• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Guilluy, théoricien de la fracture de nos sociétés

Guilluy, théoricien de la fracture de nos sociétés

Des essais que j’ai lus, « la France périphérique  » restera probablement une référence, une contribution majeure à l’analyse de la crise que traverse notre pays, mais aussi l’ensemble des pays dits occidentaux, en synthétisant économie, politique et géographie. Guilluy est un auteur qu’il faut avoir lu pour toute personne intéressée par la chose publique. Retour sur les comptes-rendus de ses livres.

 

Voir, ou refuser de voir la fracture de nos sociétés
 
Après le Brexit, l’élection de Trump, et l’accession de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, où, à chaque fois, les classes populaires autochtones ont voté contre la parole dominante métropolitaine, les livres de Guilluy devraient encombrer les devantures des librairies, et les média devraient se battre pour le faire parler. Dès 2014, il avait compris les ressorts de ces trois élections clés des derniers mois, prophétisant même certaines évolutions plus difficilement décernables à l’époque. Mais la pensée de Guilluy semble être taboue et suscite des réactions d’une hostilité parfois violente, qui m’a imposé, chose rarissime depuis plus de 10 ans, de suspendre la libre parution des commentaires.
 
Il est normal de débattre, y compris de manière parfois un peu vive. J’en ai l’habitude, sur une multitude de sujets, de la loi Taubira, que j’ai soutenue, à l’immigration, en passant par le FN. Mais il est tout de même très surprenant pour moi que les comptes-rendus sur les livres de Guilluy aient déclenché de telles hostilités, un tel rejet viscéral, agressif et non véritablement factuel. Les quelques contradictions pseudo-scientifiques échouant le plus souvent à côté ou déformant outrageusement les propos de l’auteur. De manière ironique, cela illustre la thèse de Guilluy d’une France d’en haut méprisante et adepte de postures moralisantes  : on peut penser que ces réactions ont probablement nourri sa pensée.
 
Guilluy voit juste dans la fracture territoriale grandissante de notre pays, notamment entre ceux qui profitent de la globalisation et habitent souvent dans les métropoles, et ceux, majoritaires, de plus en plus relégués dans la périphérie et qui en souffrent. Il voit aussi juste dans le roman qui se construit dans ces métropoles, cette représentation fausse de la réalité de leur propre pays, cet oubli de la majorité, que l’on distingue cruellement bien dans la fabrique de l’information, souvent déconnectée de la vie de la majorité. Je pense toujours que cette fausse représentation se construit de manière inconsciente, bien des phénomènes l’expliquant, de la révolution numérique à l’explosion des inégalités.
 
Guilluy a bien anticipé le succès de Macron et le rapprochement du centre-gauche et du centre-droit. C’est pourquoi il est inquiétant de lire sous sa plume sa crainte d’un basculement droitier des classes populaires sur les questions économiques, qui rejoint l’analyse de Généreux. Après tout, c’est aussi ce qui s’est passé dans les pays anglo-saxons, même si, dernièrement, de vrais progressistes ont fini par casser le consensus ultralibéral. L’évolution des plaques tectoniques politiques de notre pays semble malheureusement confirmer son intuition. Il faut espérer que nous y échapperons, afin que 2022 ne marque pas une nouvelle dérive droitière, qui poursuivrait les évolutions des dernières années.
 
Finalement, ce qui ressort de la lecture de ces livres, c’est une envie d’entendre ce que pense Christophe Guilluy aujourd’hui, de la victoire de Macron, et l’évolution du débat politique. Nul doute que ses analyses nourriraient de manière utile le débat public. Plus encore, il serait passionant de pouvoir échanger avec lui sur les moyens de sortir notre pays de l’impasse. Merci pour tout.
 

 

J’ai entamé la lecture de « Dans quelle France on vit » d’Anne Nivat, qui me semble un bon prolongement

Moyenne des avis sur cet article :  1.65/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Rincevent Rincevent 17 août 11:32

    Guilluy, comme Michéa, des analyses dissonantes, dérangeantes, qui mettent à mal le discours officiel tenu par les principaux partis politiques. Ces mêmes partis qui, une fois au pouvoir, bricolent des « solutions » cosmétiques en refusant d’aller voir au fond des problèmes. Continuons comme ça et le FN finira par arriver au pouvoir, même sans un programme crédible.


    • jaja jaja 17 août 15:51

      Un article ici du Libertaire Philippe Corcuff démontant la mayonnaise Guilly :

      « Au bout du compte, grâce à son sous-titre (« Comment on a sacrifié les classes populaires »), lorgnant du côté de la gauche de la gauche et de la dénonciation du néolibéralisme, Guilluy propose un produit frelaté mais apparemment sympathique aux légitimes déçus de la gauche. Le quotidien Libération a aussi apporté sa petite pierre à cet édifice, en lui consacrant le 17 septembre 2014 sa Une et cinq pages.

      Comment le principal quotidien de gauche en France a-t-il pu valoriser un livre si médiocre intellectuellement et si proche politiquement des thèses néoconservatrices, après avoir mis jadis Pierre Bourdieu à sa Une  » la suite ici :

      http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-politique/20141208.RUE6931/christophe-guilluy-et-laurent-joffrin-des-neocons-de-gauche.html


      • jaja jaja 17 août 16:48

        @Le (faux) Sioux Pied Bleu....

        Si tu allais astiquer tes Croix gammées et me lâchais la grappe hein vieux facho.... !!!


      • Onecinikiou 18 août 08:25

        @jaja


        Le journal euro-mondialiste Libération, détenu par la banque Rothschild, « principal quotidien de gauche » dixit Corcuff. 

        A-t-on jamais été autant social-traitre que ce Corcuff (intellectuellement démoli et humilié par Michéa il y a quelques temps, qui lui est un véritable penseur) et son inénarrable zélateur Jaja !

        La place de nos faux révolutionnaires totalement soumis et compatible avec l’idéologie de la classe dominante est plutôt à la « fisitinière » que dans les cortèges de prolos en colère ! 


      • jaja jaja 18 août 10:39

        @Onecinikiou :

        Pour ce qui concerne le « principal quotidien de gauche dixit Corcuff » sachez que Lordon, un autre critique acerbe de Michéa lui reconnaissait au moins ce mérite :« Sa démolition de la gauche de droite en ses organes branchés – Libération, Les Inrocks, Canal – est réjouissante »
        https://www.contretemps.eu/lordon-impasse-michea/
        Sur ce point je suis bien d’accord avec Lordon... Mais sur ce point et pas sur tout hein.... Tout comme Corcuff dont je ne suis pas le zélateur (même inénarrable) dans la mesure où je n’ai rien oublié des polémiques et désaccords avec lui lors de son départ du Npa pour la Fédération anarchiste...
        Mais bon pour vous la politique se fait à grands traits caricaturaux plus idiots les uns que les autres... Comme votre lien le démontre d’une façon éclatante !

        On ne voit d’ailleurs pas qui peut être humilié, comme vous le prétendez, par ce réactionnaire de Michéa facile à démasquer.... D’ailleurs pour les intéressés et curieux je donne deux liens sur ce philosophe pour bas du front :

        « Enfin substituer au terme “prolétariat” celui de “peuple” n’a rien d’innocent. Même si le premier désigne moins qu’auparavant la classe devant dissoudre les classes existantes nous ne passerons nullement par pertes et profits le processus d’émancipation, son corollaire. Il arrive parfois à Michéa de parler d’émancipation, mais c’est chez lui un mot creux, dépourvu de toute signification, puisque la mention réitérée d’un “c’était mieux avant”, de plus en plus présent dans ses écrits, s’inscrit structurellement en faux contre l’idée même d’émancipation (et il va de soi de toute perspective révolutionnaire) »
        http://lherbentrelespaves.fr/public/michea.pdf

        « Il est pourtant évident que Michéa est devenu l’une des références importantes de la droite et de l’extrême droite, de tous les nostalgiques gaulois, déclinistes et sociaux-patriotes, même s’il se prétend « socialiste authentique » pour la galerie et pour semer la confusion. »
        http://www.mondialisme.org/spip.php?article1990


      • Yvance77 Yvance77 17 août 16:17

        Le prochain livre sera encore plus passionnant ... il traitera du peuple d’en bas si bien enfilé et qui a enfin compris que deux votes restent possible .... barre à droite tout où barre à gauche à fond ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès