• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Une autre palliation, thérapeutique, est possible : mensonge d’Etat (...)

Une autre palliation, thérapeutique, est possible : mensonge d’Etat quant à l’utilisation mortelle des benzodiazépines pour la COVID-19

En France, le Conseil d'Etat, dans son ordonnance du 15 avril 2020 concernant l’accès aux soins des personnes résidant en EHPAD (CE, 2020), évoquait l'utilisation des benzodiazépines dans le cadre de la COVID-19 comme un traitement palliatif pour la dyspnée et la détresse respiratoire. Pourtant, ces drogues sédatives dangereuses sont non seulement déjà fortement contre-indiquées pour les personnes âgées en temps normal mais également tout bonnement contre-indiquées dans le cadre des maladies respiratoires, et donc a fortiori dans le cadre de la COVID-19. Un soin palliatif n'a pas vocation à faire mourir les patients mais à alléger leur souffrance. L'utilisation de benzodiazépines dans les EHPAD dans le cadre de la COVID-19 a choqué plus d'un soignant, alors que rien n'a été fait pour essayer de soigner ces personnes âgées. Des solutions simples et alternatives existent pourtant afin de prévenir la détresse respiratoire, et un soin palliatif particulièrement efficace et étudié depuis des décennies est interdit en France, contrairement aux drogues dangereuses utilisées par le système médical. Parfois droguées à la morphine et sédatées par benzodiazépines, les personnes âgées vulnérables n'ont en effet eu aucune chance de s'en sortir.

"On ne donnait aucune chance aux personnes âgées de s'en sortir"

Cadre de santé dans un EHPAD (FranceInfoTV)

Dès le 11 février 2020, la Haute Autorité de Santé (HAS) publiait des recommandations sur la "sédation profonde jusqu'à la mort" à l'aide de benzodiazépines, ce qui est un tournant idéologique majeur dans le cadre des soins palliatifs, qui ne sont pas destinés à faire mourir les malades mais à alléger leurs souffrances, tout en continuant des traitements destinés à les guérir.

"Je suis encore choquée. Je suis choquée par ça. [...] Qu'on ait osé nous demander de piquer nos patients pour les faire partir plus vite. C'est insupportable."

Médecin dans un EHPAD (FranceInfoTV)

En effet, les benzodiazépines, sédatifs puissants, annihilent la conscience des patients sans essayer de les traiter, ce qui est contraire même à l'idée de palliation, tout en étant susceptible, dans le processus, d'induire des psychoses et hallucinations terrifiantes pour les personnes âgées, très éloignées de l'image d'Epinal dont parlent les médecins de "les faire partir en douceur". Bien évidemment, les patients ne sont plus là pour en témoigner étant donné qu'il s'agit d'une mise à mort et d'une violation de leur conscience...

"Nous avons tous le droit à notre propre conscience et à comment nous approchons la mort."

Paul Stamets, mycologiste

1) Utilisation de drogues dangereuses, contre-indiquées pour les personnes âgées et les maladies respiratoires, dans le cadre de la COVID-19

Sur demande de la Société Française de Gériatrie et de Gérontologie (SFGG), un décret autorisait l’utilisation d'une benzodiazépine, le clonazépam, dans le cadre de l’infection au SARS-CoV-2 :

« Le décret n°2020-293 paru le 23 mars 2020 stipule que la « spécialité pharmaceutique Rivotril® sous forme injectable peut faire l'objet d'une dispensation, jusqu'au 15 avril 2020, par les pharmacies d'officine en vue de la prise en charge des patients atteints ou susceptibles d'être atteints par le virus SARS-CoV-2 dont l'état clinique le justifie » 

Société Française de Gériatrie et de Gérontologie.

Ce décret fut renouvelé par la suite, et la prise en charge des patients dans le cadre de la médecine de ville autorisait également l'utilisation des benzodiazépines pour la COVID-19.

Or, déjà en temps normal et en-dehors du contexte des maladies respiratoires, la Société Américaine de Gériatrie (AGS) déconseille fortement, et sur la base de preuves suffisantes, la prescription de toutes les benzodiazépines pour les personnes âgées (AGS, 2015).

L’utilisation des benzodiazépines est de plus montrée, quelque soit l'âge, augmenter la mortalité dans le cadre de maladies respiratoires :

"Les benzodiazépines sont associées à une augmentation de la mortalité de manière proportionnelle à la dose reçue." (Ekström et al, 2014)

La notice du clonazépam contrindique formellement, noir sur blanc son utilisation dans le cadre des insuffisances respiratoires, comme celles associées avec la COVID-19 :

Contrindications du clonazépam :

N’utilisez jamais Rivotril 1 mg/1 ml, solution à diluer en ampoules :

· Si vous avez une insuffisance respiratoire grave (maladie grave des poumons).

· Si vous avez un syndrome d’apnée du sommeil (pauses respiratoires pendant le sommeil). (BDPM)

Il apparaît donc éthiquement et médicalement incompréhensible que les benzodiazépines, tels que le clonazépam et le midazolam, aient été utilisées dans le cadre de la COVID-19, dont l’une des caractéristiques principales est une détresse respiratoire de type SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère) ou SDRA (Syndrome de Détresse Respiratoire Aigüe), consécutive à l’infection au virus SARS-CoV-2.

Les benzodiazépines, déjà non recommandées pour les personnes âgées en temps normal, peuvent aggraver la détresse respiratoire des patients du fait de la nature sédative de ces molécules, en éteignant leur conscience, ce qui nuit également à leur autonomie et à leur dignité, tandis qu'elles étaient prescrites sur la base de critères non pas médicaux et relatifs à la maladie COVID-19, mais purement subjectifs et externes (Échelle de vigilance-agitation de Richmond).

En effet, un patient non correctement traité pour sa maladie va être agité car en souffrance et anxieux vis-à-vis de son état, ce qui indique la nécessité d’ajuster le traitement ou d’en changer, pas d’aggraver sa condition via la sédation jusqu’à la mort, comme pourtant promue par la HAS en ce début d’année.

Les sédatifs sont présentés aux patients comme un anti-douleur mais ces derniers ne sont pas du tout informés qu’ils peuvent aggraver leur détresse respiratoire, ce qui constitue un grave abus de confiance de la part des médecins par rapport aux malades, qui sont souvent déjà dans l’ignorance de leur état et dans une situation de perte d’autonomie.

L'utilisation détournée des benzodiazépines est par ailleurs souvent retrouvée dans les affaires de viol et de soumission chimique (RivotrilRohypnol), montrant bien que ces médicaments induisent bel et bien une perte d’autonomie supplémentaire chez les personnes déjà vulnérables et/ou âgées dépendantes.

La sédation, dans le cadre de la COVID-19, va ainsi à l’encontre du serment d’Hippocrate et de la Convention de Genève (CNM, 2019) qui, avant toute autre considération, mettent tous deux l’emphase sur le respect de l’autonomie et de la dignité du patient, et la mise en place de soins qui n’aggravent pas leur état de santé. La sédation va également à l’encontre du principe constitutionnel de liberté des consciences (Conseil Constitutionnel), car elle altère, notamment dans le cadre de la sédation profonde, la possibilité même de subsistance de la conscience, par des biais chimiques altérant le fonctionnement du cerveau.

Les benzodiazépines, drogues addictives agissant sur les circuits dopaminergiques du cerveau, peuvent par ailleurs induire des hallucinations, des délires et des psychoses chez les personnes âgées fragiles, et ce d’autant plus si elles sont associées avec des opioïdes, comme la morphine, également préconisée dans le cadre de la COVID-19. Le danger de l’association de ces drogues est par ailleurs pointé du doigt par le National Institute of Health (NIH) aux Etats-Unis (Drug Abuse, NIH).

Les benzodiazépines et la morphine peuvent créer des hallucinations, des psychoses et des sentiments de terreur chez les patients, ce qui est très loin de l'idée de "faire partir les personnes malades en douceur," évoquée par les autorités de santé.

Pendant le confinement, le silence complaisant ou les articles complices des médias autour de ces pratiques mortelles pour les personnes âgées étaient dominants. Très peu de journalistes faisaient alors état de la chose.

2) D'autres solutions sont possibles pour prévenir et traiter la détresse respiratoire chez les malades de la COVID-19

Tout d'abord, l'utilisation de masques comme "contrôle à la source" est de nature à favoriser la colonisation virale des poumons chez les patients infectés par le coronavirus du fait de la respiration dans le masque d'un air contenant des virus expirés. Ne pas porter de masque pour les personnes infectées permet donc de limiter la charge virale et les dégâts occasionnés dans les poumons par l'infection virale, d'autant plus que l'aération correcte des lieux est aujourd'hui montrée être le facteur le plus important pour limiter la transmission virale par micro-gouttelettes dans les bâtiments.

Deuxièmement, une alimentation végétale saine dans les EHPAD aurait été en mesure de prévenir et de limiter l'apparition de formes graves de COVID-19 chez les personnes âgées.

Troisièmement, l'oxygénation préventive, dans le cadre d'une oxymétrie basse, est de nature à accentuer des dommages pulmonaires et dans le cerveau du fait des dérivés réactifs de l'oxygéne créés par le surplus d'apport en oxygène chez le patient (Auten et al, 2009). Les dommages causés par l'oxygène au cerveau et altérant les réflexes respiratoires sont d'autant plus importants que la personne respire par la bouche (Sano et al, 2013). La recommandation aux patients de respirer par le nez aurait ainsi pu permettre de limiter les dommages pouvant aboutir à la survenue d'une détresse respiratoire, tout en limitant également la diffusion de virus dans l'environnement du fait du filtrage opéré par la cavité nasale, aussi concomitante avec une orientation du flux d'air vers le bas.

Enfin, un soin palliatif alternatif aux sédatifs, à très faible risque létal, compatible avec la détresse respiratoire car sans effet sédatif, non addictif et stimulant la conscience tout en respectant l’autonomie et la dignité des patients, existe et est étudié depuis des décennies : la psilocybine, une substance dite "psychédélique" qui est montrée, en essais randomisés en double-aveugle et contrôlés par placebo, être très efficace à unique, haute dose, sur l’anxiété et la dépression des patients avec un pronostic vital engagé, comme dans le cadre de maladies graves en phase terminale (Ross et al, 2016Griffiths et al, 2016).

« Il est extrêmement important qu’à la fin de votre vie vous ayez le droit d’utiliser cette substance (champignons à psilocybine). Qui ose dire que vous n’en avez pas le droit ? Quand cela a été utilisé pendant des milliers, probablement des dizaines de milliers voire des millions d’années…. Et des lois ont été créées pour réprimer son utilisation ces cinquantes dernières années ? Ce n’est pas seulement académiquement naïf, c’est immoral. »

Paul Stamets – Mycologiste, 18 juillet 2020

« Les scientifiques de la Food and Drug Administration ont affirmé qu’ils "n’ont jamais vu un médicament aussi sûr, avec un tel impact favorable, et qui requiert une utilisation si peu fréquente. » (source)

Contrairement aux opioïdes et aux benzodiazépines et au nom même des champignons dont elle provient (champignons dits « hallucinogènes » ou médicinaux), la psilocybine n’induit pas d’hallucinations au sens propre du terme (déréalisation et projection irréelle d’idées sur le monde extérieur perceptif immédiat, de type psychose), mais promeut l’internalisation de la conscience et l’observation objective de son contenu par le patient, ce qui offre une thérapie puissante face à l’angoisse de la mort telle que vécue par les malades en phase terminale, sans mettre en danger leur vie comme le font les sédatifs.

PNG

Illustration : Le score de préjudice à la fois personnel et pour la société des champignons "hallucinogènes" est très bas, contrairement à celui des benzodiazépines, des opïodes et même de la nicotine, qui a été utilisée à tort dans le cadre de la recherche contre la COVID-19 en France.

La psilocybine est montrée favoriser la croissance des neurones dans le cortex (Shao et al, 2021), agissant ainsi à la fois sur l'anxiété et les réflexes respiratoires. La dyspnée peut en effet résulter à la fois de lésions pulmonaires et neuronales, créant l'impression d'étouffer. En favorisant la croissance des neurones dans le cortex de manière durable (Shao et al, 2021), la psilocybine a le potentiel de prévenir et de traiter la dyspnée ainsi que la détresse respiratoire associée à la COVID-19, et peut-être également à des doses sub-psychédéliques et préventives.

Pourquoi les champignons à psilocybine sont-ils donc toujours interdits en France et non utilisés de manière médicale dans le cadre de la COVID-19, en autorisation conditionnelle d'urgence, alors que des drogues dangereuses, mortelles et suscitant la confusion et l'extinction de la conscience chez les malades sont aujourd'hui massivement utilisées ?

Pourquoi le vin, avec un score de préjudice personnel et pour la société très élevé est-il vanté comme "l'âme française" par le Président Macron, tandis que les champignons à psilocybine, substance psychédélique non addictive et au fort potentiel thérapeutique (notamment contre les dépendances aux drogues et à l'alcool) (Bogenschutz et al, 2015) sont-ils interdits ?

 

Références :

Auten RL, Davis JM. Oxygen toxicity and reactive oxygen species : the devil is in the details. Pediatr Res. 2009 Aug ;66(2):121-7. doi : 10.1203/PDR.0b013e3181a9eafb. PMID : 19390491.

Bogenschutz MP, Forcehimes AA, Pommy JA, Wilcox CE, Barbosa PC, Strassman RJ. Psilocybin-assisted treatment for alcohol dependence : a proof-of-concept study. J Psychopharmacol. 2015 Mar ;29(3):289-99. doi : 10.1177/0269881114565144. Epub 2015 Jan 13. PMID : 25586396.

By the American Geriatrics Society 2015 Beers Criteria Update Expert Panel. American Geriatrics Society 2015 Updated Beers Criteria for Potentially Inappropriate Medication Use in Older Adults. J Am Geriatr Soc. 2015 ;63(11):2227-2246. doi:10.1111/jgs.13702

Ekström MP, Bornefalk-Hermansson A, Abernethy AP, Currow DC. Safety of benzodiazepines and opioids in very severe respiratory disease : national prospective study. BMJ. 2014 ;348:g445. Published 2014 Jan 30. doi:10.1136/bmj.g445

Griffiths RR, Johnson MW, Carducci MA, et al. Psilocybin produces substantial and sustained decreases in depression and anxiety in patients with life-threatening cancer : A randomized double-blind trial. J Psychopharmacol. 2016 ;30(12):1181-1197. doi:10.1177/0269881116675513

Ross S, Bossis A, Guss J, et al. Rapid and sustained symptom reduction following psilocybin treatment for anxiety and depression in patients with life-threatening cancer : a randomized controlled trial. J Psychopharmacol. 2016 ;30(12):1165-1180. doi:10.1177/0269881116675512

Sano M, Sano S, Oka N, Yoshino K, Kato T. Increased oxygen load in the prefrontal cortex from mouth breathing : a vector-based near-infrared spectroscopy study. Neuroreport. 2013 ;24(17):935-940. doi:10.1097/WNR.0000000000000008

Shao LX, Liao C, Gregg I, Davoudian PA, Savalia NK, Delagarza K, Kwan AC. Psilocybin induces rapid and persistent growth of dendritic spines in frontal cortex in vivo. Neuron. 2021 Jun 25:S0896-6273(21)00423-2. doi : 10.1016/j.neuron.2021.06.008. Epub ahead of print. PMID : 34228959.


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • tobor tobor 17 juillet 13:30

    Les benzodiazépines induisent un état semi-éveillé, semi-endormi.
    Ce demi-éveil ne permet pas d’activité constructive et ce demi-sommeil n’est pas reposant, c’est juste une camisole chimique, visiblement très en vogue dès qu’un patient pose trop de questions.
    Système médical mortifère et pourri qui demande plus de moyens...


    • zygzornifle zygzornifle 19 juillet 09:22

      @tobor

       Faut pas faire de gosses alors ...


    • devphil30 devphil30 17 juillet 17:34

      Plainte déposée à la cour pénale internationale contre la France et ses dirigeants pour crimes contre l’humanité dans le cadre du Covid

      https://www.profession-gendarme.com/covid-plainte-deposee-contre-la-france-devant-la-cour-penale-internationale-pour-crime-contre-lhumanite/

      La légitimité de Macron de 2017
      https://www.profession-gendarme.com/scandale-macron-alstom-le-pacte-de-corruption/

      P.S. : avant une panne des ordinateurs du Ministère de l’Intérieur pendant le décompte des voix, Macron avait autour de 10% des voix au premier tour sur les 2/3 des suffrages et lorsque la panne s’est terminée le comptage lui donnait 24% sur la totalité des votes ! On a dit que les grandes villes, qui étaient dépouillées en dernier, lui avaient apporté beaucoup de suffrages ! Et le Ministère de l’Intérieur avait envoyé un ordre de pas conserver les bulletins de vote à la fin du scrutin (Ce qui est illégal), ce qui montre la volonté de pas pouvoir refaire un comptage en cas de réclamation !



      • LE PASS SANITAIRE NE SERA PAS OBLIGATOIRE pour l’accès au restaurant du SENAT et au restaurant de l’ASSEMBLEE NATIONALE .


        • zygzornifle zygzornifle 18 juillet 09:17

          Les labos vont soutenir la campagne 2022 de Macron, pas la peine de chercher plus loin voila pourquoi il s’acharne sur le citoyen pour l’amener contraint et forcé a la seringue .....


          • I.A. 18 juillet 09:27

            Excellent papier, bravo à l’auteur.


            • Tesseract Tesseract 18 juillet 14:25

              <mauvais esprit>

              Les champignons de l’illustration, n’est-ce pas des petits psilocybes ??

              </mauvais esprit>


              • Abolab 18 juillet 15:11

                @Tesseract

                N’avez-vous pas lu l’article jusqu’au bout ?


              • Tesseract Tesseract 18 juillet 15:18

                @Abolabf
                Effectivement. smiley
                Bravo pur l’article.


              • Xenozoid Xenozoid 18 juillet 14:37

                j’aurai du mettre la dictée ici, bon je la remet,c’est pour le fun ok ?

                « 

                Hier, le Petit Chaperon Rouge a vendangé des champignons verts et des champignons orange qui poussaient dans la verte forêt derrière chez elle. Ce soir, elle prépare une crème de champignons des bois, car elle participe à l’émission Un souper tout à fait parfait ! La soupe contiendra des amanites tue-mouches et des amanites phalloïdes qu’elle a ramassées sous un gros orme. Blanche-Neige, qui rend quelquefois visite à son amie, a vu les champignons dans la maison et a terriblement peur. Les nains l’ont prévenue : ces cryptogames sont vénéneux. Le Petit Chaperon Rouge, toutefois, est incrédule. Les champignons, que lui a montrés un mycologue, sont comestibles ! Blanche-Neige se demande donc comment convaincre son amie que les invités seront tous intoxiqués après avoir ingéré une soupe préparée avec de tels champignons ! Blanche-Neige se rue sur le téléphone pour que les nains viennent à sa rescousse !

                Les nains l’ont prévenue

                La soupe contiendra des amanites tue-mouches et des amanites phalloïdes ,ces cryptogames sont vénéneux ,les invités seront tous intoxiqués a cause de cela...

                Aujourd’hui, le Petit Chaperon Rouge a vendangé des champignons verts et des champignons orange qui poussaient dans la verte forêt derrière chez elle. Ce soir, elle prépare une crème de champignons des bois, car elle participe à l’émission Un souper tout à fait parfait ! La soupe contiendra des amanites tue-mouches et des amanites phalloïdes qu’elle a ramassées sous un gros orme. Blanche-Neige, qui rend quelquefois visite à son amie, a vu les champignons dans la maison et a terriblement peur. Les nains l’ont prévenue : ces cryptogames sont vénéneux. Le Petit Chaperon Rouge, toutefois, est incrédule. Les champignons, que lui a montrés un mycologue, sont comestibles ! Blanche-Neige se demande donc comment convaincre son amie que les invités seront tous intoxiqués après avoir ingéré une soupe préparée avec de tels champignons ! Blanche-Neige se rue sur le téléphone pour que les nains viennent à sa rescousse !

                Les nains l’ont prévenue... »


                • Xenozoid Xenozoid 18 juillet 14:42

                  @Xenozoid

                  il y a 2 ans dans un festival a groningen, ils vendaient des extrait de champignons a coter des cbd, je leur est demandé si il savait quel champignons ils utilisaient, ils ne savaient pas et regardait l’étiquette, je leur ai dit de se mettre dans les cactus ça fait moins mal au cul...avec mes potes on a rigolé


                • arthes, Britney for ever arthes, Britney for ever 18 juillet 14:43

                  @Xenozoid
                  Les nains, ce sont les zinzins d’avox ?
                  Et Doctorix et Francis * c’est « Prof », ?

                  Bon, ya aussi les « simplets » etc....


                • Xenozoid Xenozoid 18 juillet 14:45

                  @arthes, Britney for ever

                  on n’est pas encore a demain  smiley


                • pemile pemile 18 juillet 15:34

                  @Abolab « La psilocybine est montrée favoriser la croissance des neurones dans le cortex »

                  Je propose donc un sondage sur AVox, que chacun nous donne sa consommation annuelle ?


                  • Xenozoid Xenozoid 18 juillet 15:38

                    @pemile

                    je suis sur que tu peux sans manger les champs,en octobre novembre, tu vois les gens mettre des masques(c’est la saison des vaches folles), tu peux alors voir ceux qui broit du noir...


                  • nono le simplet nono le simplet 18 juillet 15:42

                    @pemile
                    je vois qu’elle est efficace pour traiter les TOC ... champignons hallucinogènes pour tous les complotistes ... traiter le mal par le mal ...


                  • Xenozoid Xenozoid 18 juillet 15:43

                    @Xenozoid

                    c’est aussi la saison des punks dans les champs


                  •  John John 18 juillet 23:52

                    Pipile salut !

                    « Je propose donc un sondage sur AVox, que chacun nous donne sa consommation annuelle ? »


                    Tu fais dans le marketing ... T’as des trucs à vendre ? smiley ... smiley ...

                     

                    En fait tu veux vendre ton stock parce que t’as compris que c’est ça la cause de la dilatation de tes chevilles ... smiley ... smiley ... Spock était apparemment aussi un peu comme ça ... Allez cool Pipile ...  smiley ...


                  • reptile cyrus 19 juillet 00:01

                    @John

                    c’ est surtout que tout le monde se piquouze a l’ arn , 
                    ca lui fait concurence avec ses extrait de dauphin smiley


                  •  John John 19 juillet 00:18

                     Cyrus salut !

                     smiley


                  • reptile cyrus 19 juillet 00:43

                    @John

                    Salut john 


                  • Ouam (Paria statutaire non vaccinné) Ouam 19 juillet 01:43

                    @cyrus
                    c’ est surtout que tout le monde se piquouze a l’ arn , 
                    ca lui fait concurence avec ses extrait de dauphin 

                    Malheureux.... tu es en train de reveler un secret industriel
                     smiley smiley


                  • Ouam (Paria statutaire non vaccinné) Ouam 19 juillet 01:50

                    @John
                    "Tu fais dans le marketing ... T’as des trucs à vendre ?  ...  ...

                    "

                    Quelques migrants par-ci par la peut etre ? smiley
                    Quoique sa page de promotion de l’esclavage a une nouvelle fois rendue l’ame...
                    Comme c’est bizarre, toout disparais ces temps-ci ^^
                     
                    Peut etre un ou deux vieux panzers suivant la collaboration de l’epoque ? ^^
                    Ceux qui servent a confiner les Parisiens , a premiere vue il n’est pas vendeur...
                    il se les garde visiblement bien au chaud pour usage ultérieur peut etre ? smiley


                  • chantecler chantecler 18 juillet 15:40

                    Je pensais naïvement que les benzodiazépine était des anxiolytiques administrés pour diminuer l’anxiété des gens .

                    Certes ces substances ont aussi un effet myorelaxant et peuvent donc être contre indiquées en cas de grave défaillance respiratoire

                    Mais tuer des gens avec du lexomil c’est une grande première .

                    Faudrait peut être arrêter de déconner ?


                    • Abolab 19 juillet 09:22

                      @chantecler

                      Le clonazépam et le midazolam semblait premièrement utilisé dans le cadre de la COVID-19 : ces benzodiazépines étaient et sont prescrits pour l’anxiolyse dans le cadre de la dyspnée et pour « endormir » les malades dans le cadre de la détresse respiratoire.

                      Faire mourir les malades, ils appellent cela les « endormir » dans leur novlangue orwellienne médicale....

                      Nul doute que les benzodiazépines dans le cadre de la dyspnée peuvent contribuer à la mise en place d’une détresse respiratoire, étant donné que ces médicaments sont contre-indiqués pour les maladies respiratoires et d’autant plus chez les personnes âgées dépendantes dont la sensibilité aux médicaments peut être grandement accrue du fait de leur vulnérabilité.

                      Un patient sur deux prenant des benzodiazépines présente des effets indésirables, et d’autant plus chez les patients avec des troubles respiratoires préexistant, ce qu’induit la COVID-19 :

                      « Chez ces patients-là, les benzodiazépines vont ajouter à leurs difficultés. Certes, ils vont traiter l’anxiété, mais peut-être au prix de les rendre encore plus malades », estime le Dr Lisa Blecha.

                      Le syndicat des Jeunes Médecins avait demandé l’annulation du décret :
                      « L’administration de cette molécule (contre-indiquée en cas d’insuffisance respiratoire) à un patient souffrant du Covid-19 aura pour effet d’atteindre une sédation terminale à domicile entraînant le décès »


                    • zygzornifle zygzornifle 19 juillet 09:33

                      @Abolab

                       Parait qu’il y en a même qui ont signé le serment « d’hypocrite » ....


                    • Abolab 19 juillet 11:05

                      @zygzornifle

                      La corruption est totale et l’idéologie aveuglante.


                    • zygzornifle zygzornifle 19 juillet 09:30

                      Des solutions simples et alternatives existent pourtant afin de prévenir la détresse respiratoire

                      On préfère engraisser certains labos en vu des dons officieux et des mallettes de biftons qui seront glissées discrètement a LaREM pour les présidentielles de 2022 ....


                      • Abolab 19 juillet 11:04

                        @zygzornifle

                        Oui, nul doute qu’il va y avoir retour sur investissement. Et au pire, il y a aura toujours de la place dans les Conseils d’Administration de l’industrie pharmaceutique pour les « loyaux » politiciens.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité