• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Danger des antennes-relais : et si l’on nous mentait ?

Danger des antennes-relais : et si l’on nous mentait ?

« Les opérateurs dissimulent les vraies expositions pour des histoires de gros sous » : pour cette phrase prononcée dans une interview, le porte-parole d’une association est traîné devant les tribunaux. Condamné en juillet pour atteinte à l’honneur de Bouygues Télécom, il comparaissait à nouveau le 14 mars dernier, assigné cette fois par Orange et SFR. Mais le parquet a requis la relaxe. Les opérateurs de téléphonie mobile nous cacheraient-ils quelque chose ?

A cause de cette phrase en effet, prononcée dans une interview accordée au Journal du dimanche en novembre 2003, Etienne Cendrier, porte-parole de l’association Robin des Toits, est traîné devant les tribunaux par les trois opérateurs de téléphonie mobile. Bouygues Télécom, qui lui réclamait 200 000 euros, a déjà obtenu sa condamnation en juillet 2005 à 5000 euros de dommages et intérêts, ce à quoi s’ajoutent 4000 euros pour divers frais.

Jugement assorti d’une exécution provisoire, malgré l’appel interjeté : « En "tapant" les associations et leurs militants au porte-monnaie, les opérateurs tentent d’étouffer ainsi ce qui a toutes chances de devenir demain un scandale majeur de santé publique », s’indigne Robin des Toits. Non imposable, Etienne Cendrier est incapable de payer cette somme. Aussi l’association a-t-elle lancé une souscription en sa faveur. En attendant, l’offensive juridique des opérateurs se poursuivait au pénal, le 14 mars dernier, devant la 17e chambre du Tribunal correctionnel de Paris. Mais il semble bien que le vent tourne, Orange et SFR, plaignants du jour, ayant été mis en difficulté par les témoignages d’experts indépendants cités par la défense.

Comme pour l’amiante ?

Pierre Le Ruze, chercheur spécialisé dans les effets des ondes électromagnétiques, a ainsi déploré : « Les travaux qui ne vont pas dans le sens d’une innocuité des expositions sont purement et simplement jetés à la poubelle ». Il a aussi confirmé que bon nombre des rapports officiels niant la nocivité des antennes-relais sont rédigés par « le même noyau d’experts » français, financés en partie par... les opérateurs !

L’avocat de SFR a bien tenté une contre-attaque : « Est-ce qu’on peut donner raison à un lanceur d’alerte face à différentes institutions telles que l’OMS ? », a-t-il demandé à André Cicolella, un autre chercheur cité comme témoin par la défense. « Je vous renvoie à l’exemple de l’amiante », lui fut-il rétorqué. Pour mémoire, les dangers de cette fibre hautement cancérigène étaient connus dès 1906, et elle ne fut pourtant interdite en France qu’en 1997.

Sur le fond de l’affaire, les opérateurs dissimulent-ils les vraies expositions, comme le prétend Etienne Cendrier ? René Dutrey, président du groupe Verts au Conseil de Paris, avoue avoir de sérieux doutes : « Au vu du relevé de mesures que je reçois dans la cadre de la campagne lancée par la ville, et où l’on trouve des résultats à zéro volt/mètre (impossible, d’après les scientifiques ! Ndlr), j’ai de fortes suspicions. Les opérateurs ont la capacité de baisser le seuil d’émission des antennes et ce sont eux qui financent toutes les mesures officielles. Ils se retrouvent ainsi juge et partie. » Au vu de tous ces éléments, le Parquet a requis la relaxe, estimant que l’on pouvait légitimement douter de l’indépendance des bureaux de contrôle chargés des mesures de puissance des antennes.

Une relaxe également défendue par une pétition de soutien aux lanceurs d’alerte, notamment signée par René Dutrey, l’artiste Rufus ou l’ex-ministre de l’environnement Corinne Lepage. Reste que, pour Robin des Toits, une exposition trop importante aux antennes-relais pourrait entraîner migraines, troubles du sommeil, pathologies du cerveau et même cancers. Et si l’association avait raison ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (223 votes)




Réagissez à l'article

73 réactions à cet article    


  • alberto (---.---.209.19) 22 mars 2006 12:36

    Voilà un article bien interessant qui apporte une pierre à l’édifice, ou plutôt qui vient grignoter le mur du silence érigé par les « institutions » (industriels, organes publics de contrôles, comités théodules chargés de mission techniques...)

    En matière de rayonnements comme en beaucoup d’autres, comme le disait Chirac au temps de la crise de la Vache Folle :« quand on cherche, on trouve ».

    Or force est de constater que les études sur la question n’ont pas déstabilisé les budgets de recherches ! Les normes applicables sont issues de celles proposées par la législation européenne qui reposent elles mêmes sur des études dont le flou artistique sert d’enrobage aux doutes exprimés par leurs auteurs sur les incidences sur la santé des citoyens exposés aux dits rayonnements...

    Les études les plus sérieuses sont, à ma connaissance, celles réalisées par les « américains » mais qui n’ont été publiées que partiellement, existent aussi des études sérieuses Britaniques et Suédoises qui mettent l’accent sur certains aspects pathogènes de l’exposition aux diverses sortes de rayonnements.

    Sur le site du Sénat francais, on trouve aussi quelques infos extraites d’un charabia juridiquo-technique qu’affectionnent tant nos technocrates.

    Enfin je tiens à signaler, pour y avoir assisté, que les mesures effectuées par les professionnels après installation de pylônes porteurs d’antennes d’émissions pour téléphonie portable, ainsi que la loi française l’exige afin de vérifier si les seuils de puissances rayonnées sont conformes aux normes citées plus haut, ces mesures sont effectuées suivant un protocole qui tient plus du folklore et dont l’improvisation suffira à produire des résultats abérrants...

    De toute manières en ce domaine ainsi qu’en beaucoup d’aures, les autorités sanitaires de notre beau pays ne se distinguent pas par leurs souccis de la Santé Publique, mais d’ecarter se qui pourrait nuire à l’Industrie et au Commerce.

    Quid du mercure dans les dents, du téfon dans les poêles, de l’aluminium dans les ustensiles de cuisine et les vaccins, sans parler des pesticides fongicides crotticicides ( et OGM ?) et des médicaments qui sont retirés du marché après dix années de service et la mort dizaines voire de centaines de clients...

    Merci encore pour votre article, Très cordialement , Alberto.


    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 22 mars 2006 18:51

      De rien, Alberto, c’est un plaisir : dès que de puissants cyniques, quels qu’ils soient, règnent sans partage au détriment de l’intérêt général et musèlent les citoyens qui tentent de leur barrer la route, c’est plus fort que moi, je sors ma panoplie de chevalier blanc. C’est exactement pour cette conception « romantique » revendiquée du métier de journaliste que j’ai voulu l’exercer smiley Une forme de thérapie : dénoncer encore et toujours ce qui m’indigne.


    • Zenobe (---.---.173.177) 26 mars 2006 20:40

      Les compagnies d’assurance refusent depuis pas mal d’années de couvrir les opérateurs en responsabilité civile, eu egard aux dangers potentiels sur la santé humaine. Le risque n’est pas quantifiable.


    • maximilien 18 mars 2009 15:03

      Le cas de l’amiante n’est pas un bon exemple puisque justement l’OMS parlait des risques depuis 1906.

      Aujourd’hui, avec les champs électromagnétiques on est plutôt, comme au début du train ou de la voiture, où il y avait une fronde d’antis sur les risques supposés de la vitesse pour l’organisme (en réalité il y a bien un risque, mais c’est celui de l’accident, d’ailleurs, demande-t-on d’interdire la voiture pour ce risque prouvé ?).

      Concernant les assurances, il est intéressant de noter qu’aucune ne pensent qu’il y a un risque réel des champs pour la santé, par contre, elles n’assurent plus, car elle pense que même sans preuve scientifique, la peur du danger de la population impliquent trop de risque judiciaire.

      Une drôle d’approche appelé "Risque Fantôme" :
      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=51921


    • Cyberthi (---.---.74.201) 22 mars 2006 13:33

      J’avais discuté avec deux techniciens chargés de l’installation et de la maintenance de ces antennes ils me disaient qu’ils travaillaient sur les installations en fonctionnement et qu’ils se retrouvaient souvent avec de violents maux de tête...


      • Ulmo (---.---.254.6) 22 mars 2006 14:30

        Je connais plusieur NeuroPsychologues.
        Le sujet les énerve visiblement.
        Lorsque je leur pose la question : « Ca cause vraiment des domages importants ? »
        la réponse est systématiquement « Evidemment ! Mais de toutes facon, c’est eux qui font les expériences »

        Donc c’est aussi dangereux que les salades francaises après tchernobil.

        Après, ils diront : responsable, mais pas coupable


        • colombo_35 (---.---.231.254) 22 mars 2006 15:02

          Et le respect du coppyright sur le « Responsable, mais pas coupable » ? N’oubliez pas de verser des droits d’auteur à M.M. Fabius et Hervé



          • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 22 mars 2006 19:04

            Tout cela fait songer à d’antérieures catastrophes sanitaires annoncées : tout le monde savait mais les intérêts économiques ont prévalu... C’est justement pour cela qu’il faut le dénoncer, quitte à jouer les Don Quichotte. En remplaçant les moulins à vents par des machines à profit, le résultat est a priori le même : on n’a aucune chance. Quoique. Un jour, une journaliste nommée Anne-Marie Casterets, qui était à l’Evénement du Jeudi quand j’y faisais mon apprentissage de petit journaliste stagiaire, sortit l’affaire du sang contaminé... Il y eut l’amiante aussi, évoquée dans le papier. Et un commentaire renvoie aux OGM ! Ouvrons notre gueule, sans toutefois avaler des couleuvres.


          • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 22 mars 2006 19:08

            Etienne Cendrier m’a dit qu’il ne fallait évidemment pas utiliser un portable sans oreillette, qu’il ne le faisait jamais au grand jamais... Et moi, pourtant prévenu, qui colle bêtement mon appareil à l’oreille : qu’est-ce qu’on peut être con !


          • Pluloin Lanten (---.---.81.56) 22 mars 2006 15:17

            sur le site suivant on peut trouver une étude intéressante sur la jurisprudence en matière de principe de précaution.

            http://www.observatoirecollectivites.org/index.phpbasdepage=dossier&menu=5

            De cette étude il ressort :

            Mise en danger délibérée de la vie d’autrui (article 223-1 du code pénal)

            « Le délit de mise en danger permet de sanctionner, avant même tout accident, un comportement particulièrement dangereux inscrit dans une logique du « ça passe ou ça casse ».

            « pour que le délit soit caractérisé il faut que soit constatée une "violation manifestement délibérée d’une obligation PARTICULIERE de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement »

            « Ce n’est que lorsque le pouvoir législatif et réglementaire, réagissant à l’incertitude scientifique, édicte des règles particulières de sécurité, que la responsabilité d’un élu pourrait être envisagé en cas de violation manifestement délibérée de celles-ci. »

            Homicide et blessures involontaires

            « La responsabilité pénale d’un décideur public pour manquement au devoir de précaution des chefs de blessures ou d’homicide involontaires est conceptuellement plus plausible »

            « deux types de faute peuvent engager la responsabilité des décideurs publics qui n’ont pas causé directement le dommage mais qui ont contribué à sa réalisation :

            - soit la violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de prudence imposée par la loi ou le règlement
            - soit une faute caractérisée et qui exposait autrui à un risque qu’ils ne pouvaient ignorer. »

            Application a la téléphonie mobile avec la compatibilité électromagnétique.

            Le délit de mise en danger de la vie d’autrui semble caractérisé car il y violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposé par les des lois et réglementations concernant la compatibilité électromagnétique entre antennes relais de téléphonie mobile et appareils électroniques en particulier ceux a usage médical utilisés a domicile dont l’immunité est de 3V/m..

            sachant que le risque est inscrit dans la loi et les règles pour le prévenir existent depuis plus de 10 ans :

            Les principales dispositions de l’article L32 12° du code des postes et communications électroniques mentionnent explicitement ce risque , de même que la directive RTTE ainsi que les directives CEM transposées en droit Francais, plus tous les règlements découlant de ces textes et notamment le principe de base en matière de compatibilité électromagnétique qui veut que le niveau total des perturbations électromagnétiques soit inférieur au seuil d’immunité afin de garantir la compatibilité électromagnétique.

            il est bon de rappeler que dans le cas de la Compatibilité électromagnétique les prescriptions ne sont pas générales mais bien précises (limites de rayonnement et d’immunité en fonction de l’environnement afin de prévenir le risque)

            Sachant que des dysfonctionnement de dispositifs médicaux utilisés a domicile pourraient avoir de graves conséquences pour la santé et provoquer des décès.

            Sachant que dépasser 3V/m en niveau crête au niveau des habitations viole gravement ces dispositions.

            L’Homicide involontaire pourra semble t il aussi être retenu car les deux fautes prévus sont avérées par ceux qui prétendent que le seul risque est thermique avec des niveaux de 41à 61V/m alors qu’ils savent que le risque CEM commence a 3V/m pour des habitations.

            Il semble que les décideurs qui passent outre les règles de la compatibilité électromagnétique pourraient être condamnés pour mise en danger délibérée de la vie d’autrui et ultérieurement en cas de procès d’une victime pourraient être condamnés pour homicide involontaire.

            Ceux qui prétendent dépasser 3V/m en valeur crête au niveau des habitations et n’evoquent que les niveaux de 41 a 61V/m ont du souci a se faire en cas de plainte au pénal


            • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 22 mars 2006 18:55

              Je n’ai pas tout compris des données scientifiques que vous énoncez - hey, j’suis qu’un pauv’ tit journaliste, je vulgarise - mais je pense que l’association Robin des Toits serait ravie que vous preniez contact avec eux ! Puis-je me permettre de leur transmettre votre mail ?


            • Yaarg (---.---.24.244) 22 mars 2006 16:40

              Je hais le téléphone portable. Les gens sont devenus débiles avec ce nouveau gadget qui frise le fétiche !

              - des gens qui parlent seuls dans la rue...
              - vous êtes assis à côté de quelqu’un dans le train ou le bus, vous ne le connaissez pas, et pourtant, au bout d’un petit moment, vous savez tout de lui...
              - les portables qui sonnent au cinéma, pendant un enterrement, au concert, au théâtre.
              - le gros délire sécuritaire : « je me sens rassuré en donnant un portable à mon fils (ma fille) »
              - la ringardisation, la moquerie panurgique du troupeau des gros cons qui se moquent de moi parce que JE N’AI PAS DE TELEPHONE PORTABLE.

              Quand l’essence coûtera 10 € le litre, qu’il n’y aura plus que des OGM à bouffer, ou plus rien du tout, sera vachement utile le téléphone portable...

              Si le téléphone portable donne le cancer ça servira au moins à aider la nature à faire sa sélection.


              • Yasunari (---.---.129.150) 27 mars 2006 11:51

                Plus de portable ????? Le rêve !!!!! Sans la pression (insupportable....) de ma femme et de mes trois enfants, il y a longtemps que je me serais débarassé du portable ET de la voiture ET de la TV... Ce qui est domage (j’en reviens aux moutons de Panurge), c’est qu’à l’époque de Rabelais, il était possible de pousser un village ou deux à un comportement suicidaire (à condition d’avoir de la voix). Avec la TV, on peut imposer un comportement socialement et écologiquement suicidaire à tout un pays, voir toute une planète....

                Qui a dit « La pub est un fascisme soft » ?


              • gege061 (---.---.160.184) 22 mars 2006 20:52

                Bonsoir, je ne peux vous proposer d’études scientifiques sérieuses Lorsque plus jeune j’étais affecté dans la Marine Nationale celle ci demandait aux marins de ne pas passer devant les antennes radars, lors des emissions, sous peine de stérilité. Bien évidemment la puissance délivrée par un émetteur radar est plus importante mais que sait-on des effets de l’augmentation de la « radio-electricité ou du rayonnement electro-magnetique » depuis le début de l’ère industrielle.


                • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 22 mars 2006 21:05

                  Alors citons Dutronc : « on nous cache tout, on nous dit rien ! »


                • ACN (---.---.104.141) 22 mars 2006 22:27

                  Merci pour cet article très intéressant. Vu les enjeux, les opérateurs sont apparemment prêts à tous les coups.

                  Depuis plus de 18 mois, nous nous battons contre un projet d’installation d’antennes-relais au coeur d’un groupe scolaire à Nogent sur Marne (Val de Marne).

                  Or à Nogent sur Marne, il y a une charte de bonne conduite, signée par les 3 opérateurs.

                  Ca fait donc 18 mois qu’on se bat pour faire respecter une charte de bonne conduite par ceux qui l’ont signée. Et c’est TRES TRES difficile.

                  On en a vu de toutes les couleurs.

                  On a même découvert 10 antennes, déjà installées, près de deux autres écoles et qui n’avaient jamais fait l’objet de la moindre concertation. Malgré la charte.

                  Venez découvrir nos péripéties sur : http://coteaudenogent.fr


                  • denis21 (---.---.183.154) 27 avril 2006 22:10

                    il est vrai que nogent sur marne est une très jolie ville à la limite d’une métropole. Il est vrai que pour vivre bien il faut savoir conserver son patrimoine ds tous les sens et stopper tous les investissements débordant. On ne peut pas dire tjs non à l’évolution mais on peut la controler et la gérer. Sur le point de la nuissance, appare visuelle, sur le plan de la santé rien n’est vraiment défini à ce jour. Mais il faut garder des réserves. Alors bon courage à vous ! denis un ancien de nogent vivant sur dijon


                  • Christopje (---.---.8.175) 22 mars 2006 23:42

                    Vous vous rappelez l’entente illégale des opérateurs (sur le coût des SMS) ? Oranges, Bouygues et SFR ont été condamnés par la justice à 534 millions d’euros d’amendes...

                    Ne me dites plus : les antennes relais et les téléphones portables sont sans danger pour la santé.


                    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 23 mars 2006 09:10

                      Vous l’avais-je dit ? smiley


                    • fabrice duplaquet (---.---.89.30) 23 mars 2006 09:46

                      Non, je ne crois pas que l’on nous cache la vérité car les conséquences seraient cataclysmiques MAIS je suis sur que l’on ne sait pas ce que l’on fait car les études ne sont pas menées scientifiquement sur une assez grande échelle et surtout sur une période assez longue car les effets seront connus mais dans 15 ou 20 ans pas maintenant.

                      Là est toute la difficulté de la médecine environnementale : la recherche de la preuve.

                      Bien à vous


                      • pluloin lanten (---.---.249.3) 23 mars 2006 10:26

                        non, les conséquences ne seraient pas cataclysmique, seule au maximum 10 a 15% des antennes relais posent problème en matière d’exposition en dépassant 0,6V/m qui est le seuil acceptable pour beaucoup d’organisations.

                        Le problème est que les instances chargées de l’évaluation des risques sont terrorisées a l’idée de mettre la moindre contrainte aux opérateurs et se comportent comme le comité permanent amiante ou comme le SCPRI de sinistre mémoire avec le nuage de tchernobyl.

                        Respecter le seuil de 0,6V/m n’induira qu’un léger surcout ce qui est conforme au principe de proportionalité entre le risque et les moyens de le prévenir prévu dans la constitution.

                        L’afsset principal responsable de cette situation organise systématiquement la désinformation en cachant le risque lié a la compatibilité electromagnétique en violation de l’article l32 12° du code des postes et communications electronique, des lois sur la CEM et de la constitution.

                        Ce risque etant inscrit dans la loi et les reglements pour le prevenir existent, le délit de mise en danger de manière délibérée la vie d’autrui semble caractérisée automatiquement.

                        La déontologie et la démarche scientifique ne pesent pas lourd face a la puissance d’un lobby qui n’en demande pas tant.

                        En cas de décès ou de grave atteinte a la santé lié a ce risque, les menteurs qui pretendent que le seul risque est thermique risquent de se voir condamner pour homicide involontaire : jusqu’a 5 ans de cabane.


                        • fabrice duplaquet (---.---.89.30) 23 mars 2006 10:45

                          Quand je dis cataclysmique c’est au niveau image publique. Les médias seraient déchainés dans 15 ans si, comme dans l’histoire du sang contaminé, des élus ou chefs d’entreprises étaient informés du risque. Pourtant je suis assez virulent dans ce domaine que je connais malheureusement trop bien.

                          Dans ce cas, les données scientifiques ne sont pas concluantes.

                          Reste à savoir si le principe de précaution doit être appliqué. Mais je ne crois pas au complot.

                          Bien à vous


                        • pluloin lanten (---.---.249.3) 23 mars 2006 21:43

                          En matiere de compatibilité electromagnétique les études sont plus que concluantes car le risque est inscrit dans des lois et ne pas en tenir compte en fait automatiquement un délit lire la jurisprudence plus haut.


                        • Pluloin Lanten (---.---.249.3) 23 mars 2006 10:47

                          comme vous le savez peut être à la demande des ministres de la santé et de l’environnement, une enquete a été menée par L’IGAS et l’IGE sur les pratiques scientifiques (sic)de l’afsset en matière de téléphonie mobile.

                          Dans quelle poubelle est tombé ce rapport ?

                          On nous prend vraiment pour des anes !


                          • silverdolfin (---.---.86.20) 24 mars 2006 21:37

                            enfin les consciences bougeraient elles ?


                            • Padrig (---.---.32.225) 25 mars 2006 12:35

                              Mais bien sur que c’est dangereux ce rayonnement électromagnétique ! On le sait depuis très longtemps d’ailleurs ! Surtout depuis l’époque où on a commencé réellement à savoir générer des puissances électro magnetiques de puissance élevées à des fréquences élevées (tube magnétron pour radar à partir de 1940 !) ! J’ai exercé des responsabilités dans le domaine des hautes fréquences (radar, émission VHF et UHF ). On nous enseignait dans notre école des règles de sécurité de base que certains oublient aujourd’hui... Il était interdit (et j’interdisais !) par exemple de travailler à moins de 150 mètres d’une antenne en émission (que ce soit en UHF, VHF, HF, S, C, X etc...... En cas d’interventions les émissions étaient systématiquement coupées. Nous avions droit à un contrôle médical annuel obligatoire.... En atelier, les essais d’émetteur radar se faisaient sur charge adaptée, et les fuites hyperfréquences étaient controlées (équipement standard d atelier) ; Les tubes néon pouvant briller dans ce cas sans l’alimentation EDF !... D’ailleurs, il arrivait que les opérateurs soient obligés de porter le ’caleçon en zinc" vêtement qui faisait office de cage de Faraday ! la puissance moyenne de ces émetteurs ne faisait de 200 Wmoy en bande S ou en bande X à tout casser, valeur à rapprocher de la puissance moyenne d’émission d’une seule antenne de toit de réseau cellulaire (20 kW efficaces !!!!) . Dire que ces émetteurs sont inoffensifs, c’est mentir. IL y a risque de brûlures, de maux de t^te, de fatigues bizarres et surtout d’altération de la matière vivante avec maladies bizarres à diagnostic difficile et compliqué sans pronostiquer des effets sur la descendance (mutations génétiques). Les ouvrages les plus anciens qui traitent du sujet, et qui sont dans le domaine public ce sont ceux de la collection « Radar engineering » du MIT ! Et ils datent de 1943 ! Et depuis ils ont évolués par apports successifs . Et il existe pleins d’autres ouvrages , articles de fond dans les revues comme : proceedings of IEEE, Onde électrique, revues médicales... Maintenant, les travaux sur les effets des ondes électro magnétiques sont systématiquement classifiés... Les normes de sécurité de sécurités dans ce domaine existent, elles sont systématiquement rappelées dans les notices techniques des constructeurs, les normes générales peuvent se trouver sur internet (Cherchez PIRE, ou P.I.R.E...) Dans les cours enseignés à mon époque (1970) il y avait une partie Hygiène Sécurité du travail, où ces dangers étaient enseignés. Nos instructeurs ne plaisantaient pas du tout la dessus : Il y en avait un -un pince sans rire- d ailleurs qui nous disait en plaisantant « les radiations électromagnétiques, ça ne se voit pas , donc ce n’est pas dangereux ! » Devant l’auditoire ébahi ! Puis il ajoutait, d’ailleurs quand vous n aurez que des filles, ce sera trop tard, car vous méditerez sur le danger potentiel des ondes électromagnétiques, moi, je n ai que des filles....). D ailleurs le battage qui est fait à l encontre de ceux qui osent lever le tabou sur le sujet n’a pour seul but que d’empêcher que les protestations n arrivent à limiter les installations ce ces « groupes émission-antenne ». Les opérateurs sont très sioux : A la question portant sur l inocuité des émetteur-antennes de toiture, ils dérivent la réponse systématiquement sur le portable lui même, la réponse etant systématiquement hors sujet !!!!


                              • kerkdlac (---.---.185.196) 26 mars 2006 17:10

                                Bel article, oh que oui c’est dangereux, oh que oui on nous ment beaucoup par omission, pour aller encore plus avant avec preuves et argumentations scientifiques un bouquin que j’ai trouvé en 2003, (difficile à trouver maintenant) ’Les armes de l’ombre de MARC FILTERMAN’ editions CARNOT ainsi que son site internet particulièrement bien documenté. http://membres.lycos.fr/filterman/index.htm bon surf


                                • Belsteak (---.---.133.58) 26 mars 2006 18:11

                                  N’oublions pas dans ce débat les antennes de petites envergure mais qui envoient de belles quantités d’ondes. A savoir les wifi. Cette mode actuelle qui consiste à mettre du wifi partout est plus insidieuse que les antennes gsm, car elles ne se voient pas. Pensez aux gens qui habitent dans un immeuble, ils ont parfois chez eux plus de 5 réseaux wifi... Je suis moi même sensible au wifi, je peux vous dire sans appareil si un wifi est branché dans mon rayon et si il est puissant ou pas... Je ne peux plus travailler dans un envirronement baigné d’ondes sans avoir de sérieuses « limitations » migraine, trouble de concentration, diminution d’audition etc etc... Quand je pense aux gens qui font des pétitions pour augmenter la puissace de ces ondes, et des villes prévues entièrement wifi (le wimax), je ne sais pas comment je vivrais dans ces environnements...

                                  Quant à savoir si les opérateurs sont au courant ou pas, en fait je crois simplement que les gens s’en foutent du moment qu’ils amassent l’argent sur leur compte en banque... Que dire des industriels du tabac qui sont au courant depuis longtemps des effets nocifs de leur produits... Je suis persuadés qu’ils savent, enfin qu’ils ne veulent pas savoir. On paye grassement des scientifiques qui sont chargés de montrer que les ondes sont innofensives. Pour se donner bonne conscience, ils ne lisent probablement pas les rapports. Certaines personnes atteintes d’un cancer ne veulent pas savoir qu’elles vont mourir...

                                  Notre société est actuellement basée sur une seule valeur, l’argent. Pour ce nouveau Dieu, on est prêt à sacrifier n’importe qui et n’importe quoi. Et ce dans tous les domaines. Du moment qu’une société annonce qu’elle va s’implanter quelque part et offrir de l’emploi, les pouvoirs publics rampent aux pieds de ces gentils investisseurs, même si dans 5 ans ils partiront, cela fera toujours dans l’argent dans les caisses et le reste on s’en fout.... Il faudra changer quelques mentalités avant de voir ce combat-ci avancer....


                                  • Zenobe (---.---.173.177) 26 mars 2006 20:31

                                    http://www.euroantennesgsm.be.tf/ reprend l’appel dit de Fribourg signé par des dizaines de medecins.

                                    Pour ceux que ca interesse, www.teslabel.be reprend plusieurs articles et témoignages sur l’impact réel de antennes-relais.

                                    L’article le plus intéressant est sans doute « l’irradiation hertzienne » http://www.teslabel.be/lirradia.htm, notamment la section sur les pathologies liées aux micro-ondes,...qui fait froid dans le dos...


                                    • Démosthène (---.---.32.39) 27 mars 2006 08:38

                                      Salut, Ca me semble très bien documenté, cet article sur teslabel.be ! Et en concordance avec d’autres sources comme par exemple :

                                      http://www.ortho.lsuhsc.edu/Faculty/Marino/CV.html Ou on trouve pleins d’infos sur les divers effects biologiques des diverses formes d’électricité, très pointu ! @+


                                    • Antoine (---.---.248.111) 27 mars 2006 23:47

                                      Je pense qu’on nous ment...il n’y a pas de doute pour moi.

                                      L’ether est tellement « chargé » que pertubations électromagnétiques il y a.

                                      gsm, faisceau hertzien, ligne à haute tension, wifi, etc...

                                      = maladie nouvelles


                                      • Eric Jenaer (---.---.168.160) 29 mars 2006 20:44

                                        Les portables de maison dect, wifi, bluetooth, babyphones et autres gadgets sans fil sont utilisés par une grande partie de la population, et notamment par des personnes qui se plaignent des antennes. Or un appareil de mesure sérieux montre 1) que ces appareils émettent non stop, même lorsque les pc sont coupés, même lorsque les portables sont sur leur socle 2) qu’un portable de maison situé à 5 mètres de l’appareil de mesure cause un plus grand champ électrique qu’une antenne située à l’extérieur à 50 mètres de la fenêtre (même en l’absence d’utilisation) et 3)que les micro-ondes qu’ils émettent portent sur plusieurs centaines de mètres, donc pénètrent les habitations des voisins. Si en plus on considère que les fréquences utilisées par ces appareils sont plus hautes, donc plus énergétiques (à puissance égale d’émission évidemment) que celles des antennes, que dans beaucoup de cas il s’agit du même 2,4 ghz que dans un four à micro-ondes, fréquence étudiée pour faire chauffer tout ce qui contient des molécules d’eau, la responsabilité de ces engins est loin d’être négligeable dans les effets de cuisson, maux de tête, nausées, maladies à répétition d’aujourd’hui et les conséquences plus désastreuses de demain sans doute. Les politiques ont le devoir d’interdire enfin ces appareils de plus en plus nombreux qui nuisent et risquent de tuer les voisins !


                                        • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 30 mars 2006 00:02

                                          Brrrrrrrr.... c’est effrayant, ce que vous nous dites là.


                                        • Pluloin Lanten (---.---.125.123) 30 mars 2006 09:01

                                          la pollution electromagnétique totale est la somme de toutes les pollutions.

                                          Effectivement il faut informer de toutes les sources de pollutions et dans pas mal de cas avec le développement du dect et du wifi ceux ci peuvent être prédominant a l’interieur des murs d’un appartement il faut donc informer.

                                          Mais il s’agit d’une pollution choisie si l’on est informé correctement (ce qui n’est pas le cas actuelement)on peut agir sur la pollution. Par exemple il existe semble t il des appareils dect qui coupent toute emmission lorsque le combiné est sur la base.

                                          Dans le cas des antennes relais on ne choisi pas, on ne peut rien faire c’est totalement imposé.

                                          Il faut aussi comparer les differentes sources de pollutions en fonction de la puissance de l’emetteur et du gain de l’antenne afin d’obtenir des niveaux d’exposition en fonction de le distance. Pire est la puissance isotrope rayonnées dans une direction

                                          Antenne relais gain d’antenne 18 db correspont a 63 gain d’antenne 15dB correspond a 44

                                          Appareil emettant dans toutes les directions portable, wifi, dect, gain d’antenne = 0dB soit 1

                                          niveau en volt/m = 5,5 * racine(PIRE)/d

                                          Pire d’une station de Base = 25W*63=2000W dans certain cas Pire d’un portable 1W ou 2W suivant la fréquence Pire d’un appareil wifi = 0,1W Pire d’un appareil dect = 0,25W

                                          Le niveau de pollution d’un appareil sera identique à des distances dans le rapport de la racine des pire.

                                          Pollution d’un appareils Wifi a 1m = pollution d’une station de base GSM a 140m.

                                          Donc les deux contribuent si le wifi et chez vous sinon c’est la station de base qui l’emporte haut la main.

                                          Par contre il va falloir etre tres vigilent avec le Wimax qui lui vous est imposé de l’exterieur.

                                          Concernant la frequences 2,4Ghz a quasiment le même effet qu’ une fréquence de 1,8GHz dedu GSM ou 1,9MHz du dect,le chauffage de l’eau est du a l’effet dielectrique et non a une quelconque fréquence de résonnance, il existe d’ailleurs des systemes de chauffage industriels utilisant la fréquence de 900MHz.


                                        • Gabova (---.---.236.7) 30 mars 2006 09:24

                                          Le WiFi n’est pas forcément choisi par ceux qui n’en sont pas équipés mais dont tous les voisins le sont, comme c’est le cas de bien des citadins. Je pense certes que dans les conditions actuelles ce type d’installation est nocif, cependant il faut en finir avec les idées de complot qui traînent ici et là et essayer d’impulser un travail constructif, puisqu’il apparaît possible de contrecarrer les effets délétères du wifi par exemple. Il faut bien sûr pour cela acculer les opérateurs et marques d’équipement téléphonique à offrir des appareils protecteurs. Pour cela il est évident qu’une médiatisation s’impose. Olivier Bonnet, vous parliez d’AM Casteret et de la mise en lumière du scandale du sang contaminé, il est urgent qu’un tel dossier sorte sur les effets des CEM, et ce dans la presse grand public, mais qui actuellement, dans l’état de déliquescence de la presse papier, voudra risquer de perdre le financement des annonceurs de l’industrie du mobile, seul secteur économique ayant augmenté ses dépenses de communication dans la dernière année...


                                          • Pluloin Lanten (---.---.125.123) 30 mars 2006 10:45

                                            Sur le sujet des risques indirects liés a la compatibilité electromagnétique il y a « un complot ».

                                            Les opérateurs, l’afsset, l’anfr, l’arcep, les experts officiels oublient systèmatiquement de mentionner ce risque, ce ne peut pas être un oubli car il est écrit dans la loi. Il faudrait que tous aient le même trou de mémoire sur le meme sujet et qu’aucun d’eux n’ai jamais lu un article sur le sujet ce qui est totalement impossible.

                                            Ce risque étant traité par la loi il est impossible de l’ecarter avec le baratin habituel « selon les etudes bla bla bla »

                                            Cette attitude ne peut s’expliquer que par la volonté delibérée de cacher un risque qu’ils ne peuvent pas réfuter.

                                            Vu que tous les acteurs impliqués dans la gestion de ce risque ont la même attitude,il semble bien y avoir une action concertée de désinformation.


                                            • (---.---.236.7) 30 mars 2006 13:21

                                              c’est possible, mais plus simplement l’unique référence pour tous est l’ICNIRP, dont l’indépendance vis à vis des opérateurs est à prouver. Il s’agit d’un sujet scientifique complexe, et tout le monde s’en remet aux experts de référence, un responsable environnement d’un des trois opérateurs nationaux m’a soutenu que l’ICNIRP était une émanation de l’OMS. C’est d’une part faux et d’autre part l’OMS n’a jamais preuve d’avant gardisme, n’oublions pas qu’elle considérait l’homosexualité comme un trouble psychiatrique jusqu’en 1977, pas si loin quand même ! et qu’elle a été plutôt faiblarde sur le dossier amiante. Ce que j’entends quand je parle d’absence de complot, c’est en réaction à certains sites qui évoquent pêle mêle tous les arguments tendant à prouver qu’il existe un complot global et dans lesquels on trouve des relents antisémites et anti maçonniques plus que nauséabonds.


                                              • Pluloin Lanten (---.---.0.183) 1er avril 2006 13:42

                                                Sur le lien suivant vous trouverez un document interessant.

                                                http://www.anfr.fr/doc/docenligne/CCE2.pdf

                                                L’anfr se préoccupe au plus haut point de la compatibilité électromagnétique entre émetteurs.

                                                « 7.2 Règles de coexistence entre différents systèmes Afin d’assurer une bonne coexistence entre différents systèmes sur un même site, il est nécessaired’assurer : Un découplage suffisant entre les aériens des différents systèmes. Le respect scrupuleux des normes d’immunité et de rayonnements non désirés. Afin de limiter les problèmes de coexistence sur site aux situations les plus critiques (bandes immédiatement adjacentes, produits d’intermodulation), il est recommandé aux cohabitants derespecter les deux règles suivantes : Les découplages entre les émissions et les réceptions des différents systèmes sur un même site doivent être supérieur à un minimum de 60 dB, et avoir pour objectif d’obtenir plus de 70 dB. Dans certaines configurations, il peut être nécessaire d’exiger 90 dB de découplage, par exemple afin que le niveau de champ fort sur des récepteurs tiers ne dépasse pas -20 dBm ou 10 V/m. Tous les équipements présents sur le site doivent respecter les normes de référence applicables. Concernant l’effet direct des rayonnements sur les équipements (couplage direct sans antenne), la Directive 89/336/CEE relative à la compatibilité électromagnétique dispose à son article 4 que les appareils doivent avoir un niveau adéquat d’immunité intrinsèque contre les perturbations électromagnétiques, leur permettant de fonctionner conformément à leur destination, cettedisposition étant applicable dans un environnement « normal ». Ces exigences de protection sont présumées satisfaites si les appareils sont conformes aux normeseuropéennes harmonisées en la matière. Généralement, et pour les fréquences comprises entre 30 et 1000 MHz, cette valeur est fixée à 3 V/m pour les équipements susceptibles de fonctionner en zone résidentielle et de 10 V/m pour ceux susceptibles de fonctionner en zone industrielle.

                                                Nota1 : les valeur on été modifiée en 2002 pour tenir compte des nouveaux pollueurs la limité des 3V/m est valable de 80MHz a 2,5GHz.

                                                Nota2 : lors des mesures d’immunité des appareils électroniques a usage domestique il n’est pas fait de différence entre une perturbation venant d’une antenne et une perturbation parasite indésirable.

                                                Les habitants utilisant des appareils conformes dont l’immunité est de 3V/m en environnement résidentiel sont ils de la chair à téléphonie mobile ?

                                                Comment se fait il que les règles de la compatibilité électromagnétique entre systèmes de communications soit appliquées de manière scrupuleuse et cachés scrupuleusement par cette agence quand elle compare les mesures aux seuls seuils thermiques pour les habitants ?

                                                Sur cartoradio le GSM a 1800 Mhz est comparé a 60V/m soit 20 fois la limite des 3V/m ce qui est une escroquerie et une mise en danger délibérée de la vie d’autrui, car cette agence connaît parfaitement le risque lié a la violation des règles de la compatibilité électromagnétique vous pouvez le lire plus haut et viole les règlements prévus par la loi pour le prévenir.

                                                Cela prouve que la vie des habitants mise en danger par le biais des dispositif médicaux électroniques compte moins que des perturbation entre appareils de communications pour l’anfr.

                                                On ne nous prendrait pas pour des demeurés ?


                                                • Pluloin Lanten (---.---.0.183) 1er avril 2006 14:04

                                                  comment est mentionné le risque lié aux problème de compatibilité électromagnétique ?

                                                  Bouygues télécom

                                                  http://www.sante.bouyguestelecom.fr/questions.php?rubrique=mobile

                                                  « Les téléphones portables peuvent-ils être utilisés en avion ?

                                                  Les téléphones mobiles doivent impérativement rester éteints en permanence, et pas seulement en veille. Les téléphones mobiles créent autour d’eux un champ électromagnétique qui peut affecter les systèmes électroniques situés à proximité immédiate. A partir d’un niveau de champ de 1 V/m il y a un risque de perturber des équipements électroniques sensibles. Les équipements de bord des avions, en particulier, peuvent être perturbés par les émissions radio parasites, comme celles des lecteurs CD, des ordinateurs, et des téléphones mobiles. Tout refus de se plier à l’obligation d’éteindre son téléphone peut faire l’objet de sanctions. « 

                                                  Ceci est un aveu que les appareils électroniques sensibles peuvent être perturbées avec 1 V/m

                                                  je n’en demande pas tant , 3V/m me suffira !

                                                  http://www.sante.bouyguestelecom.fr/questions.php?rubrique=station

                                                  Une station de base perturbe-t-elle les stimulateurs cardiaques des personnes situées à proximité ?

                                                  Le faible niveau des champs reçus par le public vivant à proximité des relais est trop faible pour perturber les implants cardiaques. Pour les personnes qui travaillent sur les toits et les terrasses (couvreurs, antennistes, ?) il convient cependant d’éviter de se placer trop près des antennes-relais.

                                                  Site de sfr

                                                  http://www.connaitresfr.fr/html/developpement/sante/rubrique.php?wid=1263259981433DB69568FBC

                                                  Sécurité routière/Interférences

                                                  Sécurité routière : une campagne de communication de grande ampleur

                                                  SFR incite fortement ses clients à ne pas téléphoner au volant. Prolongeant l’information diffusée depuis de nombreuses années sur ce thème, une campagne de communication lancée en 2005 dans le cadre de l’Afom rappelle à tous les utilisateurs les règles d’usage du mobile en voiture.

                                                  Les risques d’interférences : respectez la signalisation, éteignez votre téléphone !

                                                  Dans les hôpitaux : l’utilisation des téléphones mobiles est interdite car le téléphone peut interférer avec les équipements électroniques de réanimation (circulaire du 9 octobre 1995 de la Direction des hôpitaux).

                                                  Dans les avions : afin d’éviter les interférences entre les équipements de bord et les téléphones portables, éteignez également votre téléphone.

                                                  Avec un pacemaker : Aucune interférence entre un implant actif (exemple : stimulateur cardiaque) et un téléphone mobile n’a été observée à une distance supérieure à 15 centimètres.

                                                  En janvier 2001, le groupe Zmirou a émis comme recommandation aux personnes portant un pacemaker de conserver un distance de 15 centimètres entre la zone de l’implant et leur mobile et de positionner ce dernier, lors d’un appel, sur l’oreille opposée au côté d’un pacemaker. Aucune précaution particulière n’est à observer dans les zones de vies proches des antennes-relais car comme le précise ce même groupe d’experts : « l’exposition liée aux champs des antennes-relais des stations de base est très nettement inférieure à celle associée aux mobiles eux-mêmes ! » SFR recommande aux porteurs d’implants actifs de prendre contact avec leur médecin ou le fabricant pour voir dans quelle mesure l’appareil est susceptible d’être perturbé par un téléphone mobile, surtout lorsqu’il est ancien.

                                                  Ce qu’ecrit le Dr Zmirou est totalement faux en matière de compatibilité électromagnétique si l’on tient compte de tous les appareils électroniques a usage médical ayant une immunité de 3V/m et que l’on arrete de prendre pour exemples les seuls stimulateurs cardiaques. lire plus bas

                                                  Orange :

                                                  accueil du site

                                                  http://animation.orange.fr/engagement/index.php?xml=/sante/index#

                                                  normes d’exposition :

                                                  Le seul exemple que l’on nous présente est le stimulateur cardiaque pour lequel on préconise une distance de 15 cm.

                                                  http://www.rbitem.com/ArchivedArticles/test_instrumentation/Immunity%20testing%20for%20Active%20Implantable%20Cardiovascular%20Devices.pdf

                                                  Sur ce lien suivant les stimulateurs sont placés dans une solution saline pour simuler le corps humain dans lequel ils sont implantés et l’ensemble est exposé a 200V/m.

                                                  Sécurité des consommateurs

                                                  http://www.securiteconso.org/article315.html

                                                  Durant les tests réalisés pour l’homologation des stimulateurs, l’appareil est soumis à des champs électromagnétiques de 10 kHz à 1 000 MHz allant jusqu’à 20 V/m.

                                                  Dans ce cas l’appareil bénéficie en plus de la protection du fait qu’il est implanté.

                                                  Une constance dans tout cela : il n’y a que deux risques officiellement dans ce domaine les stimulateurs cardiaques et les appareils des avions eventuellement dans les hopitaux et toujours avec les portables, les autres appareils electroniques n’existent pas tout comme les antennes relais. (sic)

                                                  des que l’on parle d’antennes relais , le seul risque devient les limites thermique, le risque qui existait dans les avions avec 1V/m a disparu à domicile avec 60V/m c’est un peu fort de café

                                                  Ceux qui se limitent a ces exemples pour illustrer le compatibilité électromagnétique en général se moquent de nous car Il ne sont en aucun cas représentatif du risque.

                                                  Ou sont les préconisations concernant les appareils testes a 3V/m et les effets des antennes relais ?

                                                  il apparaît clairement qu’un avion qui tombe ça se voit et qu’il y a une enquête très poussée , par contre 150 personnes qui décéderont répartis sur toute le France quand on n’a pas prévenu les médecins cela ne risque pas de se savoir.

                                                  Par quel miracle le portable peut provoquer des interférences et pas les stations de base ?

                                                  Champ électromagnétique rayonné par un portable :

                                                  etude de l’ineris :

                                                  http://www.inrs.fr/INRS-PUB/inrs01.nsf/IntranetObject-accesParReference/ND+2112/$File/nd2112.pdf

                                                  Page 6 vous verrez que le risque CEM 3V/m est limité a 2 m autour de l’antenne environ.

                                                  pour une station de base macro cellulaire,une puissance de 25W est courante les antennes peuvent avoir 18 db de gain ce qui donne une puissance isotrope rayonnée dans le lobe principal de 25*63= 2000W

                                                  le champs électrique varie E= 5,5 *racine (Pire)/ d

                                                  le portable ayant une puissance maxi de 1W a et 2W suivant la fréquences le rapport de puissance étant de 1000 a 2000 les niveaux respectifs equivalents par rapport a la distance seront de racine de 1000 ou racine de 2000 suivant le cas . soit 31 a 44 on va prendre 40.

                                                  donc en gros le champ électrique généré a 100m par une antenne relais est équivalent à celui d’un d’un portable généré a 2,5m.

                                                  Si le site est partagé par 3 opérateurs on a une distance de 40*1,73= 70 fois plus importante le niveau généré par les antennes relais a 140 mètres sera équivalent au portable a 2m

                                                  différences fondamentale entre le portable et l’antenne relais

                                                  lorsque l’on prend l’initiative d’initier une communication et d’émettre a pleine puissance on en fait le choix et on peut appliquer les consignes courantes qui consistent a éloigner le portable des appareils électroniques, d’autre part, le cercle ou l’on peut atteindre 3V/m n’est que de 2m .

                                                  Si on ne veut pas être perturbé par un portable qui ne sert a rien a domicile on a aussi le choix de ne pas en avoir ou l’arrêter.

                                                  La pollution électromagnétique des antennes relais est imposée, on ne sait pas quel est le niveau, on ne peut pas déplacer son appartement pour ce soustraire au risque, de plus la pollution générée est quasi permanente avec toutefois des maximums qui se situent vers 20H qui statistiquement est l’heure ou vous avez le plus de chance d’utiliser un autre appareil a votre domicile car vous y êtes présent

                                                  Vous noterez que les mêmes qui envisagent un risque avec un portable qui n’existe que jusqu’à 2m de manière intermittente, ne voient aucun risque avec le même niveau quasi continu jusqu’ a 140 m de distance des antennes relais.

                                                  Etude faite pour France Télécom en 1995 il y a plus de 10 ans.

                                                  http://www.francetelecom.com/sirius/rd/fr/memento/mento6/m6chap2.pdf

                                                  parmi les auteurs Mr Alain Azoulay

                                                  Lire page 8 le chapitre Protection des équipements contre les émissions radioélectriques

                                                  Lire page 9 Pouvoir perturbateur des équipements électroniques

                                                  toujours page 9 exemple d’un dangereux perturbateurs niveau max 50dbµV = 316µV/m qui effectivement viole les règles CEM qui imposent un niveau maxi de 70µV/m aux appareils.

                                                  Le niveau du dangereux perturbateur est 180 000 fois plus faible que le niveau de 60V/m du décret barbecue que certain prétendent nous imposer en violation de la loi et de la constitution.

                                                  Rapport fait a l’afsset en 2005 et aussitôt enteriné

                                                  http://www.afsse.fr/documents/rapport_telephonie_mobile_2005.pdf

                                                  Parmi les auteurs du rapport on trouve Mr Alain Azoulay.

                                                  Dans ce rapport la seule mention de « compatibilité électromagnétique » est dans son CV

                                                  le seul risque d’interférence signalé et celui des implants page 70 ce qui est grotesque vu leur niveau d’immunité et la protection du corps, ce sont les appareils qui ont le moins de chance d’être perturbés.

                                                  3V/m n’est écrit nulle part dans ce rapport.

                                                  chapitre 9 page 85 réglementation : oubli volontaire de la compatibilité électromagnétique.

                                                  Chapitre 6 effet biologique et sanitaire des stations de base, la compatibilité électromagnétique n’existe pas.

                                                  Il n’y a pas d’éléments nouveau, évidement car le risque est connu depuis plus de 10 ans lire les écrits de Mr Azoulay plus haut.

                                                  Page 100 stations de base : aucun risque : circulez y’a rien a voir.

                                                  Ce rapport est une véritable escroquerie en matière de compatibilité électromagnétique donc pour évaluer la totalité des risques.

                                                  D’une manière générale que ce soit pour l’Afsset ou les opérateurs chaque fois que l’on peut incriminer l’utilisateur du portable le risque est a peu près traité correctement , mais dès qu’il est question de station de base et que la responsabilité revient a l’opérateur le risque est systématiquement passé sous silence il disparaît comme par enchantement.

                                                  En matière d’exposition aux antennes relais on évite au maximum l’utilisation de « V/m » pour caractériser les champs électromagnétique on parle le plus souvent de % de la limite des effets thermiques or cela est une escroquerie pour évaluer un autre risque que thermique et ne peut donc se comprendre que dans le but de désinformer, l’incompétence ne pouvant être retenue.

                                                  Un portable pose un problème en matière compatibilité électromagnétique jusqu’à une distance de 2 mètres lorsque qu’on l’utilise, les antennes relais du fait qu’il y a 3 pollueurs, ce problème existe quasiment en permanence à plus de 100 mètres et jusqu’à plus de 200 mètres si l’on tient comptes des autres sources de pollutions électromagnétique qui se cumulent avec la téléphonie mobile.

                                                  Vous avez dit règles scientifiques ?

                                                  Ce que l’on nous présente en matière de risques et comme étant la vérité vraie n’est qu’un tissus d’aberrations scientifiques, incohérences , contradictions, « oublis » .

                                                  En matière de compatibilité electromagnétique il organise la désinformation sur les risques.

                                                  Ce rapport est tellement grotesque qu’il semble que les conclusions étaient ecrites d’avance, les experts ne pouvant se tromper à ce point.


                                                  • Pluloin Lanten (---.---.0.183) 1er avril 2006 14:30

                                                    vous ne risquez rien avec 2V/m à Paris :

                                                    Les niveaux relevés dans le cadre de la charte de paris sont des niveaux moyens, il est appliqué un coefficient de 0,438 sur les valeurs Maximum

                                                    Les valeur relevées a 1,8GHz son divisées par 1,41 et 1,5 pour celles de l’umts pour tenir compte uniquement des effets thermiques.

                                                    Cette charte trouve acceptable des niveaux de 4,6V/m à 900Mhz et plus de 6V/m a 1800Mhz et pour la 3G.

                                                    De plus l’application des moyennes spatiales entraîne une minoration pouvant aller jusqu’à 1,7.

                                                    Alors que tout le monde connaît la limite de 3V/m qui ne doit pas être dépassée au niveau des habitations sous peine de violer la loi.

                                                    on peut lire sur le site de la ville de Paris : « D’autre part, la Ville a demandé au Conseil Scientifique du Maire de réaliser une synthèse des études et rapports scientifiques existants sur les relations entre téléphonie mobile et santé publique. » Ils feraient bien de lire les textes sur la compatibilité électromagnétique qui relèvent de la loi.

                                                    Encore des experts qui ne savent ni compter jusqu’à 3V/m, ni lire car il ne trouvent rien a redire aux méthodes de camouflage utilisées par la charte.

                                                    Ces experts c’est comme les technocrates on leur donne le sahara ils vous demandent ou trouver du sable.


                                                    • Pluloin Lanten (---.---.0.183) 1er avril 2006 15:28

                                                      sur le site de l’Arcep http://www.art-telecom.fr/ les grand dossiers Mobile et santé :

                                                      « Dans ce contexte, l’Autorité a jugé utile de faire le point sur la réglementation applicable à l’exposition du public aux champs électromagnétiques pour ce qui concerne l’utilisation des équipements radioélectriques entrant dans la constitution des réseaux de télécommunications dont elle a la charge. L’Autorité veille au respect par les opérateurs autorisés des dispositions réglementaires qui leur incombent. Il est important de souligner que, parmi de nombreuses études scientifiques qui ont été réalisées dans le monde, « aucune n’a permis de conclure que l’exposition à des champs de radiofréquences émis par les téléphones portables ou leurs stations de base ait une influence néfaste quelconque sur la santé »(4).  »

                                                      « Par ailleurs, la directive dite R&TTE, qui concerne les équipements hertziens et les terminaux a complété le champ des exigences dites « essentielles », sur les aspects liés à l’exposition des personnes aux champs électromagnétiques »

                                                      Justement dans la directive RTTE et l’article l32 12 ° du code des P et T on peut lire :

                                                      La directive 1999/5/CE dite RTTE comporte dans son article 3 ci dessous transposé dans l’article L32 du code des Postes et Communications électroniques (voir plus bas).

                                                      « Exigences essentielles Les exigences essentielles ci-après sont applicables à tous les appareils :

                                                      a) la protection de la santé et de la sécurité de l’utilisateur et de toute autre personne, y compris les objectifs, en ce qui concerne les exigences de sécurité, figurant dans la directive 73/23/CEE, mais sans seuil inférieur de tension ;

                                                      b) les exigences de protection, en ce qui concerne la compatibilité électromagnétique, figurant dans la directive 89/336/CEE. »

                                                      L’article L32 du code des postes et télécommunications précise : « 12° exigences essentielles On entend par exigences essentielles les exigences nécessaires pour garantir dans l’intérêt général la santé et la sécurité des personnes, la compatibilité électromagnétique entre les équipements et installations de communications électroniques »

                                                      Il est évident, pour qui sait lire, que pour respecter cette loi il faut mettre en oeuvres les textes en vigueur de droit commun concernant la compatibilité électromagnétique, sous peine de violer deux fois cet article de loi.

                                                      Dépasser 3V/m en valeur crête a proximité des habitations sous peine de mettre en danger délibérément la vie d’autrui par les dysfonctionnement des appareils électronique médicaux ne pose pas de probleme a l’arcep.

                                                      Le trou de memoire est contagieux on appreciera les liens vers les sites qui s’appuient l’un sur l’autre et toujours le petit noyau d’expert.

                                                      Visiblement l’arcep ne fait pas respecter les principales exigences qui le fait ?


                                                      • Pluloin lanten (---.---.159.246) 4 avril 2006 23:08

                                                        L’information sur les risques de l’afsset, de l’anfr, de la mairie de Paris et de l’arcep est a rapprocher de l’article plus haut sur la mise en danger délibérée de la vie d’autrui et homicide involontaire.

                                                        On nous aurai menti ? la question ne se pose plus, ceux qui ont menti ne l’ont pas fait a l’insu de leur plein gré.


                                                        • Pluloin Lanten (---.---.236.215) 9 avril 2006 09:14

                                                          http://www.sante-radiofrequences.org/ Un nouvel organisme d’information ou de propagande ?

                                                          Que peut on lire sur ce site ? onglet les radiofréquences et la santé

                                                          « Quelle est la réglementation applicable à la sécurité des radiocommunications ? »

                                                          Les textes et les règles de la compatibilité électromagnétique précisant comment prévenir les dysfonctionnement d’appareils électroniques dont ceux a usage médical sont volontairement cachés au lecteur en violant la loi et la constitution

                                                          Quelle est l’exposition liée à un téléphone mobile ? « Ainsi à 1800 MHz l’absorption de l’énergie est plus superficielle et localisée qu’à 900 Mhz » est ce que c’est meilleur pour la santé ? Exemple des ultra violets arrêtés par la peau il a fallu des milliers d’année pour s’apercevoir du danger.

                                                          « La puissance maximale d’émission d’un téléphone mobile est de 250 mW à 900 MHz et de 125 mW à 1800 Mhz » ce sont des valeur moyennées qui correspondent a des crêtes de 1W et 2W la valeur a été divisée par 8 pour tenir compte de l’émission qui a lieu 1/8 du temps.

                                                          Cette expression de la puissance n’a aucune valeur scientifique en matière de compatibilité électromagnétique par exemple, ou ce sont les valeur crêtes qui comptent, la seule justification possible est que seul le risque thermique existerait.

                                                          « Comment mesure-t-on les champs électromagnétiques ambiants ? »

                                                          Pourquoi n’est ils écrit nulle part que c’est la somme de l’effet des différents pollueurs qui doit être comparée aux seuils de risques ?

                                                          Le décret de 2002 donnes les limites concernant le seul risque thermique et en aucun cas les limites liées a d’autre risques dus aux ondes électromagnétiques il est totalement mensonger d’en déduire qu’il est légal d’appliquer ce niveau aux habitations.

                                                          Les membres cette fondation n’ont même pas relevé qu’à Brest on oublie de faire la somme de toute les contributions ce qui est en contradiction avec toute le règles scientifiques en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques est n’est même pas acceptable pour l’évaluation du risque thermique !

                                                          « Comment la recherche sur la téléphonie mobile et la santé est-elle organisée ? » On se le demande, ces gens la ne sont pas capables de lire les textes en vigueur sur la compatibilité électromagnétique cela promet pour le reste.

                                                          Cet organisme prétend donc que l’on peut appliquer les valeurs de 41 a 61V/m a des habitations cela en violation des règles pour prévenir les risques de dysfonctionnement des appareils électroniques dont ceux a usage médical dont le niveau d’immunité est de 3V/m en environnement résidentiel.

                                                          Lire la jurisprudence sur la mise en danger délibérée de la vie d’autrui.

                                                          J’attends la démonstration ou 41à 61V/m est inférieur a 3V/m crête afin de ne pas violer les règles de la compatibilité électromagnétique et donc la loi.

                                                          conclusions : encore un organisme diffusant des informations mensongères sur les risques en matière de téléphonie mobile, il commence très mal sa carrière car il part du postulat que le seul risque est thermique et il élimine d’entrée tous les autres risques en violation des lois en vigueur.

                                                          je donnerai plus tard la liste des membres du conseil scientifique de cet organisme leurs faits d’arme et connaissances dans ce domaine si le mensonge continue, les a t on trompé a l’insu de leur plein gré ou sont ils actif dans ces manoeuvres de désinformation sur les risques.


                                                          • Gabova (---.---.97.153) 9 avril 2006 15:04

                                                            regardez le reportage de la Télévision Suisse Romande, à l’adresse suivante et faites suivre au plus grand nombre.

                                                            http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=370501&sid=6515103&cKey=1142587481000


                                                            • (---.---.211.122) 10 avril 2006 20:06

                                                              Inoffensif le portable, les antennes relais, le wifi etc... ?

                                                              Jetez donc un oeil sur la video suivante :

                                                              http://www.dailymotion.com/video/15204 ( titre du film :Telephonie mobile :sommes nous tous des cobayes ?)

                                                              Edifiant ! Vous regarderez votre portable différemment après...


                                                              • sanabe (---.---.118.170) 17 avril 2006 01:43

                                                                Je viens de découvrir ce site et ce forum.

                                                                Très instructif !

                                                                Mais tout à coup, mes yeux se portent sur la partie à droite des messages.

                                                                Je lis :

                                                                PUBLICITE Annonces Goooooogle

                                                                et là, « j’allucine » !!

                                                                Toutes les pub portent sur la téléphonie mobile, la Wifi... enfin, tout ce matériel décrié dans les messages que je viens de lire.

                                                                Alors, je voudrais que l’on m’explique, comment peut-on à la fois mettre les gens en garde contre les dangers d’un matériel et le pébliciter par des annonces publicitaires ?


                                                                • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 17 avril 2006 09:41

                                                                  C’est en effet très amusant ! Ce doit être la limite des pub générées aléatoirement en fonction des sujets abordés, de façon automatique. Le robot voit « téléphonie mobile », alors il colle ses pubs là, même si le sujet réel est le danger de ladite téléphonie mobile !


                                                                • pluloin Lanten (---.---.100.241) 17 avril 2006 09:23

                                                                  Pendant que les experts officiels sont incapables de trouver les textes concernant la compatibilité electromagnétique et n’ont aucun scrupule a mentir sur les risques d’autre s’inquietent un peu plus de leur responsabilité.

                                                                  faire une recherche avec les mots : renault compatibilité electromagnétique

                                                                  « Renault inaugure un site dédié aux tests de compatibilité électromagnétique de ses véhicules »

                                                                  Les experts sans foi ni loi ne se posent pas la question pourquoi renault investit pour évaluer un risque qui n’existe pas selon eux puisqu’ils ne l’ont jamais mentionné dans leurs rapports bidons ?

                                                                  Encore une démonstration que les experts officiels prétendant evaluer les risques pour la santé dus a la pollution electromagnétique dont la téléphonie mobile sont des menteurs dont le seul but est de dissimuler un risque.


                                                                  • Pluloin Lanten (---.---.4.101) 18 avril 2006 14:19

                                                                    du nouveau au sujet de la compatibilité électromagnétique.

                                                                    http://www.renault.com/renault_com/fr/images/11379%2011379_CP_CEM_FR_tcm1119-359599.pdf

                                                                    La pollution électromagnétique un réel problème pour la sécurité des systèmes électroniques et pouvant tuer .

                                                                    La multiplication des systèmes électroniques et systèmes de communications par radio implique un nouvel effort des industriel dans la prise en compte des risques de dysfonctionnement d’appareils électroniques. Probablement suite au problèmes avec l’affaire des régulateurs d’allure Renault accélère ses investissement dans l’évaluation des risques liés à la compatibilité électromagnétique et au durcissement de ses produits.

                                                                    Renault va tester ses véhicules jusqu’à un champ électromagnétique de 100V/m pour la bande de fréquence de 100Khz jusqu’à 3Ghz ce qui va beaucoup plus loin que les règles imposées aux industriels pour prévenir le risque.

                                                                    Pendant ce temps les organismes en charge de la téléphonie mobile afsset, arcep, anfr, fondation santé radiofréquences, n’ont pas de problème de déontologie et continuent de dissimuler ce risque en utilisant la méthode coué quand ils évoquent le seul risque thermique se citant les uns les autres et utilisant les mêmes experts défaillants.

                                                                    Ces organismes prétendent en toute impunité, en violation des règles applicables qu’il est normal et sans risque d’appliquer les niveaux de 41V/m a 61V/m a des habitations ou sont utilisés des appareils électroniques a usage médical dont l’immunité est de 3V/m.

                                                                    Quelle honte pour nos super experts en évaluation des risques d’être démentis par la pratique d’un industriel qui va aller beaucoup plus loin que les règles en vigueur dans ce domaine alors que ceux ci ne font qu’inciter a les violer dans leurs rapports et écrits.

                                                                    Oseront ils continuer dans la voie du mensonge et du ridicule ? vont ils être sanctionnés après une gifle pareille ?


                                                                    • Pluloin Lanten (---.---.26.36) 30 avril 2006 20:45

                                                                      Un reportage éclairant sur l’information en matière d’antennes relais. Forum de next up forum actualité : « Reportage FR 3 Enquête Ouest : antennes relais et portables »


                                                                      • nathaliewaller (---.---.232.37) 4 mai 2006 09:55

                                                                        bonjour voilà nous sommes solicité(dans ma maisons ) par sfr pour installer sur le toit une antenne .. ; qui n’en n’est pas une ,en fait si j’ai bien compris ce serait une sorte de récépteur qui aurait un vis à vis et qui s’enverrait un reyon d’ondes .Je vis sous ce toît , ??nous avons déjas sous la maison une antenne ou je ne sais comment nommer cet engin qui fait du bruit . pouvez vous s’il vous plait me conseiller ,nous ne sommes pa enchantés ,mais souhaiterions avoire des arguments merci


                                                                        • Pluloin Lanten (---.---.120.94) 5 mai 2006 10:58

                                                                          La qualité et le niveau technique des informations en France frise l’indécence, on considère que les citoyens sont des anes et que toutes les informations doivent être traités par le experts officiels qui traduise cela « y a pas de risque » ou « circulez les benêts, y a rien a voir » pour avoir des informations facilement accessibles il faut les chercher en belgique.

                                                                          Ce doit être ce genre de faisceaux de que l’on veut mettre sur votre toit, a priori les niveaux sont beaucoup plus faibles et le faisceau est beaucoup plus directif que celui des antennes relais GSM.

                                                                          Exigez les caracteristiques de l’installation : fréquence, puissance isotrope rayonnée et diagramme de rayonnement de l’antenne.

                                                                          lire le dossier sur le lien suivant.


                                                                        • Pluloin Lanten (---.---.120.94) 5 mai 2006 11:26

                                                                          Concernant l’exposition aux ondes en France officiellement les antennes ne rayonnent pas hors du lobe principal en belgique oui, en France les murs stoppent les ondes en belgique ils les attenuent et il y a plusieurs sortes de murs. C’est pas pour rien que la France est le pays du nucléaire.

                                                                          l’exposition aux ondes : Des principes simples exposés clairements sur ce lien :


                                                                          • Zenobe (---.---.209.247) 11 mai 2006 18:45

                                                                            Suite à un nouveau boulot, nous avons démenagé en 2001 dans un appartement dans la région de Lausanne. Après quelques mois, j’étais anormalement fatigué, et j’avais vraiment des problèmes de concentration au boulot.

                                                                            Un jour je me suis rendu compte que je ressentais une sorte de surpression dans la tête lorsque j’approchais (à 60m) de notre logement.

                                                                            Quelques temps plus tard, je me suis aperçu que j’avais, une fois rentré, des picotements, un peu dans le style de ceux que l’on ressent lorsqu’on a « un pied qui dort », mais disséminés sur tout le corps et plus aigus. A partir de ce moment, c’est devenu insupportable : en temps ordinaire, il y avait moyen de ne pas remarquer ces picotements ; lorsqu’il fallait s’endormir, c’était impossible de les ignorer (imaginer une goutte d’eau qui fait ’plic’ toutes les 30 secondes dans votre chambre à coucher et vous aurez une idée).

                                                                            Les jours ont passé. J’ai commencé à suspecter les antennes-relais qui se trouvaient sur le toit d’un immeuble voisin, à quelques 50 mètres. Puis effectivement, j’ai remarqué que je sentais cette surpression dans la tête et ces picotements sur le corps dès que j’approchais à moins de 50-70m d’une antenne-relais. J’ai été ensuite très rapidement capable de détecter les antennes-relais sur tout trajet en autoroute, rien que par les variations de pression dans ma tête et dans mes yeux. Le plus souvent, je ressentais les antennes bien avant de les repérer.

                                                                            En Suisse le site de l’Office Federal des Communications (OfCom) recense toutes les antennes. (http://www.bakom.ch/themen/frequenzen/00652/00699/index.html?lang=fr) En consultant leurs cartes je me suis rendu compte que notre logement se trouvait « sous le feu » de deux antennes-relais (celle que j’avais repérée et une autre derrière un autre batiment, pratiquement à notre hauteur)

                                                                            Après avoir lu les effets sur la santé sur www.teslabel.be, nous avons pris la seule décision qui s’imposait : déménager et trouver un logement à plus de 300m d’une antenne.....

                                                                            Soyez prudents avec votre santé.


                                                                            • Ranjo (---.---.129.189) 3 juin 2006 21:17

                                                                              Le Scandale suivant pourrait bien être la téléphonie mobile ou les organismes officiels indécrotables appliquent les memes methodes lire sur le lien Parmis les nominés les dirigeants de l’afsset tiennent la corde suivis a une longueur du conseil scientifique de la fondation santé et radiofréquence.


                                                                              • Pluloin Lanten (---.---.234.142) 8 juin 2006 08:03

                                                                                le 16 mai 2006 après avoir lu des forums l’ANFR a « informe » sur la compatibilité électomagnétique et a rajouté du texte a ses faq : http://www.anfr.fr/index.php?cat=sante&page=faq

                                                                                "J’ai lu dans un forum que les valeurs limites de champ électromagnétique étaient de 3 V/m et qu’elles avaient été fixées par une directive européenne. Or je vois que vous mentionnez des valeurs de champs électromagnétiques bien plus importantes (28 V/m, 41 V/m...) en vous référant également à un texte européen. N’est-ce pas contradictoire ? Ce sont là deux textes qui n’ont absolument pas le même objet. Dans le premier cas, il est fait allusion à la directive 89/336/CEE (remplacée par la directive 2004/108/CE) ; dans le second, la référence est la recommandation 1999/519/CE.

                                                                                La directive pose deux principes de compatibilité électromagnétique :

                                                                                Un équipement radioélectrique ne doit pas produire des perturbations à un niveau tel que cela empêcherait le fonctionnement normal des équipements, en particulier radios, autour de lui.

                                                                                Réciproquement, un appareil doit pouvoir fonctionner normalement en présence du niveau de champ électromagnétique qu’il peut rencontrer dans son environnement.

                                                                                Ainsi les normes de CEM applicables aux appareils standards (CEI-6100-4-3) fixent 3 V/m comme le niveau minimal de champ électromagnétique que doit pouvoir supporter un équipement sans que son fonctionnement ne soit perturbé.

                                                                                Pour d’autres appareils assurant des fonctions de sécurité ou susceptibles de fonctionner dans d’autres environnements, ce niveau peut être notablement plus élevé. Il n’a jamais été dans l’intention des pouvoirs publics de garantir que ce niveau de 3 V/m ne serait jamais dépassé dans l’environnement.

                                                                                Dans l’esprit de la directive, les équipements doivent être adaptés à leur environnement et non l’inverse."

                                                                                Que veut dire ce texte ???? comment peut on écrire des absconneries pareilles ?

                                                                                Si selon l’anfr, appliquer 61V/m ne pose pas de problème en matière de compatibilité électromagnétique avec les appareils d’immunité 3V/m, il faut l’écrire clairement et nous expliquer comment appliquer 20 fois le niveau soit 400 fois la puissance auxquels les appareils on été testé respecte les règles pour prévenir le risque de dysfonctionnement et non essayer de noyer le poisson avec des explications abracadabrantesques !

                                                                                Nous sommes bien d’accord il s’agit de deux directives différentes instituant des réglementations pour prévenir des risques de natures différentes liés a l’exposition aux ondes électromagnétiques. Le directive 1999/519/CE fixe des limites a ne pas dépasser pour prévenir le risque thermique.

                                                                                Les directives 89/336/CEE (remplacée par la directive 2004/108/CE) antérieures à la précédente ont pour but de prévenir le risque de dysfonctionnement des appareils électroniques et/ou de perturbation des systèmes de communications.

                                                                                La directive sur les limites thermique n’a jamais abrogé celles sur la compatibilité électromagnétique, les deux doivent êtres prise en compte pour respecter les lois.

                                                                                La matérialisation du risque peut dans les deux cas entraîner des conséquences pour la santé dans un cas de manière directe dans l’autre de façon indirecte par les dysfonctionnement des appareils a usage médical utilisés a domicile.

                                                                                Pour ce qui est de la compatibilité électromagnétique, on a défini des environnements pour lesquels on a fixé un niveau maximal de rayonnement et un niveau d’immunité des appareils. Le niveau global de pollution du milieu devant se situer entre les deux s’il y a des sources de pollution.

                                                                                Ce qu’oublie de mentionner l’anfr c’est que pour qu’il y ait compatibilité électromagnétique et ne pas violer les règles pour prévenir le risque de dysfonctionnement il est impératif que le niveau des perturbations du milieux soit inférieur au niveau d’immunité. Prétendre autre chose est une violation caractérisée des règles applicables.

                                                                                Je mets au défi quiconque et en particulier l’anfr

                                                                                1°) de trouver un cours ou un texte sur la compatibilité électromagnétique qui prétend que le niveau de perturbation peut être supérieur au niveau d’immunité sans en violer les règles. Dans tous les graphiques que vous trouverez le niveau d’immunité est supérieur au niveau des perturbations du milieu.

                                                                                Exemple lisible par tous page 6 de ce document

                                                                                http://ressources-tice.iut-nantes.univ-nantes.fr/geii/DL-001044-04-32.01.00.pdf

                                                                                il y a d’autres cours disponible sur internet, aucun n’accrédite la thèse fantaisiste qui voudrait que les perturbations puissent dépasser le niveau d’immunité des appareils sans les exposer a un risque de dysfonctionnement inacceptable.

                                                                                2°) de trouver un appareil destiné a être utilisé a domicile ayant une immunité de 61V/m cela n’existe pas !!!! même les appareils les plus critiques destinés a un usage a domicile n’ont pas ce niveau d’immunité !!!!

                                                                                3°) de trouver en environnement normal utilisé en compatibilité électromagnétique dont le niveau d’immunité est supérieur a 60V/m et ou des êtres humain sont censés vivre ! Le pire connu est de 10V/m pour l’environnement industriel.

                                                                                L’environnement qui nous intéresse est l’environnement résidentiel (immunité de la plupart des appareils 3V/m)

                                                                                exemples d’appareils a usage médical utilisés a domicile :

                                                                                thermomètre électronique, lecteur de taux de glycemie : immunité 3V/m. Pompe a insuline et appareils implantes immunité 10V/m Stimulateur cardiaque immunité 20V/m Suivant la criticité des dysfonctionnements, les appareils ont des nivaux d’immunité différents mais les dysfonctionnement des appareils ayant une immunité de 3V/m qui sont l’écrasante majorité peuvent aussi avoir de graves conséquence pour la santé .

                                                                                Des automatismes de toute sorte peuvent aussi être utilisés a domicile dont les dysfonctionnements peuvent avoir de graves conséquences en dehors de la santé. Exemple : arrosage automatique.

                                                                                Dans le texte ci dessus on peut lire : « Dans l’esprit de la directive, les équipements doivent être adaptés à leur environnement et non l’inverse. »

                                                                                c’est bien de cela qu’il s’agit, encore faut il préciser quel est l’ environnement normal auquel ils sont adaptés, du fait que les appareils ont été qualifiés pour être utilisé a domicile en fixant une immunité de 3V/m, l’application des règles de la compatibilité électromagnétique conduit à ce que le niveau de pollution de cet environnement soit obligatoirement inférieur à 3V/m afin de conserver une marge d’immunité.

                                                                                L’anfr suggère-t-elle que les appareils existant vont s’autoadapter à un environnement qui a été détruit en se modifiants eux mêmes avec leurs petites mains ?

                                                                                En limitant le niveau de pollution on ne demande pas d’adapter l’environnement mais que certains cessent détruire au delà des valeurs qui le caractérisent comme étant normal.

                                                                                En polluant au delà des limites d’immunité on modifie l’environnement et on passe d’un environnement résidentiel à un environnement industriel quand le niveau est supérieur à 3V/m et inférieur à 10V/m et à une poubelle électromagnétique quand certains prétendent aller jusqu’à 60V/m.

                                                                                CQFD dépasser le niveau de 3V/m constitue une destruction de l’environnement normal prévu pour l’utilisation de l’appareil et met en danger délibérément la vie d’autrui par le violation des règles chargées de prévenir un risque mentionné par la loi, de plus c’est une violation de l’article 1 de la charte de l’environnement.

                                                                                Lisons ce qu’écrit d’autre dans ce domaine l’anfr :

                                                                                1°)dans le document http://www.anfr.fr/index.php?cat=sante&page=faq il est précisé : « Dans les zones où le public est susceptible de séjourner (appartements par exemple), le niveau reste inférieur à 3 V/m ».

                                                                                Ecrire cela, est une reconnaissance implicite du fait que 3V/m ne doit pas être dépassé, sinon pourquoi mentionner justement cette valeur en précisant qu’elle n’est pas dépassée, aurait elle été prise au hasard ?

                                                                                Cette affirmation de non dépassement de 3V/m est un mensonge démenti formellement par les statistiques publiées par la Ville de Paris. Comme chacun sait les mesures faites à Paris font une pseudo moyenne en multipliant la valeur maximale mesurée avec le protocole de l’anfr par un coeficient de 0,432, les valeurs mesurée supérieures a 2V/m a Paris dépassent 4,62V/m et 6,5V/m pour les fréquences a 1800Mhz.

                                                                                2°) dès qu’il s’agit de perturbation des émetteurs entre eux l’Anfr est beaucoup plus rigoureuse, lire sur le lien suivant :

                                                                                http://www.anfr.fr/doc/docenligne/CCE2.pdf

                                                                                « 7.2 Règles de coexistence entre différents systèmes Afin d’assurer une bonne coexistence entre différents systèmes sur un même site, il est nécessaire d’assurer :  !"Un découplage suffisant entre les aériens des différents systèmes.  !"Le respect scrupuleux des normes d’immunité et de rayonnements non désirés. Afin de limiter les problèmes de coexistence sur site aux situations les plus critiques (bandes immédiatement adjacentes, produits d’intermodulation), il est recommandé aux cohabitants de respecter les deux règles suivantes : Les découplages entre les émissions et les réceptions des différents systèmes sur un même site doivent être supérieur à un minimum de 60 dB, et avoir pour objectif d’obtenir plus de 70 dB. Dans certaines configurations, il peut être nécessaire d’exiger 90 dB de découplage, par exemple afin que le niveau de champ fort sur des récepteurs tiers ne dépasse pas -20 dBm ou 10 V/m. Tous les équipements présents sur le site doivent respecter les normes de référence applicables.

                                                                                Concernant l’effet direct des rayonnements sur les équipements (couplage direct sans antenne), la Directive 89/336/CEE relative à la compatibilité électromagnétique dispose à son article 4 que les appareils doivent avoir un niveau adéquat d’immunité intrinsèque contre les perturbations électromagnétiques, leur permettant de fonctionner conformément à leur destination, cette disposition étant applicable dans un environnement « normal ». Ces exigences de protection sont présumées satisfaites si les appareils sont conformes aux normes européennes harmonisées en la matière. Généralement, et pour les fréquences comprises entre 30 et 1000 MHz, cette valeur est fixée à 3 V/m pour les équipements susceptibles de fonctionner en zone résidentielle et de 10 V/m pour ceux susceptibles de fonctionner en zone industrielle. CCE 3 10 septembre 2001 »

                                                                                vous constaterez que dans ce document l’anfr précise qu’il faut limiter le niveau de pollution à une valeur inférieure au niveau d’immunité de ces appareils afin de respecter scupuleusement la compatibilité electromagnétique !!!!

                                                                                Le respect des règles est un impératif pour les appareils de communications présents sur le site mais doivent être violées sans vergogne pour la appareils utilisés par les habitants, il n’ont qu’a en subir les conséquences et en particulier en matièe de santé, cela est honteux, on nous prend vraiment pour des c... !!!

                                                                                Au niveau de l’anfr les compétences sont là, qui donne les instructions pour diffuser des informations aberrantes et mensongères en direction du public, en contradiction avec les pratiques même de l’anfr, ayant pour but d’organiser la désinformation sur les risques et incitant a mettre en danger la vie d’autrui ?

                                                                                Si en France les autorités sont incapables de lire et comprendre les textes, elles n’ont cas lire les documents du Luxembourg sur le sujet (ce n’est pas un hasard si la limite est de 3V/m est écrite clairement dans ce pays), il semble que les lobby y sont beaucoup moins puissant et les organismes chargés d’organiser la désinformation moins nombreux.


                                                                                • Pluloin Lanten (---.---.236.134) 14 juin 2006 23:17

                                                                                  les informations indispensables que vous ne trouverez jamais sur les sites des organismes officiels se trouvent sur le lien :


                                                                                  • Pluloin Lanten (---.---.251.199) 15 juillet 2006 10:04

                                                                                    Voila les preuves de la dissimulation d’un risque par la Fondation santé et Radiofréquence, un élément de plus pour le jour ou les juges seront chargés des agissements concertés de la bande des quatre organismes officiels dans ce domaine, la dissimulation d’un risque est une pratique banalisée et bien en cour dans notre pays. L’argumentation est parlante:il y a un risque a 3V/m mais abracadabra il indispose un lobby donc il faut le dissimuler et appliquer 61V/m , cliquer sur le lien :


                                                                                    • Pluloin Lanten (---.---.98.200) 24 juillet 2006 08:29

                                                                                      Ce conseil a rendu un avis grotesque sur la baisse du niveau d’exposition le 3 juillet que l’on peut lire sur le site de la ville de Paris.

                                                                                      Il apparait que cet organisme diffuse des informations mensongères sur les risques en contradiction avec la réalité scientifique.

                                                                                      Les membres n’etant pas des ignorants, ce sont donc des menteurs car les niveaux actuels acceptés par la charte de Paris peuvent tuer quoiqu’en dise leur rapport lamentable ne valant rien scientifiquement, que l’on peut démolir avec des connaissance du niveau de 5°des collège (les inégalités).

                                                                                      Les CV ronflants des membres ne présentent aucune garantie sur la qualité de leurs conclusions, ce ne peut être que des circonstances aggravantes le jour ou la justice mettra son nez dans le comportement des experts en matière de téléphonie mobile.

                                                                                      Ces experts dissimulant volontarement un risque , participent a la mise en danger de la vie d’autrui.

                                                                                      Ils doivent démissionner ou êtres virés et présenter leurs excuses à la population, de plus ils discréditent les organismes scientifiques dont ils sont issus par leur comportement honteux.

                                                                                      les preuves détaillées du mensonge se trouvent sur le lien :


                                                                                      • Pluloin Lanten (---.---.121.153) 6 août 2006 22:32

                                                                                        Vous avez lu le detail de tous les mensonges,

                                                                                        Vous savez que les opérateurs de téléphonie mobile et tous les organismes concernés (afsset anfr arcep et fondation santé et radiofréquence) dissimulent le risque en matière de compatibilité electromagnétique de manière concertée et refusent de signaler les moyens de s’en proteger (niveau de pollution inferieur a 3V/m.) Meme lorsqu’ils sont prevenus par courrier la volonté de tromper est avérée.

                                                                                        les affirmations mensongéres des opérateurs et des organismes ci dessus relèvent probablement du délit de tromperie aggravée puisque les risques inhérents à l’utilisation du produit, les contrôles effectués, les modes d’emploi et les précautions à prendre,concernant la compatibilité electromagnétique (niveaux maxi 3V/m en valeur crete) sont dissimulés ce qui constitue une infraction clandestine par nature, il n’y a donc pas de prescription pour ce delit.

                                                                                        Tromperie Article L213-1 code de la consommation

                                                                                        Sera puni d’un emprisonnement de deux ans au plus et d’une amende de 37 500 euros au plus ou de l’une de ces deux peines seulement quiconque, qu’il soit ou non partie au contrat, aura trompé ou tenté de tromper le contractant, par quelque moyen ou procédé que ce soit, même par l’intermédiaire d’un tiers : 1º Soit sur la nature, l’espèce, l’origine, les qualités substantielles, la composition ou la teneur en principes utiles de toutes marchandises ; 2º Soit sur la quantité des choses livrées ou sur leur identité par la livraison d’une marchandise autre que la chose déterminée qui a fait l’objet du contrat ; 3º Soit sur l’aptitude à l’emploi, les risques inhérents à l’utilisation du produit, les contrôles effectués, les modes d’emploi ou les précautions à prendre.

                                                                                        Tromperie Aggravée Article L213-2 du code de la consommation

                                                                                        Les peines prévues à l’article L. 213-1 sont portées au double : 1º Si les délits prévus audit article ont eu pour conséquence de rendre l’utilisation de la marchandise dangereuse pour la santé de l’homme ou de l’animal ; 2º Si le délit ou la tentative de délit prévus à l’article L. 213-1 ont été commis : a) Soit à l’aide de poids, mesures et autres instruments faux ou inexacts ; b) Soit à l’aide de manoeuvres ou procédés tendant à fausser les opérations de l’analyse ou du dosage, du pesage ou du mesurage, ou tendant à modifier frauduleusement la composition, le poids ou le volume des marchandises, même avant ces opérations ; c) Soit enfin à l’aide d’indications frauduleuses tendant à faire croire à une opération antérieure et exacte.

                                                                                        2°) ce délit semble le fait d’une bande organisée

                                                                                        3°) le mensonge de ces organismes prétendant qu’il n’y a pas de risque jusqu’a des niveaux de 61V/m incite au délit de mise en danger délibérée de la vie d’autrui quand le niveau dépasse 3V/m qui est avéré pour environ 2 a 10% des cas ;

                                                                                        4°) un dysfonctionnement provoqué par la compatibilité electromagnétique lorsqu’il y a blessure constitue le délit de blessures involontaires.

                                                                                        5°) un dysfonctionnement provoqué par la compatibilité electromagnétique lorsqu’il y a deces constitue le délit d’homicide involontaire.

                                                                                        Le détail des delits que pourrait retenir un juge envers les divers acteurs se trouve là :


                                                                                        • afsset demasquée (---.---.208.218) 21 août 2006 17:25

                                                                                          la dicreditation definitive de l’afsset par la destruction de tout son argumentaire est la : http://next-up.org/forum/viewtopic.php?t=111


                                                                                          • (---.---.248.189) 4 septembre 2006 23:18

                                                                                            On peut lire sur le ite de l’assemblée nationale lors de la réunion du 14 juin 2006 de l’opecst.

                                                                                            "Demande d’audition publique sur la compatibilité électromagnétique des dispositifs médicaux

                                                                                            l’Office a approuvé la demande présentée par M. Claude Birraux, député, premier vice-président, d’organiser une audition publique sur la compatibilité électromagnétique des dispositifs médicaux, qui permettra d’approfondir la notion de « pollution électromagnétique » et qui s’inscrit dans le prolongement des travaux conduits par MM. Raoul et Lorrain, sénateurs, sur « L’incidence éventuelle de la téléphonie mobile sur la santé »

                                                                                            http://www.assemblee-nationale.fr/12/cr-oecst/05-06/c0506008.asp

                                                                                            Le problème va être enfin etudié par les parlementaires,

                                                                                            l’heure des compte va peut être bientot sonner pour certains.

                                                                                            Car du coté des organismes officiels (Afsset, anfr, fondation santé et radiofréquence, arcep) la dissimulation du risque et des moyen de s’en proteger est systematique malgré les courriers et/ou email qu’ils ont reçu, ce comportement est a rapprocher du délit de tromperie aggravée. http://next-up.org/forum/viewtopic.php?t=103


                                                                                            • pluloin lanten (---.---.110.104) 28 septembre 2006 18:26

                                                                                              que racontent les experts quand il ne font pas un rapport officiel ?

                                                                                              sur la compatibilité electromagnétique et la propagation des ondes en fonction de la fréquences :

                                                                                              Ce qu’en pensent en introduction à leur cours Mr Bolomey et Mr Azoulay respectivement expert des groupe des 2003 et 2005 consultés par l’afsset.

                                                                                              « Le brouillage et les interférences sont une conséquence grave et envahissante de la pollution électromagnétique de l’environnement. Le cours présente les mécanismes de couplage par rayonnement et les solutions permettant de s’en prémunir. Une attention particulière est aussi portée aux moyens modernes dont peut disposer l’ingénieur pour évaluer les risques occasionnés par ces phénomènes et dimensionner les protections requises. »

                                                                                              Ce qu’en pense Michel Terré expert du groupe de 2005 consulté par l’afsset

                                                                                              « Un déploiement important de tous ces systèmes dans les années à venir pourrait donc conduire à une pollution très conséquente du spectre radio-électrique conduisant à une élévation du niveau de bruit ambiant électromagnétique qui pourrait conduire au blocage de plusieurs systèmes. »

                                                                                              ce qu’ecrit le CNFRS dont sont membres plusieurs experts de la fondation santé et radiofréquences :

                                                                                              dans son rapport d’activité 2000 2003

                                                                                              « Nous retiendrons surtout les travaux sur le comportement aléatoire des champs électromagnétiques. En effet, de plus en plus la pollution électromagnétique se manifeste par l’apparition de champs provenant de sources émettant à de courtes longueurs d’ondes, ce qui veut dire que les dimensions des systèmes concernés par ces phénomènes (équipements ou locaux) seront dimensionnées vis à vis de ces ondes. Les conditions sont donc propices à la génération d’ondes stationnaires dont la distribution d’amplitude sera influencée par de très nombreux paramètres physiques. »

                                                                                              dans son rapport d’activité 2003 2006 on peut lire :

                                                                                              page 23 "Fondation Santé et Radiofréquences La Commission K, « électromagnétisme en médecine et en biologie » a été un des moteurs de la création de la Fondation de recherche « Santé et radiofréquences », reconnue d’utilité publique. Le CNFRS à travers cette commission a joué pleinement son rôle d’expertise. Depuis sa création, notre CNF participe d’une manière active à la Fondation Santé et Radiofréquences gràce à son réseau d’experts reconnus. Notamment, on note : Président du Conseil d’Administration : Pierre-Noël Favennec Membres du Conseil Scientifique : Frédérique de Fornel et Joël Hamelin"

                                                                                              page 51:Commission E : Bruits et brouillages électromagnétique

                                                                                              L’environnement électromagnétique est, depuis ces dernières années, en constante évolution. En effet, l’essor des technologies de l’électronique rapide et l’explosion des systèmes de communication sans fil a conduit à l’augmentation des problèmes d’interférences dans les véhicules automobiles, les aéronefs, plus généralement en milieu résidentiel et industriel, dans les hôpitaux, ... Il s’agit, par les recherches relatives à l’identification des sources, à l’étude des phénomènes de couplage et de l’analyse des règles de conception et des moyens de protection, de contrôler l’influence de l’environnement électromagnétique sur les systèmes électroniques.

                                                                                              observation : les 3 membres cités ont oublié de tenir compte des travaux de la commission E ci dessus mais « ils ont pleinement joué leur rôle d’expertise », selon le CNFRS.

                                                                                              concernant la pertinence d’un point de vue biologique des limites thermiques actuelle il y a aussi tromperie !

                                                                                              On peut lire le rapport d’activité du PIOM 2005 de l’équipe de Bernard Veyret qui n’est pas un inconnu de l’afsset. page 35 « L’apparition prévue de nouveaux dispositifs grand public fonctionnant à des fréquences encore supérieures (jusqu’à 6 voire 10 GHz) risque de remettre en cause la dosimétrie telle qu’elle a été envisagée jusqu’à présent, aussi bien d’un point de vue conceptuel (pertinence de la notion de SAR à ces fréquences) que scientifique (validité des fantômes pour rendre compte de l’hétérogénéité des milieux vis à vis de ces longueurs d’ondes). »

                                                                                              page 45

                                                                                              « La peau est le premier organe exposé aux micro-ondes émises par les téléphones mobiles. En effet, tout comme pour le cerveau, un quart des radiofréquences émises par le téléphone est absorbé dans la peau. Cependant, elle n’a, contrairement au cerveau, fait l’objet que de peu d’attention. Or, avec le développement des technologies de communication sans fil, la fréquence porteuse des signaux augmente ; la conséquence en est une absorption de plus en plus grande des radiofréquences au niveau de la peau. »

                                                                                              page 47 :

                                                                                              « D’autre part, les communications sans fil évoluent vers l’utilisation de micro-ondes de fréquence de plus en plus haute (2450 MHz et plus). En termes biologiques, cela signifie que ces micro-ondes seront absorbées majoritairement par la peau et de façon moindre par le cerveau (dans le cas d’un terminal placé contre la tête). Avec ces nouveaux signaux, la peau devient donc la principale cible des radiofréquences. »

                                                                                              La contradiction avec ce que l’on nous raconte est flagrante l’afsset est démentie par les experts officiels !


                                                                                              • Riv de l’Elorn (---.---.104.147) 11 novembre 2006 10:16

                                                                                                Madame, Monsieur bonjour,

                                                                                                Notre association a été créée par un groupe de riverains il y a 4 ans à la suite de l’implantation d’une antenne relais de téléphonie mobile proche de nombreuses habitations. Ses buts sont d’obtenir le déplacement du pylône à plus de 300 mètres de toute habitation et de participer à la création d’une charte locale visant à réglementer l’implantation des antennes relais de téléphonie mobile.

                                                                                                Nous vous proposons de participer à une action nationale visant à sensibiliser l’ensemble de nos députés au « problème des antennes relais ». L’idée de cette action a émergé d’une réunion organisée dans le Finistère et rassemblant plusieurs associations, collectifs locaux et riverains d’antennes. Son but est de demander aux députés de soutenir la proposition de loi suivante que nous connaissons tous bien :

                                                                                                Proposition de loi n°2491 relative à la réduction des risques pour la santé publique des installations et des appareils de téléphonie mobile, enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 13 juillet 2005 et présentée par MM. Jean-Pierre BRARD, Christian DECOCQ, Joël GIRAUD, Pierre GOLDBERG, Mme Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, MM. Maurice LEROY, Nicolas PERRUCHOT et Mme Chantal ROBIN-RODRIGO (députés).

                                                                                                Un travail important a déjà été réalisé par des députés pour proposer cette loi, sur le terrain par des groupes tels que le votre pour soutenir cette proposition de loi.

                                                                                                La particularité de la démarche que nous vous proposons de mettre en oeuvre réside dans sa réalisation ponctuelle au niveau national. (envoi de la lettre au député de sa circonscription par chacun le 16 décembre 2006) Nous espérons ainsi, que son impact sera plus grand.

                                                                                                Même si cette proposition de loi en l’état ne constitue pas le règlement définitif du problème des antennes, il s’agit d’un pas de géant par rapport à ce que nous vivons tous au quotidien.

                                                                                                Même si cette proposition de loi est jugée irrecevable par certains, elle doit attirer l’attention de nos députés qui eux seuls semblent détenir les clés d’une solution durable au problème des antennes.

                                                                                                En d’autres termes, nous vous demandons d’adhérer à cette démarche, même si celle-ci n’est pas parfaite, car elle constitue une occasion unique d’interpeller nos élus sur la nécessité de « prendre à bras le corps » le problème des antennes relais de téléphonie mobile.

                                                                                                Nous comptons donc sur vous pour relayer cette information à tous les niveaux (via votre site,...) , photocopier et distribuer localement les documents ci-joints, informer les médias, pour que cette opération soit un succès.

                                                                                                Très cordialement.

                                                                                                Thérèse CLOAREC, présidente de l’association « Les Riverains de l’Elorn » à LANDERNEAU (29).

                                                                                                LIEN DES DOCUMENTS JOINTS :

                                                                                                http://www.u-blog.net/riverainselorn/img/lettreassociations81106JPEG

                                                                                                http://www.u-blog.net/riverainselorn/img/Lettredepute.jpg

                                                                                                LIEN DE NOTRE BLOG :

                                                                                                http://www.u-blog.net/riverainselorn


                                                                                                • Zénobe (---.---.222.134) 19 janvier 2007 11:10

                                                                                                  le site http://www.001.be.cx/ est une mine d’informations scientifiques et grand public pour vous permettre de vous faire une opinion sur ce problème controversé...


                                                                                                  • Ranjo (---.---.103.44) 5 février 2007 23:01

                                                                                                    dissimulation de risques, tromperie a l’assemblée nationale, tromperie lors de reponses aux député , les détails de l’affaire preuves à l’appui ici :http://next-up.org/forum/viewtopic.php?t=207


                                                                                                    • fierobe (---.---.88.88) 12 février 2007 08:47

                                                                                                      Je travaille dans un établissement public avec une antenne relais sur le toit. Les personnes qui sont proches de l’antenne se plaignent de maux de tête, mais rien n’est fait. De plus, cette antenne est à proximité d’une école primaire, et les enfants sont exposés toute la journée. Je croyais qu’il était interdit de planter une antenne relais à proximité d’une école ? Pouvez-vous me renseigner. Merci


                                                                                                      • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 12 février 2007 10:25

                                                                                                        Prenez contact avec l’association Robin des toits, dont vous trouvez le site Web en lien dans l’article. Ce sont des « lanceurs d’alertes » et des spécialistes.


                                                                                                      • kormo 20 juin 2008 14:48

                                                                                                        Bonjour,

                                                                                                         

                                                                                                        Ce fil est très intéressant cependant, on y parle beaucoup d’antennes d’opérateurs mais QUID EST des antennes de police de type Acropol ou Tetrapol développé par EADS. Ce genre d’installation est confidentielle car "il y va de notre sécurité nationale" et les antennes sont installées sans aucune concertation (discrétion oblige). Je connais le problème car je travaille pour une collectivité locale sur le toit de laquelle (deux antennes sont tout juste au dessus de ma tête à moins de 2,50 m !) la prefecture a installé deux antennes pour le réseau acropol de la police nationale. Et ceci a été fait sans aucune transparence !

                                                                                                         

                                                                                                        Avez vous des billes sur la nocivité de ce type d’antennes ?

                                                                                                         

                                                                                                        Merci…

                                                                                                         

                                                                                                        Kormo


                                                                                                        • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 20 juin 2008 18:32

                                                                                                          Bonne question !


                                                                                                        • Nicolicon 2 décembre 2008 17:54

                                                                                                          Vous dites : « Pour mémoire, les dangers de cette fibre hautement cancérigène étaient connus dès 1906, et elle ne fut pourtant interdite en France qu’en 1997. » Vous avez raison on sait que l’amiante est source de danger depuis le début du siècle. Voir à ce propos le rapport du Sénat : http://www.senat.fr/rap/r05-037-1/r05-037-17.html#toc32

                                                                                                          Or, jusqu’à présent, concernant les antennes relais, aucune étude n’a pu démontrer avec certitudes l’existence d’un danger. La comparaison avec l’amiante ne serait valable que si on avait identifié un danger et un lien de cause à effet entre la présence d’antennes relais et certaines éventuelles maladies.

                                                                                                          Aujourd’hui avec plus de 50 ans de recul sur les ondes hertziennes (TV et radio) tous les rapports officiels (OMS, Ministère de la Santé) concluent à l’absence de danger.


                                                                                                          • xmen-classe4 xmen-classe4 20 septembre 2012 21:41

                                                                                                            le pire c’est que les opérateurs vendent des services qui poses des dérangement a certain.

                                                                                                            le prix des maisons près des antennes relais est plus bas et ce sont les pdg des operateur et l’etat qui touche la moins value, c’est presque du vol.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès