• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Le banc des souvenirs

Le banc des souvenirs

Les trois copains

Il était une fois trois copains, trois camarades, nés la même année, dans un petit village des bords de Loire. Philippe, Christian et Marc avaient grandi ensemble, inséparables. Ils avaient rapidement pris l'habitude de se retrouver sur un banc installé sur les quais. Ils admiraient la rivière en passant de longs moments à converser de tout et bien plus souvent de rien, heureux simplement d'être là.

Leurs mères s’étaient retrouvées là quand les trois gamins prenaient le sein au grand air. Bon sang ne saurait mentir, la douceur de la Loire s’est insinuée au plus profond de leurs êtres. Ils seraient à leur tour Ligériens, comme tous ceux qui ont le bonheur ineffable de vivre en bord de Loire. Si l’existence allait peut-être les éloigner, il y aurait toujours ce point d’ancrage qu'ils retrouveraient toujours.

Leurs premières conversations sérieuses, leurs premières rencontres sans la présence d'adultes eurent lieu alors qu'ils étaient à l'école communale. Philippe évoquait ses rêves, son désir d'aventure, de voyages lointains, de grands espaces. Christian parlait de sa passion pour la pêche, la nature, les animaux qui l'entouraient. Marc, lui, se montrait plus discret : il suivait ses amis sans se donner le droit de s'accorder de grandes ambitions.

Les années passèrent, le banc de bois vert fut remplacé par un banc en métal. Ils fumèrent leurs premières cigarettes lorsqu'ils se retrouvaient durant leurs années au collège. Philippe se projetait dans des études ambitieuses, racontait ses envies de réussite, son futur métier. Christian cherchait des formations pour exploiter son goût de la nature et vivre au pays. Marc s'interrogeait ; il n'était pas très doué pour les cours, il désirait simplement exploiter les trésors qu'il avait dans les mains.

Ils avaient petites copines ou bien épouses quand leurs parcours les séparèrent. Ce n'était plus que durant les vacances qu'ils se retrouvaient sur le banc, face à la rivière. Philippe prenait toujours la parole en premier ; il en mettait plein la vue à ses deux amis avec une situation brillante, des amis célèbres et des propos savants. Christian était devenu un garde des eaux et forêts ; il rayonnait dans son royaume, il parlait de protection des espèces en un temps où bien peu s'en souciaient encore. Marc vivait heureux de sa petite entreprise artisanale : il travaillait le bois avec passion et adresse.

C'étaient des pères de famille qui, de temps à autre, se retrouvaient là à deviser gaiement. La Loire coulait : beaucoup d'eau avait passé sous les ponts de leurs existences. Philippe déchantait un peu. Après une belle période de prospérité, les crises successives l'avaient contraint à en rabattre. Christian était devenu un militant actif de la cause animale. Il avait aussi découvert la marine de Loire et s'était lancé dans des recherches pour construire un chaland. Marc, tout heureux, lui avait proposé son aide et surtout son expertise menuisière.

Tout naturellement, il furent retraités ensemble. Ils aimaient à se retrouver dans leur pays d’enfance pour naviguer tous les trois sur la rivière. Marc avait pris les commandes ; le bateau, il l'avait construit, il voulait le piloter. Il était fier, lui, le capitaine, sur cette Loire qu'il n'avait jamais quittée. Christian était sur le pont, des jumelles fixées à ses yeux. Tout pour lui était admiration et émoi. Philippe, taciturne, trouvait parfois le temps un peu long. L'inactivité lui pesait.

C'est ainsi que les jours passèrent. Toujours assis, cette fois sur un banc, en béton qui avait hélas remplacé celui de bois qui avait usé leurs culottes courtes. De cet observatoire, ils admiraient la petite flotte qui était venue rejoindre leur désormais vieille embarcation. Marc était toujours gaillard ; il n'était jamais en reste pour venir donner un coup de main aux petits jeunes qui voulaient construire, eux aussi, un fûtreau. Christian encadrait des sorties « nature ». Il emmenait petits et grands à la poursuite du castor ou bien du balbuzard. Philippe se cherchait un peu, perdait ses mots, oubliait parfois de venir au rendez-vous de ses vieux amis.

C'est Marc qui comprit le premier ce qui arrivait à leur vieux camarade. Christian, avec ses jumelles vissées sur la poitrine, n'avait rien vu venir. Philippe, le plus brillant, le plus ambitieux, se perdait à lui-même. Il était atteint de ce mal terrible qui porte un nom étrange. La mémoire lui filait entre les doigts ; le présent s'effaçait avant d'avoir le temps de s'être imprimé. Seul son passé restait encore en vie, lors de fragiles réminiscences.

Les trois vieux copains se retrouvent désormais tous les jours. Marc et Christian, à tour de rôle, vont chercher Philippe. Ils se donnent rendez-vous sur le banc. Pour que leur bon camarade soit heureux l'espace d'une petite heure, ils se remettent dans les pas de leur enfance. Ils évoquent les anciens camarades d'école partis sous d’autres cieux. Ils racontent les parties de billes, les pêches à la barbotte comme si elles avaient eu lieu la veille. Ils chantent des chansons de ce temps révolu tandis que Philippe retrouve le sourire et un peu de mémoire, l’espace de cette bulle temporelle.

C'est si bon de garder des amis quand la redoutable maladie frappe l'esprit. C'est en plongeant dans le passé qu'on peut redonner vie à celui qui s'est perdu à lui-même. Philippe a eu cette chance : il s'assoit sur le banc et le vieux monsieur qu'il est redevient immédiatement un gamin en culotte courte qui court le long de la rivière avec deux autres chenapans. Il est heureux et il n'y a que ça qui compte. La Loire n'a pas changé et elle donne le change avec un bienveillant sourire, elle aussi.

Mémoriellement sien.

GIF


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • juluch juluch 7 septembre 12:20

    Tres beau nabum.....  smiley


    J’ai vraiment aimé !

    Bien écrit, bien conté.....bravo !  smiley



    • C'est Nabum C’est Nabum 7 septembre 12:29
      @juluch

      J’en suis heureux

      Ce texte j’y tiens tout particulièrement

      Merci

    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 septembre 12:21

      bonjour Nabum, on parle des blancs dans les souvenirs ou la mémoire. alors que les zones d’ombre sont plutôt noircies. comme le froid extrême et le chaud, A la fin, il finissent par se confondre. Les personnes habituées toutes leur vies à vivre dans la nuance, sont moins susceptibles d’être atteintes par la fatalité de l’éteignoir de la mémoire. Ce que nous percevions comme étant « moche », ne l’était peut-être pas autant avec un certain recul et un esprit critique. Il y a toujours deux faces à une médaille. Et si nous nous bloquions sur le négatif, la couleur risque de restée figée dans la pellicule.A mon professeur de dessin qui insistait pour m’imprégner de ce qui n’était pas d’emblée perceptible. Une main, c’est morphologiquement un main. Mais cette main a eu une vie, elle porte un potentiel, elle cherche où se poser,... Elle a tant de choses à exprimer qu’elle se déguise en simple main. C’est vous qui devez lui donner vie. 


      • C'est Nabum C’est Nabum 7 septembre 12:30
        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Ne noircissez pas le tableau je vous prie

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 septembre 13:03

        @C’est Nabum

        Au contraire, je lui donne de la profondeur de champs et ouvre des perspectives pour éclaircir l’obscurité du passé décomposé. Je connais parfaitement le travail des thérapeutes avec les personnes qui ont des pertes de mémoires,... Nous leur demandons de dessiner ou placer des objets qui leur rappellent un moment de leur passé et ensemble nous leur redonnons des couleurs et une autre formes. C’est ainsi que le fil du récit peut lentement se refaire....dégagé des scories,... Mais la Loire, n’est pas l’YVOIR 

      • C'est Nabum C’est Nabum 7 septembre 15:04

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.


        Je n’avais pas compris

        Parfois, j’ai du mal à vous saisir ...

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 septembre 15:30

        @C’est Nabum


        Si tout devait être exprimé NOIR sur BLANC, l’esprit ne s’exercerait plus à décrypter et faire l’effort de comprendre. Des études démontrent clairement que l’exercice de la réflexion et la lecture sont les meilleurs antidotes de cette dégénérescence des circuits du cerveau qui risquent hélas, vu le niveau intellectuel actuel des jeunes de toucher un nombre de plus en plus élevé de personnes à partir de la cinquantaine. Autant savoir. Le rêve et l’écriture participent aussi de cette thérapeutique. Bouvard et Pécuchet étaient plutôt sujet à une certaine gentille satyre, tout en étant de leur temps ;

      • C'est Nabum C’est Nabum 7 septembre 16:27
        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Il y a mile et une nuances de gris aussi

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 7 septembre 17:08

        @C’est Nabum

        On s’imagine que le gris c’est la grisaille, le compromis de celui qui ne veut prendre position. Bien au contraire. Je m’habille souvent avec un peu de gris pour faire ressortir les couleurs,..c’est l’élégance ou la tempérance de celui qui a compris que comme le Cristal de roche (l’une de mes pierres préférées ,la vérité à de très nombreuses facettes. https://www.youtube.com/watch?v=MTi8ZuZEwGk. Le son mlystérieux du cristal de roches,....il peut s’étendra à des kilomètres,...et réveiller les zones assombries du cerveau ;

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 septembre 11:24

        @webhelice


        L’intérêt de la nasse , c’est de pêcher des poissons. Mais soyez heureux. Excepté quelques articles intéressants, Saphir se dérobe lentement. La bêtise n’est pas de mise AUx Marquises,....

      • Bernie 2 Bernie 2 8 septembre 11:51

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.


        Quelle excellente nouvelle ! Passez le bonjour aux nyelssen, et votre beau frère député, et tous les autres que j’ai déjà oublié.

        Bon vent.

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 septembre 11:55

        @Bernie 2


        désolé, mais je passe dans les galeries souterraines. Le mauvais vent, je vous le laisse,...Et n’aurez plus droit à mes échos. Les Cassandres, terminé ;

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès