• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Abattoir de Mauléon : d’actes de cruauté à l’intimité de la vie (...)

Abattoir de Mauléon : d’actes de cruauté à l’intimité de la vie privée

Des employés d'abattoir accusés de maltraitance animale et une affaire qui rebondit avec les mêmes employés qui décident de contre-attaquer ...

PNG

Des animaux qui morflent

Les faits se déroulent au sein d'un abattoir, pardon, d’une "entreprise de découpe de viande" (c'est plus classe), située dans la petite ville de Mauléon-Licharre dans les Pyrénées-Atlantiques. Ils remontent à mars 2016 et ont été filmés en caméra cachée par l'association de protection animale L214. La vidéo montre des animaux qui reprennent conscience alors qu'ils sont suspendus par les pattes (pour la saignée) ; des employés qui commencent les opérations de découpe (tête, pattes) sur des animaux encore vivants ; d'autres qui frappent ou assomment des ovins à l'aide de crochets, poussent des bovins en leur assénant des coups d'aiguillon électrique à répétition ; ou encore un agneau écartelé vivant, pris entre deux crochets en l’absence de tout opérateur.

Un patron qui n'est pas au courant

L'abattoir intercommunal de Soule (c'est son nom) est pourtant censé être "un must" du genre. Comptant une trentaine d'employés, il se présente comme un établissement "résolument tourné vers l’abattage de qualité" et produit des viandes certifiées Ecocert (Bio) et Label Rouge. Qu'en pense son directeur Gérard Clémente ? Interrogé à l'époque des faits, ce dernier affirme tomber des nues : "Je suis dégoûté, c'est inadmissible ... j’ai essayé d’améliorer les conditions d’abattage depuis des années, et là, on tourne le dos, et des employés frappent les bêtes. On est cuit". Encore un patron trop gentil qui se fait bouffer tout cru par ses employés : dégueulasse.

Des employés qui ne font pas exprès

L214 porte plainte et l'affaire est jugée à Pau le 29 octobre 2018. L'ancien directeur (il a pris sa retraite entre-temps) ainsi que quatre employés sont alors condamnés à des peines légères ; le premier écope de six mois de prison avec sursis et 180 € d'amende, tandis que les suivants reçoivent des amendes allant de 80 à 910 € ; l'abattoir, en tant que personne morale, est quant à lui condamné à 10.000 € d’amende. Notons que le gros des sanctions (celles du directeur et de l'abattoir) concernent un "délit de tromperie" (tromperie sur la qualité du produit, équipement non conforme, personnel insuffisamment qualifié), les actes de maltraitance eux ("mauvais traitements infligés sans nécessité à un animal domestique"), n'étant punis que par de légères sanctions (celles des employés).

Des contrôleurs qui ferment les yeux

Indirectement, le procès de Pau est aussi celui des services de l'état ; à savoir les services vétérinaires de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP). Aucun signalement officiel n'ayant précédé la diffusion des images L214, il va quand même falloir s'expliquer un peu. Appelé à la barre, le chef de service "abattoirs et sous-produits" des services vétérinaires, Philippe Barret, admet alors une centaines d'infractions et "des anomalies sur le traitement des animaux", mais ... "pas d'actes de cruauté" (nuance) ; il finira quand même par concéder : "on aurait dû avoir plus de fermeté".

Des spécialistes en santé alimentaire pour enquêter sur des actes de cruauté

Egalement auditionnée lors du procès, Marie-Claude Boucher, de la brigade d’enquêtes vétérinaires (direction de l'alimentation / ministère de l'agriculture), en charge de l'enquête. Et celle-ci de déclarer : "à aucun moment, il n’y a eu de volonté de faire souffrir ... tant sur les vidéos que lors de l’audition du personnel" ; puis d'ajouter : "au visionnage, on voit des animaux qui sursautent, ça ne veut pas dire qu’ils souffrent ... il n’y a que l’opérateur qui peut se convaincre de l’état de conscience de la bête" ; avant de conclure à des pratiques ... "plutôt de bon niveau". Et pour les images horribles alors ? "Des mauvais gestes, du matériel dysfonctionnant peut-être, un manque de personnel certain" et "la cadence exceptionnelle" d’une période avant-Pâques.

Une société qui a du mal à se regarder en face

La faute à pas de chance ? Ou plutôt, un parfait exemple de dilution de la responsabilité. Des employés qui brutalisent les animaux pour répondre aux cadences infernales imposées par la direction. Une direction qui impose ces cadences pour répondre à la demande des consommateurs. Et des consommateurs qui préfèrent ne pas se poser trop de questions (Mmmmh ... l'agneau pascal). Et les contrôleurs dans tout ça ? Des fonctionnaires devant eux aussi répondre aux exigences de leur hiérarchie ; celle du préfet notamment (le chef des services vétérinaires dans le département), lequel doit pour sa part tenir compte des enjeux politico-économiques sur son territoire (acteurs économiques, fournisseurs d'emplois soutenus par les élus locaux ...).

Et des lanceurs d'alerte sur le banc des accusés
 
Dans ce système monstrueux où chacun se dédouane, quelques uns ont décidé d'agir. C'est le cas des militants de L214, qui, grâce à leurs caméras cachées, révèlent la réalité de certains élevages et abattoirs. Or, c'est précisément parce qu'ils ont été filmés à leur insu, que certains employés de l'abattoir de Mauléon ont décidé de contre-attaquer. Et viennent d'obtenir (l'affaire ayant été jugée à Pau le 18 novembre dernier) une condamnation de l'association pour ... "atteinte à l'intimité de la vie privée" (5 000 € d’amende + 1.500 € de dommages et intérêts). Curieuse application d'une loi censée protéger la sphère intime et personnelle, à des actes commis sur un lieu de travail. Et curieuse démocratie que celle qui dézingue ses lanceurs d'alerte. La justice est-elle elle aussi vouée à entériner ce système injuste et cruel ? La maltraitance animale a encore de beaux jours devant elle ...

 

Quelques liens

Les images de l'abattoir de Mauléon filmées par L214

La révélation d'actes de cruauté à l'abattoir de Mauléon (mars 2016)

Les plaidoiries au procès de Pau (29 octobre 2018)

Les services vétérinaires avouant avoir été "un peu légers"

Les missions de la brigade nationale d’enquêtes vétérinaires et phytosanitaires

Les condamnations au procès de Pau

La "maltraitance animale" n'est punie que par une amende de 750 € maximum ; les "actes de cruauté" sont quant à eux punis par des peines pouvant aller jusqu'à 2 ans d'emprisonnement et 30 000 € d'amende.

L'association L214 condamnée pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" (18 novembre 2019)

Article 226-1 du Code pénal (sur l'atteinte à l'intimité de la vie privée)
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.55/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • jef88 jef88 25 novembre 12:49

    "Marie-Claude Boucher, de la brigade d’enquêtes vétérinaires

    "

    BOUCHER ! ! ! N’y aurait il pas un conflit d’intérêt ? ? ?


    • taketheeffinbus 25 novembre 14:52

      @jef88
      Rien que la fonction « vétérinaire » est dévoyée, c’est censé être une vocation, au même titre que les médecins, visant à aider et sauver les animaux, et au final, ils ne font qu’être complice de barbarie, domination, exploitation, spécisme, exécution...


    • astus astus 25 novembre 15:09

      Bonjour,

      Curieusement L214 ne filme jamais l’abattage rituel halal ou casher (et pourquoi donc ?) mais s’il est juste de dénoncer certains abus évidents, et condamnables, c’est aussi parce que maltraiter les animaux revient souvent à maltraiter les humains. Les uns comme les autres doivent être traités dignement. Mais si les végans antispécistes et leur association phare sponsorisée grassement par ceux qui nous préparent déjà le marché de la viande artificielle en voulant supprimer toute différence entre l’humain et l’animal alors en effet on finira par traiter les humains comme des animaux, et cela s’est déjà vu dans l’Histoire. Alors pour s’informer librement on peut aller là :

      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-vegans-antispecistes-sont-ils-218027

      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-animaux-ont-ils-des-droits-208268

      https://www.lalibrairie.com/livres/vivre-avec-les-animaux—une-utopie-pour-le-xxie-siecle_0-1913755_9782707178381.html

       


      • eau-pression eau-pression 25 novembre 15:44

        @astus
        Pour comprendre votre point de vue, j’ai parcouru le deuxième lien et votre échange avec @ciriaco.

        Dans votre intervention ci-dessus, vous court-circuitez ces considérations et allez un peu vite de la critique de L214 à la viande artificielle.
        On pourrait en conclure, parce qu’on ne retient souvent que la fin, que la vidéo ne vous choque pas. Remarque de forme, donc.

        Pour le hallal, on pourrait vous objecter des séquences vidéo où on s’aperçoit qu’en prenant le temps, la brebis semble livrer son sort à l’homme (quand on maintient l’oreille sur son oeil).

        Pour moi, une question simple serait : combien gagne le consommateur sur le prix de la viande quand on augmente les cadences d’abattage ? Bien peu, certainement.
        Et même chose pour le hallal, bien sûr.


      • sylvain 25 novembre 15:18

        ca me parait un peu facile

        Pour avoir un peu travaillé dans l’élevage, je vous confirme qu’il est totalement impossible de faire ca d’une manière qui aujourd’hui ne choquerait personne, et ce que font ces employés n’est pas très loin de la norme . Vous êtes vegan, mais 95% des gens qui trouvent ca inadmissible le font autour d’une petite entrecote dans leur resto parisien ( d’accord, j’en rajoute un peu, mais pas tant), ce qui est totalement hypocrite .

        Ces gens font leur boulot, c’est un boulot traditionnel auquel personne ne redisait rien ( si ce n’est qu’il doit être dur) il y a moins de 20 ans . Ils se lèvent le matin, font leur journée et gagnent leur croute avec un boulot difficile et utile à tous (allez,95% ) . Du jour au lendemain ils passent pour les pires nazis du coin et sont condamnés par la justice !

        Ben ca leur semble pas juste

        Dautre part je ne vais pas non plus pleurer sur les lanceurs d’alerte de L214 qui sont très bien défendus, ne paieront à mon avis rien de leur poche et ont un gout certain pour le sensationalisme et la propagande .

        Je me concentrerais sur ceux qui ont de réels ennuis et ne font pas partis d’un mouvement idéologiquement dominant


        • Désintox Désintox 25 novembre 17:38

          Article pertinent. Merci.


          • doctorix doctorix 25 novembre 19:08

            Article choquant, surtout le jugement en faveur des brutes assassines ; ça rappelle les kapos, auxquels on a pu aussi trouver des excuses.

            Ainsi, dénoncer le vice et la torture est passible d’amende.

            Il en va de même pour les médecins qui, au nom du secret médical, sont condamnés s’ils dénoncent des sévices sur femmes battues.

            En passant, on pourrait aussi se pencher sur le sort des hommes battus, qui représentent tout de même 17% des victimes de sévices conjugaux avec meurtre.

            Et aussi 27% des victimes violences conjugales.

            https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/04/10/hommes-battus-des-chiffres-pour-comprendre-une-realite-meconnue_4613224_4355770.html

            Mais ce n’est visiblement pas dans l’air du temps...

            D’ailleurs, rien que pour oser évoquer le sujet, je sens que je vais être battu.

            Pas à mort, siouplait, Mesdames !!!

            Personnellement, j’ai passé ma vie à dire aux femmes de se barrer à la première baffe : parce qu’il y en a toujours d’autres ensuite.


            • zygzornifle zygzornifle 1er décembre 12:55
              actes de cruauté à l’intimité de la vie privée

              Encore un coup de la BAC et de son Castaner ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès