• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Déployés

JPEG

Employés de bar, employés de l’armée, employés de bowling ou encore employés de centre hospitalier… Ils officiaient toutes et tous bon gré malgré, avec cette particularité commune et néfaste : ils s’étaient oubliés.

Étymologiquement, « employé » vient du latin « implicare », signifiant « plier dans » ou encore « entortiller dans, emmêler », pour de plus en plus s’amalgamer actuellement dans la vie courante, à la conjugaison des verbes ennuyer, bassiner, incommoder, enquiquiner, agacer, désobliger, soûler, contrarier, offenser, emmerder, excéder, accabler et en définitive empoisonner. L’intoxication peut être durable et particulièrement dommageable en fonction du contrat, dont la durée indéterminée peut parfois engendrer d’irréversibles séquelles pour les concernés. Le graal de la sécurité peut alors s’avérer d’une extrême dangerosité, en fonction de leur propension à la peur de l’avenir et d’autant plus s’il ont fait l’erreur de se reproduire. Ainsi vont-ils rester accrochés vaille que vaille à ce CDI, jusqu’à ce que le système d’exploitation se mette à « buguer » en proposant à tous les employés d’être eux-mêmes numérisés, jusqu’à la tentative d’empoisonnement de trop, jusqu’à ce que l’Univers leur envoie la crise politique salutaire, ce miracle du contrôle social inepte à la sauce sanitaire. C’est alors qu’effarés par les concombres masqués et autres épidémies de stupidité, ils se sont réveillés lorsque la médecine vétérinaire s’est soudainement insinuée dans l’entreprise.

Pendant que des dizaines de milliers de non injectés se faisaient brutalement éjecter sans raison tangible, le cheptel hébété se gargarisait de ses droits octroyés par le berger Pfizer, noyé par la solution conformiste qui se répandait dans sa chair collectiviste et désormais sans âme. Sans aucune marque de compassion pour les suspendus qui se balançaient tristement au fil de l’ingratitude et du rejet, les piquousés souriaient niaisement en sirotant le virus de la pseudo-liberté, fiers de pouvoir échapper à la ségrégation et tristement coupés de leurs propres émotions. L’essence même de l’humanité devenait secondaire, dans une confusion sordide entre les mots pervers et solidaire. Mais à la marge, altérité et fraternité grandissaient, soulageant les indignés mis au ban de la société, décuplant leurs capacités à se renouveler pour évoluer. Et dans un sursaut global entre affirmation de soi et soudaines prises de conscience, la préservation de l’intégrité physique devenait alors chemin vers soi. Refuser d’entrer dans l’enclos et de se laisser briser la barrière de la peau, revenait à emprunter le chemin qui mène à l’essentiel, simplement entreprendre une restauration salvatrice de l’estime de soi.

C’est à ce moment précis, à grands coups de fierté bien placée, que le véritable travail commençait à s’accomplir. Avec pour seule et unique priorité la conjugaison du verbe s’épanouir, ils allaient enfin s’attacher à devoir, puis vouloir, pour enfin pouvoir… Se déployer.


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Louis Louis 10 mai 14:54

    très classe votre article sir

    par contre votre profil montre 7 articles déjà refusés !

    La CLASSE c’est Zéro articles refusés

    C’est dur la noblesse

     smiley


    • Sir Sami Rliton Sir Sami Rliton 10 mai 14:59

      @Louis
      Il s’agit du même article refusé 7 fois… Je me suis permis de le proposer à nouveau, dans la mesure où les faits lui donnent raison au fil du temps… Mais il n’a pas été censuré partout. D’ailleurs le voici : 
      https://jdheditions.fr/revues/du-salut-injectable-a-leglise-de-vaccinologie-par-sir-samir-liton/


    • jocelyne 10 mai 15:28

      @Sir Sami Rliton
      vous ne pouvez accepter ou refuser un de vos articles....


    • Sir Sami Rliton Sir Sami Rliton 10 mai 15:29

      @jocelyne
       ???
      Ce n’est évidemment pas moi qui l’ai refusé... 


    • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 11 mai 17:37

      @Sir Sami Rliton
      Cela valait vraiment la peine de le reproposer. Votre article dit beaucoup de choses importantes en peu de mots.
      Merci.

      Cordiales salutations


    • Sir Sami Rliton Sir Sami Rliton 11 mai 21:00

      @cettegrenouille-là
      Merci à vous... Cordiales salutations également...


    • I.A. 11 mai 11:13

      Oui-mais-non : je connais des employés non vaccinés, comme des employeurs, des chômeurs et des artisans vaccinés.

      Il existe même des vaccinés totalement épanouis (sachant qu’« épanoui » ne veut pas dire « clairvoyant ». Ni « demeuré », d’ailleurs).

      Et que dire des non-vaccinés non accomplis ou ronchons ???

      Tiens, ça me fait penser à cette histoire de papa à poux et de papous papas... Arf !!



      • Adèle Coupechoux 11 mai 11:24

        Joli et triste votre billet.

        Gardons encore espoir. C’est une répression quasi mondiale avec la complicité très active de l’Europe.

        https://blogs.mediapart.fr/michele-rivasi/blog/060522/les-contrats-de-vaccins-covid-19-mal-negocies-entre-l-europe-et-les-laboratoires

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité