• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > SANOFI : 1 milliard d’euros d’aides publiques, 4 milliards de (...)

SANOFI : 1 milliard d’euros d’aides publiques, 4 milliards de dividendes, 400 licenciements en R&D – entretien avec P Collemine

Le PRCF 94 était présent le 4 mars 2021 à Sanofi Vitry pour soutenir les salariés qui manifestaient contre le plan de licenciements de près de 400 personnes en R&D. En 2021, Sanofi va verser 4 milliards d’euros à ses actionnaires, comme en 2020. De plus, le groupe a reçu plus d’un milliard d’euros d’aides publiques en 10 ans ! Malgré tout, ils continuent à licencier à tour de bras et à détruire la production industrielle française pour ne garder que les programmes de recherche les plus rentables. Nous avons interrogé Pascal Collemine, délégué central CGT Sanofi R&D France, pour qu’il nous informe de l’actualité de la lutte engagée. Le PRCF apporte tout son soutien aux salariés de Sanofi et se battra à leur côté contre Macron, le MEDEF et l’UE, pour le maintien des emplois industriels en France, et pour la nationalisation immédiate du groupe, sans contreparties et sous contrôle démocratique des salariés !

Interview de Pascal Collemine (CGT Sanofi)

PRCF94 : Tout d’abord, quel est le contexte de la mobilisation d’aujourd’hui ? Pouvez-vous nous expliquer ce qu’il se passe à Sanofi et quel est l’objectif de cette mobilisation ?

P. Collemine : Nous sommes mobilisés contre le plan de destruction d’emplois chez Sanofi qui va impacter plus de 400 chercheurs en France avec notamment la fermeture du centre de recherche de Strasbourg qui travaillait essentiellement sur l’immuno-oncologie, c’est-à-dire la recherche sur le traitement des cancers. La mobilisation d’aujourd’hui fait suite à celle du 4 février où nous avions fait le procès de Sanofi avec François Ruffin devant le siège de Sanofi, rue de la Boétie [à Paris]. Depuis le 19 janvier, tous les sites Sanofi sont mobilisés dans des mouvements de grève. On souhaite évidemment que ces différentes mobilisations convergent et qu’elles soient de plus en plus fortes. Sanofi ne peut pas licencier dans la période actuelle, surtout en pleine pandémie. D’autant, qu’ils n’ont pas trouvé de vaccin, pour des raisons évidentes qui sont notamment liées aux restructurations successives qui ont diminué les chances de succès en recherche. Sanofi vient d’annoncer 12 milliards d’euros de bénéfices net en 2020 (+340%) et 4 milliards d’euros sont déjà réservés aux actionnaires. Ça ne peut plus durer !

Le gouvernement a donné de l’argent à Sanofi notamment pour la recherche pour le vaccin. Comment expliquez-vous que, malgré ces aides, l’entreprise souhaite licencier des travailleurs ?

P. Collemine :C’est bien le problème. Ces aides publiques sans contreparties sont un véritable fléau pour l’emploi en France, pour la recherche et développement ainsi que pour toutes les activités du groupe car Sanofi fait à la fois de la recherche en amont comme ici à Vitry-sur-Seine, ou à Strasbourg, Chilly-Mazarin et Montpellier mais produit également des médicaments, production essentielle pour la santé publique. En fait, toutes ces aides publiques ne devraient évidemment pas être versées à une entreprise qui génère chaque année entre 4 et 10 milliards d’euros de bénéfices. Ces crédits d’impôts devraient plutôt être orientés vers l’INSERM, le CNRS, et les instituts publics qui, eux, courent après les subventions. En fait, la stratégie de Sanofi consiste à utiliser les services publics, ou en tout cas l’INSERM et le CNRS, pour trouver des médicaments et après les revendre et se faire le maximum de profit. Comme on dit, on socialise les pertes et on privatise les profits !

Pouvez-vous nous donner les chiffres de la mobilisation, notamment le nombre de grévistes ? Quelles sont vos revendications et les actions à venir ?

P. Collemine : Là, nous sommes autour de 200 salariés dans la mobilisation d’aujourd’hui. Nous étions environ 200 salariés le 4 février lorsque Philippe Martinez est venu sur le site pour rencontrer les chercheurs. La prochaine initiative aura lieu le 11 mars devant le Ministère de l’Économie à Bercy. Nous revendiquons l’arrêt du plan de restructuration et nous voulons des embauches permettant de trouver de nouveaux médicaments.

Au PRCF, nous revendiquons la nationalisation des grandes industries stratégiques du pays. Que pensez-vous de ce mot d’ordre ?

La CGT, comme d’autres partis progressistes, revendique un pôle public de la santé dont le médicament ferait partie. Après, une nationalisation comme nous l’avons connue sur Rhône-Poulenc dans les années 1980, je ne pense pas, mais ça doit en effet passer par une non-marchandisation de la santé parce qu’on voit très bien aujourd’hui que le profit des actionnaires passe avant les objectifs de santé publique. L’objectif final est bien sûr l’appropriation sociale des moyens de production mais en tout cas nous devons sortir de cette marchandisation à outrance, c’est évident. Et la CGT porte cette revendication, tout comme le PCF, la France Insoumise et comme bien d’autres partis progressistes.

source : https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/sanofi-1-milliards-deuros-daides-publiques-4-milliards-de-dividendes-400-licenciements-en-rd-entretien-avec-p-collemine-delegue-cgt-video/


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 13 mars 16:34

    Il serrait temps pour les bolchéviques a apprendre le minimum de l’économie et savoir comment fonctionne une entreprise.

    En 2021 ils ne savent pas encore que les dividendes ne déterminent pas les salaires.

    Comparer le revenu salarial avec les dividendes est une niaiserie.

    1-Les salariés sont payés en fonction de leur capacité à faire leur travail, pas en fonction des dividendes. Pertes ou profit ils sont payés. 

    2-Un dividende n’est pas un revenu, mais une part de capital restitué à, celui qui l’a placé.

    N’importe qui (sauf les cocos) sait que le jour de la distribution des dividendes, la part de capital baisse d’autant que la distribution.

    Si un actionnaire Sanofi a une action cotée à 80€, si le dividende est de 4€ le jour de la distribution l’action baisse de 4€ et passe a 76€.

    Le dividende n’est que la part du capital de celui qui a investi.

    3-Privatiser, c’est soviétiser. C’est refuser la concurrence, et donc si l’entreprise fait des Trabans, tous les gens ont des Trabans au lieu d’avoir le choix entre BMW ou Peugeot bien meilleurs.

    Sanofi est victime du collectivisme et de l’absence de capitalisme des système de santé.

    Le principe des sécus collectivistes comme la France, c’est « référencé ou »invisible". C’est pas Sanofi qui fait les licenciements, c’est le collectivisme des monopoles de secu qui le fait.

    Si nous avions une santé privée comme aux USA Suisse ou Corée du Nord, les résultats sont référencés plus vite.

    Mais en France on a des chercheurs marxisés bolchéviques qui ne trouvent rien, ne brevettent rien et cherchent plus comme objectif un statut de fonctionnaire et rentier a vie que découvrir un médicament.


    • charlyposte charlyposte 13 mars 16:39

      @Spartacus Lequidam
      Je confirme que nos pseudos chercheurs ne cherchent pas grand chose hormis un bon salaire à la fin du mois. smiley


    • Wald 13 mars 16:39

      @Spartacus Lequidam

      Si nous avions une santé privée comme aux USA Suisse ou Corée du Nord, les résultats sont référencés plus vite.

      Relis toi, ça fait vraiment branquignol. 


    • charlyposte charlyposte 13 mars 16:47

      @Wald
      Il n’y a pourtant aucune instance de la santé au niveau Européen et pas plus via les états.


    • charlyposte charlyposte 13 mars 16:55

      @Wald
      Sans parler de l’OMS financé par les plus grands bipèdes empoisonneurs.


    • Wald 13 mars 17:11

      @charlyposte

      Je faisais plus allusion aux fautes de construction et à la ridicule mention de la Corée du NORD dans ce gloubi-boulga.

      Sur le fond sa phrase est ridicule, les USA et la Corée du SUD ont une part publique dans leur système médical. Surtout les USA.
      Egalement, il est ridicule d’évoquer les retards de vaccination en France sans prendre en compte un facteur : il n’y a pas de vaccin français à l’heure actuelle. 

      Le niveau argumentatif de Spartacus est « dans le désert, les gens qui ont emporté une citerne d’eau ont moins soif que ceux qui l’ont oublié ». Les fermes à trolls embauchent vraiment n’importe quoi, ça donne l’impression que le couple Mercer ou les frères Koch sont lassés de mettre la main à la poche.


    • Wald 13 mars 17:14

      @Spartacus Lequidam

      Sans parler du fait que notre type met sur le même plan de la recherche fondamentale sur un vaccin avec le fonctionnement d’un système hospitalier. Est-il seulement au courant que la biologie et la médecine sont deux spécialités différentes, avec notamment des cursus universitaires séparés et très différents ?


    • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 13 mars 18:11

      @Wald
      Sur les USA j’ai fait un article détaillé et documenté.
      http://lequidampost.fr/antiamericanisme-demythifie-part1-la-sante/

      Le système de mutuelles privées Américain qui n’a pas de payeur unique collectiviste a pris le risque de référencer et rembourser le Keytruda qui permet aux cancéreux plusieurs années de vie en plus.

      Il a fallut 5 ans après les USA pour que les Français puissent en disposer.
      Les faits sont les faits.
      Tests, vaccins, masques, le collectivisme de la santé tue.

      Les pays ou la santé est privée s’en sortent toujours mieux.


    • taktak 13 mars 18:35

      @Spartacus Lequidam
      « les cons ça osent tout c’est même à cela qu’on les reconnait » M Audiard

      Bon alors l’anticommuniste primaire et nul en économie écrit "Si un actionnaire Sanofi a une action cotée à 80€, si le dividende est de 4€ le jour de la distribution l’action baisse de 4€ et passe a 76€

      "

      Et bien allez donc vérifier que c’est une énorme connerie digne d’un ignare absolu en économie et qui permet de vérifier que ce n’est pas la peine de lire la prose de ce quidam.

      dividende de 2020 : 3.15€ payés le 6 mai 2020
      https://www.sanofi.com/fr/investisseurs/action-sanofi-et-adrs/dividende
      Cours de l’action le 5 mai 2020 : 90.70 €
      cours de l’action sanofi le 7 mai 2020 : 90.75 €

      Voilà.

      Le dividende n’est évidemment pas un remboursement de capital. Le dividende c’est une des formes de versement d’une partie de la plus value produite par les salariés aux détenteurs du capital (les actionnaires).


    • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 14 mars 00:19

      @taktak
      Mais oui, il va falloir l’admettre sans chercher a se persuader a tout pris à rester dans l’ignorance !

      Heureux de vous apprendre quelque chose.
      Maintenant il faut le comprendre.

      Un cours varie d’un plus haut à plus bas.
      En général on prend le cours d’ouverture comme référence.

      Un dividende versé le 6 mai met quelques jours pour modifier le titre.

      Le 7 mai personne n’a encaissé dans le réel le coupon. Il apparait chez les investisseurs le 7-8-9-10. 

      Le 7 mai est bien au cours le plus haut (ouverture). 92,38.
      Le coupon se distribue
      le 11 il est à 88,05€. C’est la prise de sa part du capital et le capital de l’entreprise diminue d’autant..

      Les faits sont les faits.

      Je vous propose d’écouter une minute de cette vidéo qui va vous instruire.
      https://youtu.be/B0fAeoF-eng?t=50


    • taktak 14 mars 10:46

      @Spartacus Lequidam
      Vous ne m’apprenez rien. vous racontez d’énormes bétises que chacun peut constater.
      Le 12/05/20 le cours est à 91.20 €. Après distribution du dividende l’action n’a pas baissée de la valeur exacte du dividende. C’EST UN FAIT.

      Vous vous enfoncez.. Chacun peut mesurer votre ignorance des basiques de l’économie capitaliste.


    • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 15 mars 10:34

      @taktak

      Le déni de l’évidence en permanence.
      Le concept du gauchiste. Nier, nier nier c’est pitoyable.

      N’importe quelle buse qui a un jour acheté des actions sait se basique que la distribution du coupon fait baisser le cours de l’action.

      C’est sur qu’admettre que le dividende est une part du capital, c’est tout le vent de l’argumentation de dizaines d’années d’argumentation de racisme anti-actionnaire qui explose.
      Alors comme a l’habitude il reste le déni.


    • charlyposte charlyposte 13 mars 16:35

      Je pense à Maurice qui chantait... ma pomme, ma pomme ! hum.


      • Le421... Résistant Le421... Résistant 13 mars 16:55

        Avec cette gauche au pouvoir, on ne fait profiter que les riches !!

        C’est affreux.

        Vivement que la droite prenne les commandes...

         smiley


        • ETTORE ETTORE 13 mars 23:52

          M’enfin ?

          Qui mieux que des « chercheurs » pour traverser la rue, et « chercher » un job ?

          Regardez Macrounet, il traverse le quinquennat, sans « chercher » à comprendre quoi que ce soit !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité