• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Disparitions d’enfants : état des lieux

Disparitions d’enfants : état des lieux

La cas médiatisé de la petite Maëlys, 9 ans, disparue le 27 août dernier à l’occasion d’une fête de mariage en Isère, est malheureusement emblématique d’un mal relativement invisible mais assez courant de notre société et qui constitue le cauchemar de tout parent : la disparition d’enfant.

Selon les chiffres du Ministère de l’Intérieur cités par Libération, 49 347 mineurs auraient été inscrits au Fichier des Personnes recherchées en France en 2016, des chiffres qui seraient en augmentation depuis plusieurs années. Si dans la très grande majorité des cas il s’agissait de fugues (48 156 personnes), 497 cas ont été classés en tant qu’ « enlèvements » ou « détournements », souvent « parentaux », alors que 687 cas relèveraient de « disparitions inquiétantes » comme elles sont dénommées pudiquement. Selon le site 25mai.fr ( du nom de la journée internationales des enfants disparus) qui nous rappelle que la loi définit toute disparition de mineur comme « inquiétante », une disparition le serait « particulièrement » si :

  •  La personne a moins de 13 ans
  • La personne disparue présente un handicap mental ou physique ou manque d’autonomie
  • La personne disparue suit un traitement médical ou doit prendre des médicaments
  • La personne disparue se trouve peut-être en danger de mort
  • La personne disparue se trouve peut-être en compagnie de tiers qui pourraient constituer une menace pour son bien-être ou risque d’être la victime d’un fait délictueux
  • L’absence de la personne est en contradiction avec son comportement habituel

 

Alerte Enlèvement

Le dispositif « Alerte enlèvement » du ministère de l’intérieur, qui n’a pas été déclenché pour Maëlys, et qui est d’ailleurs utilisé rarement (seulement 21 alertes depuis 2006), fait lui aussi l’objet de conditions particulières pour se mettre en route :

« 4 critères de déclenchement :

  • Il s’agit d’un enlèvement avéré et non d’une disparition, même inquiétante,
  • la victime est mineure,
  • la vie ou l’intégrité physique de l’enfant est en danger,
  • le procureur dispose d’informations dont la diffusion peut permettre la localisation de l’enfant et/ou de son ravisseur.

Même si les 4 critères sont réunis, le procureur de la République peut décider de ne pas déclencher une Alerte Enlèvement s’il estime que sa diffusion peut mettre en danger la vie de l’enfant.

Chaque fois que cela est possible, l’accord des parents doit être sollicité préalablement au déclenchement du plan Alerte Enlèvement. » (source ministère)

 

Malgré tout, au vu de ces chiffres annuels importants, on pourrait se demander pourquoi l’alerte est si peu déclenchée. Selon Eric Maillaud, procureur de la république de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)

 "L'alerte enlèvement ne doit pas être utilisée trop souvent, sous peine de devenir tellement banale que plus personne n'y porterait attention, et on est toujours plus prudent dans le cadre d'un conflit entre deux adultes qui se disputent au sujet d'un enfant" (source francetvinfo)

Reste à savoir à partir de combien d’alertes franchit-on le seuil de banalité…

 

Résolution des enquêtes

Selon Libération il y avait près de 12 000 enquêtes en cours pour disparitions d’enfants début janvier 2017 dont on a vu la large proportion de fugues (90%), qui pour dans les deux tiers des cas seraient résolues dans les 3 mois (un tiers dans les 48h). Un commissaire de police déclarait en 2013 que 99 % des fugueurs étaient finalement retrouvés (20 minutes), ce qui paraît important mais laisserait selon nos calculs près de 500 mineurs dans la nature, qui d’après la Fondation pour l’Enfance seraient 9 fois plus sujets aux suicides que les autres, un fugueur sur 8 ferait appel au vol pour survivre, un sur 12 serait sujet à différentes formes d’abus. Pour information, chaque année, plusieurs centaines de corps non-identifiés (majeurs et mineurs) seraient enterrés « sous X ».

 

Concernant les affaires de disparitions inquiétantes il semble que la quasi totalité des cas soient élucidés en France, la plupart dans les 48 h. Ce qui ne laisserait, selon les sources récoltées, qu’un seul cas réellement problématique (non retrouvé) en moyenne par an, c’est à dire peu, même si déjà trop pour les familles touchées.

 

Ces statistiques pourraient donc corroborer le relativement faible nombre de personnes officiellement recherchées par les autorités.

Si le site du Ministère de l’intérieur dédié aux avis de recherches, qui centralise les données, est actuellement indisponible, il recensait 137 mineurs en 2015, dont certains comme david, disparu depuis 33 ans.

http://www.avisderecherches.interieur.gouv.fr/

 

Celui de la Police judiciaire présente actuellement lui 13 mineurs

http://judiciaire.gendarmerie.interieur.gouv.fr/judiciaire/

 

Quant à interpol, l’agence parle de 35 personnes

https://www.interpol.int/notice/search/missing/(offset)/27/(Nationality)/173/(current_age_maxi)/18/(search)/1

 

Le site de l’association du 25 mai dresse une carte référençant, elle, 37 enfants recherchés

http://www.25mai.fr/les-disparus/carte-des-disparitions-denfants.html

 

 

Une question demeure néanmoins, qu’arrive-t-il aux quelques enfants disparus de manière inquiétante et qui ne sont pas retrouvés dans les 48 h ? Combien sont-ils précisément ? Sont-ils retrouvés vivants et si oui comment ont-ils survécu ? Nous avons essayé de contacter 2 associations spécialisées dans la disparition d’enfants pour obtenir des indications mais elles n’ont à l’heure actuelle pas répondu à nos sollicitations.

 

Alors, quelles sont donc véritablement les causes d’une disparition inquiétante ?

Si dans le cas d’une disparition, la thèse de l’enfant qui se serait perdu par inadvertance, ou immobilisé quelque part parce qu’il se serait blessé ou en raison d’un incident quelconque est probablement envisagée en priorité par les autorités, la piste de l’enlèvement doit aussi être rapidement prise en compte par les enquêteurs.

Une étude britannique (Taken : a study of child abduction in the UK) assez complète de 2013 permet de nous donner des indications assez intéressantes sur les chiffres et les motivations inhérentes à de tels méfaits :

« Les enlèvements par des auteurs non-familiaux sont divers en nature : Boudreaux et al. (2000) cite la recherche de satisfaction sexuelle, le gain financier, la rétribution, le désir de posséder un enfant et le désir de tuer comme les motivations d’abductions non-familiales aux USA. Erikson et Friendship (2002) découvrirent que 82 % des 149 délinquants reconnus coupables d’enlèvements en Angleterre et Pays de Galles entre 1993 et 1995 étaient des ravisseurs non-familiaux. 60% d’entre eux étaient motivés par le sexe.

Finkelhor et al. (2002), rapporte que deux-tiers des victimes d’enlèvements non familiaux aux USA étaient des filles, reflétant la fréquence du motif de l’agression sexuelle. 80% des victimes étaient au dessus de 12 ans, et presque 60% entre 15 et 17 ans. La majorité des victimes étaient enlevées par une personne connue de l’enfant, incluant les amis, les connaissances anciennes, les voisins, les personnes d’autorité, les responsables ou des babysitters. L’auteur était un étranger seulement dans un tiers des cas »

« Gallagher et al. (2008) ont rapporté que presque toutes les victimes de tentatives d’enlèvements ou d’enlèvement réussis ont été approchées par l’auteur à l’extérieur, en présence d’autres personnes, dans la rue, un parc ou un magasin. Presque ¾ étaient avec d’autres enfants ou adultes au moment du délit. Le motif des crimes perpétrés par un étranger, en particulier pour les tentatives d’enlèvements est souvent difficile à déterminer avec certitude. Cependant, une large proportion est suspectée d’être motivée par des raisons sexuelles. (ibid. ; Newiss and Fairbrother, 2004 ; Bourdreaux et al., 1999).

 

«  Enlèvements d’enfants et homicides (aux USA) :

Seulement une petite proportion de tous les enlèvements se finissent par un homicide. Les découvertes de NISMART-2 évoquent 115 enlèvements typiques rapportés par la police en 1997 (cela se compare aux 58 000 victimes d’enlèvements non-familiaux). 40% des victimes d’enlèvements typiques furent tuées (Finkelhor et al., 2002). Hanfland et al. (1997) ont rapporté que les adolescentes (âgées de 13 à 17 ans) étaient plus susceptibles d’être tuées après un enlèvement, suivies par les filles plus jeunes(1- 12 ans), puis les garçons plus jeunes et enfin les garçons adolescents . »

Le rapport précise qu’il n’y a pas de données comparables en Grande Bretagne (apparemment non plus en France à notre connaissance), et que si d’après les rapports de police annuels anglais les homicides d’enfants par un inconnu se comptent sur les doigts de la main, ceux survenant après un enlèvement demeurent non référencés mais restent selon toute vraisemblance infimes.

 

Qu’en est-il des enlèvements pour exploitation sexuelle ?

Le rapport nous précise que de tels enlèvements( qui ne sont pas toujours perçus comme tels par des victimes souvent vulnérables économiquement, émotionnellement et socialement) peuvent se produire dans le cadre de relations inappropriées, avec des personnes significativement plus âgés, des « petits amis » ou camarades mal intentionnés. Ce petit monde n’hésitant pas à user de coercition, d’intimidation et de violence pour maintenir leurs proies sous influence. Lorsqu’il s’agit de gangs, les services sexuels peuvent être monnayés contre une certaine protection et autres avantages et les rebellions punies parfois par de véritables kidnappings et/ou viols. Il y aurait eu 575 victimes d'exploitation en 2011 en Angleterre.

 

Les réseaux pédo-criminels

Lorsque le mineur n’est pas retrouvé, la question des trafics d’enfants et des réseaux pédo-criminels peuvent nous traverser l’esprit. Combien d’enfants disparus alimentent les réseaux ? Probablement peu au vu des statistiques et des informations qui nous sont données, en tout cas par le biais des rapts, surtout dans nos pays relativement bien surveillés, mais peut-être plus dans des pays moins contrôlés ou parmi des populations plus vulnérables (pauvreté, guerre, insécurité, absence de papiers ou de recensement,…) même s’ il semble difficile d’obtenir des données assez précises sur le sujet.

 

Les démantèlements réguliers de réseaux pédophiles mais aussi de plates-formes internet pédo-pornographiques témoignent malgré tout de la présence et de l’étendue bien réelles de ces filières, qui impliquent des dizaines, des centaines voire milliers d’enfants à l’échelle internationale.

 

A titre d’exemple, en 2013 :

  • 386 mineurs furent libérés après le démantèlement d'un réseau pédophile mondial. Trois cent quarante-huit personnes ont été interpellées dans le monde, dont des religieux, des enseignants et des personnels de santé.

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/11/14/un-vaste-reseau-pedophile-demantele-par-la-police-canadienne_3514262_3222.html

 

  • On se souvient du scandale de pédophilie impliquant 1400 enfants sur une période de 16 ans Angleterre alors que les autorités policières étaient au courant.

 http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/scandale-pedophile-en-angleterre-pres-de-1400-enfants-abuses_1570811.html

  • Tout comme dans le milieu du football :

http://www.france24.com/fr/20161130-scandale-pedophilie-football-angleterre-justice-bennett-chelsea-manchester-city

  • Et on ne parle pas des multiples scandales de pédophile dans l’Eglise catholique...

 

  • Plus récemment, en 2015 : Réseaux pédophiles au Royaume-Uni : plusieurs centaines de milliers de victimes potentielles. Scotland Yard a fait sensation mercredi en révélant l'ampleur de ses enquêtes sur des abus sexuels, qui impliqueraient également des personnalités politiques.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/05/20/plus-de-1-400-suspects-identifies-dans-un-reseau-de-pedophilie-au-royaume-uni_4637103_3214.html

 

 

Cette année :

 

 

 

On peut d’abord se demander pourquoi ce type d’informations ne fait pas plus souvent les unes des médias et des 20h étant donné l’ampleur et la gravité du phénomène, et dans un second temps, d’où viennent tous ces enfants puisqu’on nous dit qu’en France les disparitions inquiétantes sont quasiment toutes résolues ?

Sont-ils issus des trafics internationaux, de la fugue ou de populations invisibles des radars ? Les enfants sont-ils recrutés dans des familles ou entourages corrompus dont les parents n’hésitent pas à faire de leurs progénitures des esclaves sexuels ? Des mineurs font-ils partie de réseaux sans qu’ils ne puissent le dénoncer ? Suppositions...

 

Les enfants migrants non surveillés, cible privilégiée ?

Europol nous alertait en tous cas sur les 10 000 enfants migrants récemment disparus des radars sur le territoire européen en l’espace de 2 ans, dont une partie pourrait alimenter le développement d’une « infrastructure criminelle » paneuropéenne sophistiquée tirant partie de la crise migratoire et fonctionnant sur l’esclavage et le commerce du sexe.(source le figaro/europol)

France 24 précisait que « les ONG craignent également que ces mineurs vulnérables alimentent les filières de trafic d’organes. Certains d'entre eux pourraient aussi avoir été recrutés de force pour effectuer des menus larcins ou utilisés comme une main d’œuvre à très bas coût dans les arrières cuisines ou les ateliers clandestins de confection, a constaté l’association Save the children en Italie, où des disparitions d’enfants réfugiés ont également été constatées. »

 

Des taux de tentatives d'enlèvement élevés dans la population

Si les réseaux criminels (dont la nature et la diversité ont déjà fait l’objet d’articles sur agoravox ou autres, mais aussi de rares livres ou reportages) recruteraient à priori essentiellement parmi les populations vulnérables (milieux défavorisés, sans-papiers, migrants non surveillés…), des sondages effectués auprès des enfants britanniques demeurent néanmoins assez troublants :

Une enquête effectuée auprès d’enfants et de jeunes adultes en Grande Bretagne en 2011 et qui vient étayer le rapport Taken précédemment évoqué, nous donnent ainsi un aperçu d’une menace, qui même si elle ne se traduit pas forcément par une disparition, une agression, ou un homicide, témoigne malgré tout de son ampleur.

Il a ainsi été demandé aux sondés, si durant leur enfance, quelqu’un avait déjà essayé de les kidnapper :

Réponse affirmative pour :

  • 0.2 % (1 sur 500) des enfants de moins de 11 ans ;
  • Idem pour 1.9 % (1 sur 53) des 11 à 17 ans ;
  • et 2.1 % (1 sur 48) des 18 – 24 ans

La moitié des tentatives d’enlèvements étaient faites par des personnes étrangères. L’autre moitié par des membres de la famille, ou des adultes connus non-résidents (voisins, amis de la famille,…) ou d’autres jeunes.

 

Dans la même veine l’Université de Huddersfield interrogea en 1996/7 un panel de 2 420 enfants âgés de 9 à 16 ans du nord-west de l’Angleterre pour savoir si, quand ils avaient été loin de leur maison, un étranger avait déjà essayé de les emmener avec eux sans leur consentement.

1,7 % répondirent par l’affirmative, 0,2 % déclarèrent que leur agresseur réussirent à les emmener, les ¾ de ces derniers furent victimes d’agression sexuelle.

L’auteur de l’enquête découvrit par ailleurs que 60% des victimes de tentative d’enlèvement ne déclarèrent pas l’incident à la police.

 

Le péril d'Internet

On pourra rajouter au danger de la rue celui que constitue dorénavant internet dont on a vu qu’il était à l’origine de beaucoup d’arrestations actuellement. Les autorités nous mettent ainsi en garde particulièrement contre l’émergence des phénomènes de live-streaming par le biais du dark-net qui consiste à filmer en direct l’agressions de mineurs moyennant finance, ainsi que les pratiques de sextorsions, ou chantage sexuel à distance sur mineurs qui témoignent des multiples canaux par lesquels les pédophiles peuvent maintenant soulager leurs pulsions de manière anonyme sans avoir à séquestrer nécessairement des enfants.

 

Certaines associations de défense de l’enfance dispensent à ce titre des conseils afin que les enfants et les adolescents puissent être sensibilisés et protégés :

Que ce soit dans la rue lorsqu’ils sont seuls, ou lorsqu’ils utilisent internet.

 

On n’oubliera pas que beaucoup de pédophiles pratiquent toujours le tourisme sexuel, tristement devenu à la mode avec la mondialisation et les voyages à destination principalement des pays sud-est asiatiques.

 

Abus sexuel : l'entourage première menace

En dépit de tout cela, il faut savoir, on l’a évoqué, que les atteintes sexuelles ne viennent pas nécessairement d’inconnus ou de criminels. Une étude réalisée par l’association Mémoire Traumatique et Victimologie, avec le soutien de l'UNICEF France, relatée par le Huffington Post révélait “qu’une femme sur cinq et un homme sur quatorze déclarent avoir déjà subi des violences sexuelles. Dans 81% des cas, les victimes sont des mineurs. Dans 94% des situations, les agresseurs sont des proches. »

 

Le Conseil de L’Europe précise lui aussi que “les données disponibles suggèrent que près d’un enfant sur cinq en Europe est victime d’une forme de violence sexuelle. Il est estimé dans 70 à 85% des cas que l’agresseur est quelqu’un que l’enfant connait et en qui il a confiance. La violence sexuelle enfantine peut prendre de plusieurs formes : abus sexuels au sein du cercle familial, pornographie enfantine et prostitution, corruption, sollicitations via internet et agressions sexuels par des pairs.”

 

 

Liens sites et assos sur les disparitions d’enfants :

Numéro 116 000

"Le CFPE-Enfants Disparus invite tous les média à communiquer largement sur le 116000, numéro européen de téléphone gratuit disponible 7/7j et 24/24h en métropole et dans les DOM pour toutes les disparitions d’enfants : fugue, enlèvement parental, disparition inquiétante."

http://www.116000enfantsdisparus.fr/presentation-du-116-000/partenaires.html

 

Aide aux Parents d'Enfants Victimes

http://www.apev.org/index.php?op=edito

La Fondation Agir Contre les Disparitions d’Enfants, sous égide de la Fondation pour l’Enfance

http://www.agircontrelesdisparitions.org/

 

Journée internationale des enfants disparus

http://www.25mai.fr/

 

Fondation pour la Recherche d’Enfants Disparus, International

http://www.fredi.org/

 

https://manuassociation.org/

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 1er septembre 08:56

    Tous les pédophiles devraient finir contre un mur avec douze balles dans la peau !


    • Agafia Agafia 1er septembre 16:18

      @bob14

      Une seule dans la nuque suffirait. Faut économiser.

    • zygzornifle zygzornifle 1er septembre 09:00

      avec tous les gosses migrants qui débarquent en France et disparaissent a tour de bras les réseaux de prostitutions et autres se multiplient le tout sous l’œil torve du gouvernement qui sait mais ne bouge pas , c’est vrai qu’il est plus facile de réagir face a des manifestants que face a ces marchands de chair ......


      • Philippe VERGNES 1er septembre 10:31

        Un sujet délicat difficile à présenter et pourtant bien traiter. Bravo !


        • troletbuse troletbuse 1er septembre 12:19

          Bizarre, en France, il n’y aurait pas de pédophiles vu qu’aucun réseau n’est trouvé à part Outreau qui n’en était pas un


          • rugueux 1er septembre 12:25

            Magnifique exemple de journalisme mitoyen !

            Ou l’art de parler pour ne rien dire, quasiment chaque affirmation de cet article indigent est au conditionnel...ça laisse rêveur !


            • Cali Cali 1er septembre 13:07

              @rugueux


              C’est incroyable comme il se trouve toujours un idiot de service pour formuler une critique misérable... Je n’en reviens pas... Pourtant l’article est excellent, en le lisant je me disais « mais combien de liens, de références y a t-il vers des sites d’informations, de polices, de gouvernements.. quel travail !!... »

              Mais non ! il y a LE zozo (que fait cet imbécile sur AgoraVox ?) qui trouve quand même à redire... C’est incroyable... (Qui n’a jamais rien écrit, bien entendu qui en douterait) Sa critique ? il voudrait des affirmations ( smiley ... ) sur un sujet par definition infiniment occulte... Un crétin.

              En tout cas bravo Elixir ! pour ce sujet pénible traité de façon magistrale, aussi sérieusement voir mieux qu’un « journaliste accrédité » que semble défendre notre rugeux bec et ongle et contre toute évidence.

            • Robert Lavigue Robert Lavigue 1er septembre 15:27

              @Cali

              sur un sujet par definition infiniment occulte

              Dois-je comprendre que quelques initiés mitoyens auraient réussi ou seraient sur le point de percer ce mystère infiniment caché ?
              tout ça à l’aide de quelques conditionnels, de liens plus ou moins pertinents, de quelques approximation et de simples règles de trois !


            • onesime leufeross onesime leufeross 1er septembre 17:43

              @Robert Lavigue
              M’enfin Lavigue ne voyez vous pas toute la sagesse ancestrale et hautement initiée de Cali .
              Ne voyez vous que sa sagacité a su reconnaitre l’article qui , hors des sentiers battus de la presse « mainstream », apporte les vérités « citoyennes dont nous sommes trop souvent privés....
              .

              • ___  »En tout cas bravo Elixir ! pour ce sujet pénible traité de façon magistrale, aussi sérieusement voir mieux qu’un « journaliste accrédité » que semble défendre notre rugeux bec et ongle et contre toute évidence".

              Quant à ce Rugueux je le vois mal parti , lui qui ne bénéficie pas des mêmes lumières citoyennes et qui à dire vrai semblent les prendre pour ce qu’elles sont....

              Juste ce qu’elles sont.


            • Elixir Elixir 1er septembre 12:47

              @rugueux

              Comme on dit la critique est aisée l’art est difficile. Merci pour vos encouragements constructifs et votre rappel des règles journalistiques, j’essaierai de mieux faire la prochaine fois...

              Je vous aiderai aussi pour votre prochain article, s’il « devait » arriver un jour... ;)



              • Mister hyde 1er septembre 13:00

                @Elixir

                Haha c’est bien dit ça elixir , la plupart venant nous insulter de paranoiaque et d’allumé sur nos textes faisant fi de notre temps passées et motivations gratuites a faire prendre conscience a nos camardes , n’ont jamais pris deux minutes de leur temps , pour faire ça, c’est bien envoyé. Merci pour votre texte.

              • sirocco sirocco 1er septembre 13:02

                @Elixir

                De l’« art » ?!! La modestie ne vous étouffe pas. Dites-nous plutôt qui vous l’a commandé.


              • Balamou Balamou 1er septembre 15:02

                @Elixir
                l’art est difficile


                ta raison ma poule enfin t’es plus proche d’ici paris ou de détective que du prix Albert
                Londre hein , t’es ici sur agoravox hein pas dans le Time ni même libé qui est pourtant un torchon.
                Dis moi tu crois que tes 5/6 billets pondut ici te donne le statut d’écrivain ,
                 outre que c’est un rien
                fumier de se faire mousser sur la disparition en cours d’une gosse ton articulet présent est remplis de supputation bref article putassier !Et de mon avis la plupart
                des approbateurs ont laissé leur empathie naturelle pour cette gosse l’emporter sur leur aptitude a repérer un nécrophage 

              • Robert Lavigue Robert Lavigue 1er septembre 15:29

                @Balamou

                des approbateurs ont laissé leur empathie naturelle pour cette gosse l’emporter sur leur aptitude a repérer un nécrophage

                Les mêmes approbateurs ont bien validé un narticle sur la momification de Diana !


              • Elixir Elixir 1er septembre 17:39

                @Balamou

                « La critique est aisée l’art est difficile » est une expression connue de la langue française pour exprimer le fait qu’il est souvent plus facile de critiquer le travail de quelqu’un d’autre, plutôt que de le faire soi-même. Un peu comme « l’inspecteur des travaux finis ». Cela ne veut pas dire que je considère mon article comme de l’art, loin de là, je suis pas journaliste, encore moins écrivain, et comme toi je fais des fautes d’orthographe, mais je pense qu’écrire est à la portée de tous, il suffit juste de passer un peu de temps et d’avoir de l’intérêt pour un sujet.

                j’espère que tu partageras un jour ton travail aussi avec les autres et qu’ils t’aideront à progresser, sans passer par le mépris, l’insulte et la condescendance,ce jour là aussi, mettras-tu aussi un peu d’eau dans ton vin.

                Mis à part çà je prends en compte tes remarques, même si j’ai du mal à distinguer ce qui ressort de l’insulte gratuite ou de la remarque constructive.










              • sirocco sirocco 1er septembre 12:56

                Cet article dénué de faits précis et plein de suppositions n’est qu’un épouvantail bon marché. Il n’est là que pour détourner notre indignation de la casse sociale actuellement opérée par l’équipe Macron. C’est le genre de sujet bateau qui fleurit à chaque fois qu’un gouvernement s’en prend aux citoyens pauvres en cherchant à les précariser toujours davantage.


                • Cali Cali 1er septembre 13:10
                  Ha ben non... Apparemment il y en a plusieurs des zozos... On est mal.


                • lionel 1er septembre 13:32

                  @sirocco
                  Macron ne fait que continuer le travail de ses prédécesseurs.
                  Il est tout autant légitime de s’indigner de la casse sociale que de la pédophilie des élites et de leur réseau, que de la France a fric, que du nouvel ordre mondial, des vaccins, de la puce RFID.... que l’on veut nous imposer etc..etc.
                  Mais pour nier la pédophilie, à notre époque, il faut quand même avoir perdu une bonne part de son humanité.
                  Ce n’est pas parce que nous ne sommes pas informé par nos médias, et nous savons pourquoi, que les faits n’existent pas.
                  Ces chiens de garde du net sont d’un pitoyable !!!

                   


                • Agafia Agafia 1er septembre 16:20

                  @Cali

                  Ils font peut-être partie des salopards dont il est question ... Alors ils enfument.


                • Mister hyde 1er septembre 17:33

                  @Agafia

                  Vous en faites pas les gars , si un jour ou l’autre le vent venait a tourner, toutes ces petites putes du système du genre sirocco elle ont intérêt a se cacher, car personnellement le jour ou on renversera la table , ce genre d’idiots utiles, je serais bien plus sévère avec eux qu’avec les comploteurs qui ne font qu’agir dans leur intérêt , et le jour ou on les attraperas , on leur fera subir la même chose qu’ils ont niés pendant des années.

                • Armelle Armelle 1er septembre 17:37

                  @sirocco
                  « ...de la casse sociale actuellement opérée par l’équipe Macron »
                  Ha bon ? Où ça ?
                  Ha c’est sûr, les gauchistes risquent d’être passablement bousculés quand on perçoit l’ampleur de la chasse à la médiocrité qui va s’engager maintenant. Je comprends par exemple que certains salariés « jenfoutre » et planqués derrière cette surprotection salariale ne soient plus à l’aise et si bien protégés, ce qui vous aigrit jusqu’à vous rendre abjecte car le rapprochement que vous faites est tout simplement « à chier ».
                  Bah oui mon gars, notre société risque bien de changer, c’est fini le front populaire !!! Réveille-toi !!! et il va être grand temps que les gens deviennent responsables !!!
                  La nature fera donc son boulot, elle écartera les nuls et récompensera les autres...
                  ça fait mal hein ? Bah oui je sais, j’imagine votre désespérance !!! Alors pensez à l’enthousiasme des autres, ça vous fera du bien et ça vous évitera peut être de raconter des conneries !!!
                  Bon courage vous risquez d’en avoir besoin semble t-il


                • Armelle Armelle 1er septembre 17:49

                  @sirocco
                  En tout cas, que de donner plus d’importance à tes petits problèmes politiques et tes craintes de perdre qqes acquis plutôt qu’au sujet de l’article en le critiquant comme tu le fais, montre bien finalement qui tu es !!! Les types comme toi se reconnaissent à des km, alors je ne te souhaite pas un jour que le vent tourne vraiment car tu pourrais te retrouver avec tes rognons dans la bouche !!! ça t’éviterait de dire des conneries en plus...
                  Par hasard te sentirais-tu concerné par l’article ? ( pas en tant que victime bien sûr) !!!


                • Djam Djam 1er septembre 13:10

                  La pédo criminalité ne date pas d’hier. J’invite ceux que ça intéresse à écouter l’une des conférences de Marion Sigaut, historienne spécialiste du 18ème, ostracisée par les médias officiels parce qu’éditée par KontreKulture, la maison d’édition du sulfureux Soral dont certain affirment qu’il serait le diable :->
                  Cette conférence est celle sur l’affaire de l’agresseur du roi qui fini condamné pour « tentative de meurtre sur la personne du roi »... il a effectivement tenté de le poignarder... mais dans l’affaire, lorsqu’on se penche sur le dossier conservé aux archives nationales, on découvre - ô surprise - que l’agresseur était père d’une enfant qui travaillait dans l’entourage du roi et qui, comme d’autres, subissait vraisemblablement les avances de ces messieurs de la cours.
                  Il faut également s’intéresser aux enfants de l’Assistance Publique de Paris, lieu connu pour garder les enfants naturels sans parents et qui disparaissent curieusement des listes d’enregistrement de l’établissement sans que la république ne fasse d’enquête...

                  On rappeler également qu’ils sont encore assez nombreux les admirateurs du sieur Sade, lequel était une sorte d’initié (déjà à l’époque) par des réseaux où l’on pratiquait (déjà aussi) l’abus et les violences cruelles sur enfants... au nom de la recherche d’une puissance énergétique par actes sacrificiels sur enfants.

                  Se pencher aussi sur les bien étranges rites d’initiation de sectes, pourtant très « tendances » aux USA, comme la Skull & Bones, le Bohémian Club et certaines loges particulières de la (pas franche du tout) maçonnerie...

                  Un détail intéressant :
                  La science vient de confirmer que l’injection de sang d’enfant très jeunes était bien l’un des moyens de régénérescence les plus efficaces qui soit pour un humain un peu affaibli... certains sportifs ont « bénéficient » de ce remède pour augmenter leur énergie...

                  A méditer...


                  • sirocco sirocco 1er septembre 17:27

                    @Djam

                     
                    Vous avez de curieuses lectures... C’est ça qu’il vous faut pour vous « stimuler » ?


                  • rugueux 1er septembre 13:37

                    @l’auteur

                    Ma question demeure pourquoi les conditionnel dans presque toutes vos assertions ?

                    Auriez-vous des difficultés à comprendre l’usage des différents modes de conjugaison ?

                    Le conditionnel s’utilise pour exprimer ou souhait ou une hypothèse...entre autres....

                    Je vous cite :

                    Un commissaire de police déclarait en 2013 que 99 % des fugueurs étaient finalement retrouvés (20 minutes), ce qui paraît important mais laisserait selon nos calculs près de 500 mineurs dans la nature, qui d’après la Fondation pour l’Enfance seraient 9 fois plus sujets aux suicides que les autres, un fugueur sur 8 ferait appel au vol pour survivre, un sur 12 serait sujet à différentes formes d’abus. Pour information, chaque année, plusieurs centaines de corps non-identifiés (majeurs et mineurs) seraient enterrés « sous X ».

                     Concernant les affaires de disparitions inquiétantes il semble que la quasi totalité des cas soient élucidés en France, la plupart dans les 48 h. Ce qui ne laisserait, selon les sources récoltées, qu’un seul cas réellement problématique (non retrouvé) en moyenne par an, c’est à dire peu, même si déjà trop pour les familles touchées.


                    Il parait...que selon nos calculs ça laisserait...seraient...serait...seraient enterrés...il semble...laisserait selon les sources....Conditionnel partout et verbes d’état exprimant le doute !


                    Je crois que comme dans le sketch de Coluche vous vous autorisez à penser que selon les sources plusieurs centaines de corps seraient....


                    • Elixir Elixir 1er septembre 18:18

                      @rugueux

                      Je prends des précautions oratoires car j’ai appris à faire attention avec les chiffres qui nous sont donnés. Si vous doutez de ceux-ci, j’ai fourni tous les liens pour les vérifier.

                      Néanmoins je ferai attention, si j’écris un autre article, à ne pas trop en abuser...

                    • zygzornifle zygzornifle 1er septembre 15:53

                      En tout cas j’ai mal a mon âme pour ces pauvres petit gosses et il y en a certainement un bon paquet qui ne feront jamais la une des médias , pauvres gosses des rues j’avais vu qu’il y en avait des milliers en France , quand je vois les politiques a la télé surfer sur les merdes quotidienne j’ai envie de leur arracher les yeux pour qu’ils ressentent la misère du bout de leurs nerfs optique......


                      • Agafia Agafia 1er septembre 16:24

                        Merci Elixir de nous rappeler ce que beaucoup cherchent à enterrer.


                        • onesime leufeross onesime leufeross 1er septembre 17:10

                          Le journalisme citoyen
                          .

                          "Dans la même veine l’Université de Huddersfield interrogea en 1996/7 un panel de 2 420 enfants âgés de 9 à 16 ans du nord-west de l’Angleterre pour savoir si, quand ils avaient été loin de leur maison, un étranger avait déjà essayé de les emmener avec eux sans leur consentement.

                          1,7 % répondirent par l’affirmative, 0,2 % déclarèrent que leur agresseur réussirent à les emmener, les ¾ de ces derniers furent victimes d’agression sexuelle« .

                          .

                          À la question

                          .

                          • ____ 1,7 % répondirent par l’affirmative => 41,14 enfants disent oui
                          • _____ 0,2% furent emmenés ==> moins de 5
                          • _____ 3/4 victimes d’agression ==> entre 3 et 4 enfants victimes d’agression

                          ....

                           »L’auteur de l’enquête découvrit par ailleurs que 60% des victimes de tentative d’enlèvement ne déclarèrent pas l’incident à la police."

                          a) 60% des 41 enfants ????

                          ou

                          b) 60% des moins de 5..... ????

                          ....

                          Quand on veut affoler la foule rien de mieux que de la noyer sous les chiffres....Mais il arrive un moment ou trop de précision chiffrée produit l’inverse....

                          a) 25 enfants et/ou leurs familles ne sont pas aller à la police porter plainte pour....pourquoi au fait ?

                          b) 3 enfants auraient été victimes , se seraient confiés aux enquêteurs de l’université mais pas à la police....

                           ??????????

                          Curieux , vraiment curieux............


                          • Elixir Elixir 1er septembre 17:26

                            @onesime leufeross

                            la réponse est dans la phrase soulignée, c’est 60% des victimes de tentative d’enlèvement. Pas 60 % de ceux qui ont été effectivement enlevés.

                            Si vous voulez apportez des précisions ou des améliorations, le lien est présent avec tous les chiffres.

                            Présenter des chiffres ce n’est pas affoler la foule forcément. Moi perso je trouve çà beaucoup, mais on a le droit de pas être d’accord... 

                          • Robert Lavigue Robert Lavigue 1er septembre 17:45

                            @onesime leufeross

                            Cette manie mitoyenne de bidouiller n’est pas sans rappeler les sentences définitives sur la parole des enfants qu’avait énoncées la Pintade du Poitou.

                            1 enfant sur 50 victime d’une tentative d’enlèvement  ? Fichtre... Les kidnappeurs britons sont bien maladroits !


                          • onesime leufeross onesime leufeross 1er septembre 17:48

                            @Elixir
                            .....
                            C’est celaaaaaaaahhhhhh
                            .
                            Des victimes de tentatives.....bin voyons....


                          • sirocco sirocco 1er septembre 17:55

                            @Elixir

                            Arrêtez avec vos chiffres qui ne veulent rien dire. Vous êtes en train de surfer sur la malheureuse disparition d’une fillette pour essayer de nous embringuer dans des histoires de réseaux occultes, d’élites pédophiles, de sectes sataniques... sur lesquels vous ne disposez pas du moindre début d’élément probant..

                             
                            Vous n’êtes pas le premier (et vous ne serez pas le dernier) sur Agoravox à nous proposer ce genre d’article digne de la presse à scandale. Mais comme par hasard, cela se produit à chaque fois que des manoeuvres politiques très préjudiciables à la population précaire sont en cours, dont on cherche à détourner notre attention.

                             
                            Voici une situation qui montre que vos nombres et statistiques à virgules sont dérisoires : dans aucun des pays d’Europe de l’ouest (France comprise) les autorités ne sont en mesure de dire combien de mineur(e)s étrangers (immigrés enregistrés ou non) se trouvent sur leur sol à l’instant présent. Et leur ignorance concerne des centaines, voire des milliers de mineur(e)s selon les pays...


                          • Robert Lavigue Robert Lavigue 1er septembre 17:58

                            @Elixir

                            Si vous voulez apportez des précisions ou des améliorations, le lien est présent avec tous les chiffres.

                            Non, LE LIEN c’est l’étude de Gallagher et al. publiée dans la Revue Child Abuse & Neglect dont le lien que vous donnez n’est qu’un vague résumé de l’abstract :
                            https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18513796

                            Pour l’article complet et la bibliographie qu’il vous faudra aussi étudier, je ne doute pas qu’un spécialiste du darknet et de ses arcanes arrive à y accéder.
                            Sinon, vous pouvez toujours essayer ça !
                            https://sci-hub.cc/10.1016/j.chiabu.2008.02.002


                          • Robert Lavigue Robert Lavigue 1er septembre 18:05

                            @Elixir

                            A propos de précisions et d’améliorations...

                            Je vous laisse le soin de rendre compte des débats que cette étude a pu susciter à propos de sa méthodologie.
                            Pour ma part, j’ai autre chose à foutre que de vous apprendre les bases d’une recherche documentaire.


                          • Elixir Elixir 1er septembre 18:24

                            @sirocco

                            Les réseaux pédo-criminels internationaux ce n’est pas moi qui en parle, c’est europol et interpol. Encore une fois vous avez tous les liens dans l’article.

                            Pour ce qui est de la typologie des réseaux, ce n’était pas l’objet de mon article, çà tombe bien je n’en ai pas parlé.

                          • Elixir Elixir 1er septembre 18:39

                            @Robert Lavigue

                            Oui comme beaucoup d’études, mais celle-ci a au moins le mérite d’exister et elle a été d’ailleurs reprise par le rapport Taken qui est très documenté.

                            Mis à part çà je ne suis pas contre les polémiques sur une étude, si elles font avancer le schmilblick, les commentaires sont faits pour çà. 

                            Je n’ai pas la prétention d’avoir fait un travail exhaustif ni une recherche documentaire approfondie de plusieurs mois, ce n’est pas non plus une thèse de doctorat, c’est juste un article d’Agoravox que j’ai essayé de faire du mieux que je pouvais. Et grâce à votre bienveillance et votre aide précieuse je suis sûr que je vais m’améliorer.

                          • Robert Lavigue Robert Lavigue 1er septembre 19:10

                            @Elixir

                            c’est juste un article d’Agoravox
                            Dans ce cas, vous avez raison de ne pas vous être cassé le cul  !

                            Puisque vous faites grand cas des études de childabduction, pourquoi ne pas avoir consulté leur dernier rapport (Police-recorded child abduction and kidnapping 2014/15 England, Wales and Northern Ireland) ?

                            J’y apprends que la police recense moins de 10 enlèvements et kidnappings pour 100 000 enfants quand l’agresseur est hors du cercle familial.

                            On est très très loin des chiffres de Gallagher (à vue de nez, l’écart est de 1 à 10) dont vous faites votre miel mitoyen !


                          • Elixir Elixir 1er septembre 20:51

                            @Robert Lavigue



                            Le rapport que vous citez précise cependant que les chiffres de la police ne sont pas exhaustifs : « de nombreux incidents ne sont pas reportés ou enregistrés par la police »
                            Gallagher, lui, a fait une étude statistique, à une époque différente, probablement avec une méthodologie qui lui est propre. 

                            Voici ce que donne comme explication le site childabduction.org.uk à ce propos :
                            « Les données issues des sondages soulignent le fossé entre le nombre l’enlèvements d’enfants enregistrées par la police, et l’expérience reportée par les enfants eux-mêmes. Ce pourrait être du, en partie, par de larges définitions des termes d’enfant dans les sondages, qui ne correspond pas aux critères légaux d’enlèvement d’enfant. Alors que relativement peu d’enfants sont effectivement enlevés et blessés, les tentatives d’abductions et les incidents dans lesquels les enfants ont eu peur pour leur propre sécurité sont beaucoup plus communs ».

                            Bref les chiffres peuvent en effet faire l’objet d’un débat, mais ce qui compte c’est de donner un ordre d’idée aux gens, en essayant de se frayer un chemin dans la jungle d’informations disponibles( et parfois un désert), ce qui croyez moi n’est pas forcément facile.

                            J’espère que c’est aussi votre souci.

                            Mis à part çà je ne suis pas vulgaire avec vous, on peut parler en étant détendu, je ne suis pas payé par Macron ni par personne d’autres...


                          • pallas 1er septembre 19:06
                            Elixir

                            La solution est simple pourtant.

                            Rétablir la peine de mort et traquer ses criminels comme des animaux et les anéantir sans sommation.

                            C’est tout bête et si facile, comme à l’ancienne.

                            La loi du Talion « œil pour œil et dent pour dent », c’est tout simple et si efficace.

                            Salut

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès