• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > « Pour votre santé »

« Pour votre santé »

Près d'un acte médical sur quatre ne serait pas justifié, selon certaines enquêtes. A cette gabegie soupçonnée s'ajoute les risques inhérents à toutes les investigations invasives ou non : la prise de"rayons" divers et variés n'est pas innocente.

Les médecins seraient donc devenus "fous" ou complètement subordonnés aux modes, aux laboratoires, aux fabricants de matériel d'investigation. Ils seraient aussi très "technos" pour certains ? Peut-être, mais ce n'est pas suffisant pour expliquer l'inflation des actes. D'abord sachez qu'examiner son malade, lui parler, l'interroger, considérer sa personnalité ne paye pas ou misérablement. Ce qui "paye" se sont "les machines à sous", les actes quantifiables, chiffrables : la parlotte ne vaut plus un cloup alors qu'elle est une des investigations essentielles. Vous la rémunérez comment ? 23 € de l'heure ? Ne parlez pas de dépassement ; vous jouez avec votre vie ! Soyons clair "la parlotte" c'est gratuit.

Ensuite, comme toujours chez nous, il est très difficile de "supprimer". Tel examen pourtant complètement obsolète ou simplement remplacé par un autre beaucoup plus performant, demeure dans la liste des documents opposables ou à produire. "Vous n'avez pas fait de radio du crâne ???" NON, mais j'ai fait un scanner ... "OUI ! Certes, mais pas de radio du crâne !"

Autrement formulé : "Docteur est-ce bien nécessaire ?" Non madame, monsieur, si vous me promettez de ne pas porter plainte en cas de mésaventure improbable.

"Docteur, c'est promis"

Les promesses n'engageant que ceux qui les reçoivent, il est plus prudent pour le médecin de pratiquer l'examen superflu. Il figurera au dossier. Le dossier doit être "béton" pour l'expert éventuel. La parlotte, l'expert ne connaît pas.

Un sondage effectué l'an dernier à la demande de la Fédération hospitalière de France (FHF), indiquait que seuls 72 % des actes médicaux étaient "pleinement justifiés". L'enquête corrobore sur certains point ce qui a été écrit plus haut. Elle a été réalisée auprès de 800 médecins (hospitaliers, spécialistes et généralistes libéraux) et ces derniers attribuent ces actes superflus à la demande des patients dans 85 % des cas et à la peur du risque judiciaire dans 60 % des cas... Enfin un rapport du comité américain sur le sujet, a estimé à 750 milliards de dollars les dépenses inutiles en 2009. Ce qui, rapporté à la France, représenterait 40 milliards d'euros mal utilisés ou gaspillés.

***

nouvelobs-cover

Dernière grande nouvelle puisque nous sommes dans le registre : le cholestérol est innocent et à bas les statines. Bof ... Pourquoi pas ? J'en prends tous les jours mais ne suis pas addict !

le Pr Philippe Even, j'ai été dans son service à Laennec, demeure étonnement jeune. Beau gosse en pleine maturité, il devient un très charmant vieillard. J'aimerais qu'il m'indique le produit ...

L'homme du poumon dénonce le lien communément admis entre cholestérol et maladies cardiovasculaires et pointe l'inutilité du traitement par les médicaments de la famille des statines. Pourquoi imaginer une résurgence de luttes intestines entre pneumologues et cardiologues ? Il a dépassé l'âge de ces enfantillages.

De surcroit, Even, plutôt de gauche, est soutenu par un urologue de droite le Pr Bernard Debré, lequel était le chirurgien d'un Président de gauche ... Vous voyez bien que tout ça est très oecuménique. Ils ont cosigné Le Guide des 4 000 médicaments, un best seller soutenu par un plan média d'enfer. Qu'on le sache bien l'existence d'un "mauvais cholestérol" est une faribole, une "farce inventée par l'industrie" pharmaceutique et qui coûte fort cher.

Mais alors, pauvres diables, qu'allez-vous faire ? Attendre la farce suivante : celle qui contredira le tout, dénoncera la faribole des fariboles ?

Croyez-moi faites comme vous le sentez pour l'instant en sachant qu'il s'agit simplement de la préparation d'artillerie nécessaire pour aboutir au non remboursement par les caisses d'assurance maladie et les mutuelles. Ce ne sera d'ailleurs pas très grave puisque l'on vous expliquera que c'est pour votre santé. "Pour votre santé" ça fait tout avaler ... Même les statines !

Le BLOG


Moyenne des avis sur cet article :  3.12/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • jef88 jef88 16 février 2013 12:35

    un problème ignoré et ultra-couteux : le respect du « protocole »  !
    ex :
    95% des changements de prothèses de hanche son faits à des mamys atteintes d’ostéoporose ...donc protocoles adaptés !
    à 57 ans on m’a changé une prothèse (cothyle décroché) et le chirurgien a voulu également changer la pièce fémorale !
    Total le fémur cassé en 5 morceaux, une infection nosocomiale qui dure depuis 11 ans, deux autres changements de prothése et invalidité à 80 %
    Ben oui ! j’avais de (trop ?) bons os ......
    mais si au lieu de réciter sa leçon le chirurgien avait réfléchit ?


    • bakerstreet bakerstreet 16 février 2013 13:13

      Cette histoire de cholestérol n’est pas en fait une nouveauté. Ce qui est nouveau, c’est qu’on en parle.
      il faudrait dire aussi que les médicaments utilisés pour le faire baisser ont bien des effets secondaires, portes ouvertes vers de nouveaux médicaments.
      Et voilà pourquoi votre cheval est bègue.


      • voxagora voxagora 16 février 2013 13:45

        pas besoin d’enquête pour savoir tout ça.

        Je ne reprends que deux points, sachant que nous parlons en général
        - les médecins ne sont pas « devenus fous », 
        ce sont, bien au contraire des aiguilleurs : fournisseurs de pilules et autres consommables
        des fabricants vers le public, et du public vers les-dits fournisseurs.
        C’est la raison pour laquelle Sarkozy a fait du médecin généraliste le référent difficilement contournable.
        - le deuxième point est de la même veine : si la situation ne se trouve pas propice à ce circuit fournisseur/consommateur, pas de problème : la réforme machin qui donne aux diplômés en médecine le droit de faire des psychothérapies sans compétence aucune, permet, comme vous le dites si bien, de « parlotter ». 
        Dans ce cas, c’est trop cher payé, mais comme « c’est remboursé », vogue la galère !
        Le bénéfice n’est pas négligeable : le public est détourné des vrais psychologues, psychiatres et autres psychanalystes qui risqueraient de leur donner l’envie de se passer de médicaments et autres prescriptions tous azimuts.
        Qu’est-ce que la limpide classification freudienne des structures psychiques et du fonctionnement inconscient de la mémoire, par exemple, 
        au regard de la classification en soussous syndromes de sous-syndromes de syndromes eux-mêmes divisés en sous-catégories de comportements, TOUS déviants, puisque référés à une norme artificielle, du DSM 1, 2, 3, 4 ..,
        mais diagnosticables par ordinateur, vite fait mal fait pas de problème
        et soignables directement par les molécules qui font elles-mêmes le travail, 
        il n’y a qu’à tâtonner sur l’acné pour qu’elles trouvent toutes seules, et directement le chemin de la dépression, sans passer par simple déprime ou simple chagrin qui ne rapportent rien.



        • Nanoub Nanoub 16 février 2013 14:10

          Bonjour,

          la fameuse prime de la sécu promise aux « bons »médecins est-elle toujours d’actualité ?

          SI oui, notre médecin fait partie de ceux qui tentent de la décrocher.

          Pour mon mari diabétique, pas de centre de diabétologie, pas d’analyses, il lui faut les réclamer à plusieurs reprises pour obtenir ces analyses obligatoires tous les 6 mois.
          Pour moi, idem, il faut se battre pour obtenir le traitement dont on ne peut se passer.
          Mieux, il est devenu spécialiste en tout, et ne vous envoie chez aucun confrère plus diplômé que lui !

          A 35 euros, oui vous avez bien lu, la visite, ce monsieur devrait se rappeler qu’il a prêté un serment et qu’actuellement il met la vie de ses patients en danger.
          Ne me dites pas de changer : ils sont tous au même tarif dans ma banlieue dortoir, et refusent les nouveaux patients (notre ville compte plus de jeunes que d’adultes et les enfants font la queue après le collège ou l’école).
          En outre, 4 médecins de la ville prennent leur retraite et ne seront sans doute pas remplacés.

          A 40 km de Paris, dans une banlieue verte, il va y avoir pénurie de toubibs !
          Ils veulent tous être dans de grosses villes !


          • bakerstreet bakerstreet 16 février 2013 16:37

            Naboub

            Demandez plutôt une cure ( un truc dont l’utilité n’a jamais pu être vraiment prouvé, si ce n’est que par le bénéfice qu’apporte les vacances), et là, pas de problèmes, vous serez pris en charge par la sécu.
            Les situations de rente sont florès, les prises en charge adatpées supposeraient une indépendance des médecins par rapport aux lobbys.
            Un malade guéri, égal un client perdu


          • foufouille foufouille 16 février 2013 14:11

            quand tu seras malade, tu parlotera
            en general la douleur vient de quelque part
            faut donc faire un examen
            faute d’examen, tu traineras ta maladie des annees

            c’est ce que je connais
            par contre ton examen doit etre bien compris et lu. la, ca va se compliquer


            • viva 16 février 2013 17:12

              Les examens sont encore ce qu’il y a de plus efficaces. Combien de personne décèdent chaque année parce que leurs médecin ont tardé à lui faire un examen de routine. Les scaner et les radios peuvent dans de nombreux cas être remplacé par des IRM qui sont des examens sans risques. Mais nous manquons d’IRM. 

              Vous supprimez ou limitez ces examens là et vous est sur que l’éspérance de vie chute. Perso chez été sauvé grace à l’imagerie par IRM sans elle je ne serais plus là pour en parler. 

              Sinon, si un examen sur 4 n’est pas justifié, cela signifie tout de même que trois sur quatre le sont. Finalement pour savoir si un examen est nécessaire ou pas, il faut l’avoir passé. Les examens un tant soit peu approfondis sont le seul moyen de diagnostique précoce. Le jour ou l’on vous fera passer un examen de routine et que l’on vous vous trouvera une belle saloperie bien agressive, alors que vous vous n’avez aucun signe de maladie.Vous vénérerez la machine et le médecin prescripteur. En général pour les cancer lorsque vous en ressentez les symptomes c’est déjà bien tard. ça n’arrive pas qu’aux autres , cela nous arrivera a quasiment tous, les autres auront la chance ou la malchance de tomber raide d’un coup.

              • BOBW BOBW 16 février 2013 21:41

                Et le scandale des déremboursements croissants décidés par des comités « théodules », même pour des médicaments qui étaient peu nombreux contre l’allergie (réactions contre les antibiotiques comme l’ultra levure, l’arthrose...


                • foufouille foufouille 16 février 2013 23:10

                  en cas d’accidents indemnises par les assurances PRIVEES, la CPAM emploi un expert bidon et ne va pas au tribunal


                  • Ruut Ruut 19 février 2013 09:43

                    C’est un peut comme les dentistes qui font retirer les dents de sagesse systématiquement.

                    Un Médecin devrait avoir un status de Militaire car il combat les maladies.
                    Un Médecin ne devrait pas être un Marchand.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires