• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > De l’aseptisation en politique par l’exemple

De l’aseptisation en politique par l’exemple

Pour évoquer l'aseptisation du discours en politique, et la peur panique des personnes qui la font de dire les choses clairement au risque de passer soient pour fâââchiistes soient pour populistes, à quelques exceptions près, rien de tel qu'évoquer « Quotidien » de Yann Barthès pour la critiquer où l'on parle tout le temps d'une politique qui serait lavée à l'eau de javel...

 

Il est donc parfois intéressant de regarder -pas trop longtemps- cette émission car ainsi l'on connaît parfaitement le discours du système, et ses cibles prioritaires, ses détestations et ce qu'il porte aux nues, son point de vue aussi sur la forme idéale du discours politique. Barthès c'est le « nouveau monde » à l'état chimiquement pur, un donneur de leçons de morale en politique, et aussi un laudateur d'une certaine vertu en politique. On sait pourtant très bien ce que finit toujours par donner la dictature de la Vertu en politique, cela aboutit toujours à une privation de libertés des citoyens au nom d'un pseudo-intérêt général.

 

Les cibles de Barthès ainsi que de tout les médias « mainstream » c'est Jean-Luc Mélenchon et son parti, Marine le Pen et le sien, car souverainistes à divers degrés. A jet continu. Ce sont des attaques grossières contre eux, toujours en partant d'exemples de militants présentés comme ploucs, extrêmes et soient racistes, soient violents. C'est facile comme procédé, simpliste, c'est un procédé d'indic en somme. Il suffit de choisir le beau parleur qui veut passer à la télé, ou le rigolo de service, ou le matamore local. Et il y en a toujours, un fier à bras ou deux, pour se mettre en avant souvent même contre les préventions des responsables.

 

Par leur mépris, et leur dédain, qu'ils cachent à peine, les journalistes-militants de « Quotidien » provoquent parfois aussi des esclandres pour bien montrer à quelque points les ennemis de la doctrine libérale libertaire sont des salauds évidents. Avec les militants et les responsables LR, LaREM ou PS, ils sont « entre pairs ». On les taquine un peu, on rigole ensemble, mais cela reste très feutré. Sauf quand l'un d'entre eux dépasse les bornes du discours idéologiquement acceptable par les vrais maîtres et qu'il dépasse la ligne jaune de l'aseptisation généralisée, tel Laurent Wauquiez enregistré à son insu pendant un échange avec des étudiants, Gérard Collomb parlant de la situation réelle des banlieues, Martine Aubry disant les choses clairement sur les « cités » autour de Lille....

 

Dire le réel est digne de l'excommunication également donc.

 

Ce que Barthès et ses équipes dociles, en bons représentants du nouveau monde, et de la morale politique aseptisée, détestent visiblement aussi, ce sont les politiques s'exprimant en français soutenu, qui savent manier la langue et ses subtilités. Car alors cela suppose un effort de compréhension supplémentaire, cela suppose d'avoir un sens de la nuance dont l'utilité échappe complètement aux arbitres des élégances politiques. Et surtout parce que cela rappelle le monde et la société française tel qu'ils étaient avant, cet ancien monde qu'ils haïssent, cet ancien monde pourtant plus humain, plus solidaire et plus équilibré par de nombreux aspects.

 

Et pus cette belle langue, cette belle expression, cela va contre leur conception d'une société forcément multiculturelle. Dans leur esprit en effet, la diversité selon leur terme hypocrite ne peut que s'exprimer en mauvais français, dans ce « sabir » des banlieues que l'on nous vend depuis des décennies maintenant. On se devrait de rincer également à grandes eaux politiquement correctes le français, de purger le dictionnaire de tout ce qui cloche, qui contredit les certitudes modernes. Au fond, rien n'a guère changé depuis le sinistre comité de Salut Public, tous les coups sont permis contre ce qui contrevient à la nouvelle bonne parole.

 

Il n'y a certes pas que chez Barthès mais c'est un exemple parlant. Curieusement, cela me stupéfie toujours, la plupart des politiques sont encore intimidés par ces diktats pourtant insupportables. Ils, et elles, n'osent pas trop encore dire quoi que ce soit, répliquer par exemple, ils se murent dans le silence, ne se défendent que mollement. Et les militants de ces partis également, et tous les citoyens qui rejoignent la France insoumise et le Rassemblement National sur certaines idées, dont le souverainisme. Tous de se lancer dans des justifications laborieuses et timorées de leurs idées qu'ils finissent par relativiser malgré tout...

 

Il serait temps de renvoyer ces journalistes militants et autres moralisateurs politiques à leurs chères études pourtant...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury – Grandgil

illustration prise ici


Moyenne des avis sur cet article :  2.54/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • JL JL 22 octobre 09:22
    Quelqu’un disait qu’on ne peut pas ’présidentialiser’ Trump : il ’trumpise’ la fonction de président.
     
    Comme Macron et avant lui Sarkozy, non ?!
     
    Pourquoi Mélenchon ferait-il autrement ?
     


    • JL JL 22 octobre 09:26

      commentaire posté ici par erreur. L’article ci-dessus d’Amaury Grandgil dit des choses intéressantes.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 22 octobre 09:49

      @JL

      Pourquoi Mélenchon ferait-il autrement ?

      Parce que Mélenchon est ridicule, peut-être ?

      Parce que... je n’ai toujours pas compris en quoi, ni envers quoi il était « insoumis » ?

      Parce que.... mettre en tête de son programme la lutte contre Marine Le Pen dans les brumes du Pas de Calais (en 2012), et la création de toute urgence d’une VIe république (en 2017), c’est au minimum se tromper sur les priorités, et vraisemblablement faire de l’enfumage à grande échelle.

      Parce que les mélenchoniistes, qui ont daubé sur un doigt d’honneur pendant 15 jours, ont l’air fins maintenant, niveau « dignité » .

      J’arrête là.


    • JL JL 22 octobre 10:26

      @Olivier Perriet

       
      ’je n’ai toujours pas compris en quoi, ni envers quoi il était « insoumis » ?’’
       
       Insoumis aux Diktats de l’UE ; insoumis au TINA, à la finance internationale et aux multinationales.
       
       J’arrête là.

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 22 octobre 11:22

      @JL

      L’amour rend aveugle smiley


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 22 octobre 11:24

      Le don théâtrale de JLM est tel que des séquences comme ça eclipsent totalement le sujet de fond.

      Je ne sais même plus pourquoi il y a eu perquisition, ni si c’était bien fondé, ni rien.

      Seule reste la colère (surjouée) des pseudos insoumis.


    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 22 octobre 18:38

      @Olivier Perriet
      la perquisition a été décidée par l’éxécutif, en soi c’est scandaleux


    • cevennevive cevennevive 22 octobre 11:17

      Bonjour Amaury


      J’ai lu avec intérêt votre article, et je suis pleinement en accord avec vous.

      Je ne sais vraiment pas ce que « jacte » Barthès, car je ne peux pas le souffrir. Lui et quelques autres. Je ne regarde ni n’écoute.

      Quant aux colères, aux mots, et aux cris, même si cela est « politiquement incorrect » (les jeunes qui écoutent et regardent, etc, etc, blablabla...) nous avons envie, quelquefois, de balancer des claques et des coups de pieds au derrière en écoutant ou en voyant certains hommes politiques, certains journalistes, bien propres sur eux, débiter des mièvreries outrancières, sans cri, sans colère, sans gros mots. Il est des insultes enrobées de miel qui déchirent plus que des cris...

      Pauvres taches qui se délectent des bruits d’alcôve, des attitudes, des colères et des cris ! Ne devrait-on pas crier nous aussi parfois ? Je crois que je vais désormais voter pour la FI sans arrière pensée ni retenue. « Foutre les pieds dans le plat » me plait assez. Ils sont si peu à avoir le courage de protester !

      Bien à vous.


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 22 octobre 11:27

        @cevennevive
        «  Il est des insultes enrobées de miel qui déchirent plus que des cris... »

        oui

      • leypanou 22 octobre 11:41
        la plupart des politiques sont encore intimidés par ces diktats pourtant insupportables. Ils, et elles, n’osent pas trop encore dire quoi que ce soit  : vous voyez bien que vous aussi vous avez été influencé par l’écriture inclusive.

        Cela étant, je suis d’accord à 100% avec l’article.

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 22 octobre 13:41

          @leypanou

          Cela étant, je suis d’accord à 100% avec l’article.

          C’est le but :
          Rien de tel que de beugler entre gens du même avis (comme dans une émission de Barthès, sauf que c’est sur le net)


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 23 octobre 09:20

          @Olivier Perriet
          Et gueuler contre sans l’avoir lu ?


        • aimable 22 octobre 11:49

           la bien pensance politique et la bien pensance tout court , c’est comme chez les croyants , pour montrer qu’ils sont plus de vrais croyants que les autre ils en font des tonnes , ce qui fini par en faire des radicalisés .


          • Le Panda Le Panda 22 octobre 14:10

            @Amaury Grandgil

            Bonjour

            Je pense que quel que soit le politique que l’on prenne ou que l’on tente de considérer en France le constat s’instaure. Durant ce temps là on nous écarte de l’essentiel, les politiques quels qu’ils soient vivent de nos dividendes. Quant à Barthes il faut pas d’écouteur mais pas facile à comprendre pour chacun.

            Ils pourraient tous en 1er le 1er monter une troupe théâtrale dont nous ne srions pas même les souffleurs juste les payeurs.

            Ils sont tous plus ou moins contaminés par l’appât de divers gains, avec des amants ou des maitresses mais cela les regarde les dindons de la farce ce sont les électeurs qui se font gruger.

            Le Panda 


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 22 octobre 18:37

              @Le Panda
              à divers degrés je pense, quant à la morale en politique, je trouve qu’elle n’a rien à y faire


            • zygzornifle zygzornifle 22 octobre 16:10

              Balance ton insoumis ....


              • zygzornifle zygzornifle 22 octobre 16:11

                Macron par son comportement est 10 000 fois plus insultant qu’un Mélenchon et tous ses hologrammes .....


                • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 22 octobre 19:30

                  @zygzornifle
                  méprisant, dédaigneux


                • Nowhere Man 22 octobre 23:43
                  Extrait de « Hommage à La Catalogne » de Georges Orwell :



                  « A l’intérieur de l’Hôtel... une abominable atmosphère de suspicion avait grandi... Le gros agent russe retenait dans les encoignures, l’un après l’autre, les réfugiés étrangers pour leur expliquer de façon plausible que tout cela était un complot anarchiste.
                  Je l’observais, non sans intérêt, car c’était la première fois qu’il m’était donné de voir quelqu’un dont le métier était de répandre des mensonges  si l’on fait exception des journalistes, bien entendu. »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès