• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Les Bienfaits thérapeutiques de l’ocytocine

Les Bienfaits thérapeutiques de l’ocytocine

 L'ocytocine est une hormone produite par notre système cérébral. C'est une variété de peptide sécrétée par des neurones qui se trouve dans une zone spécifique du cerveau : l'hypothalamus. Elle provient principalement de notre cerveau. Malgré tout, d'autres cellules que celles du système nerveux peuvent en sécréter. L'ocytocine est connue pour provoquer notamment des émotions telles que l'empathie, la confiance et la générosité. Elle joue également un rôle important lors des interactions sociales d'après une étude, menée par le Dr Peter Kirsh (et son équipe), parue dans The Journal of Neuroscience le 7 décembre 2005 puis repris dans l'ouvrage philosophique de Mathieu Ricard Plaidoyer Pour L'altruisme. Il a donc été prouvé que l'ocytocine améliore la sociabilité d'une personne en plus d'atténuer l'anxiété. Ils ont également démontré qu'il était possible d'accroître la capacité à accorder sa confiance à autrui sur des sujets à qui les neuroscientifiques avaient administré intra-nasalement de l'ocytocine.

 Par ailleurs, David Feifel et al. ont administré en solution intra-nasale de l'ocytocine sur 19 patients schizophrènes (moyennement atteints). La durée du test clinique n'a pas excédé 3 semaines. Le traitement expérimental consistait à donner un placebo à la place de leurs antipsychotiques habituels ainsi que de l'ocytocine en solution intra-nasale. L'état de santé des patients schizophrènes a changé positivement. Le Dr Feifel et ses collègues se sont aperçus que l'ocytocine présente des propriétés anti psychotique. Les résultats sont extrêmement encourageants. De ce fait, des chercheurs en neurosciences comptent entreprendre des études plus poussées dans ce domaine. Ce qui aura peut-être pour effet, dans un avenir proche, de révolutionner les soins des malades mentaux atteints de certaines psychoses. Le fait est que les essais cliniques du Dr Feifel et Al. ont permis de découvrir que l'ocytocine réduit les sensations de persécution, de suspicion chez les personnes malades. Les symptômes de leur pathologie ont diminué. Sur le court terme, ce test clinique a donc été couronné de succès. Il est fort probable que sur le moyen terme, les symptômes schizophrènes tendraient à se résorber et que sur le long terme la maladie pourrait être éradiquée. Cette potentielle thérapie éliminerait les effets indésirables extrêmement nocifs qui se manifestent lorsqu'un malade prend un ou plusieurs psychotropes. Dès lors, les personnes vulnérabilisées par des psychoses dites incurables tireraient profit de cette hormone surnommée « hormone du bonheur » dans la mesure où en plus de faire reculer leur pathologie, aucun effet dits "secondaires" ne menacerait leur santé. Les découvertes de David Feifel et de ses co-équipiers, pourraient donc soulager les difficultés quotidiennes rencontrés par les personnes souffrant de psychose. Les psychoses sont actuellement traitées avec des médicaments qui assomeraient le plus robuste des éléphants. En effet, la schizophrénie notamment, est considérée comme une maladie chronique justifiant un traitement médicamenteux particulièrement lourd et à vie. Excepté l'industrie pharmaceutique, qui peut se réjouir de ces mesures médica-menteuses draconiennes aux mille et uns effets indésirables ? Derrière le terme « effets secondaires » se cache des effets nocifs pour le patient souvent forcé par son psychiatre de subir, une thérapie basée sur un excès de médicaments. Or, si l'on se base sur la théorie bénéfices/risques, n'importe quel esprit logique comprendrait que les pertes sont supérieures aux gains que les molécules contenues dans les psychotropes sont censées prodiguer. Une vie sociale compromise entre autres par des états de somnolence, des pertes de mémoire, des problèmes de concentration, des tremblements, des nausées, de l'impuissance ou de la frigidité, ne semble pas du tout alerter les prescripteurs de neuroleptiques. Le comble étant que l'on peut trouver dans la partie effets secondaires de la notice de certains antipsychotiques, la mort subite inexpliquée. Pour pallier ce grave problème, dans un rapport de pharmacovigilance du Dr Quadiri Timour, neurocardiologue, il est question d'aborder ce phénomène en exposant des méthodes pas toujours connue des psychiatres pour se prémunir contre les morts subites inexpliquées dues à ces psychotropes qui s'avèrent être au final, des drogues légalisées et dangereuses. D'autant plus que ces dernières, selon une étude scientifique de Van Haren Ne et Al. Datant de 2011, pourraient occasionner des atrophies cérébrales irréversibles et cela même pour une utilisationt sur le court ou le moyen terme. Autrement dit, la prise de ce genre de neuroleptique entraîne une dégénérescence des neurones. Ce genre de chose pourrait être évitée si l'ocytocine remplaçait les traitement psychiatriques défectueux. Ainsi, l'ocytocine pourrait devenir, s'il est utilisé à des fins thérapeutiques, une solution viable pour des majeurs vulnérables ayant le droit à des soins décents, c'est-à-dire, une thérapie efficace qui au lieu de les abrutir chimiquement, contribuera à leur bien-être.


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Diogène diogène 3 janvier 2018 10:21

    « L’ocytocine est connue pour provoquer notamment des émotions telles que l’empathie, la confiance et la générosité.  »


    Moi je connais des gens qui ne secrètent pas d’ocytocine, c’est un caractère héréditaire repéré chez les populations de certains quartiers de Neuilly, mais aussi dans d’autres pays. C’est un critère de recrutement pour l’ENA.

    • JC_Lavau JC_Lavau 3 janvier 2018 10:30

      @diogène. Et aussi pour entrer à l’ENM, Ecole Nationale de la Magistrature.

      Ou pour militer aux .HyènesdeGuerre.

      Françoise Héritier professait que s’il y a dimorphisme sexuel dans l’espèce humaine, c’est à cause d’un complot masculiniste et patriarcal des hommes des cavernes contre les femmes des cavernes, et grâce au théorème de l’hérédité des caractères acquis, etc. etc.

    • Shaw-Shaw Shawford 3 janvier 2018 10:43

      @JC_Lavau

      Il paraît évident au vu des (v)agissements du Lavau agoravoxien que cette molécule est exactement le remède indiqué pour lutter contre les symptômes qui le rongent.

      Nul doute en effet qu’un regain d’empathie, de confiance et de générosité serait de nature à infléchir sa tendance manifeste à l’hégémonie ratiocinante en toute circonstance, doublée d’une volonté de nier la moindre capacité pensante à 100% de ses contemporains sauf lui même.


    • Clémence Cabrol Clémence Cabrol 29 février 23:47

      @diogène
      Vous croyez que le petit personnage du film « Neuilly sa mère 1 » produit de l’ocytocine lorsqu’il regarde avec adoration le poster de M. Sarkozy ? (j’ai sortis la pancarte humour hahaha)


    • JC_Lavau JC_Lavau 3 janvier 2018 10:24

      D’autant qu’une femme qui baise et jouit est infiniment plus agréable qu’une femme qui ne baise ni ne jouit.

      Les organisateurs de guerres civiles en notre Féministan prennent grand soin que leurs militantes ne baisent ni ne jouissent. Surtout pas !

      Les shootés et shootées à la joie de nuire sont en réglage anocytocique, à vie.

      • JC_Lavau JC_Lavau 5 janvier 2018 10:10

        @arthes. C’est plus fort qu’elle : il lui faut reprendre sa posture de supériorité...


      • JC_Lavau JC_Lavau 5 janvier 2018 21:50

        @Self con troll. Ton business, c’est d’enseigner la clarté dans les propos ?
        Ravissant !


      • Ouam Ouam 5 janvier 2018 22:05

        @arthes
        " les femmes se passent de sexe sans problème et se portent mieux et sont plus détendues sans baiser.« 
        Heuu la ca dépends lesquelles et au bout de combien de temps smiley
         
         »que de se forcer à sexer avec un type qui leur déplait ou bien qui ne les attire pas sexuellement..« 
        La forcément d’accord.
        Pour un mec c’est pareil, lorsque ca ne le fais pas.... ca ne le fais pas.

        mais l’un n’implique pas l’autre.
         
         »Il y a des femmes homos aussi, donc elles baisent et elles jouissent, mais pas avec toi, par exemple."
        Et moi j’ai une chance ?  smiley smiley


      • Ouam Ouam 5 janvier 2018 22:13

        @JC_Lavau
        « @arthes. C’est plus fort qu’elle : il lui faut reprendre sa posture de supériorité... »
         
        Jardiner amateur ou pro ?
         
        http://www.pretoo.com/images/stories/virtuemart/product/531.130719.070527_r ateau-1.jpg
         
         smiley


      • JC_Lavau JC_Lavau 7 janvier 2018 09:04

        @arthes. Tiens ? Un raisonnement à l’insulte !

        Tu parles d’une surprise...

      • JC_Lavau JC_Lavau 7 janvier 2018 13:50

        @Self con troll. Au bout que quelques décennies d’abus, ce genre de glapissements en « Tu devrais... » me hérissent les poils du dos.

        Anaphylaxie...
         
        C’est ta môman qui t’a appris à te conduire de le sorte ?

      • JC_Lavau JC_Lavau 7 janvier 2018 14:13

        @JC_Lavau. ... de la sorte.


        Epuisantes, ces fautes de frappe.

      • JC_Lavau JC_Lavau 7 janvier 2018 17:29

        @Self con troll. L’important est qu’elle continue de te télécommander, post mortem.


      • JC_Lavau JC_Lavau 7 janvier 2018 18:03

        @Self con troll. J’en conclus qu’elle n’aimait pas jouir, ta môman, pour t’avoir transmis tant de fiel.


      • JC_Lavau JC_Lavau 7 janvier 2018 18:55

        @Self con troll. Tiens ? Une menace de mort.

        A père manquant, fils manqué : despotique et malveillant.

      • JC_Lavau JC_Lavau 7 janvier 2018 22:58

        @arthes. L’idée même de cesser de raisonner par insultes t’est complètement étrangère. De raisonner autrement que par insultes, impensable.


      • JC_Lavau JC_Lavau 7 janvier 2018 23:53

        @arthes. Il m’arrive même de préciser qu’un gang de tueuses conjurées est un gang de tueuses conjurées.

        Et qu’il a fallu énormément de baraka pour que je leur échappe de mon vivant.
         
        Il m’arrive même de préciser comment et pourquoi des criminelles de droit commun sont hyperprotégées, en notre Féministan judiciaire. Sous la direction et la supervision du Féministan médiatique.

        Il m’arrive aussi de préciser quels oligarques profitent de ta bêtise et de ta malveillance pour organiser ces guerres civiles permanentes. Qui font les délices de ton narcissisme.

        Un peu plus sur György Soros. Lien.
        Pas du tout assez, du reste.

      • JC_Lavau JC_Lavau 8 janvier 2018 10:24

        @arthes. Françoise Héritier l’a saintement professé : que tu sois infoutue de t’extraire des limites du raisonnement par insultes, c’est « tout de la faute d’un complot masculiniste et patriarcal ! »

         
        Même que les violences conjugales entre lesbiennes, ça aussi « tout de la faute d’un complot masculiniste et patriarcal ! »

      • Gabyshka Gabyshka 3 janvier 2018 10:38

        L’ocytocine a également un rôle prépondérant dans l’accouchement. Pour être secrété, il faut évidemment que l’ambiance dans laquelle se trouve la femme pendant l’accouchement soit favorable : lumière tamisée, intimité, calme, détente... Or aujourd’hui, ce qu’on trouve à l’hôpital c’est plutôt : néons blancs, passage de nombreuses personnes, touchers vaginaux à répétition, perfusion et monitoring (contrainte physique)... Tout ce qui est favorable à la sécrétion d’adrénaline qui bloque l’ocytocine. Du coup, administration d’ocytocine de synthèse, péridurale pour en supporter la douleur et on félicite la médecine « moderne » d’avoir permis l’accouchement et sauver la femme et l’enfant.

        (Les choses avancent aujourd’hui, fort heureusement, mais il reste du chemin à faire). 

        • JC_Lavau JC_Lavau 3 janvier 2018 10:50

          @Gabyshka. Dans la vaste famille des nonapeptides, l’ocytocine est spécifique aux mammifères : accouchement ==> allaitement, et protection des babies, inhibition du cannibalisme. 
           

          Même que ça sert à la propagande d’Harun Yahya : « N’est-il pas miraculeux que la poussée de lait intervient dans les 24 h qui suivent l’accouchement, et pas 24 h avant ni 8 jours plus tard ? Donc dieu existe ! ».
           smiley

          Pas d’ocytocine chez les dragons de Komodo. Aussi les petits éclos de l’oeuf ont drôlement intérêt à grimper aux arbres.

        • Diogène diogène 3 janvier 2018 10:59

          @JC_Lavau

          pourtant, les oiseaux ne sont pas des mammifères, mais les mamans zoizeaux sont pleines d’empathie pour le bébé coucou qui vire du nid leur propre progéniture.

          alors moi, je vous demande ; comment se fait-ce, M. Lavau ?
          les français ont le droit de savoir
          la France a peur

        • JC_Lavau JC_Lavau 3 janvier 2018 11:27

          @diogène. En général, je donne des informations exactes. Les oiseaux allaitent-ils ?


          Même leur système de chromosomes sexuels est fort différent du nôtre.
          312 millions d’années séparent leur lignée de la nôtre, au temps du Hylonomus lyelli environ, Appalachien là-bas, Westphalien par ici.

          Tandis que la lignée des thérapsides semble n’avoir évolué vers l’allaitement qu’au Trias inférieur. Très très très en gros vers -240 à -230 Ma. Très approximatif, car ça ne se fossilise pas.

          Les systèmes neuro-endocriniens des oiseaux diffèrent énormément des nôtres, même s’ils ont des convergences évolutives, par exemple l’homéothermie, et aussi des conduites altricielles.
          Dans une couvée de colverts, un seul caneton est jaune comme un caneton domestique. Une autre cane se précipite dessus et le noie. La mère cane n’intervient pas.
          Nous avons des montages neuro-endocrinien qui nous réussissent et garantissent la pérennité de l’espèce. Les oiseaux n’ont pas les mêmes. Le coucou prouve que leurs mécanismes sont plutôt faciles à duper.

        • Diogène diogène 3 janvier 2018 11:44

          @JC_Lavau

          merci pour toutes ces explications

          mais en l’occurrence, même si le mot coucou a donné le mot cocu, ce n’est pas lui qui est dupé, mais les autres !

        • JC_Lavau JC_Lavau 3 janvier 2018 16:01

          @JC_Lavau. Un autre drame de la faible redondance des montages neuro-endocriniens des oiseaux : Une pintade tue tous ses poussins.

          Tout simplement parce qu’elle était sourde. Elle reconnait ses petits à leur pépiement, et attaque tout ce qui ne produit pas ce signal de reconnaissance.

        • zygzornifle zygzornifle 3 janvier 2018 13:51

          beaucoup de politiques en sont dépourvus .....


          • Rincevent Rincevent 3 janvier 2018 14:50

            Ne nous emballons pas ! A partir d’une étude très parcellaire (19 patients, 3 semaines), affirmer qu’on va vaincre la schizophrénie avec ça me semble pour le moins très prématuré. Cette forme de psychose est complexe et on est encore loin d’en connaitre les tenants et les aboutissants. Deux écoles de psys se sont écharpées pendant des décennies sur le sujet. Pour les uns, c’était uniquement génétique, (on allait trouver le gène de la schizophrénie), pour les autres, c’était seulement relationnel (la famille toxique). Les deux positions étaient bien trop exclusives, relevant plus de la croyance que de la science. Aujourd’hui, on semble se diriger vers un mix des deux (fragilité génétique ET événements de la vie détonateurs).

            Le traitement expérimental consistait à donner un placebo à la place de leurs antipsychotiques habituels. J’ai sursauté en lisant ça. En essai clinique, on ne laisse jamais un schizophrène sans traitement ! En fait, c’est plutôt comme ça : http://pelissolo.over-blog.com/article-l-ocytocine-pour-soigner-la-schizophrenie-67592554.html


            • jjwaDal jjwaDal 3 janvier 2018 19:50

              L’auteure aurait pu titrer « les bienfaits thérapeutiques de l’orgasme » vu que cette hormone est secrété en quantité à ce moment. Bon, il me semble qu’on n’a plus tellement besoin d’études poussées pour conclure que les relations sexuelles sont souvent plus bénéfiques à la santé mentale et physique que des neuroleptiques et autres psychotropes.
              Le plaisir est bon pour la santé, disons deux le matin deux le soir et bonne et heureuse 2018. smiley


              • Rincevent Rincevent 3 janvier 2018 23:32

                @jjwaDal

                ‘’deux le matin deux le soir’’
                Rien à midi ?


              • vesjem vesjem 4 janvier 2018 09:28

                @Rincevent
                le midi, çà s’appelle le « café du pauvre » (même si les partenaires sont riches)


              • jjwaDal jjwaDal 4 janvier 2018 16:15

                @vesjem
                En fait c’est une posologie pour actifs ne rentrant pas chez eux le midi et c’est la version LP (libération prolongée). S’il faut courir après la secrétaire du patron ou risquer de se faire traiter de « gros branleur » après une disparition de 5 minutes,ça vaut pas la peine...


              • JC_Lavau JC_Lavau 4 janvier 2018 18:51

                @jjwaDal. Raymond Devos avait bien une idée, derrière la tête.


              • jjwaDal jjwaDal 4 janvier 2018 06:56

                Article intéressant. Il m’a rappelé les recherches en cours sur le rôle antidépresseur des molécules glutamatergiques, style kétamine qui semble bien plus prometteuses que les IRS prescrits à tour de bras. Il est clair qu’on a besoin de molécules nouvelles pour le traitement des maladies mentales au sens large (et pour avoir connu la dépression grave, je mesure rétrospectivment l’altération profonde du fonctionnement cérébral lors de ce type de maladie.).
                Récemment je suis tombé sur la notice d’un IRS qui semble assez récent avec une liste d’effets secondaires qui couvrirait aisément une page format A4. Déjà impressionnant, mais quand on voit que 10% des « consommateurs » notent une absence d’orgasme sous traitement et donc une absence de libération d’ocytocine dans leur cerveau de façon régulière (pour boucler la boucle), on peux se demander au vu de votre article si ce produit n’est pas franchement pire que le mal.


                • Nestor 4 janvier 2018 09:22

                  Salut !

                  (petite parenthèse) ...

                  L’ocytocine et comme qui dirait l’hormone contraire à l’adrénaline ...

                  L’ocytocine est utilisée dans les élevages laitiers depuis déjà un bon bout de temps... Une piqure d’ocytocine détend l’animal !

                  Dans le temps les vieux disaient d’une vache qu’elle ne voulait pas donner son lait parce qu’elle était angoissée, tendue, alors on faisait une injection d’ocytocine ...


                  • Pr gunther-schroebel 7 janvier 2018 13:14

                    "L’ocytocine est connue pour provoquer notamment des émotions telles que l’empathie, la confiance et la générosité. Elle joue également un rôle important lors des interactions sociales [...] Il a donc été prouvé que l’ocytocine améliore la sociabilité d’une personne en plus d’atténuer l’anxiété."

                    d’aucun entendent qu’on pourrait administrer de l’ocytocine aux associables pour les aider, pourquoi pas.
                    mais perso, j’entends plutôt qu’une vie sociale riche augmentent la sécrétion d’ocytocine qui donc guérit sociopathes, paranoïaques...
                    et donc j’en conclus qu’une fois de plus, c’est l’isolement dans nos petites boites qui provoque l’emballement des névroses, l’épidémie de troubles mentaux.
                    que, du coup, la solution à ces problèmes serait peut-être plutôt de revenir à une vie en tribu, en famille, en collocation, en communauté... la vie à plusieurs qu’elle qu’en soit la forme. En collectif, la richesse des interactions sociales constitue le meilleur des remèdes à la sinistrose et la solidarité n’est pas une utopie intellectuelle mais une attitude qui se vit au quotidien. smiley


                    • JC_Lavau JC_Lavau 7 janvier 2018 14:10

                      @Pr gunther-schroebel. Tu sous-estimes les causes, et ne regardes que les symptômes.

                      Le bouc émissaire et souffre-douleurs d’une meute a une vision des meutes moins idyllique que la tienne. Oui, je sais, d’ordinaire, les témoins gênants, on les suicide avant qu’ils aient pu parler, et encore moins écrire...

                       
                      A défaut, par voie d’assassinat furtivement fait.... 
                       
                      Je te suggère une expérience facile :
                      D’abord tu lis la discussion : 
                      Ensuite tu tentes de te logger (connecter) avec mon identifiant : Jacques_L
                      Tu prétends que tu ne sais plus ton mot de passe. Moi aussi du reste je l’ai oublié.
                      Et tu reviens avec la copie du message que tu auras lu.

                      C’est comme cela que ça fonctionne, le communautarisme fondé sur des crimes initiaux (décembre 1926 - octobre 1927) et les secrets de famille toxiques qui demeurent, là depuis plus de nonante ans.

                    • Pr gunther-schroebel 7 janvier 2018 18:29

                      j’imagine que chacun a son propre vécu, avec ses propres fragilités.
                      je ne dis pas que la vie est un long fleuve tranquille, mais il me semble évident que la solitude est le terreau de nombreuses névroses, quand le mental tourne en roue libre sans aucun rapport avec nos congénères, nos pensées les plus fantaisistes moisissent et dégénèrent en toutes sortes de troubles psy.
                      j’ai personnellement vécu dans plusieurs collectifs, toutes ses expériences n’ont pas été idylliques loin de là. mais dans ces quotidiens partagés, nourrit d’échanges ou de confrontations parfois, j’ai évolué, mûri et j’ai fait résilience de plusieurs blessures affectives.
                      Ainsi pour moi l’ocytocine n’est ni la cause ni la conséquence, mais le mécanisme physiologique par lequel l’épanouissement social s’effectue, c’est le remède, l’agent actif, le véhicule...

                      alors, qu’est-ce qu’une vie social de qualité ? ça ne veux pas dire connaître beaucoup de monde, être un noceur infatigable ou être de toutes les soirées du show-biz. une vie sociale de qualité, c’est partager du temps avec des êtres qu’on apprécie, pour ce qu’on leur donne et pour ce qu’ils nous apportent.

                      comme dis le dicton, on choisit ses amis mais pas sa famille, débranchons de temps en temps et allons vers l’autre.


                      • JC_Lavau JC_Lavau 7 janvier 2018 23:23

                        @Pr gunther-schroebel.

                        Des gens sont toxiques, à commencer par les pervers, dans leurs plusieurs variantes.
                         
                        Des environnements humains imposés peuvent être violemment toxiques et malveillants.
                         
                        Les lâches et les carriéristes arrivent très bien à faire fonctionner des institutions aussi ignobles et criminelles que la Sainte Inquisition, sans qu’il y ait besoin d’un grand nombre de grands pervers.
                         
                        Après, la question est celle de leur rayon d’action pour étendre leur nuisance plus ou moins loin.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès