• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Jusqu’à 800 millions d’emplois menacés par l’automatisation

Jusqu’à 800 millions d’emplois menacés par l’automatisation d’ici à 2030

« Les gouvernements devront intervenir massivement d’ici 2030 pour éviter les troubles sociaux  », du fait de la destruction d’emplois apportée par l’automatisation. Ce n’est pas le cri d’alarme d’un intellectuel gauchiste un peu passéiste, mais celui de McKinsey, une entreprise qui fait partie du ghotta mondial du monde des affaires. Une étude encore plus inquiétante quand on en lit le détail.

 

L’évolution technique contre l’humanité ?
 
Les chiffres sont effrayants : selon le McKinsey Global Institute (MGI), 20% de la main d’œuvre actuelle ou près de 30% des heures travaillées dans le monde pourraient être automatisées d’ici 2030. Dans le détail, 375 millions de personnes (dont 100 en Chine) perdront définitivement leur emploi et devront totalement changer de profession. Le coordinateur de l’étude évoque « une tâche de la taille d’un plan Marshall  » pour permettre les reconversions et note que cela devrait peser sur les salaires, qui devraient stagner, imposant aux Etats des mesures compensatoires. Malgré tout, le rapport refuse de ralentir l’automatisation et propose même de l’accélérer de manière à dyamiser la croissance  !
 
Car, pour qui lit l’étude, disponible sur le site de McKinsey, les auteurs évoquent un scénario schumpéterien où les emplois détruits seraient remplacés par de nouveaux, en se référant au passé. Malgré tout, beaucoup d’éléments sont inquiétants. Le MGI dit aussi que « la polarisation des revenus pourrait continuer dans les pays développés avec une augmentation de la demande pour les emplois à hauts salaires, et un déclin des emplois à salaire moyen ». Il évoque aussi le risque de perturbations dans la transition, qui pèserait sur la croissance, et donc le nombre d’emplois. Enfin, l’impact varie beaucoup : 9% des emplois menacés en Inde, 15% en Chine, 21% en France, et 23% aux Etats-Unis.
 
C’est un sujet qui me tient à cœur, ayant soutenu en 2009 l’interdiction temporaire des caisses automatiques dans les commerces. Bien sûr, il ne s’agit pas de revenir à la calèche ou à la lampe à bougie, mais on peut tout de même se demander si les évolutions technologiques ne sont pas un moyen plutôt qu’une fin en soi. Comment les mettre au service de l’homme et de la collectivité ? Car si ces évolutions apportent souvent des progrès, pour notre santé ou notre confort, ce n’est pas toujours le cas. C’est le rôle de l’Etat de mettre en place des règles qui protègent la société des dérives ou des dangers que la seule quête de profits peut apporter, comme l’amiante ou la vache folle l’ont montré.
 
Mais quel rapport avec l’automatisation ? Après tout, ce sont souvent des emplois peu qualifiés qui sont visés et cela permet des gains de productivité qui enrichissent la société, comme cela a toujours fonctionné. Sauf que dans un monde où la plupart des pays dits développés manquent d’emplois et subsistent un fort taux de chômage, officiel ou pas, la perspective de nouvelles destructions d’emplois par l’automatisation ne doit pas être prise à la légère. En outre, l’évolution des inégalités montre que les gains de productivité ne profitent qu’à une petite minorité depuis 45 ans aux Etats-Unis, ce qui relativise grandement certains bienfaits de ces gains de productivité pour la société.
 

 

Bref, même dans les prévisions un peu roses du MGI, le choc promet d’être encore très violent dans nos pays dits développés. Le rythme de l’automatisation doit être adapté à la capacité d’absorbtion par la société et à ses conséquences. Elle n’est qu’un moyen au service d’une fin qui la dépasse, la condition humaine, qu’abîment le chômage et la pauvreté provoqués par une automatisation brusque et non encadrée.

Moyenne des avis sur cet article :  3.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Clark Joseph Kent Jeussey de Sourcesûre 23 décembre 2017 09:40

    Il ne faut pas se tromper de cible comme les luddistes de Nottingham qui on cassé les nouveaux métiers à tisser en 1811. Ce qui était en cause n’était pas l’évolution technologique, mais la recherche d’un profit supérieur par la fabricants dont le but n’était pas de construire une société harmonieuse, mais de multiplier leurs gains et amasser de la fortune.


    Une évolution technologique qui soulage la pénibilité au travail et réduit le temps de travail n’est pas négative en soi.

    Tout dépend à quelle destination est affecté le gain de producivité : progrès social ou creusement des inégalités.

    • gogoRat gogoRat 23 décembre 2017 10:27

      @Jeussey de Sourcesûre

      Très juste !
       L’automatisation est un vieux rêve de l’Humanité, et il serait d’une affligeante stupidité de ne pas savoir mesurer le bonheur que que nous avons aujourd’hui de voir ce rêve se réaliser !
       
       Un éminent logicien nous avait rappelé, dès le siècle dernier (XXe siècle !) que ce qui a permis les bienfaits de l’évolution civilisationnelle de l’Homme n’est pas du au dit ’travail’, mais au loisir, ou plus précisément à l’otium (loisir studieux, pour faire court) ! cf Bertrand Russell et son ’éloge de l’otium’
       
       Par contre, bien sûr, restent à combattre l’injustice, l’avidité, la vanité et ses fuites ’en avant’ ... la bêtise !
       Mais qui peut croire que quiconque pourra affronter sereinement ce défi si l’on continue à catéchiser, par l’artifice d’une fumeuse ’valeur travail’, qu’il vaudrait mieux s’agiter sous la botte de contrats de subordination de plus en plus déséquilibrés pour répondre aux objectifs consuméristes artificiels dictés par ... celles et ceux des mieux nantis qui ’travaillent’ le moins !


    • Clark Joseph Kent Jeussey de Sourcesûre 23 décembre 2017 10:34

      @gogoRat


      Il est en effet important de distinguer « loisir » et « Divertissement » (ce qui pour Pascal nous détourne de l’essentiel).

    • gogoRat gogoRat 23 décembre 2017 12:04

      @Jeussey de Sourcesûre
       bien sûr !
       Mais on eut aussi remonter à Sénèque, comme en témoigne cette page concernant :
      ’Sénèque, éloge de l’oisiveté

      et ce passage :
      Le temps de loisir, en grec skholè, n’est pas consacré à se reposer ou à s’amuser, mais bien à une autre forme de travail, un travail sur soi, qui consiste essentiellement à pratiquer la contemplation philosophique.
       Par « contemplation », il faut entendre ici un exercice intellectuel, tourné vers la connaissance, à travers lequel nous pouvons accomplir pleinement notre essence d’être rationnel. Cet accomplissement lui-même est synonyme de bonheur.

      ...
       ’l’otium de Sénèque n’est ni un temps d’apathie ni le temps passé à s’amuser, mais le temps où, loin de nos occupations quotidiennes dont le sens, trop souvent, nous échappe, nous nous retrouvons avec nous-même pour réapprendre à vivre en accord avec ce que nous sommes, dans une recherche d’accomplissement de soi.


    • gogoRat gogoRat 23 décembre 2017 12:20

       Le loisir fait peur, paradoxalement, car il permet la confrontation à l’ennui !
       
       Or la priorité qui fait défaut à notre monde moderne est celle d’une démocratisation de la confrontation à l’ennui ...
       Mais, qui sait ?, le loisir de déplier une papillote pourra peut-être vous donner l’occasion de méditer cette citation anonyme :
        ’ Le remède à l’ennui,
       c’est la curiosité
       La curiosité, elle, est sans remède’


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 23 décembre 2017 20:27

      @Jeussey de Sourcesûre


      Un faux probléme. En fait, une MANIPULATION DE L’OPINION POUR OCCULTER LA NECESSAIRE MIGRATION DU TRAVAIL, DE LA PRODUCTION DE BIENS VERS LA PRODUCTION DE SERVICES. 

      La demande de main-d’oeuvre dans les services est et restera pratiquement infinie. Les vrais problèmes sont : 1) la formation massive pour des taches de services aujourd’hui négligées. 2) Faire accepter un partage plus équitable de la richesse qui permette de rendre effective la demande pour ces services. 

      II y a plus de 40 ans que j’ai prévu cette évolution et en ai décrit les conséquences. J’ai ensuite passé le plus clair de ma vie - tout en la gagnant autrement smiley - à y proposer des solutions.  Ceux qui s’y intéressent sérieusement peuvent lire « Crisis and Beyond » et/ou les volumes de la collection Nouvelle Société qui sont tous sur le net et accessibles gratuitement. Voyez Google.

      PJCA




    • Alren Alren 26 décembre 2017 11:49

      @gogoRat

      "Très juste !
       L’automatisation est un vieux rêve de l’Humanité, et il serait d’une affligeante stupidité de ne pas savoir mesurer le bonheur que que nous avons aujourd’hui de voir ce rêve se réaliser !"

      C’est très juste en effet. Nous vivons aujourd’hui dans un monde dont n’auraient pas oser rêver nos ancêtres grâce à la fabrication en série qu’elle soit automatisée comme l’assemblage de composants électroniques sur une plaque que réalisée mécaniquement comme les pièces métalliques obtenues par estampage ou les pièces en plastique obtenue par moulage.

      La nouveauté introduite par l’informatique, c’est qu’elle est capable d’accomplir des tâches dites abstraites. En premier lieu on a pu lui confier des calculs fastidieux ou ne devant comporter aucune erreur comme la comptabilité.

      Puis le développement de la puissance de calcul et de stockage des données lui ont donné de nouvelles possibilités facilitant la vie des usagers et clients, tels les DAB qui permettent de récupérer son argent 24h sur 24 ou les ordinateurs qui permettent, là aussi à tout moment les achats en ligne.

      Mais les machines resteront inférieures aux êtres humains dans les rapports avec les autres êtres humains (du moins jusqu’à l’horizon visible du progrès technologique) par le fait qu’elles ne sont pas auto-programmables, susceptibles d’imagination et d’improvisation et surtout de déchiffrer - ce qu’un chien réussit en partie - toute la partie de l’expression qui vient en sus du purement verbal, expression du visage et des gestes et qui est essentiel dans la communication entre humains.

      C’est pourquoi par exemple que je sais que durant plusieurs décennies encore les médecins, les infirmières, les enseignants, les policiers ne pourront pas être remplacés par des robots.

      Cependant ils pourront apporter une aide considérable dans ces professions. les robots assistent déjà les chirurgiens dans les interventions délicates. des machines robotisées aideront les infirmières et aide à domicile dans la manipulation de malades quasi-paralysés.

      Des ordinateurs aideront les enseignants dans l’individualisation des apprentissages notamment en lecture au CP. Mais ils ne sont pas près de corriger les dissertations !

      Des robots issus de programmes militaires pourront être mis en avant par les policiers pour venir à bout de forcenés armés où espionner des malfrats.

      Selon le type de société que les électeurs se donneront, l’automatisation soulagera la peine des travailleurs ou servira à enrichir les plus riches et à créer du chômage.


    • zygzornifle zygzornifle 23 décembre 2017 11:07

      seulement 800 millions ? 


      • Choucas Choucas 23 décembre 2017 11:35

         
         
         
         
        PLUS DE COLONS BOUBOU, BARBU ET BOOBA ! VITE !
         
         
        Sinon on risquerait d’avoir des robots et être compétitifs ! (et moins bétonner)
         
        En 1972
        LE REFERENDUM POUR LE GRAND REMPLACEMENT A EU 99,99% de OUI


        • zelectron zelectron 23 décembre 2017 11:42

          Seuls les fonctionnaires conserveront et même amélioreront leurs emplois et ceux de leurs héritiers


          • Clark Joseph Kent Jeussey de Sourcesûre 23 décembre 2017 11:50

            @zelectron

            quand la fonction publique sera héréditaire ?

          • troletbuse troletbuse 23 décembre 2017 14:20

            @Jeussey de Sourcesûre
            Pour l’instant, c’est la politique qui est héréditaire avec quelques exceptions qui savent baisser le pantalon.


          • Eric F Eric F 23 décembre 2017 21:52

            @zelectron
            la fonction publique a une nette marge d’automatisation possible, elle morflera autant que le reste


          • zelectron zelectron 26 décembre 2017 03:51

            @Eric F
            Les fonctionnaires ont les moyens de paralyser la majeure partie du pays, personne dans la classe politique ne s’avisera de toucher à un seul de leurs cheveux.


          • Tom France Tom France 23 décembre 2017 13:51

            C’est la logique même du capitalisme ultra libéral et sa globalisation : toujours plus de profits à moindres coûts ! Pour remédier à cela, il faudrait revenir à un modèle d’Etat Nation mais vu le conditionnement ambiant qui explique aux gueux que la globalisation c’est bien (l’ue notamment), je crois que seul un coup d’état par un patriote authentique pourra y faire plus ou moins quelque chose !


            • Clark Joseph Kent Jeussey de Sourcesûre 23 décembre 2017 14:01

              « Pour remédier à cela, il faudrait revenir à un modèle d’Etat Nation »


              Pour remédier au capitalisme, l’état-nation n’est d’aucun secours,un retour en arrière non plus !
              Remplacer l’augmentation des profits et la recherche d’un moindre coût par une vie en société plus juste et moins aliénant est un avenir à conquérir par la lutte, pas la nostalgie d’un paradis perdu.



              • Parrhesia Parrhesia 25 décembre 2017 08:44
                @Jeussey de Sourcesûre

                A moitié d’accord seulement !

                Dans la nostalgie d’un paradis perdu, n’y-a-t-il vraiment aucun paramètre, aucun ratio, aucun élément positif qui puisse participer à nouveau à un retour vers une société plus juste ???
                N’y pouvons-nous trouver aucun exemple d’initiative socio-économique qui ait amélioré, ne serait-ce qu’un temps trop court, la condition humaine dans sa majorité et non dans sa seule minorité financière la plus pesante sur la société ???
                La mise en place de la (vraie) participation, pour ne citer qu’elle, n’a-t-elle jamais été plus bénéfique pour les travailleurs que la suppression des barrières douanières qui a permis à la fois d’exporter leurs postes de production vers le moins-disant social et d’augmenter les revenus des seuls plus riches ??? 
                Seule la minorité des bénéficiaires de l’actuelle « méga pompe-à-fric mondialiste » et autres manipulateurs de pompistes crédules, pourraient raisonnablement répondre non à cette question !!!

              • troletbuse troletbuse 23 décembre 2017 14:18

                Mais en ce moment, il y a également une autre méthode prônée par nos politiputes. C’est de sous-payer le travail afin de transformer la plèbe en esclaves comme dans certains pays du moyen ou extrème orient (Bangladesh,..). Autre solution, on pourrait aussi employer les enfants pas seulement pour la pédophile, c.a.d. ramener l’age légal pour le travail à 11ans ou même moins, comme pour la majorité sexuelle.  smiley


                • pipiou 23 décembre 2017 14:35

                  Herblay l’auteur qui passe son temps à être effrayé ...


                  • microf 23 décembre 2017 15:22

                    @pipiou

                    Voici @pipou pourquoi l´auteur passe son temps a être effrayé.
                     : http://reseauinternational.net/60-millions-de-pleurnichards-et-moi-et-moi-et-moi/#De37K5AZTPb6Tt7G.99


                  • Raymond75 23 décembre 2017 15:13

                    D’où la priorité absolue à donner à la formation :formation initiale et qualifiante des jeunes (avec droit à l’erreur et possibilité de cycle allongés), et surtout à la formation qualifiante des adultes, totalement négligée en France. En Suisse ou en Allemagne, on peut débuter comme ouvrier professionnel et finir ingénieur (si on est bosseur et motivé), pas en France. Macron semble avoir compris cette urgence, la CFDT aussi, moins ou pas les autres syndicats.
                    --- Et la seconde priorité, c’est de maitriser l’immigration, et de pratiquer comme le Canada, pays dont personne ne remet en cause la démocratie et le respect du droit : évaluation des métiers en tension et des qualifications correspondante, estimation des effectifs nécessaires, immigration autorisée strictement en rapport. Nous ne sommes pas chargés d’accueillir les chômeurs étrangers et non qualifiés, qui ne pourront pas s’insérer dans notre société. Par contre, il faut aider les pays d’origine à se développer, en contrôlant strictement l’utilisation des aides dans ces pays massivement corrompus.


                    • Raymond75 23 décembre 2017 15:42

                      J’avais été frappé par la fermeture des usines Moulinex en Normandie il y a quelques années. L’État et les collectivités locales avaient fait d’énormes efforts d’aide à la reconversion pour les ouvriers licenciés, mais très peu ont retrouvé un véritable emploi : outre les difficultés de mobilité assez classiques en France, beaucoup étaient en fait devenus incapables de suivre une formation, après avoir passé 10 ans,20 ans ou plus à faire la même activité répétitive, sans se soucier un seul instant d’une obligation d’évolution ou de reconversion un jour ... C’est cela qu’il faut absolument éviter.


                      • antiireac 23 décembre 2017 15:58

                        L’automatisation des métiers quel problème.

                        Des travaux pénibles vont disparaître et des nouveaux vont apparaître comme c’était le cas avec les métiers à tisser au moyen âge.


                        • Xenozoid Xenozoid 23 décembre 2017 16:02

                          @antiireac
                          si cela remet en cause le travail salarial, je suis pour 1000%


                        • Dzan 24 décembre 2017 10:47

                          @antiireac
                          Chouette, une machine a torcher le cul des vieux. Vu mon âge, j’y aurai droit d’ici peu.


                        • Le421 Le421 24 décembre 2017 14:04

                          @Dzan
                          J’ai essayé avec une vieille meule à eau en fixant une bande de moquette dessus mais c’est pas trop efficace !!  smiley


                        • Le421 Le421 24 décembre 2017 14:05

                          @Le421
                          Et il faut surtout pas se tromper de sens à la manivelle !!  smiley


                        • Anatine 23 décembre 2017 16:19

                          L’automatisation n’est pas le problème central, le partage de la valeur l’est. 

                          A mon sens, la question mérite d’être posée. Cela passe par une nouvelle forme d’entreprise.
                          Peut-être une étape en cours sur la scène politique : La société a objet étendu (SOSE) pour intégrer des objectifs sociaux, environnementaux voire scientifiques à l’objet social de l’entreprise est une voie, la seule voie pour le politique... actuellement en discussion.

                          Pour que cela ne soit pas qu’un moyen de privatiser la sphère publique, cette loi ne pourra prendre tout son sens qu’à une condition :Automatiser le patron ! Au delà du mot pour rire, c’est une évolution en cours masquée par la concentration du capital... Il ne s’agit pas d’une révolution mais d’une évolution naturelle dans la guerre économique et commerciale.... 

                          Il s’agira d’automatiser la création et le gestion courantes d’activités... Les entreprises font évoluer leur organisation pour optimiser l’automatisation ; pourquoi ne pas faire évoluer la logique d’entreprise pour optimiser son organisation ? Cette question est directement en prise avec le développement des plateformes, sujet largement discuté dans la sphère publique si on le mesure au nombre de rapports sur le sujet. 

                          Quand au besoin, du point vue individuel comme sociétal , si les modes de management étaient adaptés cela se saurait. 

                          A quelles conditions sera-il possible d’être plus compétitif en automatisant d’abord la création et le développement d’activités ? Il est aussi évident que droit des entreprises et innovation sont intimement liés.  la technologie a aussi un rôle central à jouer...

                           

                          • Skipper Skipper 23 décembre 2017 16:35

                            La robotisation n’est pas le seul problème car elle est liée avec l’intelligence artificielle (IA) qui risque fort de conduire vers la fin de l’humanité si on ne sait pas respecter les limites.


                            • antiireac 23 décembre 2017 16:47

                              @Skipper
                              c’est sûr la robotisation va modifier le sort des terriens je vois dans un avenir proche des armées constituées des robots et seuls des états les plus riches vont pouvoir se le payer.

                              Cela présage des conflits plus fréquents dans l’avenir ?

                            • Montet Montet 23 décembre 2017 21:08

                              No panic.
                              D’ici-là les débuts de la dépopulation seront bien engagés...

                              Je vous laisse le choix des armes... heu des méthodes.
                              11 vaccins ? maladie de Lyme non traitée ? monsanto ? labopharma ? malbouffe ? radiations ? grippe AZF ? Guerres civiles et autres joyeusetés ? nanoparticules ? chemtrails ? euthanasie obligatoire ?permis d’enfanter ? autres ?

                              • Dzan 24 décembre 2017 10:49

                                @Montet

                                Chemtrails. Encore une énormité maintefois dénoncée.
                                Gobbels, sort de ce corps !


                              • Eric F Eric F 23 décembre 2017 21:49

                                « ...perdront définitivement leur emploi et devront totalement changer de profession »
                                oui, mais y a-t-il vraiment de nouvelles sources d’emplois ? Ainsi, il s’est récemment créé dans le monde des innombrables « start ups » qui développent des applications redondantes et superfétatoires, mais le développement se rationalisera et s’automatisera aussi. L’administratif s’automatisera. Même l’enseignement et la santé auront recours à des systèmes experts, robots, etc.
                                Alors quoi, retour à la terre pour cultiver son lopin bio ? Mais le motoculteur à énergie solaire (ou hydrogène) fera ça tout seul avec le GPS.
                                Comme les entreprises empochent de plus en plus de profits qui sont de moins en moins taxés, il n’y aura pas moyen de financer un « revenu universel » pour le non-emploi généralisé.... Surtout qu’entretemps l’humanité ne cesse de se multiplier.


                                • goc goc 24 décembre 2017 03:52

                                  Dans les années 60, « on » nous expliquait qu’au XXIème siècle, on travaillera 2 fois moins. Et « on » avait raison, mais « on » avait oublié de préciser qu’en fait la moitié de la population continuerait de travailler 8h/jour, alors que l’autre moitié serait au chômage. Petit détail sans importance.


                                  • goc goc 24 décembre 2017 03:56

                                    Dans les années 60, « on » nous expliquait qu’au XXIème siècle, on travaillera 2 fois moins. Et « on » avait raison, mais « on » avait oublié de préciser qu’en fait la moitié de la population continuerait de travailler 8h/jour, alors que l’autre moitié serait au chômage. Petit détail sans importance.


                                    • Le421 Le421 24 décembre 2017 14:02

                                      @goc
                                      Deux fois moins... C’est exact.
                                      Les nouveaux emplois des jeunes devront être des jobs « à une main ».
                                      Le smartphone étant greffé dans l’autre...


                                    • zygzornifle zygzornifle 24 décembre 2017 11:39

                                      Je crains le jour où la technologie dépassera les capacités humaines. Le monde risque alors de voir une génération de parfaits imbéciles.

                                      ― Albert Einstein    


                                      • zygzornifle zygzornifle 24 décembre 2017 11:40

                                        Einstein : "Le progrès technique est comme une hache qu’on aurait mis dans les mains d’un psychopathe. "


                                        • Le421 Le421 24 décembre 2017 14:00

                                          Meuh non, meuh non !!
                                          Avec la simplification des charrettes, heu, non, des « plans sociaux » collectifs, l’emploi va remonter en flèche !!
                                          Il paraît...
                                          En tout cas, nous, on vous aura prévenu !!


                                          • Paul Leleu 24 décembre 2017 17:30

                                            propriété collective des moyens de production... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires