• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > De l’instinct de domination au sadisme

De l’instinct de domination au sadisme

Alan Turing : "Savez-vous pourquoi les gens aiment la violence ? Parce qu'elle leur permet de se sentir bien." (extrait du film : The imitation game)

L'héritage génétique

Les premiers pas de l'espèce humaine sur notre planète furent aussi précaires que pour les autres espèces, il fallait lutter contre sans cesse contre les grands prédateurs et assurer sa subsistance dans des endroits où les ressources étaient maigres. Bien des groupes se sont éteints, d'autres ont franchi des distances considérables, mais la flamme vacillante de la vie humaine a fini par embraser le monde entier.

La raison de ce succès évolutif n'est pas dû seulement à l'intelligence, mais aussi à la volonté d'imposer sa loi sur le reste de la nature, le désir insatiable de conquête, c'est-à-dire de l'instinct de domination. C'est lui qui entraîne les meneurs d'hommes à faire combattre leurs armées et à bâtir des empires. Dans cette soif de pouvoir, la soumission des âmes s'accompagne le plus souvent par des actes de cruauté, la frontière entre la volonté de puissance et le sadisme étant presque inexistante.

Dans une expérience célèbre, Stanley Milgram distribuait des rôles d'enseignant et d'élèves à des volontaires. Les élèves sont en réalité des comparses, et les volontaires sont toujours désignés comme enseignants. On demande à ceux-ci d'appliquer des des décharges électriques aux élèves quand les réponses sont fausses, et les élèves simulent la douleur. Le but de l'expérience était de montrer que la soumission à l'autorité était un phénomène commun et très répandu.

Mais il y a une autre explication beaucoup plus perturbante selon laquelle le plaisir d'infliger de la souffrance qui est en germe en chacun de nous a pu s'exprimer grâce à l'aval de l'autorité. Elle a été rejetée par Milgram sous le prétexte que la tension maximale n'était jamais appliquée, mais l'argument est plutôt faible. De nombreuses observations montrent au contraire que cette hypothèse est la bonne, par exemple le phénomène des "têtes de turcs" dans les écoles, qu'Alan Turing avait pu constater à son détriment.

En tout cas, ce qui est certain, c'est que ce n'est pas l'élévation spirituelle qui a permis à l'humanité de régner partout dans ce monde, mais une féroce volonté de s'imposer par tous les moyens, et ce trait génétique est bien présent aujourd'hui.

Cinquante nuances de l'instinct de domination

Comment s'exprime cet instinct dans une société relativement apaisée et soumise à des lois et règlements de plus en plus complexes ? Ainsi que l'avait compris le marquis de Sade, la sexualité en est un domaine de prédilection et lui est lié inextricablement, que cela nous plaise ou non. Si ce n'était pas vrai, les oeuvres du marquis ne seraient jamais rééditées.

Les gouvernements savent très bien combien l'attraction sadique est puissante chez certains êtres, et ils préfèrent la plupart du temps l'utiliser à leur profit plutôt que la contrer vainement. Presque tous les régimes comprennent des groupes à la limite de la légalité et qui ne sont presque jamais sanctionnés pour leurs exactions, ou alors de manière superficielle. Au Brésil, c'était les "escadrons de la mort", le KGB en URSS, et en France nous avons les Black Bocks et les antifas qui assument ce rôle.

Plus prosaïquement, dans la vie de tous les jours, chacun connait des gens dont le seul souci semble être de pourrir la vie de leur voisinage. Le procédé le plus courant est le bruit, que ce soit de grosses sonos de voiture ou d'appartement, parfois on utilise aussi les chiens, il y a ceux qui portent plainte à tout bout de champ pour des motifs futiles comme des réparations, l'imagination peut être très fertile.

Une autre manière de régner sur le domaine public est d'utiliser la tolérance de certaines manifestations en débordant constamment des limites, comme ces mariages arabes avec force cris et pétarades et occupation maximum des rues. Ce n'est évidemment qu'un prétexte pour affirmer leur emprise et leur suprématie sur le quartier.

Quelle solutions ?

La biologie nous apprend qu'il existe deux circuits antagonistes dans l'être humain, le plus connu est celui de la douleur et le second, le circuit dit de récompense. Cependant, leur fonctionnement n'est pas le même, si la douleur est une réponse instantanée dont le but est de permettre de corriger un comportement dangereux, la récompense est plus durable et est capable d'orienter une personne vers des buts positifs pour toute une vie.

L'éducation des enfants devrait être consacrée à éveiller ce circuit de récompense grâce à leur curiosité naturelle. Ce n'est pas évident, car les dispositions et les talents de chacun peuvent être très divers, il faut donc simplement créer les conditions pour que cela arrive, et quand l'enfant se passionne pour quelque chose, c'est le signe d'une éducation réussie.

Quand un musicien crée une oeuvre, qu'un techicien trouve un meilleur procédé qu'avant, qu'un professeur trouve le moyen de transmettre sa culture, ils trouvent une récompense dans ce qu'ils font, et l'instinct de domination passe à l'arrière plan et est complètement occulté, c'est comme s'il n'existait plus.

Le but de la vie n'est pas la recherche de la richesse, ni même du bonheur, c'est l'amélioration de soi-même, chaque petite victoire personnelle nous rend vraiment heureux. Chacun d'entre nous dispose en réalité très peu de choix, même un prince d'Angleterre, nous sommes nés dans un environnement et des conditions auxquelles nous ne pouvons rien. Mais ce que nous pouvons tous faire, c'est nous améliorer.

La personne qui essaie de se rendre meilleure, même si elle est très défavorisée par le sort, a droit à mon plus grand respect, mais pas celle qui pleurniche et qui rejette la faute sur les autres. Car nous sommes tous logés à la même enseigne.


Moyenne des avis sur cet article :  1.33/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • J’ai lu toute la psychanalyse de Sade par Janine Chasseguet-Smirgel. Comment comprendre le nazisme,....


    • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 20 octobre 15:49

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Il y a beaucoup d’écoles de psychanalyse et autant d’interprétations différentes, il est difficile de s’y retrouver.


    • @Gilles Mérivac


      Je m’intéresse à de nombreux domaines et prends un peu partout, c’est normal, ce qui me parle et a été décortiqué dans mes expériences de vies. Connais-toi toi-même. J’ai aussi beaucoup aimé le film : Mon Oncle d’Amérique et les expériences avec des rats confrontés à des double-bind ou situations impossibles. Si la personne n’attaque pas pour s’en sortir, elle tombe malade. Si elle attaque, elle reçoit le retour de bâton de la société,....https://fr.wikipedia.org/wiki/Mon_oncle_d%27Am%C3%A9rique. Affaire Mélenchon. Raison pour laquelle, les maladies psycho-somatiques diminuent considérablement en période de guerre,....

    • @Mélusine ou la Robe de Saphir.


      Mais la présence du chromosome « y », chez l’homme (souvent doublé chez les assassins) a beaucoup à nous dire,....La femme sera toujours plus dans le compromis. L’homme : il faut trancher, choisir,... Y.

    • Sozenz 20 octobre 11:14
      la frontière entre la volonté de puissance et le sadisme étant presque inexistante.
       vous vous trompez de vocabulaire ; il y a une différence immense entre puissance . qui peut etre comparé à la force de l energie vitale autant physique que spirituelle . et le sadisme .

       nombreux sont les personnes qui mélangent tous les aspects ; ne sont pas capables de comprendre leurs émotions , leurs pulsions et les recadrer dans leurs raisons d être .

      « Savez-vous pourquoi les gens aiment la violence ? Parce qu’elle leur permet de se sentir bien. »

      non la violence ne permet pas de se sentir bien ; elle permet , de se protéger elle est vitale < ; mais quand une personne a une conscience , de l empathie elle ne peut pas vouloir passer par cette etape qu ’ets la violence , car elle peut amener la mort d une personne ; et en nous donner lma mort est inscrit normalement comme un acte non viable . c est ce que l on pourrait appeler notre conscience divine . Nous savons que la violence apporte la souffrance , chez l autre et en nous . ne serait que le taux d’ adrénaline dégagée qui a dose fréquente et importante est un poison et provoque des maladies ..


      bien, sur ce, je continue la lecture de votre article .

       

      • Sozenz 20 octobre 11:36

        @Sozenz

        elle ne peut pas toujours passer par cette étape qu ’ est la violence .*


      • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 20 octobre 12:02

        @Sozenz

        J’ai utilisé l’expression « volonté de puissance » faute de mieux, dans ce texte elle est synonyme d’instinct de domination qui est clairement à la base du sadisme, c’est-à-dire réduire l’autre à la soumission.

        Si ce que vous dites sur la violence est vrai, pouvez vous m’expliquer pourquoi il y a tant d’actes de barbarie dans le monde, tant d’égorgements et de meurtres sanglants ? La conscience du bien n’est visiblement pas suffisante à freiner cette tendance.

      • Sozenz 20 octobre 12:13

        @Gilles Mérivac

        il n y a pas de conscience chez ces personnes .....
        ils jne sont pas construits , ou ils ont une déficience psychologique .
        ils sont en dessous du stade animale . desolée de l expression .

        dans le bouddhisme il y a 10 etats . qui va de l etat d enfer à l etat de bouddha .
        des personnes qui se complaisent dans la violence sont dans l etat d enfer ; qui est un etat inferieur à l etat d animal .
        Les Six voies inférieures

        Quels sont donc ces dix états ? Commençons par les six premiers :

        • l’enfer, un état de désespoir dans lequel l’individu est totalement submergé par la souffrance et les pulsions destructrices ;
        • l’avidité, où l’on est tourmenté par une pulsion, un désir ou un manque insatiable, pour lequel on est prêt à tout ;
        • l’animalité, où l’on est dirigé par les instincts les plus basiques, notamment la crainte du plus fort et l’intimidation du plus faible ;
        • la colère, un état caractérisé par l’arrogance, l’esprit de comparaison, de compétition et de domination des autres ; c’est le règne de l’égoïsme, du narcissisme et du conflit.

      • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 20 octobre 14:00

        @Sozenz

        Vous me proposez un modèle descriptif et non un modèle explicatif. Un modèle explicatif doit être universel (comme la gravitation), il faut donc que tout le monde soit sujet aux mêmes pulsions et non seulement une partie d’entre nous.
        Mon hypothèse de base est donc que cet instinct dominateur est universel. En écrivant « ils ne sont pas construits », vous admettez implicitement que la conscience morale et l’empathie ne sont pas naturelles mais qu’elles proviennent de l’éducation, qu’elle soit donnée par les parents ou par l’entourage.
        Comme je l’indique dans ma conclusion, cette éducation masque complètement les pulsions premières en les remplaçant par d’autres pulsions susceptibles d’être mieux récompensées socialement. Évidemment, nous finissons par considérer ces nouvelles tendances comme « naturelles » et dire le contraire peut nous choquer.

      • Sozenz 20 octobre 15:43

        @Gilles Mérivac

        les descritifs que je propose est universel ; comme votre instinct de domination .
         toutes les parties sont inscrites en nous de facon plus ou moins developpées /
        on appelle cela les dix etats ; dans chaque etat il y a les dix etats ; c est a dire que par l un des etat on peut vivre un autre etat ; la conscience de sa violence peut par exemple faire partie de l etat d enfer ( destruction ) ou colère et l etat d etude ;

        les etats ne sont pas permanents , on passe tous par des changement d etat ; joire , trnaquilité , violence , etude etc ... celles ci apparaissent selon differents contextes ; une introspection et un controle sur soi ( ou non , un potentiel personnel innée et ( ou pas ( l environnement , selon ce que la personne va etre plus ou moins influencé par son environnement .

        quand je dis qu ils ne sont pas construit ; c est qu il doit y avoir une prise de conscience a ces principes pour pouvoir les prendre en flag, comme disait mélusine , il y a souvent un besoin d’ expérimentation pour intégrer le principe .

        j ai connu une jeune femme qui n avait jamais connu avant ses ou 26 ans la colère . ce n est pas un etat negatif , il est necessaire et doit etre en equilibre , c est a dire associé à une énergie qui ne correspond pas aux sphères inferieures ;
        cela peut paraitre très compliqué , mais cela reste quand meme quelque chose de très logique , rationnel et intuitif , si on se pose quelques questions sur son propre fonctionnement .

      • Sozenz 20 octobre 15:47

        @Gilles Mérivac

        Comme je l’indique dans ma conclusion, cette éducation masque complètement les pulsions premières en les remplaçant par d’autres pulsions susceptibles d’être mieux récompensées socialement.

        oui , tout au long de notre vie nous faisons des experiences qui vont conditionner nos réactions .

        par contre , selon la nature les aspirations , les désirs de chacun , ce qui motivera une personne ne fonctionnera pas sur une autre

        tout le monde ne veut pas de récompenses sociales.

        là intervient le libre arbitre de chacun à savoir ce qu il veut inscrire en lui....

      • Aéroclette Aéroclette 20 octobre 11:17

        L’instinct de domination est lié aux système grégaire, aux relations sociales. L’orang-outang n’en a pas, le chimpanzé si. Éthologie de base.
         
        Ex :
         
        Un « élève », chance de Mélenchon, braque une pro-fesseuse avec une arme :
         
         « Tu me mets présent ! » 
         
        et « lèche mes boules à l’Elysée, salope ! » aurait ajouté le rappeur transsexuel dealer braqueur à Selfie Macron !
         
        C’est de la relation sociale entainant le respect de la cheffe smiley
         
         
         


        • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 20 octobre 12:06

          @Aéroclette

          « rappeur transsexuel dealer braqueur »

          Tout çà pour un seul homme ? (enfin homme-femme ou femme-homme, je m’y perd un peu)

        • C’est le paradoxe que le pire est souvent proche de l’excellence. Comme la plus belle rose qui pousse sur le fumier. La sublimation des pulsions sadiques font les génies de la peinture ( Delacroix, Picasso,...) et d’excellent chirurgien ou acteur de théâtre. Lire Anne Clancier. C’est dans la minière dont les parents arrivent à canaliser les pulsions sadiques de l’enfant (qui sont aussi des pulsions de survie : mordre dans la vie) que les enfants seront les meilleurs. Celui qui n’a pas été au confronté à la tentation du mal, ne sera jamais ce qu’est le bien. Ne jamais empêcher un enfant de jouer avec des armes factices ou aux indiens. C’est du jeu et cela passe,... C’est la soumission qui est la source des guerres. Une éducation trop empathique et étouffée peut soudain éclater en révolte sanglante et aveugle. Différence entre « maîtrise » ’moi et l’autre, dans le jeu) et « domination » (moi ou l’autre : pas de porte de sortie,...).


          • Ce matin, ma chatte m’apporte fière et avec des yeux amoureux : voici mon cadeau : un rouge-gorge décapité. Merci pour le cadeau. Est-elle sadique ???? Non, c’est dans son instinct. Simplement. Devons-nous la piquer pour « meurtre » animalier ???


            • Sozenz 20 octobre 11:43

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              ne pas confondre l instinct de chasse . pour la survie ;
              la violence entre animaux qui ne va pas jusqu’ à la mort entre meme race .
              et l humain .
              l humain a le choix entre suivre ses instincts sans en comprendre leur sens . soit devenir à l « image de Dieu ».
              depasser le bien et le mal .
              mais comme vous le dites , il faut bien souvent passer par ce vécu physique et émotionnel pour en comprendre toute l ampleur et leur mécanique .
              faut il donc avoir en soi tout le potentiel ( où en avoir conscience ) pour accéder à cette connaissance ;


            • @Sozenz


              Oui, mais pour les éthologiste, de la part d’un chat, c’est une preuve d’amour,...comme quoi,....

            • Sergio Sergio 20 octobre 13:22

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.


              Comment interpréter le geste du bourreau Samson qui montrait à la foule les têtes tranchées, et là si on tente d’analyser cela par rapport aux points d’observation, on n’est pas rendus ! 

            • Sozenz 20 octobre 13:27

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.

              acte d amour , acte de fierté , acte naturel de ramener la proie de la chasse , comme les chattes font pour leur petits , ou peut etre au chef de la maison qu ’ en sait on connaissons nous vraiment les codes que les animaux ont adoptés avec les humains et leur significations ?
               les humains ont dejà du mal a interpréter leurs propres codes ; alors ceux qui ne sont pas de leur race ....


            • @Sozenz


              Vous savez aussi ce qu’il en est chez les humains, de ce que l’on appelle : les cadeaux empoisonnés. L’être humain doit intégrer l’ambivalence. C’est le tout ou rien qui est destructeur. Une mère qui fait les « gros yeux » à son enfant : est-ce de l’amour ou de la haine,...Une mère qui peut supporter cette ambivalence sera toujours une meilleure mère. Ce n’est pas parce qu’on s’est fâchés que le lien est rompu. C’est tout l’art de la relation. Le pire sont encore les non-dits pour maintenir une « fausse paix ». Bien dans l’actu avec Mélenchon,...

            • C’est dans la manière et non minière,...


              • Sozenz 20 octobre 11:31

                Une autre manière de régner sur le domaine public est d’utiliser la tolérance de certaines manifestations en débordant constamment des limites, comme ces mariages arabes avec force cris et pétarades et occupation maximum des rues. Ce n’est évidemment qu’un prétexte pour affirmer leur emprise et leur suprématie sur le quartier.

                est ce un bon exemple , vous ne savez pas ce qui se passe dans la tete des personnes ; vous avez bien lors des matchs de foot des personnes qui font des tours de cons en ville avec leurs voiture et qui klaxonnent. Voilà , ils contents . perso c est vraiment pas mon truc mais voilà . il est toutefois dangereux de donner des interprétations de ce type à tout le monde .

                • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 20 octobre 11:50

                  @Sozenz
                  Je pense que votre second exemple des supporters bruyants est tout à fait similaire au premier, la différence est juste que le supporter n’agit pas de manière consciente mais instinctive. Le but est le même ; prendre possession de la rue.


                • Sozenz 20 octobre 12:20

                  @Gilles Mérivac

                  se faire remarquer . faire partie d une tribu , d un clan , d une bande .
                  c est comme ceux qui mettent la musqiue à fond dans leur voiture bras à la protiere pour se faire remarquer des nanas ;
                   attitude cretine ; mais ils pensent que ça fonctionne... dans le sud on les appelle les kakous .

                  bref , on mettre sa bagnolle , sa joncaille ,

                  apres quand on commence a rentrer dans les petits combats de rue ; où les personnes se battent entre eux pour montrer qu’ ils peuvent se battre ; alors là , oui on peut dire qu’ il y a recherche de possession de territoire ; c est un code très animalier .

                • Sozenz 20 octobre 12:21

                  @Sozenz
                  on montre * on parade


                • Paul Leleu 20 octobre 21:02

                  @Sozenz


                  oui... je trouve l’exemple peu pertinent... 

                  pareil pour le mélange entre le KGB et les black-blocs... c’est pas du même acabit... il y a des pros et des petits amateurs... et puis, le KGB fait partie de l’état lui-même, alors que les escadrons de la mort et les black-blocs sont des organisations externes manipulées par l’état... ce n’est pas de la même nature... et puis on songerait plutôt aux barbouzes gaullistes et autres criminels recrutés par la France, plutôt qu’aux petits zadistes jointés. 

                  mais bon, le fond de l’article est intéressant. 

                • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 21 octobre 08:29

                  @Paul Leleu
                  Vous avez raison, les barbouzes étaient nettement plus indiquées que le KGB qui avait une existence officielle.


                • foufouille foufouille 20 octobre 12:13
                  « Dans une expérience célèbre, Stanley Milgram distribuait des rôles d’enseignant et d’élèves à des volontaires. »
                  sauf qu’elle est un peu truquée.
                  « mais pas celle qui pleurniche et qui rejette la faute sur les autres. Car nous sommes tous logés à la même enseigne. »
                  non, les gens ne sont pas tous identiques. certains seront toujours des dominés. un petit nombre est aussi ni dominant ni dominé.


                  • Paul Leleu 20 octobre 20:42

                    @foufouille


                    oui... l’expérience de Milgram a été critiquée dans sa validité scientifique, sur son protocole... « on » en a fait une immense publicité dans le « monde libre »... 

                    elle renforce l’idée que l’homme est une pourriture fondamentale, un parfait petit capitaliste... bien sûr, on fait semblant de pleurer en énonçant cette thèse comme une confidence... 

                    je pense que la réalité est plus complexe... sans quoi le monde serait un véritable enfer, et la vie ne serait pas parvenue jusqu’à nous... je me demande ce que le sieur Milgram pense de cette simple évidence... 

                  • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 21 octobre 08:37

                    @Paul Leleu

                    Là, vous voyez des choses qui n’y sont pas, le « capitalisme » ne relève pas de cette expérience.
                    Bien sûr que la réalité est complexe, mais le but d’une expérience est de se focaliser sur une partie précise, puisque l’on ne peut pas prendre en compte la totalité. Cependant, je n’ai jamais entendu parler d’une contre expérience, malgré les critiques faites.

                  • foufouille foufouille 21 octobre 11:16

                    @Gilles Mérivac

                    une expérience identique est décrite : tous ceux qui ne sont pas sadiques ou obéissants ne sont pas acceptés. surtout que c’est expliqué au candidat avant, ce qu’il devra faire.


                  • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 22 octobre 08:50

                    @foufouille
                    Auriez-vous une référence plus précise ?


                  • foufouille foufouille 22 octobre 09:49

                    @Gilles Mérivac

                    gruni, il me semble, a fait un article sur agoravox. il y a un lien vers l’étude en anglais.


                  • Sergio Sergio 20 octobre 13:15

                    « Savez-vous pourquoi les gens aiment la violence ? »


                    Parce que, naître c’est violent et vivre, c’est survivre !

                    • @Sergio


                      Exact : tant d’ambivalence dans ce moment traumatique (Ferenczi). Et il n’y a qu’une mince feulle de papier entre la sexualité et la haine. Rendre quelqu’un amoureux, c’est aussi sortir sa fragilité, ce qui est une terrible blessure d’amour propre. Lire de très beau poème : PENTHESILEE. Achille et Penthésilée


                      Penthésilée est reine des Amazones. Lors de la guerre de Troie, elle accourt à l’aide de Priam et elle rencontre Achille...

                      Le combat s’engage, mais quand Achille transperce de son épée Penthésilée, leurs regards se croisent et le héros Grec tombe amoureux de cette femme « digne de lui ». Il éclate alolrs en sanglots. Thersite qui a tout vu se moque alors d’ Achille qui le tue.

                      « Je ne crois pas qu’il existe, dans aucune littérature, une scène plus hardie, plus noble et plus grande que celle de cette rencontre d’Achille et de Penthésilée, de cette rencontre de deux âmes qui se reconnaissent alors qu’il est trop tard, de ce héros qui trouve une héroïne... »

                      Georges MEAUTIS, Mythes inconnus de la Grèce antique, Albin Michel, 1944


                    • Sergio Sergio 20 octobre 14:21

                      @Mélusine ou la Robe de Saphir

                      Le cheval de Troie

                      Sorti des sentiers de l’école,

                      Assis sous un préau rapiécé,

                      Seul, déjà mon esprit s’envole,

                      Libéré, je goutte la liberté.

                      Les beaux voyages de ma jeunesse

                      Sont ceux de mon intime pensée,

                      Et si mon silence est paresse

                      C’est en lecture qu’elle est pardonnée.

                      Des contes et bandes dessinées,

                      Livres fameux de mon ère (aire),

                      Par ses milles batailles racontées

                      Seul, restera celui d’Homère.

                      Je vivais ces combats homériques

                      Mêlant paroles et le sang,

                      Et c’est en découvrant l’historique

                      Que je m’évadais du rang.

                      De l’Iliade et l’Odyssée

                      Aux récits auxquels je crois,

                      Celui qui marqua mes années

                      Sera, le ‘Cheval de Troie’.

                                           Sergio

                        


                    • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 21 octobre 08:26

                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                      Celui ou celle qui connait bien les différentes mythologies peut constater que presque toutes les conflits psychologiques y figurent, avec bien souvent leur solution.
                      A tel point que je me demande si ce n’était pas le but réel recherché par ces récits.

                    • Il y a aussi une autre hypothèse psychanalytique. L’homme est toujours plus proche de sa mère que la fille et donc plus pré-occupé aussi de couper les cordon ombilical, se séparer pour grandir (surtout si le père est dans l’ombre,...). Le moment de cette domination s’inscrit dans la phase que l’on appelle : l’apprentissage à la propreté et le petit garçon peut enfin exercer son pouvoir (en général, puisque s’ajoute aujourd’hui l’homoparentalité par rapport à sa mère. Je ferai ou pas, selon Mon propre désir,.....à l’heure qui me convient. Vient ensuite l’âge où le garçon prend conscience qu’il possède quelque chose que n’a pas sa maman. Et il en est fier en affichant SA domination (écartons le cas des dénis qui sont la porte d’entrée dans la perversion). Remarquez que souvent quand une femme rencontre un homme, elle se sépare généralement de ses amies (erreur), contrairement aux hommes qui continuent (généralement) à rester entre eux : football, bistrot,..je parle de la moyenne. l’homme est plus dans la défusion (y) que la femme. Et si cette fusion (incestueuse) est trop étouffante (immigration massive), les guerres, inévitablement font le travail. Les hommes resteront toujours du côté de la mort et les femmes la vie. Dit sans aucun avis sur la question.


                      • Paul Leleu 20 octobre 20:49

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.


                        je pense que « les femmes » (si cette généralité a un sens) ne doivent pas culpabiliser de « fusionner » un peu avec leur homme... surtout si, comme vous le dites, ce serait un peu dans leur nature... 

                        il faut arrêter d’essayer de se conformer absolument au modèle de « l’autonomie » moderne... les individus sont aussi faits d’inter-dépendances, de manques et de limites... qui leurs permettent de se compléter... l’amour est souvent bancal et imparfait aux yeux des idéologues... 

                        il y a une beauté à se donner « un peu trop »... en tous cas, moi c’est à ce moment là qu’une femme me touche et me conquiert le plus... quand elle « déborde » un peu et commence à me prendre la tête, à me « coller » et me « squatter » un peu... c’est paradoxal, mais c’est ainsi ! ... à ce moment là, elle m’énerve, mais en même temps je commence à la désirer plus violemment (si j’ose dire)... 

                      • @Paul Leleu


                        Merci pour votre commentaire. Cela devient tellement rare. J’ai connu une grande histoire d’amour, il y a longtemps. Hélas, amor fatum, et il est décédé. Avec mon compagnon, c’est synchronistique et télépathique. Donc, surtout très fusionnel pour lui. Mais il a été élevé par son père et déteste l’idée de vivre avec une femme soumise.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès