• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Gilets jaunes : réflexions après l’acte 18

Gilets jaunes : réflexions après l’acte 18

Alors que le gouvernement espérait probablement que le mouvement finisse par s’éteindre de lui-même avec le grand débat et les élections européennes, la journée de samedi 16 mars est venue rappeler que la colère n’est pas éteinte, outre les violences condamnables des black blocksAlors que Macron semblait reprendre un peu d’air, ce samedi a couronné une semaine noire pour lui.

 

Tout ce qui ne va pas en macronie
 
Le rebond très limité et dérisoire du mois de février, qui laissait entre deux tiers et trois quarts des Français mécontents de son action, risque de ne pas faire long feu. Nous avons eu droit à un condensé de tout ce qui se va pas avec cette présidence : mépris des Français, communication effarante, comportements bien légers, et, pour couronner le tout, une gestion absolument désastreuse de la sécurité sur les Champs Elysées. D’abord bien sûr, le mépris des Français, l’immense majorité de la population constatant que le pseudo grand débat est un artifice communiquant dont tous les sujets qui fâchent sont exclus de manière grossière. Le 16 mars, les Gilets Jaunes ont relancé le mouvement.
 
 
Selon le Nombre Jaune, cité par le Figaro, plus de 200 000 personnes se sont mobilisées (32 000 selon le pouvoir). Depuis des mois, le contraste entre les vidéos ou les photos et les chiffres officiels donne un côté assez dérisoire aux chiffres officiels, une nouvelle manifestation de la communication grossière de cette majorité, qui continue à brandir le chiffon de l’extrême-droite, alors qu’il semble clair que les violences des Champs Elysées venaient de l’extrême-gauche. Les frasques du ministre de l’intérieur le week-end d’avant et l’escapade dans les montagnes du président alors même que Paris brûlait ont accru le questionnement légitime du professionnalisme dans la gestion du 16 mars.
 
En effet, ce n’est pas comme si l’acte 18 n’avait pas été annoncé depuis longtemps comme présentant des risques plus importants que les précédents… Bien sûr, les actes de destruction, de pillage, de vol, de mise en danger de la vie d’autrui sont condamnables et devraient être sanctionnés aussi fermement que cela se doit. Mais ce qui est étrange, c’est l’impression d’impunité que laissent les images, comme s’il était impossible d’empêcher ces actes, ou de retrouver et arrêter les fauteurs de trouble. Pourquoi l’Etat semble totalement capable de maîtriser 1500 casseurs réunis sur les Champs Elysées, alors que plus de 5000 forces de l’ordre étaient mobilisées ce samedi ?
 
Il est triste que ce soit les violences qui aient fait remonter cette mobilisation au long court dans les unes des média, au point d’occulter le message des Gilets Jaunes et la Marche pour le climat, qui comptait de nombreux Gilets Jaunes. Heureusement, Claude Askolovitch s’est heureusement démarqué en évoquant la volonté de justice sociale du mouvement et son rejet de la violence et de l’antisémitisme. Malheureusement, l’amalgame totalement abusif du président de la République perdure, alors que les images montrent bien que ce sont des groupes bien distincts qui sont violents. Heureusement, on peut croire que le message de la majorité est assez peu audible depuis le 16 mars.
 
 
Evoquer la complicité de toute personne qui manifeste est très choquant. Les ficelles sont grosses : c’est autant le moyen d’essayer de décourager la poursuite du mouvement, dont on voit que l’essouflement évoqué est plus que relatif, que celui de remettre en cause le droit de manifestation. Un discours intenable alors que les Algériens manifestent librement. C’est à l’Etat d’assurer l’ordre.

Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • sweach 22 mars 10:56

    Nous avons deux chose.

    1) La réalité

    2) La transmission de celle-ci par les média

    Le peuple commence à prendre de plus en plus conscience de la différence entre la réalité et ceux que les médias en font.

    Le mouvement des gilets jaunes n’a pas vocation à manifester dans les rue marchande, il n’a pas de représentant et il n’a pas de revendication claire.

    Ce mouvement est avant tout une manifestation du mécontentement du peuple, dans le but d’obtenir un meilleur niveau de vie et plus de justice sociale, la taxe carburant étant la goûte d’eau qui a fait déborder le vase, cela se résume par des regroupements de citoyen sur les ronds point qui font des débats d’idée, ils bloquent la libre circulation des gens et surtout des marchandises et ils détruisent les outils qui servent à spolier les pauvres comme les radars, les péages, les horodateurs. (un même coût à plus d’impact sur un pauvre que sur un riche)

    Ce type de manifestation est une excellente réponse aux problèmes que pose la connivences des syndicats avec le patronna et la perte de pouvoir d’achat qu’engendre une grève pour le manifestant.

    Pour ceux qui suivent mon propo, les gilets jaune n’ont donc rien à faire sur les champ Elysée, si il n’y a pas de représentant et qu’il n’y a pas de revendication, nos médias sont un peu perdu, ils sont donc obligés de tout inventer afin de pouvoir le discréditer.

    J’invite donc tout les gilets jaunes à reprendre le vrai mouvement initial qui consiste à bloquer les ronds point, les autoroutes et la libre circulation.

    Le périphérique de Paris ou bien Rungis ou encore la raffinerie de Grandpuits me semble de bien meilleur endroit que les champ élysée pour manifester.

    Les médias peuvent bien raconter ce qu’il veulent sur les mec qui cassent des vitrines, cela se compte en centaine de millier de d’euros, mais bloquer la libre circulation ça se compte en centaine de million d’euros (voir en milliard sur la durée), celui qui n’est pas trop con sait faire la différence d’impacte.


    • Arogavox 22 mars 12:09

      @sweach
      « On ne prête que ce que l’on a » disaient nos grand-mères.
      ( Et on ne reconnaît chez autrui que les vertus ou les tares que l’on a tendance à développer soi-même  faut-il le péciser ?)
        Si nos ’importants’, qui commettent trop souvent la stupidité de vouloir donner des leçons d’humilité, se permettent d’interpréter la colère d’autrui comme une simple ’posture’, une comédie outrée, c’est parce qu’ils ne savent pas se conduire autrement eux-mêmes que comme des histrions, cabotins ou charlatans !


    • Arogavox 22 mars 13:15

       Lorsqu’on prétend imposer à autrui les lumières de la raison, on perd toute légitimité dès que l’on commet la moindre erreur ou faute de logique.
       N’importe quel logicien vous démontrera immédiatement que si on accepte (ne serait-ce qu’une seule fois) que 2+2=5, alors il est le pape.

       Nos « représentants du peuple » sont alors illégitimes et farfelus dès qu’ils se permettent la moindre incohérence.
        Or dès lors qu’ils prétendent respecter notre Constitution française, ils doivent savoir que cette Constitution est composée de mots qui renvoient à des interprétations fluctuantes selon les individus, les contextes, et dans le temps ; ces mots n’ayant de plus pas la prétention de constituer un formalisme mathématique permettant un contrôle de conformité dans l’absolu.
        La seule prétention humainement envisageable serait par conséquent, a minima, de s’attacher à ce que cette Constitution véhicule un sens commun non équivoque et consensuellement vraisemblablement reconnu par quasiment n’importe quel Français. 
       Dès qu’un risque ou un doute se fait jour sur la capacité du ’peuple’ à interpréter consensuellement cette Constitution, serait ’logique’ de demander à la plupart des citoyens de s’en remettre à l’interprétation du moment commise par des spécialistes constitutionnels du moment, en restant cohérent avec, par exemple ce passage ? :
       

      « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum.

      Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice.

      Le suffrage peut être direct ou indirect dans les conditions prévues par la Constitution. Il est toujours universel, égal et secret.

      Sont électeurs, dans les conditions déterminées par la loi, tous les nationaux français majeurs des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques. »

      — Article 3 de la Constitution

       Comment concevoir que des ’doléances’ exprimées de fait par une section du peuple seulement (plutôt âgée ... plutôt conservatrice ...) puissent être légitimées préférentiellement par un ou des individus élus pour justifier un exercice de la souveraineté nationale qui est censé ne dépendre que des ’représentants’ (en supposant qu’ils représentent bien !) et de la voie du référendum ?! 
         
       Si la légitimité n’est qu’une affaire de perversion des mots, les « Giltes jaunes » doivent, toutes affaires cessantes, se battre pour défendre leur propre acception de chaque mot.
       Sans oublier la devise du siècle de Lumières : « sapere aude » = « ose te servir de ton propre entendement » !


    • Arogavox 22 mars 19:23

      ... Ce qui précède montre ce qui est déjà contestable lorsqu’on envisage honnêtement le raisonnement invoqué dans le cas où tous les gens impliqués ont souscrit et souscrivent (au moins implicitement) à un « Contrat social » démocratique.
          
       Pour raisonner plus rigoureusement et plus honnêtement encore, reste à ne pas perdre de vue que la réalité est bien moins simpliste que cette configuration intellectuelle. D’une part, les Français n’ont jamais explicitement « signé » notre Constitution qui semble être assimilée à un contrat social !
        Tout au plus pourrait-on considérer que le moindre acte de vote puisse être vu comme une acceptation-validation implicite de la Constitution. Voilà qui est déjà bigrement tiré par les cheveux ... mais cela s’aggrave encore lorsqu’on constate la progression d’un fort pourcentage de non-inscrits sur les listes électorales ... autant que d’un fort taux d’abstention ! ...
        Non seulement, le « Contrat Social »/Constitution n’a jamais été explicitement proposé aux habitants du pays, mais pire : il n’y a pas contrat, mais rapport de force, imposé à chaque nouveau-né sans jamais la possibilité de s’en désolidariser officiellement. Car quoi ? qui oserait prétendre qu’il ne tient aux « emmerdeurs », nés sous cette Constitution, qu’à foutre le camp ailleurs (où ? selon quelle morale ? ...) ou à s’accommoder d’un statut de hors-la-loi, n’ayant pas droit à l’égale dignité réservée à ceux-là seuls qui cautionnent cette Constitution ?!
        
       Voilà bien alors un mensonge par omission lorsqu’on définit des « Droits de l’homme » en omettant de préciser ce sous-entendu qui exclurait en fait tous ceux qui refusent de valider ce rapport de force. 
       Quid du moment où le pourcentage de hors-la-loi deviendrait plus grand que celui des votants ?
       Tant que ces hors-la-loi s’opposent entre eux, les faux démocrates peuvent continuer leur propagande faussement démocrate en considérant que leur ruse est indépassable ...
       Mais, qui sait, quand un max de gens auront compris que toute la morale de ceux qui réclament la confiance d’autrui n’est qu’une ruse pour « naïfs », quand l’exemple de cette véritable anarchie fera tâche ... de merde (car l’entropie de ce chacun pour soi c’est bien physiquement de la production de merde) ... alors les Gilets Jaunes se mettront à faire renifler de la merde à tous ceux qui marchent vers ça sans savoir encore ce que c’est !


    • izarn izarn 23 mars 00:10

      @sweach
      Paris c’est la mise en scène des GJ contre Macron...
      C’est inutile au niveau de la pression réelle contre les pouvoirs : Blocage de la circulation, des entrepots, des usines.
      C’est du symbolique.
      Mais Macron dans ce combat virtuel en spectacle « spectaculaire » risque de perdre le peu de légitimité qu’il lui reste.
      C’est la porte ouverte au « populisme »...
      La faible réussite du RN, ne serait que la conséquence qu’ils soient le parti le plus mauvais dans le genre en Europe...Victoire « ecrasante » au sénat néerlandais. Un de plus !
      (Je ne crois pas du tout que les gauchistes soient majoritaires parmis les GJ...Non, les GJ, ce ne sont pas des « insoumis » smiley . Si les "blacks blocks sont des anti-fas, ils ne font qu’essayer de détruire le mouvement des GJ en collaboration avec MacEnron, l’ex chouchou de Hollande)


    • sweach 25 mars 09:38

      @izarn
      *C’est du symbolique.*
      Faire du « symbolique » avec nos médias actuel n’a pas de sens.

      Peu importe les valeurs que vous portez, elles seront transformés, modifiés, puis finalement discrédités, voir totalement ignorés par les médias si elles ne servent pas leur desseins.

      Le gouvernement de Macron n’a pas besoin d’être légitime, il n’a pas vocation à être réélu, tout les hommes mit en avant sont des pantins qu’on ne connaissait pas il y a 3 ans et qu’on ne connaîtra plus dans 3 autres.

      Nos mouvements doivent être efficace, en ces temps de totalitarisme, le symbolisme n’a plus sa place, seul l’action compte, surtout avec des dirigeant qui sont des banquiers et qui sortent leur calculatrice au moindre truc.


    • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 22 mars 13:13

      Est-ce que le mouvement des gilets-jaune va continuer ?

      Sans nul doute.

      Bloquer les moyens de consommer est inutile.

      S’en prendre au institutions tout autant.

      Détruire des symboles est puéril.

      Tant que l’on a pas d’autre symbole à imposer à la place.

      Le mouvement des gilets-jaunes n’est que la résultante du « tous-pourris ».

      Et ce « tous-pourris » est factuel.
      Même si il ne s’agit que de la perception, du « tous-pourris », mise en scène et amplifiée par des médias en concurrence, n’hésitant pas à en faire des « caisses » de superlatifs, quand pas carrément du prosélytisme...
       
      Les médias, inféodés au pouvoir quand pas pro-gouvernementaux, ne peuvent pas faire autre chose que tenter amalgame-stigmatisation.
      D’abords parce que envoyer des journalistes en province, ça coûte plus cher que de les envoyer avec ’ sécurité ’ sur les ’ champs ’.
      Ensuite parce que si ils ne font pas ce que « la ligne éditoriale » espère, il y a plein d’autres chèvres qui ont faim, et béguètent trèèèès fort pour se retrouver attachées à un piquet avec une aire d’herbe à brouter à la place de celle qui ne béguète plus assez fort... 
        

      L’évidence s’est produite lorsque DES gilets-jaunes ( et non LES gilets-jaunes... ) s’en sont pris à des chèvres de bêêêFNtv... Les manifestants avaient regardé bêêêFNtv la veille, et s’étaient vus être insultés, mis plus bas que terre, à la mode ’ infotainment ’ ne conservant que les ’ gueules ’ et les ’ petites phrases ’ par un média pro-gouvernemental... Dans le cortège, il y avait DES gilets-jaunes qui méprisent déjà depuis longtemps les chiennes de désinfo en continu ( toutes sans exception... )... Il y avait aussi des gilets-jaunes qui ont ’ exprimé ’ leur désaccord, empêchant ces chèvres de « faire LE travail qui leur avait été demandé »... Elles durent se mettre en retrait pendant plusieurs minutes, laissant croire qu’elles avaient ’ abandonné ’, alors qu’elles ont juste attendu que le cortège ’ chaud ’ s’éloigne... et quand elles revinrent, QUELQUES gilets-jaunes, qui savaient que ces chèvres ne pouvaient que faire ce que leur maître leur avait ordonné de faire, et qui avaient eux-aussi attendu, s’en prirent à elles... 

      Le pire reste que ces médias ne peuvent pas faire autre chose, puisqu’ils ne sont que les organes de propagande de ceux qui en sont les propriétaires...

      90% des médias appartiennent à 10 groupes de ’ médias ’ et la concentration annoncée va encore réduire ce nombre à 8 d’ici 2 ans...

      Le reste est constitué de médias inexistants dans le P.A.F.

      Que les médias dominants ostracisent violemment dès qu’un scandale, que eux se sont bien gardé de rapporter, afin de ne pas ’ importuner ’ leurs propriétaires, sort dans ces médias.

      Que dire des subventions accordés à ces médias dominants ?  

      Comment un programme-télé peut-il toucher des dizaines de millions de subventions au titre de la ’ presse ’ ?

      Alors qu’un média ayant défrayé la chronique à 5 reprises avec des affaires judiciaires quand pas d’état est harcelé fiscalement, en plus d’être discrédité à longueur de journée par les médias dominants...

      Que dire d’un pouvoir qui tente, par le biais d’un ’ procureur ’, dans le cadre d’une enquête ’ préliminaire ’ de fumier, de faire main-basse illégalement sur des enregistrements démontrant une infraction d’un proche du pouvoir davantage protégé que n’importe quel citoyen.

      Dès que le ’ parquet ’ a ’ transmis ’ l’affaire à des juges, dans le cadre d’une instruction judiciaire en bonne et due forme, le journal en question a immédiatement transmis les enregistrements aux juges...

      Mais ça non plus, les ’ médias ’ n’en parlent pas... ou alors en 5s en fin de ’ journal ’...

       

      Le pouvoir et les quelques-uns qui profitent de ce pouvoir sont à des milliards d’années-lumières d’imaginer ce qui va advenir.

      Et pas ’ grâce ’ aux réseaux fauxcios et autres médias ’ participatifs ’...

      Mais bien de par l’accès illimité et quasi instantané à l’ INFORMATION les concernant.

       

      Vous pensez que l’horizontalité démocratique est utopique ?

      Elle est déjà appliquée dans plein de situations et ne va que se propager GRACE aux moyens de communications mondialisés. 

        


      • Arogavox 22 mars 13:27

        Vouloir étouffer la colère des Gilets Jaunes revient à vouloir bloquer un couvercle sur une marmite !

         Cacatov ou pas, comment ne pas voir qu’un jour ou l’autre cela ne pourra qu’exploser ... avec de la merde partout ! (arme de catégorie A2 ?)


      • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 22 mars 14:04

        @Arogavox
         
        Les changements de paradigmes ne se sont jamais fait sans que les profiteurs et leurs ’ employés ’ se défendent...

        Extrait de wiki :
        -Le 24 mai 1968, au petit matin sur la barricade de la rue des Écoles à Paris, on retrouve le corps d’un manifestant, 26 ans, blessé par des éclats de grenade offensive. L’autopsie du corps est demeurée secrète.
        -
        Le 30 mai, dans le Calvados, les forces de l’ordre tirent à balles réelles et tuent un jeune homme.
        -Le 10 juin, le lycéen Gilles Tautin, 17 ans, meurt noyé dans la Seine en tentant d’échapper à une charge de gendarmes mobiles, aux abords de l’usine Renault de Flins à Meulan dans les Yvelines.
        -Le 11 juin, à l’usine Peugeot de Sochaux-Montbéliard, un CRS tue Pierre Beylot, ouvrier-serrurier de 24 ans, d’une balle de 9 mm (plusieurs ouvriers sont touchés par balle). On relève un autre ouvrier, Henri Blanchet, 49 ans, qui déséquilibré par une grenade offensive, tombe d’un parapet et meurt le crâne fracturé.

        Disons que en 68 ( pour n’évoquer que cette période de ’ troubles ’ ), 10% d’augmentation GÉNÉRALE de tous les salaires, dans un contexte de plein emploi, avec une dette inexistante et donc aucune ’ libéralisation ’ ( privatisation des acquis et biens sociaux ), une jeunesse MAJORITAIRE qui obtenait alors une ’ liberté ’ sexuelle revendiquée, étaient autant d’avancées sociales suite à 10 ans de troubles, revendications et guerre quasi-civile. ( fausse décolonisation Africaine et pas que l’ Algérie... )
         
        Aujourd’hui, que reste-t-il ?
         
        Les salaires pondérés ont baissé depuis 1983.
        TOUS hors dirigeants d’entreprises de plus de 20 salariés.
        Les protections sociales sont attaquées chaque jour à coup de ’ réformes ’ au profit du privé qui ne peut que fournir toujours moins pour toujours plus cher, sans quoi pas de ’ croissance ’...
        Les taxes et impôts ( le gouvernement vient de mettre fin au ’ moratoire ’ sur l’augmentation de l’électricité, tel qu’annoncé au début du moratoire....  résultat ? 6% d’augmentation en Juin... Après la récente augmentation des carburants « hors taxes », tout va bien... ) sont augmentés pour la grande majorité, pour permettre à une infime minorité d’en payer moins, les dépenses sont censé baisser, mais la ’ communication ’ du gouvernement concernant la ’ dette ’ est pour le moins timorée, alors qu’ils ont DÉFONCÉ les dotations aux collectivités après leur avoir transféré les ’ charges ’...
         
        Les ’ atouts ’ de l’actuel pouvoir sont l’âge moyen des baisés, le fait qu’ils sont désormais fiscalement prélevés à la source, et surtout, surtout, qu’il ne votent plus.
         
          


      • Traroth Traroth 22 mars 15:53

        Evoquer la complicité de toute personne qui manifeste a aussi un autre sens, qui échappe apparemment au gouvernement : ça veut dire que ces violences ne sont pas le fruit de « casseurs », mais d’une véritable révolte populaire. Ce qui rend encore plus criminel le traitement de la situation sous le seul aspect de la répression. Cette révolte ne s’éteindra pas sans au moins de véritables négociations, s’il est encore temps pour ça. Sinon, c’est au moins la dissolution de l’assemblée nationale.


        • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 22 mars 16:27

          @Traroth
           
          La dissolution de l’assemblée n’est possible que .

          Lorsque leurs mandats arrive à terme, et qu’il est obligatoire d’organiser de nouvelles élections.

          Lorsque le pouvoir inique du président de la ’ république ’ est utilisé afin de dissoudre l’assemblée. ( la dernière fois, comment dire... ils ont dû finalement raccourcir le mandat présidentiel pour faire coïncider les présidentielles avec les législatives, histoire de garantir une majorité relativement longue au président. ) Le dernier à l’avoir fait s’en est mordu les testicules en provoquant la seconde ’ cohabitation ’ d’opérette de cette fumisterie de 5 ème.
           
          Amalgamer les manifestants aux casseurs est une stratégie politicarde.
          La même qu’aux tout début du mouvement des gilets-jaunes.
          Ensuite ils n’ont eu de cesse que de stigmatiser DES gilets-jaunes avant de les amalgamer, afin de perpétrer l’opprobre.
          Tout y est passé, d’antisémite à racistes ( et je n’écris pas qu’il n’y a pas DE gilets-jaunes qui soient racistes et-ou antisémites... ) en passant par anti-républicains et autres « faisan(t) peur »...
          Ce ne sont pas les premiers à le faire, et ce ne seront pas les derniers.
          Enfin, sauf si...
          À moins de changer les règles collectives au point qu’il n’y ait plus de ’ pouvoir ’ pouvant aller à l’encontre de la population.

          Si le pouvoir en place est incapable de tirer les enseignements du passé, il y aura DES morts bien avant la fin du mouvement des gilets-jaunes. ( et je ne ’ comptabilise pas, contrairement au pouvoir en place, tous ceux qui se sont tués en voiture « en marge » des manifestations et autres blocages de routes & ronds-points... Je ne comptabilise pas non-plus celui tué par un chauffeur de poids-lourd, ni celle tuée par une automobiliste ’ effrayée ’... )
           
          Ce gouvernement ne peut pas faire ’ marche arrière ’.
          Il a été mis au pouvoir par ceux qui attendent leur « retour sur investissement ».
          Ce retour sur investissement est le dépeçage des institutions, des biens et acquis sociaux ET des patrimoines privés.
          ’ Croire ’ autre chose est juste stupide.
           


        • Arogavox 22 mars 19:59

          @Traroth
           la complicité de ceux qui manifestent s’opposerait alors à la complicité de ceux qui ne s’opposent pas aux exactions violentes qui tuent et éborgnent des gens inoffensifs !
            
           Ce qui revient à acter un rapport de force dans une situation de guerre civile : voilà qui détrerre la hache de guerre ; lourde responsabilité !
           
           Pour éviter de trop se tromper dans l’évaluation du rapport de forces, reste à ne pas oublier qui produit l’armement et le financement du clan qui abuse du produit d’une cotisation collective qui lui a été confiée à tort. Quand il faudra faire encadrer par deux gendarmes chacun une majorité de révoltés qui ne veulent plus cotiser pour les équiper et pour permettre la rétribution des contrat de subordination de ceux qui trahissent leur confiance ...


        • Ecométa Ecométa 23 mars 14:28

          Pouvoir d’achat : du mieux pour les ménages et grâce aux gilets jaunes !!!

          Après plusieurs années de disette, les mesures prises par Emmanuel Macron suite au mouvement des gilets jaunes sont favorables aux ménages, estime l’OFCE.

          https://www.alternatives-economiques.fr/pouvoir-dachat-mieux-menages/00087959

          Pour autant, il y a encore un sacré boulot, et même des « choses à inventer », tel un Revenu Universel d’Autonomie, car le travail comme meilleur système de répartition économique c’est terminé !

          L’autonomie c’est ce qui existait avant l’économie, et que nous avons perdue du fait d’un productivisme qui forcément a ses limites, aussi un consumérisme créant des besoins totalement surfaits, et aussi l’envi d’en avoir de plus en plus !

          En effet, le libéralisme économique et son corollaire le libre-échangisme, ont tué le travail en mettant en compétition au plan mondial des économies évoluées sociétalement et des économies sociétalement nettement moins disant. Non seulement, à ce jeux de dupe, les pays occidentaux en ont souffert, mais il y a en plus un retour du populisme et du rationalisme, du fascisme et du nazisme, qui n’augure rien de bon !

          Il nous faut oser, comme le Conseil de la Résistance en son temps, et créer une institution nationale du Revenu Universel d’Autonomie qui libèrera des forces vives, comme le bénévolat, tellement gratifiant sociétalement ! Il ne fait aucun doute qu’il y a des tas de besoins, pas assez « rentables », qui ne sont pas satisfaits et qui doivent être satisfaits autrement que par le marché


          • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 23 mars 19:55

            @Ecométa
              
            C’est plus vicieux que cela, dans les faits.
            Ils ont effectivement utilisé la mise en concurrence sociale et fiscale pour ’ réduire ’ LEUR coûts de production, autrement dit pour augmenter les bénéfices, mais ils l’ont surtout fait en transformant le sur-emploi sous-qualifié en sous-emploi sur-qualifié.
            Ils ont réussit cette saloperie en ne répercutant pas les gains de productivité réalisés durant cette période, tout en faisant baisser les salaires. ( en pondéré, si si... )

            Quant à pouvoir créer quoi que ce soit...
            Il va d’abords falloir ’ réformer ’ cette 5 ème corrompue 25 fois depuis sa création.
            Et c’est pas gagné.
             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès