• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Covid-19 : inquiétudes médicales sur le pari d’Emmanuel (...)

Covid-19 : inquiétudes médicales sur le pari d’Emmanuel Macron

« À l’heure actuelle, ce pic relativement stable est très élevé avec des dégâts considérables (…). La situation n’est pas bonne ; encore deux mois comme cela et la France sera à 100 000 morts. » (Axel Kahn, le 6 février 2021).



Nouveau cri d’alarme du professeur Axel Kahn ce samedi 6 février 2021 : « La situation est stable, certes, mais stable dans l’intolérable. ». Presque tout est dit avec ces quelques mots. Depuis la décision du gouvernement le 29 janvier 2021 de ne pas faire un troisième confinement, les médecins hospitaliers, en particulier en région parisienne, sont en pleine inquiétude.

Rappelons qu’être le gouvernement en cette époque difficile n’est pas un bonheur : prendre des décisions, ou ne pas en prendre, ce qui revient au même, c’est avoir une action directe sur la santé des Français, et donc, sur leur propre vie parfois. La voie de la responsabilité et de la solidarité n’est pas facile à définir, c’est une ligne de crête, dynamique, et les considérations sanitaires s’entrechoquent avec les considérations économiques, sociales, psychologiques… C’est l’histoire d’une fonction à mille variables qu’il est impossible de dériver, d’optimiser.

Quoi que décide le gouvernement, de toute façon, il sera critiqué. La crise sanitaire majeure que nous vivons depuis janvier 2020 le montre assez bien. Sur ce troisième confinement, c’est assez simple : la moitié des Français serait contre, l’autre moitié pour. Le gouvernement, quel que soit son choix, sera donc critiquable et contesté. C’est avec cette idée (inhérente à tout gouvernement) qu’il peut donc choisir la voie de la responsabilité indépendamment d’autres préoccupations, puisque la voie démagogique restera toujours une voie sans issue dans cette optique. Mais cela ne dit rien sur quelle voie prendre.

On comprend bien que chaque jour de confinement coûte très cher à la France, à son économie, à sa population. Après avoir évoqué les professions dévastées en décembre (restaurants, bars, salles de culture et de sport, remontées mécaniques, etc.), on a beaucoup évoqué le problème des jeunes et des étudiants en janvier, en parlant de leur précarité sociale, mais aussi de leur grand malaise psychologique. Ceux des étudiants qui ont passé leur baccalauréat en juin 2020 (ou plutôt, qui n’ont pas vraiment passé leur bac), peut-être aussi la génération qui vient avec le bac 2021, sont particulièrement touchés par la crise sanitaire.

Mais enfin, parle-t-on aussi des morts ? Parce que chaque jour, il y a autour de 500 décès dus au covid-19 qui s’ajoutent à ceux des jours précédents. Chaque jour de maintien de la situation actuelle coûte très cher aux Français. Ceux-là, on ne les reverra plus, sinon sous terre. C’est ce cri d’alarme qu’a poussé le professeur Axel Kahn.

Tout le monde connaît bien ce généticien très médiatique, très grand connaisseur de l’éthique médicale et scientifique, qui n’hésite pas à venir souvent exposer les enjeux médicaux au grand public, depuis le 28 juin 2019, il est d’ailleurs le président de la Ligue nationale contre le cancer, et il voit bien que les malades du cancer vont, eux aussi, mourir plus, à cause de la crise sanitaire. Il a évalué à environ 10 000 décès supplémentaires dans les prochaines années de personnes atteintes d’un cancer dont le diagnostic ou les traitements ont été retardés de quelques mois à cause du covid-19. Les effets collatéraux de la pandémie sont sans limites et l’on mettra beaucoup de temps à tous les identifier et les analyser.

_yartiCovidCO03

Personne ne peut contester la compétence du professeur Axel Kahn et la pertinence de ses analyses. Comme les mémoires sont courtes et que beaucoup de choses et leurs contraires ont été dits, il y a un relativisme ambiant qui discréditent aujourd’hui les médecins, à tort car tous ne se sont pas trompés. Je rappelle donc ce que disait Axel Kahn sur France Culture le 10 avril 2020, en plein premier confinement : « Les pistes les plus prometteuses, c’est d’abord la prévention par la vaccination. Je n’ai aucun doute que l’on va parvenir à développer un vaccin (…). Il y a déjà plusieurs dizaines de candidats en train d’être testés. Je fais le pari que d’ici l’hiver prochain, au début de l’année 2021, il y aura un vaccin. Cela évitera qu’il y ait une récurrence annuelle de ces épidémies, comme la grippe espagnole. ». Il a vu juste puisque les premiers vaccins ont été injectés dès le mois de décembre 2020. Sa parole vaut donc peut-être un peu plus que d’autres collègues médecins qui se sont sans arrêt trompés…

Le Président Emmanuel Macron a décidé de ne pas confiner une troisième fois la France, parce qu’il considère que politiquement, ce ne serait pas tenable. C’est son opinion. Plus de 90% des sondés disent pourtant que, d’accord ou pas d’accord, ils seraient prêts à respecter un tel troisième confinement si jamais il était décidé. La décision d’Emmanuel Macron tient donc sur un pari, très risqué, celui d’un maintien hors d’un nouveau pic épidémique en conservant un couvre-feu très strict (à partir de 18 heures, heure valable même en cas de bouchons), et en réduisant la fréquentation de grands centres commerciaux (environ 400 centres commerciaux sont concernés).

Le "pari" est un mot qui paraît bien adapté à ces circonstances puisque ni le Président de la République, ni les médecins, ni vous, ni moi, ni personne ne sommes Madame Soleil et par conséquent, ne connaissons l’avenir. Mais parier sur quoi ? Sur la santé et la vie des Français ? Cela peut faire froid dans le dos.

Je ne critique pas forcément : j’étais très inquiet lors du premier déconfinement qu’il fût fixé si tôt, le 11 mai 2020, alors que j’estimais qu’il aurait mieux valu attendre la fin du mois, trois semaines plus tard. Et pourtant, ce "pari" (un autre pari) a été gagné, et Emmanuel Macron a eu raison de déconfiner si tôt et surtout, de porter attention sur le retour des écoliers avant les vacances estivales (cela me fait sourire qu’aujourd’hui, on critique ce déconfinement : au contraire, il a été optimisé pour réduire au maximum la durée du premier confinement à une époque où on en connaissait beaucoup moins qu’aujourd’hui sur le virus).

Et si le pari actuel, c’est que l’épidémie ne s’enflamme pas, il est actuellement étrangement tenu. Je dis étrangement car tous nos voisins sont en grande difficulté et sans doute que la France bénéficie de son deuxième confinement qui a été bien plus tôt que ceux de nos voisins. L’étrangeté, c’est-à-dire ce qui est surprenant, et réjouissons-nous en puisque c’est une surprise positive, c’est qu’il n’y a pas eu de pic épidémique à la suite des fêtes de fin d’année (Noël et Nouvel an), ce qui est le résultat de la sagesse et de la responsabilité d’une très grande partie des Français, ce que nous pourrions conclure par : bravo nous ! Et toujours bravo nous pour cette guerre de position (qui n’est jamais aisée) depuis le début du mois de janvier 2021 : il n’y a pas de reprise épidémique flagrante.

Maintenant, je voudrais apporter un certain nombre d’éléments dans la réflexion.

Par exemple, la responsabilité des Français, du peuple en général : des actes irresponsables peuvent créer de nouveaux foyers et faire redémarrer une épidémie. Toutefois, à l’inverse, des pics épidémiques peuvent ne pas être du fait du seul comportement des Français mais de la cinétique propre au virus. Clairement, le pic épidémique appelé deuxième vague en France, qui a commencé à la fin du mois de septembre et début du mois d’octobre 2020 ne pouvait pas provenir d’un comportement irresponsable des Français : cette irresponsabilité, qu’on appellera plus gentiment négligence, on a pu la tester, l’apprécier pendant tout l’été et au retour des vacances avec une légère remontée des nouveaux cas détectés, mais le pic du mois d’octobre n’a pas correspondu à un changement du comportement des gens qui travaillaient et ne faisaient pas la fête.

Un nouveau pic peut donc toujours se déclencher sans que le comportement des gens ne soit en cause : il y a deux raisons, la cinétique propre du virus respiratoire, surtout en hiver, propice à ce type de pic, mais aussi, les variants, et en particulier le variant anglais, qui semble être plus contagieux et en France, en trois semaines, on est passé d’environ 1% à 10% des nouveaux cas, et cela ne fait qu’augmenter (en région parisienne, il est déjà à 30%).

C’est ce que dit Axel Kahn : « Un pic épidémique pourrait être provoqué par l’augmentation du pourcentage du variant. ». Selon le professeur Arnaud Fontanet, de l’Institut Pasteur, le variant anglais risque d’être bientôt majoritaire en France : « Avec cette trajectoire, on atteindra 30-35% à la mi-février et il sera majoritaire vers le 1er mars. ».

Autre élément de réflexion, un rapport de l’économiste Nicolas Bouzou précise que les causes de la dégradation économique ne sont pas le confinement à proprement parler, mais surtout la contamination des personnes qui travaillent, en particulier parce que leur absence pour maladie désorganise complètement les entreprises et administrations par le grand nombre. Le nombre d’absences pour covid-19 (contaminés ou cas contacts) est d’ailleurs un élément clef de connaissance concrète de la situation épidémique, connu des DRH.

Plus généralement, les conséquences économiques des deux premiers confinements ont surpris positivement. Dans un article de "L’Opinion" du 4 février 2021, la journaliste Jade Grandin de l’Eprevier a analysé les conséquences économiques d’un éventuel troisième confinement : « Cela veut-il (…) dire qu’un troisième confinement ne serait pas si grave pour l’économie ? Techniquement, l’impact ne pourrait pas être pire qu’au deuxième. Le télétravail est rentré dans les mœurs. Depuis l’automne, la corrélation entre le temps passé chez soi et les pertes d’activités est moins étroite, alors qu’elle était presque parfaite auparavant. ». Et de citer Nicolas Bouzou : « Je pense que l’impact négatif du stop-and-go est psychologique plus qu’économique. Des restaurateurs, directeurs de théâtre ou de salles de sport me disent : "Avec les aides, économiquement, on peut tenir. Mais psychologiquement, on ne tient plus". On est en train de perdre des gens, comme le montrent les hausses de consommation d’antidépresseurs et d’anxiolytiques. ».

Le pari d’Emmanuel Macron, c’est qu’il n’y ait pas un nouveau pic, mais le pari est doublement risqué : d’une part, parce que la situation actuelle est, comme le rappelle Axel Kahn, intolérable (trop de morts, trop de malades, trop de séquelles) ; d’autre part, parce qu’un pic ne partirait pas d’un "faible bruit", de zéro, comme en mars 2020, mais d’un niveau déjà très élevé, d’environ 20 000 à 25 000 nouveaux cas quotidiens. Une flambée maintenant signifierait probablement un pic qui irait beaucoup plus haut qu’en mars et avril derniers.

Certains considèrent qu’il faudrait "territorialiser" les mesures sanitaires (j’y reviendrai), car si la Bretagne est beaucoup moins touchée encore, la région parisienne est dans une situation de pire en pire au fil des jours, ce qui expliquent l’alarme des médecins hospitaliers parisiens. Le maire de Metz, François Grosdidier, a même réclamé le confinement pour sa ville ou son département.

Les plus timides parmi les médecins hospitaliers ne veulent pas parler de confinement qui est une mesure politique et pas sanitaire mais contestent la possibilité de partir en vacances dans toutes les régions de France. Ainsi, Axel Kahn a déclaré : « Les départs en vacances sont un moyen d’homogénéiser tout, y compris le variant anglais. ». Avec la confirmation, le 4 février 2021, du non confinement par Jean Castex, l’infectiologue Benjamin Davido a exprimé son inquiétude : « C’est une stratégie qui a le mérite d’être innovante et qui évite un énième confinement pour le moment (…). [Mais] la stratégie de ne pas limiter les déplacements [entre les régions pendant les vacances de février] me semble un pari très risqué parce qu’on sait que les deux vagues qu’on a connues font suite successivement à des périodes de vacances scolaires sur un large temps ; en février 2020, et cet été, avec la deuxième vague. ».

Le professeur Gilbert Deray, chef du service de néphrologie à La Pitié-Salpêtrière, auteur de plus de 600 publications scientifiques (c’est un argument d’autorité utilisé aussi par d’autres !), l’a d’ailleurs dit clairement le 5 février 2021 : « La seule façon de casser l’épidémie, c’est de confiner totalement. ». En réaction à la conférence du presse de Jean Castex du 29 janvier 2021, il avait dit : « C’est reculer pour moins bien sauter. ». La situation actuelle avec couvre-feu et mise sous cloche de toutes les activités culturelles, de restauration, etc. n’est pas économiquement satisfaisante et coûte cher, mais quand s’arrêtera-t-elle sans perspective ? Selon lui, il serait économiquement plus bénéfique de faire un confinement strict pendant trois semaines et de faire baisser ce plateau beaucoup trop élevé en réduisant le taux d’incidence de 210 (actuellement) à 50 nouveaux cas par semaine pour 100 000 habitants que de laisser flotter l’épidémie comme maintenant. Ce serait économiquement plus judicieux selon lui.

_yartiCovidCI03

Un autre grand expert aussi s’est prononcé clairement pour un nouveau confinement. L’épidémiologiste Arnaud Fontanet a déclaré au "Journal du dimanche" du 7 février 2021 : « Sans confinement, les chances de contrôler l’épidémie sont minces. ».

Plus alarmant encore, le docteur Brun Riou, directeur médical de crise de l’AP-HP, s’est aidé de Churchill : « En tant que directeur médical de crise de l’Assistance Publique, ma mission est avant tout de mobiliser au maximum toutes les forces de l’AP-HP mais je crois aussi n’avoir à proposer qu’un discours churchillien sur le sang et les larmes. ».

Avec la situation actuelle, c’est environ 10 000 à 15 000 décès supplémentaires par mois qu’il faudra hélas comptabiliser sans changement notable. C’est inacceptable ! À ce dimanche 7 février 2021, il y a déjà 78 965 décès, 27 694 personnes hospitalisées pour covid-19, 3 272 patients en réanimation et 19 715 nouveaux cas détectés. Cette situation est plus ou moins stable depuis deux mois. Elle coûte beaucoup en vies humaines.

La vaccination est heureusement un bout du tunnel, mais pas à court terme. Au 6 février 2021, 1 866 091 Français ont été déjà vaccinés, dont 243 550 avec une deuxième dose. C’est très loin des 60% de la population totale, mais le rythme n’a rien de calamiteux non plus.

À Emmanuel Macron de prendre la décision la plus sage, c’est-à-dire, celle qui sera la plus économe en vies humaines.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (07 février 2021)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Covid-19 : inquiétudes médicales sur le pari d’Emmanuel Macron.
Axel Kahn.
Procrastination ?
Conférence de presse du Premier Ministre Jean Castex le 29 janvier 2021 à l’Élysée (texte intégral).
Faut-il confiner seulement les personnes âgées ?
Katalin Kariko.
Li Wenliang.
Karine Lacombe.
Claude Huriet.
Didier Raoult.
Agnès Buzyn.
Pandémie de covid-19 : plus de 2 millions de décès et une poignée de néo-négationnistes.
Covid-19 : faut-il rapidement un troisième confinement ?
7 questions sur les vaccins contre le covid-19.
Remdesivir : la polémique qu’on n’a pas eue en France…
Les messes à l’épreuve du covid-19.
Nouvelles attestations de déplacements à partir du 28 novembre 2020 (à télécharger).
Il regarde le soleil dans tes yeux !
Pâques 2020, le coronavirus et Dieu…
Covid-19 : faut-il rendre contraignant l’isolement des personnes contaminées ?
Allocution télévisée du Président Emmanuel Macron le 24 novembre 2020 (texte intégral et vidéo).
Le calendrier de l’Avent du Président Macron.
Covid-19 : vaccins et informations parcellaires.
La lune de Jupiter.
Faudra-t-il rendre obligatoire le futur vaccin contre le covid-19 ?

_yartiCovidCE02


Moyenne des avis sur cet article :  1.33/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • binary 8 février 19:16
    Le professeur Gilbert Deray, chef du service de néphrologie à La Pitié-Salpêtrière, auteur de plus de 600 publications scientifiques (c’est un argument d’autorité utilisé aussi par d’autres !), l’a d’ailleurs dit clairement le 5 février 2021 : « La seule façon de casser l’épidémie, c’est de confiner totalement. ».


    Revenus versés par BigPharma.

    N°5. Le Pr Gilbert Deray de Paris. 160.649€. Une belle somme pour un néphrologue qui très présent sur les plateaux télés. Attention le remdesivir peut être très toxique pour les reins.

    https://www.francesoir.fr/societe-sante/top-13-des-revenus-annuels-recents-verses-par-lindustrie-pharmaceutique


    • binary 8 février 19:18

      @binary
      j ai oublié de préciser :
      La néphrologie est la spécialité médicale visant à prévenir, diagnostiquer et soigner les maladies des reins. Elle est différente de l’urologie, spécialité chirurgicale s’intéressant à l’appareil génital masculin et à l’ensemble du système urinaire (reins, uretères, vessie, prostate, urètre)...


    • Garibaldi2 9 février 08:35

      @binary

      Pourriez-vous indiquer quelle est la source des chiffres fournis par francesoir, car ces montants n’ont rien à voir avec ceux enregistrés sur la base de données  : https://www.transparence.sante.gouv.fr
      qui n’indique que 18210€ sur la période du 27/01/2016 au 05/11/2019.
      https://www.transparence.sante.gouv.fr/flow/rechercheBeneficiaires?execution=e2s8


    • Il n’y aura JAMAIS de vaccin. Cessez de donner de faux espoirs.... Les variants reprennent toujours le dessus.. Et il risque d’y en avoir pleins


      • Fergus Fergus 8 février 20:48

        Bonsoir, Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Des vaccins, il va y en avoir de nombreux. Reste à savoir quelle sera leur durée d’efficacité sur le Sars-CoV2 (je ne parle même pas d’immunisation des personnes), surtout que l’on a effectivement affaire à une famille, les coronavirus, sujette à de multiples mutations.
        Personnellement, j’ai plus d’espoir pour l’avenir dans un traitement curatif qui, face aux différents coronavirus, permette aux malades dans la grande majorité des cas d’éviter les complications pulmonaires. Il y a des essais en cours. Croisons les doigts !


      • Garibaldi2 9 février 07:49

        @Fergus

        Bonjour Fergus, pourriez-vous demander à Modératus pourquoi je suis blacklisté sur ses articles ? Lui qui dit être contre la censure et traite presque de pétochards les élèves, parents d’élèves et professeurs du lycée de Samuel Paty qui n’ont pas voulu que le lycée change de nom, alors que lui déblatère sur leur compte de façon anonyme !

        Si Moderatus m’a blacklisté c’est parce qu’à chaque fois qu’il a sorti des chiffres bidons je l’ai mouché en lui prouvant qu’il mentait en donnant des liens de sources vérifiables.

        Il n’y a pas eu 4 472 homicides en France en 2020 mais 863. Le rapport officiel est disponible ici : https://www.interieur.gouv.fr/Interstats/Publications/Interstats-Analyse/Insecurite-et-delinquance-en-2020-une-premiere-photographie-Interstats-Analyse-N-32

        Le tableau Excel résumant les stat 2020 est ici !

        https://www.interieur.gouv.fr/content/download/126020/1008007/file/Tableau%20de%20synth%C3%A8se%202020_.xlsx

        Un long article de actu.orange a déjà débunké cette fausse info.

        https://actu.orange.fr/desintox/non-il-n-y-a-pas-eu-4472-homicides-en-france-en-2020-CNT000001wUJvp.html

        Moderatus est un récidiviste de cette intox, que j’avais déjà débunkée pour 2019 ici : https://www.agoravox.fr/commentaire5811179

        Vous pourrez mesurer ici : https://www.agoravox.fr/commentaire5811218
        que Moderatus s’obstine à ne pas reconnaître les faits et nie la réalité des chiffres officiels.

        J’engage tous ceux qui liront ce commentaire à le poster sur l’article de Moderatus pour qu’il reconnaisse enfin que le chiffre qu’il donne est un mensonge repris de la fachosphère journalistique. Merci

        En ce qui concerne l’article ci-dessus, je pense que, (je n’ai pas voté pour Macron, même avec un colt dans le dos je ne l’aurais pas fait !), personne dans le personnel politique ne voudrait être à sa place actuellement parce qu’il n’y a que des coups à prendre.

        Plutôt que de râler pour n’importe quoi, il faut que chacun fasse preuve de solidarité à son niveau, avec les voisins, les petits vieux de la maison de retraite du coin, les Crous. Il faut apporter aux étudiantes des serviettes périodiques, et à tous des masques et de la bouffe, surtout des fruits. Des serviettes périodiques ? C’est con hein, mais 30% de ces jeunes femmes n’ont pas les moyens d’en acheter ! Respecter les femmes, ça peut commencer comme ça. Elles sont une part de l’avenir de notre pays.

        C’est le moment de sortir le carnet de chèque pour donner au Secours Populaire ou aux Restos du Coeur (déductible !). J’ai offert 4 bidons de 5 litres de gel hydroalcoolique à l’école primaire de mon petit patelin qui n’a pas un gros budget.

        Après, car il y aura un après, il sera temps de faire les comptes.


      • pemile pemile 9 février 08:47

        @Garibaldi2 "Si Moderatus m’a blacklisté c’est parce qu’à chaque fois qu’il a sorti des chiffres bidons je l’ai mouché en lui prouvant qu’il mentait en donnant des liens de sources vérifiables.« 

        C’est l’évolution actuelle d’AgoraVox, la nouvelle »liberté d’expression" c’est de pouvoir publier des fausses informations ou des erreurs grossières de calculs et de pouvoir censurer toute contradiction. smiley


      • Garibaldi2 9 février 08:57

        @pemile

        Je vous engage à publier sur la file de l’article de Moderatus les chiffres et les liens que je fournis. On va bien voir s’il censure !


      • Garibaldi2 9 février 08:59

        @pemile

        Etes-vous adhérent à l’association Agoravox ?


      • pemile pemile 9 février 09:08

        @Garibaldi2 « Etes-vous adhérent à l’association Agoravox ? »

        Non, du fait de son fonctionnement opaque et sans aucun retour lorsque j’ai voulu les contacter (article fallacieux sur les données de l’INSEE).


      • nono le simplet nono le simplet 9 février 09:10

        @Garibaldi2
        c’est quoi cette assoc ?


      • pemile pemile 9 février 09:10

        @Garibaldi2 "Je vous engage à publier sur la file de l’article de Moderatus les chiffres et les liens que je fournis. On va bien voir s’il censure !"

        Nono le simplet vient de s’en charger, à suivre ..


      • Garibaldi2 9 février 09:25

        @nono le simplet

        D’après ce que j’en sais, il y aurait une association Agoravox en Belgique et de façon certaine une association des rédacteurs d’Agoravox en France :

        https://www.gralon.net/mairies-france/paris/association-societe-des-redacteurs-d-agoravox-paris_W751186954.htm


      • nono le simplet nono le simplet 9 février 09:43

        @Garibaldi2
        ah ok ... pas de modifs depuis 2013 ... elle semble morte ... le RNA est muet


      • Garibaldi2 9 février 12:16

        @nono le simplet

        Moderatus a censuré les infos sourcées et officielles sur le nombre d’homicides en 2020. Logique, ce type n’a pas de face comme on dit à Marseille, c’est un néofasciste de bas étage qui n’a rien à envier à un Goebbels : ’’un mensonge répété mille fois devient une vérité’’. smiley


      • pierrot pierrot 9 février 14:17

        @Fergus
        Bonjour,
        Il existe 2 voies pour combattre cette pandémie :
         molécules thérapeutiques (environ 300 en cours d’essais cliniques)
         vaccins (une centaine de candidats vaccins dont 3, bientôt 5 validés en France).

        Force est de constater qu’actuellement la voie vaccinale a abouti plus rapidement.


      • mouri@Fergus Vous connaissez mes positions. Le virus s’en ira quand le monde aura changé à 180degré. Parti comme il est venu. que ce soit sur le plan climatique ou covidien, nous sommes condamnés. Si le narcissisme et le matérialisme résistent devant la voie spirituelle (GUATTARI-narcisse), nous sommes condamnés à Mourir comme Narcisse. Oedipe qui lui a vu clair fut exilé, mais sauvé de la mort.....Parce qu’il a osé voir voir sa part monstrueuse (ou plutôt celle de la malédiction de sa lignée, Laïos son père étant pédophile. ...(Comme les orgueilleux KENNEDY)


      • ETTORE ETTORE 8 février 21:51

        Allez, une bien bonne, encore une recette de la tambouille participative selon MonarKahn.

        Ils ont encore désigné 35 volontaires qui composeront le :

        «  collectif citoyen de contrôle du plan de vaccination contre le coronavirus  » pfuiiii ! La belle affaire !Dites, ça va avancer, vous verrez !

        (et j’en suis toujours à me demander ou part tout ce pognon, en députés, conseillers, énarques....et autres poches percées, si on a besoin du vivier intello populeux, pour donner un avis)

        Que des amuses gueules  ! ( dites,je me demande si le pierrot à été contacté).

        Il semblerait bien, en cette nouvelle ère, de mélasse politique, que la volonté de partager les responsabilités se fasse de plus en plus prégnante ( jusqu’au jour ou les derniers « couillons collectivisés » porteront le chapeau, dans son intégralité ).

        Mais bon, ça c’est une autre histoire, qui ne me déplairait pas de voir arriver, très bientôt.

        Alors, en bref, quid de cet enfumage magistral à répétition ?

        Dire que le Poudrophile n’écoute pas, est une erreur ! Il écoute et pare ses fesses, dès que les coups de pieds au cul se font trop pressants, pour preuve, l’érection de cet énième rassemblements d’inconnus....tirés au sort .( au grattage ? au tirage ?)

        Pourquoi faire  ? ( ou faire quoi ? si vous préférez)

        Simplement, parce que la grande majorité des Français, en a plus que ras la casquette, de voir, défiler, à longueur d’émissions glauques, des toubibs et autres mandarins laborantins, venir prêcher, tout et son contraire, à un point tel, que la gloriole de ces « mannequins médicalisés, médiatisés » fait de l’ombre à la Star Elyséenne, de « n’oubliez pas les paroles, la vérité si je vous ment ».

        Alors c’est simple, on choisit 35 pékins ( ou wuhanais, c’est vous qui voyez), hommes et femmes de paille,( qui vont vite s’enflammer par cet honneur considérable) et qui vont servir à la communication off, de ces ventriloques médicaux.

        Ventriloques médicaux, toujours présents derrière ce théâtre d’ombre versaillais, ou le Roi SoMeil déclinant en naine jaune, persiste à pondre des textes, d’une histoire qui n’est plus la notre depuis longtemps.

        Comme d’habitude, ce ne sont que, des effets de « manches » ......à air ( puisque ses effets de manches de chemise raccourcies, ça ne le fait plus) et là, il vient d’en (R)embobiner 35 autres. Encore des VictimesHS, plus lisibles par personne !

        Peut être qu’on pourras les accoupler avec ceux qui faisaient partie du « collectif VERT », si ils ne sont pas déjà compostés ?

        Y a pas à dire, ce sont vraiment des grands pas pour notre humanité....soldée !


        • Citoyen de base 8 février 21:56

          @ Rakoto, la Raclure du pouvoir :

          Allez vous confiner définitivement et qu’on entende plus jamais parler de vous.

          Nous, nous continuerons à sortir affronter la vie et ses virus, comme nos ancêtres depuis quelques millions d’années.  smiley


          • Garibaldi2 9 février 07:56

            @Citoyen de base

            C’est donc vous le gars avec l’os dans le nez que j’ai croisé quand il cherchait à comprendre le plan du métro ?!


          • devphil30 devphil30 9 février 05:50

            Vaccin stérilisant ?

            https://lesmoutonsenrages.fr/2021/02/06/declaration-dalexandra-henrion-caude/

            Grippe de Hong kong

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Grippe_de_Hong_Kong

            En juillet 1968, le journal Le Monde donnait la parole à l’Institut Pasteur qui indiquait à propos de l’épidémie qu’« il ne semble pas cependant qu’elle doive prendre un caractère de quelconque gravité ». L’épidémie a été sous-estimée par les médias en France5.

            Arrêt sur images relève qu’« à l’époque, l’ORTF traite l’affaire avec une relative légèreté, alors que dans certaines régions, les établissements scolaires sont fermés, les transports perturbés »45. En effet 15 % des cheminots sont malades sur cette période5. On note également que de nombreuses boutiques sont fermées5. Mais le ton de la presse reste badin par exemple pour évoquer les vedettes qui sont alitées5. Le 18 décembre 1969 alors que la mortalité grimpe en flèche, Le Figaro écrit que l’épidémie « reste stationnaire » et Le Monde titre « L’épidémie de grippe paraît régresser en France »5. Ce journal ne consacrera que quelques courts articles à la situation46. Aucun média n’utilise le mot de pandémie alors qu’il avait été employé pour la grippe asiatique de 1957. Un chroniqueur du Monde écrit le 11 décembre 1969 que « l’épidémie de grippe n’est ni grave ni nouvelle. Est-il bien utile d’ajouter à ces maux les risques d’une psychose collective ? » Le journal France-Soir fait bien mention d’un quart de la population atteinte mais traite le sujet comme un marronnier de la presse, sans caractère de gravité5.

            Le chef du service d’infectiologie du centre hospitalo-universitaire de Nice, le professeur Dellamonica, alors externe à l’hôpital Édouard-Herriot de Lyon témoigne : « On n’avait pas le temps de sortir les morts. On les entassait dans une salle au fond du service de réanimation. Et on les évacuait quand on pouvait, dans la journée, le soir. Les gens arrivaient en brancard, dans un état catastrophique. Ils mouraient d’hémorragie pulmonaire, les lèvres cyanosées, tout gris. Il y en avait de tous les âges, 20, 30, 40 ans et plus. Ça a duré dix à quinze jours, et puis ça s’est calmé. Et étrangement, on a oublié »47.

            Selon l’historien Patrice Bourdelais, cela s’explique par le fait que de nombreux sujets « occupent l’agenda médiatique et politique », tels que « l’après-68 », l’arrivée au pouvoir de Georges Pompidou, et la guerre du Biafra qui suscite l’intérêt des médias pour l’épidémie et la famine qui y ont cours ; mais aussi par un « optimisme global » dans le contexte des Trente Glorieuses à travers une « idéologie de victoire renouvelée des antibiotiques » et une « culture du progrès qui fait qu’on n’est pas très inquiets »45.

            Cette absence de médiatisation immédiate s’explique en partie par l’absence des médias sociaux et de statistiques immédiates, mais aussi par l’espérance de vie de l’époque où la mort des personnes âgées de plus de 65 ans était socialement acceptée comme « naturelle »6.


            • Garibaldi2 9 février 08:03

              @devphil30

              C’est tout à fait exact que l’on ne parlait pas de cette pandémie dans les discussions de tous les jours. Elle n’existait pas. Les augmentations de salaires dues à mai 68 poussaient les gens à acheter leur machine à laver (très rare chez les prolos), à envisager un crédit pour une bagnole (enfin !), ... et finalement ils étaient optimistes avec une croissance à 5,5%. Pas de chômage, plein de boulots sans qualification, ... la claque arrivera dans la première moitié des seventies !


            • devphil30 devphil30 9 février 08:46

              Allez un petit scoop

              https://reseauinternational.net/agnes-buzyn-a-pris-de-la-chloroquine/

              La chloroquine est efficace sur les politiques mais pas sur le bon peuple


              • Garibaldi2 9 février 09:10

                @devphil30

                ’’Tweet de Julia Cerisi : « L’armée française depuis Mars 2020 (5 millions de doses venant de Chine) est protégée par un traitement prophylactique HCQ (CHLOROQUINE).’’

                C’était des cachets anti palu. Le Plaquénil, traitement préventif du palu, c’est de l’hydroxychloroquine :https://www.vidal.fr/medicaments/gammes/plaquenil-8012.html#38266

                Le traitement c’est 1 cachet quotidien.

                Rien que dans la marine il y a plus de 40.000 militaires, dont la plupart sur des navires.


              • zygzornifle zygzornifle 9 février 08:50

                C’est Macron qui parie et c’est les citoyens qui trinquent ....



                  • nono le simplet nono le simplet 9 février 11:23

                    petite parodie de Churchill (accords de Munich)

                    « vous aviez à choisir entre la guerre et le déshonneur, vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre »

                    nous avions à choisir entre la catastrophe économique et les morts, nous avons les morts et nous aurons la catastrophe économique ... 


                    • nono le simplet nono le simplet 9 février 11:26

                      @nono le simplet
                      PS pour ceux qui aiment Axel Kahn il est sur twitter et ne parle pas que de la Covid-19 ...


                    • Narcisse ne voit que son reflet et son regard ne va pas jusqu’au fond boueux de ses origines (les monstres maritimes, méduses et autres horreurs. Etant né de l’eau. Dans la mythologie grecque, Narcisse (en grec ancien Νάρκισσος / Nárkissos, dérivant peut-être de narkê, « sommeil ») est un chasseur originaire de Thespies, en Béotie. Il est le fils de la nymphe Liriope et du dieu fleuve Céphise



                        Dans la mythologie grecque, Liriope ou Liriopé est une nymphe. Elle passe pour la mère de Narcisse selon Ovide ; elle aurait été violée par Céphise pour ... Narcisse ne voulait pas voir qu’il fut conçu par un viol... Scène primitive ou des origines de la psychanalyse.

                        • Jjanloup Jjanloup 9 février 16:42

                          Prout !


                          • juan 9 février 22:23

                            « ...Rappelons qu’être le gouvernement en cette époque difficile n’est pas un bonheur.... »

                            Alors qu’attendent-ils pour dégager ces abrutis !


                            • BA 9 février 22:43

                              Covid-19 : la France a franchi la barre des 80.000 morts.


                              L’épidémie continue de frapper la France, où la barre des 80.000 décès a été franchie ce mardi 9 février, selon les dernières données publiées par le ministère de la Santé et Santé Publique France. 439 personnes sont décédées à l’hôpital ces dernières 24 heures, portant le bilan total à 80.147 morts depuis l’apparition de l’épidémie dans l’Hexagone fin janvier 2020.


                              https://www.lefigaro.fr/sciences/covid-19-la-france-a-franchi-la-barre-des-80-000-morts-20210209


                              • Legestr glaz Legestr glaz 9 février 23:00

                                @BA

                                BA, est ce que c’est vrai que l’on va tous mourir ? 

                                Comment se conjugue le verbe « cumuler » ? 

                                Je cumule
                                Tu cumules
                                Il/elle cumule
                                Nous cumulons
                                Vous cumulez
                                Ils/elles cumulent

                                Et donc BA cumule ! 

                                Et une « sous-mortalité » chez les moins de 65 ans durant l’année 2020 ! Chut, il ne faut pas l’ébruiter !


                              • BA 14 février 12:38

                                Dimanche 14 février 2021 :


                                L’Union Européenne ne protège pas.


                                L’Union Européenne protège de rien.


                                C’est la nation qui protège.


                                Ce sont les frontières nationales qui protègent.


                                Covid-19 : l’Allemagne ferme ses frontières pour contenir les très contagieux variants.


                                11h45. L’Allemagne ferme ses frontières pour contenir les très contagieux variants.


                                Au poste-frontière de Kiefersfelden entre l’Allemagne et l’Autriche les passages se font désormais au compte-goutte. Masque sur le visage, des policiers emmitouflés dans d’épais anoraks jaunes et bonnets face aux températures polaires filtrent la circulation.


                                Berlin a en grande partie fermé ce dimanche ses frontières avec la République tchèque et le Tyrol autrichien pour tenter de contenir la diffusion des très contagieux variants du coronavirus, provoquant des frictions avec l’Union européenne.


                                Seuls autorisés à passer : les Allemands, les personnes résidant dans le pays ainsi que les frontaliers et professions jugées stratégiques, comme le transport de marchandises, sous condition de pouvoir présenter un test PCR négatif très récent au coronavirus.


                                https://www.leparisien.fr/societe/sante/direct-covid-19-plus-de-800000-morts-en-europe-nouveau-foyer-en-nouvelle-zelande-14-02-2021-PZUAJ5BIHVDEPBMHP7EMH5DACM.php

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité