• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Guilluy décrit les ressorts d’un débat biaisé

Guilluy décrit les ressorts d’un débat biaisé

La question de la fracture sociale n’est pas nouvelle, puisqu’elle était au cœur de l’élection de Chirac en 1995. Et outre le fait d’y apporter sa contribution de géographe avec son concept de périphérie, dans son nouveau livre, Christophe Guilluy revient également sur les raisons pour lesquelles le débat public est aussi biaisé en faveur de cette pensée unique dominante.

 

Effacement de la périphérie et brouillage de classe
 
Pour lui, les classes populaires sont moins visibles médiatiquement que les minorités visibles : « le contrôle de la production de l’image permet d’imposer la représentation d’une société apaisée, intégrée, voire aisée, en rendant invisible la majorité des classes populaires (…) Les classes supérieures en ont oublié jusqu’à l’existence d’une France populaire et majoritaire (…) Cette société de l’ouverture du monde est en réalité un petit monde fermé (…) Les deux mondes se sont séparés, et le monde d’en bas ne reconnaît plus aucune légitimité aux médiateurs politiques, syndicaux, associatifs ou issus du monde intellectuel. Pourquoi ? La classe dominante a rallié à son modèle économique et territorial l’ensemble de la classe médiatique et universitaire, mais aussi la petite bourgeoisie métropolitaine  ».
 
Pour lui, « les politiques, suivis des médias et des experts, ont présenté ce plan social comme une simple adaptation à de nouvelles normes (…) les classes populaires des pays développés, trop coûteuses, n’ont plus leur place (…) L’enjeu est d’installer un modèle économiquement très performant, mais inégalitaire, en rendant invisibles les perdants de la mondialisation  ». Les classes populaires sont réduites aux immigrés et à des ruraux en voie de disparition, alors qu’elles sont majoritaires. La France périphérique est confondue avec la petite bourgeoisie pavillonnaire. Pour lui, « la représentation tronquée du territoire vise à dissimuler la question sociale et la précarisation des classes populaires (…) Sortir d’une représentation caricaturale de la pauvreté, c’est avant tout replacer la question sociale au centre du débat  ».
 
Nous assistons à un véritable brouillage de classe : les classes supérieures se croient et se font passer pour des classes moyennes et les quartiers populaires sont réduits aux banlieues. Et un tel imaginaire fait des immigrés les seuls représentants de la France populaire : « la question sociale est réduite à une question ethno-culturelle (…) Le conflit de classes est opportunément remplacé par la thématique de l’altérité culturelle. Une représentation qui permet aux classes supérieures d’accentuer leur domination par un discours bienveillant à l’égard de l’immigration qui renforce leur supériorité morale sans remettre en cause leur position sociale  ». Avec l’explosion des très hauts salaires, les élites croient sincèrement faire partie des classes moyennes, déformant leur vision de la société réelle.
 
Guilluy rappelle qu’en 2012, seuls 20% des célibataires gagnent plus de 2177 euros et 20% des couples plus de 4280 euros. Or dans l’imaginaire médiatique collectif il y aurait 1% de riches gagnant des millions, les 14% de pauvres sous le seuil de pauvreté (souvent immigrés) et une grosse classe moyenne, permettant aux métropolitains d’oublier la réalité de la vie des classes populaires de la France périphérique, qui n’apparaissent jamais et ne se reconnaissent que très rarement dans ces journaux télévisés qui leur parlent de loisirs auxquels ils n’ont, ni potentiellement n’auront, jamais accès. Pour lui, en réalité, « le système repose aussi sur une fraction importante de la société, notamment sur les catégories supérieures et intellectuelles  », ceux qui bénéficient des effets de la mondialisation.
 
L’antifascisme devient une « arme de classe  », et le parapluie du PS, au moment même de son virage libéral et de son abandon des classes populaires : « il confère une supériorité morale à des élites délégitimées en réduisant toute critique des effets de la mondialisation à une dérive fasciste ou raciste ». Il attaque le « fascisme de l’antifascisme » qui refuse toute critique de la globalisation et de ses conséquences pour les classes populaires pour défendre les intérêts de classes des classes supérieures. Il plaide pour « sortir du déni de la réalité, de cesser de criminaliser toute opinion critique du modèle dominant, mais aussi d’accepter enfin une représentation de cette France populaire et périphérique  ». Il parle de la tentation d’un totalitarisme soft, comme l’ont révélé les réactions au Brexit.
 
Et outre une vision déformée de la réalité, Guilluy rappelle le biais partisan des médias que le CSA avait dénoncé en parlant de « l’absence de diversité dans le secteur du journalisme  ». Si on peut y trouver des raisons, il est clair que les représentations actuelles ne favorisent pas le débat dont nous aurions besoin pour sortir, poussant Guilluy à un discours assez noir sur lequel je reviendrai dans le prochain papier.
 

 

Source : « Le crépuscule de la France d’en haut », Christophe Guilluy, Flammarion

Moyenne des avis sur cet article :  1.76/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Dan22 12 août 10:45

    La grande manipulation médiatique est de faire croire aux classes populaires qu’ils doivent avoir honte d’être « pauvres » !
    En conséquence , tous les gens modestes se cachent ou font semblant d’être plus aisés qu’ils ne sont . Et surtout cela encourage la culture du « fric à tout prix » .
    Essayez de demander à votre voisin quels sont ses revenus ; c’est mission impossible dans la majorité des cas .....pourquoi ?


    • BA 12 août 11:05

      Samedi 12 août 2017 :

      Emmanuel Macron est encore plus impopulaire que François Hollande !

      Cent jours après son élection, Emmanuel Macron voit sa cote de confiance s’effondrer.

      Seulement 36 % des Français sont satisfaits de son action.

      Seulement 23 % des Français estiment que la France évolue plutôt dans le bon sens.

      Emmanuel Macron est bien parti pour devenir le président le plus impopulaire de l’histoire de France.

      Lisez cet article :

      http://www.lefigaro.fr/politique/2017/08/11/01002-20170811ARTFIG00190-cent-jours-apres-macron-confronte-au-scepticisme-des-francais.php


      • Allexandre 12 août 13:30

        @BA
        Quoi de plus logique ? Macron est un « psychopathe narcissique » (d’après un psychiatre italien qui en fait un portrait inquiétant  :

        MACRON. L’effarante analyse d’un psychiatre italien.Lire descriptif (Hd 720)) qui a été élu par à peine 16% des Français, en désespoir de cause. Il n’a gagné que parce qu’il a été littéralement « porté » par une petite élite financière et par de grosses entreprises, le tout sous le contrôle des sionistes comme Attali, Minc, BHL et le CRIF qui font la pluie et le beau temps.
        Mais cela ne se dit pas. Comment donc les Français pourraient-ils se retrouver dans un gouvernement ainsi constitué ? Les 56% de ceux qui n’ont pas voté et ceux qui ont voté pour M. Le Pen, on arrive à 1 Français sur 6 ayant élu Macron, et 1 sur 10 par défaut. Voilà la réalité. Les Français sont peut-être des « veaux », mais grâce à internet, de plus en plus commencent à savoir et à comprendre comment et par qui ils sont vraiment dirigés. A l’exception d’une dictature policière (Macron a des points communs avec Mussolini) je ne vois pas comment il peut s’en sortir la tête haute !!!

      • petit gibus 12 août 11:24
        Déni de la réalité actuelle
        de la part du gouvernement Macron
        de ses députés 
        des médias liés
        à la qualité de leur proprios

        Mais jusqu’à quand ce déni pourra t il perdurer ? ? ? 

        • Yvance77 Yvance77 12 août 11:25

          Salut,


          Je ne sais pas pour vous, mais me concernant je n’ai jamais entendu Boboland prendre fait et cause pour les pauvres des milieux ruraux.

          • Ils s’en fichent que les jeunes dans ces coins peinent à trouver un job
          • Ils s’en fichent qu’il faille un véhicule pour une famille sinon rien n’est possible (pas de bus, et encore moins métro, RER...)
          • Ils s’en fichent que les possibilités de logement soient réduites (peu de studio)
          • Ils s’en fichent des accès pénibles au net et autres informations, tout comme la culture
          • Ils s’en fichent du désert médical ou il faut parfois huit mois d’attente pour voir un ophtalmologiste
          • Ils s’en fichent car s’occuper des migrants, des transgenres, des tafiolles doit certainement rapporter plus de royalties

          En fait, il y a bien une France - contre le décrit Guilly) en dehors de Paris et des banlieues qui a besoin d’investissements, de considération et de respect ... mais un jour cette France là relèvera la tête et fera une descente dans la capitale ... et on verra si Boboland à la mémoire courte.

          • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 août 12:18

            La description de Guilluy est juste, mais c’est le système mis en place dans les années 80-90 ;

            Avant la campagne chiraquienne sur l’insécurité de 2002
            Avant le référendum de mai 2005
            Avant Sarkozy et son populisme buissonnier

            C’était le monde d’avant

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires