• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > 10 ans après (6/6) : la démocratie toujours plus abîmée

10 ans après (6/6) : la démocratie toujours plus abîmée

Après la crise de 1929, une partie des peuples avaient fini par reprendre leur destin économique en main, suivant l’exemple donné par Franklin Roosevelt. Les leçons des excès qui avaient mené à la crise avaient été tirées, construisant les fondations des Trente Glorieuses. Aujourd’hui, le traitement de la crise a créé un profond malaise démocratique, qui prend une couleur jaune en France.

 

Des peuples dépossédés de la maîtrise de leur destin
 
Finalement, plus nous avons de recul, plus le traitement de la crise devient choquant. Car si les décisions de l’époque pouvaient paraître nécessaires alors, certains choix, remis en perspective par dix longues années n’en deviennent que plus choquants. Que penser en effet des centaines de milliards d’aides apportées au secteur bancaire, alors que la population était abandonnée aux conséquences de la crise(chômage, mais aussi perte du logement pour près de dix millions de ménages aux Etats-Unis) aujourd’hui ? Déjà à l’époque, beaucoup s’en étaient émus, mais aujourd’hui, alors que les profits et les rémunérations sont revenus aux plus hauts historiques dans le secteur, cela en devient révoltant.
 
Plus globalement, ce qui apparaît aujourd’hui, porté par les Indignados en Espagne, et aujourd’hui les Gilets Jaunes en France, c’est une profonde révolte démocratique, le sentiment de ne plus avoir la moindre prise sur leur destin d’un nombre grandissant de peuples. Les alternances cosmétiques entre des partis qui mènent la même politique à quelques nuances près, la gauche sociale-démocrate s’étant souvent montré plus promptes à faire avancer l’agenda ultralibérale de l’oligarchie, comme l’ont montré le SPD en Allemagne avec les lois Harz, le PS en France avec la loi Macron, le travail du dimanche ou les milliards donnés aux entreprises, ou Tsipras, qui a vendu son pays pour 40 années  !
 
Avec la globalisation, ce qui se passe, notamment sur notre continent, c’est que nos gouvernements abandonnent une grande partie de leur capacité d’action dans les traités de libre-échange ou européensComme le dit Olivier Rey, « la politique s’est évaporée dans la planétarisation  », car tous les traités qui sont signés, pour construire cette globalisation, où il n’y a plus de frontières pour les capitaux, les biens et les personnes, réduisent toujours plus la capacité de nos gouvernants à agir. Les partis dits de gouvernement se sont justement mis d’accord pour ne plus véritablement gouverner, construisant un cadre toujours plus étroit à leur action, enserrée et limitée par tant de traités.
 
Ce faisant, ils suivent la pensée dominante des élites, dont Christophe Guilluy juge qu’elles « ne cessent d’ériger des frontières invisibles  », qui tiennent pour beaucoup par l’argent, et dont Coralie Delaume jugeait dans un bon papier qu’elles sont en « sécession  » et poussent à « une abolition de la démocratie  ». Le New York Timesrappelle de manière opportune que ce ne sont pas les extrêmes qui sont les moins démocrates, mais au contraire, les centristes. Il n’est donc pas étonnant que ce soit eux qui aient construit cette Union Européenne, cette construction fondamentalement anti-démocratique, comme le rappelle Olivier Delorme, qui a écrit récemment un livre sur les raisons de la quitter.
 
Ce faisant, une grande partie de la population ne souffre pas seulement d’un déclassement économique, d’autant plus révoltant que le sommet de la pyramide ne cesse d’accumuler plus de richessesles « laissés pour compte de la mondialisation  », comme le soutient Stiglitz, mais aussi d’un profond déclassement démocratique. Cela s’exprime par le refus de prendre en compte les votes des peuples, sur le TCE en France ou aux Pays-Bas, ou lors du référendum Grec de juillet 2015, qui donnait un mandat à Tsipras de rompre avec l’UE plutôt que de continuer dans la même direction. Dans l’UE, la démocratie est de plus en plus dysfonctionnelle et devient une forme de théâtre coupé des réalités.
 
 
Mais le point d’inflexion semble approcher. Après le Brexit, l’Italie s’est choisi une majorité inédite, rompant avec le passé. Certes, ce raisonnement peut être illusoire, comme on le voit avec Trump, mais ce qui ressort des élections récentes est souvent une profonde envie de changement et de reprise en main démocratique. Le chemin ne sera pas facile mais sous les braises, le feu couve.

Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 2 février 11:33

    Il n’y a pourtant qu’un seul parti qui veuille rendre la democratie au peuple, c’est l’UPR et il est interdit de médias, tous les autres veulent rester dans ce qui empêche la souveraineté du peuple ( cf les professions de foi de tous les autres partis).


    • Julot_Fr 2 février 19:29

      @samy Levrai
      l’UPR propose la meme chose que le Rass. Nat. mais Asselineau semble vouloir se mettre en avant plutot que d’adherer a un parti existant


    • Julot_Fr 2 février 19:33

      L’auteur tourne autour du pot. Le nations perdent leur souverainete au detriment des petits arrangement entre ultra riches & multinationales (UE, ONU, les traites echoues (TTP TTIP), accords de Paris)

      Donc les gens se revoltent et votent pour des « populistes » (nouveau terme pejoratif remplacant le terme « nationaliste »)


      • Xenozoid Xenozoid 2 février 19:38

        @Julot_Fr

        les dites nations ont mis en place cette notion impérialisme appuyé par/avec les corporations et toujours appelé les nationalistes a renforcé ce que tu dénonce a travers les siecles,non ?
        c’est une question a tous les nationalistes


      • Julot_Fr 2 février 19:58

        @Xenozoid

        en politique, il y a deux camps :

        1) les globalistes : ils qui defendent le cartel des riche compose des multinationales, banques, EU, FMI,...

        2) les nationalistes : ils defendent la population souveraine et les PME


      • Xenozoid Xenozoid 2 février 20:18

        @Julot_Fr

        mettez vous dans des boites,vous n’avez pas besoin de penser

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès