• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > La terrifiante opinion sur les réseaux sociaux

La terrifiante opinion sur les réseaux sociaux

L'opinion : Un mal viral sur les réseaux sociaux

Plus que jamais, chaque individu, qu’il soit une personnalité ou un anonyme, chaque marque ou enseigne, qu’elle soit petite ou une méga-structure, n’agit qu’à l’aune de la terrifiante opinion publique qui sévit sur les réseaux sociaux :

la dictature de l'opinion publique

LezAPe - Articles psychologiques sur les comportements de l'enfant
L'anonyme tombé.e en "dislike" :
Quel.le adolescent.e accepte aujourd’hui cet anonymat comme une chose normale ? Facebook,Twitter, Google Plus, Tumblr, Linkedin, Viadeo, Meetup, Instagram, Tik Tok…, depuis l’avènement de facebook en 2004, les réseaux sociaux se multiplient de façon exponentielle sur internet. Les adultes responsables que nous sommes, avons d’abord pensé qu’il s’agissait d’une occupation juvénile et inoffensive : Montrer sa face sur facebook, son beau caniche, sa tarte au citron, ses amours, bref, étaler sa vie d’adolescent.e en mal de reconnaissance. Puis nous avons rapidement pris conscience de la face cachée de l’outil, de son côté addictif, qui agissait comme une véritable drogue chez ces sujets. Nous avons vite compris que ce monde virtuel, loin d’être inoffensif, causait des dégâts bien réels dans les cœurs et les âmes de nos cher.e.s ados, qui, insuffisamment liké.e.s, avaient le sentiment d’être tombé.e.s en « dislike » et de n’avoir aucune existence valable. Et pis encore, les rumeurs venant égratigner la réputation des facebookeur.euse.s, habile manœuvre de quelques trolleur.euse.s averti.e.s, certains ont même décompensé (dépressions névrotiques ou délires psychotiques), désespérés de ne pouvoir restaurer une image positive d’eux-mêmes. Ce qui comptait désormais pour ces personnes, n’était pas ce qu’elles étaient dans la réalité, mais ce qu’on croyait qu’elles étaient dans le monde virtuel.
Ainsi échaudées, elles se sont mises à réfléchir au "qu’en dira-t-on" sous toutes les coutures avant de poster la moindre photo ou commentaire. Leur obsession ? Que rien n’émanant de leur personne ne puisse donner prise à la calomnie. Pourquoi alors ne pas s’extraire tout simplement de ce monde impitoyable en fermant son compte une bonne fois ? Certains y parviennent quelques temps, mais s’inscrivent quelques semaines après sur un autre réseau, machinalement, sans même s’en rendre compte.
On s’y brûle les ailes certes, on le déteste, on le quitte, mais on y revient toujours, parce qu'on ne peut se résoudre à faire partie du faible pourcentage d’insignifiants qui n’y figurent pas. Oui, ne pas figurer sur un réseau est aujourd’hui considéré par la jeunesse comme une anomalie notable.

Vous l’avez compris, il n’est donc plus possible de se passer d’exister sur ces réseaux que l’on sait pourtant dangereux. Une solution s’impose alors pour s’y sentir bien, à l’abri des mauvais jugements : s’inventer une vie glamour. Le parfait bonheur ! On voit alors comment, esclaves de l’opinion d’autrui, ces sujets en viennent à fonctionner de façon factice par des selfies qu’ils enjolivent, et en distillant des likes intéressés qui n’ont bien sûr rien de sincère. Pour les plus jeunes et vulnérables (les plus dépendants ne bénéficant pas d'un entourage suffisamment solide), nous sommes probablement là dans la construction d'un narcissisme fragile que le réseau peut faire voler en éclat à tout instant !

 

Les personnes connues :

Et pour les personnalités me direz-vous, qu’en est-il ? Je vous répondrais qu’évidemment, celles-ci ont aussi compris que les réseaux sociaux étaient incontournables, mais qu’ils étaient à manipuler avec la plus grande délicatesse. Bien utilisés, ils peuvent en effet s’avérer un trésor pour leur image de marque, mais il suffit d’un tweet envoyé à la va vite, d’une maladresse quelconque, pour sérieusement altérer cette image. Le mal devient alors viral, les traces répandues sur la toile indélébiles. Parfois même, la rumeur enfle alors qu’ils ne parviennent pas à connaître son origine. Comme pour nos anonymes, beaucoup surjouent alors un personnage, dans une tentative parfois vaine de maîtriser leur image. Nous connaissons d'ailleurs bon nombre de célébrités qui, déjà fragiles narcissiquement, n'ont pas survécu à une surexposition médiatique amplifiée aujourd'hui par ces réseaux sociaux, leur moindre faits et gestes étant commentés, puis déformés (fake news etc).

Selon wikipédia, ce que l'on appelle l'opinion publique désigne l'ensemble des convictions et des valeurs, des jugements, des préjugés et des croyances plus ou moins partagées par la population d'une société donnée. Cette définition se situe bien sûr aux antipodes d’une pensée rationnelle et raisonnable. Ainsi, l’opinion publique est capricieuse et imprévisible, elle peut faire et défaire des carrières en un instant. Il n’y a désormais plus un spectacle qui ne se termine par la fameuse formule : « Et surtout n’oubliez pas de nous mettre quelques étoiles sur billetréduc… », l’artiste sachant parfaitement que sa survie dépend en grande partie du bon commentaire.

 

Les marques : la guerre des étoiles !

Créer la confiance, soigner son image, depuis longtemps les marques savent que leur marketing ne peut plus se limiter à la simple publicité qu’elles imposent à des clients béats. Elles doivent désormais compter avec les avis (commentaires) de ces derniers, qui eux seuls détiennent le pouvoir d’inspirer la confiance ou la méfiance. Et selon le poids de la marque sur le marché, la méfiance peut se chiffrer en millions d’euros de pertes. Il va alors s’agir de maîtriser le mode d’évaluation cinq étoiles devenu la norme sur internet. Par maîtrise, il faut entendre une manipulation de l’opinion via de faux avis positifs, mais aussi une lutte éreintante contre les vrais avis négatifs, certaines enseignes n’hésitant pas dans ce contexte à proposer au client un remboursement contre le retrait du mauvais commentaire. Ces responsables sont donc pris.es d’une peur panique qu’une mécanique incontrôlable s’enclenche et que la marque soit boycottée par tout un réseau. L’opinion publique en effet capricieuse pour l’artiste comme nous l’avons dit, l’est aussi pour l’enseigne, qui peut voir son image et ses bénéfices sérieusement malmenés par elle.

A lire aussi : La manipulation de l'opinion publique sur les plateformes de médias sociaux est devenue une menace critique pour la vie publique.
 

Dans cette société où le hashtag désormais starifié est utilisé pour tous les combats, dans cette société qui s’indigne de toute inégalité, de toute minorité oppressée (nous ne dirons évidemment pas lesquelles…), les marques en viennent, opinion publique oblige, à pratiquer le politiquement correct à outrance. Il n’est plus question d’oublier une seule communauté dans leur communication, ou de laisser penser qu’elles n’adhèrent pas au bien-pensant, sous peine que des lobbys puissants se rappellent au bon souvenir de ces dernières par une publicité mortelle. Inutile de dire que cette pression entraîne de facto un discours politique de leur part, qui n’a souvent rien d’authentique.

Ainsi, notre constat est le suivant : Les réseaux sociaux ont le terrible pouvoir de dénaturer la communication, de l’anonyme, de la personnalité publique, de la marque ou de l’enseigne, par la terreur de l’opinion publique dont ils sont en grande partie les créateurs.

https://www.jeanlucrobert.fr

Auteur de : 

Ma vérité sur l'autisme

LezAPe : La face cachée de la psychologie de l'enfant

L'ENFANT : L'instrument du Conflit Parental


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Schrek Docteur Faustroll 15 octobre 16:32

    Avec son système d’étoiles, considérez-vous Agoravox comme un « réseau social » ?


    • Xenozoid Xenozoid 15 octobre 18:19

      @Docteur Faustroll
      chuuut !!!!!!


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 16 octobre 11:34

      @Docteur Faustroll

      « Etoiliser » est-ce « Juger » ? ^^


    • Schrek Docteur Faustroll 16 octobre 13:46

      @bouffon(s) du roi

      l’auteur de l’article ne parlait pas de jugement, mais d’opinion


    • xana 15 octobre 16:56

      Dommage l’écriture inclusive. Je n’ai pas été capable de lire plus loin.


      • ZXSpect ZXSpect 15 octobre 18:16

        @xana
        .
        .
        «  »xana 15 octobre 16:56
        Dommage l’écriture inclusive. Je n’ai pas été capable de lire plus loin.«  »

        .
        L.e.a.es lec.teur.trice.s doi.t.vent persévérer quelqu’en soit la peine ! smiley


      • Giordano Bruno - Non vacciné 15 octobre 19:04

        @ZXSpect
        J’ai.e un.e peu. de.e mal.e à.e m.e’ y.e faire.e aussi.e. Du.e coup.e, je.e ne.e lis.e pas.e.


      • mr green reptile 15 octobre 19:39

        @Giordano Bruno - Non vacciné && ZX

        Et apres on critique mon orthographe non mais je te jure smiley


      • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 15 octobre 23:04

        @xana
        Vous exagérez un peu là quand même. Il n’y a que 3 mots en écriture inclusive. 


      • mr green reptile 16 octobre 00:20

        @Jean-Luc ROBERT

        en fait c’ est peut etre pas assez inclusif ...
        c’ est vrai y a que du noir et du blanc , faudrais metre du jaune , du rouge , du bronzé et tout plein de nuance ...

        Apres on pourra metre pas mal de police pour representer les culture ....
        du time pour les anglais , du goithique pour les allemand , des kanji pour les chinois ...

        la ou ca va devenir compliquer c’ est d’ inclure les caractere handicapé ... c’ est vrai quoi y a rien qui ressemble plus a un o qu’ P amputé de la jambe ...

        Et enfin faudra degenré , enlever toute les queu et les trou ...
        ca va etre un boulot de dingue .... va pas nous rester grand chose smiley

        Bon courage quand meme et merci pour l’ article ...


      • Giordano Bruno - Non vacciné 16 octobre 10:01

        @Jean-Luc ROBERT
        Un seul suffit pour que j’arrête ma lecture.


      • Marc Nehdrys 16 octobre 11:14

        @reptile
        Alors là youpi qu’est ce que vous m’avez fait rire :
        dégenrés les mots en enlevant les queues et les trous, houlà même le binaire n’y résistera pas ! La langage se désengage, le garce !


      • xana 16 octobre 13:15

        @Jean-Luc ROBERT
        3 mots de trop...


      • mr green reptile 16 octobre 15:34

        @Marc Nehdrys

        merci , j’ espere que cela fera rire l’ auteur egalement ...
        L’ orthographe est bien assez compliqué comme ca pour nos enfants , 
        on as peut pas besoin de rajouter des regles supplémentaires venant d’ une philosophie politique dite « inculive » mais qui en fait ne s’ occupe pas du principale , l’inclusivité dans les quartier de non droit ... 


      • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 15 octobre 23:07

        Il serait bien qu’il y ait quelques commentaires sur le fond de mon article je pense. Et si quelqu’un veut bien faire un article sur le sujet de l’écriture inclusive, alors je me ferais un plaisir de le lire.


        • Schrek Docteur Faustroll 16 octobre 08:08

          @Jean-Luc ROBERT

          Ici, ce serait déjà du réchauffé : 

          lien


        • Giordano Bruno - Non vacciné 16 octobre 10:02

          @Jean-Luc ROBERT
          Pour s’intéresser au fond, il faudrait ne pas être rebuté par la forme.


        • Aristide Aristide 16 octobre 10:32

          @Jean-Luc ROBERT

          Vous écrivez en écriture inclusive, c’est votre droit. Souffrez donc que ceux, dont je suis, qui trouve cette « mode » néfaste pour la langue puissent s’exprimer.


        • xana 16 octobre 13:18

          @Jean-Luc ROBERT
          Pas la peine de faire un article sur l’écriture dégénérée.
          Quant à votre article, je le lirai seulement s’il reparaît en français.
          Je lis pas mal de langues étrangères mais pas l’inclusif.


        • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 18 octobre 16:34

          @Jean-Luc ROBERT
          L’écriture inclusive, c’est un acte militant et intolérant d’une minorité très imbue qui veut imposer son idéologie victimaire et qui voit la discrimination partout.

          Dit plus simplement des sur-diplomés frustrés tarés de l’égalitarisme qui cherchent a montrer qu’ils sont plus égalitaires que l’égalité. 
          D’une manière générale ils sont des racistes inversés, dans le sens ou la distinction a plus de valeur que la norme majoritaire. Des racistes des majorités qui n’ont pas de problèmes avec les inégalités.

          L’écriture traditionnelle ne pose problème a personne. Absolument à personne et c’est l’écriture de la majorité.
          L’écriture inclusive est illisible, fumeuse, une supercherie de bobos. 

          Sauf a des intellos diplômés en socialisme dans les sciences du bavardage qui y voient on ne sait quelle sorcellerie anti-féministe totalement surjouée.

          L’écriture, est un élément de la graphologie qui reflète le caractère. Du fait sociologiquement, il sont assez repérables. Ils sont tous pareils. Des frustrés cachés derrière une haute respectabilité e un besoin de reconnaissance sociale de caste.

          Ce sont souvent des intellos de gauche, qui ne se sentent pas Français a part entière, ils n’aiment pas leur langue telle qu’elle est et ils ne la respecte pas, pas plus qu’ils ne veulent respecter les lecteurs. Cette majorité qu’ils détestent intérieurement.
          C’est impoli, une marque sociale insultante aux majorités qui respectent leur langue.

          Un sectarisme intellectuel d’appartenance a un groupe social puant et méprisant des conventions sociales. 

          Le profil est toujours le même, des intello souvent tous diplomés en socilalisme dans les sciences sociales, humaines et politiques, qui vivent de l’argent de l’état et qui sont coincés et détestent les autres.
          En général des jaloux de gauche qui font de l’égalitarisme militant le fond de leur pensé perverse.
          En général ils ne mettent jamais leur vie en jeu, très diplômés ils refusent un monde ou un Pizzaiolo ou un marchand de meuble réussit mieux que eux, qui ont une haute image de eux et sont extrêmement frustrés que le peuple ne les admire pas. .

          In-finé, c’est surtout une écriture nauséabonde et puante de gens qui détestent leurs lecteurs leur langue et le monde tel qu’il est. Une volonté de distinction a ne pas être mêlé au « peuple ». 

          En fait derrière la posture d’une écriture faussement égalitariste que personne ne réclame, il y a une volonté de se décaller de la masse qui est considérée comme inferieure, (des beaufs) et une volonté de montrer son appartenance a une caste de diplômés en wokisme. En fait dans la société, il n’y a que eux qui voient le mal a écrire un ministre pour une femme.

          Il n’acceptent pas de vivre dans un monde inégalitaire, mais n’ont pas compris que rien n’est égalitaire, même la folie égalitariste.

          Des tarés qui cassent les statues, ou l’écriture qui voient le mal dans l’inégalité et ne comprennent pas que leur quête est un asservissement intellectuel.

          Les diplômés en sciences socialistes créent des grands désœuvrés


        • Les réseaux dit socio témoignent de l’impuissance de l’individu à agir sur l’évolution du monde qui court à sa perte. En Belgique un évènement « monstrueux » va se passer SANS l’assentiment d’une majorité d’individus. Les politiques n’ont pas le pouvoir d’arrêter l’évènement. Je pense que Zemmour quoi que nous pensons de lui aurait le moyen juridique de protéger l’enfant. Une télé-réalité se propose de faire se rencontrer des personnes en mal d’enfant. Le but étant de faire un enfant sans sentiment sur quelle base, je ne sais pas encore. Une femme va-t’elle choisir au physique, le futur géniteur ? Imaginez déjà la scène. Sur fond de musique de super marché.... Ira-t-elle plutôt vers un blond au yeux bleus, un mannequin, prendra-t-elle des mesures. ET CETTE EMMISSION EST AUTORISEE SANS POUVOIR DIRE NON. Voilà pourquoi les réseaux socio sont devenus le fourre-tout de la haine. Parce la parole du citoyen ne vaut plus RIEN


          • Si vous avez la possibilité de manifester votre horreur face à cet évènement. Faites-le. Parlez-en partout. Du temps des nazis existaient de LEBENSBORN. C’est exactement la même chose....


            • Si vous laissez passer cela sans réagir. Vous n’êtes plus un être humain. Vous n’avez plus d’âme. Alors autant que le monde s’arrête ici. C’est encore mieux...


              • Une personne m’a dit de regarder les oiseaux, le ciel bleu et de m’extraire de cette puanteur. Un terme existe en psychologie : le CLIVAGE. Désolé, mais quand il s’agit d’un enfant, j’en suis incapable.....


                • troletbuse troletbuse 16 octobre 09:42

                  Les complotistes ont dit :

                  Dictature à la chinoise et même pire

                  Fin de la monnaie papier

                  Suppression de l’habitation individuelle

                  etc

                  Mais c’est pas vrai

                  Quoique la ministre du logement commence sa propagande :

                  https://infovf.com/video/libertes-supprimees-apres-covid-ecologie-vendredi-octobre-2021—10659.html

                  https://immobilier.lefigaro.fr/article/la-charge-de-la-ministre-du-logement-contre-la-maison-prisee-par-les-francais_f3f03276-2d8e-11ec-9370-7e9ee94f28c7

                  https://www.huffingtonpost.fr/entry/emmanuelle-wargon-maison-individuelle-non-sens-critiques_fr_6169cf4de4b01f6f7e493deb

                  Mais les neuneus vont-ils nous dire que Le Figaro et le Huffington sont devenus COMPLOTISTES ?  smiley


                  • Le seul moyen de ligoter la presse et les médias, hélas, sera la dictature. Il l’auront bien cherché....


                    • Marc Nehdrys 16 octobre 11:21

                      A l’auteur

                      sans artifice et sans noeud au cerveau, les RS hyper surveillés et aujourd’hui hyper censurés, CDLM !

                      Et çà c’est pas axclusif (le Clusif vous savez ce cercle de penseurs éclairés qui ergotent sur les + et les x _ oui selon eux ya pas de  _ de la merveille informatique web, réso, mondialisation mercantile, etc). Ergotez comme eux, perdez votre temps : ce progrès et les réso qui vont avec = CDLM.

                      CQFD

                      PS : Bon essorage neuronal non inclus


                      • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 16 octobre 11:29

                        Internet c’est comme un troquet ^^

                        Tenez, petite info, rien n’était prévu ? ^^

                        La pandémie SPARS de 2025 : chambres d’écho et opposition aux vaccins

                        En 2017, le Johns Hopkins Center of Health Security a réalisé une simulation d’une pandémie de coronavirus connue sous le nom de SPARS. Que pouvons-nous apprendre de cet exercice ?

                        La simulation montre clairement que les responsables de la santé ont prévu des blessures potentielles liées aux vaccins et l’objection aux mandats de vaccination. Dans une section, le rapport pose la question suivante : « Comment les autorités sanitaires fédérales pourraient-elles répondre aux critiques qui proposent que la protection de la responsabilité des fabricants de vaccins SPARS compromet la liberté et le bien-être individuels ? »

                        Une autre ligne révélatrice du rapport du Center for Health Security note que même si les cas SPARS avaient commencé à baisser, « le buzz persistant sur les réseaux sociaux autour de la pandémie a fait en sorte que l’anxiété du public reste élevée ». Encore une fois, cela reflète ce que nous voyons avec COVID-19.

                        etc.


                        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 16 octobre 11:51

                          @bouffon(s) du roi
                           
                           ’’ l’objection aux mandats de vaccination.’’
                           >  ?
                           
                          Je n’ai pas (encore) lu, vu que blessures est un mauvais mot pour traduire les effets indésirables exprimée par injuries, je suppose que mandats de vaccination c’est une autre mauvaise traduction pour dire certificats de vaxxination ?
                           
                           Vaxxin = antivaccin


                        • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 16 octobre 11:54

                          @Francis, agnotologue

                          je lis l’anglais, traduction gogole ^^


                        • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 16 octobre 11:55

                          @Francis, agnotologue

                          le fond plus que la forme smiley


                        • ZenZoe ZenZoe 16 octobre 11:40

                          Je viens de cliquer sur tous les commentaires déplorant l’écriture inclusive. Sans lire l’article.

                          C’est dommage, le sujet est passionnant. Eh l’auteur, réécrivez votre article en français ! Ou exposez-vous à une résistance tenace contre ces délires insupportables, Saine réaction qui montre que tout n’est pas perdu vous comprenez ?


                          • ZenZoe ZenZoe 16 octobre 11:49

                            L’auteur, vous voulez que quelqu’un écrive un article sur l’écriture inclusive, voici le mien (je saute l’étape de la validation smiley ) :

                            Ce n’est pas du français
                            Les gens n’en veulent pas

                            Voilà, en échange, j’aimerais bien que vous nous expliquiez pourquoi vous avez choisi de vous plier à cette tendance, et pourquoi vous vous défendez si mollement et à rebours : ’’... mais je ne l’ai utilisée que trois fois...’’. Faites votre choix camarade au moins !


                            • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 16 octobre 13:36

                              @ZenZoe
                              J’entends toute l’idéoligie woke qu’il y a derrière. Je suis le premier à la réprouver. Encore une fois il m’a paru utile de mettre 2 mots en écriture inclusive, seulement 2 mots. Mais bon, puisque l’on ne veut parler que de cela... Tant pis.


                            • ZenZoe ZenZoe 16 octobre 14:38

                              @Jean-Luc ROBERT
                              Encore une fois, je trouve vos sujets et vos articles très intéressants et bien écrits (ok, je l’ai bel et bien lu le vôtre aujourd’hui) mais s’il vous plait, ne cédez pas à cette mode imbécile et mortifère, même à minima. Vous valez bien mieux.
                              Repostez votre article et vous verrez le résultat. Tous vont diront bravo.


                            • Ils peuvent faire tout ce qu’il veulent avec leur égalité pour tous. Aucune loi ne vous oblige à aimer des pervers.....ou des personnes toxiques


                              • pierrot pierrot 16 octobre 14:42

                                @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                Exact, les gros pervers catholiques doivent être sévèrement sanctionnés pour leur crime abject de pédophilie.


                              • Jonas Jonas 16 octobre 12:27

                                Je pensais que la condition première pour être publié sur Agoravox, c’est que au moins l’article soit écrit en français !


                                • fabrice 16 octobre 12:48

                                  Vous êtes exactement identique à ceux que vous critiquer : utilisation de l’écriture inclusive pour faire « woke » , critique des réseaux sociaux parce que c’est à la mode en ce moment...


                                  • PascalDemoriane 16 octobre 14:23

                                    @M. Robert

                                    Comme dans votre intéressant et courageux article sur l’autorité, ici s’agissant de l’opinion, je crois que vous laissez confondre le plan psychologique et le plan sociologique, risquant à votre tour de céder à la logique infernale de l’opinion... sur l’opinion de l’opinion qui se critique comme tel, qui se met ainsi en abîme.

                                    Cette mise en abîme là, me semble inhérent au paradoxe psychique instable de la subjectivité, du Moi opinant, sur-égoïsé par la logique marchande « communicante » de l’homo-économicus aliéné qui se cherche ou se contemple dans l’insondable trou noir de sa propre énonciation auto-référentielle débattante, dans le miroir narcissique de la valeur fétiche, l’estime de soi des normes de négociation marchandes. Au plan collectif, psycho-sociologique, l’opinion peut ainsi sembler être « l’ego-réso narcissique collectif » qui ne se cherche et ne se contemple que dans le spectacle médiatisé de lui-même, au sens de Debord, évidement hors de toute corporalité.

                                    D’où l’idée radicale que l’opinion, et son corollaire, le faux débat, est en soi le trouble psychopathologique local (le « selon moi je pense que...entre moi & moi ») d’un trouble sociopathologique global (« soyons les fous qui dirigent l’asile-spectacle du faux dialogue de sourds »). A la fois renoncement à vivre et à être :
                                    - du processus personnel de dé-subjectivation mentale (pseudos, avatars) connexe à celui de dé-objectivation corporel, sensoriel, sexuel, genriste, sanitaire, vaccinal etc...
                                    - et du processus collectif de dé-subjectivation politique connexe à celui de dé-objectivation communal, territorial, national, syndical du « corps social » biologique charnel.

                                    Or le principe clef de ce phénomène n’est pas le fait des rézosocios qui n’en furent que le techno-déploiement à grande échelle prévisible, déploiement oui totalitaire, parallèle au déploiement totalitaire de la valeur marchande comme médiation universelle et finalité autonarrative d’elle-même.
                                    La génération individualiste de 68 gauchisante (qui les as conçus, ces résos, moi-même compris !) en était déjà l’amorçage pionnier, la virtualité de l’espace numérique en moins ! Mon premier développement de serveur de reso-social virtuel d’entreprises date de 1996 ! Et nous avions compris qu’il y a avait là une « bombe atomique psycho-sociale subversive » qui nous échapperait comme nous échappe la psycho-patho-logique de la finance virtuelle.

                                    Le fait d’avoir co-conçu l’architecture embryonnaire logique-logicielle de cet enfer virtuel m’a vacciné de l’idée d’y céder, et plus généralement de céder à l’opinion publique, fausse monnaie de la pensée, antithèse du dialogue qui n’est que la forme psycho-monétaire de l’aliénation marchande.
                                    Eh bien peut-être que la prophylaxie pédagogique consisterait à encourager les jeunes à ré-inventer cette technologie socio-numérique monstrueuse par eux-même, la décortiquer, s’en approprier les principes de modélisation de la relation humaine pour « anatomiser » le monstre, le démystifier, l’abolir de leur esprit.


                                    • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 16 octobre 21:58

                                      @PascalDemoriane
                                      J’ai noté avec intérêt votre remarque constructive. Merci.


                                    • pierrot pierrot 16 octobre 14:40

                                      Les réseaux asociaux sont les pires injures à l’intelligence.

                                      N’importe quel analphabète anonyme déblatère des fausses informations stupides, souvent anxiogènes, et faisant du prosélytisme pour le racisme, contre l’antiféminisme, l’homophobie, la religieux opium, des crédules, le conservatisme des mœurs le plus suranné etc.


                                      • Jean-Luc ROBERT Jean-Luc ROBERT 16 octobre 22:00

                                        @pierrot
                                        Finalement, peut-on affirmer que les réseaux sociaux ne font que mettre en lumière, accentuer, les travers des hommes ?


                                      • ZenZoe ZenZoe 16 octobre 14:53

                                        Finalement, je poste un commentaire sur le fond parce que l’auteur a écrit un vrai article qui en vaut la peine, alors voilà :

                                        Les réseaux sociaux ne sont qu’un moyen. Il y a le pire (ce que vous décrivez) et le meilleur (certains posts ont contribué a mettre en lumière des crimes et des délits et obtenir justice pour une ou des victimes par exemple). Le problème, comme toujours, est l’âme humaine, incapable de réfréner ses instincts délétères. Difficile de légiférer là-dessus, surtout que nous vivons une époque où tous les repères sont brouillés, où on ne distingue plus le bien du mal, où on se réfugie comme on peut dans des mondes virtuels.

                                        L’histoire est faite de balanciers. Qui sait, un jour, les gens finiront peut-être par avoir une indigestion de ces réseaux sociaux, et passeront à autre chose, jusqu’à l’excès suivant etc. etc.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité