• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > L’industrie hospitalière en France ou le prix de la vie

L’industrie hospitalière en France ou le prix de la vie

La récente prise de conscience collective de l'importance des métiers qui consistent en la capacité à sauver des vies ou à prendre soin d'autrui sera-t-elle enfin reconnue ? Pourra-t-elle émerger dans le discours, l'action politique et l'espace public qui semblent ignorer le souci de l'autre inhérent à une éthique du « care », du prendre soin ?

JPEG

Il semblerait que nos soignants depuis un certain temps refusent ce modèle libéral poussé à l’extrême dans lequel l'activité hospitalière est contrainte de rentabiliser les CHU en accélérant les flux de la chaine de soins en développant à grande échelle le mode ambulatoire. Il semblerait que nos soignants refusent les calculs sur le « prix d'une vie » en comparaison de l’espérance de vie supplémentaire apportée, le recouvrement de la santé n'étant en aucune façon un produit fini. Il apparaît déplacé, voire incongru de vouloir calquer le monde hospitalier sur le monde industriel.

Le plan gouvernemental « Ségur de la Santé »

Il est regrettable que cette opération lancée par le Ministre Olivier Veran au cours de l'été 2020 n'ait pas connu le choc d'attractivité espéré malgré quelques revalorisation salariales.

Le ministère de la Santé n'a manifestement pas pris en compte la magistrale critique de l'injonction visant à transformer l’hôpital public historiquement en charge de patients à réparer, en hôpital de flux, la vitesse et la rentabilité étant désormais mises au service de la chaine de soins. A ce propos, il convient de lire le court essai du neurochirurgien Stéphane Velut « L’Hôpital, une nouvelle industrie. » Tracts Gallimard, 2020.

Le ministère de la Santé s'en est tenue à la révision des rémunérations sans aborder la crise d'attractivité observée dans de nombreux métiers. Pour exemple en 2020 un infirmier hospitalier gagne 5% de moins que les autres actifs, à comparer aux 14% de plus de la moyenne des pays de l'OCDE. La revalorisation n'a été que de 183 Euros mensuels. On observe aussi quelque 30% de postes vacants de praticiens hospitaliers conduisant à la fermeture de services d'urgence sur l'ensemble du territoire, ceux encore ouverts sont saturés et ne répondent plus à leur mission première, de nombreux blocs opératoires restent fermés.

Les sages-femmes exerçant un métier d'une grande technicité demeurent les invisibles du système de soins, reléguées dans l'inconscient collectif au rôle d'infirmières spécialisées, assistant le gynécologue obstétricien. Les ratios de sages-femmes n'ont pas augmenté depuis l'année 1998 alors qu'elles sont de plus en plus sollicitées pour les urgences hospitalières, et l'accompagnement des naissances.

Dans la cité phocéenne, 3ème CHU de France, la situation de l'HP-HP liée à une succession de plans réalisés en vue de faire des économies devient très préoccupante en termes de postes vacants à pourvoir.

Quelles sont les évolutions souhaitables du paysage hospitalier français ?

Au moment où les dépenses de santé s'accroissent dans tous les pays développés en raison

 du vieillissement de la population ( démographie)

 de la crise sanitaire liée au Covid 19 ( épidémiologie )

 des progrès techniques et des innovations médicales ( IA, imagerie radiologique )

qu'en est-il de la France ?

Depuis la révision de la constitution en 1996, les gouvernements successifs poursuivent une politique de rationnement des soins hospitaliers au travers de lois de financement de la Sécurité Sociale. C'est ainsi que depuis peu, on assiste à un rationnement de l'offre de soins quantifié par la DREES par une augmentation de 1,7% du nombre de places en hospitalisation partielle et de 10,8% en hospitalisation à domicile entre 2019 et 2020 ( Etudes et Résultats, Septembre 2021 ). L'avant-projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2022 prévoit une augmentation de 0,5 millions d'Euros de dépenses relatives aux établissements de santé, soit 0,53 % très éloignée des 3,4% nécessaires à couvrir l'augmentation des charges fixes hospitalières. Nous observons ici que le financement de l’Hôpital Public est décorrélé de la réalité des soins. Avec un budget largement inférieur aux dépenses nécessaires à son fonctionnement, son endettement s'aggrave mécaniquement, ce qui conduit les autorités à diminuer les investissements et à la suppression de personnel et de lits. C'est ainsi que près de 100000 lits ont été fermés entre 1993 et 2018 ( Source DREES )... pour des raisons budgétaires. Très récemment, plusieurs organisations syndicales dont l’Association des médecins urgentistes de France se sont insurgées sur le manque de lits, la fuite des chirurgiens et des anesthésistes au profit du secteur privé après les déprogrammations dues à la crise sanitaire.

Enfin dans son rapport annuel sur la Sécurité Sociale publié le 5 Octobre 2021, la Cour des Comptes nous alerte sur l'accumulation des dettes sociales et prône plus d'efficience dans la dépense, en insistant sur le poids pérenne des mesures décidées au titre du Ségur de la Santé. Où l'on peut observer qu'en France le pouvoir médical est controlé et affaibli par une haute fonction publique dont les seuls objectifs sont de diminuer coute que coute le niveau de l'endettement public par la réduction progressive de la dette sociale, en éludant l'ensemble des professionnels du soin et leurs sujets souffrants.

C'est ainsi que face aux conditions actuelles de travail extrêmement dures et aux conditions salariales indécentes des soignants du secteur public, à la perte d'attractivité de l'hôpital, il convient de remettre en cause notre modèle social du système de santé face à ses carences. Il convient aussi de préserver la pérennité d'un accès aux soins pour tous, tels que définis dans le programme fondateur de la SS en 1944. Après la crise sanitaire le poids politique, institutionnel et financier du ministère de la Santé devrait être renforcé en un ministère régalien, avec pour objectif la création d'une société plus solidaire.

Eliane JACQUOT

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 21 octobre 20:21

    En Suisse...

    Ils iront aussi loin que votre atonie le leur permettra...


    • sirocco sirocco 21 octobre 20:25

      "Après la crise sanitaire le poids politique, institutionnel et financier du ministère de la Santé devrait être renforcé en un ministère régalien, avec pour objectif la création d’une société plus solidaire."

      Parce que vous pensez que le Véreux, qui pourrit la vie des citoyens depuis bientôt 2 ans et leur impose des vaxxinations à répétition extrêmement dangereuses pour que BigPharma puisse se goinfrer, n’a pas assez de pouvoir de nuisance ?


      • Rincevent Rincevent 21 octobre 21:28

        @sirocco

        Je trouve aussi que les ARS, véritables super-préfets de la Santé, ont déjà assez de pouvoirs comme ça. Pouvoirs utilisés surtout pour continuer à fermer des lits dans les hôpitaux publics !

        Sur le fond, c’est vraiment un choix de société et, dans la nôtre, il est plus avantageux de s’occuper du fric que des gens. Tant qu’un employé de banque de base gagnera plus qu’une infirmière et sans se faire ch… avec les horaires en 3X8, les nuits, les week-ends et les fériés travaillés, je crains que la ‘’crise des vocations’’ ne s’améliore pas…


      • chantecler chantecler 22 octobre 07:29

        Les médecins hospitaliers, mais pas que ,participent beaucoup à la gabegie ...

        Faut voir le nombre d’examens complémentaires qu’ils ordonnent , le coût de certains traitements , de certains dispositifs et de certains équipements et examens pour faire de la « bonne médecine » ...

        Et tout dépend d’eux : sans ordonnance adéquate rien ne se fait dans un sens comme dans l’autre .Dans un service ou à l’extérieur .

        M^me pour obtenir un cachet d’aspirine faut passer par eux et s’ils sont ailleurs : chez eux , dans une autre structure , tant pis ... !

        Comme si l’argent consacré à une médecine hautement technologique était inépuisable et comme si la médecine n’était pas au départ essentiellement clinique : interrogation , observation , quelques examens de base (auscultation) et parfois quelques traitements tests ...

        Je pense sincèrement qu’il y a quelque chose qui ne tourne plus rond .

        Le covid nous a appris beaucoup sur les connivences et la cupidité de certains .

        Je ne place pas tous les médecins dans un même panier mais je pense que certains poussent les bouchons un peu trop loin .


        • Aristide Aristide 22 octobre 08:46

          @chantecler

          Les médecins hospitaliers, mais pas que ,participent beaucoup à la gabegie ...

          Faut voir le nombre d’examens complémentaires qu’ils ordonnent , le coût de certains traitements , de certains dispositifs et de certains équipements et examens pour faire de la « bonne médecine » ...

          Vos compétences sont surement supérieures à ces médecins dépensiers, pour savoir face à un patient, ce qu’il faut faire ... !!! 

          Comme si l’argent consacré à une médecine hautement technologique était inépuisable et comme si la médecine n’était pas au départ essentiellement clinique : interrogation , observation , quelques examens de base (auscultation) et parfois quelques traitements tests ...

          Et bien, vous devriez envoyer tous ces médecins incapables en stage dans quelques pays d’Afrique qui disposent au mieux du seul stéthoscope comme outil de la médecine hautement technologique.

          Quand la suffisance rejoint l’ignorance ! 


        • troletbuse troletbuse 22 octobre 09:01

          @Aristide
          Quelle mauvaise foi !
          Chanteclerc a tout a fait raison. Aujourd’hui le toubib a juste le droit de vous faire une lettre pour le cardiologue, le laboratoire,le gastro-enterologue, le dermatologue, etc... Enfin juste alimenter les collègues.
          Grace à la plandémie, il touche la manne de 50 euros par visite, le pied quoi et il vous conseille de vous faire vaxxiner. Ca, c’est pour les labos.
          Quand la sécu sera privatisée, on en reparlera.


        • chantecler chantecler 22 octobre 09:05

          @Aristide
          Merci pour votre commentaire .
          "Quand la suffisance rejoint l’ignorance ! 

          "
          Euh, vous parlez de vous là ?
          Cela dit votre proposition d’envoyer les médecins en Afrique n’est pas totalement stupide , d’autant qu’il y a d’excellents médecins en Afrique .
          Le souci c’est la quantité de misère et le manque de moyens : parfois les médicaments de base ....
          Mais votre suggestion pourrait être intéressante : rouvrir des dispensaires dans notre pays gagné par les déserts médicaux .
          Car on ne trouve plus de médecins généralistes , référents ...
          Et nombre d’arrivants sont refoulés des cabinets restants , car il y a saturation .
          Avouez que ça ne manque pas de piquants : ici une médecine de pointe très coûteuse et souvent pas satisfaisante , là le vide : plus possible d’avoir la moindre consultation .
          Et je ne parle pas des spécialités où parfois il faut prendre un rendez vous quatre mois à l’avance ...
          Reconnaissez que s’il s’agit de votre vue qui baisse, ce qui pourrait se corriger par un simple changement de lunettes après passage et consultation chez l’ophtalmo , c’est un peu bête .


        • Aristide Aristide 22 octobre 09:20

          @chantecler

          Ma proposition n’avait que pour objectif de montrer la bêtise de votre remarque sur « la médecine hautement technologique ». 

          Un minimum d’honnêteté voudrait que vous assumiez vos propos sur les médecins incapables de soigner sans avoir accès à une médecine hautement technologiques. Insultant et idiot !!! Et le troletbus en démonstration de sa crasse ignorance et malveillance.

          Allons, notre système de santé est faillible qui peut en douter, la médecine de proximité, les généralistes, les dispensaires, ... est surement à améliorer, les urgences aussi, la répartition des centres de soins, l’amélioration des processus de prise en charge, le suivi de malades, la rémunération des personnels, la compétence, ....

          Et vous voilà, ici à fustiger avec le nul les médecins qui se gaveraient sur le dos de notre protection sociale. Il faut être d’une prétention assez impressionnante pour oser les désigner comme coupables ...


        • chantecler chantecler 22 octobre 09:23

          @Aristide
          D’accord Aristide !
          Vous êtes cro génial .
          Arrêtons cet échange trop constructif .


        • Legestr glaz Legestr glaz 22 octobre 09:37

          @Aristide

          Véritablement, c’est la formation même des médecins qui est en cause. Parce que cette formation repose sur une certaine « idéologie ». Les médecins, durant leur formation, sont ainsi « formatés ». Ils « apprennent » à être de « bons élèves » pour servir « big Pharma ». 

          Ce qui est « important », dans la formation des médecins aujourd’hui, est de savoir prescrire les « bons médicaments », les « bonnes molécules » ! Pour le diabète, les médecins vont prescrire, en première intention, de la metformine. Si vous présentez une hypercholestérolémie vous prendrez des statines. Si vous souffrez de reflux gastro-oesaphagien vous prendrez des « anti-acides » des inhibiteurs de la pompe à protons. Si vous êtes hypertendu vous aurez un large choix également dans les spécialités pharmaceutiques ! 

          Elle est pas belle la vie ? Il s’agit de « nourrir » « big Pharma », de bien nourrir big Pharma. Personne ne guérit jamais, les médicaments sont vos « amis pour la vie ». Et les « sous-sous » vont dans les « popoches » ! 


        • Aristide Aristide 22 octobre 10:58

          @Legestr glaz

          Cui bono, comme dirait Le421 !!!

          Et çà cela marche pour tout :
            les médecins ? Cui bono !
            les attentats ? Cui bono !
            le Covid ? Cui bono !
            les vaccins ? Cui bono !
            les accidents de la route ? Cui bon !
            ................ ? Cui bono ! ( remplacer les points par votre préoccupation)

          Et puis cela a l’avantage de ne pas être trop compliqué, bien à la portée de n’importe quel chanteclerc ou troletbus !!!


        • troletbuse troletbuse 22 octobre 11:16

          @Aristide
          Bizarre : amalgamer les accidents de la route avec les attentats et le vaxxin


        • Aristide Aristide 22 octobre 11:26

          @troletbuse

          Et ben, les constructeurs qui font qu’à construire des véhicules dangereux avec la complicité de l’Etat qui ne fait rien pour améliorer la sécurité des routes avec des tournants et des ravins !!! Hein ? Qui augmente le prix des autoroutes pour envoyer les pauvres sur les routes dangereuses ? Hein ?

          Et pis, hein, qui qui c’est qui rachète les pièces et la voiture neuve après ? Cui bono !!! Et qui qui c’est qui envoie à l’hôpital les blessés pour enrichir big pharma ? Cui bono !!! 


        • Lonzine 22 octobre 11:29

          @Legestr glaz
          C’est exact, il y avait autrefois des ordonnances renouvelables, disparues aujourd’hui.
          à chaque besoin de médocs c’est visite (ici 28 ros) plus prise de sang ( en général 17 ros si tu as une mutuelle) donc je me demande si parfois une maladie identifiée comme CHRONIQUE n’est pas une arnaque « à la crainte »


        • OJBA 22 octobre 11:36

          Ah ben oui, mais non, on ne fait plus un toucher rectal, mais on vous envoie faire une échographie des intestins. De plus en plus de monde y retrouvent leurs billes !


        • leypanou 22 octobre 12:39

          @chantecler
          Le covid nous a appris beaucoup sur les connivences et la cupidité de certains .  : pas besoin d’attendre le covid, des médecins travaillent en même à l’hôpital public (quelques jours) et dans des cliniques/hôpitaux privés. Vous les voyez même pas 10’ à l’hôpital, vous payez le tarif SS, à la clinique ou l’hôpital privé, c’est aussi 10’ mais c’est 70/100€.


        • troletbuse troletbuse 22 octobre 13:01

          @Aristide
          Ridicule votre démo.
          Les véhicules d’aujourd’hui sont de plus en plus sures. Ils ont une tenue de route exceptionnelle, l’ABS, les ceintures,etc et celui qui se casse la gueule y met vraiment du sien.
          En plus, à 80-90 sur route, 130 sur autoroute, vous ne risquez pas grand chose. Seule, l’erreur humaine est responsable.
          Autre chose ?.


        • Legestr glaz Legestr glaz 22 octobre 14:56

          @Aristide

          J’ai pas compris votre réponse ? Seriez vous de ceux qui pensez que les médicaments mettent fin aux maladies ? Je mets à l’écart les antibiotiques et les anti-parasitaires. 

          Donc, Aristide, citez nous un médicament, une molécule, qui permet de mettre fin à une maladie ? 

          Il est inutile de noyer le poisson en parlant des accidents de la route et des attentats, restez centré sur le sujet ! 

          Quant aux vaccins « anti-grippaux », effectivement « cui Bono » ? J’imagine que vous avez des preuves, depuis que cette longue pratique existe, qu’ils sont « efficaces » n’est-ce pas ? La vaccination « anti-grippale » est une rente versée à l’industrie pharmaceutique, les vaccins anti-grippaux ne sont pas efficaces ! « Cui Bono » ? La vaccination anti-grippale est une magnifique mystification ! 


        • V_Parlier V_Parlier 22 octobre 23:02

          @troletbuse
          " Aujourd’hui le toubib a juste le droit de vous faire une lettre pour le cardiologue, le laboratoire,le gastro-enterologue, le dermatologue, etc... Enfin juste alimenter les collègues." => Ca ce n’est que la politique d’économie de bouts de chandelles qui consiste à ne pas faire confiance au généraliste. Moralité : Ca coûte encore plus cher à la fin, mais je vois souvent ce genre de conneries dans les grosses boites privées aussi. (P.ex : Les commandes de 30 euros qui finissent par en couter réellement 300 à cause du cercle de signatures et de toutes les procédures de justification...)


        • Aristide Aristide 22 octobre 09:08

          Même si la santé n’a pas de prix, elle a un coût.

          Notre système est très complexe, tous les gouvernements s’y heurteront. Et il n’y a pas de recettes miracles.

          On voit bien sur des exemples précis qu’il n’y a pas de solution évidente, un exemple, l’ambulatoire et les progrès médicaux ont permis de réduire de manière assez importante la durée moyenne d’hospitalisation (DMS). Et pourtant on constate par exemple que la DMS pour un accouchement est de 4 jours alors que la moyenne OCDE est à 2,9 jours, par contre pour une infarctus du myocarde c’est 6 jours en France alors que la moyenne OCDE est à 6,9 jours.(Sources). On voit bien la problématique posée là, la complexité sur ce « simple » critère de la DMS.

          Un autre exemple, les maternités : compte tenu du taux de risque l’ors d’un accouchement, faut-il mieux avoir de petites maternités proches de la population avec des équipements de premier niveau ou des maternités plus concentrées avec le top des équipements ? 

          Imaginez une seconde, la complexité du sujet quand on doit aussi traiter, des rémunérations, de l’organisation des soins, des compétences, de la gestion hospitalières, des équipements, ...


          • Ben Schott 22 octobre 09:31

            @Aristide
             
            « Notre système est très complexe, tous les gouvernements s’y heurteront. Et il n’y a pas de recettes miracles. »
             
            Là, on atteint le niveau Fergus ! Tu mets la barre très haut, Aristiède !...
             
             smiley
             


          • Aristide Aristide 22 octobre 11:04

            @Ben Schott

            Ah, c’est sur que comprendre que le monde est complexe n’est pas à la portée du petit ben machin ...


          • Ben Schott 22 octobre 12:30

            @Aristiède
             
            Ceux qui nous expliquent que le monde est complexe sont souvent ceux qui ne sont pas eux-mêmes capables d’expliquer en quoi, tout en utilisant cet argument d’avocat véreux pour nous fourguer leur salade pas fraîche.
             

             


          • V_Parlier V_Parlier 22 octobre 22:58

            @Aristide
            "faut-il mieux avoir de petites maternités proches de la population avec des équipements de premier niveau ou des maternités plus concentrées avec le top des équipements ?" => Il me semble que dans cet exemple la tendance est : Ni l’un ni l’autre. On ferme les petites et on restreint la capacité d’accueil des grandes (et le matériel ça dépend qui le fournit, s’il a versé un bon pot de vin ou pas pour les contrats avec l’Etat). Parce-qu’avoir des chambres en stock pouvant rester de temps en temps inoccupées c’est un vrai scandale, un crime contre la performance de la start-up nation !


          • zygzornifle zygzornifle 22 octobre 09:35

            Si un jour on sort du Covid le lendemain le gouvernement recommencera le démantèlement du services de santé publique, fermant les lits et les hôpitaux a tour de bras.

            Pour faire des économies au lieu de supprimer le sénat, la moitié des députés et des haut fonctionnaires, préfets et autres parasites ronflant dans leurs bureaux surchauffés il s’attaque directement aux citoyens de base qui ne peuvent se payer des soins a la carte ....


            • A relever. Le Caducée est celui d’HERMES. Pas des pharmaciens à un seul serpent. Hermes c’est le médecin par le verbe : les psys. A un seul serpent : ce sont plutôt les Blouses blanches.... Le serpens étant de couleur blanche. Asclépios ou Hypocrate. N’oubliuons pas au passage que les serment d’Hypocrate supposait de soigner le corps ET l’esprit.... Freud a même réussi à inverser le paradigme : soigner le corps par le mental....... A Renaix (RHOSNE, inaugurée par Saint-Amant du Poitou) en Belgique, la Basilique Saint HERMES a pour vocation de soigner les hystériques. La ville ayant la réputation de sorcellerie. Son balson étant clairement TEMPLIER (aigle à DEUX TETES). La dynastie serbe des Nemanjić a adopté le symbole des Paléologues ( XII e siècle) comme un signe d’attachement à l’orthodoxie et un symbole de l’alliance entre serbes et grecs. Chez les Serbes, les deux têtes symbolisent le royaume de Dieu et le royaume terrestre. ce qui est en haut est comme ce qui st en bas. Symbole TEMPLIER : https://www.luminessens.org/post/2017/02/03/laigle-%C3%A0-deux-t%C3%AAtes. Dailleurs ce jour st celui de la POMME. Et audessus du Caducée d4HERMES se trouve un POMME de PIN. Troisième oeil ou glande pinéale. 


              • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 22 octobre 10:02

                Il n’y a pas plus soviétisé que l’hôpital public Français.

                La France souffre du monopole de l’hôpital public par se gestion étatique, pas du manque de moyens, mais de la gabegie des moyens et d’une gestion qui ne réponds pas aux besoins des gens, mais des besoins des politiciens qui le dirigent.

                C’est de trop d’état. Il faut privatiser tout l’ensemble. 


                • Clocel Clocel 22 octobre 10:11

                  @Spartacus Lequidam

                  Allez voir du côté des autoroutes, les bienfaits de la privatisation...

                  Sur combien de portions peut-on encore rouler à 130 ?

                  Le revêtement est dans un état déplorable, et ce sera encore aux contribuables de cracher au bassinet lorsque tout sera défoncé.


                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 22 octobre 11:52

                  @Spartacus Lequidam
                   
                   vous allez être content : le Grand Reset c’est la soviétisation puissance dix.


                • CN46400 CN46400 22 octobre 16:09

                  @Spartacus Lequidam
                  Vous avez raison, c’est le CNR et un ministre communiste (Ambroise Croizat) qui ont inventé la Sécu....


                • Armelle Armelle 22 octobre 16:13

                  @Clocel
                  Vous nous parlez du futur des autoroutes dont on ne sait ce qu’il sera, c’est facile, en revanche, puisque vous êtes dans le déplacement, je vous répondrai ( et là ce n’est pas du peut être) que chez Easy jet ou chez Rayanair, les avions ne tombent pas plus que chez Airfrance, le service n’est peut être pas « au top », mais le « job » pour lequel vous payez, est fait, et bien fait !!!
                  Et que dire de la SNCF, qui elle à des centaines de morts de morts sur la conscience par jmenfoutisme des « moinsjenfaismieuxjmeporte » (dixit Brétigny)
                  D’ailleurs le trou abyssale de cette belle et florissante société publique, d’après vous qui va payer sinon le contribuable ????

                  Alors vous savez les services publics....A part coûter un pognon fou au contribuable....
                  Vos arguments bêtes et cons commencent à sentir le réchauffé


                • Marengo 22 octobre 16:29

                  Spartacus Lequidam a écrit : Il faut privatiser tout l’ensemble.
                  .
                  Va me rendre de gauche, ce mec...


                • Clocel Clocel 22 octobre 17:06

                  @Armelle

                  Question qualité de service, il est clair que l’esclave est irremplaçable, après, tout dépend de la société dans laquelle on veut vivre.

                  Il se trouve que le business model de Ryanair est parfaitement documenté, je vous invite à aller y regarder de près.

                  Une compagnie aérienne qui fait fuir ses pilotes, ce n’est pas encore très courant mais ça ne demande qu’à le devenir si les usagers à courtes vues se généralisent.


                • Armelle Armelle 22 octobre 17:31

                  @Clocel
                  J’en conviens Clocel même si cela reste discutable, en revanche je note que vous n’avez rien à me répondre quant à mes propos sur la SNCF !!!...


                • Clocel Clocel 22 octobre 17:39

                  @Armelle

                  Je ne l’utilise pas que voulez-vous que j’en dise ?

                  Je peux vous parler de l’ANTS, si vous voulez, qui nous ramène au bon vieux temps du Minitel version soviétique et qui me font clairement regretter les queues interminables et les humeurs froides de nanas de la sous-préfecture...

                  Mais bon, depuis que je connais les logiciels qu’elles utilisaient, je dois dire que j’ai beaucoup édulcoré mon discours.


                • véronique 25 octobre 07:55

                  @Armelle

                  Il ne faut pas oublier que les compagnies aériennes même privées reçoivent des subventions d’État quand elles ont besoin, et pas seulement en France.



                  • Armelle Armelle 22 octobre 16:33

                    @Clocel
                    Oui sauf qu’entre rentabilité et gabegie, il y a un univers entiers pour « l’équilibre », mais pensez-vous, les adeptes de la gamelle, tant que le pognon arrive sur le compte en fin de mois et qu’on ne touchent pas les RTT, les pauses et les vacances, s’en tapent le coquillard, tant que la vache à lait donne du lait, après moi le déluge...
                    En l’occurrence, nos services de santé sont gangrenés par une myriade d’administratifs fonctionnaires qui, tout le monde le sait, n’en rament pas une de la journée et coûtent donc un pognon fou à la collectivité et viennent se plaindre parce l’hôpital va mal ?!? Alors que les infirmières par exemple, font des heures à n’en plus finir, se tapent des responsabilités qui ne leur incombent pas et sont payées à coup de trique pendant que des tombereaux de grosses pimbêches se curent les ongles en serinant qu’elles sont débordées !!!!
                    Vous ne me semblez pas au fait du problème cher Mossieur, ou ne voyez le problème que par le trou de la lorgnette, ou avec un oeil de bolchevik 


                  • Clocel Clocel 22 octobre 16:51

                    @Armelle

                    Le problème, ce n’est pas le service public, c’est à qui on le confie, il a bien fallu salir la statut avant de la déboulonner.

                    L’ENA produit au mieux des crétins, au pire des salauds.


                  • Armelle Armelle 22 octobre 17:20

                    @Clocel
                    C’est bien sur ce point que je peux vous rejoindre. Montrer du doigt en permanence le gouvernance (dont je ne vous cache pas ce que j’en pense, mon avatar est suffisant) alors que jamais Ô grand jamais la compétence ni la pertinence des acteurs de cette institution pourrissante ne sont mis en question, est un manque manifeste d’honnêteté intellectuelle !!! Au delà des rapports éloquents de la cour des comptes, les contribuables le vivent chaque jour...


                  • Clocel Clocel 23 octobre 06:58

                    @Clocel

                    « Statue » désolé...


                  • L’avis gratuit d’ANNICK de Souzenelle vaut dix RDV chez les médecins.  https://www.youtube.com/watch?v=0W0NvmFBjGY


                    • wpjo 22 octobre 13:47

                      Il paraît que le règle aux Pays-Bas est 60 000 € de dépenses maxi pour une année de vie en bonne santé gagnée. Si vous voulez plus, vous n’avez qu’à souscrire une assurance privée complémentaire. Et donc les comas qui durent des années c’est bien fini.


                      • chantecler chantecler 23 octobre 06:25

                        @wpjo
                        Vous voulez dire que les Hollandais pratiquent l’euthanasie ?
                        Oh, shocking !


                      • perlseb 22 octobre 15:10

                        Si ce qui rémunère les professionnels de santé ce sont les soins, les actes médicaux, alors nous avons un système vicieux, à la Knock, où les médecins eux-mêmes :

                        • reçoivent très « commercialement » tous les hypocondriaques qui viennent pour obtenir le dernier médicament à la mode
                        • n’hésitent pas à faire de l’acharnement thérapeutique sur les personne âgées qui croient visiblement à l’immortalité
                        • n’ont aucun raison de faire guérir rapidement leur client, pardon patient, alors que bien étalé dans le temps, il représente une mine d’or.

                        Bref, tant que les médecins ne seront pas payés pour que l’on soit en bonne santé, alors on paiera toujours de plus en plus pour rester malade en permanence.

                        Donc les médecins devraient être mieux payés lorsque personne ne vient les voir, lorsque nous sommes en bonne santé. C’est dur à imaginer et pourtant c’est le seul système vertueux. La récompense d’un médecin, doit être notre santé, pas notre maladie. En somme, ils doivent être des fonctionnaires avec un plafond fixe et un malus proportionnel à leurs échecs.

                        Et à ces malus des médecins, on devrait également responsabiliser les gens comme le font les assureurs auto : des malus pour les patients qui ne font aucun sport, et qui s’imaginent qu’on peut manger, boire et fumer autant qu’on veut, il suffira d’une pilule magique (remboursée par la collectivité) pour être en forme.

                        Et on a le même problème (système vicieux) avec l’écologie : ce qui rapporte aux industriels, ce n’est pas notre satisfaction, c’est vendre. Donc on a des produits de plus en plus fragiles et irréparables (obsolescence programmée).

                        Il faudrait repenser complètement le système de « récompense » dans notre société, car les hommes n’ont pas assez de morale pour aller contre leur intérêt personnel pour sastisfaire l’intérêt général. Si le système est vertueux, l’intérêt personnel coïncide avec l’intérêt général.


                        • I.A. 22 octobre 16:34

                          Je me souviens d’une certaine Van Lerberghe, passant de la direction de Danone à celle de l’AP-HP comme un soldat saute d’un cheval à un autre - allez hue dada, hue ! - et réclamant une conséquente augmentation de salaire pour l’exercice, obtenant finalement 180000 euros/mois pour dégraisser l’AP-HP (ce qui est quand même bien payé, pour un videur de boîte).

                          Sirocco a parfaitement raison, les modèles de la marque Bachelot, Buzyn ou Véran sont par trop médiocres et par trop prétentieux, pour un ministère régalien.
                          La mesure et la modestie, ils ne connaissent pas. Ils ne sont pas là pour servir la France. Eux, c’est « Moi-Ma-Gueule ». Ils se comportent comme des petits voleurs, de ceux qui s’en prennent aux petites vieilles, aux plus fragiles.

                          La frontière est par ailleurs trop poreuse entre la médecine et la politique. Nombre de médecins (chirurgiens, dentistes, radiologues, vétérinaires) sont des hommes politiques, des députés, des ministres. Jusqu’à ce mandarin, à la fois chef des urgences de l’HEGP, maire de la Garenne-Colombes, et candidat à l’Elysée...

                          Totalement schizos, les dents qui rayent le plancher et le sourire gominé, ils pratiquent ce sadomasochisme consistant détricoter la Fonction Publique tout en demandant plus de moyens pour l’hôpital...


                          • Rincevent Rincevent 22 octobre 18:04

                            Quelques mises au point.

                            « Faut voir le nombre d’examens complémentaires qu’ils ordonnent »
                            Hé oui, mais nous sommes dans une société qui tourne de plus en plus au judiciaire. Les médecins n’ayant pas une obligation de résultat (vaincre la mort...) mais une obligation de mise en œuvre des moyens disponibles, il ne veulent plus prendre le risque de se retrouver au tribunal en cas de problème. Il y a un Scan ou une IRM de disponible ? On va s’en servir, comme ça on sera couvert. Un doute sur un bilan sanguin ? On va le refaire, etc.

                            « Quand la sécu sera privatisée, on en reparlera » On peut même en parler dès maintenant. Si c’est le modèle américain auquel vous pensez, il est un des plus cher au monde et un des moins performants : https://www.cairn.info/revue-pratiques-et-organisation-des-soins-2009-4-page-309.htm.

                            « Des médecins travaillent en même à l’hôpital public (quelques jours) et dans des cliniques/hôpitaux privés ».
                            Mais non, ils n’ont même pas besoin de se déplacer. Les praticiens spécialistes ont droit à un quota de 20% de consultations privées dans les locaux mêmes de l’hôpital contre une sorte de loyer. Après, les contrôles, bof… https://www.challenges.fr/magazine/la-verite-sur-les-consultations-privees-a-l-hopital_347287





Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité