• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’Algérie : révoltée ou avortée ? Un bilan post-partum

L’Algérie : révoltée ou avortée ? Un bilan post-partum

Qu’une montagne accouche d’une souris, cela n’est pas du tout étonnant. Mais qu’une révolution accouche d’un dictateur, voilà le comble de la calamité ! Parfois, il est bon de rappeler certaines vérités historiques, y compris celles qui font mal. L’Algérie n’a jamais été entièrement indépendante. Elle n’a jamais été réellement libre. Elle n’a jamais été pleinement démocratique. De simulacre en simulacre, elle a traversé le XXe siècle comme on traverse une pente glissante, stressée et assaillie par le bruit des bottes et des kalachnikovs. Elle s’est engagée dans le XXIe siècle par hasard, en étant démunie et affaiblie jusqu’aux mollets. C’est peu dire qu’elle aurait pu facilement rater la porte d’entrée et faire un saut dans l’inconnu. Sa géographie se résume à un fleuve détourné et à des chemins qui montent. Son passé ressemble à un champ d’oliviers ravagé par l’incendie. Telle une femme sans sépulture, elle tourne en rond à l’intérieur du cercle des représailles, en attendant le dernier été de la raison en compagnie de l’escargot entêté.

L’Algérie du 22 février 2019 fait un clin d’œil à l’Algérie du 1 novembre 1954, mais aussi à celle de septembre 1963, à celle d’avril 1980, à celle d’octobre 1988 et à celle, encore plus jeune, d’avril 2001. Le souvenir de la révolte et de l’insurrection est encore vivace dans les esprits. Les montagnes et les forêts sont encore là pour témoigner d’une époque chargée d’adrénaline. Qu’on se le dise : l’ère des caïds est révolue, le diktat des généraux est fini. Et si jamais quelqu’un a encore quelques doutes, il n’a qu’à tendre son oreille et ouvrir ses yeux pour se rendre compte que le monde a changé.

L’Algérie vit son printemps le plus long, retenant son souffle pendant qu’elle suit du regard le mouvement de sa jeunesse qui déferle dans les rues et les places publiques. Va-t-elle enfin surmonter le chaos des sens ? Va-t-elle renoncer au serment des barbares et au festin de mensonges ? Fier de ce qu’il est et de ce qu’étaient ces ancêtres, le fils du pauvre remonte l’olympe des infortunes à la recherche de la colline oubliée. Djeha, Mekideche et Loundja sont de retour, accueillis avec des youyous et des chants. Un enfant vient de naître après une attente interminable ponctuée par des espoirs et des désespoirs. Toute la famille est heureuse. Mais la maman a peur qu’on lui vole le fruit de ses entrailles, qu’on le remplace insidieusement par un légume rabougri. C’est normal que la vigilance et la méfiance soient de mise puisque ceux qui ont assassiné un président en direct à la télévision un certain 23 juin 1992 sont capables de faire pire dès lors qu’il s’agit d’étouffer la renaissance nationale dans l’œuf. Ceux qui ont l’habitude de pratiquer la fraude électorale sont toujours en poste, protégés par des boucliers, des canons à eaux et des bombes lacrymogènes.

L’Algérie d’aujourd’hui n’acceptera pas de tomber une nouvelle fois de Charybde en Scylla en substituant une chaise roulante par un char d’assaut. Elle n’acceptera pas non plus que le pétrole profite encore aux seuls oligarques traditionnels et que la machine judiciaire soit au service de la lutte des clans. Que les lieutenants de la contre-révolution sachent que le peuple sera toujours là pour faire barrage à la dictature ! Que les officiers à deux balles qui parlent politique avec un accent de novices rentrent dans leurs casernes ! La jeunesse algérienne a dit son dernier mot, et ce n’est pas une bande d’octogénaires accros au pouvoir qui lui fera changer d’avis.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • sylvie 24 mai 17:55

    Bonsoir , merci de votre article, vous dites :" Mais qu’une révolution accouche d’un dictateur, voilà le comble de la calamité !

    " exact mais c’est la plupart du temps la règle.


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 25 mai 15:28

      @sylvie

      Merci d’avoir rappelé à l’auteur une « règle » qui n’a jamais failli. En effet j’ai plusieurs fois dit dans mes articles que toutes les « révolutions » ont été recyclées en contre-révolutions parce que les « résistances » au changement sont toujours plus coriaces que la volonté générale. 


    • karim 25 mai 10:03

      L’armée n’a pas d’ambitions politiques.Sans l’armée le peuple aurait été écrasé.C’est la première fois où l’armée est du coté du peuple.Ce sont ceux qui ont fait appel à l’armée en 92 qui lui demandent aujourd’hui de renter dans les casernes parce qu’ils savent qu’ils n’auront aucune chance de gagner dans des élections libres et que leur privilèges sont en jeux.


      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 25 mai 15:44

        Vous avez rappelé quelques écrits classiques, vous avez oublié « l’Algérie de l’opium et du bâton » qui est toujours en cours ! 

        Pour ce qui est du « lin d’œil »... Il n y a vraiment aucune comparaison à faire avec les remous du passé, ancien ou récent.

        Je vous rappelle que la TRANSITION n’a pas d’abord été le « mot d’ordre » des manifestants. L’idée de cette TRANSITION n’est pas né en 2019, elle a plus de dix ans. https://www.facebook.com/groups/REFUSONSLATENUEDESELECTIONS/?ref=bookmarks

        Les journalistes perfides et les faux opposants ont tout fait pour contourner la TRANSITION que je propose depuis 2007, il se trouve qu’elle est incontournable et mes écrits restent indélébiles dans les consciences et dans l’Univers du Web, une fausse transition n’aura pas lieu. 

        Ce rappel de 2015 vous explique que la Science et l’histoire refusent désormais l’arnaque et la manipulation :

        https://www.facebook.com/notes/mohammed-madjour/la-transition-ou-le-retour-aux-si%C3%A8cles-obscurs/1208298259195585/


        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 27 mai 14:00
          SI LE STATU QUO PERDURE, C’EST A CAUSE DES JOURNALISTES ET DE LA FAUSSE OPPOSITION !
          Tout ce qu’il faut savoir sur la TRANSITION est expliquée depuis plus de dix ans sur ma page Facebook Articles et commentaires). Les journalistes el watan, Liberté, le Soir et les sites Algérie360, TSA ...m’ont bloqués et refusé de publier mes articles.
          En voici un souvenir du 26 mai 2015 :
          « « ÉTAT » DES LIEUX ET TERRITOIRE DANS TOUS SES ÉTATS, MAIS OU EST L’ ÉTAT ALGÉRIEN » ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès