• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Le Docteur K

Le Docteur K

Toujours à domicile

C’est au cours d’une séance de dédicace en mon village d’en-France que j’ai eu la surprise et le plaisir de glisser quelques mots sur un roman destiné à la fille de mon vieux médecin d’alors. La dame est une représentante de cette longue lignée qui a symbolisé le dévouement médical dans cette commune ligérienne. Une pharmacie continue ainsi l’œuvre sanitaire d’une famille qui depuis plus de 130 ans n’a eu de cesse de soigner la population locale. Cela méritait bien une petite évocation.

Bernard K était un médecin de campagne comme on n’en fait plus de nos jours. Il était le dévouement et la disponibilité personnifiés. Quelle que fut l’heure à laquelle vous l’aviez ?? , le bonhomme arrivait, sa sacoche de cuir achetée chez le meilleur maroquinier de l’endroit à la main et sa respiration courte et bruyante, annonciatrice de l’homme fatigué.

Il avait dû se réveiller précipitamment un petit matin d’automne pour se précipiter chez nous et me mettre au monde, ma mère refusant d’aller dans les cliniques toutes proches comme cela se faisait dorénavant. C’est dans sa chambre, avec l’aide du bon docteur, qu’elle donna la vie à votre serviteur. Par la suite, sans jamais faillir, le médecin assura le service après-vente avec une efficacité digne d’éloges tant le lascar se montra rebelle à rester en bonne santé.

À chaque appel, il se demandait toujours ce que j’allais lui inventer comme surprise, quelle nouvelle curiosité allait sortir de ma boîte à malices. Il fut servi -je dois à la vérité de le reconnaître- et se montra toujours d’une incroyable perspicacité pour lire dans la liste impressionnante des symptômes que je lui servis. Le gamin d’alors hésitait sans doute à se maintenir en état de fonctionnement, sachant qu’ensuite, il indisposerait grandement ses semblables.

C’est ainsi que je proposai à sa sagacité deux jaunisses et deux rougeoles, une méningite, des crises de colique néphrétique et d’acétone, une péritonite et cerise sur le gâteau une superbe occlusion intestinale. Parfois il se grattait la tête qu’il avait dégarnie pour trouver la nouvelle manifestation de ce gamin qui jouait les trompe-la-mort uniquement grâce à lui. Il eut aussi quelques intuitions géniales qui me maintinrent en vie.

Une fois parti de sa zone d’influence, j’ai modéré ma capacité à attraper tout ce qui était possible, m’offrant même le luxe de la bonne santé passé la cap délicat de la petite enfance. Il avait préparé le terrain, je lui devais bien ça. Depuis, les aléas d’une métropole qui n’a rien d’attractive pour le corps médical me privent de médecin traitant et mon bon vieux docteur d’alors n’est plus pour prendre la relève.

Il ne fut pas le seul dans sa tribu à tenir le stéthoscope et la seringue. Sa sœur , diplômée de pharmacie et de médecine, ne put exercer la médecine dans la même ville que son frère et se contenta de tenir la pharmacie familiale. Pourtant durant la seconde guerre mondiale, c’est elle qui suppléa son frangin, parti faire le soldat. Elle méritait bien d’avoir un centre social portant son nom.

Les petits-enfants poursuivent l’œuvre. L’officine demeure sous le même nom. Une incroyable longévité et une étonnante fidélité. Alors, ce petit hommage n’est pas usurpé, une piqûre de rappel qui exprime tout autant combien notre monde a changé.

Bernard arrivait avec sa diane, une voiture bringuebalante pour se rendre dans les fermes lointaines sans risquer de rester en rade dans les chemins. Point de signe extérieur d'opulence chez lui, le simple désir d’être au service des autres, pas plus que de dépassement d’honoraires, une idée qui lui aurait été inconcevable. Il passait même, durant mes fantaisies, sans demander d’argent. Inimaginable aujourd’hui où nombre de ses jeunes confrères ont souvent un tiroir caisse à la place du cœur.

Voilà j’ai tenu ma promesse faite à sa fille, j’ai tout autant et plus encore remboursé une infime partie de la dette morale que j’ai pour cet homme. Gloire et honneur à sa mémoire et encore merci de m’avoir conduit jusqu’ici.

Redevablement sien.

Documents joints à cet article

Le Docteur K

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 30 décembre 2017 11:19

    et docteur DSK ? ....


    • C'est Nabum C’est Nabum 30 décembre 2017 11:53

      @zygzornifle

      Il s’est fait proctologue réputé
      Nullement généraliste 


    • zygzornifle zygzornifle 31 décembre 2017 14:51

      @C’est Nabum


       beaucoup de ceux qui ont veautés pour Macron devront en consulter un ....

    • C'est Nabum C’est Nabum 31 décembre 2017 17:18

      @zygzornifle

      Les veaux ne consultent pas


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 30 décembre 2017 13:44

      Je fais partie de ces femmes que les médecins haïssent. A quatre ans, une giffle parce que je voulais pas de piqure. Je remercie, la rougeole la varicelle, les fièvres quarte et quinte, les oreillons qu i m’ont permis de lire tous les Pilotes et surtout ma préférée, mais son no mest dans les limbes de ma mémoire : une ballerine détective dans les méandres de l’Opéra de Paris. J’avoue avoi volontairement mis un jour des buvard mouillés dans mes chassures. 38,9, ma chère : au lit. J’ai passé mes examen haut la main. Personne n’a compris que j’étudiais mieux dans mon lit. Maintenatn quand je vais voir mon médecin (une fois par an), je lui dis : bon, j’ai besoin de ceci, cela et encoe ceci.,... MERCI DOC GYNECOCO.


      • C'est Nabum C’est Nabum 30 décembre 2017 18:17

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Ma pauvre
        Vous n’auriez pas pu être infirmière


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 30 décembre 2017 19:07

        @C’est Nabum

        A 18 ans, une amie m’avais proposé de faire un stage dans les hôpitaux. En fin de vie, j’ai tenté de faire une piqures d’insuline à ma mère. J’ai accepté ma défaite. Chacun son job,....Mes soins sont ceux de l’âme.

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 30 décembre 2017 13:46

        Je fais partie de ces femmes que les médecins haïssent. A quatre ans, une giffle parce que je ne voulais pas de piqure. Je remercie, la rougeole, la varicelle, les fièvres quarte et quinte, les oreillons qui m’ont permis de lire tous les Pilotes et surtout ma préférée, mais son nom est resté dans les limbes de ma mémoire : une ballerine détective dans les méandres de l’Opéra de Paris. J’avoue avoir volontairement mis un jour des buvard mouillés dans mes chassures. 38,9, ma chère : au lit. J’ai passé mes examen haut la main. Personne n’a compris que j’étudiais mieux dans mon lit. Maintenant quand je vais voir mon médecin (une fois par an), je lui dis : bon, j’ai besoin de ceci, cela et encore ceci.,... MERCI DOC GYNECOCO.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 30 décembre 2017 13:51

          Détestez moi, ...parce que je le vaux bien.


          • C'est Nabum C’est Nabum 30 décembre 2017 18:17

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Je vais penser le contraire


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 30 décembre 2017 14:11

            K comme potassium. Indispenble pour se maintenir en bonne santé. Figues, dattes. L’hypokaliémie, ou carence en potassium, peut avoir des conséquences dramatiques sur la santé, notamment :

            • des problèmes cardiaques ;
            • des fourmillements aux extrémités ;
            • des troubles de l’humeur ;
            • des crampes musculaires ;
            • une constipation ;
            • des mictions très fréquentes.

            • C'est Nabum C’est Nabum 30 décembre 2017 18:18

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              à défaut de cure de potassium je ferai bien cure de Mélusine


            • juluch juluch 30 décembre 2017 14:12

              Les médecins de campagnes se font rare et on tendance à ne plus se déplacer....


              J’en ai connu de très bon et d’autres d’épouvantablement mauvais !!!

              mais ce petit hommage à votre médecin est touchant....merci nabum !

              il y a Chalot qui évoque votre livre que je n’ai pas encore lu vu le paquet de bouquin en attente sur ma table.....mais ça ne saurait tarder et je vous dirai une fois lu !

              a bientôt le bonimenteur !  smiley

              • C'est Nabum C’est Nabum 30 décembre 2017 18:19

                @juluch

                Oui les médecins ont changé de métier au cours du siècle précédent

                La médecine généraliste va disparaître elle aussi au profit d’une conception fragmentaire de la médecine

                C’est calamiteux


              • Plus robert que Redford 30 décembre 2017 18:50

                @juluch

                J’en ai connu de très bon et d’autres d’épouvantablement mauvais !!!

                Mais ils avaient en commun l’inestimable qualité, celle de l’absence dont on crève, ils étaient là !

                Imaginez-vous, sérieusement atteint d’un mal non mortel mais proprement invalidant et extrêmement inconfortable...

                Décrochez votre téléphone... Messagerie..

                Rendez-vous au domicile de votre préféré praticien : porte close !

                Faites le 15 : bonjour le parcours du combattant !

                De plus, les urgentistes, y’en a aussi des pas bons, des pas compassionnels because salle surchargée, patients pas patients, ou suralcoolisés, ou surexigents, ou surcons !

                Les choses changent ma bonne dame !

                Bonheurs passés,

                Cheveux au vent

                baisers volés

                rêves mouvants

                Que reste-t-il

                De tout cela

                Dites-le moi...

                Un p’tit village

                Un vieux clocher

                Un paysage

                Si bien caché

                Et dans un nuage

                Le doux visage

                De mon passé...


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 30 décembre 2017 19:12

                J’ai un excellent médecin. Il a compris. Quand je rentre dans son bureau, il met ses mains derrière sa tête et me dit : je vous écoute. C’est moi qui le soigne et en remerciement il me donne les quelques cachets dont la prescription est obligatoire. 


                • C'est Nabum C’est Nabum 30 décembre 2017 20:46

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Venez me soigner


                • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 30 décembre 2017 20:59

                  @C’est Nabum


                  Et faîtes des petits , j’ai un stock de bocaux ...

                • C'est Nabum C’est Nabum 30 décembre 2017 22:20

                  @Sharpshooter - Snoopy86

                  Sur le divan du spy le risque est réduit à néant


                • Orangêcitron Orangêcitron 30 décembre 2017 22:50

                  il y a longtemps j’ai croisé parfois un certain Bernard K qui faisait le médecin dans les campagnes du Biaffra....
                  .
                   ????
                  Le SPY connait pas sauf celui que mon copain marin lance quelques fois par vent arrière


                  • C'est Nabum C’est Nabum 31 décembre 2017 08:41

                    @Orangêcitron

                    C’est peu probable que ce soit le même


                  • Orangêcitron Orangêcitron 31 décembre 2017 00:06

                    Votre SPY a-t-il fait ses études à Cambridge ?


                    • C'est Nabum C’est Nabum 31 décembre 2017 08:41

                      @Orangêcitron

                      NON


                    • HELIOS HELIOS 31 décembre 2017 05:00

                      ... il n’y en a plus beaucoup des Dyane.... elle est a vous ou bien c’est une illustration ?


                      en tout cas, belle voiture de collection !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires