• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > À propos de l’article « L’écologie citadine ou la culture du (...)

À propos de l’article « L’écologie citadine ou la culture du harcèlement »

Suite à la publication de l'article « L’écologie citadine ou la culture du harcèlement », je me permet d'en reprendre la teneur et les arguments, afin d'y apporter quelques éclaircissements, et permettre, à minima, aux uns et aux autres de mieux se comprendre.

Tout d'abord, pour me présenter, sachez que je ne suis ni citadin, ni campagnard, j'ai le cul entre deux chaises, comme on dit, et j'ai grandis et vécu à la campagne, à plusieurs dizaines de kilomètres des grandes villes, jusqu'à ma majorité.

De descendance paysanne (mais qui ne l'est pas ?) du côté de mes parents et viticole du côté des arrières-grands parents, j'ai passé une partie de ma jeunesse auprès de dame nature, des animaux, j'ai été couper du bois avec mes parents, aider pour les foins, rammassé les pommes de terres, cueilli les fruitiers, et j'en passe et des meilleures.

J'ai aujourd'hui 34 ans, et aux conséquences d'un décès trop précoce de mes parents, j'ai vécu en ville de 18 à 31 ans, à simplement "essayer de m'en sortir" comme beaucoup le font, j'ai donc connu l'opposé de la campagne, avec le bruit, la pollution, la surpopulation, les clapiers, le boulot dans un fast food, les boulots d'appoints, le travail dans le tourisme, l'informatique, etc...

Et depuis deux ans, j'ai pu regagner une petite commune à taille humaine, à mi chemin entre une petite ville en son centre, et un gros bout de vraie campagne, dans laquelle j'ai enfin pu louer quelque chose, avec du terrain.

Après de grandes remises en question sur mon mode de vie, sachez par ailleurs, que je suis passé végétarien à 26 ans, puis végétalien à 30 ans, que j'ai fait le choix d'arrêter toute activité que j'estime être destructrice pour un avenir serein, amorçant depuis deux ans, un retour à la terre, dans la production végétale.

JPEG - 50.9 ko
La faim dans le monde

Dans cet article, infra-terrestre explique ainsi :

Faudrait qu’on m’explique… Nous, agriculteurs, sommes traités de meurtriers et de pollueurs à longueur de journée sur Internet. Alors que les personnes qui nous taxent des pires méfaits ne connaissent rien à notre métier tout en se donnant le beau rôle. En connaissance de cause ?

En l'essence, le constat est dressé. Les uns seraient contre les autres, et vice-versa.

Or, qui traîte les agriculteurs de meurtriers et pollueurs ?
Les plus virulents, et souvent, les plus acharnés à se faire voir et entendre, au même titre que la plupart des critiques émises par différents mouvements sur Internet.

En l'état, les végans qui sont dans l'extrême (c'est très loin d'être la majorité, il y a plusieurs courants de pensées dans ce choix de vie), en traîtant des agriculteurs-éleveurs de meurtriers, oublient un détail capital :

Ils ont été, ce qu'ils critiquent.

Qui n'a jamais entendu la maxime « Que celui qui n'a jamais pêché lui jette la première pierre ? »

Et au delà des considérations religieuses accollée à cette maxime intéressante, certains feraient bien de se rappeler que dans nos générations, à de très rares exceptions près, aucun enfant n'est né végétarien, végétalien, ou végan, tant la réflexion, le débat public, étaient rares sur le sujet, et même, brimée. Qui ne se souvient pas des publicités moqueuses et des clichés dont ils étaient affublés ?

D'ailleurs, histoire de mettre les choses au clair, selon des études complètes, ces régimes alimentaires, ne pose aucun souci aux bébés, bambins, et enfants, dans le cadre d'une alimentation équilibrée et diversifiée, hormis pour les rares cas de parents complètement inconscients, que l'on voit parfois médiatisés.
Oui, ceux-là même, responsables des clichés collés aux parents végét*iens par les « honnêtes gens », au même titre que les casseurs de vitrines, qui ont fait la grave erreur de penser, qu'un « lait de soja » équivaudrait un lait maternisé (y compris végétal, ceux ci étant éprouvés depuis longtemps pour les intolérants au lactose) ou le lait maternel, pour un bébé, au même titre que n'importe quel parent qui ne donnera à un enfant que des pâtes et du riz, végéta*ien ou non. Bien heureusement, ce sont des exceptions, pas la norme.

Faire ce choix de vie, qui relève d'une prise de conscience personnelle dans laquelle on s'engage à étendre son cercle de compassion au delà de notre espèce et avec une considération égale, qu'il s'agisse d'une question d'éthique, d'écologie, ou de santé...
Bien gonflé sera celui qui osera jeter la pierre sur autrui alors que quelques années avant, sans doute faisait et pensait-il selon la même logique ou pire.

Bien gonflé sera celui qui critique ses pairs, alors que lui même à travers des choix de consommation et son mode de vie, entraîne des conséquences tout autant désastreuses que celles qu'il pense oeuvrer à éviter.
Il n'y a rien de plus hypocrite que de critiquer autrui parce qu'on pense protéger les animaux et que ces gens sont responsables de leur mort par leur choix de consommation et un plaisir égoïste, alors qu'on roule avec un carburant contenant de l'huile de palme dont on connaît tous les désastres pour l'environnement et la biodiversité, animaux et humains inclu, ou qu'on mange du chocolat récolté par des enfants esclaves, ou encore qu'on achète des produits neufs dont l'extraction des matières premières causent des dégradations irrémédiables. Les exemples comme ça sont légion !
C'est d'autant plus complexe qu'atteindre une forme de perfection en la matière est devenu impossible, du fait des délocalisations et sous-traitances, ainsi que le manque de transparence.

Tout on plus, on peut simplement essayer de faire de son mieux, ou se lancer dans des projets efficaces pour rendre son bilan positif.

Quand à la pollution générée par l'agriculture, tout un chacun peut s'instruire sur le sujet, et échanger. Peut-être que si chaque camp arrêtait de s'insulter deux minutes pour parler et donner les pours et les contres, le débat avancerait un peu plus. Mais au lieu de ça, on observe souvent chaque camp dans son propre dôgme, vilipender ceux faisant partie de l'autre.
Ce sont les deux camps, qui se taxent des pires méfaits, et au delà de ça, se traitent les uns les autres de façon stérile, de « campagnards » et de « citadins ».

Il n'empêche que dans le lot, ce sont souvent les plus bruyants qu'on entend et lit, mais parmis les gens de ces deux modes de vies, il s'en trouvent qui sont serein, échangent, et connaissent bien les activités des uns et des autres, s'y engagent même, parfois, et sont instruits sur le sujet.
Ce n'est pas parce qu'on vient de la campagne qu'on sera incapable de comprendre et d'apréhender le travail et l'impact d'un citadin, pas plus que ce n'est pas parce qu'on vient de la ville qu'on ne sera pas capable d'appréhender l'activité et l'impact de l'agriculture conventionnelle ou d'un forestier.

Chacun est capable, que ce soit en échangeant, s'informant, en s'instruisant, par la théorie, par l'expérience, sur place, la pratique, de comprendre les tenants et aboutissants des deux modes de vie, et être professionnel dans son milieu, ne donne pas d'argument d'autorité pour autant, nous sommes tous des adultes, potentiellement aussi capables les uns que les autres, même si certains s'enorgeuillissent beaucoup de penser qu'ils le sont plus et plus intelligents que d'autres.
 

Il est décidément bien difficile de comprendre dans quel pays nous vivons. Nous, ce sont les agriculteurs, les paysans, également bénévoles dans des associations pour faire vivre nos villes et nos villages, organiser des kermesses, gérer le club de football ou de rugby, faire tourner le club de pêche ou la musique. Nous nous investissons dans les projets de la communauté : il n’y a qu’à voir le nombre de « petits » maires, sans étiquette, qui s’occupent de maintenir à flot les services publics dans des endroits de plus en plus désertés par l’Etat. Et ils ne le font clairement pas pour la paie !

Nous vivons dans une France divisée en deux et s'appauvrissant, où l'État se montre démissionnaire partout excepté les moments et lieux où son autorité est remise en question (avec le risque que les carriéristes ne perdent leurs gagnes-pains), et où tout est pensé pour cloisonner et délimiter les populations à la suite de l'exode rurale.
Il suffit d'observer les diverse règlementations, notamment comment sont pensés les plans d'urbanismes locaux, pour décider d'où peut vivre qui et être actif où, pour en comprendre la teneur et l'impact des décisions de l'État sur le maintien ou la séparation des populations.

Il existe un énorme décalage également au niveau de ces deux populations, et de leurs revenus, les agriculteurs étant exsangues, et en arrivant au suicide quotidiennement, au même titre que les populations citadines qui tendrent à les rejoindre, en dessous du seuil de pauvreté, toujours plus nombreuses, démontrant que le "miracle" de l'exode urbain est une vision passéïste et que nous avons l'a nécessité de réinventer nos visions de la vie en collectivité.
 

Des gens de la terre, fiers de perpétuer le travail de nos parents et nos grands-parents, développer l’activité, faire connaître nos terroirs, les faire visiter, les expliquer. Défendre ses atouts culturels et traditionnels, ce n’est pas être arriéré, démodé ou un truc d’extrême droite. C’est être digne de notre gastronomie, de notre agriculture, de notre histoire. Cette offre touristique permet de promouvoir un cadre de vie, voire un idéal, ainsi que des valeurs en lien avec notre terroir et en communion avec la Terre. Pourquoi devrions-nous taire le fait d’être – nous aussi – des écologistes ?

Faire la corrélation entre un mode de vie et l'extrême droite, n'a aucun rapport. À part une petite minorité qui veut en découdre, personne ne va coller cette étiquette aux agriculteurs parce-qu'ils travaillent la terre et font vivre les territoires.

Pour autant, chacun a le droit de remettre en question ce qu'il pense du détail de chacune de vos activité, sans pour autant contraindre à penser comme eux, et vice-versa, il est même possible de se parler et d'échanger là-dessus. C'est ça, la démocratie.

Et au delà de la liberté d'expression, il y a également la problématique de la relation marchande à prendre en compte.
Dans les faits, les agriculteurs et les citadins sont pour l'heure, liés. Leurs revenus dépendent de ces clients, et eux, dépendent en l'état actuel des choses, de l'agriculture pour se nourrir.
Et comme tout système marchand, les entreprises productrices doivent s'adapter à la demande sans quoi elles couleront, et les clients doivent concilier entre l'offre et leurs moyens ou la créer eux-même pour y répondre, si l'agriculture refuse de le faire, ce qui a d'ailleurs progressivement entraîné l'essor du bio, et un empirement de la situation pour le conventionnel.

La vision d'écologie que les paysans ont n'est simplement pas la même que celle de leur propre voisin qui ne l'est pas, jusqu'au citadin qui habitant dans une cage dorée en haut d'une tour.

Tout le problème du mot "écologisme", c'est que chacun a une définition différente de ce que c'est, ce que ça implique, et ce que ça représente, au point de traîter ceux allant à l'encontre de leur vision, de faussaires.

Peut-être faudrait-il commencer par là.

Le Larousse, que nous avons tous eu au moins une fois dans notre vie entre nos mains, indique ainsi :

« Ecologisme : Position dominée par le souci de protéger la nature et l'homme lui-même contre les pollutions, altérations et destructions diverses issues de l'activité des sociétés industrielles. »

Quand à la définition de ce qui est écologique :

« Écologique : 1. Relatif à l'écologie ou qui se réclame de cette science ; 2. Qui respecte l'environnement. »

Et il semble bien qu'en la matière, personne n'ait la même vision du respect de l'environnement et de considération de ce qui dégrade l'environnement ou pas, et pire, beaucoup s'enfoncent dans des considérations idéologiques et dôgmatiques, d'un côté comme de l'autre, en tenant des positions de principe, sans jamais accepter l'idée d'exceptions ou nécessités, parfois nécessaires.
 

Rien n’est parfait bien sûr mais nous faisons preuve de persévérance et aussi de responsabilité vis-à-vis de la Terre, des générations précédentes et futures…

Le fait est que personne ne peut se targuer de représenter l'ensemble des agriculteurs, d'autant qu'il y a beaucoup de pratiques différentes dans le milieu et de points de vue, et qu'aucun n'est moins agriculteur que l'autre, chacun ayant ses spécificités et connaissances techniques.


- Un agriculteur conventionnel labourant en profondeur ses sols avec des conséquences désastreuses, utilisant des semences enrobées F1 en monoculture, des traîtements chimiques (raisonnés ou non) et du cuivre, arrosant abondamment des terres à nues qui ne retiennent plus l'eau ni les sols qui s'érodent, n'a pas la même approche ;


- Qu'un agriculteur biologique qui fait exactement la même chose mais sans traîtements chimiques et continue à empoisonner les sols avec du cuivre, et ;


- Qu'un agriculteur sur sol "vivant" qui ne fait plus de labour, pratique le semis d'engrais verts et le semis de graines reproductibles (ou pas) sous couvert et la polyculture, restaure des taux de matière organiques important dans le sol, lui permettant de retenir davantage d'eau et nutriments tout en favorisant les symbioses avec les mychorizes. (Mais qui sera quand même critiqué par celui qui fait "encore mieux" car lui n'utilise pas de sous soleuse et grelinette pour décompacter le sol)






Sachant que dans ces trois types d'agriculteurs, chacun peut être amené à faire d'autres choses positives à côté... Comme replanter des haies et des arbres, voir même de faire de l'agroforesterie... Ou pas.

Rien que dans le milieu, il y a une infinité de méthodes et d'approches en matière d'agriculture et de ce qu'est être agriculteur, que ce soit dans l'approche de la terre, la gestion des maladies et ravageurs, de la fertilité des sols, de l'eau, les moyens techniques et matériels utilisés, seul ou mutualisés.

De fait, l'agriculteur se définit comme celui qui travaille la terre et permet à une population de se nourrir, peu importe que son point de vue soit majoritaire, tendance ou non à une époque donnée.

Pour citer le Larousse, encore :

« Agriculteur/Agricultrice : Personne dont l'activité a pour objet la culture du sol ; exploitant agricole. »
 

Ce discours peut surprendre quand on entend les sermons d’écologistes citadins. Cette écologie des villes complètement désincarnée, avec des valeurs hors-sol qui voient les problèmes par le petit bout de la lorgnette.

Au même titre que personne ne peut se targuer de représenter l'ensemble des agriculteurs et l'agriculture elle même, personne ne peut parler au nom de tous les écologistes citadins.
Là aussi, il existe une infinité de courants de modes de pensées, des plus dogmatiques aux plus pragmatiques.

C'est d'autant plus cocasse d'imaginer pouvoir penser connaître ceux qu'on critique, quand on ne les fréquente pas au quotidien, ni ne vivons et évoluons dans les mêmes milieux, ne faisant pas face aux mêmes difficultés.
En ce sens, les écologistes autant que les campagnards les plus critiques du "camp adverse", pourraient bien en prendre de la graine et arrêter de mettre les gens dans des cases, car il n'existe pas un seul Être-Humain sur cette terre, qui soit la copie d'un autre.

N'oublions pas qu'en dépit d'apparences différentes nous partageons tous quasiment 99% du même patrimoine génétique, et qu'en ce sens, ce qui nous différencie biologiquement est beaucoup plus mince que ce qui nous rapproche (notamment dans dans notre cercle familial)... Y compris au niveau comportemental.
 

Comment peut-on parler d’agriculture bio pour ensuite se rendre au Starbucks demander un café au lait de soja, lui-même cultivé à des milliers de kilomètres, au Brésil, engendrant la déforestation ?

Que voici de viles affrimations et généralisations ! Votre serviteur se considérant lui même issu et faisant partie du monde agricole, citadin, campagnard, insiste sur le fait que jamais, ses pieds n'ont frôlé le seuil d'un Starbucks, ni même goûté du soja sud-américain, fier de pouvoir consommer du soja français qui pousse très bien chez nous, produit par nos agriculteurs du sud-ouest au plus proche de chez-lui, et ne connais personne autour de lui parmi, consommant du soja de l'étranger, ces derniers étant généralement sensibles à ces arguments et bien renseignés sur le sujet, que ce soit les végéta*iens ou les écolos. (Au même titre que n'importe qui pourrait l'être)

Éludera t'on d'ailleurs ces très nombreux agriculteurs-éleveurs français qui nourrissent leurs bêtes avec du soja OGM venu d'Amérique du Sud, effectivement en bonne partie responsable de la déforestation et d'un désastre humanitaire vu la quantité de céréales bien supérieures de céréales nécessaire pour obtenir un kilogramme de viande ?

Pourtant la science nous dit bien que les protéines végétales sont de même qualité, contrairement aux instances officielles françaises.

On trouve même des végétaux contenant à eux seuls tous les acides aminés essentiels. ce qui est d'ailleurs un faux débat, étant donné qu'en France, nous consommons des protéines à l'excès, et que la problématique se situe principalement du côté des vitamines (même la fameuse B12 pour les omnivores, et encore plus pour ceux qui boivent de l'alcool), minéraux, et antyoxidants, pour tout le monde.

Continuera t'on de ne parler que de ce qui nous dérange seulement dans les cas où ça nous arrange et à porter des oeillères ?

D'autant que c'est à une échelle bien plus grande que les végéta*ens qui consomment du soja français (ou non d'ailleurs), et qui représentent à peine 2% de la population française. (Il est facile d'imaginer les cris d'orfraies s'ils passaient le cap des 10% comme en Allemagne).
Les gens se disant être "normaux", représentent 98% de la population, et leur impact est bien plus collossal à leur échelle (et bien davantage par le monde), que 1% des 2% de végé*aliens dans la population française, qui consommeraient du soja du brésil.

Pourtant bien mal m'en prendrait de critiquer, outre les considérations éthiques et la dissonance cognitive des français sur le sujet des OGM en la matière !

Les éleveurs vivent avec un revenu déjà au ras des pâquerettes et font simplement ce qu'ils peuvent pour s'en sortir en pensant que ce qu'ils font est juste et que leur logique est la bonne. Nous faisons et avançons tous comme ça. Il s'agit simplement d'une nécessité de survie.
Pire, c'est l'État et l'UE qui dicte et décide peu ou prou la marche à suivre, avec les marchés, avec d'un côté la PAC, et de l'autre, les prix d'achat.
Pensez-vous que ces agriculteurs endettés jusqu'au cou pour pouvoir suivre un rythme de production toujours plus effrené et les mises aux normes, soit seuls responsables de ce qui leur arrive ?
On leur a appris à vivre et travailler comme ça, et ils sont poussés à continuer dans cette voie.

Et pour autant, tous ne suivent pas ce chemin et choisissent d'autres voies possibles, tandis que les consommateurs de viande de supermarchés et de boucheries lambda, eux, font avec leurs moyens toujours plus restreints, car si la France s'enrichit, il s'agit d'une petite minorité, pas de la population générale qui elle, s'appauvrit sans cesse, tout comme les agriculteurs conventionnels qui ne peuvent s'étendre à l'infini.

Simplement, globalement, de la même manière que tous les agriculteurs ne sont pas les mêmes, tous les écologistes ne sont pas les mêmes.

 

Comment peut on parler de bienveillance envers les animaux, promouvoir « l’antispécisme », et traiter des femmes et des hommes (éleveurs) d’assassins, voire d’appeler au meurtre ?

 

Dans les faits, on appelle ça de la dissonnance cognitive. Et c'est le propre de n'importe quel Être-Humain pétant un boulard ou non, quelle que soit sa cause, le tout étant d'en prendre conscience, et dépasser son égo s'il fait barrière, juste parce qu'on veut avoir le dernier mot parce qu'on pense avoir raison.

De la même façon que beaucoup de gens de la campagne oublient que ceux des villes en descendent et que cette même population les a poussé à faire des études, chercher un meilleur revenu et une meilleure vie en ville en quittant les campagnes, les antispécistes qui tombent dans l'extrême (une petite minorité de la minorité, très bruyante et surmédiatisée), oublient que l'Homme est une espèce parmi d'autre, qu'il convient également de traîter avec bienveillance et considération.

Ceux qui se clament antispécistes sans se soucier de leurs congénères, ou pire, en les menaçants et s'en prenant à eux, sont eux-même spécistes, pour la simple et bonne raison qu'ils classent l'espèce Humaine à un niveau différent, alors que la base de l'antispécisme c'est de considérer toutes les espèces avec le même respect et le même recul !
 

Le problème, aujourd’hui, est que nous perdons le sens des réalités à cause d’une consommation frénétique d’Internet. Il est ainsi courant de rencontrer des personnes aux apriori négatifs sur l’agriculture, et l’élevage en particulier, en expliquant l’avoir vu sur les réseaux sociaux. Et de rajouter en savoir beaucoup sur « nos agissements » et la « mainmise des lobbies » car L214, la « fameuse » association de défense des animaux, l’a dénoncé.

Le sens des réalités étant différent pour tout un chacun, il ne dépend pas d'internet, pour autant il est vrai que ce qui était caché auparavant, et toléré, l'est moins, voir ne l'est plus pour certains de nos jours.

Pour autant, là encore, même si 10 000 personnes venant cracher leur venin sur ceux qu'elles critiquent, elles seraient très visibles, notamment sur les réseaux sociaux moins investis par des gens travaillant la terre et dont les horaires ne leur y permettent guère de disponibilité, n'en seraient pas moins une extrême minorité comparé à l'ensemble de la population antispéciste, déjà très minoritaire.

Il ne fait pas grand doute que beaucoup des gens aussi, n'avaient pas conscience de la sale besogne et des cadences infernales que sont les transports d'animaux et abattoirs, à l'heure des « temps modernes », et qu'ils seraient bien incapables d'assumer le geste eux-mêmes, en relation avec leur propre sensibilité et sens des responsabilité. D'où le rejet de la présente situation face à des abus en tout genre.

Ce sont des choses qui pourraient expliquer pourquoi les choses en arrivent là, et le manque de transparence en matière d'abbatage et la banalisation des mises à morts sans étourdissement sous couvert d'exception halale (alors qu'on sait tous que c'est surtout parce que ça permet d'aller plus vite et gagner davantage d'argent), ne feront que provoquer qu'un sentiment de tromperie généralisée et plus d'opposition de la part des consommateurs, qui, eux, choisissent, et sont en position de pouvoir le faire quand ils en ont les moyens.

L'unique solution, qui vaudrait pour tous les milieux, c'est la transparence, afin d'une part de restaurer le dialogue, puis la confiance.
Le gouvernement lui même a brisé une promesse en la matière, avec l'annulation d'une loi promise durant la campagne présidentielle de Macron, pour l'obligation d'installation de caméras dans les abbatoirs, non pas, pour permettre à chacun de se faire juge et partie, mais simplement établir les faits et la vérité en cas d'une part, de contrôle, d'autre part, de dénonciation d'un salarié.

 

Comment expliquer à ces personnes notre métier, le rôle de l’élevage pour nos territoires ou pour l’alimentation humaine ? Des personnes qui continuent pourtant à manger de la viande ?! Aveuglées par la communication de l’association antispéciste, ces personnes n’ont plus aucun recul. A se demander si elles ne sont pas sous emprise sectaire. Elles en viennent même à nier les cas de harcèlements, agressions et viols au sein d’associations de défense des animaux qui ont pourtant été mis en lumière par la presse.

Comment, alors, sortir de cet aveuglement ? Comment réduire cette radicalité et amener de la mesure afin que le grand public prenne conscience des spécificités de nos métiers ? Avec les discours extrémistes de certains associations et ONG « écologistes », grands donneurs de leçons derrière leurs écrans, le découragement des agriculteurs pointe. Mais avons-nous le choix d’abandonner notre agriculture ?

En l'état, il sera impossible de communiquer ouvertement sur le sujet, car la notion de pertes, profits, d'argent, a balayé d'un revers de la main la communication entre les producteurs et les consommateurs, sans compter les nombreux intermédiaires entre les deux. Humainement parlant c'est un désastre car l'argent de toute façon, coupe les liens et empêche quiconque de se sentir reconnaissant ou redevable avec l'autre, et invisibilise d'autant plus qu'il y a d'éloignement et d'intérmédiaires.

Chacun reste dans son camp avec ses à-prioris malgré les interdépendances, et c'est d'autant plus vrai pour l'agriculteur-éleveur qui dépend forcément de la vente et de ses clients pour vendre ses produits.

Et c'est là où le bât blesse. Il y a une grande difficulté dans les villes à comprendre certaines pratiques de l'agriculture et compromis nécessaire pour parfois sauver ce qui peut et doit l'être, au point d'en tomber dans des attitudes dôgmatiques.

Mais c'est tout aussi vrai pour certains agriculteurs (pas tous) qui ne comprennent pas leurs clients.
Pire, ils en arrivent même à rejeter des changements de mentalité et refuser de s'adapter à la demande, alors que leur activité, bien que nourricière, reste capitaliste, et dépend de la loi de l'offre et de la demande, et de leur capacité et leur ouverture à répondre à cette dernière, en dépit de ce que les institutions et leurs ainés leurs ont fait miroiter sur ce que devrait et doit être l'agriculture.

Le choix, on l'a toujours. Et qu'il s'agisse d'abandonner ou non l'agriculture, elle n'est pas une et indivisible, pas plus que la population. Il existe une grande diversité en la matière.

Est ce que l'agriculture dont parle l'auteur de l'article finira par mourir ? Peut-être.
Pour autant, d'autres types d'agricultures lui survivront et se développeront, et il en émmergera sans doute de nouvelles approches.

JPEG - 420.9 ko
Un régime végéta*ien c’est un truc de riche bobo parisien
JPEG - 103.8 ko
66 % des animaux terrestres et marins ont disparus tandis que la population humaine à doublée, depuis les années 70.
JPEG - 165.4 ko
La B12, que de bruit pour rien...

Moyenne des avis sur cet article :  2.15/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

179 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 1er septembre 11:59

    Je reprend cette citation mise par Etorre, je crois. Elle résume bien la situation :

    D’après un sondage,Il est prouvé qu’un écolo sur trois est aussi con que les deux autres.


    • Albert123 1er septembre 12:16

      @troletbuse

      la carte du vote écolo est calqué sur la carte du réseau ferré.

      le vote bobo écolo s’arrète là où le train ne passe pas, car l’écologisme est un problème d’urbain qui ne connait pas la nature mais fantasme énormément dessus


    • charlyposte charlyposte 1er septembre 15:53

      @troletbuse
      Il faut sauver la planète !!! on va commencer par mettre les écolos à la diète pour en mettre un max dans des nacelles de ballon, y vont pouvoir surveiller et admirer les loups et les ours se goinfrer la bouche dégoulinante de sang frais ! hum smiley


    • Abolab 1er septembre 15:54

      @troletbuse

      Si vous parlez de l’écologie politique, comme Jadot, vous avez bien raison.


    • jymb 1er septembre 12:27

      « faire tourner le club de pêche ou la musique. »

      L’auteur a juste oublié ( involontairement je suppose ) la branche locale de la fédération de chasse


      « Les vieux, ça n’était pas original
      Quand ils s’essuyaient machinal, d’un revers de manche les lèvres
      Mais ils savaient tous à propos
      Tuer la caille ou le perdreau et manger la tomme de chèvre » 

      Jean Ferrat


      • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 1er septembre 12:56

        Bon, je crois qu’il y a une chose sur laquelle tout le monde sera d’accord, c’est qu’on ne peut pas vivre sans manger.

        Ah bah mince alors...

        https://sciencemysterieuse.com/conscience-metaphysique/le-respirianisme-vivre-de-lumiere-en-se-privant-de-nourritures/?nowprocket=1


        • pemile pemile 1er septembre 13:17

          @Florian LeBaroudeur « Bon, je crois qu’il y a une chose sur laquelle tout le monde sera d’accord, c’est qu’on ne peut pas vivre sans manger. Ah bah mince alors »

          D’après @Gollum, sans problème pendant 75 ans et « il n’y a aucune preuve que cela ne soit pas possible » et ce n’est pas su à cause des « fanatiques du rationalisme ne tenaient pas les cordons de l’information »


        • Jelena Jelena 1er septembre 13:25

          Ce qui est plutôt comique, c’est que vous faites la promotion du véganisme tout en disant « il faut vivre à la campagne ». Mais une fois que les imprimantes 3D sortiront des steaks à la chaine et que parallèlement l’élevage aura disparu, il restera quoi dans vos campagnes ?


          • Clocel Clocel 1er septembre 13:46

            @Jelena

            Mon message faisait suite au votre...


          • Clocel Clocel 1er septembre 13:42

            Des imprimantes 3D,,, et,,, des incendies sur les terres laissées en friche...


            • Abolab 1er septembre 15:15

              Les omnivores se plaignent du confinement généralisé de la planète, de l’effondrement économique qui en a résulté, de la privation de libertés, du pass sanitaire, de la propagande du gouvernement et des médias, de l’imposition de vaccins expérimentaux et de l’épidémie de COVID-19 qui fait des ravages chez les personnes à risque...

              Si les individus (et donc la société) étaient végétaliens rien de tout cela ne serait arrivé. L’épidémie provient probablement d’un élevage (potentiellement de bovins bretons) et l’alimentation végétale saine est la meilleure prévention collective en terme de santé publique non seulement contre la COVID-19 mais aussi contre l’ensemble des causes de mortalité modernes qui sont des facteurs de risque des formes graves de cette maladie.


              • mmbbb 5 septembre 10:31

                @Abolab vous n en ratez pas une ! Le COVID a aussi touche l Afrique etonnant 


              • sylvain sylvain 1er septembre 15:17

                le texte est pas mal mais les dessins sont quand même drolement cons.

                 le premier : On fait aussi du biocarburant avec les végétaux par exemple, et de toutes façons quand il y en a trop, on les brule pour ne pas les donner. C’est une logique économique qui n’a aucune relation avec l’élevage.

                 le deuxième : Ben a part si t’as jamais fréquenté un magasin tu sais que c’est faux. On trouve de la viande a 3 balles le kg et des protéines végétales, genre tofu.., a 12 voir bien plus.

                le troisième : le rapport entre surpopulation et le fait de manger de la viande ?????

                le quatrième : il y a de la B12 dans tous les animaux sauvages, notamment le poisson.

                Disons que les caricatures stupides et insultantes pour les débiles carnistes n’ont pas plus rendus services aux végans ou aux écolos que les caricatures de GJ par les medias au pouvoir. Mais bon, c’est une passion semble t il. Nous vivons au pays du mépris.


                • Abolab 1er septembre 16:09

                  @sylvain

                  Les dessins sont excellents. La preuve en est que si vous les aviez sérieusement étudiés à l’école quand vous étiez petit, vous ne diriez pas de telles bêtises aujourd’hui. Il y a un cruel manque d’éducation sur ces questions dans nos sociétés.

                  Le biocarburant, c’est à petite échelle comparé aux végétaux utilisés pour nourrir les dizaines de milliards d’animaux qui sont mangés par les êtres humains.

                  La viande à 3 balles le kg, ça n’existe pas sans des subventions massives qui sont gaspillées et distribuées à l’industrie de l’élevage et aux producteurs de denrées alimentaires pour les animaux...

                  La surpopulation est plus celle des animaux d’élevage que celle des êtres humains : les huit milliards d’êtres humains mangent plus de 55 milliards d’animaux d’élevage par an, sans compter les innombrables poissons qui sont pêchés dans les océans chaque année, décimant la faune marine.

                  Les animaux sauvages sont en voie d’extinction, donc si vous comptez sur les animaux sauvages pour fournir à toute l’humanité de la vitamine B12, c’est clairement perdu d’avance.

                  Par ailleurs, il est probable que l’alimentation moderne est ce qui a créé la problématique de la B12 en perturbant notre flore intestinale. Il est possible que dans le futur, une alimentation végétale saine et une meilleure compréhension des phénomènes biologiques en jeu nous permettent de faire en sorte que notre propre flore intestinale produise elle-même la vitamine B12 dont notre organisme a besoin.


                • Claude Simon Claude Simon 1er septembre 17:39

                  @Abolab

                  Il y a une micro-algue américaine qui fait de la B12, la klamath.
                  J’ai essayé, bof. Je préfère le pâté de foie.

                  https://alimentation.ooreka.fr/astuce/voir/292471/composition-et-proprietes-du-klamath


                • @Abolab
                  Je prpopose derechef d’eliminer, Lions, Hyenes, Gupards, Chats, Chiens , etcetcet...
                  Ou d’enfin les eduquer pour apprendre a devenir herbivores.
                   
                  Et au passage on comptera sur vous pour aller débrousailler manuellement dans certaines zones compliquées pour remplacer les moutons qui font le travail pour vous
                   
                  La vache (mheu) lorsque je lis les véganes, ne suis pas rassurré..
                  Surtout lorsqu’imls ne comparent un etre humain à un tube gastrique, alors que le graphe de la croissance démographique totalement incontrolée qui existe depuis une centaine d’années est juste incroyable...
                  Il n’y a pas que chez les « pro vacc » qu’il y a de bons talibans smiley

                  si tu pouvais regarder le graphique historique du millieu
                  https://www.demographie-responsable.org/


                • sylvain sylvain 1er septembre 19:08

                  @Abolab
                  ben moi je les trouve toujours aussi nuls.

                  Vous évitez la question. Il ya aujourd’hui et depuis au moins quarante ans de quoi nourrir tout le monde sur cette planète, même avec le gachis. On brulait déja de la bouffe dans les années 80. Donc non ce n’est pas un problème d’élevage. D’autant que si vous y connaissiez quelque chose en agriculture vous sauriez qu’il y a nombre de terre ou on ne sait pas faire autre chose que de la prairie sans les dégrader rapidement. Etre contre l’élevage en général n’a pas beaucoup de sens d’un point de vue agronomique

                  Le végétal est tout autant subventionné que l’animal, qu’il soit pour l’alimentation animale ou humaine

                  Je ne compte pas sur les animaux sauvages pour manger, je dis que si ils font de la B12 sans complément, les autres peuvent le faire aussi. D’ailleurs la complémentation en B12 n’est pas du tout systématique en élevage. Je n’en ai jamais fait, même les rares fois ou j’ai bossé dans l’intensif

                  Si le problème n’est pas la supopulation humaine, ben évite de marquer ça sur ton dessin, ce sera plus claire


                • sylvain sylvain 1er septembre 20:04

                  @Abolab
                  vous les aviez sérieusement étudiés à l’école quand vous étiez petit, vous ne diriez pas de telles bêtises aujourd’hui 

                  Pour ça t’inquiètes abo, ma mère était déja végé dans les années 80 et en plus écolo dès les années 70. J’ai été formé dès la naissance. Mais les écolos de cette époque n’ont rien a voir avec maintenant. En allemagne, et certainement en france, ce sont ceux qui votent écolos qui achètent le plus de SUV. Ils le prennent pour aller acheter un petit pot de paté végan a la biocoop et sauver la planète de tous les connards pauvres qui roulent au diesel

                  Et oui bien sur le véganisme en occident est une alimentation de bourge. Vous pouvez faire tous les dessins que vous voulez, il suffit de vous rendre dans un rayon bouffe végane et vous le verrez tout de suite, il n’y a rien de plus évident
                  Mais je serais d’accord pour dire que c’est plus pour des raisons commerciales et industrielles qu’agronomiques


                • reptile cyrus 1er septembre 15:39

                  Article de pure propagande veganne , qui voudrais priver les ruraux de leur mode de vie en campagne au lieu de reflechir sur ce que les bobo colo ont fait des villes .


                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 15:43

                    @cyrus
                    Vivement un vrai président 3 D modelé avec un carnet de chèque à la main, comme on aime smiley


                  • Abolab 1er septembre 16:14

                    @cyrus

                    Tuer des animaux n’est pas un mode de vie, c’est au plus un loisir immoral, comme la chasse.


                  • reptile cyrus 1er septembre 16:20

                    @Abolab

                    Aucun vegan ne supporte de souris dans son appartement , 
                    encore moins une couleourvre pour les manger ...

                    il tente le piege « bio » attrape les trois premiere , et des que les souris ont compris le truc , passe a du poison ...

                    Alors les lecon de morale des vegan .... smiley


                  • Abolab 1er septembre 16:24

                    @cyrus
                    Pour lutter contre les souris aventureuses, il faut boucher les trous dans les murs pour les empêcher de rentrer...


                  • reptile cyrus 1er septembre 16:35

                    @Abolab

                    oui tout a fait , mais quand tu bouche les trou , tu condamne le nid et ses habitant a mourrir de faim .

                    je n’ ais jamais vu un vegan casser le mur pour sauver un nid de souris ...

                    Et c’ est la toute l’ hypocrisie de vouloir appliquer le veganisme au autre de force 

                    quand je tue un boeuf , je prend une seule vie et 400 personne mange leur KG de viande ...

                    Quand on tu une vingtaine de souris ( y compris au potager )c’ est 20 vie qui parte pour rien ...


                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 16:41

                    @Abolab
                    Va falloir des murs en fer !!! smiley


                  • reptile cyrus 1er septembre 16:48

                    @charlyposte

                    le gamin d’ un voisin , tres sensible a la cause animal ( mais bon mangeur de viande quand meme , a tenter une fois de sauver un nid dans un mur ... 

                    Mais il as eu la mauvaise idee de prendre l’ aspirateur a feuille (broyeur smiley )
                    on peut malheureuseusement pas sauver tout le monde , tout le temps , meme avec la meilleur volonté du monde ...

                    faut peut etre avoir la sagesse de s’ occuper des oiseaux tomber du nid , ou des ecureuil , des chat et chien errant maltraité ( y compris par certain vegan qui les mette au vegetal ) avant de vouloir sauver des animaux de boucherie pour d’ obscur motif de mode politquo/religieuse .


                  • Xenozoid Xenozoid 1er septembre 16:52

                    @cyrus

                    j’ai un article sur les cannibales en préparations,tu sera surpris des clichés que tu veras même sans le dire,tu y veras même des zombies

                    exemple

                    Le Cannibale..

                    Les chats mangent des souris, les merles mangent des vers, les gens mangent des vaches, des porcs, des moutons et de temps en temps tout le reste, c’est comme ça que ça doit être, ce qui n’est pas acceptable c’est que les chats mangent des chats ou que les gens mangent des gens.
                    Plus les américains tuaient des allemands en 1945, plus nous les trouvions beaux, mais malheur à l’Américain qui aurait mangé un de ces Allemands, il aurait été coupable de plus qu’un manque de bon goût.Même aujourd’hui, dans les armées du monde entier, des millions de personnes apprennent à tuer l’ennemi, mais pas encore à le préparer.Nous ne mangeons pas nos semblables, nous les enterrons.....
                    Nous pensons rarement à l’origine de l’enterrement. et pourtant ...


                  • reptile cyrus 1er septembre 17:16

                    @Xenozoid

                    c’ est tres bon le long porc ...

                    Sans cette viande tres saine les passager du crash des ande n’ aurais pas survecu .
                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Vol_Fuerza_A%C3%A9rea_Uruguaya_571

                    Ils n’ ont tuer personne , et n’ avais pas d’ aute ressource comestible .

                    meme le pape n’ y as rien trouver a redire .


                  • Abolab 1er septembre 17:27

                    @cyrus

                    « avant de vouloir sauver des animaux de boucherie »


                    Les animaux de boucherie sont déjà morts, ce sont des cadavres. Ce qu’il faut sauver, ce sont les animaux d’élevage, comme ce qu’a fait cet éleveur :

                    Un éleveur sauve ses vaches et ouvre la voie


                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 17:28

                    @Xenozoid
                    Hum... ils leurs manquent des pelles pour creuser ? smiley


                  • Abolab 1er septembre 17:30

                    @Xenozoid

                    « les gens mangent des vaches, des porcs, des moutons et de temps en temps tout le reste, c’est comme ça que ça doit être »

                    Les gens sont conditionnés à manger des animaux... depuis leur toute petite enfance. Des pots de bouillie pour bébé contiennent déjà de la viande... tandis que le lait de vache remplace souvent le lait maternel... C’est le milieu qui conditionne les gens à manger des produits animaux, pas la nature...


                  • Xenozoid Xenozoid 1er septembre 17:31

                    @charlyposte

                    c’est pire que ça, ils en avaient mare de creuser, ils ont inventés la roue, pour aller plus facilement du point A au point B


                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 17:37

                    @cyrus
                    En fait à vouloir tout sauver on ne sauve plus rien car il n’y a plus rien pour y subvenir sans parler du manque de place smiley il suffit déjà de voir les fameux crabes rouge par millions via l’Australie sur l’île Christmas... 1400 habitants et 40 millions de crabes !!! hum, si ça c’est pas le grand remplacement je me coupe un bras ! smiley


                  • Abolab 1er septembre 17:38

                    @cyrus

                    C’est exactement ce qui fait de nous des omnivores : la capacité, dans des conditions extrêmes, de survivre en mangeant de la chair animale, cuite de préférence.

                    Mais cette capacité exceptionnelle de survie en milieu extrême s’est transformée dans nos sociétés modernes en une alimentation carnée quotidienne... juste parce que nos moyens de production le permettaient...

                    Ce ne sont pas les végétaliens qui sont extrêmes dans leur alimentation, mais bien les omnivores, qui mangent de la viande au quotidien, une nourriture de l’extrême et de survie, par simple habitude et par conditionnement depuis l’enfance...


                  • Abolab 1er septembre 17:49

                    @charlyposte
                    Vous pouvez aussi essayer de nourrir les souris en leur mettant de la nourriture à l’extérieur, comme cela elles ne chercheront pas à en trouver à l’intérieur...


                  • reptile cyrus 1er septembre 17:52

                    @Abolab

                    Non ce sont bien des animaux de boucherie aucun doute malgres ce que certain vegan disent ....

                    Les animaux d’ elevage ce sont les chien , les chat , les peroquet , les serpent , que nos pays on ne mange pas , il sont reproduit dans le but de devenir des compagnon pour les humain ... ou dans certain cas plus rare ( comme les tortue du var ) pour etre relaché dans la nature apres un incendi de foret et renouvelé l’ espece ...

                    Sans cet elevage , ces animaux n’ aurais pas vecu , n’ aurais pas été reproduit il serais rester « mort » de cette non vie qui precede la naissance ...

                    les animaux de boucherie eux , sont reproduit dans le but de nourrir les humain 
                    On ne fait pas copain avec eux , et eux non plus n’ aurais pas acceder a la vie sans la volonté de l’ homme et ses besoin .

                    Enfin les vegan s’ illusionne quand il pense que manger leur legume aux potager est diffrent de manger une poule ou un agneau . 

                    La vie et la conscience sont presente en toute chose , meme dans le moindre des rocher ... elle s’ eprime a plus ou moins haut niveau , mais elle particiepe du grand tout .

                    Chacun doit choisir son regime alimentaire , et ne surtout pas s’ illusioner , le seul moyen de ne pas nuire en mangeant , c’ est de ne pas etre vivant ...


                  • Xenozoid Xenozoid 1er septembre 17:54

                    @charlyposte

                    pourquoi mettre le remplacement ? c’est le « probleme » des bourgeois, avant ils avaient peur des cocos, maintenant c’est les crabes...joke


                  • reptile cyrus 1er septembre 17:56

                    @charlyposte

                    Oui il prolifere sur les dechet , ca bouffe de tout un crabe , un des netoyeur les plus effiace que je connaise ... 

                    j’ en ais eu un des année dans un vivarium , le coquin s’ etait echapé de l’ etal du poissonier ... gros comme une piece de 5 franc ...

                    A la fin c’ etait un bon gros pepere et c’ est assez etonant , il me reconnaisait , et venait manger a la main sans pincer , mais malheur a l’ intrus qui tentait de faire pareil smiley


                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 17:58

                    @Abolab
                    Et à la fin combien de souris viendront et combien cela me coûtera pour nourrir des milliers de souris devant ma porte ??? à moins que Brigitte Bardot apporte un soutien smiley


                  • reptile cyrus 1er septembre 17:59

                    @Abolab

                    Vous pouvez aussi essayer de nourrir les souris en leur mettant de la nourriture à l’extérieur, comme cela elles ne chercheront pas à en trouver à l’intérieur...

                    l’ idee est bonne mais ca ne marche pas , au contraire , plus il auront de nouriture plus il feront de porté ... et finalement on en revient a la case depart .

                    comme le dit charlie poste , la meilleur solution est encore les mur d’ acier , 
                    et pour le potager de tout grillager .


                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 18:00

                    @cyrus
                    1 crabe ça va mais des millions et des millions c’est une guerre de civilisation smiley


                  • reptile cyrus 1er septembre 18:01

                    @charlyposte

                    Et à la fin combien de souris viendront et combien cela me coûtera pour nourrir des milliers de souris devant ma porte ??? à moins que Brigitte Bardot apporte un soutien 

                    Et puis si tu demenage , ca sera la famine et 99% de deces un quasi genocide des sousris que tu aura elévé ...

                    la meilleur solution est encore d’ avoir des chat a la maison , et des couloeuvre au jardin .( ben oui Mes chat aime un peut trop mes tomate bien mure ou les fraise smiley)


                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 18:04

                    @Xenozoid
                    T’imagine 40 millions de taliban dans ton jardin !!! qui va s’en occuper ??? smiley


                  • Xenozoid Xenozoid 1er septembre 18:05

                    @charlyposte

                    incroyable,si je dis...

                    Pourtant, il n’est pas improbable que l’enterrement soit devenu à la mode il y a plusieurs milliers d’années afin de cacher les morts, pour qu’ils ne puissent pas être volés et mangés par d’autres personnes, et à en juger par les os fissurés et les crânes fracassés, le cannibalisme devait être normal chez nos ancêtres, en Europe et en Asie il a été restreint par la suite,et remplacer par la torture...


                  • reptile cyrus 1er septembre 18:05

                    @charlyposte

                    Un tueur a gage est arrivé par bateau smiley
                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Anoplolepis_gracilipes

                    25% de crabe en moin depuis qu’ elle est la ...
                    la nature trouve toujours ses reponses sans nous ...

                    les fourmis feront certainement un bon repas pour certain lezard smiley


                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 18:07

                    @cyrus
                    En fait tout est une question d’équilibre dans la nature et on commence toujours par la loi du plus fort smiley j’ai bien peur que les écolos ne survivent pas puisqu’ils sont faibles ! hum smiley


                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 18:10

                    @cyrus
                    Cette fourmi mange les crabes ! smiley


                  • Abolab 1er septembre 18:12

                    @charlyposte

                    Si vous avez des milliers de souris devant votre porte, c’est que quelque part vous vous y êtes mal pris.

                    L’idée n’est pas de faire un élevage de souris, mais d’éduquer les souris déjà présentes à ne pas venir chercher de la nourriture chez vous.

                    Vous pouvez par exemple utiliser un subterfuge. Vous éloignez petit à petit, graduellement, la nourriture de chez vous (si les conditions sur place le permettent).


                  • reptile cyrus 1er septembre 18:14

                    @charlyposte

                    En fait elle bouffe absolument tout , s’ il manque un ou deux migrant au centre de retention australien t’ etonne pas smiley


                  • Abolab 1er septembre 18:17

                    @cyrus

                    Vous n’êtes pas obligé de les rendre les souris obèses. Juste un peu de nourriture devrait attirer leur attention. Vous pouvez ainsi les orienter dans une autre direction.


                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 18:21

                    @cyrus
                    Va falloir les importer en France ses fourmis voraces smiley j’ai le sentiment que ça peut servir dans divers domaines ! smiley


                  • reptile cyrus 1er septembre 18:23

                    @Abolab

                    Vous pouvez par exemple utiliser un subterfuge. Vous éloignez petit à petit, graduellement, la nourriture de chez vous (si les conditions sur place le permettent).

                    elle sont pas idiote , elle ont bien compris que les humain etait source de nouriture .
                    les souris et les rats sont nos comensaux , il mange nos miette .

                    j’ ais essayer un jours de capturer une porté de rats qui mangeait mes figues .
                    deux adulte et 5 petit ...

                    la semaine nuivante , a nouveau deux adulte et 5 petit 
                    et la meme a nouveau ...

                    Alors je les ais marquer au vernit a ongle vert ...
                    ces cretin faisait plus de 5km pour revenir ...

                    Alors finalement , j’ ais mit une plaque de fer sur le tronc , et du grillage autour , 
                    et il sont partit chercher pitance ailleurs .

                    si tu commence a les nourrir meme avec les figue tombé , tu en aura au moins 35 a la portée suivante ( 1 a deux mois ) puis 17*5 = 85

                    c’ est sans faim , donc pour ne pas les faire souffrir de la famine , il ne faut pas les faire naitre .


                  • Abolab 1er septembre 18:23

                    @cyrus

                    « les animaux de boucherie eux , sont reproduit dans le but de nourrir les humain On ne fait pas copain avec eux , et eux non plus »


                    Ne vous étonnez pas alors que ce genre de faits divers arrive : 

                    Près de Rennes, une vétérinaire et son assistant victimes d’une charge de vaches dans un abattoir

                    Si vous maltraitez les animaux, ils ne vont pas bien vous traiter en retour...


                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 18:30

                    @Abolab
                    Ils savent ou aller... dans les greniers c’est plutôt cool pour eux, quand y a personne dans la maison les souris investissent les lieux et ils dansent dans toutes les pièces !!! que faire sinon leur mettre de la soul musique quand la maison est vide ! smiley


                  • Xenozoid Xenozoid 1er septembre 18:30

                    @Abolab

                    pour la vue du personnage cyrus,il faut y voire une frustration, de ne pas etre assez sélectionner (trop petit) pour servire la france,le reste c’est un jeu de role,plein de clichés qui m’intéresse,aussi tellement ils sont caricaturaux et realiste et prévisible 

                     smiley

                  • Abolab 1er septembre 18:32

                    @cyrus

                    « j’ ais essayer un jours de capturer une porté de rats qui mangeait mes figues . »

                    Les rats ne savent pas que ce sont vos figues. Ils trouvent un arbre avec des fruits et se servent. Ils n’ont pas conscience d’être dans votre jardin à moins que vous ne les éduquiez.

                  • reptile cyrus 1er septembre 18:32

                    @Abolab

                    Quand on frequente des animaux , il faut prendre ses risques ...
                    ce n’ est jamais la faute d’ un animal , meme quand il casse les rein de son marechal ferant qui lui met un fer pour eviter que ses sabot s’ abime .

                    il n’ est pas quesrion de maltraitance , quand c’ est bien fait .

                    Par contre , le pauvre sanglier , qui voit sa foret reduite en granule de bois pour les ecolo parisien , et une amap veganne grignotter son lieux de vie il as des raison d’ etre furax ...

                    et ici nos sanglier , sont des sanglochon , 300kg on les soupçonne d’ etre la veritable bete du gevaudan ... le bobo-vegane en quad a pas interet a se planter en quad dans nos foret , il risque fort d’ etre recyclé en bonne proteine avant le matin .



                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 18:36

                    @cyrus
                    Surtout si l’écolobobo a un chapeau à fleurs smiley le sanglier pourrait adorer cet en cas ! smiley


                  • reptile cyrus 1er septembre 18:41

                    @Abolab

                    Les rats ne savent pas que ce sont vos figues. Ils trouvent un arbre avec des fruits et se servent. Ils n’ont pas conscience d’être dans votre jardin à moins que vous ne les éduquiez.

                    Bien sur , et il avait tout a fait raison de venir se servir puisque je n’ avais pas prit les disposition pour les proteger .

                    Moi aussi j’ en aurais marre de bouffer les poubelle au bout d’ un moment smiley
                    A force ils sont parti vers d’ autre source de nourriture ne pouvant pas grimper au tronc . 

                    quand j’ ais demenager , j’ ais enlever la plaque de fer , et c’ est rester sans habitant mais pas de pot le figuier a manquer d’ eau ...

                    ya a un equilibre dans la nature , et meme si ca parait parfois cruel , il ne faut pas tenter de le changer .


                  • reptile cyrus 1er septembre 18:42

                    @charlyposte

                    la patate « nonos » planter dans un talu avec son quad smiley

                    Un regal smiley


                  • Abolab 1er septembre 18:47

                    @cyrus

                    « ya a un equilibre dans la nature , et meme si ca parait parfois cruel , il ne faut pas tenter de le changer . »

                    C’est malheureusement ce que fait actuellement l’humanité, qui vit de manière totalement déséquilibrée, et notamment en ce qui concerne son alimentation, ce qui a des effets destructeurs sur notre écosystème. Quand il y a beaucoup d’animaux d’élevages, que nous abattons pour les manger, que d’animaux sauvages, c’est clairement qu’il y a un gros problème écosystémique. Il faut être aveugle pour ne pas le voir...

                  • Abolab 1er septembre 18:48

                    Quand il y a beaucoup plus d’animaux d’élevages, que nous abattons pour les manger, que d’animaux sauvages...


                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 18:55

                    @Abolab
                    Sachant que les pires élevages sont ceux des parcs à poissons en mer, un désastre qui ne dit pas son nom car il ne fait aucun doute que seul le poisson sauvage sera bon , mais y en aura pas assez pour tout le monde et là ça va coincer vraiment smiley


                  • reptile cyrus 1er septembre 18:57

                    @Abolab

                    Nous ont as garder nos espace ruraux de montagne intacte ...

                    Nos salers du mezenc https://fr.wikipedia.org/wiki/Salers_(race_bovine)
                    descende directement des vache sauvage et savent se debrouiller dans la nature ...

                    pense donc a mac donald , qui avec son menu « vegan » sert des foret entiere sous forme de carton a nourriture ...

                    le probleme systemique est la pas chez quelque gaulois refractaire qui mange de la viande et brule un peut de bois pour se chauffer .


                  • reptile cyrus 1er septembre 19:01

                    @charlyposte

                    ha non le pire élevage, c’est celui des hommes ...
                    quand on as dix enfant par famille , on as la un veritable soucis ecologique bien plus important que la viande .


                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 19:04

                    @cyrus
                    Exact.... va falloir envoyer les gosses à la chasse comme en Amazonie ! avec un arc... une sarbacane ... une lance... ou à main nue smiley


                  • Abolab 1er septembre 19:08

                    @charlyposte

                    « seul le poisson sauvage sera bon , mais y en aura pas assez pour tout le monde et là ça va coincer vraiment »

                    Il suffit de ne pas en manger, où est le problème ?

                  • Abolab 1er septembre 19:11

                    @cyrus

                    « quand on as dix enfant par famille , on as la un veritable soucis ecologique »


                    Surtout quand ces dix enfants sont éduqués en omnivore et quand ils vont eux-mêmes faire dix enfants éduqués de la même manière, etc...

                    Cela s’est sûrement déjà produit, et c’est pourquoi nous sommes dans cette terrible situation aujourd’hui.


                  • reptile cyrus 1er septembre 19:15

                    @Abolab

                    la t’ est pas coherent , car si on veut limiter le nombre d ’enfant qui survie , et si comme tu l’ affirme la viand est malsaine , il serais logique de proposer le regime carner smiley

                    ya comme une faille dans la propagande ...

                    Non , ca passe bien sur par le controle des naissance et une decroissance douce de la population ... car sinon tot aou tard ca sera de l’abatage de masse par les 10% de gens les plus riche ...et les vegan y passerons comme les autres .


                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 19:17

                    @Abolab
                    Sauf que la pêche est loin d’être Française, c’est presque une délocalisation du poisson vers d’autres cieux !


                  • reptile cyrus 1er septembre 19:17

                    @Abolab

                    le probleme est que le poisson que tu mange pas , demandera 10m² de nourriture vegane pour apporter autant de proteine et ca sera au detriment des sanglier des chevereuil ou des cerf ....dont on rasera la foret .


                  • reptile cyrus 1er septembre 19:20

                    @Abolab 

                    une des piste possible pour eviter ces soucis est l’ aquaponie 
                    https://www.youtube.com/watch?v=acpJL7lxhQQ

                    mais ca commence aussi par une politique de denatalité dans les pays d’ asis d’ afrique ( ou dans les secte catho en france qui depasse 1 enfant par couple )


                  • reptile cyrus 1er septembre 19:21

                    @abolab 

                    la aussi les vegan devrons faire leur part , car quand on les vois avec 4 momes on rigole doucement sur la preservation de la planete par ce mode de vie .


                  • Abolab 1er septembre 19:22

                    @cyrus
                     La pandémie de COVID-19 est un avant-goût des graves problèmes que nous créons à notre propre écosystème. Les virus ne naissent pas au hasard et ne sont pas transmis aux êtres humains au hasard. Le fait de manger des animaux et de les concentrer dans des élevages est ce qui crée les zoonoses et les pandémies. Il est possible que la prochaine pandémie soit bien plus mortelle, et ce ne sont pas les vaccins qui régleront le problème, comme veulent vous le faire croire les gouvernements et experts de santé actuels.


                  • reptile cyrus 1er septembre 19:23

                    @charlyposte

                    c’ etait le rituel de l’ age adulte , beaucoup n’ en revenait pas ...

                    un lion ( pour les masaî) ou un jaguar pour les amerindien , 
                    ca n’ est pas vraiment vegetarien ...


                  • Abolab 1er septembre 19:25

                    @cyrus
                    Les forêts sont déjà rasées pour faire croître l’agriculture animale. Une société végétalienne peut au contraire reconstruire des forêts du fait qu’elle ait besoin de beaucoup moins de terres agricoles.


                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 19:26

                    @cyrus
                    J’imagine une chasse aux véganes ! hum smiley


                  • reptile cyrus 1er septembre 19:27

                    @Abolab

                    je maitrais plustot en cause les grosse legume du gouvernement , les legume covidiot , et les legume vegetalien bobo .

                    ici en campagne , on ne mange pas chimique , la maladie s’ eteint d’ elle meme l’ hyver , mais au primtemps en ete quand les touriste arrive ( y compris vegetalien y a plus un produit vegan cuiiné ou en sandwich dispo tellement y a de vegan bobo qui vienne faire du quad ) alors la le covid reaparait ...

                    le covid il est dans la malbouffe des ville ... pas chez nous .


                  • reptile cyrus 1er septembre 19:30

                    @Abolab

                    Les forêts sont déjà rasées pour faire croître l’agriculture animale. Une société végétalienne peut au contraire reconstruire des forêts du fait qu’elle ait besoin de beaucoup moins de terres agricoles.

                    Pas chez nous , on les entretient , on vit dans les derniere foret de montagne de france ....

                    et ce sont bien les champ de ble , les champ de beterave , les production de fruit , les verger , les champ de salade , les patate , le mais qui deforeste la france a 90%

                    les production de viande intensive se font dans des hangar camp de concentration 


                  • @cyrus

                    ya comme une faille dans la propagande ...

                    Non , ca passe bien sur par le controle des naissance et une decroissance douce de la population ... car sinon tot aou tard ca sera de l’abatage de masse par les 10% de gens les plus riche ...et les vegan y passerons comme les autres .

                     
                    Exactement, c’est de la pure propagande du MEDEF qui ne veut surtout pas reduire le nombre de consommateurs (futurs) et leurs richesses de plus en plus grandes, qui a eux conbtinuer a se gaver avec de la bonne bouffe, faire leurs petiots tours en fusées personnelles et faire bouffer des insectes ou du tofou ou autres joyeusetées genre la viande synthétique au reste des esclaves servilles.
                     
                    C’est comme la vacc, on propose à la plebe des traitements innefficaces et dangeureux, et eux se reservent les bons traitements et achetent des iles pour plus tard lorsque vu au nombre cela deviendra juste invivable, vegane ou pas.

                    Bref l’enfumage porté à son apogée par les « idiots utiles » du systeme prets à gober n’importe quelles carabistouilles et à la répandre.


                  • Abolab 1er septembre 19:35

                    @cyrus

                    « et ce sont bien les champ de ble , les champ de beterave , les production de fruit , les verger , les champ de salade , les patate , le mais qui deforeste la france a 90% »

                    Les pâturages, les productions végétales pour animaux et la vigne occupent la plus grande partie des terres agricoles en France. Il y a plus de surface de vignes que de maraîchage... Boire ou survivre, il faut choisir.

                  • reptile cyrus 1er septembre 19:35

                    @charlyposte

                    J’imagine une chasse aux véganes ! hum

                    Ben non il ont le droit de vivre comme les légume ou les animaux smiley

                    faut juste qu’ il comprenne notre mode de vie comme nous repscteons le leur avant qu’ un gros conflit n’ eclate smiley

                    mes argument sont bien rodé car je connais pas mal de vegetarien ...
                    qui eux respecte mon carnivorisme .ca leur fait un peut mal au yeux de voir qui leur ment en verité ... et ce n’ est pas nous mais bien les GOUROU.

                    C’ est connus , la privation alimentaire carné , la privation de sommeil , les mantra sans cesse reperer , les privation sensoriel , et les drogue sont la base de toute programation mentale ...


                  • reptile cyrus 1er septembre 19:41

                    @Abolab

                    Il y a plus de surface de vignes que de maraîchage... Boire ou survivre, il faut choisir.

                    oui la c’ est vrai a l’ echelle de la france ...car nous fournisson le vin du monde entier ( enfin la californie , et les chinois nous ratrape quand meme )

                    c’ est vrai aussi pour le tabac , et tout ces champ sont liberer pour du soja indutriel et des bio carburant , pas pour des petite ferme ecologique utilisat l’ aquaponie , l’ elevage raisoné , et les potager hydro ou aaeroponique bio .

                    on nous enfume , avec ’ argument de la santée .
                    c’ est ca que je cherche a te demontrer .


                  • reptile cyrus 1er septembre 19:44

                    @Ouam (Paria statutaire non vaccinné)

                    Bref l’enfumage porté à son apogée par les « idiots utiles » du systeme prets à gober n’importe quelles carabistouilles et à la répandre.

                    Abolab est loin d’ etre idiot , et son vegetalisme ne me gene pas il est assez tolerant vu le nombre de discussion polemique qu’ on echange ...

                    je l’ ais meme defendu face a Zx ..Mais je ne veut pas mentir , je dit ce que je pense et j’ argumente apres a lui de voir l’ arnaque ou pas 

                    et de repenser son vegetalisme autrement tout comme nous devons repenser notre carnivorisme , ou notre omnivorisme .


                  • Abolab 1er septembre 20:37

                    @cyrus

                    Comme je l’expliquais plus haut, manger de la viande est un acte de survie... et en cela, cette action stimule des parties spécifiques du cerveau relative à la survie. Manger de la viande active les chemins biochimiques de la récompense dans le cerveau (dopamine). Cela augmenterait aussi les hormones de stress et abaisserait également la testostérone chez l’homme. Donc cela active un mécanisme de survie.

                    De ce fait, une telle alimentation au quotidien a des conséquences néfastes sur le métabolisme, la virilité et sur la reproduction. Mais de plus, je pense qu’une telle alimentation empêche le cerveau d’accéder à des état plus « rélflexifs » ou « spirituels », qui sont justement en-dehors du système de la récompense et en-dehors du système d’activation du stress, présents dans le cerveau.

                    La viande a un effet booster, mais elle empêche le cerveau d’accéder à des états plus « méditatifs » ou « calmes » ou plus « sensibles ». Egalement d’un point de vue moral, il me semble incompatible de mener une vie spirituelle avec le fait de manger des cadavres animaux. Cela dénote d’un manque de sensibilité apparent. Il y a un aspect moral, mais également, je pense un aspect biologique à la question. Les produits animaux mettent le cerveau dans un mode de survie qui est incompatible avec d’autres états plus tranquilles et relatifs à la réflexion et à la méditation.


                  • reptile cyrus 1er septembre 21:28

                    @Abolab

                    manger tout court est un acte de survie , tout aussi constructeur pour nous que destructeur pour ce qui est mangé ( vegetal compris ) ...

                    meme la plante , qui fait sa photosynthese , ou le champignon puise des nutriment dans le grand cycle , c’ est ce qui est marrant quand nous retournons a la terre nous devenons a notre tour nourriture pour les asticot , les insecte , puis par leur excerment , pour les plantes et les champignon .

                    la boucle est bouclé , et la roue du grand mandala cosmique tourne .

                    ce qui bloque les etat de conscience , ce n’ est pas tellement le choix de la nutrition mais bien le fait de ne pas assumer notre nature et notre condition dans cet ecosysteme .


                  • Legestr glaz Legestr glaz 1er septembre 21:49

                    @Abolab

                    « Une alimentation riche en sucre associée à un faible niveau d’activité physique peut augmenter la glycémie et altérer le métabolisme du glucose. Des données récentes montrent que les patients admis à l’hôpital avec des taux élevés de glycémie à jeun courent un risque accru de symptômes graves de COVID-19. De plus, des taux de glucose élevés ont entraîné une augmentation des charges virales du SRAS-CoV-2 in vitro. Nous pensons que des habitudes alimentaires et d’exercice plus saines, en améliorant l’homéostasie du glucose, pourraient moduler le risque individuel de symptômes graves du COVID-19. »

                    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7830305/

                    Dans cette étude, il a été émis l’hypothèse que les régimes alimentaires des chasseurs-cueilleurs modernes varient dans leur teneur en glucides en fonction des écoenvironnements. Ainsi, en utilisant des données sur les ratios de subsistance plante/animal, nous avons calculé l’apport en glucides (pourcentage de l’énergie totale) dans 229 régimes de chasseurs-cueilleurs à travers le monde et déterminé comment les différences dans les environnements écologiques modifiaient l’apport en glucides. Nous avons trouvé un large éventail d’apports en glucides (≈ 3 % à 50 % de l’apport énergétique total ; médiane et mode, 16 % à 22 % de l’énergie totale). Les régimes des chasseurs-cueilleurs étaient caractérisés par un apport glucidique identique (30%-35% de l’énergie totale) sur une large gamme d’intervalles de latitude (11°-40° au nord ou au sud de l’équateur). Cependant, avec l’augmentation des intervalles de latitude de 41° à plus de 60°, l’apport en glucides a diminué de façon marquée, passant d’environ 20 % à 9 % ou moins de l’énergie totale. Les chasseurs-cueilleurs vivant dans le désert et les prairies tropicales consommaient le plus de glucides (≈29%-34% de l’énergie totale). Les régimes alimentaires des chasseurs-cueilleurs vivant dans les régions nordiques (toundra et forêt de conifères du nord) contenaient une très faible teneur en glucides (≤15 % de l’énergie totale). En conclusion, les régimes alimentaires des chasseurs-cueilleurs ont montré une variation substantielle de leur teneur en glucides. Indépendamment de l’environnement local, cependant, la gamme de l’apport énergétique provenant des glucides dans les régimes alimentaires de la plupart des sociétés de chasseurs-cueilleurs était nettement différente (inférieure) des quantités actuellement recommandées pour les humains en bonne santé.
                    https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21745624/

                    Actuellement il est « recommandé » de tirer 40% à 60% de son énergie des « glucides » ! (sucres, céréales, féculents, riz, pommes de terre, tubercules). 


                  • Abolab 1er septembre 21:59

                    @cyrus

                    Manger est un acte de survie, mais les produits animaux, particulièrement, semblent mettre le cerveau et l’organisme dans un état de stress. Donc si on mange des produits animaux matin, midi et soir, le cerveau est dans un état permanent de stress. C’est sans doute pourquoi notre société toute entière est devenue aussi stressante. Notre alimentation omnivore crée un état de stress, de survie, de combat, de compétition, qui est incompatible avec une vie sereine, sensible et plus « spirituelle ».

                    Comme notre corps revient à la terre, autant le polluer le moins possible également en évitant d’accumuler en nous-mêmes les polluants organiques persistants qui s’accumulent dans les graisses animales. Les régimes cétogènes par exemple qui se basent beaucoup sur les graisses animales sont le meilleur moyen d’accumuler ces polluants persistants dans son organisme. Notre corps devient ainsi un réservoir pour ces toxiques chimiques.


                  • reptile cyrus 1er septembre 22:09

                    @Abolab

                    ya pas plus stressé que les gens de la ville , et c’ est pourtant la qu’ il y a le plus de vegetalien ...on pourrais betement en deduire que le regime vegetal est mauvais pour le stress ...

                    En fait c’ est plus simple que ca , c’ est la promiscuité , l’ envirronement bruyant et sale , les agression , et le rhytme efréné du metro boulot dodo qui stresse les gens pas le regime alimentaire ...

                     Les régimes cétogènes par exemple qui se basent beaucoup sur les graisses animales sont le meilleur moyen d’accumuler ces polluants persistants dans son organisme. Notre corps devient ainsi un réservoir pour ces toxiques chimiques.

                    Encore une fois les pesticide vienent de nos 10 fruit et legume de supermarché , pas d’ une bonne viande des pré ... 

                    Le simple fait de voir BFMTV promovoir les regime vegetarien en meme temps que les vaxxin covid devrais t’ inquieter et te porter a reflechir sur le but reel de tout cet hygienisme normatif .


                  • Abolab 1er septembre 22:15

                    @Legestr glaz

                    Je pense que le sucre, comme le sel et l’huile sont des toxiques chimiques nocifs pour l’organisme. A titre personnel, j’évite complètement le sucre et l’huile, et je garde le sel à un strict minimum (une cuillère à café de tamari dans des sauces de plats par exemple).

                    Maintenant, il ne faut pas confondre sucre (glucide simple) avec des aliments végétaux entiers contenant des glucides complexes, comme les pommes de terre, le maïs, le riz complet, etc. Ces aliments sont très sains et ne posent pas de problèmes particuliers de manière générale. Certaines personnes avec des problèmes de santé spécifiques et qui veulent renverser leur maladie peuvent plus bénéficier d’une alimentation centrée sur les légumes, notamment crus, mais de manière générale, les féculents complets cuits sont des aliments assez neutres.

                    Par ailleurs, les légumes riches en nitrate, comme ceux à feuilles vertes foncées, permettent la production d’oxyde nitrique qui fait défaut dans la COVID-19.
                    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7229726/

                    Le problème avec l’évaluation des alimentations de nos ancêtres est que les traces fossiles des aliments végétaux sont beaucoup moins bien conservés que les os des animaux, donc il peut y avoir un biais important laissant à penser que nos ancêtres étaient d’abord des chasseurs, alors qu’ils étaient probablement d’abord des cueilleurs.

                    Les cueilleurs-chasseurs avaient apparemment une alimentation à prédominance végétale. Des tubercules cuits très anciens ont été retrouvés également, montrant que nous avons utiliser les glucides complexes à bon escient pour notre survie et notre évolution :

                    Starchy carbs, not a Paleo diet, advanced the human race


                  • Abolab 1er septembre 22:19

                    @cyrus

                    Je n’ai jamais vu les médias de masse promouvoir l’alimentation végétale saine (peu transformée), bien au contraire, à chaque fois qu’ils parlent d’alimentation végétale, c’est pour dire que c’est dangereux, ou alors ils parlent de végétarisme, qui n’est pas la même chose que l’alimentation 100% végétale peu transformée.



                  • Legestr glaz Legestr glaz 1er septembre 22:50

                    @Abolab

                    Malheureusement je ne confonds pas.

                    Les glucides complexes sont décomposés pendant la digestion et finissent leur course en glucose. Ils iront peut être un peu moins vite dans la circulation sanguine, éviteront peut être un pic glycémique, mais ils « iront » dans la circulation sanguine. Et pour maintenir son homéostasie glucidique, l’organisme mettra en oeuvre des vois métaboliques secondaires : un vrai désastre pour la santé ! Le stress oxydatif et la glycation non enzymatique des protéines, des lipides et de l’ADN sera au rendez vous. Le dysfonctionnement endothélial est à l’origine de pratiquement toutes les maladies en conséquence d’un taux élevé, trop souvent, de glucose sanguin. 

                    La problème « majeur » de nos sociétés et de leur santé, c’est une alimentation trop riche en « glucides », de toutes natures. Il serait facile de soigner les gens, de les conseiller, de les guider, même ceux qui veulent se nourrir seulement de végétaux, pour des raisons que leur appartiennent, et qui sont respectables. Mais ce n’est pas le chemin que nous prenons. Un décès sur deux dans le monde, à la suite de l’infection par SARS-COV2, était une personne obèse. Il faut bien retenir que la lipogenèse de Novo est une source abondante de cellules graisseuses et de destruction du système immunitaire. 
                    8 acétyl-CoA + 7(ATP + H+) 14 NADPH + H2O → acide palmitique (C16:0) + 8 CoA + 7(ADP + Pi) + 14 NADP+

                    Et cette lipogenèse consomme beaucoup de pouvoir « réducteur », NADPH, lequel fait défaut pour régénérer le glutathion oxydé GSSG en glutathion réduit GSH. Et c’est tout le système anti-oxydant de l’organisme qui s’écroule. 
                    Par ailleurs, la voie métabolique des polyols, adoptée en urgence par l’organisme pour « chasser » le glucose sanguin, consomme, d’une part, de grandes quantités de NADPH et, d’autre part, est à l’origine d’un stress oxydatif important. C’est la double peine.

                    Une mauvaise défense antioxydante due à un déficit endogène en glutathion résultant d’une diminution de la biosynthèse et d’une déplétion accrue du GSH est la cause la plus probable de l’augmentation des dommages oxydatifs du poumon, quels que soient les facteurs de vieillissement, de comorbidité des maladies chroniques, de tabagisme ou autres qui sont responsables de ce déficit »


                  • Abolab 1er septembre 22:51

                    @cyrus

                    Vous confirmez ce que je viens de dire. Aucun média ne parle d’alimentation végétale saine. Il a beaucoup de polémiques autour de la viande, du véganisme, de l’anti-spécisme, de la condition animale, etc., mais rien sur l’alimentation végétale peu transformée, qui fait pourtant l’objet de nombreuses recherches médicales et scientifiques.


                  • Abolab 1er septembre 23:08

                    @Legestr glaz

                    Nous avons besoin de glucose, c’est de l’énergie pour nos cellules et notre cerveau. L’obésité n’est pas du fait que l’on mange des glucides complexes, cela vient d’une nourriture carnée, lacté et transformée sur un terrain particulier, et pas uniquement du sucre.


                  • Legestr glaz Legestr glaz 2 septembre 08:49

                    @Abolab

                    Nous avons besoin, certes de glucose, mais celui est présent partout, même dans les légumes « aériens ». Par ailleurs, et « on » a tendance à l’oublier trop souvent, les « triglycérides » renferment du « glucose » sous forme de « glycérol ». 
                    L’organisme ne manque donc pas de « glucose » même obtenu sous forme de lipides. 

                    Par ailleurs, la très grande majorité de triglycérides sanguins a pour origine la « lipogenève de Novo ». Ces triglycérides sont très majoritairement constitués d’acides gras à 16 carbone = l’acide palmitique, provenant de la transformation en graisse, pour « stockage » dans les cellules adipeuses, du glucose sanguin en excès. 

                    « Les triglycérides sont fabriqués par le foie à partir des sucres (glucides) que l’on a absorbés en excès. Ainsi, lorsqu’on mange trop, on ingère trop d’énergie sous forme de sucres. Comme cette énergie ne peut pas être utilisée, elle est stockée sous forme de triglycérides. C’est ainsi que le tissu graisseux s’accumule et que l’on grossit. Les aliments qui entrainent la formation de triglycérides en excès sont surtout les sucres rapides et les boissons alcoolisées. »

                    https://alimentation.ooreka.fr/astuce/voir/753001/triglycerides

                    L’hyperglycémie, l’hyperinsulinémie, sont la cause directe d’un taux de glucose sanguin trop souvent trop élevé. Et la « cascade » des maladies métaboliques qu’induit une présence trop souvent importante de glucose sanguin, même sous glycémie « moyenne », avec des « pics transitoires », sont à l’origine des mêmes maladies que celle que présentent les diabétiques. Mais comme l’affaire est « sournoise », cela se produit sur du temps long. 

                    En ce qui concerne les « laitages » et la consommation de protéines laitières, je vais dans votre sens. Ces laitages contiennent des facteurs de croissance délétères pour l’organisme. Par ailleurs, les protéines laitières contiennent des « peptides opiodes » qui agissent négativement sur le cerveau.

                    « Un peptide est une petite protéine ou fragment de protéine qui est composé de 2 ou plusieurs acides aminés. Dans le cas du gluten et de la caséine, ces peptides sont produits lors de la digestion incomplète de la caséine et/ou du gluten et sont nommées : gliadorphine (issue du gluten), casomorphine (issue de la caséine).

                    Dans certains cas, les enzymes digestives peuvent être trop faibles ou absents pour décomposer ou digérer correctement les gliadorphines ou les casomorphines. Une paroi intestinale affaiblie (hyperperméabilité intestinale) va laisser passer les gliadorphines et les casomorphine qui vont aller directement dans le cerveau se fixer sur des récepteurs opioïdes. Cela va entraîner un dysfonctionnement du cerveau. »


                    « La capacité antioxydante restreinte, causée par les peptides opioïdes dérivés du blé et du lait, peut prédisposer les personnes sensibles à l’inflammation et à l’oxydation systémique, expliquant en partie les avantages des régimes sans gluten ou sans caséine. »

                    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4157943/


                    Je dis ça, je dis rien !


                  • Abolab 2 septembre 09:32

                    @Legestr glaz

                     « Les triglycérides sont fabriqués par le foie à partir des sucres (glucides) que l’on a absorbés en excès »


                    Raison de plus de préférer les glucides complexes, tels qu’ils existent naturellement dans les aliments végétaux peu transformés, qui vont favoriser un flux de glucose beaucoup moins rapide et donc facilement gérable par le foie. C’est d’ailleurs pourquoi les glucides complexes (féculents complets) sont les meilleurs atouts des sportifs pratiquant l’endurance. Un flux continu et modéré de glucose est beaucoup plus efficace qu’un boost immédiat de sucre tels que présents dans les aliments industriels et raffinés, et également moins dangereux pour le système vasculaire.

                    Oui, les peptides opiodes... Les produits laitiers, notamment les fromages, riches en graisses et en de telles substances peuvent favoriser l’addiction sub-clinique en activant les circuits de récompense du cerveau. Beaucoup de personnes sont accros au fromage. Et c’est pourquoi le végétarisme est une mauvaise idée. Les végétariens arrêtent de manger de la viande mais mange parfois beaucoup plus de produits laitiers en compensation, ce qui ne réduit en rien l’élevage et son impact sur l’environnement, ni les risques pour la santé associés aux graisses et aux protéines animales.


                  • Legestr glaz Legestr glaz 2 septembre 10:42

                    @Abolab

                    Il n’existe aucune différences entre les glucides puisque ceux-ci sont transformés, lors de la digestion, en glucose qui rejoint la circulation sanguine. 

                    C’est la réalité biochimique. Vous pouvez préférer les glucides complexes mais ceux-ci finissent leur course dans l’organisme sous forme de glucose. La consommation de glucides complexes ne change rien concernant l’hyperglycémie puisque, consommés en quantité, ils font monter aussi la glycémie et intervenir l’insuline. C’est comme ça ! 

                    Savez vous que les « sportifs » qui vous évoquez, produisent beaucoup plus d’espèce réactives à l’oxygène que les autres personnes ? La sur-consommation d’oxygène par les sportifs est à l’origine d’une production accrue de radicaux libres ! De nombreuses études existent à ce sujet ! Retenir que consommation de glucides associée à une effort physique intense et prolongé va être à l’origine d’une sur-production de stress oxydatif ! 
                    Et ce phénomène est également démontré en situation « d’oxygéno-thérapie » : un apport trop important d’oxygène, chez une personne hospitalisée, conduit à une production massive d’espèces réactives à l’oxygène.
                    Chez le sportif, en général jeune, tant que la production d’anti-oxydants est maximum tout se passe bien, mais, après, les espèces réactives à l’oxygène débordent l’organisme et les problèmes commencent ! 

                    Mais je vous rejoins lorsque vous évoquez les produits industrialisés, absolument délétères pour l’organisme. 

                    N’oubliez pas : les peptides opioïdes ce n’est seulement la « caséine » (produits laitiers) mais aussi la « gliadine » (produits céréaliers) ! C’est dangereux de faire l’impasse sur l’une de ces substances. Il ne faut pas juste parler de la « caséine » parce que la « gliadine » est dans le même bateau ! Il faut rester rationnel ! 


                  • Abolab 2 septembre 12:13

                    @Legestr glaz

                    Non, le rythme d’absorption n’est pas le même. Un produit raffiné, du pain blanc, va produire un pic glycémique dans le sang, tandis que des grains de blé entiers cuits ne créeront pas un tel pic. C’est là toute la différence entre une alimentation saine peu transformée et une alimentation transformée et raffinée.

                    Les produits laitiers sont autrement plus dangereux dans leur package nutritionnel que le blé entier.


                  • Legestr glaz Legestr glaz 2 septembre 17:42

                    @Abolab

                    Je sais tout ça par coeur Abolad. Inutile de me parler du pain blanc : c’est le ba-Ba de la nutrition. 

                    Les grains de blé entiers, contiennent du gluten, des gliadomorphines, de l’acide phytique, des lectines. Je suis désolé de vous le rappeler. Et ce n’est nullement « négligeable » ! 

                    L’indice glycémique (IG) permet une comparaison des portions d’aliments qui renferment le même poids de glucide en fonction de leur capacité à élever le taux de sucre dans le sang (glycémie).

                    Plus il sera bas, mieux ce sera pour votre organisme. Et là, surprise : le pain blanc et le pain complet ont des indices glycémiques similaires et assez élevés (IG compris entre 65 et 70 pour les deux). 

                    A moins de dégoter une farine issue d’un blé qui n’a pas subi de modification génétique, de trouver un pain réalisé sur la base de cette farine à l’aide d’un levain, et à la suite d’une fermentation longue, il n’y a aucun espoir d’avoir un produit « sain » ! Et pour trouver ce pain là, il faut vraiment se lever de bonne heure. Et, dans ce contexte, il serait « préférable » de choisir un pain blanc, de fermentation longue au levain, qu’un pain complet qui renfermera davantage d’éléments du germe de blé que le pain blanc épuré de ces composants. 


                    Contrairement à ce que vous soulignez les céréales actuelles sont délétères pour la santé, autant que les produits laitiers. Il faut avoir le courage de se l’avouer. 

                    https://www.ericfavre.com/lifestyle/ig-et-charge-glycemique-tableau/




                  • charlyposte charlyposte 1er septembre 15:47

                    Je mange du taureau toutes les semaines et je sais d’ou il vient... ils ne mangent que du végane, parfois en chair et en os ! hum smiley


                    • reptile cyrus 1er septembre 16:50

                      @charlyposte

                      ouep ici aussi les touriste ne sont pas decu quand il vont emmerder les veaux et que le « chef » les charges .


                    • Jeekes Jeekes 1er septembre 16:49

                      Plutôt que de commenter ce n’artik de propagande béni oui-oui, je vais juste proposer à l’auteur ma p’tite expérience personnelle.

                       

                      Paske hein, si je l’écoute :

                      Tous les paysans y sont beaux,

                      Tous les paysans y sont gentils...

                       

                      Alors voila mon p’tit Camille.

                      Moi je cultive mes propres légumes.

                      Mais j’ai aussi l’occasion de goûter la prod des gentils z’agriculteurs.

                       

                      Tu m’croiras si tu veux, mais y’a pas photo.

                      Tes bons z’amis les pauv’ paysans qui aiment tant la terre et qui ne polluent pas (haro sur les vilaines langues de putes qui affirment le contraire) ne sont peut-être pas stricto-sensu des empoisonneurs (quoique) mais ce qu’ils nous vendent est tellement mauvais qu’eux-mêmes ne le mangent pas !

                       

                      Dingue non ?

                       

                      PS : et moi aussi j’suis issu de la campagne, ce qui me donne le droit de clamer haut et fort que tout ce que tu racontes c’est du pipeau.

                      Voilou... 

                       


                      • Claude Simon Claude Simon 1er septembre 17:53

                        "D’ailleurs, histoire de mettre les choses au clair, selon des études complètes, ces régimes alimentaires, ne pose aucun souci aux bébés, bambins, et enfants, dans le cadre d’une alimentation équilibrée et diversifiée, hormis pour les rares cas de parents complètement inconscients, que l’on voit parfois médiatisés."

                        Ces études sont incomplètes. Les régimes vegan n’ont pas d’apport en vitamine K2. C’est extrêmement grave.


                        • Abolab 1er septembre 18:59

                          @Claude Simon

                           « Il existe deux formes principales de cette vitamine : la phytoménadione, ou vitamine K1, qui provient principalement des légumes verts, et la ménaquinone, ou vitamine K2, qui est produite par des bactéries dans le côlon ou qui apparaît dans certains aliments à la suite d’un processus de fermentation (fromage, miso, natto, etc.). » Passeport-Santé

                          Vous avez un côlon ? Vous avez une flore intestinale en bonne santé du fait que vous mangiez des végétaux entiers qui sont les meilleurs prébiotiques ? Alors pourquoi vous inquiéter ?

                        • Claude Simon Claude Simon 1er septembre 19:32

                          @Abolab
                          Oui, enfin, des vegans ont pété leurs gamins comme ça.

                          Et puis, la flore intestinale, hein, c’est pas aussi systématique ni efficace.


                        • Abolab 1er septembre 19:40

                          @Claude Simon

                          Les omnivores ont détruit la vie de plus d’enfants par ce qu’ils mangent eux-mêmes ou par ce qu’ils leur ont donné à manger qu’il n’y a eu de végans sur la planète.


                        • Claude Simon Claude Simon 1er septembre 20:10

                          @Abolab

                          Ayant eu, dans ma tendre enfance, un régime omnivore essentiellement fait maison, une chance dirais-je, je pense que vous vous trompez de cible. Du moins, j’ai de grandes réserves vis à vis du végétalisme, quand bien même le végétarisme ne me dérange pas.
                          Des différences de contextes aqua-pédologiques peuvent, si je ne me trompe, expliquer nos divergences.

                          N’hésitez cependant pas à étayer votre thèse dans un prochain article, puisque la santé par l’alimentation semble être notre sujet de préoccupation commun.


                        • Abolab 1er septembre 20:47

                          @Claude Simon

                          Il se trouve que le diabète de type 1, par exemple, est associé à la consommation de lait de vache pendant la petite enfance. Juste un exemple montrant que l’alimentation omnivore peut être néfaste pour les enfants.

                          Sans compter que les polluants chimiques persistants tels que les dioxines ou les PCB s’accumulent dans les graisses animales. Donc en mangeant des animaux, on les accumule également en nous et en ce qui concerne les femmes, elles les passent à leur nourrisson par le lait maternel, ce qui peut induire de sérieux troubles de développement ou des maladies infantiles. en mangeant les aliments végétaux, au plus bas de la chaîne alimentaire, on évite d’absorber les nombreux polluants chimiques qui s’accumulent dans les graisses des animaux.


                        • Claude Simon Claude Simon 1er septembre 21:24

                          @Abolab

                          Je veux bien croire que le lactose peut enflammer le cerveau, mais les manipulations génétiques sur les prim holstein ont réduit ces taux dans le lait.

                          Du coup, votre article date un peu.

                          Par ailleurs, les aliments fermentés (type yaourts) n’ont pas ce risque.

                          Cela, dans un contexte où la lactation maternelle peut être déficiente.

                          "i peut induire de sérieux troubles de développement ou des maladies infantiles. en mangeant les aliments végétaux, au plus bas de la chaîne alimentaire, "
                          Vous connaissez les analyses de radicaux libres que l’on trouve dans certaines productions végétales ? C’est affolant.

                          Les nuées de pesticides portés par les vents des champs de légumes bretons des années 80 de sinistre mémoire me reviennent encore à l’esprit.
                          Les champs des années 2010-2020, même s’ils sont raisonnés, me portent toujours quelques préjudices prononcés si je daigne m’y aventurer.

                          Excusez, mais le calcium du lait, protecteur des cellules, me réconforte. Le reste, c’est un peu de parapharmacie digne d’intérêt.

                          Quand j’arriverais à faire du 100% sans pesticides en abondance, sans fertilisation animale, sans l’aide d’animaux pour la santé des plantes ou des arbres (insecticides naturels, etc), je vous écouterais sérieusement. Mais dans le climax qui est le mien, ce serait inconséquent de vous donner raison. Et je doute fort d’y arriver un jour.


                        • Abolab 1er septembre 21:50

                          @Claude Simon

                          « Quand j’arriverais à faire du 100% sans pesticides en abondance, sans fertilisation animale, sans l’aide d’animaux pour la santé des plantes ou des arbres (insecticides naturels, etc), je vous écouterais sérieusement. Mais dans le climax qui est le mien, ce serait inconséquent de vous donner raison. Et je doute fort d’y arriver un jour. »

                          C’est ce qu’a entrepris Jay Wilde dans sa ferme. Il est passé d’éleveur à maraîcher organique végan. Il est possible de se passer d’intrants animaux. Les terres agricoles proviennent de la déforestation. Leur potentiel de fertilité s’épuise, et ce ne sont pas les engrais chimiques ou le fumier animal qui y changent quoi que ce soit.

                          La technique du bois raméal fragmenté peut permettre de réactiver la formation d’humus, mais cela demande des ressources et du temps pour réadapter la terre. Il existe également des dérivés de compost de feuillus mélangés à certains champignons et bactéries qui activent de bons processus d’humifications dans le sol, supérieurs aux engrais chimiques, commercialisés par exemple sous le nom de bactériosol.


                        • reptile cyrus 1er septembre 22:02

                          @Abolab

                          Il est possible de se passer d’intrants animaux.

                          Absolument pas , la technique de marcel mezy (bacteriosol ), il l’ as développer sur le crottin de ses chevaux ... le petit flacon magique est donc bien issu d’ intrant animal a l’ ancienne .

                          De meme dans le paillage/compostage , ce sont bien tes insecte , qui en vivant et mourrant amene la fertilité du sol .

                          ce n’ est pas par ce que ce n’ est pas du sang sechee ou de la poudre d’ os , que ce n’ est plus d’ origine animal .


                        • Claude Simon Claude Simon 1er septembre 22:14

                          @Abolab

                          Je connais. Mais les sols vivants marchent essentiellement grâce aux champignons (wood wide web).
                          Or, ceux-çi ont besoin de calcium pour être se structurer (idem pour les bactéries). Cela concerne 75% des sols français.

                          Du coup, dans les sols acides (ph 5.5) pauvres en calcium, cela ne marche pas. Ou alors il faudrait un apport massif en substances calciques (un autre désastre écologique en perspective).

                          Cela a été largement abandonné dans ma région. Il y a quand même quelques uns qui persistent.

                          Par ailleurs, cela marche dans les sols argileux (particules très fines). Dans les sols limoneux ou sableux (particules plus grosses), les particules fines allant vers le fond, le retournement du sol semble indispensable, sauf apport argileux (ou litothamne) ; D’autant plus à cause de l’hygrométrie.

                          Quand je vois comment les légumiers (les gros, pas les maraîchers) se jettent sur les déjections animales, la « french method » (XXIè) n’a pas dit son dernier mot.


                        • Claude Simon Claude Simon 1er septembre 22:17

                          @cyrus

                          Effectivement, beaucoup de témoignages disent que ça pousse mieux avec des animaux (j’en suis par ailleurs témoin, mais c’est une prairie inondable, du coup, pas de lombrics ou peu). Bon, après, le sol vivant, l’animal, c’est le lombric.


                        • reptile cyrus 1er septembre 22:24

                          @Claude Simon

                          Oui quand c’ est trop inondé ca tourne a la tourbierre ey au marais avec pas mal de methane ... 

                          les gens de l’ oise et de la somme on resolu ca par des sorte de monticule cerner de pieux qu’ on apelle des hortillon , ca fait des petite ile refuge pour la vie et nos auxiliaire biologique .https://www.hortillonnages-amiens.fr/

                          quand l’ eau se retire , il recupere les sediment fertille comme engrais naturelle .


                        • Abolab 1er septembre 22:28

                          @cyrus

                          « Absolument pas , la technique de marcel mezy (bacteriosol ), il l’ as développer sur le crottin de ses chevaux ... »


                          Ce n’est pas ce que j’ai lu. Il est indiqué dans la vidéo que j’ai cité plus haut qu’il a sélectionné des champignons sous les arbres et le compost est fait à partir de matières végétales.

                        • Abolab 1er septembre 22:32

                          Ses granulés permettent de créer de l’humus dans du sable :
                          https://www.youtube.com/watch?v=QxieWrPUcio


                        • Abolab 1er septembre 22:35

                          @Claude Simon

                          Dans les sols limoneux ou sableux (particules plus grosses), les particules fines allant vers le fond, le retournement du sol semble indispensable, sauf apport argileux (ou litothamne) ; 


                          Le bactériosol permet de créer de l’humus dans du sable, sans retournement du sol.
                          https://www.youtube.com/watch?v=9F0GCnUmkLE

                        • reptile cyrus 1er septembre 22:36

                          @Abolab

                          https://www.echoaveyron.fr/mezy/

                          toute la subtilité du truc est la , le cheval etant herbivore , le crotin est considerer comme compost vegetal , et pourtant c’ est bien un intran animal dependant de l’ elevage ...

                          en tout cas très bon produit , que produise naturellement nos bete a la pature , ce qui donne un excelent foin a ensiller .

                          meme l’ aquaponie , ou la vase des hortillon depende de la vie animale ...
                          faire du compost avec uniquement du vegetal est bien plus compliquer c’ est pour cela que l’ on met de l’ activateur de compost ( de l’ azote et du carbone sous forme d’ engrais )


                        • Abolab 1er septembre 22:48

                          @cyrus

                          Encore une fois, ce n’est pas ce qui est écrit. Marcel Mézy est un éleveur de chevaux, oui. Mais cela n’a rien à voir avec son invention. Il a sélectionné des champignons et il a produit du compost de feuillus mélangés à ce champignon. Il a ensuite utilisé son compost, sur les parcelles où se trouvent ses chevaux. Son invention n’est pas basée sur le crottin de cheval...

                          Selon toute vraisemblance, ses granulés sont purement végétaux, à base de feuilles, de champignons et de bactéries.


                        • reptile cyrus 1er septembre 22:48

                          @Abolab

                          Le bactériosol permet de créer de l’humus dans du sable, sans retournement du sol.
                          oui ca c’ est « presque vrai » , en fait le sol est bien retourné et detasser quand meme mais a l’ echelle microscopique par les mouvement osmotique de capilarité .

                          c’ est presque aussi efficace qu’ un bechage .


                        • Claude Simon Claude Simon 1er septembre 22:49

                          @Abolab

                          Oui, mais c’est du complexe argilo-humique dont a besoin la plante pour ses transferts en minéraux.
                          Si le peu d’argile se trouve dans une couche au niveau de la roche, c’est foutu, sauf apport argileux.

                          Et puis, nourrir un sol pauvre en calcium ne doit pas aider beaucoup les champignons à se développer.

                          Bref, casser la complémentarité végétal-animal pour du sol vivant, vu d’ici, est moins intéressant que vu de Normandie (à tout hasard).
                          Il y a pleins de techniques, soit bactériennes (thé de compost), soit mycorhysiennes (bactériosol ou autre), je ne pense pas être sur le bon site pour pour départager la meilleure option dans mon climax.
                          Perso, j’ai opté, pour l’instant, pour une permaforesterie (pêcher de vigne, paulownia, autres rosacées, etc). Le produit, en l’occurence, c’est l’arbre.


                        • reptile cyrus 1er septembre 22:54

                          @Abolab

                          fait le analyser tu vera qu’ il ya bien du crotin de cheval et du lizier sur paille dans la composition . On utilisais aussi d’ autre produit plus classique comme l’ ovin alp en granulé , c’ etait le meme principe fumier de mouton , compost vegetal , champignon , bacterie et activateur presser en granulé ...

                          http://www.ovinalp.fr/


                        • Abolab 1er septembre 22:56

                          @Claude Simon

                          Perso, j’ai opté, pour l’instant, pour une permaforesterie (pêcher de vigne, paulownia, autres rosacées, etc). Le produit, en l’occurence, c’est l’arbre.


                          La forêt est un modèle d’agriculture, car les arbres sont les premiers producteurs d’humus. La décomposition et fermentation des feuilles à la surface des sols dans les forêts couplées avec le travail de la chaîne trophique des sols (vers de terre, etc) est ce qui crée la terre la plus fertile qui soit.

                        • Abolab 1er septembre 23:01

                          @cyrus

                          Vous vous trompez. L’invention de Marcel Mézy est VEGAN. C’est un produit totalement végétal.

                          « A l’époque, c’était plus simple, il n’y avait que six éléments alors qu’aujourd’hui ce sont seize plantes et huit arbres différents qui entrent dans la composition du produit  »


                          Agriculture de demain : Marcel Mezy le paysan-chercheur aveyronnais


                        • reptile cyrus 1er septembre 23:02

                          @Claude Simon

                          par contre la methode sans argile est tres intéressante pour faire des champignon .
                          https://www.youtube.com/watch?v=NnMw10RU4cs
                          Y compris des des shitake et des pleurotte 
                          https://www.youtube.com/watch?v=KLtCUXNNOhk


                        • Abolab 1er septembre 23:04

                          @cyrus

                          Nulle mention de fumier de cheval : de la paille, des feuilles de chênes et encore d’autres végétaux :
                          https://www.youtube.com/watch?v=JJP5EjKvU-Y


                        • reptile cyrus 1er septembre 23:12

                          @Abolab

                          ca reste un bon produit , meme si tout ses secret ne sont pas decouvert 
                          il y a par exemple de la melasse de betterave dedans ... de meme matieres vegetale , et selection de plantes sont netement separé ..

                          enfin bref , je te laisse voir , si ca te convien moi aussi ...vegan ou pas c’ pas le debat priincipal 
                          =========================================================

                          Référence : SOB-BACTT8

                          Bactériosol éco-fertilisant toutes cultures, formule authentique 8 kg
                          Le bactériosol, un fertilisant écologique pour restaurer l’équilibre du sol.
                          Amendement organique riche en humus, inspiré des pratiques paysannes traditionnelles.
                          Destiné à tout type de terrain, et particulièrement aux sols appauvris ou dégradés qu’il fertilise durablement.
                          Améliore progressivement la structure du sol, corrige les terres lourdes, compactes ou trop drainantes.
                          Sac de 8 kg pour environ 250m² de culture. Utilisable en agriculture biologique.

                          Composition :

                          Amendement écologique Bactériosol, Granulés.

                          Matières végétales en mélange : matières végétales, minéraux naturels, mélasse, sélection de végétaux naturels compostés avec microorganismes spontanés issus de la technologie Marcel Mezy®.

                          88% de matière sèche ;
                          60 % de matière organique ;
                          2, 6% d’azote total dont 2,5% d’azote organique non uréique sur produit brut ;
                          1% de K2O sur produit brut ;
                          Rapport C/N : 11

                          https://www.comptoirdesjardins.fr/produits-de-jardin/amendements/bacteriosol-toutes-cultures-8-kg.html

                        • reptile cyrus 1er septembre 23:20

                          @Abolab

                          non ce n’ est pas mentioné directement , mais comme j’ ais essayer de te le demontrer , matieres vegetale inclus le crotin d’ herbivore , et selection de vegetaux inclus l’ ortie , la prele le noisetier , le chene , le saule ...

                          dans un procesus Do it yourself je pense que ca pourrais etre reformulé avec des thee de plante et des purin ... ca me semble chimiquement possible . 


                        • Abolab 1er septembre 23:22

                          @cyrus

                          vegan ou pas c’ pas le debat priincipal


                          Je pense que cela a son importance, car cela montre que l’on peut avoir un fertilisant puissant, capable de restaurer les sols, sans engrais chimique ni intrant animal quel qu’il soit.

                          Cela confirme également que la fertilité des sols agricoles provient des forêts, qui sont plus que jamais utiles et précieuses pour la planète, et qui n’ont pas fini de dévoiler leurs secrets.


                        • reptile cyrus 1er septembre 23:22

                          @Abolab

                          je pense que tu admetra volontier tout comme moi que c’ est plus sain 
                          que du sang secher seul , de la poudre d’ os , ou pire encore des boue d’ egout de terreau premier prix issu des station d’ epuration , sans meme parler des engrais purement chimique a l’ arsenic et au cadmium .


                        • reptile cyrus 1er septembre 23:31

                          @Abolab

                          Bien sur que c’ est important pour toi ou d’ autre vegane , je ne le nie pas .
                          Je me suis mal exprimé ...
                          c que je veut dire , c ’ est que je ne dit pas pour t’ emmerder , je te donne les info que je pense avoir et je te laisse ensuite verifier et choisir quite a faire ton propre engrais avec de nouvelle formule si a l’ anlyse il s’ averait que j’ ais raison sur celui ci .

                          les algue , les fougere , les farine de gland , sont d’ excellent ameliorateur du sol 
                          nous redeouvrons ce que nos ariiere grand parent faisait .


                        • Abolab 1er septembre 23:35

                          @cyrus

                          A titre personnel, je ne suis pas végan, même si mon alimentation est végétalienne et que j’ai de l’empathie pour les animaux.

                          Beaucoup de personnes croient que l’élevage est nécessaire pour faire pousser des plants. Que sans animaux d’élevage, l’agriculture est impossible. Je pense qu’il est important de montrer que ce n’est pas le cas.


                        • reptile cyrus 1er septembre 23:50

                          @Abolab

                          Toute mes poule sont morte de leur belle mort , j’ ais considerée qu’ elle m’ avais servi en me donnant des oeuf , et du guano fertilisant .

                          Mais j’ ais aussi participer a des « abatage » de mouton , et si j’ avais besoin de nourrir ma famille , je ferais des coqu ... des carpe , etc ...

                          ca te repugne certainement et je le comprend tout a fait .

                          Beaucoup de personnes croient que l’élevage est nécessaire pour faire pousser des plants. Que sans animaux d’élevage, l’agriculture est impossible.

                          Alors ca c’ est idiot , on peut y arriver notament en hydroponie , a partir d’ engrais vegetaux ou meme simplement avec de l’ eau d’ un bassin a poisson ( aquaponie )

                          on obtient meme un rendement superieur a celui de l’ agriculture conventionele .
                          par contre en terre , l’ interdependance animal/vegetal est plus compliqué a brisé ...

                          et je vais te donner deux exemple concret , les epiphite qui vive dans les arbre depende des crote d’ oiseaux et des insecte ...

                          les plante des tourbierre , deviennent souvent carnivore et gobe des insecte pour completer leur regime alimentaire .

                          je ne suis pas sur que des lentille ou du soja pourrait leur suffire ...


                        • reptile cyrus 2 septembre 00:02

                          @Abolab

                          un autre exemple a brule pourpoint , je parlais des champignon , ellevé sur du marc de café mélanger a des enveloppe de seigle et autre cereale ...
                          https://www.agoravox.fr/commentaire6144560

                          une fois traiter par le micelium , c’ est extrement riche et facilement assimilable par les plante , aucun besoin d’ une digestion animal .C’ est lme champignon qui as fait le boulot d’ une maniere similaire ( pas de photosynthese pas de production d’ oxygene comme nous a tel point que le champignon s’ il bouge peut etre pris pour un animal ( cf blob


                        • Abolab 2 septembre 06:28

                          @cyrus

                          Il n’y a pas besoin d’animaux pour qu’il y ait des insectes dans un écosystème. Concernant le « végétalisme » des déjections d’herbivores dans les produits commerciaux, je doute que cela soit vrai. Quand il y a du fumier de cheval dans un terreau ou compost du commerce, cela est clairement indiqué sur le paquet et c’est normal, car les déjections animales contiennent des bactéries et des champignons spécifiques aux animaux, et le traitement n’est sans doute pas le même qu’un compost végétal, pour des raisons sanitaires. Si vous contaminez vos plants à E coli ou autres, cela peut être dangereux. Je ne connais pas la législation en vigueur, mais il me semble que les intrants animaux se doivent d’être clairement indiqués sur les paquets.


                        • Abolab 2 septembre 06:35

                          @Abolab

                          « Il n’y a pas besoin d’animaux pour qu’il y ait des insectes dans un écosystème. »


                          Dans le sens de pas besoin d’animaux d’élevage, qui nourrirait le sol avec leurs déjections. C’est un mythe agricole né dans des pays comme la France qui ne savent plus quoi faire de leurs millions de tonnes de déjections animales et qui les épandent sur les champs en polluant l’eau, l’air et la terre. Les déjections animales sont sans doute la première matière produite par la France. Le joueur de football Zlatan Ibrahimovic avait raison. C’est un grave problème environnemental et de santé publique.

                        • Claude Simon Claude Simon 2 septembre 07:56

                          @Abolab

                          Il me semble que vous surcotez la forêt.
                          L’Europe post-glaciaire était faite également en grande partie de prairies, entretenues par les animaux. D’ailleurs, ici où là dans la vidéothèque sol vivant, la biomassse la plus conséquente est la prairie.

                          En région d’Alsace, forte intéressante du point de vue pédologique, il sévit un talentueux jardinier, est plus adepte de foin que de brf.

                          Par ailleurs, étant donné l’extrême sensibilité des questions agricoles ou alimentaires, je me garde bien d’être sectaire à ce sujet. Il y a tout ce qu’il faut de chapelles pour ça (fortement attaquées certes, mais ce n’est pas une raison).


                        • Abolab 2 septembre 09:14

                          @cyrus

                          « Toute mes poule sont morte de leur belle mort »

                          Qu’entendez-vous par « belle mort », vous les avez enfourchées sur votre BBQ ?

                        • Abolab 2 septembre 09:20

                          @Claude Simon

                          « L’Europe post-glaciaire était faite également en grande partie de prairies, entretenues par les animaux. »

                          Le mythe que les animaux entretiennent les prairies vient de l’industrie de l’élevage qui cherche à faire croire que le pâturage, notamment industriel avec des quantités innombrables d’animaux, est nécessaire à la nature. En fait, les prairies se moquent bien qu’il y ait des animaux en pâturage. Les animaux ont pu survivre dans la nature parce que leur impact sur les prairies et la végétation étaient minimes. Si aujourd’hui, vous laissez les milliards d’animaux d’élevages mangés par les êtres humains pâturés les prairies, alors vous récolterez ce qui s’est passé au Sahara : le désert généralisé. Il est aujourd’hui archéologiquement documenté que c’est le pâturage (qui n’était pas encore industriel) qui a créé le Sahara. Et aujourd’hui, c’est encore l’agriculture animale qui déforeste l’Amazonie et la précipite sur la même voie.

                        • Claude Simon Claude Simon 2 septembre 10:13

                          @Abolab

                          C’est plus subtil que cela. Les déjections des oiseaux facilitent l’extension des forêts, celles des bovins de mémoire les graminées, par dissémination de graines.
                          Il y a bel et bien symbiose entre l’écosystème animal et végétal.

                          Rien à voir avec l’industrie de la viande.

                          Non, la désertification du Sahara n’est pas dû au surpâturage, pour la simple et bonne raison que l’agriculture n’existait pas encore. En science dure, ceux sont les oscillations de l’axe de rotation de la terre(https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_astronomique_des_pal%C3%A9oclimats).

                          Etant donné que vos finalités et votre discours ne respectent pas les faits, je vais devoir mettre un terme à cette discussion. Car les lubies d’influenceurs, on sait comment ça se termine, n’est ce pas.


                        • charlyposte charlyposte 2 septembre 11:49

                          @Abolab
                          Et selon toi quel serait l’avenir d’une belle poule ???


                        • Abolab 2 septembre 12:05

                          @charlyposte

                          Les animaux n’ont pas d’avenir, ils vivent dans le présent. Seuls les êtres humains, par la pensée, créent un avenir psychologique illusoire afin de se sentir en sécurité.


                        • Abolab 2 septembre 12:10

                          @Claude Simon

                          « C’est un chercheur spécialisé dans l’interaction entre l’homme et l’environnement dans lequel il vit qui l’affirme : un changement dans le mode de vie des populations au néolithique aurait pu avoir un impact aggravant sur la désertification du Sahara. »


                          « L’introduction du pastoralisme parmi les populations sahariennes a été un facteur aggravant de la crise climatologique dans laquelle se trouvait le Sahara : « le pastoralisme en particulier est supposé accroître la disparition de la végétation et les dérèglements dans les écosystèmes en déséquilibre. » »

                          https://sciencepost.fr/hommes-responsables-de-desertification-sahara-y-a-milliers-dannees/

                          Une autre étude :

                          « Plus généralement, l’adoption généralisée du pastoralisme au Sahara (l’élevage du bétail, le « culte du bétail » et la pratique de la production laitière) se produit après la pause de 8 ka (33, 34). La détérioration temporaire des conditions climatiques à 8 ka au Sahara a peut-être été une incitation à abandonner la chasse et la cueillette au profit de l’élevage de bétail, une stratégie plus résiliente face à un climat fluctuant (35). »


                          https://www.science.org/doi/10.1126/sciadv.1601503

                        • charlyposte charlyposte 2 septembre 12:46

                          @Abolab
                          L’avenir humain est donc utopique, sauf celui de finir en poule au pot mais plutôt finir dans un autre domaine certes moins honorable selon moi ! la boucle est donc bouclée pour la poule et autant pour nous... tout a toujours une fin sachant que l’animal et nous c’est idem ! je dirais même que l’être humain est une simple faute de la nature en me disant que chaque élément sera remis dans l’ordre exact smiley une question de temps, ouf.


                        • charlyposte charlyposte 2 septembre 13:28

                          @Abolab
                          Si soi-disant l’être humain va au paradis, l’animal y va aussi sauf si l’arnaque vaut pour les deux cas !!! smiley


                        • Abolab 2 septembre 14:55

                          @charlyposte

                          Oui, une totale arnaque. Le paradis est maintenant pour les êtres humains ou il n’est pas.

                          Actuellement, beaucoup d’êtres humains vivent l’enfer, sans parler des animaux qui sont de manière systémique encore plus mal lotis.


                        • Abolab 2 septembre 15:00

                          @Claude Simon

                          Je ne suis pas un influenceur. Par contre, vos lubies d’éleveurs, depuis maintenant plus d’un an, on sait tous également comment ça risque de se terminer. Les Néanderthaliens en ont sûrement fait les frais avant nous, emporter par une épidémie. Nous avons manifestement survécu du fait de notre alimentation en grande partie végétale. Mais aujourd’hui, l’humanité prend la route des Néanderthaliens.


                        • reptile cyrus 2 septembre 15:32

                          @Abolab

                          Faut arreter de deconner les 10 fruit et legume par jours represente 75 mille tonne de pesticide , generant les cancer , les maladie auto immune , le diabete , et l’ hypersexualisation des fillette ...

                          La viande est tres pratique as accuser pour que les esprit faible continu a s’ intoxiquer au tout vegetale ...

                          Nos ancetre etait bien moins malade , ne mangeait des fruit et legume qu’ une partie de l’ année et survivais tres bien avec du pain et de la viande ...

                          faut arreter de falsifier l’ histoire , les vegan sont intolerant exactement comme les pro-vaxx cet etat d’ esprit est voulus par vos secte respective .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité