendraient la théorie du cholestérol, afin d’y lire le développement des arguments de la défense. Las ! Même les AgoraVoxiens, pourtant informés de tout, n’ont rien proposé jusqu’à présent.
                                 
                                D’accord avec vous sur l’étrange silence médiatique pour ce qui est des vaccins. En tout et pour tout j’ai retenu cette année :
                                – La condamnation du Professeur Joyeux par le Conseil de l’Ordre ;
                                – Le sondage faisant valoir que les Français sont surtout inquiets quant à la sécurité offerte par les vaccins.
                                Les mois à venir nous offriront-ils mieux.


                              • rogal 20 octobre 2016 16:16

                                Et merci pour ces échanges intéressants, njama.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

rogal


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès