• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Une bactérie intestinale responsable du développement des maladies (...)

Une bactérie intestinale responsable du développement des maladies auto-immunes

Une étude américaine, publiée le 9 mars 2018, établit un lien clair entre les maladies auto-immunes et une bactérie intestinale dénommée « Enterococcus gallinarum ». Celle-ci favorise le développement de réactions inflammatoires chez la souris comme chez l’homme. Au-delà des perspectives d’une action thérapeutique efficace contre ces bactéries, cette nouvelle démontre bien, une fois de plus, que l’être humain est un écosystème complexe composé de cellules humaines et de micro-organismes où la frontière entre l’individu, le soi, et son environnement proche et intime, le non-soi, est impossible à séparer. 

Microbiote

SOMMAIRE

LE SYSTEME IMMUNITAIRE UN REMPART FRAGILE

LES RACINES DU MAL DANS L’INTESTIN ?

DES PERSPECTIVES THERAPEUTIQUES CONTRE LES MALADIES AUTO-IMMUNES ?

LE MICROBIOTE UN CENTRE DE GRAVITE DE L’ORGANISME

UN SECOND CERVEAU DANS L’INTESTIN

LE SYSTEME IMMUNITAIRE UN REMPART FRAGILE

Le corps humain se protège des agressions extérieures (provenant de bactéries, virus, champignons…) grâce à un système de défense organisée, le système immunitaire. Ce dernier est susceptible de se dérégler de plusieurs façons. Il peut soit :

- s’affaiblir et ne plus résister aux bactéries et aux virus, c’est l’immunodéficience ;

- donner une réponse excessive contre des substances provenant de l’environnement (pollens, produits chimiques, médicaments…), c’est l’allergie ;

- considérer notre propre organisme comme un ennemi et l’attaquer dans un processus que l’on pourrait qualifier de « suicide physiologique » ou d’auto-destruction, ce sont les maladies auto-immunes (comme la polyarthrite rhumatoïde, le psoriasis, la sclérose en plaque, la myasthénie la maladie de Basedow – hyperthyroïdie -, le diabète de type 1, la spondylarthrite, la maladie cœliaque ou intolérance au gluten, la maladie de Crohn …)

LES RACINES DU MAL DANS L'INTESTIN ?

Des chercheurs de l’Université de Yale, aux Etats Unis, se sont intéressés à une bactérie intestinale, Enterococcus gallinarum, qui a pour particularité de pouvoir migrer de l'intestin vers des ganglions lymphatiques, le foie ou la rate.

Ils ont découvert que lorsque l’Enterococcus gallinarum se trouvait à l’extérieur de l’intestin de souris prédisposées à des maladies auto-immunes, il provoquait une inflammation et surtout stimulait la production d’auto-anticorps – des molécules biologiques – qui s’attaquent à nos cellules. Les chercheurs ont observés aussi les mêmes effets de cette bactérie sur des cellules humaines in vitro. Bien plus, la présence de cette bactérie a été mise en évidence dans le foie de personnes souffrant d’une maladie auto-immune, mais pas chez des personnes en bonne santé.

DES PERSPECTIVES THERAPEUTIQUES CONTRE LES MALADIES AUTO-IMMUNES ?

D'autres expériences ont montré ensuite qu’il était possible de supprimer la réaction nocive auto-immunitaire chez la souris avec un antibiotique (vancomycine) ou un vaccin ciblant E. gallinarum. Les deux thérapeutiques arrêtent la croissance de la bactérie dans les tissus et réduisent l’activité auto-immune. Ces traitements ouvre des perspectives dans la résolution des maladies auto-immunes selon les auteurs de cette étude : la mise au point chez l’humain d’un vaccin spécifique contre la bactérie E. gallinarum pourrait améliorer la vie des patients atteints d'une maladie auto-immune, en particulier dans deux maladies rares, le lupus et l'hépatite auto-immune. La vaccination contre d'autres bactéries étudiées dans cette recherche n'a pas eu par contre d’effets positifs. 

Il faut souligner que cette implication de bactéries intestinales dans les maladies auto-immunes est soupçonnée déjà depuis un certain nombre d’années sans qu’on arrive à en comprendre encore le mécanisme exact. Ainsi, les inflammations de la polyarthrite rhumatoïde précoce sont associées à un profil altéré de la colonisation microbienne de l’intestin. En utilisant une méthode de séquençage globale des gènes, une autre étude antérieure a révélé en effet que 75 % des patients avec cette pathologie à un stade initial et non traitée avaient une nette expansion de « Prevotella copri », une autre bactérie pro-inflammatoire.

Plus largement, l’helicobacter pylori (une bactérie commune dans l’estomac), dont sait déjà qu’elle est directement impliquée dans la survenue de cancers, aurait un lien avec de nombreuses pathologies auto-immunes. On considère d’ailleurs qu'aujourd'hui au Maroc, par exemple, une personne sur deux est porteuse de cet agent infectieux et que 10 % d'entre elles développeront des infections gastriques sérieuses comme les ulcères ou les gastrites chroniques. 

 Des relations de cause à effet sont bien établies aussi entre certains streptocoques, (des bacilles présents fréquemment notamment dans la bouche et les intestins) et le rhumatisme articulaire : à partir d’une simple angine non traitée, des attaques auto-immunes vont survenir, pouvant toucher le cœur, les articulations, le système nerveux central ou la peau, avec de graves conséquences potentielles au niveau des valves cardiaques ou du système nerveux central.

LE MICROBIOTE UN CENTRE DE GRAVITE DE L’ORGANISME

L’étude américaine montre en tout cas, s’il en était besoin, que notre microbiote intestinal contribue largement au bon fonctionnement de notre organisme comme à ses dysfonctionnements. L’homme n’héberge d’ailleurs pas seulement un mais plusieurs microbiotes (cutané, des voies oro-pharyngées, vaginal …) exerçant aussi ce rôle primordial.

Microbiote intestinale Rappelons que le microbiote intestinal, antérieurement appelé flore intestinale, est l’ensemble de la microflore résidant dans l’intestin. Le nombre de bactéries est de 100 000 milliards de bactérie, soit 10 fois le nombre de cellules de l’organisme ! Il comporte environ 100 fois plus de gènes que le génome humain. Chaque individu possède un microbiote qui lui est propre : il s’agit d’une vraie carte d’identité biologique.
Ce dispositif a des fonctions capitales de protection contre la colonisation par d'autres bactéries, de production de molécules antibactériennes, d'aide à la maturation du système immunitaire et d’induction de la réponse immunitaire.
De plus, sa fonction métabolique est incontournable, avec la production de vitamines et d'acide gras à courte chaîne, la synthèse d'acides aminés et la fermentation des substrats non digérés par l'homme.

L’arrivée ces dernières année d’outils de détection moléculaire a permis de faire des progrès immenses dans l’identification des bactéries de la flore intestinale, la détection de leurs anormalités et de leurs interactions avec telle ou telle pathologie.

Les perspectives et les pistes d’application sont prometteuses pour mieux comprendre et même aider à guérir de nombreuses pathologies, auto-immunes ou non. Il faut reconnaître néanmoins que, pour le moment, on en reste encore largement dans le domaine de « l’hypothétique » ou du « potentiel", faute de preuves directes et explicables du lien entre ce « monde » et les maladies, et faute d’une efficacité prouvée des traitements envisagés,

UN SECOND CERVEAU DANS L’INTESTIN

Le tableau serait incomplet sans l’évocation de la spécificité du système nerveux dans le système digestif. Le tube digestif est innervé de façon classique, mais sa grande particularité est d’être aussi représentée par un dispositif complet, le système nerveux entérique (SNE). Il est formé de plus de 200 à 600 millions de cellules nerveuses, soit approximativement le même nombre que celles de la moelle épinière (le cerveau en contient une centaine de milliards). Il véhicule un courant permanent de messages entre le cerveau et l’intestin. Il existe donc un axe intestin-cerveau qui contrôle les processus digestifs, le comportement alimentaire, le système immunitaire gastro-intestinal et la réponse au stress, à la douleur ou aux émotions. Ce SNE s’apparente au cerveau, souffrant parfois des mêmes maux. Il est également capable de lui transmettre les siens en générant des émotions. Le stress, ressenti au niveau du SNE, agit directement sur la muqueuse intestinale et provoque la sécrétion de sérotonine. Cet ensemble inter-réagissant étroitement avec notre microbiote fait aussi l’objet de très nombreuses recherches pour mieux appréhender les dysfonctionnements de notre corps

Casablanca, le 17 mars 2018

Dr MOUSSAYER KHADIJA  الدكتورة خديجة موسيار

اختصاصية في الطب الباطني و أمراض الشيخوخة Spécialiste en médecine interne et en Gériatrie

Présidente de l’Alliance Maladies Rares Maroc رئيسة ائتلاف الأمراض النادرة المغرب
Présidente de l’association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS)

رئيسة الجمعية المغربية لأمراض المناعة الذاتية و والجهازية

POUR EN SAVOIR PLUS :

- S. Manfredo Vieira and al Translocation of a gut pathobiont drives autoimmunity in mice and humans - Science  09 Mar 2018 : Vol. 359, Issue 6380, pp. 1156-1161 DOI : 10.1126/science.aar7201 http://science.sciencemag.org/content/359/6380/1156

- Résumés des interventions de la sixième journée de l'auto- immunite 2016 : infections et maladies auto-immunes et systémiques - Published on Nov 7, 2016  https://issuu.com/khadijamoussayer/docs/resumes_des_interventions_de_la_six

- Journal de biologie médicale : des liens avérés entre les infections et les maladies auto immunes - Association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS) - Published on Mar 22, 2017 https://www.slideshare.net/KhadijaMoussayer/journal-de-biologie-mdicale-des-liens-avrs-entre-les-infections-et-les-maladies-auto-immunes

 - Moussayer Khadija - La barrière intestinale et ses pathologies : Du microbiote au leaky gut syndrome - Doctinews N° 69 Août / Septembre 2014 http://www.doctinews.com/index.php/dossier/item/3445-la-barri%C3%A8re-intestinale-et-ses-pathologies

- Moussayer Khadija - Maladies auto-immunes : Quand le corps s’attaque à lui-même – Doctinews N° 36 Août/Septembre 2011. http://www.doctinews.com/index.php/dossier/item/551-maladies-auto-immunes

ABSTRACT : Bacterial involvement in autoimmunity

The composition of the commensal microbiota is known to influence autoimmune disease development and persistence. Manfredo Vieira et al. identified a gut microbe, Enterococcus gallinarum, that translocates from the gut into the organs of mice with a genetic predisposition to lupus-like autoimmunity. Molecular signatures of gut barrier disintegration and pathogenic T helper cells were evident in the gut, liver, and lymphoid organs during colonization with the pathobiont. The ensuing pathology could be reversed by vancomycin treatment and by vaccination against E. gallinarum. The same bug was also found in liver biopsies of autoimmune patients, but not in healthy controls. (from Science 09 Mar 2018)

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.42/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • alain_àààé 17 mars 15:23

    excellent article mais trés technique pour le commun des mortels comme moi.qui ne suis pas médecin n y autres profession médicales.je suis quand méme curieux des avancées médicale ayant 3 pathologies graves.j ai contacté un association belge et suisse pour étre euthanisé et dont j espére que la france fera passé une loi sur l euthanasie bientot.nous avons mis 19 siécles depuis jésus pour enfin mieux comprendre le corps humain.d abord avec du développement des machines dans les hopitaux ou cliniques ce qui vous permet de comprendre mieux le corps humain.j écri dont Mme la docteresse que le développement et important aujourdhui.Nous allons avoir des étres humains dont des parties du corps peuvent étre remplacé par des prothéses.Mais aussi des vraies études médicales et des médicaments adécoites.nous n avons plus avoir a saigné les gens dans les siécles précédents.je terminerais en souhaitant que demain une partie des maladies seront éradiquées.


    • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 17 mars 16:06

      @alain_àààé
      Bonjour Monsieur,

      Je na sais pas trop quoi dire devant vos souffrances face à trois maladies qui semblent vous décider à une solution grave, mais que je comprends bien.
      En tout cas, vous nous envoyez aussi un message d’espoir et de foi en l’humanité pour améliorer le sort de chacun sur terre. Merci.
      Merci aussi d’avoir apprécié l’article : j’ai essayé quand même d’être compréhensible de tous pour expliciter ses aspects techniques.
       
      Bien cordialement à vous 

    • amiaplacidus amiaplacidus 17 mars 15:45

      Je vous remercie Mme Moussayer pour ce bon article, qui vulgarise sans tomber dans la simplification.


      • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 17 mars 16:08

        @amiaplacidus
        Bonjour,

        Je n’ai qu’un mot à dire : MERCI !
        Bonne journée à vous

      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 17 mars 19:02

        @Dr Khadija Moussayer


        Bonsoir,


        Merci pour votre article, je pense que pas mal de lecteurs ont emmagasinés des nouvelles connaissances, et surtout qu’elles laissent entrevoir pleins d’espoirs.


        @+ P@py


      • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 17 mars 19:11

        @Gilbert Spagnolo dit P@py
        Bonsoir,

        Merci pour votre appréciation, ce qui fait toujours plaisir !
        Oui, on a fait des progrès inimaginables ces dernières années, quand on compare à ce qu’on savait sur le microbiote et les maladies auto-immunes, il y 20 ans.
         
        Encore merci et bonne soirée

      • Alren Alren 18 mars 11:52

        @amiaplacidus

        En effet, article excellent, « pédagogique ».

        Maintenant, va-t-on développer un vaccin spécifique contre la principales accusées, Enterococcus gallinarum ou un antibiotique qui va bouleverser la flore utile de l’intestin ?

        Cela dépendra des intérêts des laboratoires pharmaceutiques et de leurs actionnaires.

        Un vaccin contre une bactérie devrait être, a priori, plus facile à créer que contre un virus, qu’en pensez-vous, docteur ?


      • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 18 mars 12:06

        @Alren
        Bonjour,

        La mise en cause de la bactérie paraît bien prouvée par cette étude.
         Je crois que, pour le reste, il faut rester encore prudent sur les solutions thérapeutiques qui demandent encore beaucoup de recherches (il faut au moins 12 ans pour mettre au point une thérapeutique qui reçoit son autorisation de mise sur le marché).
        Merci d’avoir qualifié mon article de « pédagogique » : ça fait plaisir !
        Bonne journée à vous

      • benyx 17 mars 19:49

        Je me suis toujours posé la question si l’abus d’antibiotiques chez l’enfant en bas age n’est pas à l’origine de différentes maladies comme l’asthme que l’on voit proliférer dans les pays développés ? La destruction ou la modification de la flore intestinale par ces ces antibiotiques dès le plus jeune age ne semble pas de meilleure augure, quand pensez-vous ?
         


        • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 17 mars 20:20

          @benyx
          Bonjour,

          Oui, vous avez absolument raison : l’abus d’antibiotique est nuisible
          Quelques précisions 

          À la naissance, le tube digestif est stérile. Sa colonisation commence à l’accouchement et dépend de son mode de vie, de l’environnement et de l’alimentation. L’excès d’antibiotique ne peut qu’être nuisible pour la maturation du système immunitaire. Le microbiote est mature à l’âge de 2 à 4 ans

          Un univers trop « aseptisé » empêcherait en effet le système immunitaire des enfants d’apprendre à reconnaître ses ennemis. Les cellules immunitaires, par manque de maturité, sont en quelque sorte désorientées et s’attaquent alors par erreur à notre propre corps en l’occurrence par exemple dans le cas du diabète de type 1 aux cellules productrices dans le pancréas de l’insuline, utile à la régulation du glucose dans notre corps. 

          Une étude sino-danoise est venue indirectement conforter cette thèse en montrant que les bébés nés par voie basse et exposés aux premières bactéries au travers du rectum de la mère ont un risque moindre de contracter des allergies (asthme) que les bébés nés par césarienne. 

          Bien cordialement



        • Claude Simon Claude Simon 17 mars 21:05

          J’aime l’étude, mais j’aime pas vos solutions. Du moins pour la polyarthrite.


          Je préfère une petite cuite par semaine (bière, donc levure de bière), puis magnesium, gaver le corps de bonnes bactéries (yaourt de chèvre), aller sur les vitamines (famille D+gcmaf, transporteur de la famille D que l’on trouve dans le kefir), couper du bois et sentir le lichen (Vitamine D3).


          • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 17 mars 21:32

            @Claude Simon
            Bonsoir,

            Oui, votre programme est pas mal et, de toute façon, je n’ai rien proposé comme solution pour la polyarfhrite dans l’article.
            Bonne soirée à vous 

          • Claude Simon Claude Simon 17 mars 21:54

            @Dr Khadija Moussayer

            Mais un grand merci, je vais en parler à la personne qui me contamine.

          • Hijack Hijack 18 mars 00:55

            Voyant le titre, je m’attendais à protester ... mais en lisant, je ne peux que confirmer ces vérités médicales, en connaissance de cause - autour de moi, des personnes sont touchées par ces affections dont le Diabète 1, que j’appelais en pensant exagérer « suicide intérieur » ...
            Merci Docteur.


            • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 18 mars 00:59

              @Hijack
              Bonsoir,

              C’est moi qui suit honorée de votre appréciation positive.
              Bonne nuit

            • ykpaiha ykpaiha 18 mars 02:27

              Bonsoir,
              Souffrant suite a diverses operations de colliques ...imprevisibles (désolé) accompagné de douleurs jusque dans les reins, une moindre sortie devait avoir son flechage toilettes..sinon...(sans compter les sautes d’humeur )
              J’avais, il y a quelques années lu dans une revue américaine, le cas d’une maman qui soignait son fils autiste par un choix de nourriture particulier .
              Personne ne voulait la croire jusqu’a la visite aupres d’un specialiste (avant-gardiste) qui a pu ou su l’entendre mettant ainsi en place un régime permettant d’attenuer les crises de son fils et le medecin en question avait ainsi soulevé l’adequation ventre >cerveau.
              j’ai ainsi testé divers régimes abandonnant les posologies ahurissantes qui m’etaient imposées et qui au final ne changeaient rien. j’ai accompagné le tout d’argent colloidal et bien devinez tout est rentré dans l’ordre lentement, tranquillement.
              Depuis meme plus de régime, juste une dose d’argent colloidal, lorsque je sens mon humeur changer et plus de douleur ni de grosses frayeurs .
              Merci pour votre article.


              • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 18 mars 05:07

                @ykpaiha

                Argent colloïdal

                Bonjour, 

                Merci d’avoir apprécié l’article et tant mieux si vous allez bien maintenant.

                J’avoue que je ne suis pas une spécialiste de l’argent colloîdal. Je sais simplement que des propriétés germicides et bactéricides lui ont été attribuées autrefois et qu’il est connu depuis l’Antiquité.  La Food and Drug Administration (FDA) aux Etats a interdit en 1999 les mentions lui prêtant une quelconque propriété thérapeutique ou préventive. Malgré l’interdiction, de nombreux sites web anglo-saxon ou français continuent d’attribuer des propriétés antibiotiques ou un usage médical du colloïde d’argent, ce qui a amené la FDA a publié des lettres d’avertissement  et de mise en garde.

                Cordialement

                 Référence Nanoargent : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nano-argent

                 



              • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 18 mars 15:30

                @Vraidrapo
                Bonjour ;

                Oui, vous avez raison de mettre en cause les interêts corporatistes et les conflits d’intérêt.
                Il n’en reste pas moins que l’usage de l’argent colloîdal est plus que contreversée.
                Je vous remercie de vos appréciations sur l’article et surtout son accessibilité ; : cest un beau compliment.
                Bonne journée

              • ykpaiha ykpaiha 18 mars 19:50

                @Dr Khadija Moussayer
                Bonsoir,
                Je comprend tout a fait et apprécie votre ethique, et surtout votre réserve en qualité de praticien,
                Cependant loin de faire une apologie, mon témoignage reste dans le cadre d’un protocole administré « légalement », avec son lot de désagréments, en comparaison avec des médecines alternatives complémentaires, surtout en relation avec les « cerveaux » intestinaux, dont on comprend seulement aujourd’hui l’importance.
                la prise de toute médication en surdose, quelle qu’elle soit, remet détruit les équilibres corporels
                En en toute connaissance de cause beaucoup de praticiens et laboratoires franchissent le rubicon, utlisant le corps des patients comme une pyramide de ponzy.


              • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 18 mars 23:23

                @ykpaiha
                Oui, la prise d’un médicament n’est jamais anodine : en Suède ou en Hollande la majorité des consultations ne donnent pas lieu à une prescription médicamenteuse, c’est une autre philosophie et conception de la médecine


              • popov 18 mars 13:24

                @

                Dr Khadija Moussayer
                Bonjour et merci pour cet article informatif et bien écrit.
                 
                Les organismes vivants sont en effet bien compliqués, où chaque composante semble avoir une influence sur toutes les autres.
                 
                Vous parlez de la flore intestinale et de son influence sur la santé. Il y a aussi la faune intestinale (oxyures, ascaris, ténia) qui a plus ou moins disparu dans les pays développés.
                 
                J’avais lu il y a quelques années un article qui disait beaucoup de bien de cette faune. Je l’ai retrouvé en ligne ici.
                 
                Une hygiène élémentaire (par exemple bouillir l’eau) augmente la durée de vie moyenne, principalement en réduisant le taux de mortalité infantile. Mais un excès d’hygiène peut nuire.
                 
                Difficile de trouver le juste milieu.

                • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 18 mars 14:00

                  @popov
                  Bonjour,

                  Oui, vous avez complètement raison sur le rôle de la faune et des études sembleraient indiquer que la diminution observée de cette faune perturbe le système immunitaire.
                  Je vous remercie beaucoup d’avoir apprécié l’article.
                  Bonne journée

                • zygzornifle zygzornifle 18 mars 14:36

                  La meme bactérie infecte le cerveau de beaucoup de nos politiques de tout bords ....


                  • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 18 mars 16:02

                    @zygzornifle

                    C’est possible mais, alors là, j’avoue que ce n’est plus de ma compétence !
                    Bonne journée

                  • Odin Odin 18 mars 15:28

                    Article intéressant, mais je vais me faire l’avocat du diable.

                    Je pense que vous auriez pu parler en amont des bonnes pratiques pour que notre deuxième cerveau se porte bien.

                    « Dites-moi ce que vous mangez et je vous dirai (qui vous êtes)

                    comment est et sera votre état de santé »

                    Rien sur la bouffe industrielle avec ses excès de sel de sucre et surtout des produits chimiques que l’on trouve à foison.

                    Par contre, le futur remède miracle :

                    « Un antibiotique (vancomycine) ou un vaccin ciblant E. gallinarum. Les deux thérapeutiques arrêtent la croissance de la bactérie »

                    Et rien sur les méthodes naturelles que la médecine « moderne » oublie trop facilement pour vanter les miracles d’une nouvelle molécule sortie d’un laboratoire pharmaceutique dont l’objectif principal est d’obtenir le maximum de dividendes pour ses actionnaires, comme ceux de Sanofi en hausse depuis 24 ans et dont ceux pour 2017 sont de 5,66 milliards.

                    Pourtant il y a de nombreuses études sur l’enzyme allinase (ail) ou EPP (extrait de pépins de pamplemousse) pour le bien être de notre deuxième cerveau, mais il est vrai que les labos ne peuvent breveter ce qui est naturel.

                    Cordialement.


                    • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 18 mars 15:59

                      @Odin
                      Bonjour,

                      Je vous remercie d’avoir trouvé mon article intéressant.
                      Je suis d’accord avec vous et sur votre citation « Dites-moi ce que vous mangez et je vous dirai (qui vous êtes) ».
                      J’ai moi-même repris cette citation d’Hippocrate « La nourriture est un remède… Que votre remède soit donc votre nourriture » dans un powerpoint que j’ai fait sur la nutrition des personnes âgées 
                      cf en page 2 : 

                      L’alimentation industrielle, la pollution, les perturbateurs endocriniens sont des paramètres très importants à prendre en compte dans les maladies auto-immunes. Je les ai évoqués dans des articles précédents sur Agoravox. J’ai préféré simplement dans cet article cibler sur quelques problématiques et descriptions utiles à mieux connaître car on ne peut pas à chaque fois parler de tout : ça été un choix volontaire de ma part.
                      cijoint un lien sur un article concernant l’impact de l’environnement sur les maladies auto-immunes où je parle vraiment à fond de ce problème (polluants, engrais métaux lourds, etc)


                      Bonne journée et encore merci de votre message

                       


                    • foufouille foufouille 18 mars 16:07

                      @Odin
                      "mais il est vrai que les labos ne peuvent breveter ce qui est naturel."

                      le labo le met dans une gélule et le vend cher comme pour le cannabis.


                    • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 18 mars 16:32

                      @foufouille
                      Oui, c’est vrai


                    • hervepasgrave hervepasgrave 18 mars 18:13

                      Bonjour,
                      Instructif ,mais la véritable recherche pour les traitements médicaux devrait être secondaire.Certes cela peux enrayer une maladie ,devenir un palliatif aux maux et aux souffrances,mais la plupart du temps devient une drogue et les effets se retournent plus sur l’usager.Les recherches seraient bien plus utile et efficace sur la santé public en recherchant les causes afin de prévenir les effets destructeurs.
                      Nous voyons dans l’actualité quotidienne et ancienne qu’il y a beaucoup de problèmes humains et des handicaps avec les traitements.Ils ne sont pas fabriqués pour guérir .Ils sont fabriqués pour devenir une drogue commerciale faite pour durée .Maintenant effectivement nous avons deux cerveaux et l’intestin est celui qui prend le mauvais en charge.Il faudrait faire des recherches sur l’intellect (en excluant bien évidemment toutes recherches de pouvoir et d’influences) Nous avons les capacités de résister a ces maladies,mais il faut soit avoir les moyens d’avoir une vie saine ou devenir ascète pour surpasser les médicaments.Il faut s’attacher a prévenir plutôt que de vendre des illusions. Après qu’il faille dix ans avant de vendre un médicament cela peux se comprendre.Mais est-il sage de faire de la promotion ??Car pendant ce temps là cela ne doit pas rassurer les malades.Je suis plus réaliste comme l’est un des commentateurs de votre article .Je suis bien chargé en maladies et je sais faire abstraction de ma petite personne.Mais pour le plus grand nombre ??


                      • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 18 mars 22:40

                        @hervepasgrave


                        Bonjour,
                        Je suis d’accord avec vous et je ne suis pas une adepte du médicament à tout prix. Cf mon aricle précédent sur la Cortisone :
                        Il faut savoir aussi que le médicament est encore un luxe dans beaucoup de pays pauvres ou intermédiaires comme le Maroc : la consommation moyenne par habitant est de 200 dirhams, soit autour de 20 euros, par an dans mon pays. Beaucoup de gens pauvres traînent aves des maladies banales car ils n’ont pas les moyens. Et, on en voit encore beaucoup arriver trop tard pour se faire encore soigner efficacement dans les centre de soin. 
                        En tout cas merci de votre message et bonne soirée


                      • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 20 mars 09:47

                        @Vraidrapo
                        Bonjour,

                        Merci de votre message et de vos encouragements.
                        Un coucou à Rabat

                      • joletaxi 18 mars 19:04

                        article factuel et compréhensible...une rareté ici, en général,mais qui bien évidemment ne résiste pas à la pensée unique du moment :
                        le naturel, madame, il n’y a que ça de vrai
                        le diable est chimique

                        On oublie, et c’est une chance.
                        Car nos parents, ils ont dégusté non ?
                        Que d’épidémies, que de maladies invalidantes, douloureuses,que de souffrances, au bon temps où il n’y avait pas de McDo
                        On découvre, on cherche, et on avance, et je n’ai qu’un regret, c’est d’être né trop tôt.
                        Rien n’empêche de faire attention à ce que l’on ingurgite, rien ne vous force à réchauffer une pizza.
                        Rien ni personne ne vous oblige à boire, à vous « shooter »(à part bien sur le turbocapitalisme), à fumer même des trucs bizarres,ni ne vous empêche à faire du sport,
                        Il serait temps que l’on apprenne aux jeunes ce qu’est la responsabilité personnelle,

                        Rétablir la confiance en la sciences est une responsabilité écrasante pour le monde scientifique, qui a eu tendance ces derniers temps à utiliser celle-ci à des fins personnelles, y compris idéologiques.


                        • foufouille foufouille 18 mars 19:27

                          @joletaxi
                          tu es vache. elle est médecin au maroc et les médicaments sont assez cher donc elle n’a pas trop le choix de proposer des trucs naturels.


                        • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 18 mars 23:09

                          @joletaxi

                          Bonsoir,
                          Je vous rejoins complètement.
                          On fait aussi actuellement beaucoup de « business » avec le « naturel », allant même jusqu’à inventer de nouveaux problèmes de santé qui ne pourraient trouver de solutions que par des méthodes soit disant alternatives ! Des multinationales s’engouffrent aussi dans cet eldorado à la mode, "le naturel’
                          Merci d’apprécier le côté factuel de mon article
                          Bonne soirée 

                        • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 18 mars 23:18

                          @foufouille
                          Bonsoir,

                          Malheureusement, les trucs soit-disant naturels sont à la mode au Maroc et peuvent même se vendre plius chers que les médicaments

                        • Dr Mengele 18 mars 21:30

                          Je pense que c’est une étude bidon, pour cacher la véritable cause des maladies autoimmunes :

                          les vaccinations qui perturbent le système immunitaire

                          L’ Enterococcus gallinarum a toujours existé contrairement à l’explosion des vaccinations

                          • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 18 mars 23:15

                            @Dr Mengele

                            Bonsoir
                            Les maladies auto-immunes ont toujours existé aussi sauf qu’autrefois les maladies infectieuses tuaient les gens avant que les maladies auto-immunes aient pu faire leurs dégâts.
                            Bonne soirée

                          • sweach 20 mars 10:46

                            @Dr Khadija Moussayer
                            Les vaccins et le Biotope ont une action sur le system immunitaire.

                            Les deux arguments ne sont pas incompatible pour justifier l’auto-immunité.

                            Dans le cas des vaccins, les adjuvant enflamme le system immunitaire donc cela peut révéler une maladie auto-immune déjà en nous.

                            Là l’étude montre un lien entre le Biotope et l’auto-immunité.

                            Une personne ultra protégeait, qui mange stérile, qui vie dans un environnement aseptique et fait plein de vaccin, sera bien plus sujet aux maladies auto-immune.

                            On arrive au point ou il faut volontairement s’infecter pour guérir ou se prémunir des maladie auto-immune.

                          • slayer27 19 mars 09:27

                            @Dr Khadija Moussayer,

                            Bonsoir Dr,
                            Merci pour votre article, j’ai actuellement une HAI et suis suivi par un gastro-hepathologuqe en France. Votre article me redonne de l’espoir et j’espère également aux autres personnes atteintes de maladie auto-immune. Quand je lis certaines réactions liées à votre article, je souhaiterai vivement que ces gens sachent réellement le mal que peut procurer au quotidien ce genre de maladie (douleurs diffuses, extrême fatigue donc des difficultés de concentration, la peur de l’évolution de la maladie a chaque prise de sang, vivre avec l’angoisse). De plus j’ai associé à mon hépatite auto-immune un syndrome sec mais la n’est pas le débat. Ma question est la suivante, vous dites dans votre article que l’antibiotique VANCOMYCINE a eu des effets bénéfiques, pourquoi ne pas traiter dans ce cas la ? Au pire, qu’est ce qui pourrait se passer en prenant ce médicament ? je parlerai de votre article à mon médecin.
                            En tout cas, merci pour votre travail, heureusement que des personnes comme vous existent car non seulement vous êtes médecin, mais rien ne vous oblige a prendre le temps de rédiger vos articles. Donc merci pour le partage d’information (qui est l’essence même de l’internet !)
                            Cordialement.


                            • Dr Khadija Moussayer Dr Khadija Moussayer 19 mars 09:48

                              Bonjour,

                              Tout d’abord, merci de vos compliments qui me vont droit au coeur !
                              Oui,l’hépatite autoimmune est une maladie sérieuse : heureusement qu’on la contrôle bien maintenant avec des médicaments qui peuvent éviter la nécrose, la fibrose, la cirrhose ou d’autres complications. Il faut surveiller le syndrome sec qui est peut-être un Gougerot-Sjögren.
                              Pour en revenir à l’étude, elle prouve bien le rôle de la bactérie dans les processus auto-immuns mais il faut encore être prudent sur les suites applicables à l’homme avec de nombreuses recherches complémentaires, en particulier sur l’utilisation de tel ou tel produit, y compris la vancomycine.Il faut se méfier des effets d’annonce spectaculaires, mais sans lendemain.
                              De toute façon, je pense que vous êtes suivi par un spécialiste ad Hoc dans un centre de compétence ?
                              On fait énormément de progrès actuellement dans la compréhension des maladies auto-immunes, mais je sais bien que quand on est malade, ça ne va jamais assez vite !
                              En tout cas, bon courage.
                              Bonne journée à vous et encore un grand merci pour votre message

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès