• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Le dormeur de la Mas

Le dormeur de la Mas

 

D'un œil seulement...

Il est des expériences qui sont d'une telle intensité qu'on éprouve le besoin d'en raconter le déroulement sans vraiment savoir si le récit à une quelconque chance de toucher le lecteur ni même de lui faire comprendre l'émotion qu'elles ont provoquée chez celui qui malgré tout, veut partager de tels moments. Je prends ici le risque de raconter dans le vide, ce qui au demeurant, ne serait peut-être que la réitération de ce curieux moment...

J'ai reçu il y a quelques jours, un message me demandant si j'étais disposé à venir conter dans une Maison d’Accueil Spécialisée. Fort de mon expérience dans un établissement voisin, qui donna lieu à une vidéo : « Du vide à la vie ! », c'est avec plaisir que je répondais favorablement à cette requête. Je n'imagine d'ailleurs pas refuser à quiconque le plaisir d'écouter des histoires.

J'entrais en communication avec cette personne qui m'expliquait alors que j'aurai à dire mes nouvelles de Loire à un seul résident, lourdement handicapé mais passionné d'Histoire. Je tentais bien d'élargir l'auditoire en demandant si d'autres pensionnaires pouvaient se joindre à lui. Cette suggestion s'avérait impossible.

Puis vint naturellement la question du coût de ma prestation. J'avoue que dans pareille circonstance, il est bien délicat de fixer une valeur à ce qui relève plus sûrement de la plus élémentaire humanité. Cependant, dans pareil cas, la gratuité pose le problème de la crédibilité d'autant plus que ces maisons disposent le plus souvent d'un budget conséquent. J'étais bien en peine de fixer un montant purement symbolique quand j'eus l'idée de proposer mon dernier recueil comme objet transitionnel afin d'établir un contact ainsi qu'un motif à ma visite. L'idée fut retenue.

Je découvrais alors qu'il me fallait établir la facture (je déclare mes interventions au cas improbable naturellement où il vous prendrait l'envie de me dénoncer au fisc) au nom même de ce résident. Le paiement se faisant ensuite par l'intermédiaire de sa tutelle. Je vous concède une gêne devant cette procédure, le sentiment qu'il y avait une forme d'abus à moins que je ne comprenne rien au fonctionnement de cet établissement.

Le jour venu, j'arrivai donc, en tenue de Bonimenteur dans cette structure possesseur d'un certificat de non viralité. On me reçut à l'accueil, me confia à un soignant qui me conduisit dans la chambre de mon « client ». Je découvris un homme dont je suis encore incapable de donner un âge, assis sur un fauteuil médicalisé, profondément endormi ; c'est du moins ce que je perçus dans l'instant. Mon guide me dit que je pouvais lui parler et il me laissa en plan !

Je m'assis face à mon dormeur de la MAS, l'appelai, lui demandai de me faire un signe ; ce qui advenait toujours dans l'établissement précédemment évoqué. Rien ne se passa, il semblait dormir profondément, sans la moindre réaction. Je fus quelques instants pris au dépourvu, incapable de savoir ce qu'il me fallait faire. Je pointai mon nez dans le couloir, vis mon guide précédent qui me suggéra de commencer. « Allez-y, il vous attend ! » Puis fort de ce conseil, il m'abandonna.

Je fis ce qu'il m'avait demandé. Durant quatre-vingt-dix minutes, le guide en main, je lui ai parlé sans le moindre signe de sa part. Je lui lus la dédicace du livre, point de départ et prétexte à ma visite avant que de dérouler des récits tous tirés de ce guide au fil de mon envie. Je fis un long monologue, d'une voix douce comme lorsque je racontais des histoires à mes enfants pour qu'ils s'endorment…

Je finis par me rendre compte du temps qui avait passé n'en revenant pas d'avoir ainsi raconté devant un homme sans la moindre manifestation de conscience. Je me levai, lui dis que je posai le livre, là sur sa petite tablette. C'est alors qu'il ouvrit un œil, rien qu'un et un court instant avant que de replonger dans sa léthargie apparente. J'en fus totalement troublé, incapable de partir, attendant désespérément un autre signe. Puis je quittai mon dormeur de la MAS après avoir reçu le chèque de la main de l'infirmier. Ce paiement fut lui aussi un choc, replaçant ce que je venais de vivre comme n'étant qu'une vulgaire opération commerciale.

J'aurais aimé qu'un membre de cet établissement passe au moins quelques instants afin de vérifier que je remplissais scrupuleusement ma mission. Il n'en fut rien et je m'en allais l'esprit totalement troublé par cette aventure, incapable de percevoir le sens qu'il fallait lui donner. Si un lecteur peut m'en dire plus... Je suis, en effet encore profondément marqué par ce moment dont personne au sein de cette maison spécialisée ne m'avait expliqué la nature exacte.

Interrogativement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Effondré remonté Effondré remonté 6 juillet 17:55

    Merci pour cette relation surréaliste morbide... morbide ? désespérée ? désespérante ?

    A mes heures perdues (elles sont nombreuses), il m’arrive de croire être un adepte du bouddhisme zen... j’entrave un peu la langue de Murasaki Shikibu et de Mishima Yukio... et donc, il m’est arrivé d’aller croiser les jambes, comme une grenouille, et de sécher, macérer sur pieds ou plutôt sur genoux, en lotus (ouille-ouille-ouille...), en za-zen la majeure partie d’une longue journée, 7 fois renouvelée ; toutefois, dans cet austère et interminable emploi du temps, il y avait, juste après la si maigre collation du midi, l’enseignement du Maître !

    Devant les bonzes et les quelques masochistes laïcs de passage, l’auguste gnome barbu commentait des textes décisifs mais obscurs (« Passe sans porte », etc.), avec l’espoir de faire jaillir la lumière dans les bûches respectueusement rassemblées autour de lui... mais ces bûches humaines dodelinaient, s’inclinaient doucement dans le vent des rauques paroles, bustes bûches tournant lentement sur les bassins rivés au tatami !

    C’était leur façon à eux de s’endormir, de faire des micro-coupures (interdites sous peine de bâton pendant la méditation) pour grapiller un soupçon de sommeil réparateur... à la fin, toute l’assemblée s’y mettait, y compris les bonzes d’âge, les acolytes proches du Rôshi, qui piquaient du nez, enfin du buste, aussi bien que les novices... 

    Ayant fait plus tard part de mon étonnement devant ce laxisme étonnant vis-à-vis de l’audience, on me répondit avec un grand sourire qu’il n’était pas nécessaire que les gens soient réveillés pour qu’ils s’éveillent et que l’enseignement du Maître pénétrait et résonnait directement en eux, dans la Vacuité (Mû !), au-delà de la forme.

    Voilà, vous ne saurez donc jamais l’effet de votre action sur cette conscience si inconsciente... celle du grabataire mais la vôtre aussi, y a-t-il vraiment une différence ?


    • C'est Nabum C’est Nabum 6 juillet 18:41

      @Effondré remonté

      Vous ne déniez le droit de penser ?
      J’ai comme un doute sur l’interprétation que je dois donner à votre commentaire


    • Effondré remonté Effondré remonté 7 juillet 04:17

      @C’est Nabum
      Penser... vous ne faites que cela, on ne fait que cela, comment pourrais-je vous dénier ce, ha ha, « droit » !


    • C'est Nabum C’est Nabum 7 juillet 06:33

      @Effondré remonté

      Ici la pensée est souvent décriée


    • Effondré remonté Effondré remonté 7 juillet 13:30

      @C’est Nabum
      ...je présentais les choses d’un point de vue Zen, c’est surprenant au début...


    • C'est Nabum C’est Nabum 7 juillet 13:53

      @Effondré remonté

      Alors restons zen du début à la fin


    • a

      J’ai eu quelques difficultés à me connecter. Comme vous avec cet homme . Le virus Delta est aussi lié à DALETH (DAATH) : la porte....Tout un symbole. Pour franchir le seuil, il faut activer son troisième, celui du coeur.. Par le juda ou le trou de la serrure, il faut trouver la clé... :http://soleildelumiere.canalblog.com/archives/2013/01/17/26178866.html. . Je viens juste terminer de lire un auteur jusqu’à présent inconnu de moi : Le livre fut fait entièrement par l’auteur : Edmond Grégoire : la PORTE du Pays perdu. Petit extrait : Traverse la forêt intérieure où se cache la clé du mystère. en chasse avant le feux du Soir ! De ce perron de serpentine où le dieu rendit son épée, vois le chemin qui marche...


      • C'est Nabum C’est Nabum 6 juillet 19:33

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        J’ai conté devant un corps inerte
        Ce fut terrible pour moi


      • Activer son troisième oeil. Celui détaché des liens matériels,...


        • C'est Nabum C’est Nabum 6 juillet 19:33

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Le matériel n’est pas l’enjeu de cette rencontre


        • arthes, Britney for ever arthes, Britney for ever 7 juillet 07:13

          @C’est Nabum
          Mais il s y est présente sous forme de l argent.
          Pour une fois, ou une foi ( il était une foi) je trouve votre billet touchant.
          Et votre expérience , dans cet intime , particulièrement intense et, bien narrée.
          C est intéressant.
          Comme quoi, il ne faut désespérer de rien.


        • C'est Nabum C’est Nabum 7 juillet 08:42

          @arthes, Britney for ever

          La somme demandée fut plus que symbolique, le seul paiement du livre que j’ai laissé à cet homme dont je ne sais rien


        • juluch juluch 7 juillet 11:49

          mauvaise expérience.....

          Je connais les MAS.....vous avez du avoir l’impression de perte de temps et avoir le morale en berne....

          Je pense qu’il a du capter votre récit mais incapable de se manifester....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité