• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Au Chili, le narcotrafic se gère en famille

Au Chili, le narcotrafic se gère en famille

PNG Entourés au Nord par la Bolivie et le Pérou – qui comptent parmi les premiers producteurs mondiaux de pâtes de coca – le Chili n’a pas connu la même gangrène que ses voisins. Officiellement, il n’existe aucune production de drogue sur le territoire hormis celle du cannabis au niveau local pour “usage personnel”.

Pourtant, en janvier 2017, une saisie record à Quilpué dans la région de Valparaiso a mis à jour une production de 9700 pieds de cannabis. La ferme comptait une dizaine d’employés et se destinait à inonder le marché local. Le coût de revente estimé de la production selon la Policia de Investigation (PDI) s’élevait à 2.8 millions d’euros.

Condamnés en famille dans un narcotrafic

Sur les hauteurs de Valparaiso, le Cerro de Ramaditas est l’un des principaux marchés de drogue de la ville. Grossistes et acheteurs s’y côtoient dans un labyrinthe de maisons en bois construites à flanc de colline. La frontière poreuse avec la Bolivie permet à des femmes déguisées en tenues traditionnelles de ramener discrètement des kilos de pâte de coca sous leurs vêtements. Elles traversent la frontière dans les zones les plus désertiques, puis rejoignent Ramaditas en bus de ligne, sans être inquiétées, plusieurs fois par an.

Les femmes des narcotrafiquants sont souvent mises à profit, mais aussi les mères et grand-mères. Elles font office de « mules », plus discrètes, mais aussi de comptable ou d’employée pour les tâches de conditionnement. Elles peuvent également tenir un commerce pour faire office de façade et blanchir l’argent du trafic. En général des « botillerias », sorte d’épiceries de nuit de quartier vendant de l’alcool. Tout se gère en famille.

Une fois conditionnée, la marchandise peut être revendue sur place ou à des traficants plus expérimentés qui se chargent de l'expédier sur un autre continent par bateau. Le Chili étant moins dans le viseur que ses turbulents voisins, les contrôles douaniers et antidrogues sont beaucoup moins fréquents.

En septembre 2017, quatre personnes ont été arrêtées par la Brigade de Lutte Antidrogue et contre le Crime Organisé (BRIANCO). Originaires de la même famille, ils revendaient directement depuis leur domicile. Sur place, la police a retrouvé un millier de dose de cocaïne, soit un demi kilo et une cinquantaine de grammes de marijuana.

Des trafics familiaux à petite échelle à mettre en perspective avec l’ampleur des marchandises destinées à l’exportation, difficile à déterminer précisément mais qui représentent plusieurs tonnes chaque année. En septembre 2015, 38 kilos de cocaïne embarquées depuis le port de Valparaiso sont retrouvés dans l’entrepôt d’un fabriquant d’arme Suisse. Valeur estimée à la revente : 1,9 millions d’euros.

Une consommation de cannabis supérieure à celle de ses voisins

Selon une étude publiée dans l’International Journal of Drug Policy, les Chiliens sont les plus gros consommateurs de cannabis d’Amérique latine. Plus de 40% des sondés reconnaissent en avoir déjà consommé contre 30% pour le Mexique et seulement 10% pour la Bolivie. Matias Claveria, étudiant en troisième année d’Ingénierie civile s’en amuse “ici tout le monde fume, le cannabis est la norme et le tabac l’exception”.

Selon les chiffres du Bureau des Nations Unis sur les Drogues et le Crime (UNODC), le pays se classe au cinquième rang des plus gros consommateurs de cannabis au monde, juste devant la France.


Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 19 septembre 13:33

    Chez nous il se gère entre bandes en citées ..... et il y en a environs 1100 et de non droit ou le gouvernement laisse pisser de peur d’une véritable révolution qui le ferait tomber en quelques jours ne pouvant intervenir car il serait accusé de racisme par les assoces ......


    • Ratatouille Ratatouille 19 septembre 13:41

       @L’auteur
      votre style est trop copié sur l’info norme TF1 iso 22011-854a9
      mai bon 97000 pied ça veut rien dire,c’est les têtes des pieds femelles qui comptent.
      alors combien de têtes ??? la vente en gros ce fait souvent par compression en ballots de plante le plus souvent sans racines avec les graines qui explosent en fumant le mélange feuille etc ,d’où le nom de pétard.

      .
      http://grainesweed.com/cannabis/quand-recolter-les-tetes/  smiley


      • Ratatouille Ratatouille 19 septembre 13:56

        pour avoir des infos ,rien de tel que le forum de doctissimo.. smiley

        http://forum.doctissimo.fr/sante/cannabis/question-culture-sujet_147869_1.htm


        • karim 19 septembre 13:57

          L’argent de la drogue enrichit les trafiquants et certains fonctionnaires, civils et militaires de l’Etat. Donc, il ne faut pas s’attendre à ce que les Etats interviennent pour éradiquer ce fléau au niveau national et international.


          • Gatling Gatling 19 septembre 14:26

            Vu dans Narcos, la série des narcos, Augusto Pinochet quand il arrive au pouvoir, fait fusiller les narcos aussitôt que leurs labos sont localisés ( Le ’ Cancrelat ’ s’en tire et se fait liquider par Pablo Escobar, himself, plus tard) ..... Je ne sais pas si tout cela est vérace, mais, mais mais mais, diablement efficace du point de vue des résultats ! Chapo !  smiley


            • zygzornifle zygzornifle 20 septembre 08:07
              En France, le Macrontrafic se gère chez Rothschild .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires