• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Vincent Lambert n’est pas en fin de vie

Vincent Lambert n’est pas en fin de vie

« Il y a des jours où je dis "laissez-moi crever !". Mais d’autres où je souris, où je ris aussi… Comme Vincent Lambert, j’ai été classée à tort en fin de vie et condamnée à la dénutrition. Aujourd’hui, je suis là pour dénoncer cette injustice et dire que j’aime la vie. » (Amélie, interrogée par "Le Figaro" le 17 juin 2019).



Amélie, comme un millier et demi en France, est une rescapée de la vie, appelée personne "cérébrolésée". Elle était dans le même état que Vincent Lambert et risquait le même sort. Le sort de Vincent, il est fluctuant en fonction des décisions de justice, entre la vie et la mort. Cela fait presque onze ans que Vincent a eu son accident qui l’a placé dans cette double tragédie : celle d’un handicap très lourd puisque son état est considéré comme pauci-relationnel, et celle de devoir affronter une justice prête à le faire mourir.

En effet, Vincent Lambert n’est pas sauvé. Ce lundi 24 juin 2019 aura lieu une audience de la Cour de cassation saisie par le gouvernement pour reprendre la procédure d’arrêt d’alimentation et d’hydratation de Vincent Lambert. Ce jeudi 20 juin 2019, le procureur général de la Cour de cassation, François Molins, a préconisé de casser la décision de la cour d’appel de Paris qui avait ordonné in extremis la suspension de l’arrêt d’alimentation et d’hydratation commencée le 20 mai 2019. Si les juges suprêmes suivaient sa recommandation, la vie de Vincent Lambert serait en danger dès la semaine prochaine. Étrange justice française qui s’enorgueillit d’avoir aboli la peine de mort et qui, pour certains de ses juges, voudrait arrêter la vie d’un homme non seulement innocent (évidemment), mais aussi se situant parmi les plus vulnérables et fragiles dans une République qui proclame la solidarité et la dignité nationales.

Reparlons justement de cet état de conscience altérée, appelé "état pauci-relationnel", dans lequel est hélas plongé, peut-être irréversiblement (mais il y a des "cas" où l’irréversible est devenu réversible), Vincent Lambert. Le plus important à comprendre est que Vincent n’est pas en fin de vie. Cela se saurait après plus de six ans de procédures judiciaires. S’il avait été en fin de vie, il ne vivrait plus aujourd’hui.

C’est sans doute la difficulté de comprendre le sujet. Vincent n’est pas en fin de vie, il n’est même pas malade, il n’a pas de maladie incurable, il n’a pas à être soigné, il n’est pas branché, il respire seul, son cœur bat naturellement. Vincent est une personne en situation de profond handicap, à ce titre, en situation de grande dépendance, comme des dizaines de milliers de personnes en France. C’est la réponse que la société doit apporter aux plus fragiles qui est essentielle dans une République sociale, solidaire et fraternelle.

Pourquoi Vincent Lambert est-il encore hospitalisé alors que son état ne demande plus d’hospitalisation ? Pire : pourquoi est-il enfermé à double tour ? Pourquoi n’est-il pas dans la bonne unité, il n’a pas besoin de soins palliatifs (il ne souffre pas), il a besoin de rééducation pour renforcer sa déglutition, il a besoin de kiné, il a besoin de fauteuil roulant, il a besoin de stimulation pour tenter une amélioration, au lieu d’être enfermé. Ce qu’on lui propose, c’est de passer d’un enfermement à perpétuité à un arrêt de vie, alors qu’il mériterait d’être pris en charge par une unité spécialisée pour les personnes "cérébrolésées".

Le docteur Bernard Jeanblanc dirige une telle unité et ne comprend pas qu’on puisse faire de telles confusions sur l’état de santé de Vincent Lambert. Il explique qu’il a dans son service un homme de 35 ans, qui est là depuis trente ans, c’était un enfant de 5 ans qui a eu un accident. Les personnes dans l’état de Vincent Lambert ont une grande espérance de vie. Ils sont en bonne santé. À part quelques périodes sous antibiotiques, l’homme en question n’a eu aucune maladie, aucun soin particulier pendant ces trente années.

Ce médecin dit également que la sonde gastrique est un moyen d’éviter de s’étouffer avec sa salive ou sa nourriture (si de la salive tombe dans les poumons, il y a aussi un risque grave d’infection pulmonaire). Cela n’a rien à voir avec un matériel lourd de réanimation. Des personnes dotées d’une sonde gastrique peuvent vivre chez elles, et même recevoir de la nourriture hachée préparée hors contexte hospitalier (à condition d’avoir une personne qui s’occupe d’elles).

C’est ce qu’a témoigné, sans fioritures, le docteur Jeanblanc au cours d’une conférence tenue le 12 juin 2015 à Strasbourg.





De son côté, le journal "Le Figaro" a mené l’enquête pour connaître la vie de quelques-unes des personnes qui sont dans le même état que Vincent Lambert et la première constatation, c’est que ces personnes sont vivantes et en bonne santé. Contrairement à Vincent Lambert, elles ont la possibilité d’être dans les meilleures conditions pour éventuellement évoluer favorablement, ou, le cas échéant, bénéficier des derniers avancements de la médecine neurologique.

Il y a Jean-Pierre Adams, qui était un footballeur professionnel lorsqu’il a eu un accident d’anesthésie pour une opération bénigne en 1982, ce qui l’a plongé dans cet état pauci-relationnel. Il était un partenaire de Marius Trésor et a joué pour Nîmes Olympique, Nice et Paris Saint-Germain. Je l’ai déjà évoqué car il a pour ami fidèle le journaliste Jacques Vendroux, ancien directeur du service sports de Radio France, qui prend très régulièrement des nouvelles auprès de sa femme, une véritable sainte qui l’accompagne à domicile depuis plus de trente-sept ans : « D’ordinaire, on veut partir avant l’autre, mais moi, j’appréhende l’avenir. Qui s’occupera de lui ? » ("Le Figaro" du 17 juin 2019). Elle avait réussi à faire sortir son mari de l’hôpital au bout de quelques mois : « Là-bas, on ne s’occupait pas de lui : il avait perdu 11 kg quand je l’ai repris. ». C’est ce que veulent les parents de Vincent Lambert : le faire sortir de l’hôpital pour qu’il puisse être stimulé, vivre ailleurs qu’enfermé entre quatre murs.

Il y a Amélie, mère de cinq enfants, qui a eu un arrêt cardio-respiratoire en 2014. On a dit à son mari qu’elle ne respirerait plus tout seule et qu’elle ne se réveillerait pas, que son cerveau était détruit. Mais il a refusé le verdict des médecins qui avaient pourtant commencé une procédure d’arrêt d’alimentation. Lorsqu’ils ont coupé le ventilateur artificiel, Amélie a continué à respirer et le mari a pu obtenir qu’elle fût de nouveau alimentée. Au bout de quelques semaines, Amélie a retrouvé conscience et avait faim et soif, c’étaient ses premiers mots. Elle vit maintenant chez elle dans un fauteuil roulant, avec toute sa mémoire mais une perte d’autonomie et quelques sérieux handicaps. Mais elle est vivante : « Auprès d’elle se relaient trois auxiliaires de vie, deux infirmières, six aides-soignantes, un kiné, une orthophoniste, une orthoptiste, une ergothérapeute et une psychologue. » ("Le Figaro"du 17 juin 2019). Son mari reste en colère contre le corps médical et contre l’État avec cette question fondamentale : « Comment une même équipe médicale pourra-t-elle laisser une chance à un malade sans espoir apparent quand l’euthanasie de tous les patients moins désespérés sera devenue monnaie courante ? » ("Le Figaro" du 17 juin 2019).

Il y a aussi Camille, étudiante de 18 ans qui a été renversée par un chauffard en 2003. Son seul signe de vie fut le mouvement de ses pupilles. Pour cette situation, la personne proche, ici sa mère Marie-Françoise, rend hommage au corps médical qui a su soigner sa fille malgré les faibles espoirs. Camille vit chez elle, mais elle reste paralysée. Comme Vincent Lambert, elle respire tout seule mais se nourrit et boit avec une sonde gastrique. Au fil du temps, elle a pu trouver un mode de communication avec ses pouces, ses yeux, etc. même si, au début, elle était considérée comme en état pauci-relationnel. Marie-Françoise, pas du tout croyante, cite volontiers le philosophe Michel Serres et son "optimisme de combat" pour expliquer pourquoi elle n’a pas lâché ni son courage ni sa fille. Ses parents ont modifié leurs rythmes professionnels pour passer plus de temps avec elle et surtout, la sortir tout le temps : « au musée, au café, à la piscine, au mariage de son frère, à la montagne entourée par ses cousins ». Et sa mère de s’inquiéter : « La loi Claeys-Leonetti ne devrait pas s’appliquer à nos cas. Camille n’est pas atteinte d’une maladie incurable ou en fin de vie. Ma fille, je l’ai nourrie au sein. Arrêter l’alimentation, c’est inimaginable pour moi. C’est comme si on lui mettait un oreiller sur la tête. Si je le faisais, j’irais en prison. Mais les médecins, eux, ont ce droit. » ("Le Figaro" du 17 juin 2019).

_yartiFinDeVie2015AG03

L’idée d’un tel reportage réalisé par trois journalistes du "Figaro" a un objectif évident : celui de montrer que l’action des parents de Vincent Lambert n’a rien à voir avec leur foi (la famille de Camille n’est pas croyante) mais a tout à voir avec leur lien filial. Les personnes qui sont dans le même état que Vincent, il y en a environ 1 500-1 700 en France, appelées personnes "cérébrolésées", ils sont avant tout des personnes vivantes, et la solidarité nationale impose qu’au-delà des proches et de la famille, l’État s’occupe de les accompagner dans les meilleures conditions de vie. Vincent Lambert est tombé dans une sorte de trou idéologique et juridique et sa vie ne tient plus qu’à un petit fil d’espérance, celui de pouvoir sortir enfin de sa chambre d’hôpital où il est retenu prisonnier.

Pour conclure et résumer cet article, j’insiste sur cet élément essentiel : tout le débat qui "tourne" autour du tragique sort de Vincent Lambert n’est, en aucun cas, un débat sur la fin de vie, c’est un débat sur l’euthanasie des personnes en situation de grand handicap. Tant qu’on ne prendra pas conscience de cela, la société court un danger très grand avec une sérieuse menace, à court terme, d’une société où l’on préfère éliminer les plus fragiles, avec des limites et des définitions qui seront toujours repoussées. On appelle cela de l’eugénisme, une société qui glorifie tout ce qui est performant et qui évacue ce qui n’est pas ou plus dans la norme. C’est le contraire du principe de solidarité humaine. Dans un passé épouvantable récent, un État (hélas soutenu par son peuple pendant quelque temps) avait déjà mis en pratique ce genre de philosophie. Il serait salutaire de ne pas retomber dans les mêmes aveuglements historiques…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (20 juin 2019)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
"Amélie, Jean-Pierre… Ces autres Vincent Lambert", enquête des journalistes Stéphane Kovacs, Agnès Leclair et Guillaume Mollaret, parue dans "Le Figaro" du 17 juin 2019, page 18.
Vincent Lambert n’est pas en fin de vie.
Vincent Lambert n’est pas encore sauvé…
François-Xavier Bellamy, la dignité et l’instrumentalisation de Vincent Lambert.
Vincent Lambert doit-il mourir ?
Déclaration de Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims, sur Vincent Lambert le 13 mai 2019 (texte intégral).
Réflexion du Père Bruno Saintôt, directeur du département Éthique biomédical aux facultés jésuites de Paris, sur Vincent Lambert le 13 mai 2019 (texte intégral).
Déclaration de la Conférence des évêques de France sur la fin de vie le 22 mars 2018 (texte intégral).
Vincent Lambert, sa vulnérabilité et son droit à la vie bafoué.
Le destin tronqué de Vincent Lambert.
Vincent Lambert entre la vie et la mort.
La tragédie judiciaire et médicale de Vincent Lambert.
Le retour de la peine de mort prononcée par un tribunal français.
Le livre blanc des personnes en état de conscience altérée publié par l’UNAFTC en 2018 (à télécharger).
Vincent Lambert et la dignité de tout être humain, des plus vulnérables en particulier.
Réglementation sur la procédure collégiale (décret n°2016-1066 du 3 août 2016).
Le départ programmé d’Inès.
Alfie Evans, tragédie humaine.
Pétition : soutenez Vincent !
Vers une nouvelle dictature des médecins ?
Sédation létale pour l’inutile Conseil économique, social et environnemental.
Vincent Lambert et Inès : en route vers une société eugénique ?
Le congé de proche aidant.
Stephen Hawking et la dépendance.
Le plus dur est passé.
Le réveil de conscience est possible !
On n’emporte rien dans la tombe.
Le congé de proche aidant.
Les nouvelles directives anticipées depuis le 6 août 2016.
Un fauteuil pour Vincent !
Pour se rappeler l'histoire de Vincent.
Dépendances.
Sans autonomie.
La dignité et le handicap.
Alain Minc et le coût des soins des "très vieux".
Euthanasie ou sédation ?
François Hollande et la fin de vie.
Les embryons humains, matériau de recherche ?
Texte intégral de la loi n°2016-87 du 2 février 2016.
La loi Claeys-Leonetti du 2 février 2016.
La leçon du procès Bonnemaison.
Les sondages sur la fin de vie.
Les expériences de l’étranger.
Indépendance professionnelle et morale.
Fausse solution.
Autre fausse solution.
La loi du 22 avril 2005.
Chaque vie humaine compte.

_yartiFinDeVie2015AH03

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.7/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Sozenz 21 juin 16:03

    excellent bon article . merci ^^

    merci pour le recueil des differents témoignages

    et merci pour votre conclusion qui est une véritable sonnette d alarme .


    • amiaplacidus amiaplacidus 21 juin 18:20

      @Sozenz

      Comme je l’ai déjà écrit, il y a deux possibilités :

      1. Vincent a le cerveau détruit, et dans ce cas, pourquoi continuer à maintenir en état de fonctionnement un corps dépourvu de tout ce qui fait un être humain ?
      2. Vincent est conscient et dans ce cas, ceux qui veulent maintenir son esprit dans un corps immobile, un esprit qui, depuis 10 ans voit s’écouler lentement, lentement, lentement, les secondes, les minutes .... Les gens qui veulent le maintenir dans cet état sont des tortionnaires, de parfait salauds. Comment une « mère » peut-elle infliger ce supplice à son fils ?

    • foufouille foufouille 21 juin 18:32

      @amiaplacidus
      non il existe de nombreuses variantes et pas juste 2 .......


    • Pere Plexe Pere Plexe 21 juin 18:44

      @foufouille
      alors pourquoi notre nécrologue en marche écrit il : «  enquête pour connaître la vie de quelques-unes des personnes qui sont dans le même état que Vincent Lambert » ?


    • Sozenz 21 juin 20:07

      @amiaplacidus
      vous avez des enfants ?

      avez vous dejà parlé de cela avec eux .
      et bien vous aurez des enfants qui seront de l avis de la famille de vincent et d’autres du votre .
      ce n est pas si simple que cela
      pensez vous que ce que vous dites est juste ? avec certitude ,
      etes vous certains que ce sont des salauds ?
       alors pourquoi laisser alors vivre les foetus ou les nouveaux nés avec des gros handicaps ?
      seriez vous pour eliminer les enfants qui n ont pas toutes leurs capacités ?
      je peux vous dire que l on pourrait se dire c est dégueulasse de les faire vivre dans ces conditions . mais je pense qu’ il faut que vous alliez voir des familles avec des enfants handicapés ; vous changeriez peut etre d avis ( ou pas ) .

      je comprends votre vision . mais il y en a d autres .
      et il n est pas toujours facile d’ avoir une autre vision sur la Vie


    • Eric F Eric F 22 juin 09:28

      @amiaplacidus
      dans le cas où il serait conscient, il existe désormais des techniques d’imagerie cérébrale pour déceler s’il y a des activités conscientes, ou si elles sont seulement réflexes, et s’il y a conscience d’entrer en contact (la compréhension à des questions ou suggestions). LA question vitale pourrait alors lui être posée.


    • foufouille foufouille 22 juin 09:36

      @Pere Plexe
      car c’est un fourre tout assez variable comme pour beaucoup de problèmes de santé, certaines personnes arrivent à manger sans sonde gastrique  : certains ont une SEP qui va les tuer rapidement et d’autres non.


    • UnLorrain 22 juin 22:09

      @amiaplacidus

      C’est ton neveu me dit sa maman, il a 10 ans,il est porté par sa maman il est contre sa maman ses muscles de son cou ne suffisent pas il a la tête penchée il a une chevelure immense qui m’a interpellé.

      3,4,ans plus loin, ma soeur et son mari sont a mon domicile, on parle on fait connaissances. Ils me diront ces mots de « libération » de « soulagement » a propos de la maman qui sera « libérée » du poids de mon neveu. Comment cela se fit fut un mystère,qu’il est préférable d’ignorer selon et a mon niveau,moi. Cet enfant fut mort-né durant 3 lustres . L’instinct maternelle sans doute,induisit la maman a expier. Je vois la faute en le corps médical lors de la « naissance » . Naissance au-delà du Styx.


    • Ruut Ruut 24 juin 07:22

      « @Sozenz
      seriez vous pour eliminer les enfants qui n ont pas toutes leurs capacités ? »
      Ça dépend. Qui paye ?
      C’est facile d’être généreux avec l’argent des autres.
      Un enfant qui ne sera JAMAIS autonome, est une malédiction pour la famille, le couple et la société........


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 21 juin 16:23

       Article d’une très grande malhonnêteté intellectuelle qui n’hésite pas à friser le point Godwin en évitant de prononcer le mot « Hitler ».

      Quel est le seuil qui permet de déterminer le passage du « grand handicap » à celui d’acharnement thérapeutique ? Quel système de solidarité autorise à dépenser l’argent public pour un cas sans issue plutôt que pour maintenir en état de fonctionnement les services d’urgence ?

      L’émotion et les invectives ne sont pas des arguments, mais des sentiments !


      • foufouille foufouille 21 juin 16:31

        @Séraphin Lampion
        il faut aussi tuer les 1500 autres comme lui ?
        dans le passé des tas de gens sont morts mais certains survivent maintenant car des médecins ont essayé de les sauvés avec aucune chance de réussir ou presque.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 21 juin 16:41

        @foufouille

        « Il faut distinguer de l’euthanasie la décision de renoncer à ce qu’on appelle l’acharnement thérapeutique, c’est-à-dire à certaines interventions médicales qui ne conviennent plus à la situation réelle du malade, parce qu’elles sont désormais disproportionnées par rapport aux résultats que l’on pourrait espérer ou encore parce qu’elles sont trop lourdes pour lui et pour sa famille. Dans ces situations, lorsque la mort s’annonce imminente et inévitable, on peut en conscience « renoncer à des traitements qui ne procureraient qu’un sursis précaire et pénible de la vie, sans interrompre pourtant les soins dus au malade en pareil cas » »

        — Evangelium vitae


      • foufouille foufouille 21 juin 16:52

        @Séraphin Lampion
        sauf que actuellement, un patient peut être maintenu en état de survie très longtemps sauf si le coeur est foutu ou les deux poumons.
        ce n’est pas le cas de vincent, en plus.
        en 1900, tu pouvais crever d’une déchirure des intestins. en 1914, un médecin a remarqué que les blessés avec les tripes à l’air survivaient plus longtemps, il a donc extérioriser les intestins sur une baguette de verre = plus se survivants. plus tard la colostomie a été inventé avec un taux de survie bien plus important.
        tant que tu n’es pas mort, tu as toujours une chance de survivre.


      • Eric F Eric F 22 juin 09:34

        @Séraphin Lampion
        dans son cas il n’y a pas d’acharnement thérapeutique, pas de moyen artificiels de maintien en vie (respirateurs, stimulateurs, médication), juste l’alimentation et les soins de base. La « seule » question est de savoir s’il a un état de conscience -« pauci relationnel » n’est pas végétatif- ou de simple réflexe pouvant parfois prêter à confusion (tourner la tête vers une source de bruit).


      • Pere Plexe Pere Plexe 21 juin 18:25
        Vincent Lambert n’est pas en fin de vie

        On est bien d’accord.

        Il est mort.


        • titi 22 juin 11:29

          @Pere Plexe

          Vous êtes bien présomptueux seriez-vous Dieu ? 


        • Pere Plexe Pere Plexe 25 juin 15:28

          @titi
          Il faut être Dieu pour reconnaitre un mort d’un vivant ?
          Ce qui paradoxalement poserait le même postulat à ceux qui, contre toutes évidences, déclarent VL vivant.


        • Pere Plexe Pere Plexe 21 juin 19:01

          ...sinon mention spéciale pour «  l’action des parents de Vincent Lambert n’a rien à voir avec leur foi »

          Et leur appartenance au milieu intégriste et le soutien (contrôle ?) de cette secte elle n’a rien à voir avec leur crédulité et leur engagement à coté de l’extrême droite anti IVG anti mariage gay anti musulmans ?


          • sls0 sls0 21 juin 21:36

            On dit que ça manque de personnel soignant.

            Pour le cas d’Amélie en plus de la famille, c’est 16 personnes qui gravitent autour d’elle, c’est dans l’article.

            Il y a encore la lèpre à Madagascar, un petit article là dessus Rako.


            • leypanou 21 juin 21:38

              sont dans le même état que Vincent Lambert et la première constatation, c’est que ces personnes sont vivantes et en bonne santé 

               : l’auteur est un sacré rigolo quand même.

              Quelqu’un qui ne bouge pas, qui cligne à peine des yeux, à qui on fait tout (manger, ch, nettoyer, etc, etc) est pour lui en bonne santé.


              • zygzornifle zygzornifle 22 juin 08:02

                Giscard est toujours la et Chirac aussi et pourtant ......


                • Gisyl 22 juin 09:14

                  Pour une fois je suis d’accord avec vous. Nous avons dans cette affaire un symbole de la destruction (définitive ?) du principe de fraternité inscrit au fronton de nos mairies.

                  Tout cela dépasse à vrai dire le seul cas de cet homme malheureux : lorsque l’on considère que les handicapés lourds ne doivent plus être soignés, on entre dans une logique d’insolidarité. A partir de là, on ne soigne plus non plus les handicapés mentaux, les vieillards en EHPAD, les prisonniers,et tous les éléments « improductifs » de notre société.

                  Pourquoi vous étonner après de ne pas trouver de médecins généralistes près de chez vous ou vous révolter de la fermeture de votre hôpital de proximité ? Tôt ou tard le défaut de solidarité retombe sur les gens « normaux ».


                  • Raymond75 22 juin 14:55

                    Trois équipes médicales indépendantes, qui ont examiné Vincent lambert, ont fourni le même diagnostic, mais des gens qui ne l’ont pas vu ou qui sont incompétents se croient autorisés à polémiquer ...

                    Voilà ce que devient la société avec Internet en accès anonyme et les réseaux poubelle.


                    • Ruut Ruut 24 juin 07:28

                      @Raymond75
                      C’est quoi le diagnostic ?
                      Et pourquoi les parents de V. Lambert ne peuvent-ils pas, à leurs faits, essayer une autre solution ?


                    • Raymond75 24 juin 08:43

                      @Ruut

                      Perte totale et irréversible de conscience ; vie uniquement végétative (ce qui n’exclue pas la souffrance).


                    • Massaliote 24 juin 14:17

                      @Raymond75
                      Erreur, des experts ont certifiés qu Vincent n’était pas en fin de vie et ne souffrait pas. Quand à sa conscience chacun aura pu le voir pleurer sur la vidéo diffusée par ses parents le jour où l’équipe médicale lui avait signifié qu’il ne serait plus alimenté et ne recevrait que 500mml d’eau par jour. Vincent veut vivre n’en déplaise à des connards qui veulent légaliser l’euthanasie. Avant de programmer celle des catholiques ?



                    • monde indien monde indien 23 juin 13:01

                      Quand vous faites piquer votre chien qui est condamné vous faites preuve de + de discernement humain et affectueux . Peut-être récusez-vous aussi le suicide assisté ? Ou encore l ’ avortement ? Vous prétendez avoir un droit sur la mort d ’ autrui ( au nom de quoi ? ) . Cela vous arroge-t-il d ’ avoir droit sur la vie d ’ autrui ? ( au nom de quoi ? ) . Vous montrez bien peu de respect de l ’ autre ! Personnellement je vous emmerde , et quand sera mon heure de partir je ne demanderai l ’ autorisation à personne . Je partirai libre . Libre et heureux . Libre .

                      http://mondeindien.centerblog.net/


                      • Djam Djam 23 juin 13:57

                        Encore une fois, le sage montre la lune et le naïf regarde le doigt...

                        Il faut comprendre l’affaire V. Lambert par la métapolitique, celle qui jette en pâture à la foule un cas choisi en ce qu’il réunit toutes les caractéristiques permettant une basse manœuvre.

                        La basse manœuvre : faire en sorte que la vie humaine soit progressivement totalement désacralisée.

                        Les raisons : parce que l’économie globale ne peut plus être défendue par la sainte croissance ni la marge de profit croissante.

                        Décortiquons pour comprendre :

                        On choisit de médiatiser à outrance, avec moult trémolos et émotions, un Vincent Lambert qui, comme le souligne à juste titre l’auteur de l’article, est avant handicapé. Sa mère est ô divine providence pour les athées et laïcards obsessionnels catholique caricaturale.

                        On aura compris avant toute chose que le catholicisme n’a pas grand chose à voir avec le christianisme. Le 1er est une religion devenue matérialisme pour être compatible avec l’air du temps et ses sous religions matérialistes de la Franc maçonnerie. Le second est l’authentique message du Christ-Yeshoua, juif de confession mais qui s’éleva, pour son malheur, contre les pratiques très « matérialistes » et « désacralisées » du judaisme de son époque. Le coup des marchands du temple est resté en travers des pratiquants de toute obédience qui entendent s’enrichir sans entrave...

                        En mettant le cas V. Lambert sous la lumière crue et redoutable des médias de la grosse manipulation des esprits, on discrédite  :

                        le catholicisme (que l’on fusionne habilement avec le christianisme)

                        la vie et son support (corps) comme dernier domaine sacré

                        — le choix individuel qui doit se prendre intimement après profonde réflexion sur le Sens de la vie et de la sienne en particulier

                        le sens des épreuves, de la douleur humaine qui sera à tout jamais son destin.

                        Le capitalisme morbide, en phase terminale quant aux mécanismes classiques de l’économie réelle, passe depuis quelques années aux mécanismes de sa propre pérennité par sa transformation en religion intouchable du chiffrement abstrait. Pour fabriquer de la fausse monnaie à jet continue, on accepte que les sociétés soumises à cette saloperie soient endettées ad vitam aeternam. Les profits sont privés, on l’a tous compris, et les pertes collées sur le dos des masses partout dans le monde.

                        Mais, direz-vous, quid de Lambert dans tout ça ?

                        J’y viens...

                        Le cas de Vincent Lambert « doit » être vécu par les masses comme l’objet d’une mère extrémiste d’une part, et de l’urgence d’une loi d’euthanasie d’autre part. ce faisant, l’on assène les derniers coups de grâce à un avatar de religion (catholique) en l’associant sans discernement à la pédophilie et aux pires de l’extrémisme. Coup double !

                        Notre société deux fois millénaire, fondée sur le christianisme (et non le catholicisme qui est, je le rappelle, son avatar politique et soumis aux lois matérialistes) et une culture profonde, intense et complexe, « doit » être détruite. Le programme est, entre autres, le lent travail de désacralisation de ce qui restait encore sacré... car ce qui est sacré est intouchable et donc... incompatible avec le tout-économique et profitable.

                        Une bonne loi permettant à n’importe quelle personne d’aller se prendre son « shoot » létal non plus en Suisse mais en France ferait la bonheur de l’économisme intégral. Dans une société qui a détruit tous les outils de transcendance au profit d’une laïcité dévoyée, l’individu isolé à la trouille pour tout et en particulier devant sa propre mort.

                        Qui dit mort dit déchéance, douleurs, épreuves, diminution insupportable pour des masses que l’on biberonne depuis des années au lait-poison de la technologie et de l’IA censées « augmenter » l’humain imparfait et donner l’illusion d’une illusoire immortalité.

                        Problème : de plus en plus de personnes croient à ce conte pour ado en mal de science fiction et arc-bouté sur sa toute puissance. Le doux rêve de décider de sa vie et de son prolongement hante les esprits post modernes devenus incapables de faire face à ses terreurs ontologiques... à savoir sa mort, sa finitude.

                        Alors, la réalisation de ce que le film « Soleil vert » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Soleil_vert) a scénarisé et qui faisait juste sourire dans les années 60 est en passe d’être exactement le programme que va s’auto imposer (soumission consentie par « travail » répété sur les esprits fragiles et émotionnels) l’individu d’aujourd’hui.

                        Au-delà de l’élimination des handicapés, et des vieux !, non rentables pour une société de l’hyper capitalisme virtuel et délirant, il y a l’auto élimination de chaque individu. Et vous verrez qu’il y en aura de plus en plus qui, ne parvenant pas à boucler leurs fins de mois, acculés à des dettes illégales, se feront euthanasier après avoir obtenu un certificat de « non curable » par une médecine proposant des anti dépresseurs et des anxiolitiques là où c’est le régime global qui est pathologiquement malade.

                        L’affaire Vincent Lambert fait partie des basses manœuvres utilisées par des « gouvernances » qui ne gèrent plus rien d’autre que les intérêts privés, chiffrés et confisqués.


                        • Raymond75 23 juin 14:44

                          @Djam

                          Après l’éradication des handicapés et des vieux, il faudrait enfin supprimer tous les cons prétentieux, encore qu’on pourrait les assimiler à des handicapés du bulbe.


                        • Djam Djam 29 juin 10:24

                          @Raymond75
                          Bonne proposition... mais on serait tous mon cher, vous et moi compris !


                        • sylvie 23 juin 17:56
                          « Vincent Lambert n’est pas en fin de vie »

                          non , en effet il est déja bien au delà


                          • Eric F Eric F 23 juin 18:31

                            @sylvie
                            il n’est pas « au delà », son électro-encéphalogramme n’est pas plat, et il a des cycles d’éveil et sommeil. La question est celle de l’absence de conscience (compréhension, conscience de soi, raisonnement, sentiments...), est-elle totale ou partielle ?


                          • Xenozoid Xenozoid 23 juin 18:41

                            @Eric F

                            a ce niveau j’ai même rencontré des parents qui avait plus peur de mourir avant qu’il ne meure,car il ne pouvait envisagé un monde pour lui sans eux...cette peur est réel


                          • Ruut Ruut 24 juin 07:17

                            La question est pourquoi le monde médical est en 2019 incapable de fournir un diagnostic fiable et un traitement adapté ?

                            Pourquoi les médiats sont incapable de nous expliquer clairement les faits, possibilités et options ?

                            Pourquoi si des solutions existent, ne sont-elles pas appliquées ?
                            Pourquoi le malade ne peut-il pas être à la charge et donc sous la responsabilité de la famille si cette dernière refuse le diagnostic des médecins Français (moralement rien ne devrait leur interdire d’envoyer leur fils à l’étranger (à leurs faits), dans une unité capable de faire ce que la médecine Française semble incapable de faire) ?

                            La Grosse question, la Justice de quoi elle se mêle ? Lambert il a commis quel crime ?


                            • Pere Plexe Pere Plexe 25 juin 15:35

                              @Ruut
                              Pour le coup le diagnostique est fiable et reste le même au grès des multiples expertises qu’imposent les intégristes.
                              Et non il n’existe pas encore de traitement médical pour les morts.
                              Quand à la justice elle s’occupe de ce cas parce qu’elle été saisie et qu’il y a désaccord entre deux partis.
                              Elle fait sont boulot
                              Trop lentement malheureusement.


                            • Traroth Traroth 24 juin 11:45

                              Tous les membres du corps médical qui l’ont examiné disent exactement l’inverse.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès