• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > C’est l’histoire d’un toubib... Il meurt...

C’est l’histoire d’un toubib... Il meurt...

Faits divers…

Ce matin, j’étais un peu malade et fatigué. Je sors ma voiture, je vais à mon cabinet. J’y rencontre mon prédécesseur, ami de la famille. Il me met au courant d’un fait divers arrivé à quelques kilomètres de chez moi.

On a découvert un confrère décédé. Pendu dans sa maison. Sa femme et ses 4 enfants morts avec lui. Thèse de suicide. Drame familial. 6 morts. Il me tend l’Ouest France. L’histoire s’y trouve. Des détails sanglants, horribles, douloureux. Fait divers. Sauf que le divers, ne se trouve pas à mille kilomètres de chez moi. Il se trouve ici, à ma porte. Et il se trouve que mon jeune confrère, m’a remplacé une fois, lors de mon installation, une dizaine d’années avant. Un jeune homme, de 10 ans mon cadet, consciencieux, gentil, affable, un mec bien. Un fait divers auquel je suis personnellement attaché pour suivre certains membres de la famille proche que je vais voir le soir même.

J’en discute avec mon épouse, qui travaille avec moi, médecin généraliste comme moi.

Avant même de lire les résultats d’enquête qui ne tarderont de sortir dans les jours qui viennent, un mot nous vient à l’esprit. Burnout Syndrome. La définition française est celle de l’épuisement professionnel au travail. J’ai toujours préféré le mot anglais : Burnout. Se consumer de l’intérieur par le stress. Se laisser brûler par son travail. Au Japon, on appelle çà Karoshi : mort par la fatigue au travail.

Un article du JIM (journal international de la médecine) de Septembre 2009 note que :

  • Sur 18 mois il y a eu 23 suicides chez France Télécom, sur 106.000 salariés.
  • Pendant la même période, 60 médecins ont mis fin à leurs jours, sur 200.000 professionnels. La presse a largement médiatisé l’affaire des suicides chez l’opérateur historique, mais pas un mot sur l’hécatombe chez les toubibs. Pas un mot non plus de la part de nos hommes et femmes politiques.
  • En 2009, seulement 9 médecins sur 100 ont choisi l’exercice libéral.
  • De plus en plus de médecins d’une cinquantaine d’années dévissent leur plaque pour un poste salarié ou pour effectuer des remplacements. En outre, la médecine générale attire de moins en moins de jeunes. Lors de la promotion 2008, plus de 600 postes de généralistes n’ont ainsi pas trouvé preneur. La faute à un métier trop peu valorisé et souvent très contraignant : exercer isolé à la campagne, faire face aux problèmes administratifs, aux contentieux judiciaires ou ordinaux.

Le Burnout se définit par diverses phases, allant d’un besoin de se prouver, travailler de plus en plus (pas pour gagner plus), faire fi de ses propres besoins, apparition d’une fatigue physique, mentale, vidant l’individu au sens propre du terme, en faisant un trou noir d’émotions (ou un trou d’émotions noires au choix), dépression, dépersonnalisation… Drame… Fait divers à la page une de l’Ouest France…

Je me souviens d’un cours d’un de mes vieux professeurs de psychiatrie, à la faculté d’Angers. Il disait toujours que la différence entre le névrose et la psychose, c’est que la psychose c’est la maladie de l’amour. Car pour le psychotique, comme pour l’amoureux, il n’existe qu’une seule réalité, que tous les autres choix lui sont interdits. Se laisser entraîner dans son travail de médecin, trop consciencieusement, dire oui à toutes les sollicitations, oubli de soi, fermeture des portes, se trouver seul et être avalé par les besoins des autres, jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus rien. Comment s’en sortir ? Dire non. Perdre sa réputation de conscience et de gentillesse et oser affronter le regard des autres que vous n’avez pas pu aider ? Dire non. Et faire fi de toutes les dettes accumulées et du moyen de subsistance de votre famille ? Dire non et recommencer… Mon confrère était sûrement meilleur médecin que moi. Plus humain. Plus impliqué. Plus engagé dans sa vocation. Vivant pour son travail. Et à un moment donné son travail et sa vie se sont confondus en une même entité… à laquelle il a voulu mettre fin...

 Ce n’est que pendant les tous derniers cours lors du résidanat en médecine générale, que nos confrères généralistes enseignants nous parlent de la gestion de la souffrance des soignants. L’important, c’est de savoir partager sa souffrance avec ses confrères, dans le sens, que nombre d’entre nous ressentent les mêmes stress. Savoir que nombre d’entre nous souffrent des mêmes maux, comment on les ressent, comment on les gère, quelle est l’expérience des autres dans cette gestion… Un confrère présent sur ce même forum (Brieli67 pour ne pas le nommer), me rappelait il y a encore quelques jours, l’importance dans sa formation des groupes Balint.

 Je ne sais ce que donnera l’enquête de la police.

 Coup de folie. Bouffée délirante aiguë. Dépression. Burnout… (lui a commencé à voir une dizaine de patients, puis 20, 30, 40, 60, 40… 0…)

 Ou alors peut-être que nous nous trompons tous. Que l’enquête montrera tout autre chose. Un rôdeur… un voleur… un tueur en série… peu importe.

 De savoir dans son cœur que le burnout pourrait être la cause effective d’un tel drame suffit amplement pour donner corps à une réalité présente de notre société.

Post Scriptum : le burnout touche toutes les catégories de la population. Il a initialement été décrit dans le cadre de la souffrance des catégories professionnelles à forte charge émotionnelle et relationnelle mais les recherches en psychologie et psychosociologie ont permis d’étendre cette notion à toutes les catégories professionnelles ces dernières années.


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 1er juin 2010 11:04

    Exact . Un drame de la civilisation .

    Les toubibs font souvent des heures invraissemblables , ne doivent jamais se tromper dans leur évaluation , sont pris pour des salauds quand il gagnent un peu d’ oseille , soignent des fois gratuitement , et pendant ce temps des mecs assis dans des bureaux à 35 heures se jettent par la fenêtre .

    D’ une tristesse .


    • Immyr Immyr 1er juin 2010 13:00

      Mon cher Rocla,


       les médecins ne sont pas les seuls. Toutes les catégories professionnelles peuvent être touchées par le burnout. Mon article n’avait pour but que d’expliquer ce qui pouvait se passer. L’enquête judiciaire suit son cours.
       
       Etant donné que je suis personnellement impliqué, j’ai parcouru un peu les réactions à cette information hier dans la presse et ai été abasourdi par le flot de haine et d’invective envers Emmanuel. J’essaye juste d’expliquer que l’homme qui est accusé n’était pas un fou meurtrier. C’était plutôt un homme qu’on aimerait avoir comme voisin ou ami. Qu’il serait passé haut la main dans les mailles du filet sarkozien à la maternelle... 

       Voilà.

    • Krokodilo Krokodilo 1er juin 2010 18:07

      Rien de plus anxiogène que de fixer à quelqu’un des objectifs irréalistes : soit une charge de travail inhumaine, soit des résultats inatteignables, surtout si ensuite on s’appuie dessus pour le rabaisser dans le bilan personnel annuel... C’est vrai dans le privé, mais aussi ailleurs : dans mes articles sur les langues à l’école, je cite souvent le fait qu’on ne veut pas admettre la difficulté d’apprendre les langues étrangères et que le Ministère a fixé des objectifs absurdes au bac et au brevet (ils en ont déjà rabattu pour le brevet). Mes enfants m’ont déjà plusieurs fois rapporté un énervement passager de leurs profs parce qu’ils ne comprenaient pas la langue régionale ou étrangère, ou qu’ils « ne travaillaient pas assez les langues » : c’est évidemment moins dramatique, mais le mécanisme est le même, refus du vrai rythme de progression d’enfants normalement motivés (car les enfants fortement motivés de 10 à 15 ans pour l’anglais ou autre sont minoritaires).

      Le travail est une des sources premières de l’épanouissement et du bonheur (eh oui, c’est prouvé, voir mon article sur le livre « Vivre »), à la condition qu’il y ait une adéquation entre les compétences, les possibilités humaines et la vie personnelle : on pourrait appeler ça l’harmonie de la vie.


    • Lucien Denfer Lucien Denfer 1er juin 2010 23:27

      Je ne savais pas pour les statistiques de suicide des médecins.

      C’est inquiétant et on imagine facilement les raisons qui auraient pu pousser à cacher cette « hécatombe » même si c’est dégueulasse envers les intéressés. Les médecins et quelques autres professions, même s’ils ne sont que des femmes et des hommes comme nous, représentent encore dans notre imaginaire des supports, des références assez solides. Et si les médecins aussi se mettent à tomber comme des mouches c’est qu’il y a un grâve problème dans cette société.

      On sait tous plus ou moins consciemment qu’il y a un problème sérieux, mais de voir les effets désastreux sur notre entourage ça met un choc..


    • Immyr Immyr 1er juin 2010 23:54

      @ Lucien


       smiley Les médecins ne sont QUE des gens comme les autres. Mêmes défauts, mêmes tares, mêmes croyances, mêmes superstitions. Ils sont incroyablement... humains !!!
       
       Mais ils subissent des réactions que d’autres ne voient pas.

       Exemple simple très très banal. Mon gamin de 10 ans qui s’accroche avec un autre dans la cour d’école du village. Avis de la mère du gamin en question qui a, selon les instits présents agressé le mien : c’est parce que c’est le fils du médecin qu’il se croit tout permis ce garnement !!! Devant mon épouse. Quoi lui répondre ? Il faut garder son calme et expliquer à MON gamin que ce n’est rien, que c’est pas la faute à la dame. Qu’elle avait probablement autre sujet de colère.... Stress pour le gamin, stress pour mon épouse et moi.

       Si j’écoutais les ragots du coin, je serais déjà divorcé une bonne dizaine de fois, je battrais mes enfants comme plâtre, j’aurais déjà fermé mon cabinet une bonne douzaine de fois, j’aurais un cancer dont je veux pas en parler et et et... smiley Stress

       C’est le métier !!! On connaît toute la misère des gens. On garde tout pour soi. Les gens viennent nous demander conseil sur des problèmes d’ordre social et familial qu’on n’a jamais rencontré. Quand t’as trente piges et qu’un mec de cinquante ans vient te demander conseil sur l’attitude à adopter avec sa femme, ou sa mère, ou sa belle-mère sur telle ou telle situation... Que va-t’on lui répondre ? Euh, Monsieur, vous m’avez l’air d’avoir plus d’expérience que moi sur les choses de la vie. Peut-être que vous devez y répondre vous même ? smiley Stress

       Situation réelle. 60 ans, petite femme dynamique. Mari alcoolique qui ne veut surtout pas entendre parler d’une quelconque problème. Moi jeune médecin de 34 ans (à l’époque). Question ? Je pense de plus en plus que je vais le quitter. Qu’est-ce-que vous me conseillez ?
       Dire quoi ? Attendez, je téléphone à un confrère pour lui poser la question ? Attendez deux petites semaines et à la prochaine réunion de FMC, je discuterais de votre cas avec mes confrères ? Elle vous regarde attendant une réponse immédiate... smiley Stress

       Tout çà pour vous dire que je suis heureux dans ma vie. Que je ne la changerais pas. Qu’on peut trouver facilement des situations d’émerveillement quotidien mais aussi de lassitude profonde... Qu’on peut facilement se laisser bouffer si vous ne prenez pas la vie avec une ch’tite pointe d’humour. 

       Amicalement.

    • Luc Paul ROCHE Luc Paul ROCHE 2 juin 2010 11:24

      @ rocla

      ta réaction est celle d’un libéral qui tente d’opposer des professions entre elles pour mieux faire passer le discours de destruction d’ensemble ; comme le dit notre médecin le burnout concerne une foule de professions ; être « derrière un bureau » comme tu le dis n’est pas synonyme de faire 35 h (et je ne compte pas les trajets)

       smiley


    • Firedog Firedog 1er juin 2010 11:13

      Intéressant. Je ne connaissais pas cette statistique sur les suicides des médecins... En revanche, je pense que les faits parlent d’eux-même quant aux circonstances de ce drame...
      Mais bon, ça reste dramatique...


      • jymb 1er juin 2010 13:23

        Statistiques du Conseil de l’Ordre, l’enchaînement le plus commun chez les médecins est burn-out, dépression, divorce, alcoolisme, suicide . Et ils se ratent rarement . Ce qui est le plus « étonnant » dans cette affaire c’est le caractère sanglant. De manière hélas commune, les suicides de cette catégorie professionelle sont en général médicamenteux et bien calculés.


      • ZEN ZEN 1er juin 2010 11:22

        Bonjour l’auteur
        Merci pour ce papier et ce témoignage émouvants, mettant bien l’accent sur la solitude du médecin, qui , associé parfois à un perfectionnisme culpabilisant plus ou moins pathologique, peut mener à l’effondrement de la personnalité.
        Cela existe aussi dans le milieu enseignant ,où le conflit entre les exigences professionnelles et les frustrations permanentes peut mener les meilleurs au burnout. J’en ai connu.
        Je crois aussi à l’importance de la formation psychologique (Groupes Balint, entre autres) et à la nécessité de travailler en collectif (maison médicale),ce qui favoriserait les échanges et les expériences, comme cela se pratique (encore ?) pour le personnel des hopitaux psychiatriques


        • Immyr Immyr 1er juin 2010 13:13

           Mon cher Zen,

           effectivement, Herbert Freudenberger, qui a popularisé ce terme en 74 (le terme datant de 1960, dans un livre de Graham Greene, a burnout case) a décrit ce syndrome initialement chez des travailleurs dont l’engagement relationnel était important, les travailleurs sociaux, les professions médicales et les enseignants. Les études subséquentes ont démontrées la présence de ce symptôme dans toutes les catégories professionnelles.

        • Imhotep Imhotep 1er juin 2010 11:58

          Ce qui m’a toujours étonné c’est ceux qui entraînent dans leur désespoir leurs proches. Comment peut-on tuer sa femme et ses enfants à l’arme blanche en plus ? Cela me dépasse. Que le désespoir ou la surcharge de travail amènent à de tels actes me laissent plutôt désespérer parfois de l’homme. Comment peut-on être un bon médecin, soucieux de ses malades, exercer le métier parmi les plus nobles et enfoncer un couteau dans le corps de celle qu’on aime et celui de la chair de sa chair ? Tout cela me dépasse et l’explication du burnout ne me paraît ni suffisante, ni satisfaisante.


          • docdory docdory 1er juin 2010 12:10

            @ Imhotep


            Je ne voudrais pas faire de diagnostic sur un cas que je ne connais pas , mais il est possible que , plutôt qu’un burn-out, l’on soit dans un cas de mélancolie délirante . Il arrive que les malades atteint de cette maladie soient tellement persuadés d’être responsables , entre autres, de la ruine et de la déchéance inéluctable de leur entourage qu’ils en viennent à les tuer pour les arracher à leur sort funeste qu’ils croient inéluctable. Dans ces cas , il arrive que les malades soient persuadés que leurs « mauvaises actions » vont aboutir par exemple, à la fin du monde, dont ils veulent épargner leur famille .
            On est alors devant une pathologie d’ordre psychotique, le patient a perdu tout contact avec la réalité . Le suicide et l’assassinat collectif peuvent être les premiers symptômes de la maladie, qui passe totalement inaperçue de l’entourage. C’est l’une des maladies mentales les plus graves, dans lequel le patient est particulièrement dangereux pour lui même et pour autrui.

          • Immyr Immyr 1er juin 2010 12:42

            Mon cher Imhotep,


             je ne connais pas toute l’histoire et il ya des choses que le secret médical et mon éthique m’empêcheront de dire. C’était un mec vraiment bien, vraiment apprécié, vraiment proche, trop proche je dirais de ses patients.

             Je ne sais pas ce qui s’est passé. Mais je sais qu’on ne pourra jamais me faire comprendre dans ma chair, ce qu’est la « folie », car je ne l’ai jamais expérimentée. On ne peut juger de l’état de quelqu’un si on n’est pas dans sa peau. J’ai des patientes qui travaillent jusqu’au 8ième mois de leur grossesse et d’autres qui ne peuvent continuer à travailler à partir du 3ième mois et qui culpabilisent en voyant leurs copines. Je leur dis toujours, que nous n’avons pas tous le même corps et devant un même évenement notre corps ne peut réagir de la même façon. Allez faire comprendre à un non-migraineux, ce qu’est une crise de migraine. Allez faire comprendre à un aveugle ce qu’est le bleu... Nous sommes, pour la grande majorité d’entre nous des bien-portants. On ne peut concevoir ce qu’est la folie.

             J’avais un maître à la faculté de médecine, spécialiste en addictions, qui disait que les drogués étaient porteurs d’une expérience d’euphorie et de bien être, par des moyens artificiels, que nous ne connaîtrions jamais. 

             Effectivement que celà nous dépasse. Effectivement que seul l’horreur de l’acte persiste.
             Je ne défends pas le geste. Je défends la vie de l’homme avant ce geste. Et j’accuse seulement un des nombreux maux de notre civilisation moderne.

             amicalement.

          • Radis Call 1er juin 2010 14:20

            Cela s’appelle « suicide altruiste »...Dans le vécu dépressif ou prépsychotique ,il s’agit d’éviter à ses proches l’avenir « invivable » .


          • 5A3N5D 1er juin 2010 16:09

            Vous avez une définition (et une conception) très personnelle du « suicide altruiste ». Renseignez-vous et vous comprendrez peut-être qu’on SE suicide par altruisme, mais qu’en aucun cas on ne « suicide » LES AUTRES, autour de soi.

            L’exmple le plus frappant est celui de la personne âgée qui se suicide pour ne pas devenir une charge à traîner par les autres membres de sa famille. Le suicidé altruiste n’entraîne pas les autres dans la mort, puisque lui seul se considère comme « inutile » et qu’il accomplit son geste pour épargner les autres.


          • Radis Call 1er juin 2010 17:01

            @ 5 AN machin : ce n’est pas ma conception mais un phénomène connu depuis longtemps en psychiatrie...

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Suicide_altruiste


          • slipenfer 1er juin 2010 18:25

            Exacte Doc 
            Le suicide du mélancolique peut aussi être altruiste. Le patient agit alors pour lui et pour les autres, entraînant son entourage dans la mort.
            La mélancolie   Lien
            Par contre les symptômes sont bien visible avant, personne n ’a rien vu ?

            État de dépression intense vécu avec un sentiment de douleur morale, et caractérisé par le ralentissement et l’inhibition des fonctions psychiques et psychomotrices. Cette dépression profonde de l’humeur est marquée par :

            1 une inhibition psychomotrice (perte de l’initiative, ralentissement psychomoteur, parfois état de stupeur...),
             2 une douleur morale intense avec désespoir, anxiété majeure et auto-dépréciation,
             
            3 des idées délirantes sur le thème de l’indignité, de la culpabilité ou de la ruine,
             


          • docdory docdory 1er juin 2010 11:58

            @ Immyr


            il y avait eu un projet d’instituer une médecine du travail pour les médecins , afin de prévenir ce genre de désastre. Je ne sais pas si ce projet verra le jour, mais je pense qu’il serait utile.

            @ Rocia Haddock

            Vous pouvez ajouter dans votre énumération le fait que les médecins , sauf s’ils adhèrent à une association de gestion agréée, sont contraints par la loi , comme moi, à payer des impôts sur 125 % de leurs revenus ! A noter que ce handicap fiscal a été institué à l’époque où Sarkozy était ministre... Il semble que l’injustice fiscale en question soit en ce moment l’objet d’un recours devant le conseil constitutionnel .


            • Immyr Immyr 1er juin 2010 12:46

              Mon cher Docdory, 


               il nous manque déjà assez de médecins de travail pour subvenir aux besoins des exploités du travail... Je reste assez pessimiste. Beaucoup croient que les médecins étant donné qu’ils savent diagnostiquer et traiter telle ou telle pathologie, sont conscients d’eux-mêmes. La conscience de soi ne s’apprend pas à la fac. La vie se charge de nous l’apprendre.

            • Krokodilo Krokodilo 1er juin 2010 17:20

              Je n’ai pas de commentaire pertinent sur ce drame, sinon que votre article est bienvenu et sobre.
              Les médecins consultent leurs collègues, mais craignent aussi d’apparaître aux yeux des patients comme malades, faibles ou affaiblis, et renâclent devant une solution institutionnelle et obligatoire type médecine du travail, qui est donc peu probable, surtout vu la diminution de leur nombre. En outre, dans le monde hospitalier se posent des problèmes de hiérarchie, de susceptibilité et de préséance : certains chefs de service et praticiens renommés refuseraient et refusent de se faire examiner - juger mentalement dans ce cas précis - par un « simple » médecin du travail ou généraliste.
              Il me semble que les Ordres cherchent plutôt à faciliter le contact entre celui qui sent le besoin d’une aide et un réseau discret de collègues volontaires et expérimentés - probablement des psychiatres ou psychologues. Comme pour les addictions, il faut la confiance et la confidentialité.
              Sur le burnout ou syndrome EP (SEP prête à confusion), il me semble de mémoire qu’il n’est pas totalement corrélé à la charge de travail, puisque la réaction à celle-ci dépend du mode d’organisation, de la réaction et de l’état émotionnel personnel à cette époque-là, tous ces facteurs étant éminemment variables selon les individus et les périodes de la vie de chacun, et difficiles à quantifier.


            • Immyr Immyr 1er juin 2010 17:27

              @ krokodilo


               je plussoie d’autant plus que c’est la charge émotionnelle qui est au premier plan. On peut travailler 6 heures par jour dans des conditions intenables (harcelé ou diminué continuellement par un supérieur hierarchique par exemple) et être sujet au burnout ou travailler 10 heures dans des conditions « confortables » et être épanoui.

               Je pense que c’est la charge de travail + la charge émotionnelle combinée qui fait de la médecine une profession particulièrement à risque de burnout.

            • Krokodilo Krokodilo 1er juin 2010 17:52

              Pour avoir remplacé de très nombreux médecins avant de m’installer, je peux dire que le travail en médecine générale est souvent difficile à organiser, par rapport à celui de certaines spécialités (pas toutes), du fait que nombre de motifs sont logiquement à voir le jour même : diarrhée, douleur, plaie (en dehors des villes...) gosse qui pleure, suspicion d’urgence, etc. : on ne va pas leur donner un rendez-vous pour la semaine prochaine ! On peut ajouter pour certains l’organisation des visites aux maisons de retraite plus leurs appels imprévus.
              Certaines consultations sont naturellement programmables, mais malgré cela, le téléphone tout au long des consultations est incontournable...
              Certains cabinets travaillent dans de bonnes conditions, en général un groupe, avec une secrétaire sur place, mais ils sont rares - le secrétariat téléphonique selon certains crée autant de problèmes qu’il en résout, et doit transférer de nombreux appels. La (ou le) secrétaire sur place peut sortir les dossiers avant la consult et les ranger ensuite, voire guider le client pour qu’il commence à sa déshabiller, ne laissant au médecin que « le temps médical » ; il me semble qu’en Angleterre, c’est ainsi, et que c’est au niveau de l’accès aux spécialistes que les difficultés commencent, mais que la MG y est mieux organisée.

              Entre ville de CHU et campagne profonde, il y a d’énormes différences, plus les différences individuelles. Mais dans tous les cas, la médecine générale d’une zone sous-médicalisée est une activité difficile à organiser - et autrefois à la campagne, c’était souvent la femme qui se chargeait d’une bonne partie de cette logistique.


            • foufouille foufouille 1er juin 2010 18:06

              "Certains cabinets travaillent dans de bonnes conditions, en général un groupe, avec une secrétaire sur place, mais ils sont rares"
              je vit en campagne depuis longtemps, et oui la plupart se regroupe en cabinet
              apres ca depend des departements


            • foufouille foufouille 1er juin 2010 12:41

              a ma connaissance, les visites gratuites sont interdites
              il a dut devenir fou subitement ?

              meme les roumains veulent pas bosser en campagne, car pas assez de pognon


              • Immyr Immyr 1er juin 2010 12:50

                non. Il y a même un code de la sécurité sociale pour coter un acte gratuit : AG.


              • foufouille foufouille 1er juin 2010 13:06

                il me semblait que la secu taxait quand meme ?
                j’avais lu un article dans un journal, avec proces a la cle


              • oncle archibald 1er juin 2010 14:49

                « a ma connaissance, les visites gratuites sont interdites » pauvre Foufouille avec ses oeilleres ... incapable de penser qu’un medecin, par définition un « riche », peut avoir un geste gratuit ... Mais il fut un temps ou tout le monde n’avait pas droit à la sécu, ou une mutuelle, ou droit à l’aide totale, bref nepouvait pas payer tout ou partie de ce qu’il devait normalement au medecin, et de ce temps la Monsieur Foufouille, beaucoup soignaient gartuitement ceux qui ne pouvaient pas payer, se faisaient donner des échantillons de médicaments par les labos et les remettaient à leurs patients pour leur éviter de passer par la case pharmacie, etc ... Ceux qui gagnent beaucoup d’argent, rassurez vous Foufouille je n’en fais pas partie, ne sont pas nécessairement tous des salopards ..


              • foufouille foufouille 1er juin 2010 17:39

                @ oncle
                on parle pas de dans le temps ou le medecin pouvait accepter un poulet
                mais de fait bien reel, comme il a trop de client, il est fraudeur
                ou « c’est du travail au noir » avec proces secu a la cle

                pour le pognon, j’ai fait sufisement de medecin pour voir leur interet
                surtout les jeunes qui jetes un coup d’oeil a tes 25 pages de dossier medical
                en fait je prevois toujours mon ordonnance pour eviter le medoc mortel

                vu les heures du medecin generaliste de campagne, certains ne gagnent pas beaucoup
                par contre ca devient rare que ca te plaise ou pas, la plupart ne se deplace plus
                ’un peu la faute a la secu qui aime pas non plus)


              • Yohan Yohan 1er juin 2010 12:54

                Un chose est sûre, je ne souhaiterai pas être médecin de nos jours. Je connais une pédiatre qui exerce à Paris et qui ne s’en sort pas. Une fois déduit les frais fixes partagés du cabinet (loyer, secrétaire, elle a a peine une moitié de SMIC) . Du coup elle fait des gardes en hôpital pour boucler la boucle. Cette été elle n’a pas les moyens de partir avec ses enfants en Pologne, son pays d’origine. A
                PS : et aux médecins de campagne, je leur tire mon chapeau


                • foufouille foufouille 1er juin 2010 13:07

                  il y en a de moins en moins
                  les jeunes se regroupent en cabinet et refuse de se deplacer


                • Deneb Deneb 1er juin 2010 13:12

                  Comme vous le dites à la fin, on en sait rien. Le pétage de cable de ce brave toubib est, pour le moins incertain, ses habits n’ayant pas été tachés de sang. Aucun témoignage d’instabilité par les personnes qui l’ont vu les jours précédents, juste la déclaration du beau-père. Je veux bien que les médecins se suicident, dans bien de cas il s’agit de l’auto-euthanasie à l’approche d’une mort douloureuse par maladie. J’ai du mal à croire que le surcroit de travail puisse amener à tuer ses proches. Ca faisait 10 ans qu’il exerçait, ce n’était pas un novice. A-t-on interrogé ses derniers patients ?


                  • Immyr Immyr 1er juin 2010 13:20

                    Mon cher Deneb,


                     je vous remercie de souligner celà.
                     Comme je l’ai dis, je ne connais pas la vérité.
                     Je sais juste qu’il avait des symptômes de burnout.
                     J’ai vu l’épuisement professionnel être la cause de nombreuses divorces chez les médecins de mon entourage, ou avoir comme conséquence des comportements addictifs. J’ai vu nombre de mes confrères changer de comportement lors de leur carrière, devenir de plus en plus cynique (dans le sens non philosophique du terme), irritable, acariatre etc... Je connais par moi-même lors de mes premiers mois d’internat, ce que peut être une dépression due au travail. Je ne dis pas avoir les réponses à l’enquête criminelle. Je dis juste, comme vous le signalez, qu’un burnout causant un épisode psychotique aigu est tout à fait envisageable.

                     Amicalement.

                  • Deneb Deneb 1er juin 2010 14:11

                    Vous me faites peur, docteur, avec votre burnout. Les médecins sont donc les plus sur-ménagés ?
                    A mon âge, j’ai déjà peur de la visite de routine chez le médecin, car les mauvaises nouvelles sont de plus en plus fréquentes. Maintenant je redouterai en plus que le médecin s’énerve et m’envoie ad-patres.

                    Tout le monde connait le surmenage, nous sommes tous soumis aux impératifs de nos responsabilités, delais, rendement. Je supposerais que les médecins sont des gens qui mènent en moyenne une vie plus saine que le commun des mortels, même au niveau psychologique. Savoir prendre les bonnes décisions même en état de stress fait partie du métier - quand c’est pour sauver une vie, on n’hésite pas, on agit. Cette histoire de burnout, je n’y crois pas, pas plus que ses voisins et fréquentations, ce que j’ai pu lire dans la presse ce matin, par exemple ici, me conforte dans ma conviction.

                    Les médias, à la recherche de sensations, sont allés un peu vite en besogne. C’est terriblement médiagènique, un toubib qui massacre sa famille. Dans mon pays natal, en Slovénie il y a quelques mois, un médecin réputé à été tué par ses 3 bullmastiffs. Quelle était la jubilation des medias locales qui ont découverts que le toubib était en fait un transséxuel que sodomisait ses chiens avec un gode, c’est au cours des sévices que les chiens se sont énervés et lui ont fait la peau ; le gode était encoré attaché à son corps lorsqu’on l’a trouvé, mort. Ca a d’ailleurs provoqué un scandale politique : en effet, pour pouvoir rester avec ses chiens, déjà déclarés dangereux par les voisins , il a beneficié du piston d’un ministre qu’il avait jadis soigné. Voici l’article du Monde. Tout cela pour dire que les histoires de toubib, ça fait vendre la presse, qui s’empresse à les gonfler au possible.


                  • slipenfer 1er juin 2010 18:38

                    @ Deneb
                    La maladie mental frappe souvent des personnes « saines d’esprit ».
                    Il existe même des méthodes très simple pour faire basculer une
                    personne dans la psychose, vous ne connaissez pas le sujet, renseigné vous.
                    Je vous préfère en Humoriste.


                  • Deneb Deneb 2 juin 2010 06:21

                    slipenfer :« La maladie mental frappe souvent des personnes »saines d’esprit« . »

                    Et la mort, elle ne touche que les personnes vivantes.

                    Reste que, sans aucune preuve, la presse a déjà cédée à la facilité. Ce médecin est coupable d’office pour la plupart des quotidiens. Quelle belle occasion pour parler de surmenage. Que quelqu’un ait pu s’introduire chez le médecin, en feignant une blessure, par exemple, en profitant du réflexe philanthrope du docteur, personne ne l’a envisagé.
                    S’il s’avère finalement que ce n’est pas lui, comment fera-t-on pour laver son nom, irrémédiablement souillé ?


                  • ZenZoe ZenZoe 1er juin 2010 14:42

                    Je le trouve bizarre cet article.
                    On ne sait rien de rien encore sur cette tuerie familiale. Juste que l’une des victimes, pendue, était médecin et que les autres, poignardées, étaient sa femme et ses enfants.
                    A partir de là, l’auteur nous écrit un pavé chiffré sur le burnout des généralistes.
                    Moi je dis ??????
                    Bien sûr que certains médecins travaillent trop, bien sûr que le burnout est une réalité, MAIS :
                    1) on ne sait pas encore avec certitude qui est l’auteur des crimes, même si une forte présomption existe.
                    2) personne ne peut affirmer (autre que ses proches éventuellement) qu’il souffrait d’un burnout d’origine professionnelle, ou d’ailleurs qu’il avait de sérieux soucis ;
                    3) personne ne peut savoir avec certitude ce qui se passait dans la tête de cet homme et comment il ressentait les choses ;
                    4) personne ne peut savoir ce qui se passait dans l’intimité de cette famille.
                    Bref, OK pour un article sur le burnout (très intéressant au demeurant), pas d’accord pour le relier à un fait divers encore non élucidé.


                    • Immyr Immyr 1er juin 2010 15:47

                      @ vlane


                       je ne justifie RIEN du tout.
                       Je ne cherche pas à excuser son acte. Je veux juste faire voir que l’homme en question n’était pas un boucher sadique, un tueur dépravé ou je ne sais quoi encore.
                       C’était quelqu’un de normal, mise dans une situation qui l’a brisée. 
                       Je ne dis pas que j’approuve quoique ce soit là-dedans. Je cherche à faire savoir que l’épuisement peut causer celà. Que ce soit par harcèlement professionnel d’un salarié, le harcèlement physique, le stress ou le surmenage. Je ne cherche pas des excuses ou des échappatoires, je pointe comme d’autres avant moi, les conséquences pour essayer d’éviter les prochains drames.... 2 de mes patients viennent justement de quitter le cabinet me parlant de lui. Que lors de leur arrivée dans la région, ils avaient besoin de voir un médecin, et qu’ils étaient tombés sur lui. Il était débordé mais les a reçus quand même à 21h30 pour rendre service (il ne voulait/pouvait pas dire non).

                       Par ailleurs, je crois que vous avez mal lu mon article. Quand je parlais de l’amour, c’était de façon métaphorique en faisant allusion que pour l’amoureux, il n’y a pas d’autre réalité que l’autre et que l’autre est unique. Pour quelqu’un qui est en psychose, il ne voit pas de choix dans ses solutions. Il n’a qu’une seule solution, une seule réponse à telle ou telle question et il analyse le monde selon ce mode de pensée.

                       Bien sur que rien ne peut justifier celà. RIEN. Je suis tout à fait d’accord.
                       Ceci ne nous empêche point de réfléchir sur ce qui a pu causer ce drame afin qu’on s’alerte avant que ça ne se reproduise.

                    • ZenZoe ZenZoe 1er juin 2010 16:13

                      A vlane :
                      "c’est le même argument qu’ont tous les voisins chaque fois qu’un voisin se révèle être un criminel « c’était un mec bien » " pourtant il avait l’air si gentil « etc etc »

                      Ca c’est bien vrai !
                      Je me souviendrai toujours de la réaction des beaux-parents du fameux tueur du Yorkshire dans les années 1970 ou 80 qui avait assassiné plusieurs prostituées : « Ca peut pas être lui, il fait de si bonnes tasses de thé ! »


                    • Krokodilo Krokodilo 1er juin 2010 17:34

                      Vlane, au-delà du drame, la question est justement de savoir pourquoi et comment quelqu’un unanimement considéré comme normalement humain, normalement compétent dans son travail, normalement inséré dans la société (travail, famille), voire plus humain que la moyenne (témoignage d’Immyr, profession impliquant une forte implication émotrionnelle) peut en venir à ces actes monstrueux, qualifiés de crise psychotique, un mot qui, en gros, est simplement le synonyme professionnel de « fou » et cache mal notre ignorance.
                      Malheureusement, à ce jour, nous n’en savons strictement rien, et l’étendue de cette méconnaissance de l’esprit humain donne le vertige.

                       Je crois que ces drames, qui malheureusement arrivent régulièrement, non seulement nous choquent, mais nous font peur par ce qu’ils révèlent de nous-mêmes : l’inconnu a toujours fait peur.


                    • foufouille foufouille 1er juin 2010 17:45

                      "Vlane, au-delà du drame, la question est justement de savoir pourquoi et comment quelqu’un unanimement considéré comme normalement humain, normalement compétent dans son travail, normalement inséré dans la société (travail, famille), voire plus humain que la moyenne (témoignage d’Immyr, profession impliquant une forte implication émotrionnelle) peut en venir à ces actes monstrueux, qualifiés de crise psychotique, un mot qui, en gros, est simplement le synonyme professionnel de « fou » et cache mal notre ignorance.« 
                      les gens »normaux" sont tout simplement egaux devant la maladie


                    • Krokodilo Krokodilo 1er juin 2010 17:53

                      Oui, mais il y a des maladies plus connues que d’autres, et de loin.


                    • foufouille foufouille 1er juin 2010 18:08

                      « Oui, mais il y a des maladies plus connues que d’autres, et de loin. »
                      tout a fait
                      toutefois le « pas normal » est souvent plus « suspect »


                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 1er juin 2010 15:56

                      C ’ est con hein , d’ être incapable de se mettre à la place du mec qui turbine 12 heures d’ affilée , rentre chez lui enfin , essaie de se détendre , joue avec ses enfants , et à deux heures du mat on l’ appelle pour vite docteur mon mari etc , le mec il y va revient à 3 h30 se recouche et à sept heures rebelote et se faire regarder pour un riche alors qu ’il bande plus tellement il est fatigué .


                      • foufouille foufouille 1er juin 2010 17:46

                        « le mec il y va revient à 3 h30 se recouche et à sept heures rebelote »
                        tres rare meme en pleine journee
                        vaut mieux appeler le samu


                      • Frag 1er juin 2010 16:56

                        Le cerveau est tellement complexe.

                         La dépression peut survenir à tout moment. Elle peut se manifester de diverses façons. On peut être complètement amorphe avec envie de rien. On peut débloquer à fond et faire tout et n’importe quoi. Les informations entre les neurones ne passent pas ou passent mal.

                        Ce médecin était tellement éreinté donc fragilisé. Evidemment, s’il a commis ces atrocités c’est qu’il était réellement malade cérébralement. Il ne pouvait rien contrôler. Il avait peut être en plus pris des drogues qu’ils connaissaient pour calmer son mal être et qui n’ont pas eu l’effet escompté.

                        Cette histoire est ignoble. On n’aime pas entendre ce genre de faits divers mais ça existe. Malheureusement ça existe.


                        • patdu49 patdu49 1er juin 2010 18:24

                          concernant le drame qui est arrivé, je me prononcerais pas evidemment .. vu que c’est pas moi qui mène l’enquète ..

                          par contre, niveau burnout etc de certains médecins, et la profession, il y a à boire et à manger ...
                          comme partout, dans tout les métiers quasimment, il doit y avoir une minorité de mecs plutot altruistes de tempéramment, et une majorité de mecs pour qui le patient est avant tout un client.

                          et doit y avoir du burnout, pour certains, de se donner trop pour leurs patients, et pour d’autres, de vouloir encaisser trop de clients ... du burnout humain, le mec trop éponge, qui sait pas dire non etc, et du burnout vénal ... le mec qui veut péter + haut que son cul, et vivre une vie matérielle de pacha, en ne concevant pas de vîvre modestement.

                          et concernant les médias, quand on entend parler des médecins libéraux, c’est souvant chaque fois qu’ils réclament + de fric à la consultation,...
                           .. donc evidemment ça donne + une image de mecs avides de fric (comme ils sont dans les 5% des + nantis de la population niveau pognon) , à tître perso, en période ou il y a des millions de pauvres, je trouve ça déplacé d’oser demander à gagner + de fric encore ... mais bon ...

                          sinon tant mieux si il y a moins de médecins libéraux, moi je suis pour le service public, pour des toubibs aux 35 heures, qui bossent à plusieurs dans des cabinets, entourés d’infirmières etc dans le même local, et avec des revenus + modestes pour les médecins et + + élevés pour les aides soignantes ou les personnes qui serpillent dans les hopitaux, ou à domicile, qui font les toilettes, etc ...

                          bref pour un meilleur partage des richesses AUSSI, donc dans les milieux de la santé.


                          • Krokodilo Krokodilo 1er juin 2010 22:59

                            Qu’on me propose les 35 heures (en incluant les gardes de nuit et de weekend) dans des locaux de groupe avec un secrétariat, un statut de cadre ou cadre sup, et je signe tout de suite.


                          • Immyr Immyr 1er juin 2010 23:11

                            @ krokodilo


                             et vous ne serez pas le seul.
                             J’avais déjà suggéré cette piste => .
                             
                             Mais ça ne se fera pas, car ça coutera autrement plus cher à la sécurité sociale.

                          • patdu49 patdu49 2 juin 2010 07:11

                            bah je pense qu’une partie des médecins, ou futurs médecins seraient effectivement partant.

                            faudrait faire un referundum

                            par contre parlont salaire, je propose ... heuuu ...
                            bon je prend en compte les études ... il y a des responsabilités, c’est un beau métier, qui demande des qualités d’écoute, qui peut engendrer une pénibilité psychologique d’être confronté à la souffrance des autres ...

                            allez disons 3500€ net, ça sera correct.


                          • rocla (haddock) rocla (haddock) 2 juin 2010 07:35

                            3500 et un Mars hein Pat  ?........ smiley


                          • Krokodilo Krokodilo 2 juin 2010 13:26

                            Il ne s’agissait pas d’ergoter sur le salaire, mais du statut global, par exemple un weekend de garde, quel que soit le nombre d’actes, c’est 44 heures de disponibilité (et une nuit 12h), ce qui voudrait dire une semaine de récupération ! Sans oublier les congés payés et la disparition des soucis de locaux et de gestion.


                          • patdu49 patdu49 2 juin 2010 17:28

                            avec moi on y coupe pas, à discuter SALAIRE, REVENUS

                            ces mots sont très important à mes yeux.

                            sinon pour les heures de « garde », de nuit, du dimanche, etc ..
                            il y a toujours moyen de trouver des solutions équitables.


                          • Immyr Immyr 2 juin 2010 21:21

                            @ Pat


                            « avec moi on y coupe pas, à discuter SALAIRE, REVENUS »

                             un médecin salarié débutant commence à environ 3400-3500 euro comme vous l’avez suggéré. Je suis, personnellement, tout à fait d’accord avec ces émoluments.
                            Un médecin de campagne travaille en moyenne 50-55 heures par semaine + les gardes. Donc les heures de travail en plus, comme en toute entreprise passent en heures sup. . Ce qui fera à la fin quelque chose entre 5000-5500 euro par mois (je fais personnellement entre 52-56 gardes par an).

                            Nous n’aurions pas à payer toutes les charges du cabinet + l’URSSAF + ....
                            Je pense qu’un grand nombre des nouveaux médecins seraient partants si on leur proposait celà (et moi avec bien sur).

                             Celà répond-il à votre question ?

                          • patdu49 patdu49 3 juin 2010 09:50

                            bah je ne suis pas ok pour les heures sup’s.
                            je suis pour le partage du travail et des richesses.

                            aujourd’hui, beaucoup de medecins s’en mettent plein les fouilles .. ça c’est certains.

                            une honte de payer si cher une simple consultation ..
                            même toutes charges comprises payées, impots payés, faut pas pousser mémé dans les orties ..

                            le mec qui fait 4 consultations à l’heure encaisse 92€ .. en 8 heures 736€ en 2 jours 1472€ .. en 20 jours 14 720€ ..
                            même en payant 50% en tout et pour tout de charges, impots, etc .. reste 7000€ par mois, soit 7 mois de salaire d’un smicard...

                            enfin bref, ça va avec le reste ..

                            bref, ça sert à rien de parler de ça, si on ne parle pas de toutes façons, de toutes les professions, ... s’il fallait moraliser l’economie ... on a bien du boulot lol ..


                          • Immyr Immyr 3 juin 2010 10:52

                            @ Pat


                             Je crois mon cher Pat que vous avez une idée un peu erronée du métier de médecin.
                             Les consultations sont toujours à 22 euro (et vous connaissez déjà ma position là-dessus) donc pas 92 mais 88 par heure comme vous dites. Par contre vous comptez 4 x 8 = 32 patients. Personnellement je ne vois 30 patients par jour, allons 1 fois par mois ou 2 fois par mois en période d’épidémie. La moyenne est d’une vingtaine de patients par jour (22-23 pour être exact). Toute consultation ne dure pas 15 minutes. La moyenne des MG francais est autour de 17 minutes voire plus.
                             Vous ne comptez pas dans le temps de travail toutes les tâches administratives, courrier, prise de RV, téléphone des patients ou aux patients, visites et autres. Celà prend entre une et deux heures par jour. Vous ne comptez pas les visites et ainsi de suite.

                             Enfin, je suis à 100% pour le partage des richesses et du temps de travail, mais personne (ou très peu) vient (viennent) partager le quotidien d’un médecin de campagne. Déjà que nous avons du mal à trouver des remplaçants pour nos vacances (3 semaines l’année dernière)... 

                             Amicalement. 

                          • patdu49 patdu49 4 juin 2010 06:40

                            ah oui c’est pour 2011 les 23€ la consultation

                            sinon tu me parles de « moyennes » de 17 minutes, la preuve que j’ai raison donc, à 2 minutes près.
                            et les moyennes ... faudrait voir comment elles ont été faites déjà .. dans quelles conditions, par qui, sur quel echantillon, etc ..

                            non sinon je ne compte pas l’administratif, car j’estime que quand je pars sur 50% de charges et impots etc au total, avoir largement compté large, et que dans ces 50% il peut y avoir le salaire d’une secrétaire médicale à plein temps.

                            là j’avoue que je part sur de l’estimation pure, j’ai jamais une seule fois vu un medecin, jouer la transparence totale sur ce sujet, du combien il reste en net d’impot mensuel dans son foyer fiscal, ni sur comment il dépense tout son argent ... ( épargne à fond, énorme propriété privée, femme ou gosses pourris gâtés, spéculation, investissements immobiliers ??? ... )

                            sinon pour les medecins qui se déplacent encore, je présume, que le prix de la consultation n’est pas le même ?

                            ou qu’il y a des tarifs spéciaux, pour les gardes, week-ends etc .. ?
                             

                          • Yohan Yohan 1er juin 2010 18:36

                            Les gens qui embarquent leur famille dans un tel drame ont sûrement quelque part une fêlure (congénitale ?), ou tout simplement une névrose qui se développe silencieusement au fil des années.
                            7 ans d’études démentielles quant tout va bien, des clients qui vont mal ou qui vont mourir et qu’il faut écouter, pas grand monde pour écouter leurs propres souffrances, un rail qui les squatte toute une vie en leur laissant juste trois semaines chaque été pour se laisser aller et profiter de la vie dans un Club Med ou ailleurs. Avant leur statut social imposait le respect. Aujourd’hui, tout le monde sait que « ça eût payé mais ça ne paye plus » le respect est parti avec... alors si le conjoint part aussi...l’irréparable peut alors se produire quand tout se conjugue au négatif


                            • brieli67 1er juin 2010 18:48

                              STOP STOP STOP

                              Le burn_out n’est pas un syndrome ni une maladie dans la CIM
                              voir Diagnostic Z73.0
                              Le wiki français est bien trop généreux et bavard.
                              C’est l’hyperstress chronique qui vide les surrénales.
                              Dépersonnalisation ? Non plutôt une robotisation des conduites, moins sensible à des événements avec des réponses stéréotypées, qui ont été inacceptées auparavant. Prenons les services d’oncologie, les réa med, les maisons troisième, quatrième, cinquième âge.... Après 3_4 ans, il faudrait pouvoir sortir de ces milieux.

                              Surmenage ? j’ai eu des journées de 12o patients et d’autres avec un ou deux . Le plus stressant c’est laquelle ? Faut s’y faire c’est la loi du genre...
                              Le plus ennuyeux ... en attendant... c’est d’avoir 1ooo activités en cours ou en projet.... et en fin compte ; on ne fait pas grand chose pour soi. On n’est plus que passant plus ou moins bon samaritain...

                              Quant au drame familial vendéen : _ super ! votre torchon Sud_Ouest et la maréchaussée... / l’enquête... l’enquête.
                              Les cordonniers sont les plus mal chaussés. Le pas de recourir de se confier à un spécialiste, de pousser pour raisons persos la porte d’un psy .. n’est pas entré dans les moeurs en France.
                              Deux choses me font tiquer :
                               la famille habite et a construit dans la « ville » voisine : le généraliste ne vit pas sur place
                              Le Maire du village (du cabinet) le connait sans plus...
                              C’est de la France Profonde... Vologne et Moselotte.. du Pottecher en puissance. N’est-ce_pas Marcel Zen ?

                              en conclusion : deux liens de drames en Alsace

                              Lire la suite d’articles
                              médecin légiste à ses heures

                              Le deuxième ....un rapport quelconque ou pas du tout ?
                              Qu’en pensez-vous ?


                              • Immyr Immyr 1er juin 2010 19:11

                                 Pouzauges où il habitait est un petit village vendéen tout ce qu’il y a de plus mignon. C’est un des villages de résidence les plus prisés du coin.

                                 L’emplacement de son cabinet avait été choisi à quelques kilomètres de là pour permettre le drainage des patients des communes alentour, suite au décès par infarctus d’un de nos confrères dans une commune voisine.

                                 Le maire de mon village après 8 huit ans d’installation me connaissait peu avant que je suive certains membres de sa famille.... C’est la france profonde mais dans le sens noble du terme (tout le monde connaît et aide tout le monde, même si celà gêne un peu l’intimité et la discrétion). Il faut aimer l’ambiance mais me donnerait-on le choix, je choisirais le même coin.

                              • rocla (haddock) rocla (haddock) 1er juin 2010 19:23

                                Brieli ,

                                Saisissante cette histoire de ce docteur Muller ...


                              • brieli67 1er juin 2010 19:41

                                Un fils de docteur de ma promo donc qui « draguait » en P**** 911  Carrera 2.7

                                La reprise.... du cab du père.... pas vrombrissante... 

                              • brieli67 1er juin 2010 20:12

                                @ AUTEUR 


                                Ah !! confrère un peu de nostalgie lis les pages « propharmacien » 
                                J’en étais 3 ans durant en Montagne Noire, 4X4, Radiocom 2000, du saucisson, des brebis, des« hippies » .... des Anglais, des hollandaises....

                                A quoi bon ! t’as pas lu ni « réfléchis » sur les deux derniers liens en Alsace.

                                Je connais un peu le coin ... à partir de Cholet ; Chemillé Camifolia
                                ai participé au projet  CPIE de La Flocellière

                                Les syndicats vont bon train !! Déjà de la récup !! Par Google dix médecins aux alentours
                                Une préparatrice en pharmacie qui connaissait le médecin explique sur RTL quebeaucoup de médecins de campagne n’ont pas été remplacés dans la région : il avait une charge de travail considérable car il était pratiquement seul. Ce médecin avait assisté à une réunion mercredi dernier pour lutter contre le désert médical...
                                Par Google dix médecins aux alentours, vraiment pas loin !



                              • Yohan Yohan 1er juin 2010 18:57

                                Qu’il ne faut jamais tirer de conclusions hâtives d’un tel drame. Souvent les versions officielles sont contredites ensuite. Wait and see...


                                • Clojea CLOJEA 1er juin 2010 19:18

                                  @ L’auteur : Drame comme il en arrive de temps en temps et qui ne devrait pas se produire. Sa vie devait être compliquée, avec des éléments inconnus. En tous cas, cela prouve une chose, et c’est la méconnaissance totale de comment fonctionne un être humain, comment fonctionne son mental, donc comment soigner un mal être. A quand une vraie science du mental et de la Psyché ? 


                                  • Deneb Deneb 2 juin 2010 07:10

                                    Clojea : dans votre élan prosélyte, vous avez oublié d’ajouter qu’il n’y avait que la dianetique qui permettait de mieux se maîtriser, n’est-ce pas ? Vous faites pas un très bon recruteur pour la scientologie, pour la peine vous allez nettoyer la cale du Sea-Org pendant un mois.


                                  • Clojea CLOJEA 2 juin 2010 08:36

                                    @Deneb : Houla, je vois poindre un soupçon de sarcasme. Je vous ferez remarquer que je n’ai pas parlé de la Dianétique, mais que c’est vous qui mettez le sujet sur le tapis. J’ai toujours fait une différence entre prosélytisme imbécile et borné, et le fait de parler de quelque chose qui peut, peut être, faire avancer le shimiliblic (comme disait Coluche). Je pense que le domaine médical devrait arrêter de bidouiller dans le domaine mental, et ferait mieux de se pencher sur ce problème majeur. La Dianétique offre des possibilitées, c’est sur, mais l’auteur de ce livre dit lui même qu’il y a peut être d’autres solutions. En tous cas, excusez moi, mais depuis trop longtemps, l’ignorance dans le domaine mental est tel, que l’on n’avance pas. Et ne me parlez pas de la psychiatrie qui est une imposture. Donc, messieurs les toubibs, à vous de jouer.


                                  • Deneb Deneb 2 juin 2010 20:45

                                    clojea : « psychiatrie qui est une imposture. »

                                    Faire 10 années d’études de médecine , ça ne vaut rien, par contre un type qui a fait un « audit » et se considère « clair » à l’aide de son « eléctromètre », celui là il est très fort.

                                    Ca arrive pourtant assez souvent que les gens pètent un câble en scientologie.


                                  • foufouille foufouille 2 juin 2010 20:52

                                    @ deneb
                                    la psychiatrie aimes aussi les cases bien carre ou ronde
                                    y a pas longtemps que les homos sont plus consideres comme des fous


                                  • Clojea CLOJEA 3 juin 2010 08:56

                                    @ Deneb : Woui...... faire dix ans d’études de médecine, pour devenir Psychiatre et effectuer des actes de barbarie comme l’électrochoc, oui on se demande. Voyez vous, je n’ai pas besoin d’étudier les « Enormes Encyclopédies Méééédicales » pour savoir que faire passer du courant dans la tête des gens, c’est mauvais. Un gamin de 6 ans le devine aisément. Même quelques psychiatres (très peu) se rendent compte que c’est une « thérapie » très sure pour rendre les gens stupides et complètement anéantis. Fantastique. Je ne développe pas le passé glauque de la psychiarie avec sa panoplie de traitements de chocs et inhumains, tels que les lobotomies, leucotomie, chocs à l’insuline et ou à l’eau glacée.
                                    Un peu de sérieux, s’il vous plaît et au lieu de dénigrer bêtement ce que vous ne savez pas, penchez vous un peu sur autre chose.


                                  • Deneb Deneb 3 juin 2010 09:59

                                    Clojea : Un membre de ma famille était gravement dépressif. Après l’échec de l’approche analytique (complétement inefficace, sinon aggravant) , une intolerance aux médicaments, la sismo était la seule alternative. Et, miracle, ça a marché. Cinq ans après, la personne est complètement stabilisée et mène une vie normale, heureuse.

                                    C’est typique aux sectes - en apprenant quelques dogmes, les devots croient connaitre la science infuse. Moi j’ai appris qu’il ne faille pas avoir d’apriori, sauf bien sur pour les nuisibles qui essaient de propager leurs croyances irrationnelles.


                                  • foufouille foufouille 3 juin 2010 12:43

                                    "Un membre de ma famille était gravement dépressif. Après l’échec de l’approche analytique (complétement inefficace, sinon aggravant) , une intolerance aux médicaments, la sismo était la seule alternative. Et, miracle, ça a marché. Cinq ans après, la personne est complètement stabilisée et mène une vie normale, heureuse.« 

                                    la lobotomie est plus efficace
                                    apres il sera bien »normal"


                                  • Deneb Deneb 3 juin 2010 12:59

                                    Foufouille : Quelle lucidité, dans ton cas, ça pourrait effectivement être une solution.


                                  • foufouille foufouille 3 juin 2010 13:18

                                    « Foufouille : Quelle lucidité, dans ton cas, ça pourrait effectivement être une solution. »
                                    on y vient, il FAUT etre normal
                                    si on rentre pas dans la bonne, le psy prend un « marteau »

                                    une depression a une origine, une bonne electrocution avec lavage de cerveau et on vote UMPS


                                  • Clojea CLOJEA 3 juin 2010 15:30

                                    @ Deneb : Je l’attendais la phrase miracle « oui mais dans le cas d’un membre de ma famille.... ca a marché.... » Ouah ! fantastique... Et combien d’autres ont été bousillés ? Figurez vous qu’un membre de ma famille a été bousillé par les psychiatres, alors égalité, 1 partout balle au centre. J’ai un « peu » de rancoeur sur les psychiatres, yes.
                                    Et puis, au fil de mes enquêtes sur la psychiatrie, car j’ai enquêté, j’ai découvert le summum de la bêtise en ce qui concerne les pseudos traitements et y’a pas de quoi leur donner la légion d’honneur ou plutôt si, la légion de l’horreur.
                                    Quand à votre attaque sur les dévots des sectes etc... sachez que d’une part, oui je m’interesse à beaucoup de choses concernant l’esprit, et deuxièment, j’ai rencontré plus de compréhension avec les gens qui se penchent sur autre chose que pillules, sismo (c’est plus chic/choc qu’électrochoc, insuline et tout le toutim.
                                    Epargnez moi les poncifs habituels sur les sectes, et gnagnagna. Laissez donc les gens croire en ce qu’ils veulent, ca leur fera plus de bien que la psychiatrie.
                                    Enfin, ma position sur la psychiatrie n’engage que moi seul.
                                    Et un rappel quand même : psychiatrie, signifie au départ science de la psyché. Ils ont du perdre la psyché quelque part, entre chocs à l’insuline, sismo/choco et lobototo.


                                  • Deneb Deneb 3 juin 2010 16:16

                                    clojea :"’j’ai rencontré plus de compréhension avec les gens qui se penchent sur autre chose que pillules"

                                    moi aussi, je prefere le pétard.


                                  • Deneb Deneb 3 juin 2010 16:27

                                    Clojea : « psychiatrie, signifie au départ science de la psyché. »

                                    faux. La medecine n’est pas une science, mais un art. Elle se sert de la science pour lutter contre les souffrances et pour prolonger la vie. La psychiatrie, branche de la médecine, a pour but de diminuer les souffrance psychiques, et empêcher le suicide.

                                    Foufouille : lavage de cerveau n’a rien à voir avec les electrochocs. Lavage de cerveau, c’est ce que font les sectes.


                                  • foufouille foufouille 3 juin 2010 16:38

                                    « Foufouille : lavage de cerveau n’a rien à voir avec les electrochocs. Lavage de cerveau, c’est ce que font les sectes. »

                                    Mémoire et fonctions cognitives [modifier]

                                    Les effets secondaires à long terme concernent essentiellement la mémoire, en particulier le souvenir de la période de la cure. En 2007 fut publiée une étude démontrant que les électrochocs provoquaient non seulement une perte de mémoire, mais également une baisse des capacités cognitives (apprentissage et pensée).[16] Les troubles de mémoire régressent habituellement, mais la récupération requiert le plus souvent plusieurs mois, voire, persister au-delà[17].

                                    Suicide [modifier]

                                    Les ETC pourraient accroitre le taux de suicide. Le risque serait particulièrement élevé au cours de la première semaine consécutive au traitement, comparativement aux autres patients[18].

                                    a part ca, pas un lavage de cerveau
                                    meme que les dictatures les ont jamais utiliser

                                  • foufouille foufouille 3 juin 2010 16:42

                                    « La psychiatrie, branche de la médecine, a pour but de diminuer les souffrance psychiques, et empêcher le suicide. »

                                    minimum gavage de cachets pour occulter le probleme
                                    docteur deneb, j’ai mal au ventre .......
                                    prend du paracetamol, ca ira mieux


                                  • Deneb Deneb 3 juin 2010 16:54

                                    foufouille : et alors ?


                                  • foufouille foufouille 3 juin 2010 17:04

                                    « faux. La medecine n’est pas une science, mais un art. »

                                    trop fort
                                    la medecine est innee ! genetique !
                                    on se demande a quoi sert les etudes


                                  • foufouille foufouille 3 juin 2010 17:22

                                    En 2007 fut publiée une étude démontrant que les électrochocs provoquaient non seulement une perte de mémoire, mais également une baisse des capacités cognitives (apprentissage et pensée)

                                    et alors quoi ?
                                    ca marche de la meme facon le lavage de cerveau
                                    en plus les idiots ca se manipule plus facilement


                                  • foufouille foufouille 3 juin 2010 17:35
                                    Méthode PDH [modifier]

                                    PDH signifie Douleur-Drogue-Hypnose (Pain, Drug and Hypnosis), et évoque une méthode qui aurait été utilisée en Corée du Nord sur les soldats prisonniers de guerre, par des psychiatres et les services secrets.

                                    Projet MKULTRA [modifier]

                                    Le Projet MKULTRA (ou MK-ULTRA) fut le nom de code d’un projet de la CIA des années 1950 à 1970 visant à manipuler mentalement certaines personnes par l’injection de substances psychotropes. Face à l’échec de la méthode MKULTRA, tous les enregistrements ont été détruits en 1973, par ordre du directeur d’alors de la CIA, Richard Helms.


                                  • Clojea CLOJEA 3 juin 2010 19:22

                                    @ Foufouille : Excellente documentation, je vois que tu connais le sujet.


                                  • foufouille foufouille 3 juin 2010 19:33

                                    @ clojea
                                    il y en aurait beaucoup plus
                                    c’est a peine efleurer
                                    je suis tomber dessus en etudiant les « sectes »pour la milivude tous les pas normaux rentre dedans
                                    ca change avec la mode
                                    au debut le bio etait dedans

                                    en plus ma tronche et mes 40a, le « normal » et « c’est pas pareil », je connais bien
                                    sans compter etre handi a 22a


                                  • Clojea CLOJEA 4 juin 2010 17:18

                                    @ Foufouille : Interessant. Tout a fait d’accord avec toi. Pour la Miviludes, tout ce qui n’est pas dans le « moule » est mauvais. D’ailleurs dans leur rapport de cette année, ils se sont attaqués à tout ce qui est médecine douce, parallèlle, et toute la nébuleuse psychothérapie. Si un jour, tu veux faire un article sur la psychiatrie, bienvenu.


                                  • brieli67 1er juin 2010 21:12

                                     @ AUTEUR 

                                    « Je suis un voyageur qui emporte ses bagages ». a dit not’ confrèr’ Marcel

                                    Il ouvre un cabinet médical à Villeneuve/Yonne où il devient rapidement populaire auprès des gens

                                    Élu maire en juillet 1926, il épouse Georgette Lablais, fille d’un notable de la ville. Rapidement, il est cité devant les tribunaux pour plusieurs délits : fausses déclarations d’assurance maladie, détournements de fonds, vol d’électricité. Il est finalement révoqué de ses fonctions de maire en 1931 et est élu conseiller général. 

                                    Poursuivi par la justice pour divers délits, il part sur Paris....


                                    y a de tout parmi les confrères. Que l’enquête suive son cours..


                                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 1er juin 2010 21:54

                                      Le célèbre docteur Petiot .....


                                    • Jojo 1er juin 2010 21:50

                                      Merci Doc,

                                      Au-delà du drame, le côté autobiographique de l’article ne m’étonne pas plus que ça,

                                      Alors compétence oui, don de soi jusqu’à un certain point itou, humilité … tout à votre honneur, mais vous devriez quand même apprendre à dire non. juste apprendre … on ne sait jamais smiley

                                       

                                      Le Burnout j’ai connu, un enfer de solitude et un enfer tout court. Depuis, avec un peu de bouteille j’arrive à mieux doser…

                                       

                                      Brieli des Hollandaises avec quatre points de suspension j’imagine un peu… mais des anglais smiley


                                      • Immyr Immyr 1er juin 2010 23:24

                                        Cher Jojo smiley


                                        Je vous remercie. 
                                        rassurez-vous. Celà fait bien longtemps que j’ai appris à dire non. Du coup, j’ai la réputation d’avoir un sale caractère smiley 

                                      • Frag 1er juin 2010 22:47

                                        Le Docteur est rentré harassé et constate que sa famille a été trucidée par un fou ou plusieurs. A mon avis le ou les criminels ont dû commencer par la mère et les enfants très jeunes n’ont pas pu se défendre.

                                         
                                        A la vue de ce spectacle sans nom il se pend.

                                        Affaire résolue.

                                        • Yann Amare 1er juin 2010 22:47

                                          Burnout burnout (en français on dit « cramé ») d’accord c’est bien triste d’être surmené, mais pourquoi emmener dans le néant ses enfants qui eux n’étaient responsables de rien... Ils auraient certainement aimé vivre leur vie jusqu’au bout même si ce n’est pas facile tout les jours....De plus personne n’a le droit de vie ou de mort sur sa femme et ses enfants on est plus au temps de Rome... smiley


                                          • Immyr Immyr 1er juin 2010 23:08

                                            @ Yann


                                             Car vous, moi, n’importe qui réagissons avec notre tête rationnelle, nos sentiments humains, notre état normal. On se dit tous, si j’étais déprimé, dans la peau de tel ou tel, on ne réagirait pas comme ça. Justement. On n’est pas dans un tel état, on n’est pas à la rupture, on n’est pas aux portes de la folie. Comme je l’ai dis plusieurs fois, je ne suis pas en train de JUSTIFIER son acte. Je dis que si c’est lui le coupable, ce n’était pas un monstre avant. Il est devenu monstrueux dans cet acte indicible, mais ce n’était pas un monstre. C’était quelqu’un de tout à fait normal, un mec bien.
                                             
                                             Philip Zimbardo est un psychosociologue américain. Il a travaillé justement sur des cas où des situations anormales a transformé les gens normaux en monstres. Il appelle ça « the lucifer effect » (comme dans la prison d’Abu Ghraib en Irak, où la plupart des gardes n’étaient nullement formées à leur boulot, et que la promiscuité, la responsabilité, le manque de controle hiérarchique et autre les a peu à peu transformés en monstres qu’ils sont devenus alors qu’ils étaient tout autre avant leur passage en Irak). 

                                             Je ne dis pas comme certains l’ont suggéré, que je n’y crois que c’était un assassin en puissance. Je crois que chacun d’entre nous est un assassin en puissance. Qu’il faut juste, le bon tempo des évenements, le bon levier, les bons stress pour qu’on succombe à cette partie noire de notre être.

                                             Je pense que le travail à effectuer, est de chercher les solutions futures pour éviter ce genre de drame.



                                          • Yann Amare 2 juin 2010 13:57

                                            Non désolé, nous ne sommes pas tous prêts à égorger notre famille s’il l’envie de nous suicider nous prend...

                                            Je rapproche ce fait divers sordide à celui de ce médecin à la frontière Suisse qui n’a pu supporté qu’on s’aperçoive qu’il n’avait pas le diplôme et qui a exécuté toute sa famille dans les mêmes conditions plutôt que d’affronter la honte de son imposture (après tout pas de diplôme la belle affaire, il y a tellement de mauvais médecins diplômés que ce n’est certainement pas un critère définitif de compétence)...

                                            Sinon en tant que médecin si on est fatigué il vaut quand même mieux prendre des vacances qu’en arriver là non ?  smiley


                                          • Krokodilo Krokodilo 1er juin 2010 23:02

                                            On m’a fait remarquer qu’il était totalement inutile de créer une appellation de syndrome d’épuisement professionnel pour « burnout », car c’est tout simplement du surmenage. Compliquer le jargon pour imiter le vocabulaire anglosaxon n’a rien apporté en terme de science et de nosologie.


                                            • brieli67 1er juin 2010 23:32

                                              oui et non confrère...

                                              Surmenage c’est plus tôt physique : trop lourd trop long.
                                              Le cramé, le burnout c’est la perte de sensibilité, d’ humanisme : par force, on devient machine. Des automatismes se mettent en place. Peu d’auto-critiques, le cynisme des hyperactifs est bien documenté.
                                              Un des exemples que je donne : de garde lors d’une grande journée de verglas, fier externe je réduisais les fractures, alignais les os comme dans les cours.... puis me suis tappé la pointe de la rotule au bureau, un tirroir mal fermé.
                                              Ces retours aux vrais valeurs sont très mal vécues : tout ce qu’un médecin doit dire comme « vérités » en situation palliative..
                                              L’ autre classique de « brûlure » c’est chez les chercheurs... la même idée fixe te trotte dans la tête, le sujet te suis partout et puis... la fata morgana, le mirage .. il tombe des résultats. C’est l’euphorie... j’en ai connu qui ne quittaient plus leur paillasse, ne rentrent plus chez eux....complètement dans leur trip.....15 j d’insomnies complètes...


                                            • Krokodilo Krokodilo 2 juin 2010 01:06

                                              Je persiste : le surmenage est davantage mental que physique, dans le cas contraire, on dirait plutôt épuisement. Je pense qu’on s’habitue à projeter un concept sur un terme nouvellement créé, ici pour traduire « burnout », alors qu’on l’avait déjà sous la main, et ensuite effectivement on trouve que l’ancien terme n’a pas la même signification. La langue anglaise rechigne moins à la polysémie, paraît-il, et un ’camel" désigne pour eux aussi bien un chameau qu’un dromadaire.


                                            • maelle66 1er juin 2010 23:12

                                              Une question que je me pose souvent en prenant connaissance de tels drames : la personne qui est passée à l’acte prenait-elle des psychotropes dont certains sont bien connus pour favoriser les passages à l’acte (suicide ou homicide effroyable). Des associations demandent depuis des années le retrait de certaines benzodiazépines ou antidépresseurs aux effets plus dévastateurs que ce qu’ils sont sensés soigner...Le dénominateur commun de certains jeunes tueurs en établissements américains est la prise de certains psychotropes. En France, on n’en parle presque jamais...


                                              • Immyr Immyr 1er juin 2010 23:17

                                                Ma chère Maelle,


                                                 l’effet des psychotropes sur les jeunes cerveaux est beaucoup plus compliqué que sur les « adultes » on va dire. Les risques dans le cas de dépressions de la prescription « aveugle » des antidépresseurs est connue : levée d’inhibition et passage à l’acte suicidaire. 
                                                 
                                                 Avant l’âge de 16-17 ans, les effets sont beaucoup moins connus et étudiés.

                                                 Pour les benzodiazépines, je ne crois guère, excepté la dépendance et les effets sur le sommeil.
                                                 
                                                 Je me méfie plus de la morphine trouvée, qui est connue pour donner des effets hallucinatoires et décompenser un état psychique précaire.

                                                 En espérant avoir partiellement répondu à votre question.

                                              • maelle66 1er juin 2010 23:32

                                                merci beaucoup pour cette réponse rapide.
                                                Cette désinhibition n’est reconnue que suicidaire ? cela ne débouche pas sur des homicides ? Ou on préfère ne pas penser que cela puisse arriver ?
                                                Les cerveaux matures seraient donc plus costauds, moins inattendus dans leurs réactions ?
                                                Sur les notices, quand on lit les effets indésirables tout en bas de la liste car ’rares’ (dixit les labos) de quelques psychotropes, ça fait frémir...on espère que les prescriptions ne se font pas en aveugle, en effet...
                                                Un copain médecin me disait qu’ une des difficultés dans son métier était d’éviter de penser que le remède était pire que le mal...Objectifs de moyens pas de résultats et au final déni des effets secondaires tous bénins ou rarissimes si gravissimes !


                                              • Immyr Immyr 2 juin 2010 00:05

                                                La dépression est synonyme de vide. Vide d’énergie, d’émotions etc... Dans le cas dépressionaire la levée d’inhibition peut entraîner un passage à l’acte. Un homme hyperviolent déprimé et une jeune femme timide déprimé ne vont pas réagir de la même façon à la levée d’inhibition si vous me suivez.


                                                 Entre le remède et le mal, je dis toujours à mes patients qu’une maladie n’est pas une maladie tant qu’elle ne cause pas de mal. Vous êtes anxieuse. Ca ne vous gêne aucunement votre vie sociale, familiale, professionnelle. Et alors. C’est pas une maladie. Une anxiété qui fait que vous commencez à sentir des signes physiques, qui vous handicape dans votre vie de tous les jours. C’est une maladie.

                                                 (Purée... on dirait un discours à mes patients smiley)

                                                 Bref, après, vous expliquez ce que les gens risquent en prenant tel ou tel médicament. Vous passez un accord avec eux, vous leur demandez qu’en cas de doute, ils vous passent un coup de fil (je hais mon téléphone smiley ), et après vous gérez. On se pose des questions telles que votre ami médecin qu’en cas de prescription dans des cas limites (personnes âgées, miltimédicamentées, etc...)

                                                 Amicalement.

                                              • maelle66 2 juin 2010 01:01

                                                Bonne intuition : mon ami médecin est gériatre.


                                              • rocla (haddock) rocla (haddock) 2 juin 2010 07:25

                                                sortir ses burnes quand on est surmené est finalement contre-indiqué sauf si le médecin a une belle femme et qu’ il fait une pause au logis ..... smiley


                                                • brieli67 2 juin 2010 08:12

                                                  ****  

                                                  Je me méfie plus de la morphine trouvée
                                                  qui est connue pour donner des effets hallucinatoires 
                                                  et décompenser un état psychique précaire.

                                                  ****

                                                   ??? PARDON ???

                                                  • Immyr Immyr 2 juin 2010 08:52

                                                    On a trouvé des BZD et de la morphine dans les poches du médecin lors de son suicide selon des élèments de l’enquête communiqués à la presse.


                                                  • Luc Paul ROCHE Luc Paul ROCHE 2 juin 2010 11:19

                                                    très bel article d’autant qu’il montre que les souffrances, chez des catégories professionnelles très différentes, mènent au même résultat


                                                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 2 juin 2010 14:23

                                                      souffrance , me fait rire le monsieur .

                                                      On fait un turbin qu’ on aime , qu’ on a choisi , y a pas de souffrance il y a le surmenage et des choses comme ça .

                                                      Le mot syndical dans votre description indique que vous voyez à travers un prisme politique .

                                                      Pourquoi pas martyre ?


                                                      • max365 15 mai 2013 03:50

                                                        Dire que le burn out et peut-être le nouveau mal du siècle je crois que franchement on peut passer le pas, c’est une vrai catastrophe, on voit de plus en plus de personnes qui sont totalement vidées, sans force physique ou moral, on est pressé comme des citrons et après on nous jette dans la rue. Les conditions de travail se dégradent de plus en plus et personne ne dit rien et personne ne fait rien... c’est quand même triste de voir nos conditions de travail aujourd’hui

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès