• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > L’absence d’instinct maternel est-il un drame ?
#84 des Tendances

L’absence d’instinct maternel est-il un drame ?

Indissociables ?

Evoquer la maternité aujourd’hui, c’est immanquablement se retrouver confronté à l’idée que celle-ci ne va pas sans instinct. On parle d’ailleurs d’instinct maternel comme on parle d’amour maternel. Les deux termes confluent dans le langage courant, l’un employé à la place de l’autre et vice versa ; la maternité semblant être indissociable de l’amour et de l’instinct. Ainsi, il est rare que l’on entende parler d’amour maternel sans qu’il soit qualifié d’instinctif ou d’inné.

La notion d’innéité opposée à celle d’apprentissage comprend la part de ce qui existe dès la naissance, la part de ce qui est transmis génétiquement et qui s’inscrit dans le patrimoine de l’espèce. L’instinct maternel à proprement parler, devrait donc être compris comme la compétence innée des femmes pour la maternité.

L'absence d'instinct maternel est-il un drame ?

LezAPe - Articles psychologiques sur les comportements de l'enfant

Caractère de la maternité (variabilité VS invariabilité)

Aussi, lorsque l’on parle de maternité, il est nécessaire de s’interroger sur son caractère fluctuant ou fixe. Si l’on admet l’existence d’un instinct maternel, on se place dans la perspective d’une prédestination des femmes pour la fonction maternelle, ce qui assurerait une certaine constance dans leur attitude et leur savoir-faire de génération en génération. Le biologique leur permettrait de façon immuable d'être suffisamment bonnes[2] et compétentes. Les défenseurs de l’instinct maternel ne manqueront pas à cet égard de mettre l’accent sur la profusion hormonale qui a lieu chez la femme enceinte. Ils reconnaîtront l'influence de certaines molécules produites durant la gestation comme déterminantes sur le fonctionnement mental des femmes. La prolactine, dont le taux augmente durant la grossesse pour atteindre un maximum à la naissance de l'enfant, également baptisée hormone du maternage, est mise en avant dans la contribution à l'instauration d'un bon maternage. Et la stimulation des mamelons qui entretient un taux élevé de prolactine, expliquerait en partie le rôle de l'allaitement dans l'expression d'un instinct maternel. Ainsi, l’argument en faveur de la programmation du corps et de l’esprit pour la maternité, trouve là un terrain propice à son expression.

Catherine BERGERET-AMSELEK[3] affirme que : « Notre psychisme se dilate bel et bien, comme notre corps tout entier, pour contenir l’enfant et le laisser sortir. » Si l’esprit n’est pas préprogrammé, il semble aller de soi qu’il acquière une nouvelle capacité du fait de l’état de maternité, qui serait pour la femme une expérience intense de vie. Son travail effectué auprès des mères en difficulté lui a donné la conviction que toute femme a accès à l’instinct maternel. Cette préoccupation ferait partie de l’essence même de la femme qui serait pourvue de la capacité de s'identifier aux besoins de son enfant et à ses désirs. Il s’agirait pour chaque femme en difficulté de retrouver cette capacité enfouie au fond d’elle-même. Cet « instinct » ne serait donc pas présent d’emblée. Elle avance l’idée que les parents grandissent en même temps que les bébés, surmontant les difficultés liées aux transformations radicales et définitives de leur identité. Les rôles changeants, mais aussi les statuts et les pouvoirs, il s’agirait pour les mères de gérer au mieux ce bouleversement, et d’aller chercher cette capacité inscrite en elles que serait l’instinct maternel.

 

Toujours dans la lignée d’une position intermédiaire se voulant malgré tout pro-instinct maternel, nous pouvons citer W. SLUCKINM. HERBERT, et A. SLUCKIN[4], qui affirment que la tendance normale de tout être humain est, comme c’est le cas chez de nombreuses espèces animales, de s’occuper de ses petits. Selon ces auteurs, tout être vivant est constitué d’une part de génétique et d’une part provenant de l’environnement, mais l’être humain se trouvant en haut de l’échelle de l’évolution, il serait moins réceptif à son héritage génétique, l’éducation jouant un rôle prépondérant.

Nous voyons donc que le fait que l’instinct puisse être dominé par le contexte socio-culturel ne semble en rien gêner ces auteurs, qui admettent ainsi que l’on peut par apprentissage aller contre la nature. L’instinct ne serait pas cette force primitive et constante chez tous, mais connaîtrait une certaine variabilité selon les influences du milieu.

Mais qu’est-ce qu’un instinct qui se manifesterait chez certains et pas chez d’autres ? C’est la question que soulève la philosophe Elisabeth BADINTER. En effet, si l’on considère davantage l’aspect pulsionnel, on envisage alors que la poussée puisse varier d’une mère à l’autre. Cette force malléable serait sensible aux considérations d’ordre temporel, social et culturel. En retraçant l’histoire sociologique de la maternité, l’auteure a voulu démontrer l’inconstance de l’amour maternel qui a beaucoup fluctué au cours des derniers siècles. Son étude l’amène à constater que l’amour maternel relève d’un « comportement social variable selon les époques et les mœurs »[5]. Elle nous interroge sur le caractère constant qu’impliquerait l’instinct maternel. L’argument en faveur de l’instinct ne relèverait-il pas plus d’une pression sociale visant à ce que la femme trouve son épanouissement exclusivement dans la maternité ?

Les précieuses du XVIIe siècle avaient renoncé à la maternité faute de pouvoir connaître une réelle égalité avec les hommes ; aujourd’hui certaines femmes souhaitent certes ne plus être obligées d’enfanter pour être reconnues et respectées, mais demandent aussi le partage de toutes les charges du maternage et de l’éducation si elles faisaient le choix d’enfanter.

Chaque époque contient donc son lot de revendications et de comportements adaptés. Elisabeth BADINTER démontre que le comportement maternel des mères a lui aussi su s’adapter à chaque contexte social au grand dam du vieil instinct dont on n’a jamais voulu les déposséder.

Jean-Marie DELASSUS met également l’accent sur le manque d’uniformité de la maternité comme preuve que celle-ci ne relève en rien d’un programme génétique. Il parle d’un « équilibre suffisant  » [6] nécessaire à la mère, équilibre relevant d’une nature psychique et qui viendrait compléter l’équipement biologique.

 

Caractère de la maternité (normalité VS anormalité)

Si l’on admet qu’une mère peut manquer d’instinct, il faut alors aussi admettre qu’elle peut être considérée comme une femme anormale ayant souffert d’un quelconque dysfonctionnement dans son développement psychique, pareillement à une femme dont l’appareil génital du fait d’une anomalie, ne serait pas apte à concevoir un enfant.

Il semblerait qu’il y ait comme un parallèle effectué entre l’appareillage biologique de l’enfantement dont toute femme est systématiquement et normalement pourvue à la naissance, et l’appareillage psychique adéquat, qui permettrait aux mères d’être aptes à élever leur progéniture.

Elisabeth BADINTER rebondit sur la spécificité anatomique de la femme. « c’est la mère qui en a… » explique-t-elle pour expliquer l’indulgence accordée à l’homme, qui logiquement se trouve dans un rapport moins fusionnel avec l’enfant. La mère, qui a été reliée à l’enfant par le cordon ombilical et qui l’a porté en elle, devrait de ce fait le considérer comme une part d’elle-même, dans un rapport instinctuel auquel le père ne pourrait qu’être étranger. Lors de l’allaitement également, on retrouverait cette fusion de l’un dans l’autre. Le père quant à lui, devrait se contenter du contact de l’un avec l’autre.

Cette indifférenciation entre le psychique et le biologique, est probablement à l’origine de cette incompréhension envers celles qui n’auraient pas conservé intact le cordon symbolique, à défaut de pouvoir conserver le lien biologique. Ce cordon symbolique serait un amour systématique et inconditionnel pour sa progéniture, un amour immédiat.

 

L’héritage psychanalytique

Le discours psychanalytique hérité de Sigmund FREUD a eu le mérite de nous faire reconnaître l’importance du psychisme dans le développement humain, mais a aussi eu le démérite de jouer son rôle dans une sorte de normalisation de la maternité pour la femme. Il nous explique comment le désir d’enfant se met en place chez la femme, en se substituant au désir de pénis dans un lien bien plus complexe pour elle que pour l’homme. Un développement normal devra permettre à la fille de connaître une poussée de passivité qui l’aidera à renoncer à posséder le pénis et à changer d’objet d’amour.

La théorie du monisme sexuel phallique de Sigmund FREUD, explique en effet que le garçon comme la fille ignorent l’existence du vagin, et sont tous deux tournés vers le phallus avec la mère pour objet d’amour. La fille connaîtra donc la double difficulté de devoir changer d’objet d’amour (mère VS père) et de devoir changer d’objet de satisfaction (clitoris VS vagin). Cette phase préœdipienne qui est l’attachement à la mère, serait pour la fille une complication supplémentaire mais indispensable. Elle est d’abord une complication dans le sens où une fixation trop forte à la mère clitoridiennement convoitée peut entraver l’évolution féminine, mais elle est aussi nécessaire, voire indispensable, dans le sens où faire l’économie de cet attachement préœdipien serait pour la femme courir le risque d’un manque d’intériorisation qui lui serait fatal lorsqu’il lui faudrait être mère à son tour. Dans le même ordre d’idée, Marie BONAPARTE signale que le manque d’identification à la mère serait pathogène pour la fonction érotique maternelle, et entraînerait une absence d’instinct maternel.

 

La psychanalyse nous explique donc que le processus de la maternité se met en place progressivement et va bien au-delà d’une simple histoire d’hérédité. Elle met l’accent sur l’importance de l’identification à la mère qui se déroule de manière différente selon les contextes et les histoires individuelles. Une identification saine dans un complexe d’Œdipe ordinaire devrait par conséquent permettre aux femmes de bien vivre leur féminité et tout ce qui la caractérise. Du même coup, l’on est bien obligé de déplorer que celles qui n’auront pas de désir d’enfant ou qui manifesteront un quelconque rejet de leur enfant, ne pourront pas, de ce point de vue, être considérées comme normales. Une contrariété aurait entravé le bon déroulement du processus identitaire de ces mères dénaturées. Nous pouvons citer à ce titre Georg GRODDECK qui affirmait que les femmes qui haïssaient leur mère n’avait pas d’enfants.

Le discours psychanalytique freudien va par conséquent dans le sens d’un idéal de la maternité pour la femme, et de ce fait, discrédite quelque peu toutes celles qui dévient de cet idéal.

 

Le défaut de lien ou la mère

indigne !

L’idée d’un amour maternel qui va de soit ne peut que jeter l’anathème sur les mères dans la difficulté et rendre leur souffrance incompréhensible. Jean-Marie DELASSUS[7], dans un chapitre consacré à la difficulté d’être mère, explique bien que la souffrance maternelle est muette parce qu’elle fait honte aux femmes qui l’éprouvent. L’exclusion guette en effet ces femmes considérées comme incapables. L’auteur insiste sur le fait qu’il s’agit d’une souffrance méconnue, engendrant une réelle détresse cause de dépression. Mettre en avant la dépression du post-partum pour expliquer la douleur maternelle est selon lui retourner le problème, et ignorer que la douleur de la mère provient de son sentiment d’indignité face à ce manque d’attachement qu’elle constate chez elle. La douleur serait donc à l’origine de la dépression et non l’inverse. Abriter la souffrance maternelle derrière des termes comme « dépression du post-partum » est, pour cet auteur, une façon de méconnaître cette souffrance.

Dans ce monde où l’identité de la mère est remise en cause, le sens de la souffrance maternelle serait faussé. Selon les cas, les services sociaux auront pour objectif de déposséder la mère de son pouvoir en l’écartant de l’enfant au lieu d’entendre sa souffrance. Jean-Marie DELASSUS parle « d’un bel empressement au niveau du bébé et d’un oubli total de la mère. »[8]

Paul-Claude RACAMIER[9] affirme quant à lui que cette séparation précoce un peu hâtive, ne permet aucunement à la mère de contrôler ses fantasmes, la séparation ne pouvant que la conforter dans l’idée qu’elle est dangereuse pour l’enfant et accentuer sa frayeur. Il préconise l’introduction d’intermédiaires encourageants qui auraient pour objectif de la soutenir et de l’aider à gérer au mieux ses fantasmes, d’où la nécessité de lui fournir, à elle ainsi qu’à l’enfant, un milieu protecteur tel que le milieu hospitalier.

Il semblerait logique en effet que ces mères souffrant d’un défaut de lien soient aidées de manière quasi-systématique à mûrir leur attachement à leur enfant. Or ce n’est pas toujours le cas, et l’on peut s’interroger sur les raisons d’un manque d’assistance de ces femmes dans leur fonction maternelle.

Une première explication logique est de dire que la mise en place de services spécialisés tels que les unités mère-bébé nécessite de nombreux moyens. Le motif économique qui expliquerait le défaut de prise en charge n’est certes pas à négliger, mais l’on peut aussi se demander si ces agissements ne représentent pas une forme déguisée de bannissement de ces mères provenant de l’incompréhension qu’elles suscitent.

Mais sans mettre l’accent sur un ancrage qui serait biologique, il s’impose à nous l’idée que quelque chose de très intense se joue lors de la découverte mutuelle qui s’opère au cours des tous premiers jours. Il s’agit du phénomène d’empreinte validé par la communauté scientifique. De nombreuses expériences ont montré chez l’animal qu’un attachement sélectif de la mère à ses petits se fait au cours des tous premiers jours qui suivent leurs naissances. Konrad LORENZ a pu montrer que les jeunes oies et les jeunes canards ont une aptitude, limitée dans le temps, à suivre tout être ou objet répondant à certaines caractéristiques.

L’apport intéressant de cette découverte est qu’il n’est pas toujours nécessaire qu’il s’agisse d’un parent. L’imprégnation, du fait qu’elle se produit alors que la réaction à l’objet n’est pas encore formée, peut avoir lieu avec différents objets, y compris un être humain. Il nommera empreinte ce phénomène qu’il qualifie d’irréversible et l’étendra à de nombreuses espèces animales. Ce concept d’empreinte s’est ensuite élargi à la psychologie pour désigner un processus d’attachement social qui se déroule de façon rapide, et qui intervient précocement dans le développement de l’individu.

Nous voyons là comment le concept d’attachement se répand au-delà du biologique. Il apparaît comme une nécessité à la survie de l’espèce. Il est donc nécessaire au tout petit de se fixer à un objet quel qu’il soit, la qualité de son attachement ne dépendant pas des liens du sang.

John BOWLBY[10] démontrera également l’importance de l’attachement du petit à l’égard du premier objet de par la valeur essentielle d’assurance que revêt la mère. Cet attachement privilégié est à différencier des autres secondaires que le jeune peut contracter, qui seront toujours moins intenses. Cet auteur considère que la recherche et l’approche de la mère par le bébé sont des comportements qui assurent la protection du bébé vis-à-vis des prédateurs potentiels de l’espèce.

Comment croire alors qu’une femme qui a enfanté puisse être étrangère à tous ces phénomènes jugés naturels ? Une mère qui ne s’attache pas à son enfant n’est-elle pas une bizarrerie au vu de tous ces processus usuels que l’on a remarqués chez les primates ainsi que chez les humains ? Si la mère sans amour choque la morale du commun des mortels, elle ne représente pas moins un défi à la morale des personnels des services sociaux, qui se trouvent constamment confrontés à ce « non-sens » qui les laisse pantois. Il est par conséquent vraiment légitime de se demander si l’obstacle premier à l’accompagnement des mères dans leurs difficultés n’est pas la répulsion qu’elles suscitent, sous-tendue par la forme ressentie comme contre-nature de leur difficulté.

 

D’un extrême à l’autre

Si la mère distante souffre de l’incompréhension de tous et se trouve parfois destituée, la mère envahissante elle, est rarement jugée indigne et bénéficie au contraire fréquemment d’une opinion favorable exempte de toute critique.

Catherine SERRURIER[11] affirme que ces femmes au-dessus de tout soupçon, sont facilement prises comme modèle. Seules les difficultés patentes rencontrées par leur enfant pourront dans la majorité des cas lever le voile sur la nocivité de leurs agissements.

Difficile en effet de voir de prime abord une quelconque nocivité dans l’attitude d’une mère bienveillante qui veille en permanence à combler les manques de son enfant avant qu’ils ne se présentent. N’était-ce pas après tout le modèle vers lequel les Rousseauistes du XVIIIe siècle voulaient voir tendre les mères ?

Aujourd’hui perdure l’idée qu’une mère n’est jamais trop attentionnée pour son enfant, et l’on n’aurait idée de vouloir la soulager de son mal par une prise en charge thérapeutique.

A notre sens, la nuisance d’un amour trop envahissant est sans doute considérée comme moindre parce qu’elle souffre de la comparaison avec la nuisance occasionnée par un défaut d’amour. L’essentiel semble effectivement être que l’amour soit présent quelle que soit la forme qu’il prend. Dans ce genre de comparaison, l’impression demeure que trop vaut mieux que pas assez, et qu’il n’est pas raisonnable de se plaindre du trop par respect pour ceux qui connaissent le manque.

Pourtant, la souffrance de ces enfants, nous sommes tentés de dire, abusés, est bien réelle. Catherine SERRURIER[12] s’épanche sur le sort dramatique de ces petits surprotégés demeurant à jamais tus dans l’ombre de leur mère  : « Cet enfant ne vit pas ! … Il ne fait pas de choix personnels… Il est à jamais empêché. » Elle relate le cas de Georges, un fils de mère « abusive » qu’elle qualifie d’épave.

Nous ne pouvons donc ignorer que dans bien des cas, l’apparence lisse d’une relation harmonieuse entre la mère et l’enfant ne laisse en rien présumer à quel point ce couple fusionnel fonctionne dans la douleur. Si les manifestations souvent bruyantes de la détresse de la mère distante alertent et suscitent l’inquiétude pour le devenir de l’enfant, les signes révélateurs d’un malaise chez la mère envahissante comme chez l’enfant envahi, resteront longtemps indécelables, et n’aboutiront jamais au blâme que connaissent les premières. Pourtant, au regard de l’expérience, nous savons que la « mère sourde » dont parle Michèle BENHAÏM[13] compromet dangereusement l’autonomisation de l’enfant qui ne peut envisager un quelconque affranchissement, l’émancipation devant nécessairement passer par une négociation possible avec une mère qui n’est pas sourde aux désirs de celui-ci.

Catherine SERRURIER décrit également cette mère abusive[14], pleine de bonnes intentions, qui ne ressemble en rien à la marâtre repoussante dont les agissements sont clairement interprétés comme mauvais. Cette mère qui « veut être une bonne mère et qui croit l’être »[15] n’en demeure pas moins étouffante ! Elle est parfaitement nourricière et protectrice comme le voudrait l’attente collective, mais le défaut se trouve bien dans l’excès comme l’exprime l’adjectif « abusive ».

https://www.jeanlucrobert.fr

Auteur de : 

Ma vérité sur l'autisme

LezAPe : La face cachée de la psychologie de l'enfant

L'ENFANT : L'instrument du Conflit Parental


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 13 octobre 13:41

    « Si l’on admet l’existence d’un instinct maternel, on se place dans la perspective d’une prédestination des femmes pour la fonction maternelle, »

    ça doit même être pour ça qu’elles ont des avaires et un utérus

    la question, une fois encore, est seulement de savoir si l’être humain n’est qu’un aniaml, mais on est vité piégé par ce genre de question, parce que d’autres femelles mammifères se désintéressent de leur progéniture.

    au moins, chez les abeilles, la question ne se pose pas, ni chez les mantes religieuses


    • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 13 octobre 13:44

      @Docteur Faustroll

      au fait, j’y pense, pourquoi les femmes ont des seins ? pour nous énerver ou pour qu’on joue avec ?


    • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 13 octobre 15:12

      Que pensez vous finalement @Docteur Faustroll de cette question ?


    • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 13 octobre 15:30

      @Jean-Luc ROBERT

      question d’hormones !


    • @Docteur Faustroll Excellente question. Y a t’il de l’amour dans les hormones ??? smiley)


    • Docteur Faustroll Docteur Faustroll 13 octobre 16:29

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      A propos, vous saviez que la bière contient des hormones féminines mais en moins concentré ?

      La preuve, c’est qu’après 10 bières, les conséquences sont les mêmes :

      • On ne raconte que des conneries,
      • On ne fait que se planter en voiture
      • On a un petit bidon
      • Le comportement devient imprévisible
      • On a facilement la migraine

    • @Docteur Faustroll d’où l’expression : TOMBER amoureux ou TOMBER enceinte...


    • il y a l’instinct de reproduction qui comme son nom l’indique est bien un instinct, une pulsion. Comme la soif ou l’envie de manger. En Belgique le pays où les monstruosités sont quotidiennes, une télé-réalité se propose de faire se rencontrer des couples qui ne se connaissent ni ne s’aiment. Juste pour faire un enfant. OUI, OUI vous avez bien lu, procréer sa. Un coureur automobile de m’avouer un jour qu’avant une course et l’éventualité de mourir il avait un urgent besoin de procréer. Les hôtesses y pourvoient... L’instinct maternel, certains de dire qu’il n’existe pas d’emblée et que le visage d’un poupon est s’y craquant (ses yeux étant à leur grandeur définitive par rapport au visage) qu’il suscite l’envie de le protéger (dans le meilleurs des cas...). C’est souvent le poupon qui fait la mère. Il y a plusieurs type de femme. Celles qui aiment être enceintes (Freud l’a bien dit : enfant=pénis). Celles qui aiment le moment où l’enfant est totalement dépendant. D’autres au contraire préfèrent quand l’enfant échange, parle. Freud : l’amour naît de la haine. A un moment inévitablement la mère peut haïr son enfant. Des poils qui poussent sur le ventre. Le mari qui lorgne vers d’autres femmes, l’impossibilité d’avoir une position sereine pour dormir. Des coups de pieds, souvent des nausées, des maux de dos. Il y a aussi le cas des mères qui nient leur grossesse. des amantes qui préfère leur mari à leur « chiard » comme dirait Brigitte Bardot (compensant avec les animaux). Des mère poules (Démeter) hyper protectrice qui ne supportent pas l’indépendance de leur progéniture. Les psys ont parfaitement décrit la mère : suffisamment bonne, mais pas trop..


      • Corrigé

        il y a l’instinct de reproduction qui comme son nom l’indique est bien un instinct, une pulsion. Comme la soif ou l’envie de manger. En Belgique le pays où les monstruosités sont quotidiennes, une télé-réalité se propose de faire se rencontrer des couples qui ne se connaissent ni ne s’aiment. Juste pour faire un enfant. OUI, OUI vous avez bien lu, procréer sans sentiment. Un coureur automobile de m’avouer un jour qu’avant une course et l’éventualité de mourir il avait un urgent besoin de procréer. Les hôtesses y pourvoient... L’instinct maternel, certains de dire qu’il n’existe pas d’emblée et que le visage d’un poupon est s’y craquant (ses yeux étant à leur grandeur définitive par rapport au visage) qu’il suscite l’envie de le protéger (dans le meilleurs des cas...). C’est souvent le poupon qui fait la mère. Il y a plusieurs types de femmes. Celles qui aiment être enceintes (Freud l’a bien dit : enfant=pénis). Celles qui aiment le moment où l’enfant est totalement dépendant (tendance Dolto). D’autres au contraire préfèrent quand l’enfant échange, parle. Freud : l’amour naît de la haine. A un moment inévitablement la mère peut haïr son enfant. Des poils qui poussent sur le ventre. Le mari qui lorgne vers d’autres femmes, l’impossibilité d’avoir une position sereine pour dormir. Des coups de pieds, souvent des nausées, des maux de dos. Il y a aussi le cas des mères qui nient leur grossesse. des amantes qui préfèrent leur mari à leur « chiard » comme dirait Brigitte Bardot (compensant avec les animaux). Des mère poules (Démeter) hyper protectrice qui ne supportent pas l’indépendance de leur progéniture. Les psys ont parfaitement décrit la mère : suffisamment bonne, mais pas trop. Et surtout, il y a la pression sociale...ou l’envie. C’est quand ma soeur a eu un enfant que j’ai eu la même envie....BOF, BOF... Et puis, et puis : il y a l’enfant de l’AMOUR. Le fruit d’une rencontre..de deux histoires qui se tissent, comme un lien vers le futur...1 plus 1 égale 3


        • SilentArrow 14 octobre 13:37

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          1 plus 1 égale 3


          1, 2, 3

        • ETTORE ETTORE 13 octobre 23:50

          Si cela se trouve, on trouveras peut être une pilule, ou tenez, encore mieux, un waxxin « amour maternel », qu’on pourras acquérir, par une simple injection.

          Vu que le gosse, seras« acheté » via internet, faudra préparer l’humaine, et l’humain, qui iront le réceptionner au point relais, le plus proche, à avoir des émotions autres que celui de l’aphrodisiaque « clic » sur leur smartphone, qui a validé la totalité des critères de choix, lors de la journée promotionnel du « Day Children »

          Puis reste l’angoisse de certains homos, qui non content d’avoir le colis

          « complément familial » livré par Uber-alles, voudront éprouver la palette entière des sentiments de la procréation, jusqu’aux joies de l’accouchement et les sentiments d’animalité, qu’ils n’ont pu imaginer qu’en lisant des parutions spécialisées, et leur assurant par contrat, qu’ ils sont parfaitement en droit, d’envisager un avortement, au cas ou la grossesse extra utérine, génèrerait de l’eczéma atopique virtuel.

          Ah mais, faut pas rigoler avec ces choses là, cela vous gâche une vie de couple , qui a couté bonbon, sur un site de rencontre spécialisé .

          Alors un peu de sérieux, que diable !


          • PascalDemoriane 14 octobre 10:22

            @l’auteur
            Merci pour ce très précieux panorama des approches sur ce thème de l’amour maternel, simplexe primaire de la notion de relation d’où dérivent tous les autres, qui donc est par nature collectif, évolutif, multicausal et multifonctionnel, vous l’avez bien montré.

            En contrepoint (et pas « hors sujet ») :
            Je me suis souvent interrogé sur le mot « pédophilie » pour voir la distance qu’il est convenu d’observer avec cet amour maternel oui, parfois idéalisé et réputé inquestionnable par le « sens commun ». Or certaines mères « étouffantes » semblent pousser leur fétichisme jusqu’à une pédophilie qui confinerait à la pédocriminalité (qui jouent à la poupée avec leur fille par exemple, et pourquoi pas pour en faire des faux garçons). C’est une question, pas une affirmation. Je soupsonne juste que la pédophilie n’est pas qu’un désordre du rapport paternel... Aspect que les divers féminismes répugnent à explorer.
            Ce qui pose le chantier de la relation entre amour maternel et déterminisme (éventuellement dysphorique ou pas) de genre...
            Cher M.Robert, vous avez du pain sur la planche ! et mes encouragements.


            • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 14 octobre 12:36

              @PascalDemoriane, question très pertinente que vous soulevez-là : La pédocrimintalité du côté maternel, qui est plus rare, mais certes existe. Et cela amène aussi la question suivante à une époque on l’on prône un certain lissage des genre :
              Comment expliquer que cetaines pathologies soient quasi-exlusivement l’aganage des hommes ou des femmes ?
              > L’anorexie, ou la scarification, sont par exemple des troubles qui touchent à une écrasante majorité les femmes ;
              > Tandis que l’inceste, la pédophilie, ou la violence conjugale, concernent plus des profils masculins ?


            • Tesseract Tesseract 14 octobre 13:42

              Comment expliquer que certaines pathologies soient quasi-exlusivement l’apanage des hommes ou des femmes ?

              ====

              Tout simplement parce qu’il y a des hommes et des femmes !!

              La psychologie et la physiologie des hommes et des femmes n’est pas la même, normal qu’il y ait des pathologies spécifiques.


              • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 14 octobre 22:47

                @Tesseract, vous l’avez compris, il y avait un peu d’ironie dans ma question puisque je parle d’une tendance très forte en faveur d’un lissage des genres. 


              • SilentArrow 14 octobre 14:04

                @Jean-Luc Robert

                Qu’en était-il de l’amour maternel à une époque où sévissait une mortalité infantile écrasante ? Pour une mère, ne pas se donner trop à son enfant dès la naissance n’aurait-il pas pu constituer une protection contre la souffrance dans l’éventualité de la mort de cet enfant ?

                Qu’en était-il de l’amour maternel à la cour des rois de France pour ces courtisanes qui refilaient leurs bébés à des nourrices ? Même Louis XIV a été placé chez une nourrice !


                • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 14 octobre 22:50

                  @SilentArrow
                  Comme j’essaie de le démontrer dans l’article, on ne peut justement pas parler à mon sens d’instinct maternel chez l’être humain, ni hier, ni aujourd’hui.


                • egos 14 octobre 15:05

                  Alors que, anatomiquement, l’instant paternel est attesté, localisé avec précision.


                  • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 15 octobre 08:38

                    @egos
                    Je ne pense pas que l’instinc ait un rapport avec l’anatomie.


                  • Tesseract Tesseract 15 octobre 14:27

                    On ne peut justement pas parler à mon sens d’instinct maternel chez l’être humain, ni hier, ni aujourd’hui.

                    ======

                    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous.

                    L’être humain a évolué pendant des centaines de milliers d’années avant de devenir un humain moderne.

                    Avant de théoriser un « instinct maternel », les « femelles humaines » ont développé pendant des milliers d’années des stratégies adaptées pour survivre, accoucher et prendre soin de leur descendance. Elles partagent ces comportements avec toutes les femelles mammifères de la terre.

                    Y a t-il instinct chez les humains ? Très certainement, la culture est un vernis récent dans cette histoire, la base organique reste cependant déterminante, même si elle est niée.


                    • alinea alinea 15 octobre 14:42

                      @Tesseract
                      Je suis d’accord avec vous et j’en témoigne : je suis une femme qui a vécu l’instinct maternel. Après que l’espèce déraille et décade, c’est probable... mais je ne suis pas la seule dans mon cas !
                      Certes les PMA addict ou GPA consommateurs, eux, sont-ils encore humains ?


                    • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 15 octobre 23:15

                      @Tesseract
                      Il y a des auteurs qui pensent comme vous comme je le précise dans l’article. Je dirais que Madame Cro magnon avait certainement un instinct maternel. Les femmes d’aujourd’hui clairement pas. Ou en effet, comme vous dites, la culture (l’éducation) aurait pu le réduire comme peau de chagrin. Mais la question qui me vient est la suivante : Peut-on par définition aller contre un instinct, le faire disparaître ? Peut-être que oui smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité