• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Le complotiste moyen

Le complotiste moyen

Ils ont changé, nos vieux. Sont plus petits qu’avant, comme recroquevillés sur eux-mêmes. Ils marchent plus lentement, aussi, et carrément au milieu des trottoirs, en tremblotant presque. Comme s’ils s’obligeaient à entrer dans le rôle de la "personne fragile", à devenir l'alibi morbide de cette gestion de crise. Avec une affectation désolée ou agressive, selon leur caractère. Nos personnes âgées ont l’impression qu’on leur force la main, qu’on attend d’elles qu’elles deviennent souffreteuses. Pour certaines, la synchronisation avec ce rôle-alibi est si difficile, qu’elles se laissent simplement aller, ce qui revient au même...

La Collaboration Française se découvre des dispositions altruistes, ces derniers temps. Il faut reconnaître que ça ne mange pas de pain : un masque sur le nez, des frictions à l’alcool – ostentatoirement, de sorte que les autres clients, et surtout les petits vieux, remarquent la bonne action – le tout agrémenté d’une distanciation physique, également très manifeste. Il s’agit là d’authentiques rituels, des exorcismes parfaitement synchronisés au ballet médiatique, politique et médical en cours.

L’élite de la quintessence scientifique le commande et le conjure depuis presque une éternité maintenant. Sur toutes les ondes, tous les canaux, c’est l’angélus du matin, du midi comme du soir. Une incantation radiophonique, formule magique télévisuelle, patenôtre blanche mondiale… C’est le paradis à bon compte, pourquoi s’en priver ? Simple à retenir, facile à faire, presque un jeu, une comédie, un carnaval qui sauverait des personnes fragiles, des personnes âgées

 

D’ailleurs ils ont changé, nos vieux. Sont plus petits qu’avant, comme recroquevillés sur eux-mêmes. Ils marchent plus lentement, aussi, et carrément au milieu des trottoirs, en tremblotant presque. Comme s’ils s’obligeaient à entrer dans le rôle de la "personne fragile", à devenir l'alibi morbide de cette gestion de crise. Avec une affectation désolée ou agressive, selon leur caractère. Nos personnes âgées ont l’impression qu’on leur force la main, qu’on attend d’elles qu’elles deviennent souffreteuses. Pour certaines, la synchronisation avec ce rôle-alibi est si difficile, qu’elles se laissent simplement aller, ce qui revient au même...

Ils vieillissent plus vite qu’avant, nos vieux.

« Une femme a perdu la vie dans un accident de la circulation à Ézy-sur-Eure, jeudi 5 mars 2020. Il était aux alentours de 16 heures quand la victime, âgée de 77 ans, a été renversée par une voiture, détaille le Service départemental d’incendie et de secours de l’Eure. »
(Actu.fr du 6 mars 2020)

« Mort d'un motard : vieille dame acquittée.
Impliquée dans un accident de la route au cours duquel un motard avait été tué, une automobiliste de 83 ans a été acquittée, mardi, d'homicide par négligence par le Tribunal de police. »

(msn actualité – Le Matin – 5 mai 2020)

La foule masquée a l’agréable impression de baigner dans du jus sucré. Son jus à elle, tiède, sirupeux. Souvenirs d’enfance, gloire aux petites mamies de 70 ans, triomphe des clichés salis par le temps, mais tout soudain ravivés aux couleurs d’Épinal. On dit la foule comme on dirait le poids lourd. Une fièvre fossile au fond des yeux en guise de cierge, cette horde judéo-chrétienne se consume à l’unisson. Sa flamme brûle tout sur son passage, devient incendie inextinguible. Et tandis qu’ils se frictionnent les mains sans discontinuer, leurs regards se font durs, divinement haineux.

 

Ils ont été jusqu’à dessiner des signes cabalistiques sur les sols de nos villes. Des symboles qui gèrent la circulation des virussés. Des croix et des cercles, des bandes et des flèches. On dirait un jeu de piste pour colonies de vacances ou pour fêtes d’anniversaire, huit ans d’âge mental à tout casser. Un authentique délire. Le règne des fous.

Le comprennent-ils, que pour préserver intégralement les plus fragiles, il faudrait interdire immédiatement les voitures, les motos, les vélos et les transports en commun ? Et interdire encore à ces plus fragiles de fumer, de boire de l’alcool, de manger trop sucré, trop salé, ou simplement trop ? Et de sortir aux heures de pointe ? Il faudrait également les obliger à manger sainement et en quantité suffisante. Sans doute ne veut-il pas reconnaître, le poid lourd judéo-chrétien, que la liste serait trop longue, qu'il faudrait tout bonnement s'arrêter de vivre...

 

Décidément, le port du masque, c’est plus simple... Des cris de ralliement sont catapultés par l’inspiration vicieuse des éditorialistes, tels des cocktails Molotov sur une civilisation endormie :

  • « Si vous ne le faites pas pour vous, faites-le au moins pour les autres ! »,

  • « Nous avons privilégié la santé plutôt que l’économie ! »

Autant d’accusations et de réquisitoires pour encore plus de sévérité, pour toujours plus de tyrannie. Titres accrocheurs, slogans racoleurs, la guerre continue de plus belle. Une croisade rendue très photogénique par son hypocrisie, un mélange moitié-moitié de sadisme civilisé et de cruauté polie. Qu’importe les victimes collatérales.

« L’enseigne de chaussures et de vêtements La Halle (Vivarte), qui emploie plus de 6000 salariés en France, est en procédure de sauvegarde depuis le 21 avril. Les candidats à la reprise ont jusqu'au 25 mai pour déposer leurs offres. »   (Le Figaro / AFP du 22 mai 2020)

« Les retards de diagnostic et de traitements des cancers, liés à la première vague de coronavirus, pourraient se traduire chez les patients « sans Covid » par un excès de mortalité par cancers de 2 à 5 %, cinq ans après le début de la prise en charge, selon une étude française.
Ce sont les retards et décalages de venue des patients qui ont le plus fort impact, montre la recherche présentée par la statisticienne Aurélie Bardet de l’institut Gustave Roussy (Villejuif, région parisienne). Une surmortalité qui toucherait principalement les cancers du foie, les sarcomes et les cancers de la tête et du cou. »

(20minutes.fr / AFP du 18/09/20)

Glorifiée par les caméras encourageantes de journalistes ravis, l’élite de la quintessence scientifique n’y va pas avec le dos de la cuiller, elle se sert de toutes ses dents. Elle mord, elle broie, elle déchire à qui mieux mieux. Une élite qui fait penser à cette grosse brute régnant dans toutes cours de récréation de toutes les générations : à court d’arguments et refusant de reconnaître ses torts, la brute cogne systématiquement, elle assène ses poings jusqu’à mettre ses détracteurs à terre. Nous sommes gouvernés par des brutes sans âme ni discernement, dépourvus de courage et de noblesse. Montaigne avait mille fois raison, mieux vaut une "tête bien faite plutôt que bien pleine" Malheureusement, les gens avisés ont d’autres choses à faire que régner sur des mougeons.

 

Tous les coups sont permis et multipliés par les médias. C’est l’hôpital contre la médecine de ville, le public contre le privé, la ville contre la province. Trois mastodontes piétinent la France : l’APHP, qui comporte à elle seule 39 hôpitaux, dont 3 hors Île-de-France ; les HCL, qui sont les CHU de Lyon et sa région, regroupant 14 établissements dont 1 en PACA ; et l’APHM, qui comporte 4 CHU.

Les victimes seront nombreuses. Mais qu’importe, les plus grosses bites tiennent à démontrer à tout le monde qu’elles pissent aussi plus loin que les autres… Vous verrez, ils démontreront que Covid-19 n’est pas une pneumopathie comme les autres, mais sans jamais nous communiquer des points de comparaison avec les autres pathologies pulmonaires. Il est tellement plus facile d’accuser un virus de tous les maux, plutôt que remettre en question la stratégie scientifique, gouvernementale et médiatique. Plutôt que d’avouer avoir eu la main lourde sur le compte de la létalité…

« La seconde vague de l'épidémie de coronavirus, redoutée depuis la fin du confinement en France, pourrait être une épidémie de suicides.   
À l’image de Michel Debout, psychiatre et professeur de médecine légale, spécialiste de la prévention du suicide, qui rappelle dans le journal économique le lien entre une crise économique et les taux de suicide. “C’est incontestable, cela a été documenté dès la crise de 1929, et plus récemment lors de la crise de 2008. Il ne faudrait pas qu’une crise sanitaire en cache une autre. Et celle-ci pourrait avoir des conséquences dévastatrices non pas sur les personnes âgées, mais sur les travailleurs actifs”.
Un constat également réalisé par Jean-Claude Delgènes, président du cabinet de prévention des risques au travail, Technologia, cité par Marianne : “Nous assistons à une augmentation des crises suicidaires ».

Les Échos, Leïla Marchand, 10 sept. 2020

Évidemment, les journaux télévisés ne parleront pas de ces victimes-là : trop d’audience. Pourquoi courir le risque qu’une étincelle de compréhension s’allume dans les cerveaux désoxygénés, qu’un lien se fasse entre couverture médiatique et stress des plus fragiles ou décisions politiques ? Entre décisions politiques et augmentation des morts non-Covid, des faillites et du chômage de masse ?

L’effet domino a joué. Ils savent, les journalistes, qui a poussé la première pièce, et que c’est la France entière qui bientôt sera à genoux. Quels sont ceux qui ont scié la branche sur laquelle ils étaient si confortablement assis, quels sont les vrais idiots, ils le savent intimement aussi. Sans doute ont-ils aujourd’hui beaucoup de mal à se regarder dans la glace chaque matin, droit dans les yeux… Eux qui à tout prix se sont échinés à remplir d’émotions des milliards de minutes de diffusion. Eux qui depuis trop longtemps déjà fabriquaient l’actualité, allant chercher n’importe où sur terre les faits qui leur convenaient, pour les développer et les orienter selon leur bon vouloir. Eux qui étaient parvenu à s’émanciper de la présence ou de l’absence d’événements… Le complotiste moyen leur dit « bravo, contents de vous ? »

Ils tairont aussi les actes de révolte, par crainte des copycats.

« La scène s’était déroulée dans la soirée du lundi 27 juillet. Peu avant 23 heures, alors requis pour un départ de feu dans le quartier Muissiat à Villefontaine, les gendarmes avaient été la cible de deux cocktails Molotov. » (Le Dauphiné du 14 août 2020)

« Il lance six cocktails Molotov dans la cour de la gendarmerie pour protester contre l'obligation du port du masque. Il souhaitait contester la politique du gouvernement français en matière de port du masque obligatoire. C’est ainsi qu’un homme de 41 ans a justifié son acte : dans la nuit de mardi à mercredi, il a jeté des cocktails Molotov dans la cour de la gendarmerie de Pernes-les-Fontaines… » 
(Le Dauphiné du 19 septembre 2020)

Ils ne parleront pas non plus, les journalistes, de ces trop rares scientifiques critiquant – bien tardivement – les mesures sanitaires. En tout cas pas aux 20 heures nationaux. Ces "traîtres-là" devront slalomer de tribunes confidentielles en médias alternatifs.

https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/270920/il-est-urgent-de-changer-de-strategie-sanitaire-face-la-covid-19

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-port-du-masque-peut-il-vous-227073

Et ils se trouvent bien désarmés, les journaleux, devant ces 17 millions de complotistes néerlandais ou ces 10 millions de complotistes suédois.

Sous les ordres de la Gestapo scientifique, dans les rues, la Kripo (Kriminalpolizei) veille au grain, aidant les troupes de la Collaboration Française à faire respecter le nouvel ordre hygiéniste. Les criminels ne se repèrent pas au premier coup d’œil : il faut y regarder de près, pour s’apercevoir qu’ils portent leur masque sous le nez, voire franchement sous le menton.

Contre toute attente, ce XXIème siècle voit l’avènement d’un national-socialisme à la française : une psychose hiérarchisant l’espèce humaine en races, au sommet de laquelle elle place la race hygiénique, tandis que les autres races sont vectrices de virus, et forment la classe des complotistes, verschwörerinnen, en allemand.

Ils sont là, il suffit de regarder.

 

Sauf que le policier Français n’est qu’un petit prédateur comme les autres. Un troll peu couillu. Qui roule au pas avec ses petits camarades, à deux voitures emplies chacune de quatre agents non masqués, en plein Bois de Vincennes, le samedi après-midi ! Et qui patrouille à vélo de la même façon, le week-end après-midi, pour contrôler des non masqués isolés dans les parcs publics. Des familles, des gens solvables, des personnes paisibles avant tout. Femmes ou mères de famille en priorité. Les groupes de jeunes, surtout à majorité masculine, ils évitent. Parce qu’à l’instar des membres de l’élite de la quintessence scientifique, le policier français n’est pas très courageux. Il n’ira surtout pas faire respecter le port du masque dans la "zone", en particulier le soir, en particulier dans le "neuf-cube". Pas folle, la guêpe. Son chien serait ministre de la santé, il lui obéirait pareil.

En même temps, comment ne pas deviner qu’ils ont inévitablement reçu l’ordre de ne pas provoquer de vagues pour ne pas être à l’origine d’une guerre civile ? Quelques cocktails Molotov de-ci, de-là, n’est-ce pas, ce n’est rien...

 

Le complotiste moyen, lui aussi, est un animal comme les autres. Un pauvre chose qui commence à en avoir jusque-la, de feinter, de zieuter partout alentour avant de baisser encore le masque pour respirer un peu. Marre de voir la même folie dans toutes les cervelles, la même maladie dans toutes les lucarnes. Ras-le-bol, de pratiquer la société comme un sport, en se forçant continûment.

S’il tombe malade, le complotiste, il n’ira pas à l’hôpital, c’est juré. Trop dangereux. Il ira voir un vétérinaire. Sont sains, les vétérinaires. Et compétents. Il entend des voix qui lui chuchotent qu’ « Emmanuel Microbe est un malade émergent ». Qui lui susurrent que « le Conseil Scientifique est constitué de vieux séniles ». Qui lui disent que « la France est une fiotte ».

Mais ça ne le fait même pas sourire.

Ce qui lui rend son sourire, c’est cette mémé qui sort de son immeuble, sans masque, devant plusieurs flics. Elle a un paquet de biscuits à la main, et elle les mange avec hargne, tout en marchant et en fixant les keufs d’un air mauvais. Ils ne savent rien dire, ne savent rien faire, juste la regarder d’un air irrité, tant elle est âgée, magnifique, digne. Elle a plus de 70 ans, la mémé, et elle est asiatique. Le complotiste a envie de la serrer dans ses bras et de lui claquer la bise. De danser avec elle, là, devant les poulets.

 

Parfois aussi, il a des brûlures gastriques, le complotiste moyen. À cause des troupes judéo-chrétiennes masquées. À cause des mougeons, et des bergers, et des chiens de berger… ce gros cheptel de covidés. Il a souvent très envie d’empoigner tout ça, les fous, les rebouteux, avec leurs "personnes fragiles" et leur CoronaTruc – pour les malaxer à mains nues, les pétrir comme une boule anti-stress, encore et encore, bestialement, jusqu’à en faire une grosse pâte informe, couleur caca et toute dégoulinante de jus immonde. Ensuite de quoi il bazarderait cette boule puante dans le vide intersidéral, où elle se métamorphoserait à la longue en planétoïde merdique, constitué pour moitié de ratatouille d’andouilles et pour moitié de fricassée de tarés… Comme ça serait bon, s’il pouvait faire ça, le complotiste moyen.

Au lieu de quoi il se prend lui-même par la main, et il se parle tout bas pour se calmer. « pas s’énerver, pas s’énerver » il se dit, « trop souvent, rarement, les gestes clairs, les réflexes, où vont-ils, comment, dans quelle aventure, quel roman ? » Alors il se met à rêver de ce roman-là, dans lequel les complotistes se serreraient la main, se feraient la bise, entretiendraient une vie sociale conviviale – des gestes clairs. Un monde où les mougeons se prendraient des tartes à la crème, et l’élite de la quintessence scientifique des marrons chauds – des réflexes.


Moyenne des avis sur cet article :  3.52/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • ASTERIX 30 septembre 11:05

    LREM parti le plus lent du monde et un des plus corrompus avec celui de sarko !!

    d’ailleurs ils vont « fusionner »

    qui a lancé l ’isolation A 1 EURO (reste a payer 5000 EUROS )  ?

    qui a lancé pour les seniors la transformation SDB en douche italienne (reste a payer 6000 EUROS )  ??????

    les ARNAQUES POUR VIEUX CITOYENS §§§§§§§§§§§§§§§§§  : LREM !!!

    CE PRESIDENT SE PROMENE AU LIBAN ET AILLEURS ALORS QUE SON PAYS

    DEVIENT UNE REPUBLIQUE BANANIERE )


    • I.A. 30 septembre 11:21

      @ASTERIX
      p>

      Il essaie de foutre sa zone dans les autres pays pour qu’on regarde moins le bordel qu’il a mis en France...

      Et il se fait passer pour un défenseur des droits, en plus. Manque pas de culot !


    • Adèle Coupechoux 30 septembre 11:49

      @ASTERIX

      Un financier ou un banquier ne peut être que corrompu. Quand vous mettez votre salaire sur un compte bancaire vous êtes à sa merci. Cet argent, pour en disposer, il vous faut presque en demander la permission.
      Les aides de l’état et par conséquence aux entreprises, c’est toujours avec les impôts des contribuables. Rien n’est gratuit.


    • Adèle Coupechoux 30 septembre 11:13

      Il ne faut surtout pas craquer....C’est aussi ce que je me répète tous les jours depuis le 16 mars 2020.

      La censure est tellement évidente...Elle était déjà bien présente autour de soi, bien souvent imposée par ceux qui « savent » alors que vous vous ne savez pas.

      J’ai l’impression que nos sociétés étaient déjà préparées à ce qui nous arrivent.


      •  John John 30 septembre 23:16

        Salut Adèle !


        « J’ai l’impression que nos sociétés étaient déjà préparées à ce qui nous arrivent. »

        comme si une vingt-cinquième images par seconde avait été rajoutées voir avant ou dés que le virus ait fait parler de lui ... Un truc dans le style ...

         Une image de plus par secondes tu la vois 60 fois par minutes ... Alors dix minutes ... Puis, plus d’une heure ... Au bout d’un moment ton subconscient ne peut que l’a chopper ! Mais c’est juste une parabole là ... Cela de nos jours peut être bien plus sophistiqué que la petite image subliminale des gentils années 80-90 ou le téléphone portables n’existait pas et que compte Google ou autre ne voulaient absolument rien dire !  


      • Adèle Coupechoux 1er octobre 10:08

        @John

        Hello John,

        Oui c’est ça, une accélération, une amplification, et tout c’est bousculé. 

        En tout cas, le terrain était bien préparé. Si vous pensez aux pub qui nous alertaient et continuent de le faire, avec des microbes carrément furieux voire vicelards qui ricanaient jusque dans la cuvette de nos chiottes...Un coup de Monsieur Propre, pour passer à tout un arsenal de produits plus efficaces les uns que les autres.

        Et le HALTE à la transpiration qui ne devait plus en aucun cas « passer par nous ». Jusqu’à vendre des ani et dé transpirants....

        Un terrain d’hygiénisme...Et puis la télé que la population regarde de plus en plus tardivement jusqu’à en être « soulée » pour s’assoupir devant.

        Sauf que vous comme moi, et d’autres de plus en plus (faut quand même être un chouïa optimiste), leur subconscient a été alerté à un moment. Avant, pendant ou après. En tout cas, même si ça fait mal, nous en sommes conscients, et c’est déjà ça.


      • Adèle Coupechoux 1er octobre 16:41

        @Adèle Coupechoux

        s’est bousculé....Arghhh


      • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 30 septembre 14:14

        Un article magistral, qui résume tout mon sentiment mécontemporain. Merci.


        • I.A. 30 septembre 17:39

          @Mervis Nocteau

          Merci


        • pierrot pierrot 30 septembre 15:23

          Salaud de jeunes.


          • I.A. 30 septembre 15:39

            @Shawford

            Qu’est-ce que vous voulez ? Dans la vie, il faut choisir : le masque ou la boisson ! Savent plus vivre !


          • I.A. 30 septembre 15:41

            @pierrot

            J’vous le fait pas dire !


          • JC_Lavau JC_Lavau 30 septembre 22:30

            Illisible.


            • I.A. 1er octobre 07:53

              @JC_Lavau

              Merci d’avoir essayé de le lire


            • dscheffes 1er octobre 09:32

              Tout à fait d’accord avec vous, juste une petite correction linguistique : « Verschwörerinnen » c’est féminin, le terme exact aurait plutôt du être « Verschwörer ». 

              Mais bon j’dis ça, j’dis rien !!!


              • I.A. 1er octobre 09:49

                @dscheffes

                C’est le pluriel de verschworer, en fait, qui m’intéresse. Verschworen, alors ?


              • Adèle Coupechoux 1er octobre 10:11

                @dscheffes

                Verschwöreren peut-être ? comme mensch et menschen ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

I.A.


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité