• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > DSK-Banon : la justice dénaturée

DSK-Banon : la justice dénaturée

Dominique Strauss-Kahn coupable à vie sans jugement et sans moyen de se défendre ? C’est ce qu’il semble ressortir de la décision de classement de la plainte de Tristane Banon contre lui. La question n’est même plus DSK. S’il est coupable et non jugé, c’est déplorable pour les victimes. S’il est innocent, c’est grave et les accusatrices sont impunies.

La complexité de l’affaire

Dans notre société la règle est qu’il est moins grave d’avoir un coupable qui échappe à la justice qu’un innocent condamné sans raison. Les torts non réparés et les crimes impunis existent malheureusement. Police et justice doivent en conséquence travailler à être plus efficaces. Mais un innocent condamné cogne frontalement les valeurs élémentaires de la société. C’est une inversion dramatique car seul le coupable devrait être sanctionné, jamais l’innocent.

Certains considèrent aujourd'hui que DSK est un coupable en liberté. Ce qui est faux puisqu’il n’y a pas de jugement rendu. On peut lui reprocher un comportement à risques, qu’il paie chèrement. On peut aussi considérer que sa vie privée ne nous regarde pas. On peut épiloguer sur les quelques minutes dans la suite du Sofitel. On peut vouloir refaire l’instruction sans en avoir les pièces. Tout cela est sans objet ne sert qu’à amplifier une autre bataille dont nous n'avons que des bribes et des hypothèses.

Pêle-mêle certains constatent que l’éviction de monsieur Strauss-Kahn est utile à droite comme à gauche. D'autres s’interrogent sur l’opportunisme de madame Banon, sur l’étonnante force de sa campagne médiatique et l’étrange coïncidence de la date de sortie de son livre avec la décision de classement. On peut constater l’utilisation outrancière qu’en font les mouvements féministes, qui vont jusqu’à vouloir imposer le silence et la réclusion chez lui à DSK. On peut s’effarer des commentaires quasi antisémites qui sont exprimés sur le net à cette occasion. Il y a des relents d’affaire Dreyfus même si l’on n’a pas atteint le degré de violence physique de celle-ci. Quoique la violence verbale exprimée sur maints blogs vaut peut-être la violence physique de l’époque.

On peut et l’on doit aussi regretter la prise en otage du public par l’émotion, le procès de rue et le lynchage sans procès. La systématisation de ces méthodes biaise la justice qui devient elle-même otage de l’opinion publique. Toute décision devient suspecte d’être manipulée et les camps en présence ne changent plus leurs positions. Il est souvent reproché à la justice française d’être à la solde du pouvoir. Devrait-elle en plus être à la solde de quelques blogueurs et avocats ?

J’en viens à la décision de classement rendue il y a quelques jours par le Procureur de Paris.


La décision de classement

Il dit ceci :

« ... des faits pouvant être qualifiés d'agression sexuelle sont quant à eux reconnus. (...)

Il apparaît en revanche que, s'agissant des faits reconnus par leur auteur, dont la connotation sexuelle n'est pas discutable, ceux-ci ne peuvent s'analyser autrement qu'en délit d'agression sexuelle. »


Les faits reconnus par DSK sont d’avoir tenté d’embrasser TB, mais d’avoir renoncé devant son refus. Tenter d’embrasser une femme - ou un homme - serait déjà une agression sexuelle ? C’est nouveau. Tenter d’embrasser alors que l’on connaît le refus de l’autre personne est un début d’agression. Mais, sans savoir encore si elle acceptera ou non, sans qu’il y ait encore de refus exprimé, celui ou celle qui tente d’embrasser ne fait que tenter sa chance. Cela mérite au mieux une bonne gifle ou une fin de non-recevoir très ferme. Qualifier cela de tentative d’agression sexuelle est une nouvelle interprétation juridique des actes.

Madame Banon aurait-elle pu être attirée par monsieur Strauss-Kahn malgré leur différence d’âge ? On n’en sait rien. Les hommes de pouvoir attirent beaucoup de femmes. D’autre part elle s’était montrée très insistante avec lui puisqu’elle a reconnu l’avoir harcelé pour obtenir ce rendez-vous. En outre elle décrit en 2007 le déroulement de l’interview :

« J'ai posé le magnétophone tout de suite pour enregistrer, il a voulu que je lui tienne la main pour répondre, parce qu'il m'a dit : je n'y arriverai pas si vous ne me tenez pas la main, et puis après la main, c'est passé au bras, et c'est passé un peu plus loin ».
VautoursNoirs.png
Accepter de tenir la main ou le bras c’est tout sauf professionnel et cela peut passer pour une réponse positive à une sollicitation, voire à une incitation.


L’interprétation du Procureur de Paris

Revenons à la décision de classement et aux propos du Procureur de Paris.

« ... des faits pouvant être qualifiés d'agression sexuelle sont quant à eux reconnus. »

Les faits reconnus sont forcément ceux reconnus par DSK. Lui seul peut « reconnaître » les faits. Soit la tentative d’embrasser selon ses propres affirmations. Aucune autre pièce n’ayant été diffusée par l’avocat de TB, celle-ci fait référence :

« - Réponse : Je lui ai demandé quels étaient ses goûts en matière d’art, de littérature, de voyages. Nous avons parlé sur un ton plus léger. Ensuite nous nous sommes levés pour partir. J’ai alors tenté de l’embrasser. Elle m’a repoussé. Elle a quitté les lieux mécontente. Le tout s’étale sur environ 30 voire 45 minutes.

- Question : Pouvez-vous détailler cette scène ?

- Réponse : J’ai essayé de la prendre dans mes bras. J’ai tenté de l’embrasser sur la bouche. Elle m’a repoussé fermement. Elle m’a lancé, en substance « Ca va pas ? ». J’ai de suite relâché mon étreinte, elle s’est emparée de ses affaires et elle a quitté l’appartement furieuse. »

Le procureur dit :

« Il apparaît en revanche que, s'agissant des faits reconnus par leur auteur, dont la connotation sexuelle n'est pas discutable, ceux-ci ne peuvent s'analyser autrement qu'en délit d'agression sexuelle. »

Ah la subtilité rhétorique... "Ceux-ci ne peuvent s’analyser..." et "pouvant être qualifiés". Le Procureur ne prend pas de risques. Il n’affirme rien quant à la réalité des des faits, il dit qu’ils peuvent être qualifiés, qu’ils peuvent s’analyser. Il ne dit pas qu’ils sont une agression sexuelle, ce qui serait en terme de procédure judiciaire un jugement de culpabilité qu’il n’est pas habilitée à rendre. Il suppose, réfléchit à haute voix, dit ce qu’il aurait fait en tant que Procureur s’il n’y avait eu prescription. Mais puisqu’il n’y a pas et n’y aura ni procès ni jugement, la décision ne peut être contredite.

C’est une rhétorique perverse car il n’y a aucun jugement de culpabilité. On ne juge pas un fait prescrit. Du point de vue judiciaire cette décision fabrique un coupable qui ne pourra plus se défendre.

Un avocat français, Laurent Epailly, tire sa propre conclusion et estime que ce classement met TB à l’abris de poursuites pour dénonciation calomnieuse :

« De la sorte, en écrivant qu'il existe des faits reconnus d'agression sexuelle, le Parquet met à l'abri Tristane BANON d'une condamnation éventuelle de celle-ci au bénéfice de DSK.

Disons qu'en l'espèce, la raison pourrait considérer qu'une porte de sortie honorable est offerte à chaque partie. »


L’avis d’autres hommes de loi sur l’agression sexuelle :

« Un baiser furtif refusé par une femme n'est pas considéré comme une agression sexuelle, souligne Me Benoît Chabert, spécialisé dans les affaires de mœurs. En revanche, un type qui se jette sur une femme dans le métro en lui bloquant les bras et en plaquant sa bouche contre la sienne est un délinquant. » Ainsi, la justice fait-elle la distinction entre une séduction, même appuyée, et une violence sexuelle. « Le jeu amoureux, l'approche, même le contact physique ne sont évidemment pas répréhensibles », explique Me Christian Saint-Palais, qui relève cependant « une légère dérive à vouloir judiciariser ces comportements ».

Légère dérive : c’est un euphémisme.

Un autre argument m’a été opposé :

« Le jour ou un homme est reconnu coupable d"homicide mais qu’un jugement ne peut être appliqué parce qu’il y a prescription ou pire comme cela arrive parfois vice de procédure, il faudrait le considérer comme innocent ? »

A cela je réponds qu’un justiciable ne peut être reconnu coupable qu’au terme d’un procès donnant lieu à un jugement. Si des faits sont prescrits et qu’il ne peut plus y avoir procès ni jugement, il ne peut être reconnu coupable. Sauf s’il avoue mais que la prescription le met hors d’atteinte de la justice. En l’état Dominique Strauss-Kahn n’a fait l’objet d’aucun procès ni de jugement de culpabilité. Il ne peut donc être considéré comme coupable. Cela n’est pas une opinion, c’est la justice.


meute-2.jpgJustice mise à mal, hommes visés

De plus cet avis ouvre la voie à une interprétation très restrictive de la loi et vise clairement à mettre la sexualité masculine un peu plus sous contrôle. Les féministes doivent s’en frotter les mains ! Car c’est bien aussi ce qui se joue dans cette affaire : où est la limite entre la séduction, la drague, l’insistance et l’agression ? Il semble que l’on veuille de plus en plus juger les comportements masculins à l’aune du pénal. L’enjeu de cette affaire va bien au-delà de DSK lui-même. Dorénavant les hommes devront vivre dans une méfiance permanente des femmes. Avec cette décision de classement très étrange, la guerre des sexe vient de gagner une bataille.

Vers quel type de relations hommes-femmes allons-nous ? Vers un type paranoïaque et administratif ?

Dans ce classement la rhétorique judiciaire est utilisée jusqu’à la corde par le procureur de Paris. Mais la justice est dénaturée par l’avocat de Tristane Banon quand il affirme que monsieur Strauss-Kahn est un délinquant sexuel en liberté : il n’y a aucun jugement donc pas de déclaration de culpabilité, et l’on peut se demander s’il ne commet pas ici une pure et simple calomnie, auquel cas il est passible de justice pénale et peut-être d’une sanction.

L’avocat de TB lui conseille de lâcher mais veut des excuses. Tout ça pour ça ? Une supposée tentative de viol - non reconnue par le Parquet - et seulement des excuses ?

« L'avocat de Tristane Banon, Me David Koubbi, a conseillé dimanche à sa cliente de ne pas engager une nouvelle procédure contre Dominique Strauss-Kahn après le classement sans suite de sa plainte pour tentative de viol, mais il réclame toujours des excuses de DSK.

Me Koubbi a néanmoins suggéré que sa cliente pourrait maintenir sa menace de nouvelles poursuites si l'ex-patron du Fonds monétaire international (FMI) persévérait de son côté dans la plainte pour dénonciation calomnieuse qu'il a déposée dans cette affaire. »

Chantage. Tout y passe ! Me Koubbi, exécuteur de basses oeuvres.

Et curiosité parmi les curiosités, cette suite au timing impeccable : quand la pression sur DSK baisse à New-York, elle monte à Paris avec TB. Quand elle baisse à Paris voilà Lille qui sort du chapeau. C'est pas beau le hasard ?

On va finir par se demander si quelqu’un tire les ficelles.

Quoique l’on pense de l’affaire, de Dominique Strauss-Kahn, de Tristane Banon, la justice est mise à mal et l’effet de meute a pris d’inquiétantes proportions. Ce n’est pas de bonne augure pour la démocratie.


Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

92 réactions à cet article    


  • zadig 17 octobre 2011 11:36

    Bpnjour,

    Pour moi les choses sont simples.

    DSK a du être « coaché » par un « naturopathe ».

    Salutations


    • Loatse Loatse 17 octobre 2011 14:18

       « Ça c’est fini très violemment, puisque je lui ai donné des coups de pied, on s’est battu au sol (...) il a dégrafé mon soutien-gorge, il a essayé d’ouvrir mon jean... »

      dixit tristane banon chez Ardisson (l’affaire nafissatou dialo n’existait pas alors..)

      Anne Mansouret ;

      Anne Mansouret, mère de la jeune femme, a révélé aux enquêteurs qu’elle-même avait eu une relation « consentie mais clairement brutale » avec Dominique Strauss-Kahn au début des années 2000.
      DSK n’est pas le séducteur que décrivent volontiers ses amis et la presse hexagonale, mais plutôt un prédateur capable de se comporter, selon les propos cités par L’Express, avec « l’obscénité d’un soudard ».

      Du côté des call girls :

      La call-girl, une fille du nom de Samantha, disponible ce soir-là, n’était pas des plus expérimentées mais elle correspondait à son goût. « Quand j’ai appelé pour vérifier que tout s’était bien passé, j’ai senti qu’il y avait quelque chose. Elle m’a dit ne plus vouloir avoir affaire à lui. Il avait été physiquement agressif, dominateur, intimidant. »

      Nafissatou dialo :

       « Il tenait ma tête, j’étais par terre je n’arrivais pas à me relever »,

      Piroska Nagy

      Je pense que M. Strauss-Kahn a abusé de sa position dans sa façon de parvenir jusqu’à moi. Je vous ai expliqué en détail comment il m’a convoquée plusieurs fois pour en venir à me faire des suggestions inappropriées. [...] Je pense que M. Strauss-Kahn est un leader brillant, qui a une vision pour affronter la crise financière mondiale en cours. C’est également un homme agressif, bien qu’il soit charmant. [...] Je crains que cet homme ait un problème pouvant le rendre peu adapté à la direction d’une institution où des femmes travaillent sous ses ordres. 

      Toutes des menteuses ????


      • louviellas louviellas 17 octobre 2011 17:46

        Sans doute à cause de mon propre physique, je n’arrive pas à comprendre comment une demi portion comme DSK parvient à obtenir les qualificatifs d’homme dominateur, intimidant et physiquement agressif,

        Sans doute à cause de mon expérience des combats corps à corps où l’enjeu se résume à s’en sortir vivant dans le pire scenario, et où la sauvagerie ambiante vous transforme en animal aux ressources insoupçonnées, je me permets de soumettre à votre sagacité une liste d’hommes que j’ai fréquentés de (trop) près, ou de loin, lesquels me semblent remplir les trois critères.

        Faute de mieux, allons sur wikipedia et consultons, par ordre alphabétique, les fiches de ceux que je considère comme étant (ou ayant été), selon mes critères, des hommes comparables à DSK, charmants, dominateurs et , dès que l’occasion se présentait, physiquement agressifs, en dehors de leurs rapports avec les femmes :
        Alain Estève.
        Olivier Merle.
        Michel Palmié.

        Là où le bât blesse, et où la maladie mentale prend le pas sur la réalité, c’est lorsque ce pauvre Marc Cécillion a assassiné son épouse avec une arme à feu.

        Le Gladiateur que j’ai connu à son heure de gloire pouvait tout concasser sur son passage, sans être armé.

        Tout comme Marc, DSK, a certainement un problème.

        Avec les pilules bleues.
         



      • hommelibre hommelibre 17 octobre 2011 18:21

        @ Louviellas :

        Je lis souvent vos comm et je vous apprécie. Il y a quelques années je vous aurais demandé d’être mon entraîneur en combat : je suis un gentil et j’ai conscience d’avoir manqué de batailles physiques.

        C’est hors sujet mais c’est dit.


      • Loatse Loatse 17 octobre 2011 18:48

        Jamais compris non plus pourquoi mon ex voisin se faisait taper dessus par sa femme qui n’avait rien du physique d’une catcheuse...

        y’a des choses comme ça......


      • Redj Redj 17 octobre 2011 15:22

        @ l’auteur,


        je pense que vous avez un sérieux problème avec les femmes ! Besoin d’un coach pour en parler ?

        • doctorix doctorix 17 octobre 2011 16:16

          Mon premier rapport amoureux a été le résultat d’une agression sexuelle.
          Peut-être même bien d’une tentative de viol.
          A bien réfléchir, je crois bien qu’il ne s’agissait ni plus ni moins que d’un viol.
          Un assaut fougueux à la limite de la barbarie.
          Je le confesse.
          Mais c’était moi la « victime », et, finalement, je n’ai pas trouvé la chose déplaisante, j’en garde même un souvenir délicieux.
          Il ne me serait pas venu à l’idée de porter plainte.
          Depuis, j’ai bien été personnellement coupable d’une bonne trentaine d’agressions sexuelles, peut-être plus.
          Les unes se sont terminées par un baiser, parfois bien davantage, mais ça ne vous regarde pas. Et même deux fois par un mariage. Avec cinq enfants à la clé. On m’a dit que c’était ainsi que l’espèce se perpétuait.
          Les autres sont restées au stade d’agression sexuelle telle qu’elle est définie par ce juge.
          Finalement, il faut comprendre que si un baiser donné est un conte de fée, un baiser refusé est une agression sexuelle.
          Mes victimes n’ayant rien à gagner financièrement, ni un livre à vendre, ni une commande d’État à assumer, je suppose que c’est la raison pour laquelle je n’ai pas fait de prison. Mais, bon sang, je me rends compte maintenant à quel point j’ai vécu dangereusement...
          Si c’était à refaire ? Je serais moins timide, et j’agresserais plus souvent.
          Parce que plus je vieillis et plus rares sont les occasions.
          D’ailleurs, quand on est anonyme, on risque plus une baffe que la cour d’assise.
          Mais quand on est célèbre, même le recours aux professionnelles est dangereux, car on devient une cible facile pour les services secrets et autres agences de chantage. Sans compter les femmes vénales et autres maitresses-chanteuses.
          J’ai enfin compris pourquoi nos hommes politiques n’ont pas de couilles : leur usage est par trop dangereux. Ils ont du se les couper pour survivre. Et c’est tant mieux : il n’est pas prouvé que la perpétuation de cette espèce soit une si bonne chose.


          • Lath 17 octobre 2011 16:37

            un baiser volé et une félation forcé avec brutalité c’est évidemment pareil pour vous


          • Loatse Loatse 17 octobre 2011 17:17

            Tiens, un cromagnon ?


          • doctorix doctorix 17 octobre 2011 17:31

            @Lath
            C’est évidemment différent : aussi différent que peuvent l’être un mensonge et une vérité.
            Vous parlez ici d’un rapport sexuel librement consenti, et donc vous diffamez : profitez-en, c’est gratuit, et sans risque, comme de donner un coup de pied à un vieux chien qui n’a plus de dents.
            C’est même encore plus marrant quand on est plusieurs.
            @Loatse
            Tiens, une vierge...


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 18 octobre 2011 08:00

            @ doctorix


            Votre commentaire me conforte dans le conviction que, de provocations en provocations, on fera tout pour garder cette affaire bien présente dans la conscience publique jusqu’à
             ce que le moment opportun soit venu d’en tirer toutes les conséquences souhaitées. Un vrai travail de pro. smiley


             PJCA



             Pierre JC Allard

          • Durand 17 octobre 2011 16:55

            Enfin un article objectif !


            Le nombre de femmes agressées sexuellement, voire violées, est-il calculable ? Non, si l’on y inclut celles qui ont un jour dit à leur partenaire : « Non chéri, pas ce soir : j’ai mal à la tête » et qui lui cèdent... avec un plaisir non dissimulé..

            • mayabis 17 octobre 2011 18:10

              ... mais le « baiser volé » ou tenté, .. c’est la version de DSK .. et vous bâtissez votre argumentaire la-dessus ?

              Et pour les tenants de la thèse costaud pas costaud, n’oubliez pas d’intégrer la force psychologique ...


              • hommelibre hommelibre 17 octobre 2011 18:19

                @ Mayabis :

                Je construis mon argumentaire sur :

                1. Ce qui est reconnu, qui n’est autre que la version de DSK ;

                2. Sur le fait que le Procureur ne peut rendre de jugement malgré sas rhétorique tendancieuse. et qu’aucun jugement n’a été rendu. Ce qui signifie que TB n’a aucun statut de victime et que Koubbi dérape.

                C’est avec la justice que l’on joue dans cette affaire.


              • Thucydide Thucydide 17 octobre 2011 19:02

                L’auteur n’a manifestement pas digéré ni ce jugement, (qu’il essaye encore lamentablement d’assimiler à un blanchiment) ni au débat qui s’en suivit autour d’Imhotep.

                Arrêtez avec votre combat pour la défense de la condition masculine, c’est aussi ridicule que tout centraliser sur la condition féminine.

                Car l’une et l’autre ne sont oh ! Surprise ! que deux variantes parmi tant d’autres de la condition humaine.

                Et puis... Strauss-Kahn commence à m.. nous courir.
                Dans les jours qui viennent va s’organiser une gigantesque tournante pour parachever le viol de nos comptes en banques, et DSK ne pourra plus, dommage pour lui, y participer comme il comptait le faire.


                • Annie 17 octobre 2011 19:33

                  @Hommelibre,
                  Contrairement à vous je ne pense pas que la justice ait été dénaturée par ce jugement. Ou alors, il faudrait imaginer que la justice soit la seule chose au monde à échapper aux préjugés, aux pressions de l’opinion publique, aux intérêts particuliers etc.
                  À mon avis, ces deux affaires reflètent tout ce que la justice a d’humain, dans ses errements comme dans sa juste application. Seulement la plupart du temps, ces affaires n’intéressent pas grand monde parce qu’elles ne concernent pas des personnalités.
                  Peut-être ne trouvons-nous pas notre compte dans ces jugements, parce que nous voulons un monde bien simple qui se divise en victimes ou en coupables, et rien au milieu. Mais le « rien au milieu » est justement la raison pour laquelle nous avons besoin d’une justice, aussi imparfaite soit-elle, parce qu’imparfaits nous, c’est-à-dire l’opinion publique, nous le sommes encore plus.


                  • Imhotep Imhotep 17 octobre 2011 19:41

                    Revoici l’extrait de la lettre : dont la connotation sexuelle n’est pas discutable, ceux-ci ne peuvent s’analyser autrement qu’en délit d’agression sexuelle.


                    L’auteur ignore complètement ce que le français impose comme sens quand il y a cette sorte de négation qu’il traduit par de la circonspection. La réalité du français est tout autre écrire  ceux-ci ne peuvent s’analyser autrement qu’en délit d’agression sexuelle. revient à dire avec beaucoup plus de force ceci : la seule analyse possible est le délit d’agression sexuelle, et non ce qu’en interprète l’auteur qui visiblement ne connaît pas vraiment sa langue. Il parle de subtilité quand c’est en fait un coup de bazooka. Ce genre de négation permet de renforcer une affirmation en disant qu’il n’y a pas d’autres possibilités que celle-ci. Revoyez un peu vos cours.
                    Ensuite l’auteur oublie un peu trop vite ceci dont la connotation sexuelle n’est pas discutable qui est aussi en négation, du même registre que la seconde partie de l’extrait de phrase et ne laisse aucun doute (pas de doute) à la connotation sexuelle.

                    Par ailleurs l’auteur tient le discours de DSK pour vérité biblique alors que ce dernier a auparavant dit qu’il n’y avait ni appartement ni rendez-vous alors qu’en revanche l’auteur trouve étrange la date de la plainte. Sa balance de Roberval est légèrement faussé. Répondez-donc : Pourquoi pour un simple baiser DSK a-t-il menti tant sur l’existence de l’appartement que du second rendez-vous ?
                    Il est vraisemblable que le parquet a bien d’autres éléments que la simple tentative de baiser volé et qu’il utilise cette tentative qu’a avouée DSK comme ancrage pour sa déclaration.

                    Enfin l’auteur mêle un peu facilement le mot coupable avec celui de suspect. Oui DSK est toujours suspect, quand bien même il est présumé innocent car un présumé innocent qui n’a pas été jugé reste présumé innocent, donc possible coupable, mais ne passe pas au statut d’innocent.

                    • Annie 17 octobre 2011 19:48

                      Imhotep,
                      Le parquet a précisé qu’il n’y avait rien dans le dossier, et que l’inculpation repose uniquement sur les déclarations de DSK, qui aurait pu s’abstenir et alors là, il n’y aurait rien du tout. Si cela peut vous satisfaire, c’est qu’il vous en faut peu. 


                    • doctorix doctorix 17 octobre 2011 20:18

                      @Imhotep
                      "Oui DSK est toujours suspect, quand bien même il est présumé innocent car un présumé innocent qui n’a pas été jugé reste présumé innocent« 
                      Vous êtes donc vous même un présumé innocent, puisque vous n’avez pas été jugé.
                      De quoi, peu importe.
                      Selon votre raisonnement, vous êtes donc un possible coupable (j’ai suivi votre raisonnement à la lettre).
                      Mais vous n’avez pas droit au statut d’innocent.
                      Tout ça me parait bien suspect, et, par précaution, et pour respecter vos principes, moi, juge, je vous mettrais bien en taule.
                      Vous dites, sans rire :
                       »Il est vraisemblable que le parquet a bien d’autres éléments que la simple tentative de baiser volé"
                      Ce qui est vraisemblable, et même avéré, c’est que s’il les avait, il les aurait sortis avec plaisir, et que donc vous raisonnez comme ma concierge, ou comme le KGB, ou comme la Stasi, ou comme Bush à Guantanamo.
                      Je frémis à l’idée que des gens comme vous puissent un jour diriger la Justice en France. Et je m’étonne moins qu’on ne confie pas à la populace le choix de rétablir ou non la peine de mort.
                      Ce juge commet à l’évidence une faute, en désignant ainsi à la vindicte publique un citoyen dont il n’a pu prouver la culpabilité : c’est dégradant pour sa fonction, et c’est inquiétant pour nos libertés. Mais c’est sûrement bon pour son avancement.


                    • Imhotep Imhotep 17 octobre 2011 21:22

                      Euh juste une petite différente, oh rien du tout, DSK a été poursuivi en justice, pas moi. On a porté plainte contre DSK pour viol, pour tentative de viol, pas contre moi.

                      Je sais c’est peu comme différence, mais tout de même.

                      Il est donc possible coupable parce que justement on l’a poursuivi en justice et on l’a accusé et non comme ça parce que cela chantait à quelqu’un de dire qu’il pouvait être possible coupable. Il est suspect parce qu’il a été accusé et parce qu’il n’a pas été blanchi. Pire il a été accusé de délit de d’agression sexuel pare le parquet, ce dont il ne pourra se défaire car il n’y aura pas procès.
                      Tiens au fait, expliquez-nous donc pourquoi DSK a menti en disant qu’il n’y avait pas de second rendez-vous et que l’appartement n’existait pas. Surtout pour juste une petite tentative d’un petit bisou parce que Banon l’avait allumé.

                    • Annie 17 octobre 2011 22:04

                      Comme je l’ai dit le parquet n’a rien d’autre que les déclarations de DSK. Pas de dossier, pas de témoignages, rien. 


                    • hommelibre hommelibre 17 octobre 2011 22:21

                      @ Imhotep :

                      Je connais assez bien le français et ses nuances. Je ne partage pas votre analyse. Je connais aussi certaines procédures judiciaires. Il n’y a pas de jugement sur une chose prescrite. De plus un procureur n’est pas habilité à juger un tel crime, il suspecte et renvoie en correctionnelle ou aux Assises. Là un jugement peut intervenir.

                      Je confirme que l’avis du Procureur n’est pas un jugement, mais qu’il a poussé assez loin une réflexion qui en effet est l’équivalent d’une balle entre les yeux, mais qui n’est pas démontrée. Il ne démontre rien, il n’argumente pas, et pour cause : il n’est pas en audience de jugement.

                      Je maintiens qu’en bon français « ce qui est reconnu » est ce que DSK a reconnu. Le procureur qualifie d’agression sexuelle une tentative d’embrasser. C’est tout. On ne sait pas s’il y a eu plus. On ne le saura pas. mais s’il y avait eu plus le proc en aurait fait état.

                      Je maintiens intégralement mon analyse et j’affirme qu’elle est juste. Et je maintiens que la justice et la démocratie en prennent un méchant coup.

                      @ Annie : vous avez raison de dire que la justice n’échappe pas aux failles des humains. Cependant ici je trouve que l’on fait délibérément dire à ce classement des choses indémontrables. D’où mon titre.


                    • arobase 17 octobre 2011 21:17

                      il faut demander à l’ump d’inclure dans le programme présidentiel une mesure drastique afin de protéger toutes les femmes de France du danger DSK.


                      par exemple nos chercheurs pourraient inventer un appareil qui pourrait détecter un érection dans une zone de 200, mètres , suffisant pour échapper au diable.

                      l’appareil devra aussi distinguer les érections ordinaires d’un passant, avec celle du diable, en analysant par exemple les phéromones propres à cet individu qui auraient été introduites dans l’appareil.

                      on peut aussi imaginer une mise sur orbite lunaire mais il pourrait y avoir une astronaute égarée.....
                      c’est sûr que le pays ne peut rester dans cette situation.

                      • arobase 17 octobre 2011 21:33

                        « Tiens au fait, expliquez-nous donc pourquoi DSK a menti en disant qu’il n’y avait pas de second rendez-vous et que l’appartement n’existait pas. Surtout pour juste une petite tentative d’un petit bisou parce que Banon l’avait allumé. »


                        là est le noeud du problème ! pourquoi il a menti ? il faut que quelqu’un nous explique ! on attend ça avec impatience. 

                        et ça : Il est vraisemblable que le parquet a bien d’autres éléments que la simple tentative de baiser volé". oui ! il en a sûrement. il faut mettre la cellule d’écoute sur le sujet , demander les fadettes, envoyer des espions, même James Bond s’il le faut !

                        cette incertitude est insoutenable.

                        • Lorelei Lorelei 17 octobre 2011 21:56

                          Assimilé l"humanité masculine à un type comme dsk c’est le fond de commerce des extremistes et des gens malades.

                          Les hommes ne sont pas dsk, c’est un type accusé de viol et dont le comportement avec les femmes ne mérite que mépris, autrement je vois que vous avez un grave probleme avec les femmes et qu’elles sont l’objet de votre haine ce qui est typique des hypers conservateurs sortant de l’âge de pierre dans son sens le plus terrible.


                          • hommelibre hommelibre 17 octobre 2011 22:26

                            Lorelei :

                            Nous regardons les choses de deux angles différents. Nous n’avons pas le même point de vue ni le même angle d’analyse. Je respecte le vôtre. Pouvez-vous aussi respecter le mien ? Je ne comprends pas pourquoi vous m’agressez.

                            Quand je vous lis je ne reconnais pas ce que j’ai écrit. Me suis-je mal exprimé ?


                          • Lorelei Lorelei 17 octobre 2011 22:39

                            Je ne vous agresse pas je vous fais remarquer d’une part qu’en démocratie on n’est pas là pour dire amen aux points de vues, vous avez votre point de vue, fine mais en démocratie avoir son point de vue ne veut pas dire avoir raison ni être dans le juste, ça c’est bon pour les régimes totalitaires, d’autre part vous ne pouvez pas assimiler un type comme dsk aux hommes, ce procédé est inique, c’est un type lambda, qui a des comportements plus que méprisables envers les femmes et qui ne rend guère hommage à l’humanité...

                            dsk ne represente que lui et rien que lui..et son comportement ne represente que lui, et il a de la chance en realité que l’on soit en france, son comportement agressive envers les femmes montre un grave probleme de relation avec l’autre, imaginez un type comme ça à la présidence, ça aurait fait de la france la risée du monde et ne croyez pas qu’un type où une nana qui se comporte de façon aussi peu ethique est une victime, à part être une victime de ses propres démons, je considére qu’un mec où une nana qui se permet d’agir ainsi devrait aller plutôt se soigner.

                            je ne vois pas pourquoi vous cherchez à faire l’amalgame entre des types qui ont un profil perturbé voir criminel avec l’ensemble de l’humanité !!!


                          • hommelibre hommelibre 17 octobre 2011 22:58

                            Si vous m’agressez Lorelei :

                            « c’est le fond de commerce des extremistes et des gens malades. » Ce n’est pas analyser démocrsatiquement un point de vue, c’est une attaque visant la personne.

                            « je vois que vous avez un grave probleme avec les femmes et qu’elles sont l’objet de votre haine ce qui est typique des hypers conservateurs sortant de l’âge de pierre dans son sens le plus terrible »

                            C’est une autre attaque personnelle. Je ne me reconnais pas dans ce que vous dites de moi.

                            Pouvez-vous rester sur le fond de l’article ? Un débat ne suppose pas de dire amen, mais d’argumenter sur le sujet proposé, pas d’attaquer les personne ad hominem.

                            « en démocratie avoir son point de vue ne veut pas dire avoir raison ni être dans le juste ». A votre point de vue je n’ai peut-être pas raison. Du mien oui. Ce qui me paraît très normal. Vous-même pensez avoir raison de votre point de vue, il me semble.

                            « vous ne pouvez pas assimiler un type comme dsk aux hommes »

                            DSK est un homme, un humain, on l’aime ou non, mais tant qu’il n’est pas jugé et condamné il n’est pas coupable - quoi que l’on pense de lui. Cela c’est la loi et la justice d’un pays démocratique et civilisé. Le lynchage sans jugement est plus une pratique de pays non civilisés.

                            « ne croyez pas qu’un type où une nana qui se comporte de façon aussi peu ethique est une victime ».

                            Je suis étonné de tous les gens qui ont l’air de tout savoir sur DSK et qui en réalité répète ce que la presse dit. Moi je ne le connais pas, je ne l’ai pas vu, mais je constate que la justice s’est emballée, je ressens des choses pas claires dans cette affaire. C’est tout.

                            « je ne vois pas pourquoi vous cherchez à faire l’amalgame entre des types qui ont un profil perturbé voir criminel avec l’ensemble de l’humanité !!! »

                            Je ne vois pas où je dis cela. Je ne comprends pas pourquoi vous dites cela. Pouvez-vous me citer le passage où je le dirais ? J’ai besoin de comprendre.


                          • doctorix doctorix 17 octobre 2011 23:07

                            @Lorelei
                            « c’est un type accusé de viol »
                            Vous avez tout dit : il a été accusé, il n’a pas été reconnu coupable.
                            Je n’ai rien de conservateur, les conservateurs ont plutôt tendance à envoyer les gens à la potence au bénéfice du doute, et c’est ce que vous faites.
                            Votre problème, à vous, ainsi que celui de quelques harpies qui s’expriment ici, est que vous voyez votre proie vous échapper. Une proie supposée vous venger de diverses avanies que vous avez peut-être subies, mais dans lesquelles DSK n’était pour rien. Vous en faites un bouc émissaire.
                            La haine est dans votre camp. Je n’ai jamais eu de problème avec les femmes, mais vous en avez visiblement un avec les hommes, et surtout avec la Justice. Il semble que ce soit une notion qui vous soit complètement étrangère. Nous avons la chance que vous ne soyez pas juge. Et la terreur de penser que vous pourriez être juré...
                            Et ce juge qui fait part de ses états d’âme et non du droit ne vaut pas mieux. Il se range du côté des tricoteuses, pour plaire au pouvoir. C’est une authentique dérive, et je souhaite qu’il soit sanctionné par sa hiérarchie, pour faute grave, et prouvée, celle-là.
                            Un jour, peut-être, c’est vous qui serez injustement clouée au pilori : ce jour-là, vous serez peut-être heureuse de trouver un type comme moi qui défende le droit contre une populace avide de sang.


                          • Lorelei Lorelei 17 octobre 2011 23:09

                            Vous avez l’air de croire profondément que faire passer un type devant un tribunal pour viol est une agression envers les hommes, et je vous ferais remarquer que oui c’est une vision extremiste, une tentative d’amalgames entre des profils de malades de criminels et l’humanité or l’ensemble de l’humanité n’est pas criminels, c’est un petit pourcentage d’emmerdeurs, mais pas l’humanité qui elle subit justement cette minorité de malades et les défendre, les faire passer pour des victimes est plus qu’étrange..

                            La majorité de vos articles montrent un probleme avec les femmes que vous soyez hyper conservateurs, soit, que vous trouviez normal ceux qui avilit la femme où l’homme comme la prostitution en détournant le slogan mon corps est à moi, ce qui ne veut pas dire, et n’a jamais voulu dire que le corps doit servir de marchandise de trou à quiconque est déjà assez étonnant il y a quelque chose chez vous, dans vos propos qui hérissent qui fait penser qu’il y un probleme, si au moins vous écriviez des articles sans amalgames, ça passerait, si vous evitiez de faire une croisade anti femme que l’on sent dans chacun de vos articles et le probleme est que je ne suis pas la seule à le voir...

                            Si vous voulez parlez des pédophiles, parlez pas des hommes mais de profils de criminels, le fait que cela soit des hommes où des femmes est secondaires, ce sont des criminels et non un sexe où une couleurs de peaux je pourrais le comprendre or d’une manière où d’une autre vous finissez par attaquez les femmes, c’est plus que bizarre d’agir ainsi


                          • hommelibre hommelibre 17 octobre 2011 23:38

                            Lorelei :

                            « Vous avez l’air de croire profondément que faire passer un type devant un tribunal pour viol est une agression envers les hommes ».

                            Moi je m’intéresse, comme vous l’avez certaine déjà compris, au risque de fausses accusations contre les hommes - et contre les femmes aussi. Je m’intéresse et me positionne sur la misandrie, sur le fait que le féminisme radical déclare que tous les hommes sont des violeurs, sur le déni de la violence faite aux hommes. Tout cela je pense que vous l’avez compris. Vous pouvez ne pas être d’accord avec mon point de vue mais vous ne pouvez me faire un procès d’intention. Qu’un violeur soit condamné est parfaitement normal.

                            Non je ne vois pas où je fais un amalgame et où je traiterais l’ensemble de l’humanité comme des criminels. Les criminels hommes ou femmes sont heureusement une petite minorité.

                            « La majorité de vos articles montrent un probleme avec les femmes que vous soyez hyper conservateurs, ».

                            J’aime les femmes et le les défends souvent. Vous devriez aller voir cette chanson que j’ai écrite et mise en clip sur la lapidation et vous verrez que je ne suis pas contre les femmes :

                            http://www.youtube.com/watch?v=aloXHSxdomU

                            Mais j’ai une colère contre les féministes radicales. J’argumente et expose les raisons de mon désaccord. Je pense que vous l’avez lu et compris. Je n’ai donc pas un problème avec les femmes.

                            par contre je me demande si vous avez un problème avec les hommes ? Est-ce le cas ? Je vous pose la question tant je vous vois les agresser, les traiter de violeurs, de pédophiles, de nazis. Je suis ébahi de votre agressivité contre les hommes qui ne comment pas dans le même sens que vous. Est-ce que je me trompe ?

                            « vous trouviez normal ceux qui avilit la femme où l’homme comme la prostitution »

                            je défends la liberté de celles qui ont choisi librement et je condamne sans appel les réseaux et mafia qui traitent des femmes contraintes comme de la marchandise. Sur celles qui le font librement vous avez un autre point de vue que moi, ok. Mais vous ne pouvez pas dire que je soutiens la traite des femmes.

                            Vous me trouvez conservateur. je le suis sur certains points - ce qui n’est pas encore un crime. Et je suis très progressiste sur d’autres points. Nous sommes tous complexes, vous-même prônez l’utérus artificiel, position très moderniste, et vous refusez aux femmes qui veulent se livrer librement à la prostitution de le faire, ce qui est très conservateur.

                            Il y a en tous cas un malentendu : je ne fais pas de croisade contre les femmes, mais je fais une critique sévère et argumentée du féminisme radical. Que d’autres le remarquent, cela me paraît assez normal puisque je ne m’en cache pas et que je critique de manière parfois frontale les thèses de ce féminisme.

                            Je me sens toujours agressé par vous, et je ne suis pas le seul, depuis le début où vous m’avez traité - et d’autres aussi - de violeurs parce que nous n’étions pas d’accord sur la question d’Assange. Je remarque que vous agressez vite quand on n’est pas d’accord avec vous. je ne comprends pas pourquoi.

                            De plus vous avez écrit des choses parfaitement fausses sur moi, ce n’était visiblement pas une critique de fond mais une collection d’attaques personnelles. Je ne comprends pas pourquoi depuis le début autant d’attaques.


                          • vapencum vapencum 30 octobre 2011 15:43

                            Je suis totalement d’accord avec vous......


                          • hommelibre hommelibre 17 octobre 2011 22:36

                            Selon 20 Minutes :

                            "En réalité, ce sont les seules déclarations de Dominique Strauss-Kahn qui permettent la qualification d’agression sexuelle, explique-t-on au Parquet de Paris. En l’occurrence, « le fait qu’il ait reconnu avoir tenté d’embrasser » Tristane Banon. « Il n’y a pas d’autres éléments factuels dans le dossier », souligne Elisabeth Allannic, vice-procureure au tribunal de grande instance."

                            http://fr.news.yahoo.com/affaire-dsk-banon-seules-d%C3%A9clarations-strauss-kahn-permis-152804507.html


                            • Lorelei Lorelei 17 octobre 2011 22:51

                              Mais ça n’est pas tout. Il y a aussi ce que raconte Aurélie Filipetti. En 2008, la députée se souvient d’une tentative de drague « très lourde, très appuyée » de DSK : du coup, elle raconte s’être « arrangée pour ne pas me retrouver seule avec lui dans un endroit fermé ».

                              Et puis il y a la lettre de Piroska Nagy en 2008, sa lettre écrite aux enquêteurs :

                              « Je n’étais pas préparée aux avances du directeur général du FMI. […] J’avais le sentiment que j’étais perdante si j’acceptais, et perdante si je refusais. […] Je crains que cet homme [DSK] n’ait un problème qui, peut-être, le rend peu apte à diriger une organisation où travailleraient des femmes ».

                              « Perdante si j’acceptais, perdante si je refusais ».

                              Dsk a la tactique classique de l’euphémisme en fait je n’ai pas violer bannon mais j’ai essayé de l’embrasser et rien que ça, depuis quand c’est normal de vouloir embrasser une personne sans son accord ?

                              Ce n’est pas normal que des femmes ne veuillent pas être seule avec lui, et l’affaire au Fmi n’est pas une anecdocte, ça ne se fait pas de se comporter ainsi




                              • hommelibre hommelibre 17 octobre 2011 23:07

                                J’ai appris de la vie de ne pas juger les gens sur ce que d’autres me disent, mais de me faire mon opinion par moi-même. Je ne connais pas Madame Filipetti, j’entends ce qu’elle dit, je ne sais pas ce qui s’est passé précisément, c’est tout. Je n’ai pas d’élément pour évaluer le comportement de DSK que ce que d’autres gens me disent alors que je n’ai rien vu par moi-même.

                                Mon éthique est de ne pas reproduire des informations et de ne pas porter un jugement sans avoir un minimum d’éléments que j’aie pu apprécier par moi-même.

                                A propos de madame Nagy, elle a fait un choix. Si elle s’estimait perdante dans tout les cas, rien ne l’obligeait à donner suite aux sollicitations. Moi je ne l’aurais pas fait. Je ne fais rien pour plaire à quelqu’un qui a du pouvoir si cela m’est contraire.

                                Sur le fait d’embrasser quelqu’un qui n’est pas ok, nous sommes d’accord. Mais dans le jeu amoureux l’un essaie, l’autre refuse.Tant que l’autre n’a pas refusé le premier ne sait pas s’il est d’accord. S’il insiste alors que l’autre a dit non alors c’est une agression. Il faut que l’autre ait clairement dit non pour cela. On peut aussi se dire que ce genre de chose devrait se demander verbalement. Mais dans le corps aussi est un langage. Il montre son intention, elle dit stop. S’il s’arrête il n’y a pas agression.


                              • Lorelei Lorelei 17 octobre 2011 23:14

                                Humm mon ethique est de tenir compte des propos des gens et de ne pas les nier, vous savez ce qui serait passé si on avait ecoutez ce qui ont avertis sur les génocides et autres crimes, si on les avaient ecouter, combien de violeurs, de maltraitants ont été dénoncés par des mains courantes etc...et on n’a pas écoutes la victime avant qu’il ne soit trop tard...

                                Dsk se trouve justement en face de nombreuses alertes et personnes n’a ecoute les propos des victimes, être aveugle et fermer les yeux ne fait pas avancer l’humanité et ça a tendance à protéger les criminels, cette tendance à nier la parole des victimes est étonnante et c’est le contraire de l’éthique


                              • doctorix doctorix 17 octobre 2011 23:17

                                « depuis quand c’est normal de vouloir embrasser une personne sans son accord ? »
                                Et comment on fait pour savoir si elle est d’accord si on n’essaye pas ?
                                On fait une demande préalable en trois exemplaires et par lettre recommandée ?
                                On convoque un huissier et trois témoins pour vérifier qu’il n’y a pas pression ?
                                Si vous êtes honnête, il faut porter un T-shirt affichant clairement le danger, à destination de quiconque voudrait vous draguer...


                              • Lorelei Lorelei 17 octobre 2011 23:29

                                hé ben dis donc vous imposer à autrui vos désirs vos fantasmes et vous sous entendez que c’est normal, humm interessant comme vision du non amour, ainsi pour vous la violence est normale oui bon on lit ce type de propos dans des profils bien précis...pas etonnant que certains soit encore dans l’âge de l’obscurité si vous êtes incapable de relation d’avoir des sentiments et d’ouvrir la bouche pour demander un accord


                              • Lorelei Lorelei 17 octobre 2011 23:37

                                en tout cas vos propos parlent pour eux tout seul, heureusement que vous ne representez que vous au passage....vous avez des propos dont les caractéristiques exposent un profil dont on devrait eloigner toute femme et tous hommes, jusqu’à ce que vous puissiez prendre conscience que les mots sont fait pour être utilisés et que vous n’avez pas à toucher un être humain sans sa permission et en même temps on devrait vous faire des cours sur ce qu’est l’amour qui n’a rien à voir avec un baiser imposé à l’autre où pire


                              • hommelibre hommelibre 17 octobre 2011 23:50

                                « hé ben dis donc vous imposer à autrui vos désirs vos fantasmes et vous sous entendez que c’est normal »

                                Je n’impose rien à personne. Je m’avance, ou l’autre s’avance vers moi, et si c’est non ça s’arrête là. C’est simple, ce sont les relations humaines depuis la nuit des temps. je n’ai rien inventé.

                                « ainsi pour vous la violence est normale oui bon on lit ce type de propos dans des profils bien précis...pas etonnant que certains soit encore dans l’âge de l’obscurité si vous êtes incapable de relation d’avoir des sentiments et d’ouvrir la bouche pour demander un accord »

                                Et voilà encore une fois l’attaque, le dénigrement. Mais quand vous dites cela vous ne parlez pas de moi, je ne suis pas ce que vous décrivez. Comment pouvez dire des choses pareilles sinon pour agresser gratuitement ? A quoi cela vous sert d’agresser ainsi sans raison ?

                                Non, la violence n’est pas normale. mais essayer d’embrasser et s’arrêter si on dit non ce n’est pas de la violence.

                                « incapable de relation d’avoir des sentiments et d’ouvrir la bouche pour demander un accord ».

                                Mais enfin qu’est-ce qui vous prend. Vous ne me connaissez pas. Vous n’avez aucune légitimité à parler de moi d’une manière aussi méchante, agressive et dénigrante. Pourquoi faites-vous cela ? Expliquez moi, je ne comprends pas.

                                Il y a des moments dans une relation de proximité où l’on a le sentiment que l’autre est ouvert. On peut lui toucher la main par exemple, sans forcément l’avoir demandé verbalement. Le geste est en lui-même une demande. Le langage du corps c’est 80% de la communication. Si l’autre met sa limite on respecte. Il n’y pas de violence là-dedans.


                              • Lorelei Lorelei 17 octobre 2011 23:55

                                vous avez un probleme on parle à un mec et vous repondez à sa place suivez le fil au minimum, là si vous êtes bizarre pourtant vous voyez bien qui a écrit sur le fil qu’il faut essayer d’embrasser l’autre pour savoir, enfin que vous arrive t il ?


                              • Lorelei Lorelei 18 octobre 2011 00:03

                                de plus les langages du corps sont juste un blabla ça ne veut rien dire, c’est une opinion un préjugé dans certains pays mettre des chaussettes blanches veut dire que l’on veut du sexe c’est débile ça n’a aucun sens, on est au 21eme siecle il serait temps d’utiliser sa bouche pour parler, ce n’est pas parce que je mets une mini jupe que j’invite qui que cela soit, ce sont certains mecs hyper mal éduqués dont le profil laisse à désirer qui pense que femme en mini jupe egal invitation etc...

                                or c’est faux c’est juste une opinion et ça montre que le type en face a un vocabulaire restreint et c’est de la violence d’imposer à autrui ses prejugés


                              • hommelibre hommelibre 18 octobre 2011 00:21

                                Je ne parle pas de chaussettes blanches en parlant de langage du corps. Il existe de bons bouquins documentés et des études poussées réalisées sur cette question.

                                J’ai confondu avec qui vous parlez ? Est-ce une raison pour me dire que j’ai un problème ? Pourquoi une attaque de plus ?


                              • Lorelei Lorelei 18 octobre 2011 00:25

                                Par doctorix (xxx.xxx.xxx.207) 17 octobre 23:17

                                « depuis quand c’est normal de vouloir embrasser une personne sans son accord ? »
                                Et comment on fait pour savoir si elle est d’accord si on n’essaye pas ?

                                vous devriez relire le fil mon propos est clairement adressé à doctorix qui se demande comment on fait pour savoir si elle est d’accord où pas ?

                                enfin le langage du corps ne veut rien dire on lui fait tout dire pour justifier ses propres actes, on a une bouche on parle pour demander la permission aux gens si on a le désir de quelque chose...


                              • Lorelei Lorelei 18 octobre 2011 00:31

                                De plus l’exemple des chaussettes c’etait pour vous montrer à quel point le langage du corps est une fumisterie ça ne veut rien dire, comme le fait de se mettre en mini jupe de mettre du rose sur les levres etc...ce ne sont pas des invitations ça ne veut rien dire, et quand on veut quelque chose on use de la communication des mots


                              • hommelibre hommelibre 18 octobre 2011 00:42

                                Je viens de vous dire que je ne parle pas de chaussettes. le langage du corps c’est tout-à-fait autre chose. Pourquoi ne tenez-vous pas compte de ce que je vous dis ? Si vous ne connaissez pas posez des questions, mais ne me renvoyez pas les chaussettes. Cela n’a rien à voir, même pas à titre d’exemple.


                              • hommelibre hommelibre 17 octobre 2011 23:42

                                « vous avez des propos dont les caractéristiques exposent un profil dont on devrait eloigner toute femme et tous hommes ».

                                Et voilà, les attaques personnelles et le dénigrement recommencent. Est-il possible de dialoguer avec vous ans que vous en veniez aux attaques et au dénigrement ?

                                "vous n’avez pas à toucher un être humain sans sa permission et en même temps on devrait vous faire des cours sur ce qu’est l’amour qui n’a rien à voir avec un baiser imposé à l’autre où pire"

                                Je ne dis nulle part de toucher l’autre sans sa permission ou d’imposer un baiser, je dis que le jeu amoureux depuis la nuit des temps est que les gens essaient, et si l’autre dit non c’est la limite. J’ai déjà été provoqué par des femmes qui voulaient m’embrasser sans mon accord. J’ai mis ma limite et j’ai ri car je ne voulais pas les faire se sentir bêtes. C’est comme cela les relations, l’un essaie, l’autre dit oui ou non. Même pour se parler c’est ainsi. Si je veux entrer en conversation avec quelqu’un je dois bien commencer par lui parler. S’il me dis qu’il n’est pas disponible j’arrête.


                                • Lorelei Lorelei 17 octobre 2011 23:52

                                  sans rire un type qui ose ecrire que l’on doit essayer d’embrasser autrui sans lui demander sa permission au préalable est un cas et si vous défendez ça, c’est votre probleme, moi je ne défendrai jamais une femme où un homme qui cherche à imposer ses pulsions et il est un danger pour les hommes et les femmes, sans aucun doute


                                • doctorix doctorix 17 octobre 2011 23:50

                                  Je ne voudrais pas que ces dames me fassent un procès d’intention.
                                  Par mon métier, j’ai rencontré de nombreuses femmes battues, parfois violées. Elles m’ont présenté des traces de violence, sur leur corps et dans leur âme.Je les ai conseillées, et aidées de toutes mes forces à porter plainte et je les ai soutenues devant la justice.
                                  J’ai toujours conseillé à ces femmes de quitter leur conjoint, même après une « simple » claque : on ne reste pas avec un homme qui frappe une femme.
                                  Mais le corollaire est de tenir compte de la fragilité du témoignage d’un être humain, quand il est emporté par la haine ou par l’intérêt : j’ai vu de drôles de choses, et des conflits d’intérêt allant de demandes de dommages-intérêts à de fausses accusations de pédophilie ou de viol pour obtenir la garde des enfants, en passant par les faux témoignages de l’entourage, parce qu’on n’a pas su résister à une femme qui pleure.
                                  C’est pourquoi je suis convaincu que devant ce dossier vide, un juge digne de ce nom aurait du faire preuve de plus de retenue, au lieu de nous faire part de ses états d’âme. Ce n’est pas ce qu’on lui demandait, seulement d’établir des faits. Ce qu’il n’a pu faire.
                                  Lorelei, la photo suave et volontairement sensuelle que vous présentez de vous-même indique précisément votre problème, et vos contradictions. On pourrait en parler, si vous voulez. Rassurez-vous, j’ai largement passé l’âge de tenter de vous séduire, et ce serait purement professionnel...Et je n’ai jamais eu recours au moindre geste déplacé, du temps où j’étais en âge de passion, mais bien plutôt aux mots, et même aux chansons, si vous voulez tout savoir : et je sens que je vais vous surprendre...
                                  http://www.webalors.org/artistes_inconnus/artistes_inconnus.htm


                                  • Lorelei Lorelei 17 octobre 2011 23:53

                                    votre conviction n’a aucune importance les paroles de ses nombreuses femmes en disent long sur le personnage


                                  • Lorelei Lorelei 18 octobre 2011 00:49

                                    la photo suave et sensuelle, hein, c’est quoi ce machin, c’est bien ce que je disais vous préjugez du corps des autres et leurs expressions.

                                    vous pouvez penser ce que vous voulez sur l’autre dès que vous gardez ça pour vous et ne cherchez pas à imposer par des actes vos idées...on est au 21eme siecle et on entend des propos digne du pire machisme, tu as vu ta photo j’ai décreté qu’elle est blabla ok mais c’est votre opinion et elle ne fait que vous presentez et votre manière de voir


                                  • hommelibre hommelibre 18 octobre 2011 00:24

                                    Lorelei : Demandez à d’autres personne si le jeu amoureux n’est pas aussi parfois tenter un geste, quitte à s’arrêter si l’autre montre son désaccord. Les regards parfois suffisent clairement pour dire non.

                                    Pour ma part, je sature d’être agressée par vous et de voir que vous déformez. Je ne comprends pas ce que vous avez. Je m’explique, et vous déformez encore une fois. Là je ne sais plus ce qui se passe et je m’arrête. C’est très, très difficile de dialoguer avec vous. Trop d’agressions.


                                    • Lorelei Lorelei 18 octobre 2011 00:36

                                      Il y a une différence entre tenter un geste et imposer un baiser qui est de l’ordre de l’intime, qui veut dire que l’on connait l’autre, et même là, on n’a pas à prejuger des sentiments de l’autre

                                      de plus vous jouez encore à la victime, on parle à une autre personne et hop vous répondez à sa place, il serait temps pour vous, de ne plus jouer à ça et accepter la discussion comme une personne adulte et accepter les propos différents des votres car c’est ça chez vous le vrai fond, une agressivité qui s’exprime dans le fond des sujets


                                    • hommelibre hommelibre 18 octobre 2011 00:40

                                      Vous m’avez bien traité de malade. Je ne joue pas à la victime. je souligne que vous m’agressez à chaque intervention. C’est un constat, pas un jeu.


                                    • Lorelei Lorelei 18 octobre 2011 00:44

                                      il est evident que votre sentiment consistant à jouer à la victime est là exemplaire vous prenez des paroles qui clairement répondent à un commentaire d’une autre personne que vous mêmes, car vous n’êtes pas le seul à être sur des fils, vous permet d’etre à nouveau dans l’hyper agressivité car votre jeu de victime est agressive bien que vous n’en ayez pas conscience...et ce jeu vous permet de jouer à un autre jeu blâmer les autres comme d’habitude...vous devriez régler arreter cette spirale vers le bas, ça ne sert à rien de se deresponsabiliser ni de blâmer l’autre pour sa vie où ses echecs


                                    • hommelibre hommelibre 18 octobre 2011 00:52

                                      Non mais, vous vous rendez compte de l’affaire que vous faites et de votre manière de me mettre en cause simplement parce que j’ai fait une fois une erreur sur le fil ?

                                      C’est quoi le problème, là ?

                                      Non, ne me répondez pas, je renonce. C’est trop confus et compliqué avec vous. je ne comprends pas ce que vous avez à mettre constamment les gens en cause et vous ne vous expliquez pas quand je vous pose la question.


                                    • Lorelei Lorelei 18 octobre 2011 01:05

                                      bah encore une réponse vous permettant de jouer à la victime, sauf que là franchement si vous aviez suivit le fil vous auriez évitez de répondre à un commentaire qui ne vous était nullement adressé mais il semble que votre fonctionnement ne va que dans ce sens celui de chercher à être une victime pour pouvoir exprimer une agressivité et le blâme dommage...


                                    • hommelibre hommelibre 18 octobre 2011 01:09

                                      Je ne comprends pas votre violence et pourquoi vous faites une telle affaire parce que simplement je me suis trompé une fois sur le fil. je ne vois pas pourquoi vous en faites un tel plat. Et je vous signale que vous m’avez traité de malade pour cette erreur. Si ce n’est pas une attaque il faut donner le décodeur.


                                    • Lorelei Lorelei 18 octobre 2011 01:12

                                      vous vous sentez malade dites moi en réalité ? je vois que vous êtes énormément dans le trip victime permettant l’agressivité et le blâme !!!

                                      pourquoi ne pas décider de sortir de cette spirale, vous savez que ça se remarque d’agir ainsi...


                                    • hommelibre hommelibre 18 octobre 2011 00:48

                                      Communication non verbale : voir en particulier dans l’école de Palo Alto.

                                      http://www.communicationorale.com/palo.htm

                                      http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=2453606

                                      Entre autres. L’humain est plus vaste que les mots qu’il utilise.


                                      • Lorelei Lorelei 18 octobre 2011 00:51

                                        bah c’est comme doctorix qui voit dans une photo des choses enfin vous savez il serait temps d’user de la parole pour demander aux gens ce qu’ils veulent ça a un nom la démocratie d’agir ainsi, on a des tas de types dans le monde dans tous les domaines qui décident pour autrui...et qui prejugent de leurs envies.


                                      • hommelibre hommelibre 18 octobre 2011 00:54

                                        Les gens fonctionnent comme ils le décident par eux-mêmes et ils sont assez grands pour se dire non s’il le faut. les gens utilisent tout ce qui est donné à l’humain : le verbal, le non-verbal, le visuel, pour communiquer. Libre à vous de ne vouloir utiliser que le verbal. C’est votre choix, je n’ai rien à en dire. je vous demande de respecter qu’il y a d’autres points de vue.


                                      • Lorelei Lorelei 18 octobre 2011 01:02

                                        Je n’ai pas de respects pour les préjugés qui s’érigent en idéologie pour empecher la démocratie, cette façon d’agir on l’a voit partout des tas de domaines sont infestés littéralement par l’idée que l’on doit décider pour les autres car ils sont en mini jupe, car ils font des gestes x où y, car leurs corps se balancent etc...on pourrait donner cet exemple en economie, les gens ne veulent pas être le 99 pour cent de pauvres pour le bien être des 1 pour cent qui ont décretés que la seule alternative la seule vérité est la paupérisation du monde, cette maniere d’imposer à l’autre une certaine façon de voir est injuste.

                                        Aucune personne n’acceptera que l’on décide de ceux qu’elle est pense en raison des expressions de son corps et en plus faire des expressions des corps une chose pour dire qu’elle est ainsi où pas, est juste inique dangereuse et entraine evidemment des problemes


                                      • hommelibre hommelibre 18 octobre 2011 01:11

                                        Il ne s’agit pas de préjugé. Vous semblez ne pas connaître ce dont je parle car vous répondez sur un autre sujet. Si vous êtes intéressée à savoir de quoi je parle vraiment, faites-le moi savoir.


                                      • Lorelei Lorelei 18 octobre 2011 01:16

                                        humm voyons vous savez comme moi que nul ne peut décréter que l’expression d’un corps implique quoique cela soit imaginez un instant un monde où on érigerait ce type de croyance en vérité...vous savez comme moi que l’on vivrait dans l’une des pires dictatures sur terre.

                                        on a tous des instincts selon l’expression des gens mais on sait aussi que l’on peut se tromper et avoir des jugements qui peuvent nuire soit à l’autre personne soit à nous mêmes, on a un super outil la parole autant en faire usage pour demander à l’autre ce qu’il pense ça evite les préjugés les opinions, les fausses idées etc..


                                      • hommelibre hommelibre 18 octobre 2011 10:46

                                        Lorelei :

                                        « vous savez comme moi »

                                        Je ne sais pas comme vous, non, car je ne sais pas ce que vous savez et je ne parle pas de la même chose. Il ne s’agit pas d’un instinct, d’une croyance ou d’une divination. Ce n’est ps une interprétation. Il y a des études poussées qui ont analysé :

                                        - les expressions du visages. Les émotions fondamentales et les attitudes intérieures s’expriment de manière assez précise. On reconnaît le contentement, la désapprobation ou la colère par exemple chez la plupart des gens, surtout si l’on est en présence physique de l’autre et que le ton de la voix, l’attitude générale et ce qui se dit verbalement le confirme.

                                        - Il y a ensuite l’attitude corporelle. La simple distance physique que l’on met entre l’autre et soi est significative d’une attitude intérieure. Tendre la main paume vers le haut signifie partout ou bien la demande ou bien l’absence d’agressivité. Les épaules en avant bras ouverts signifie un accueil bienveillant de l’autre. Certains gestes sont naturels : mettre la main sur le dos d’un ami. Pourtant le dos c’est très personnel, bien plus que la main.

                                        Ce sont quelques pistes assez générale mais cela va beaucoup plus loin. Cela dépend aussi du contexte, de ce qui se dit - parfois le langage dit une chose et le corps une autre.

                                        Tout cela n’est pas lié au port de chaussette blanches ou de minijupe.

                                        Cela dit il est possible d’interpréter à tort une attitude et de se tromper. Ma foi cela fait partie de la vie, et l’autre est là pour corriger notre erreur en signifiant par son attitude corporelle ou par des mots qu’il n’est pas dans l’état d’esprit que l’on croit.

                                        Dans le cas de Tristane Banon, elle a reconnu avoir tenu la main de DSK pendant l’interview. Je ne sais pas comment cela c’est passé, selon elle c’est lui qui a demandé. Le simple fait d’avoir accepté cette demande (dont on ne sait si elle était faite sur le ton de l’humour) crée une intimité. La barrière physique était déjà abolie. Moi je ne tiens jamais la main des gens avec qui je travaille. Je garde la distance physique. Mais il peut m’arriver de frotter le dos de quelqu’un qui a besoin d’encouragements, si la confiance est assez établie, et je ne lui demande pas si je peux le faire. A ce point de vue je suis spontané, je ne cérébralise pas toutes les relations et je sais quand quelqu’un m’accepte ou non.


                                      • Lorelei Lorelei 18 octobre 2011 21:47

                                        Le langage du corps ne veut rien dire au final toutes les études du monde ne peuvent pas décreter que vos expressions du corps veulent dire une chose précise, je peux tenir la main d’un homme sans penser à rien et surtout ça n’est pas une invitation à quoique cela soit si à chaque fois que l’on devait tenir la main d’un homme où d’une femme cela devait être interprétée comme une invitation on aurait de graves problemes, on ne peut pas s’appuyer sur ce genre de choses pour les relations peu importe le domaine, on a tous les risques de faire les erreurs et apres pour se justifier on va l’imputer à l’expression du corps de l’autre et ainsi on se retrouve dans l’inversion des realités où les expressions physiques de l’autre sont une forme de justification à ses propres actes.

                                        C’est comme le détecteur de mensonge, vous saviez que ça ne marche pas en realité, que l’on ne peut plus s’appuyer sur ça pour déclarer x où y coupable...on doit faire tres attention à ses idées qui ne sont en rien scientifique mais ce sont des opinions, des idées que l’on a sur le corps de l’autre, sur l’expression de son corps et avec ça, si on y refléchit une minute vous savez comme moi que c’est pas juste de se baser sur les expressions du corps pour leurs imputer l’intention d’une personne et dans ce cas ce n’est pas à elle de vous dire non c’est à vous de ne pas lui imposer des idées sur la façon dont se comporte le corps, autrement on rendre dans une autre violence où on evalue les gens sur des choses que l’on pense et non sur des faits et c’est l’un des points dans le monde que l’on omet seuls les faits comptent, les actes et non les expressions d’un corps, si on menace une personne c’est un fait par contre si je tiens la main d’un homme, c’est aussi un fait mais il n’y a pas de possibilité à interpreter en realité, je lui tiens la main c’est tout ça ne veut rien dire de plus et si on se met à se dire tiens ça veut dire ça et ça, on risque de tomber dans des préjugés.

                                        Maintenant que l’on puisse user des expressions corporelles pour se faire une petite idée sans certitude ça existe dans le profilage des criminels en effet mais même là on sait que c’est pas juste une piste sans certitude ça demande de vrais renseignements, la parole tout simplement et les actes.


                                      • hommelibre hommelibre 18 octobre 2011 23:17

                                        Sur les expressions faciales il existe des études scientifiques qui vont plus loin que l’interprétation. On établit des liens entre des zones du cerveau, l’émotion et l’expression. Des études portant sur des milliers de cas valident cela.

                                        Il n’est pas question de décréter que telle expression signifie telle ou telle chose, mais d’observer des milliers de cas et ensuite d’en tirer une conclusion. C’est la méthode scientifique.

                                        Les expressions et la gestuelle sont un code profondément enraciné. Les petits enfants connaissent très vite les bases de ce code et savent en un regard si un parent va les gronder ou les récompenser. Le cerveau utilise le corps pour mettre en place des codes de communication complémentaires au langage.

                                        Sur la question de tenir la main cela dépend des cultures. Ici tenir la main un peu longuement est un code social de rapprochement corporel et émotionnel non dénué d’intentions. Ailleurs comme dans certaines régions d’Italie les hommes marchent dans la rue parfois en se tenant par le petit doigt sans que cela n’ait de signification particulière.


                                      • Stephanie75 18 octobre 2011 11:28

                                        Je crois que tu ne fais pas honneur à Dreyfus en comparant sa situation à celle de DSK.

                                        Le lynchage médiatique, il n’y a pas que lui qui en a été victime, bien d’autres l’ont été et ils ne sont pas pour autant juifs.

                                        Est-ce qu’aujourd’hui parcequ’on est une personnalité juive, on a plus le droit d’être critiqué, jugé sous peine du délit d’antisémitisme.
                                        Cette mécanique communautaire me dérange, si nous sommes tous égaux, il faut effacer ce tracage identitaire et accepter d’entrer dans le débat comme n’importe quel autre citoyen.

                                        Je devine entre les lignes un avis communautaire , un avis prêt à démontrer par une réthorique fallacieuse et des arguments aussi vides que possibles que DSK est innocent.

                                        IL n’y a pas de kabale dirigé contre DSK, il n’y a que son passé qui le rattrappe, et ce passé étant lourd, il risque d’être impliqué dans bien d’autres affaires.

                                        Tu ne convaincs personne que toi même.
                                        Tu es peut-être un homme libre mais tu es bel et bien prisonnier de ton sectarisme identitaire !!!


                                        • hommelibre hommelibre 18 octobre 2011 14:05

                                          Stéphanie,

                                          Je ne fais pas de sectarisme identitaire. Je ne suis pas juif, je ne connais pas DSK, mais je suis sensibilité par l’antisémitisme, c’est vrai. L’aspect éventuellement antisémite de certaines réactions sur internet n’est pas le seul aspect que je souligne dans mon article, pourquoi ne citer avec insistance que celui-là ?

                                          Est-ce vous qui auriez un problème avec les juifs ?


                                        • Lorelei Lorelei 18 octobre 2011 21:49

                                          je ne vois aucun lien entre l’affaire dreyffus et dsk, le fait d’être juif ne fait pas de vous une victime ni un coupable, ça n’a rien à voir...seuls les actes et les faits comptent, et dsk n’a rien d’un saint au vu des propos des femmes et de son comportement dont parlent aussi bien les hommes que les femmes ce type doit songer à apprendre le respect des autres au minimum, quand on ose dire que le peuple de grece n’a qu’à se serrer la ceinture pendant que lui se paye des costumes à 10 000 euros et plus on peut se poser des questions sur son ethique et sa vision des gens...


                                        • hommelibre hommelibre 18 octobre 2011 23:00

                                          Les analogies avec l’affaire Dreyfus sont multiples même si l’intensité dramatique n’est pas identique (il n’y a pas eu d’émeutes anti-DSK en France) et le motif est différent.

                                          Dreyfus a été accusé d’un des pires crimes de cette époque très nationaliste : la trahison au profit des allemands. DSK est accusé d’une des pires crimes de notre époque.

                                          Le fait qu’ils soient juifs tous les deux est secondaire même si ce n’est peut-être pas anodin. Mais à l’époque l’antisémitisme était beaucoup plus virulent qu’aujourd’hui.

                                          Le retentissement national l’ampleur, le nombre d’aspects soulevés, l’ébranlement politique, la division de la France en deux camps, l’hallali médiatique, la faiblesse des preuves, la violence des propos, font partie des analogies.

                                          On peut ajouter deux époques troublées où la fabrication d’un bouc émissaire est utile à la société pour projet les rancoeurs et frustrations sociales.

                                          Pour moi il y a bien des analogies.

                                          Il n’est pas dit que cela s’arrête. Qu’une telle vague, qu’une telle somme d’accusations n’aient pas de suite serait étonnant. Il faut à mon avis s’attendre à des missiles et des torpilles. L’ébranlement de l’affaire n’a peut-être pas encore atteint son paroxysme.


                                        • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 octobre 2011 23:08

                                          Hommelibre, c’est de l’humour quand vous évoquez « l’ébranlement de l’affaire » DSK ?

                                          Comparer DSK à Dreyfus, il fallait oser... Sérieusement, vous êtes sérieux ?

                                          DSK est un queutard, comme on dit dans nos bars de campagne de province. Un obsédé de la teub, un démangé de la gonade qui prend les femmes pour des calmants trois-en-un-sept minutes-chrono, un traumatisé de la libido incapable de gérer ses vapeurs, un rutard sniffeur de vagins en guise de femmes.

                                          De grâce, ne mêlez pas au foutre de DSK la dignité de Dreyfus !


                                        • Lorelei Lorelei 18 octobre 2011 23:14

                                          Vous ne pensez que vous insultez la famille Dreyfus en comparant l’incomparable, d’un côté on a un homme d’honneur et de l’autre un type qui se comporte comme un saligaud...sa judaïté ne fait pas de lui ni un innocent ni un coupable, ça n’a rien à voir, à partir de là à chaque fois qu’un juif est accusé de crimes où se comporte mal on n’a plus qu’à lui donner l’absolution d’avance quoiqu’il fasse, enfin là le raisonnement est etonnant comparer deux affaires entre un homme d’honneur et un homme de deshonneur me laisse perplexe


                                        • hommelibre hommelibre 18 octobre 2011 23:26

                                          Cosmic Dancer,

                                          Je ne compare pas en terme de personnes, mais d’ampleur prise, même si comme je le souligne l’affaire Dreyfus a atteint une intensité plus grave.

                                          Mais par l’ampleur, la violence qui s’est déchaînée par exemple sur les blogs, la division de la France, les thèmes touchés, je ne vois pas d’affaire qui ait de longue date pris autant la tête des français avec autant d’éléments mélangés. Quoi que l’on pense de DSK, dont je ne sais que ce que d’autres en disent, l’affaire va bien plus loin que lui et le mécanisme de bouc émissaire est formé. A preuve la manifestation sous ses fenêtres, entre autres. Y a-t-il dans le passé récent de la France des attaques personnelles atteignant une telle intensité ?

                                          En l’état il n’est pas jugé coupable. Pour sa vie privée que chacun balaie chez soi.


                                        • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 18 octobre 2011 23:51

                                          Mais, Hommelibre, l’ampleur est mondiale et permanente voire millisecondesque. A chaque événement, voire micro-événement au regard de ce quil fut qualifié d’événement au temps de l’affaire Dreyfus, correspond un choeur de scandalisés, d’indignés, de procureurs et de défendeurs. Donc pour ce qui est de « l’ampleur », on peut dire qu’elle est permanente-universelle et que notre moderne monde passe sa vie à beugler, principalement sur internet.

                                          Quant au concpet de bouc-émissaire, excusez mais en l’occurrence c’est bel et bien Nafissatou qui a joué le rôle, et Banon avec : des foldingues inventives (les femmes sont imaginatives, c’est bien connu, c’est leur nature...). Car le sieur bitard s’en sort, question juridique, à merveille.

                                          Quant aux attaques récentes relevant d’une telle intensité, oui il y en a et tous les jours : prenez not’ président, ou encore BHL, ou même, allez, pour faire bon poids, le pape !

                                          DSK n’est pas jugé coupable dans un cas car Mme Diallo a menti, et dans l’autre car en l’état de la justice française la prescription est autant de vigueur que la nuance dans la qualification des faits.

                                          Cela étant dit, je pense personnellement que DSK est un taré de la teub, que Mme Diallo n’a pas eu de chance et a tenté d’en avoir, et que Mlle Banon n’est pas claire.

                                          Pour autant, DSK est un gros porc qui ne mérite nullement la moindre comparaison avec le capitaine Dreyfus.


                                        • Tall 18 octobre 2011 23:58

                                          moi je dirais que DSK est un sanguin, mais pas un violeur ... que Diallo est une arnaqueuse, et Banon une coincée de chez psychobrol


                                        • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 19 octobre 2011 00:07

                                          Qu’appelles-tu un sanguin, Tall ?
                                          DSK est un queutard qui ne comprend pas le « NON ». C’est connu dans pas mal de milieux, désolée. Il n’est, en l’espèce, ni plus ni moins qu’un éructif incontrôlé, ce qui n’est pas très original. Quid, notamment, de son ex-collègue au FMI ?
                                          Un « sanguin », peut-être... Un obsédé addictif inapte à entendre l’Autre, sans aucun doute.


                                        • Tall 19 octobre 2011 00:27

                                          Ne connaissant pas la limite exacte de son système de dragouille, je ne me hasarderais pas le défendre sur ce plan.

                                          Mais, au cas par cas, avec la Diallo, ça sent vraiment l’arnaque à plein nez, et pour la Banon, tu l’as dit toi-même, c’est pas clair.
                                          Quant aux autres plaintes où sont-elles ? Et il a 62 balais...
                                          Tu sais, les vrais violeurs, c’est tout autre chose.

                                        • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 19 octobre 2011 00:43

                                          Il n’y a pas de « vrais violeurs ».
                                          Nafissatou a certes menti à l’administration américaine, ce n’est pas pour autant qu’elle a menti sur tout et notamment sur le fait de « vrai viol », à savoir le fait d’imposer un acte sexuel, quel qu’il soit, sans le consentement du partenaire. En cette acception un simple « baiser » est une agression que d’aucuns vont défendre comme un honneur fait à la femme embrassée et qui pourtant pour elle, si non désiré, est d’une extrême répugnance.
                                          Aussi, si en effet il est possible de distinguer en gravité le baiser volé du crapaud du viol intime du criminel, il n’en demeure pas moins que ce qui n’est pas désiré et pris de force CONTRE le consentement est condamnable.
                                          A cela tu peux ajouter qu’en matière sociale et professionnelle, bien des hommes de pouvoir pensent que trôner sur le siège du décideur signifie s’admirer la braguette au point de vouloir en partager la magnificence avec la première femina venue.
                                          Enfin, les pratiques sexuelles autant modernes qu’intemporelles consistant à ce qui est aujourd’hui nommé « échangisme » étant notoirement dans les ébats ébahis (quelle forme imaginative, s’ébahir de coïter ad repetitam avec anybody) considérées comme la norme absolue (faute de quoi vous êtes réactionnaire fasciste anti-moderne), pourquoi se gêner, hein, quand en plus on s’appelle Dominique, excusez du peu, French Fucker à la tête du FMI.
                                          Pas besoin de fist-fucker, on n’est pas des bêtes.
                                          Le viol du péquenot, c’est le viol du péquenot. On fait ça classe, ça passe ou casse.


                                        • Tall 19 octobre 2011 00:56

                                          Ah mais si, il y a des vrais violeurs.... Et s’il y a bien un domaine où il est très casse-pipe ( ha ha ha ! ) de généraliser, c’est celui du sexe. Car tu y trouves tout et son contraire et à tous les degrés du thermomètre. Pour ça, je préfère, le cas-par-cas pour la discusse..

                                          Alors pour Diallo, ma conviction perso, c’est que c’est elle qui l’a carrément allumé dans le cadre d’un piège prémédité. Et je verrais même bien l’ombre de l’Elysée derrière la magouille. Car niveau calendrier, c’est une fameuse coïncidence. Evidemment, je n’ai aucune preuve. Mais ça expliquerait pas mal de choses, notamment la vitesse de l’action dans la chambre. Car si c’est elle qui l’allume carrément au sortir de sa douche, c’est normal que ça aille vite.

                                        • Tall 19 octobre 2011 01:06

                                          Quant aux braguettes des hommes de pouvoir, c’est la majorité des femmes qui les aiment. Faut pas se raconter d’histoires là. Et toi tu n’es pas dans la majorité. Ben non, et c’est ton droit.

                                          Tiens, rien que l’histoire du Prince charmant qu’on raconte aux petites filles.
                                          Pourquoi pas un prolo charmant, hein ? Sont pas bien les prolos ?

                                          Et pour l’échangisme, bof ... ya que des volontaires. C’est pas + malin ni + con que des gays s-m.

                                        • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 19 octobre 2011 01:19

                                          Nul conte ne dit, Tall, que les princes ne sont pas issus des classes prolétariennes smiley

                                          Car la noblesse de coeur également est inscrite dans les contes smiley
                                          Allez, @ +


                                        • Tall 19 octobre 2011 01:20

                                          oui ciao smiley

                                          on a flirté avec l’incident diplomatique .. la situation fut tendue .. smiley

                                        • Loatse Loatse 18 octobre 2011 13:00

                                          Homme libre parle de langage du corps, docdoryx lui tient pour normal de se ruer sur une femme pour l’embrasser voire plus (si affinités)

                                          J’ai une anecdote à ce propos, lors de mon dernier job dans une association, un type me draguait tellement lourdement que c’en était passé au harcèlement (chaque jour, malgré mes refus multiples, il insistait)...

                                          J’étais tellement mal à l’aise devant ses regards appuyés (genre loup du père dodu) sur mes formes, que je me mis à porter... des cols roulés informes.... que nenni !

                                          Jusqu’au jour ou, se retrouvant seul avec moi, le quidam passa à l’acte... Se retrouver plaquée contre un mur, le corps d’un mec qui vous répugne et qui vous inflige la réalité de son désir (et cela n’a rien à voir avec le physique), contre vous, essayant d’attraper votre bouche alors que vous tournez la tête dans tous les sens tandis que vos bras le repoussent avec toute votre force, comment appeler cela ????

                                          D’autres avant moi ont cédé « pour avoir la paix »... Pour ma part, j’ai appelé la police, sans preuves on m’a conseillé de ne pas porter plainte (maintenant je comprend pourquoi), toujours est il que le gendarme a pris sur lui, outrepassant ses droits de téléphoner au type et d’emettre une injonction de ne plus m’approcher... ce qu’il a fait..

                                          Mais la décompression de ces semaines de harcèlement ce fut une méga dépression pour moi et finalement mon contrat ne fut pas renouvellé alors que j’étais une employée exemplaire donnant toute satisfaction..

                                          La personne qui me remplaca fut...un homme.

                                          J’ai payé doublement...

                                          Pour en revenir au langage du corps, hommelibre, il est un complément à la communication verbale, penser qu’il peut s’y substituer est à la source de bien des malentendus... si quelques uns pensent pouvoir se passer de la phase communication, mais que leur baiser est rendu pourquoi pas... toutefois c’est s’exposer à un refus... là ou l’on rentre dans le domaine de l’agression sexuelle c’est malgré le refus, il y a insistance...


                                          • hommelibre hommelibre 18 octobre 2011 14:02

                                            Loatsé,

                                            Nous sommes d’accord sur le fait que cette « anecdote » est une agression. Je ne sais pas ce que Doctorix citait comme situations particulières et quelle est la part de provoc dans ses propos. Pour ma part le comportement d’homme que vous décrivez m’est particulièrement détestable. En tant qu’homme je ne m’y retrouve pas et je désapprouve. Le jeu amoureux, voire le libertinage, sont une chose, mais un minimum d’évaluation de la situation me semble nécessaire.

                                            En ce sens, oui, pour un homme ou une femme qui sollicite, il est bien d’avoir évalué les choses au plus proche. Cela dit on peut se tromper et prendre un râteau. Je pense qu’il faut accepter cet aspect des choses.

                                            Moi aussi j’ai une anecdote. Je suis quelqu’un qui discute facilement et qui témoigne volontiers de la sympathie. J’avais sympathisé avec une vendeuse de fleurs d’une grande surface. Un jour nous nous sommes rencontré dans un café du quartier et nous l’avons bu ensemble. C’est tout. Elle ne connaissait pas mon nom, juste un peu mon activité professionnelle. Elle m’a dit qu’elle partait bientôt en vacances et m’a demandé si je passerais lui dire au revoir au magasin. A un moment elle m’a parlé de son couple en se plaignant de son mari... hum hum, j’ai un peu plus fait attention. Le bovarysme ne m’intéresse pas. Bref quelques temps après ma compagne et moi avions fait une invitation chez nous. On sonne à la porte : c’était elle, qui m’avait suivi pour trouver mon adresse, et qui me reprochait de ne pas être venu lui dire au revoir !

                                            Le lendemain elle s’est excusée. Encore heureux ! Et encore heureux que mon amie l’a pris avec humour.

                                            C’était un harcèlement et une intrusion détestable dans ma vie privée. Elle s’est prise un râteau. J’ai réglé ça moi-même immédiatement.


                                            Je pense que quand on ressent des choses troubles avec quelqu’un il faudrait essayer de percer l’abcès plus vite, préventivement. Par exemple j’aurais pu lui demander pourquoi elle me parlait de son couple, ou lui dire que cela ne m’intéressait pas.


                                            Concernant le langage du corps, je ne peux imaginer m’en contenter si je ne connais pas la personne, s’il n’y a pas déjà des signes de proximité et de connivence, qui se repèrent facilement.

                                            Pour DSK et Banon ils se connaissaient, et comme elle l’a dit elle a accepté de tenir sa main pendant l’interview. La barrière physique était déjà tombée. Après, je n’y étais pas.


                                          • Loatse Loatse 18 octobre 2011 17:27

                                            « Je pense que quand on ressent des choses troubles avec quelqu’un il faudrait essayer de percer l’abcès plus vite, préventivement. »

                                            je vais finir par acheter vos bouquins moi !  :))

                                            Toujours positifs de lire des propos qui font résonnance..

                                            merci.


                                          • hommelibre hommelibre 18 octobre 2011 17:54

                                            Loatsé :

                                            Les blogs ne sont qu’un aspect de moi. Une amie qui vient de lire mon roman me qualifie de romantique. C’est vrai.

                                            Les femmes y ont une belle place et un bel être.


                                          • Loatse Loatse 18 octobre 2011 13:14

                                            Donc je terminerai par une remarque ; un homme équililbré, observateur n’imposera pas son désir, il saura déterminer si oui ou non celui ci sera perçu et reçu positivement ou pas... encore faut il qu’il prenne le temps d’observer l’« objet » de celui ci.....

                                            se ruer sur des femmes en pensant, « ca passe ou ca casse »... c’est faire peu de cas de la violence que celles ci peuvent ressentir à leur égard...


                                            • cyberagora cyberagora 18 octobre 2011 23:59

                                              @ l’auteur

                                              Un coupable désigne celui qui a commis une faute.

                                              Condamné signifie reconnu coupable.

                                              Pour DSK, c’est simple, il est présumé innocent, ça c’est pour la justice et le droit.

                                              Mais ce qui compte, c’est le parfum qu’il dégage, et là, pour beaucoup, les subtilités sémantiques sont négligeable face à leur intime conviction : coupable !

                                              C’est un paradoxe, que la présumée innocence s’applique à quelqu’un qui a commis une faute (donc coupable...)

                                              En conclusion, pour sortir de ce paradoxe, il reste la condamnation morale...

                                              Admettre un « faute morale » (merci l’ADN, car l’agenda de DSK lui aurait donné un alibi qu’il a cherché) et promettre avoir abandonné sa« légèreté » ne suffit pas à se permettre de pavoiser et espérer une mission publique.

                                              De même, avoir admis avoir tenté d’embrasser, malgré ses 1ers propos contradictoires, ne peut être que le résultat d’un calcul qui l’a contraint a lacher du mou (si j’ose dire). Du mou, ou toute la vérité, rien que la vérité ?

                                              Allons, voyons, ce qu’il a dû reconnaître n’est que le prolongement d’un faisseau de preuves concordantes faisant penser à la réalité de l’agression sexuelle dénoncée par TB. Il lui restait à espérer que les preuves seraient insuffisantes pour qualifier cette agression en tentative de viol. C’est souvent le cas...

                                              Conclusion, pas comme aux USA où il s’agissait d’un déni de justice, en France, ce nest pas la Justice dénaturée. Dorénavant, on sait que DSK aurait dû être jugé comme délinquant, et peut importe le jugement...

                                              Quand nous verrons dans un film une histoire de violeur, on aura tous la même petite pensée...

                                              Pareille pour les cocues, d’ailleurs...

                                              Qui sait si gràce au Procureur, elle va pas enfin ouvrir les yeux, elle qui croit encore que Piroska était une erreur d’un soir...


                                              • hommelibre hommelibre 19 octobre 2011 23:44

                                                Le secrétaire du Syndicat de la Magistrature commente la décision du Parquet. Me Bonduelle n’y va pas de main morte avec le procureur. Il est quasiment à l’accuser :

                                                "- Peut-on affirmer, d’après cette phrase, que DSK a reconnu une agression sexuelle ?

                                                - A la lecture de cette phrase, non. Tout ce qu’elle dit, c’est que DSK a reconnu quelque chose que le parquet – et non DSK - considère comme pouvant être qualifié d’agression sexuelle. Autrement dit, le parquet donne son point de vue en se fondant sur les déclarations de DSK, mais il ne s’agit pas du point de vue de DSK.

                                                - Dans sa lettre adressée à Tristane Banon, le procureur de Paris indique notamment : "Il m’apparaît en revanche que, s’agissant des faits reconnus par son auteur, dont la connotation sexuelle n’est pas discutable, ceux-ci ne peuvent s’analyser autrement qu’en délit d’agression sexuelle." Que comprendre de cette phrase ?

                                                - Exactement la même chose. C’est la version développée de la formule ramassée retenue dans le communiqué. Je m’interroge d’ailleurs sur les intentions du parquet lorsqu’il rédige ainsi le communiqué : la formulation qu’il a retenue a provoqué une certaine confusion, alors qu’il a par ailleurs su trouver les mots pour dire les choses clairement dans le courrier à Tristane Banon. Je ne sais pas si c’est de la maladresse ou de la malveillance, mais la manière dont le communiqué rédigé a pu faire croire à certains, à tort, que DSK avait explicitement reconnu une agression sexuelle.

                                                - Peut-on pour autant affirmer que les faits d’agression sexuelle sont établis ?

                                                - Non. Tout ce qu’on peut dire c’est qu’ils le sont pour le procureur, mais ce n’est pas le procureur qui juge. Il est seulement l’autorité de poursuite, c’est-à-dire une partie à la procédure. Il arrive régulièrement que l’opinion du procureur ne soit pas suivie par les juges, dans un sens ou dans l’autre. Autrement dit, ce classement sans suite ne vaut évidemment pas jugement de DSK. DSK n’ayant pas été jugé coupable par un tribunal, il est toujours présumé innocent de ces faits."

                                                Les mots sont forts : Maladresse ou malveillance ?... Poser la question c’est y répondre...

                                                Autrement dit soit le procureur est incompétent, soit il règle des comptes... Mais à ce niveau et dans une telle affaire, la maladresse ne peut être invoquée.


                                                Ce n’est plus de la justice, c’est du guignol.


                                                Il parle aussi d’un autre courrier du procureur à TB :

                                                « alors qu’il a par ailleurs su trouver les mots pour dire les choses clairement dans le courrier à Tristane Banon. »

                                                Tiens, elle n’en parle pas. Maladresse ou malveillance ?


                                                Il est possible que cette affaire ne soit pas terminée et que l’on assiste d’ici quelques mois à une vague en retour.


                                                • cyberagora cyberagora 20 octobre 2011 18:53

                                                  Quelles que soient les actions faites par des Autorités, des acteurs, des témoins, il y aura toujours contreverse...

                                                  Tous les discours, commentaires ou décisions ne seront jamais unanimes...

                                                  Alors, il reste l’intime conviction...

                                                  Le Syndicat de la Magistrature peut nuancer des propos, ils n’ont pas plus de valeur que les autres... Qui règle des comptes avec qui, dans cette affaire, on s’en fout !

                                                  Pour beaucoup, DSK est et restera à jamais suspect d’actes délictueux ou criminels, car on peut être coupable (cad avoir commis une faute) et avoir su ou pu échaper à un Tribunal ou y être jugé...

                                                  Présumé innocent, c’est pour la Justice « officielle ». Ce n’est pas la meilleure carte de visite quand vous avez un profil de coupable... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès