• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Le remboursement sulfureux de la pilule 3G en 2009 malgré 12 ans (...)

Le remboursement sulfureux de la pilule 3G en 2009 malgré 12 ans d’alertes

Selon le Figaro, les pilules de 3° génération entraîneraient 10 à 30 décès par an en France ! Alors que leur toxicité est connue depuis 1995, rien n'a été fait pour limiter leur prescription aux seules femmes intolérantes aux pilules de seconde génération. En 2009, malgré une position négative très claire de la Haute Autorité de Santé, Xavier Bertrand a exigé solennellement des firmes pharmaceutiques qu'elles déposent un dossier pour que ces pilules soient prises en charge par l'Assurance Maladie ! Sinon...

Dans la célèbre revue médicale Le Lancet, nous pouvions lire que "les patientes sous pilule de 3° génération ont un risque à peu près doublé de thrombose comparé à celles prenant d'autres pilules, après même que les chercheurs aient pu exclure d'autres facteurs de risques comme la cigarette".
C'était en décembre 1995.

En mars 1996, la revue Prescrire reprenait ces informations et recommandait en 2000 de réserver ces pilules de 3° génération en seconde intention.
Le 28 septembre 2001, un document officiel de l'Agence Européenne du Médicament concluait : "Sur la base d'une évaluation scientifique rigoureuse, il a été montré que les femmes prenant des pilules de 3° génération contenant 30 µg d'ethinylestradiol ont un faible risque augmenté de thrombose veineuse par rapport aux femmes sous pilule de 2° génération. Pour les pilules de 3° génération contenant 20µg d'éthinylestradiol, les données épidémiologiques ne suggèrent pas de diminution des risques par rapport à celles dosées à 30µg."
En clair, quel que soit leur dosage, ces pilules peuvent entraîner plus facilement certains effets secondaires, certes rares, mais très graves, que leurs grandes soeurs les pilules de 2° génération.

Un risque de thrombose inutilement doublé par rapport aux pilules de 2° génération, qui passe ainsi à 30 à 40 thromboses pour 100 000 patientes traitées !

Et depuis, les études n'ont pas cessé de pleuvoir, arrivant toutes à la même conclusion. L'une des plus récentes, publiée l'an dernier dans le New England Journal of Medicine portant sur 1,6 million de danoises, et financée par l'Association Danoise de Cardiologie concluait elle aussi en une augmentation du risque du simple au double entre les pilules de 2° et 3° génération. Au cours de l'histoire, la science n'a jamais été aussi unanime et constante dans l'évaluation d'un risque médicamenteux.

Le Dr Dominique Dupagne, médecin généraliste et auteur du blog atoute.org dresse une synthèse claire et précise de la situation.

"La seule explication de l’usage massif de ces pilules de 3ème génération est l’intensité du marketing pharmaceutique auprès des médecins prescripteurs (visiteurs médicaux, formation sponsorisée, presse sponsorisée, congrès payés)." (...) "Les médecins qui sont habitués à se protéger de la désinformation entretenue par le marketing pharmaceutique et ses "experts" prescrivent en première intention des pilules de 1ère/2ème génération depuis 2001, date d’une alerte internationale reprise par la revue Prescrire et les autres revues ou organismes de formation indépendants."

Toujours selon-lui, "ce qui est étonnant, c’est que ces pilules de 3ème génération soient encore remboursées 10 ans après".

Mais les médecins sont-ils vraiment les seuls à être manipulés par le marketing de Big Pharma ?

Le Canard Enchaîné du 9 janvier 2013 aggrave encore ce constat dans un article intitulé "Des pilules miracle... pour les labos". Nous y apprenons que ces pilules de 3° génération, remboursées par la Sécurité Sociale, coûtent en moyenne entre 30 et 40 euros la boîte contre 3 à 5 euros pour les pilules de 2° génération, qui en plus sont souvent génériquées.

Qu'est-ce qui a amené l'Etat à rembourser ces pilules à un tel prix ?

La question est d'autant plus troublante que la Haute Autorité de Santé affirmait en 2007 :

"Compte tenu de l’augmentation du risque de survenue d’accidents thromboemboliques veineux et d’AVC ischémique associée aux contraceptifs oraux de 3ème génération, de l’absence d’étude prospective comparative permettant d’évaluer le bénéfice apporté par les contraceptifs oraux de 3ème génération versus les contraceptifs oraux de 2ème génération, la Commission de la transparence considère que les contraceptifs oraux de 3ème génération n’apportent pas d’amélioration du service médical rendu (ASMR V) par rapport aux contraceptifs oraux de 2ème génération."

En pratique, ces pilules entraîneraient 10 à 30 décès par an en France !

Et pourtant ...

Navigant à contre-courant des recommandations de la Haute Autorité de Santé, Xavier Bertrand, a fait pression sur les firmes pharmaceutiques pour qu'elles déposent des dossiers de remboursement pour ces pilules. Dans Le Télégramme, il s'exprimait le 8 mars 2009 :

"Pour à peu près 23 pilules différentes qui sont sur le marché de troisième génération, une seule est admise au remboursement. Ce n'est pas normal !, a affirmé Xavier Bertrand. Je le dis aux laboratoires : inscrivez ces pilules au remboursement, ce qui fera diminuer leur prix. Elles seront remboursées par la Sécurité sociale. Ou alors, je changerai les règles du jeu, de façon à ce qu'il n'y ait pas la moitié des femmes qui paient leur mode de contraception et d'autres qui pourraient avoir recours à cette pilule de troisième génération, qui ne le font pas pour des raisons financières".

Message reçu.

La vidéo est accessible depuis le site du Quotidien du Médecin.

La situation est troublante. D'un côté, en 2007, les experts de l'Etat écrivent noir sur blanc 12 ans après les premières alertes que cette catégorie de médicaments n'apporte "pas d'amélioration du service médical rendu". De l'autre, en 2009, ces pilules se verront remboursées par la collectivité à des prix jusqu'à 10 fois supérieur...

Pourquoi ?

Mais une nouvelle affaire n'allait pas tarder à occuper davantage la ministre de l'époque, Roselyne Bachelot et à étouffer complètement celle des pilules de 3° génération : une vague histoire de grippe de souche H1N1.

Source :

Combined oral contraceptives and venous thromboembolism, European Medicine Agency, 28/09/2001

Pilules de 3e génération : l'alerte a été lancée dès 1995, Le Figaro, 07/01/2013

Third-generation oral contraceptives : how risky ?
Weiss N.
Lancet. 1995 Dec 16 ;346(8990):1570.

Thrombotic stroke and myocardial infarction with hormonal contraception.
Lidegaard Ø, Løkkegaard E, Jensen A, Skovlund CW, Keiding N.
N Engl J Med. 2012 Jun 14 ;366(24):2257-66. doi : 10.1056/NEJMoa1111840.

"Des pilules miracle... pour les labos", Le Canard Enchaîné, 09/01/2013

Quand Xavier Bertrand vantait la pilule de troisième génération, Le Quotidien du Médecin, 04/01/2013

Réévaluation des contraceptifs oraux de 3ème génération, Haute Autorité de Santé, 10 octobre 2007


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • La mouche du coche La mouche du coche 11 janvier 2013 13:47

    En même temps, ce n’est pas mal que les personnes qui maltraitent leur corps en leur faisant avaler nimporte quoi soient punis. Ils n’avaient qu’à pas prendre de ces cochonneries. Tout va bien. smiley


    • veilchen veilchen 11 janvier 2013 23:16

      On ne connaît pas les effets à long terme de ces hormones. De plus, elles sont mal utilisées (beaucoup d’oublis et d’IVG - 220 000 par an, quoi), sont avalées alors que les femmes fument de plus en plus (déconseillé) et ne protègent pas les femmes contre les MST. Je connais plein de femmes qui se disent protégées avec la pilule quand elles couchent avec n’importe qui. A croire que c’est plus grave de tomber enceinte que de choper le SIDA.
      Et chose que je ne comprends pas, c’est qu’on prescrit la pilule aux adolescentes alors que c’est inadapté. Elles ne sont pas suffisamment sérieuses (14-15 ans) pour la prendre tous les jours sérieusement. Je sais bien qu’un préservatif c’est pas sexy, mais on aurait sûrement moins de problèmes d’IVG et de MST...


    • Sacotin Sacotin 11 janvier 2013 17:28

      M. Bertrand et Mme Bachelot devraient répondre de leur comportement par rapport aux pilules de 3ème générarion. Mais gageons qu’il n’en sera rien, bien entendu.


      • captain beefheart 11 janvier 2013 18:04

        Pour le Bilderberger nommé X.Bertrand il ny a pas de soucis : Ce médicament augmente les bénéfices de Big Pharma ,creuse le trou de la secu et tue en plus ,trois objectifs atteints !!


        • chmoll chmoll 12 janvier 2013 10:23

          ça m’fait penser qu’hier j’lui en est foutue pour 30 giga

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires