• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Pourquoi la grippe est-elle endémique ?

Pourquoi la grippe est-elle endémique ?

 

C'est très simple : il n'y a pas assez de personnes infectées acquérant une immunisation naturelle contre les virus de la grippe à chaque épidémie.

JPEG

L'épidémie de grippe hivernale étant très courte, très limitée, et fragmentée entre différentes souches de virus, l'immunité collective ne peut se réaliser, car un nombre insuffisant de personnes développe une réponse immunitaire naturelle, adéquate et complète face aux virus en circulation.

Pour 2019-2020 en France :

  • 9 semaines d’épidémie (semaine 03-2020 à semaine 11-2020)
  • 1,25 million de consultations pour syndrome grippal durant l’épidémie
  • 2.5 millions de personnes supposées infectées (tous les ans)

Cela fait (2.5/67)*100 = 3.73% de la population qui a été infectée. C'est très insuffisant.

D’après le biophysicien Michael Levitt, il faut 15% de la population immunisée pour atteindre l’immunité collective. C’est pourquoi la grippe est endémique, il n’y a pas assez de personnes naturellement infectées et immunisées à chaque épidémie.

C'est sans compter que beaucoup de personnes se vaccinent et que la vaccination crée une réponse immunitaire partielle à partir d'anciennes souches du virus. La réponse vaccinale n'est donc pas en phase avec la réalité de l'épidémie, elle est déjà caduque.

Ainsi, la folle politique de vaccination massive contre le SARS-CoV-2 n'est pas une bataille contre la maladie, mais une bataille pour perpétuer la maladie et pour empêcher l'immunité collective. La réponse immunitaire des personnes vaccinées est partielle, par le fait même de la vaccination, qui est en plus basée sur d'anciens variants. La stratégie vaccinale est donc vouée à l'échec en ce qui concerne le développement d'une immunité collective.

Le confinement généralisé et la vaccination massive sont ainsi des stratégies qui empêchent l'immunité de groupe puisqu'elles font en sorte d'empêcher l'immunisation naturelle de la population, qui est la seule réponse immunitaire et biologique adéquate face à l'épidémie virale.

Avec le confinement généralisé et la vaccination massive, nous pouvons être très sceptique quant au fait qu'il y ait eu suffisamment d'infections avec une réponse immunitaire complète et naturelle, non vaccinale, pour bloquer la circulation du coronavirus au niveau planétaire. 

Les vagues successives de l'épidémie de COVID-19 témoignent du fait que trop peu d'infections naturelles ont eu lieu et que de nouveaux variants ont ainsi pu recontaminer la population, y compris les personnes déjà naturellement immunisées, et relancer de nouvelles épidémies.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • sirocco sirocco 20 janvier 18:32

    @l’auteur

    J’ai bien suivi votre explication qui me paraît tout-à-fait défendable.

    Mais alors les conditions ne seront jamais réunies pour aboutir à une immunité collective contre quoi que ce soit, où que ce soit, si même la grippe cette pandémie tant partagée dans le monde entier n’y parvient pas ?...

    Vous-même croyez-vous à l’immunité collective ? 

    Connaissez-vous un exemple où elle aurait été obtenue ?


    • Sergio Sergio 20 janvier 19:20

      @sirocco

      Bonsoir Sirocco, sans vouloir vous provoquer, j’en connais une et vous vous doutez bien : c’est la variole avec une immunité quasi mondiale grâce à la vaccination organisée par l’OMS.
      Le danger d’une réinfection n’est pas exclue, je ne voudrais pas vous dire que par curiosité et pour voir, je serai intéressé par cette éventualité, car le refus d’une vaccination serait à tous les coups mortel pour une grande partie de la population mondiale, mais bien sur

      rien à voir avec le COVID.

      Cordialement 


    • sirocco sirocco 20 janvier 20:13

      @Sergio

      Vous ne me provoquez nullement, j’aime bien argumenter.
      Sans être un spécialiste de la question, il me semble que l’auteur évoque surtout dans son article l’immunité naturelle et dans ce cas, celle obtenue à la suite d’une vaccination de masse n’entre pas en ligne de compte.

      Je crois savoir par ailleurs (pour l’avoir lu sur ce bon forum d’AVox) que tout le monde n’est pas absolument convaincu que la disparition de l’épidémie variolique soit entièrement due à la vaccination de masse.

      Comme vous dites, cela n’a rien à voir avec la mascarade du Covid-19 et ses faux vaxxins qui n’ont fait émerger aucune immunité d’aucune sorte (Gibraltar, l’Écosse... très vaxxinés et pourtant très contaminés !)


    • Le421... Refuznik !! Le421... Refuznik !! 20 janvier 20:51

      @Sergio
      Dans le cas de la variole, on parle de vaccin.
      Là, avec le Sras-Cov2, on a un produit à peine plus efficace qu’une tasse de Viandox...  smiley
      Et probablement beaucoup plus dangereux !!


    • Joséphine Joséphine 21 janvier 12:45

      @Le421... Refuznik !!

      Je préfère de loin une tasse de Viandox ! 


    • etonne 21 janvier 13:17

      @Sergio
      vous avez raison (j’ajouterai la rougeole). Ces vaccins sont les seuls stérélisants (qui tuent le virus). Aucun autre vaccin ne tue les virus, mais ils évitent la prolifération infectieuse subséquente
      Le concept d’immunité collective est un modèle mathématique post épidémie qui peut s’écrire ; tout s’est passé comme si l’épidémie s’est arrêtée après que N% de la population était vaccinée


    • I.A. 20 janvier 19:14

      « Les vagues successives de l’épidémie de COVID-19 témoignent du fait que trop peu d’infections naturelles ont eu lieu et que de nouveaux variants ont ainsi pu recontaminer la population, y compris les personnes déjà naturellement immunisées, et relancer de nouvelles épidémies. »

      Oui, vous avez certainement raison.


      Mais ces vagues successives, en ce qui me concerne, témoignent surtout :

      • d’une surenchère et d’une surconsommation de tests ciblant le SARS-CoV-2 et non pas la Covid (la maladie potentiellement grave selon le terrain),
      • donc avec abus de langage permettant de transformer des contaminés en malades
      • dans le contexte d’une monomanie psychotique qui a été capable d’exclure la grippe et toutes les autres vraies maladies de l’inconscient collectif, ainsi que toute le reste de la société, dont le travail, l’éducation, les arts et la culture, les sciences sociales, etc...

      Jamais l’occident ne s’était focalisé à ce point sur une maladie si peu létale.


      • Le421... Refuznik !! Le421... Refuznik !! 20 janvier 20:52

        @I.A.
        Ah si !!
        Létale pour l’économie et les libertés !!


      • I.A. 21 janvier 09:43

        @Le421... Refuznik !!

        En effet, et j’en suis toujours à me demander qui manipule qui.

        • Sont-ce les journalistes, qui seraient en « service commandé » depuis longtemps, et qui auraient surjoué cette énième grippe chinoise ?
        • Dans le but de scotcher les populations à leur télévision ?
        • Ou bien dans le but de faire imposer une dictature sanitaire ?
        • Les hommes politiques sont-ils complices ? Si oui, lesquels ?
        • Et les médecins ? Manipulés, ou complices ? Comprennent-ils seulement où cela va conduire l’occident ?

        Trop de démocratie ont soudainement changé, se copiant les unes les autres dans le sens d’une destruction progressives de nos libertés.


      • Joséphine Joséphine 20 janvier 23:04

        La courbe du diktat sanitaire est ascendante ,celle de l’efficacité du vaccin Pfizer est descendante, mais au bout du compte, c ’est Mc Kinsey qui décidera qui décidera si ce gros Rhume 19 est endémique ou pandémique. 


        C’est ainsi que les choses se passent dans un pays qui a été vendu aux puissances étrangères.« La France, arrière cour de Washington, paillasson d’Erdogan , et hôtel de l’Afrique ! » Jordan Bardella.


        • alain laurent 21 janvier 09:48

           logique imparable ! la peur n’évite pas le danger , bien au contraire , elle l’alimente.


          • jef88 jef88 21 janvier 11:59

            BOOOOFFF ! ! ! La grippe, je m’en tappe ......

            Ma dernière c’était en novembre 1970 . . .

            Et depuis je n’ai même pas été vacciné ! ! !


            • xana 21 janvier 14:33

              @jef88
              Ben t’as eu raison ! Moi non plus je ne suis pas va(xx ?)(cc ?)iné, et en plus j’ai arrêté d’aller faire surveiller ma santé à l’hôpital.

              Et, bonne nouvelle : Je n’ai toujours pas plus de chance de mourir qu’avant !
              Et tout ça en ne tenant aucun compte des restrictions et en ne portant jamais de masque...

              Bon, je mourrai probablement d’un cancer ou d’autre chose, comme l’on fait chacun de mes parents et grand-parents. Par contre j’ai pris mes précautions pour ne pas être emmené à l’hopital contre mon gré. Et mourir proprement quand JE le voudrai.

              Bonne panique à tous les covidés ! Il paraît que le « nombre de cas » EXPLOSE ! Moi ca me fait sourire...


            • racbel 22 janvier 20:44

              Tant qu’il y aura des chemtrails, la grippe sera endémique

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité