• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’Apocalypse en jaune fluo

L’Apocalypse en jaune fluo

C’est une véritable apocalypse en jaune fluo qui a déferlé sur la France et qui a résisté, jour après jour, semaine après semaine, au froid, au découragement, à la violence, à la haine et quelque part, aussi, à la tentation du pire et du chaos. C’est une apocalypse au sens premier du terme : la révélation  !

Parce que c’est cela qui s’est réellement passé et que plus rien ne pourra effacer : ce qui était invisible est devenu visible, ce qui était nié s’est imposé à tous, ce qui était caché a été exposé de manière irrévocable.

JPEG - 78.4 ko
Manifestation du 8 décembre par ©D’Ignazio Serge
https://www.flickr.com/photos/119524765@N06

La France invisible

Pendant toutes ces années, je me suis demandé si je ne vivais pas dans une autre dimension. Il y avait la réalité sociale, officielle, incontournable, celle qui se montre dans les journaux, sur les écrans, dans les livres, ce récit collectif de ce que notre monde est et la manière dont nous devons nous résigner à y vivre. Et puis il y avait une autre réalité, brutale, vertigineuse, impossible et impensable, celle de ma vie, de celle de mes voisins, de mes proches, des collègues, des relations, d’un monde à la fois énorme, omniprésent, concret et en même temps indicible, parce que considéré comme marginal, non significatif, déjà passé en perte et profit.

Ça a été ça, la première révélation : celle de notre multitude, la fin de la solitude, de la conviction de son seul échec personnel, de sa seule responsabilité, de notre terrible normalité. Nous n’étions pas seuls, pas l’exception qui confirme la règle, mais bien la règle, la réalité un peu déplaisante que l’on planque sous le tapis, que l’on balaie d’un revers de la main. Les fins de mois qui commencent le 5, le 10 ou le 15, ce n’est pas parce qu’on est juste un mauvais gestionnaire, un type un peu raté, un salarié un peu moyen, un chômeur pas très adaptable, une femme pas assez flexible, mobile ou bosseuse. Non, la pauvreté, c’est-à-dire cet état de manque un peu permanent, c’est massif. Et la menace d’y sombrer un jour par accident est en fait le lot commun.

La guerre des classes

Ce que nous révèle ensuite la révolte des gilets jaunes, ce sont les fractures sociales béantes de notre société, c’est l’inconsistance de la fameuse classe moyenne, gros fourretout à visée électoraliste. Il n’existe en fait aucune communauté de destin entre le couple de cadres dynamiques qui profitent des bienfaits de la ville-monde hyperconnectée par TGV et avions et leur femme de ménage, famille monoparentale en manque chronique de tout et sans aucune perspective de dépasser un jour le seuil de pauvreté et un horizon de privations sans fin.

La guerre des classes ne s’est jamais dissoute dans le concept nébuleux de la classe moyenne, elle s’est même intensifiée sous le couvercle qui cherchait à l’invisibiliser et il est enfin évident que les classes possédantes n’ont plus d’autre objectif que l’accumulation sans limites pour eux et l’austérité perpétuelle pour les autres, selon le bon vieux principe des vases communicants qui, lui aussi, était passé sous le boisseau, remplacé par la théorie non moins fumeuse du ruissèlement. Toutes les politiques de ces 35 dernières années ont toujours servi les intérêts des nantis, détruisant pour ce faire les classes populaires les unes après les autres, les dépouillant consciencieusement, jusqu’à l’os. La politique de Macron n’a rien de nouveau en ce sens, elle est juste encore plus intensive, pressée, avide et il devient de plus en plus évident pour tous que les classes possédantes ne font plus de prisonniers.

L’imposture démocratique

Ce n’est pas une révélation pour la plupart d’entre nous, la part croissante de l’abstention parle d’elle même, mais la vacuité du personnel politique, son impuissance organisée et son total manque de scrupule ont enfin éclaté au grand jour. Que cela a dû être troublant pour les thuriféraires de l’urne sacrée que de voir les responsables politiques mépriser le peuple avec tant de morgue et lui mentir avec tant de désinvolture. Que c’est stupéfiant, quand on y pense, que de voir le discours solennel d’un président ne pas tenir 24 heures à l’épreuve des faits et montrer la profonde duplicité d’un pouvoir tout entier dédié au maintien des privilèges des 10 % les plus riches contre toutes les autres composantes de la nation.

Nous le savions, nous l’avons dit, mais c’est purement apocalyptique que de voir ces gens mentir au plus haut niveau et continuer à espérer que nous allons adhérer au cirque électoral et à ses promesses qui n’engagent que ceux qui y croient. Que reste-t-il d’une démocratie quand la tromperie et le mépris s’y expriment au grand jour  ?

La duplicité syndicale

Cela faisait quelques années que les militants les plus convaincus commençaient à se poser des questions sur l’encadrement syndical de toute contestation des politiques régressives en cours. Alors qu’il y a eu une époque où les syndicats poussaient à la roue pour obtenir des avancées significatives dans le traitement de millions de salariés — avec ou sans emploi —, voilà que depuis quelque temps, ils n’avaient plus l’air que de se battre le dos au mur, uniquement sur la défensive, à négocier essentiellement un peu de retenue dans la brutalité des réformes réactionnaires qui dépouillent les prolétaires de leurs fameux avantages acquis en peau de chagrin. Le tout avec un scénario devenu immuable : le gouvernement annonce un nouveau recul social qui vise les premiers déciles de la population, les syndicats organisent une promenade sur un parcours bien balisé tel jour pendant tel créneau horaire, on marche en rang derrière les sonos qui empêchent toute discussion politique, puis ils sonnent la fin de la récré avec option tonfa pour ceux qui n’auraient pas bien compris le message. Ou comme le disait l’ex-princident revenu aux manettes dans les coulisses : maintenant, quand il y a une grève, une manif ou un conflit social, ça ne dérange plus personne, on ne se rend plus compte de rien.

Ensuite, on fait mine d’avoir négocié la quantité de vaseline et voilà un nouveau pan de la loi ou de la solidarité nationale qui s’effondre, effacé d’un trait de plume et entériné par une direction syndicale qui a déjà négocié ses subventions et ses prébendes pour le retour à la vie civile.

Le comportement syndicaliste pendant la révolte des gilets jaunes a été tout bonnement exemplaire en exposant radicalement ses élites dans leur rôle à présent quasi officiel de garde-chiourmes des perdants récalcitrants de la guerre des classes. Rarement il nous a été donné d’entendre un silence plus éloquent que celui des centrales syndicales alors même que le soulèvement populaire qu’elles prétendaient appeler de tous leurs vœux fleurissait à tous les rondpoints comme des gerbes de boutons d’or après l’ondée printanière. De-ci, de-là, certains glosaient sur ces gueux qui se réveillaient maintenant plutôt que sur ordre des encartés, ce qui semblait justifier de les laisser croupir dans leur merde et leur inorganisation. Tantôt, d’autres se déclaraient contre toute participation à un mouvement populaire massif sous prétexte qu’on y aurait vu graviter quelques chemises brunes à la manœuvre, l’évitement et l’abandon créant pourtant ces espaces vides où prospèrent les agitateurs et manipulateurs politiques professionnels.

Mais avouons que toute ambigüité sur l’état réel du dialogue social à la française a été levée lors de l’appel pour une fois collectif des syndicats à bien tous rentrer dans la niche et à cesser de geindre sur les problèmes de précarité et de fin de mois difficile en dehors du calendrier syndical dument tamponné par l’exécutif et le patronat. Cette révélation-là a donné envie à bien des militants sincères et engagés de bruler leurs amarres syndicales, leurs cartes et leurs représentants au milieu du feu.

La voix de son maitre

JPEG - 97.2 ko
Liberté de la presse, manifestation du 15 décembre 2018, par Serge ©D’Ignazio https://www.flickr.com/photos/119524765@N06

Si tout ce qui précède n’avait pas suffi à révéler la décrépitude profonde de notre démocratie, le traitement médiatique honteux et pourtant pratiquement unanime du mouvement des gilets jaunes par les nouvelles caisses de résonance du pouvoir a dû faire tomber bien des peaux de saucissons qui scellaient encore les paupières. Jamais il n’a été aussi évident que la presse, les éditocrates, les journalistes de terrain ou de salon, porte-crachoirs de la république en marche arrière étaient totalement dévoués et voués à servir jusqu’à la glotte le discours et la vision du monde des classes dominantes. Voilà que ceux que l’on ne montrait point, dont on ne parlait jamais, voilà que les invisibles de la république avaient l’outrecuidance de vouloir envahir l’espace public, de vouloir occuper le calendrier médiatique des marronniers et des pantoufles fourrées de leurs complaintes, de leur réalité, de leur lutte et de leurs revendications  !

Quelle révélation pour ceux qui voyaient le monde à travers les lunettes déformantes du petit bout de la lucarne que de s’y voir ainsi caricaturés, niés, vilipendés, moqués, dénaturés  ! Quelle dissonance ils ont pu éprouver dans la confraternité de leurs rondpoints et de leurs rassemblements joyeux, féroces et désespérés à la fois alors qu’ils voyaient en temps réel sur les écrans connectés de leur téléphone quels mauvais procès d’intention, quels mensonges et autres faux décomptes on leur faisait dans ces médias qu’ils croyaient impartiaux, indépendants et garants de l’équilibre des pouvoirs de la démocratie  !

Appelés dans un premier temps pour couvrir les actions, les journalistes couchés aux pieds de leurs maitres sont devenus eux-mêmes gibier d’une population ulcérée de se voir ainsi méprisée et falsifiée à longueur de temps. Voilà que ceux qui appellent sans cesse à la vérification des sources, à l’éradication des fake news en étaient en fait les plus grands dealeurs, les garants d’une désinformation massive qui n’aurait pas déparé du temps de la Pravda.

Plus de carotte, seulement le bâton  !

Les indigènes de la république, les bannis, les racisés, les sans-grades, les classes dangereuses, tous n’avaient de cesse de dénoncer une police de plus en plus violente et un maintien de l’ordre qui n’était plus que répression. Mais voilà, tant que les victimes de la police s’appelaient Mouloud et non Jean-Eudes, il y a toujours eu l’idée un peu méprisante et franchement raciste que même s’il est déplorable que des gens meurent sous les coups de ceux qui sont censés les protéger, c’est quand même un petit peu parce qu’ils ne marchaient pas droit et qu’ils l’avaient bien cherché quand même. Massacrer du gueux de cités, c’est comme cela que l’on maintient dans le temps les nécessités d’un ordre injuste, exploser des étudiants écolos qui protègent des arbres et des grenouilles, c’était déjà un peu plus compliqué à justifier, mais d’un autre côté, vous savez, ces gauchistes, c’est quand même un peu des extrêmes, voire de la graine de terroristes  !

Mais quand il s’est agi de Marcel et Ginette gazés et tonfés sur la plus belle avenue du monde, au milieu des vitrines qui dégueulent de luxe et de fric tellement abondant qu’on ne sait plus comment le dilapider, quand c’est monsieur et madame tout le monde et leurs enfants du lycée pro qui se sont fait exploser la gueule pour avoir osé protester contre la vie chère et les fins de mois à perpétuité, on a commencé à avoir des doutes affreux sur les missions réelles de la police. Doute affreux qui s’est confirmé au fur et à mesure des reportages des médias couchés qui ne parlaient que des casseurs en jaune fluo et jamais des gueules cassées à grand coup de flash-ball et autres armes défensives, destinées en réalité à mutiler et à soumettre le droit de manifester à la possibilité de finir handicapé à vie.

JPEG - 67.9 ko
Allo, place Beauvau est la recension par le journaliste David Dufresne sur les violences policières exercées sur les gilets jaunes et généralement tues par les médias. Attention avant de cliquer, il y a des images difficiles

Et qu’ils ont été surpris, aussi, les gilets jaunes de découvrir que ces flics qu’on ne trouve jamais pour lutter contre les incivilités et l’insécurité quotidiennes vécues par les gueux dans leur milieu ordinaire, loin des yeux et loin du cœur, étaient par contre déployés en abondance pour protéger les vitrines de luxe et les quartiers discrets et somptueux où l’on a pour habitude de péter dans la soie dans le plus parfait entre-soi.

La révélation

JPEG - 126.7 ko
Nous ne rentrerons pas dans la nuit sans combattre, par Serge ©D’Ignazio https://www.flickr.com/photos/119524765@N06

Oui, c’est une apocalypse que cette révolte des rondpoints, des contrées d’outre-périphérique, des zones de relégation, de ceux qu’on avait passés en pertes et profits depuis si longtemps. C’est une apocalypse pour les classes dominantes et leurs laquais qui ont su donner le change si longtemps et noyer tant d’injustices, tant d’iniquités, de mensonges, de pillages que cela avait fini par paraitre la marche normale du monde, une civilisation d’autant plus pacifiée que ses perdants et surnuméraires avaient le bon gout de crever à petit feu et dans le silence, toujours plus loin des centres du pouvoir. C’est une apocalypse parce qu’elle a révélé de manière absolument incontestable la nature profondément corrompue du pouvoir, la déliquescence démocratique, les soumissions médiatiques et syndicales et toute la machinerie sociale immense et avide qui n’a pas d’autres justification ou objectif que de pressurer le plus grand nombre pour ne gaver qu’une toute petite poignée de nantis bien décidés à préserver leurs privilèges honteux par tous les moyens et à tout prix.

Ce que les gilets jaunes ont appris en sortant de chez eux, de leur isolement et de leurs peines, en osant le rassemblement, l’entraide, la discussion et la solidarité, en confrontant leurs quotidiens, leurs expériences et leurs vécus avec les faux miroirs dans lesquels ils s’éteignaient à petit feu, quoi qu’il arrive à présent, rien de tout cela ne sera ni perdu ni oublié.

Les gilets jaunes se sont détournés des ombres de la caverne et ils ont été blessés par l’implacable clarté du monde. Ils ont vu ce qui était caché, ont entendu ce qui était tu, ont appris ce qui n’était pas transmis. De fait, aucun retour en arrière ne sera plus possible, même si les dominants croient sincèrement que les coups de pied au cul suivi d’une poignée de biscuits devraient largement suffire à rétablir leur ordre injuste et à rabrouer la chienlit dans sa niche.

Sauf que le clébard a bien compris qu’il n’a rien à perdre à mordre la main qui le dépouille et le dérouille quand il se rebiffe  !


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

193 réactions à cet article    


  • Arthur S NEMO 22 décembre 2018 11:20

    Excellent, merci.

    Espérons que tous les « clébards » dont vous parlez finiront par trouver une cohérence et redeviendront les loups libres qu’ils étaient avant d’être asservis par la gamelle..


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 22 décembre 2018 14:59

      @NEMO

      L’opium et le bâton, la corruption et le terrorisme n’ont jamais été le meilleur moyen de gouverner les peuples ! 

      Aujourd’hui, plus que jamais, le changement est possible parce que contrairement aux siècles passés, l’information circule librement et peut rassembler les peuples autour d’un même projet collectif.

      Jamais le mouvement des Gilets jaunes ne doit aller dans le sens du « désordre arabe » de ces dernières années : La France a connu ce que l’ensemble de l’humanité appelle hypocritement « la révolution des droits de l’homme » ; or le résultat parle de lui-même, il y a eu trahison et contre-révolution et voilà que nous sommes tous revenus à la case-départ : Les riches sont toujours plus que voraces et la pauvreté foisonne !  

      La France a aujourd’hui le double objectif :
      Réussir pour elle-même en rétablissant la « véritable démocratie » et pour le monde car il a été mené à l’échec à cause de l’idéologie des faux droits de l’homme...


    • JulietFox 24 décembre 2018 12:29

      @ Monolecte
      " les syndicats voilà que depuis quelque temps, ils n’avaient plus l’air que de se battre le dos au mur

      « 

      Quand pas grand monde ne vous suit, quand la CFDT est toujours prête a signer des régressions, car elle est comme Macron : Réformiste.
      Quand les gens préfèrent acheter 180 euros un maillot à 2 étoiles , que de cotiser 10 euros/mois à un syndicat.
      Quand même un samedi, où les petits chefs ne feront pas pression sur eux, qu’ils ne perdrons pas d’argent, ces gens là - devenus gilets jaunes, inorganisés, soi disant apolitiques, »asyndicaux" ne viennent pas manifester, avec les syndicats GGT, FSU, FO, contre la loi qui détricote le Code du Travail, ils révoltent avec violence, se font trahir par Madame Jacline Mouraud, dont on se demande ; si elle ne suivra pas l’exemple d’Eduard Martin.


    • cevennevive cevennevive 22 décembre 2018 11:39

      Bonjour Monolecte,

      Et bravo pour cet article qui résume si bien l’état d’esprit de ce mouvement des Gilets Jaunes et qui décrit tout à fait la situation d’aujourd’hui !!!

      Merci ! Merci d’avoir fait un tel article, j’y trouve tout ce que je pense et ce que pense mon entourage de gens modestes.

      Votre article est si loin des incompréhensions, des remarques doctes, et même des pseudos analyses intellectuelles de certains qui n’ont rien compris à la situation !

      Le premier article parmi tant d’autres sur AV qui me bouleverse par sa criante vérité.

      Bien à vous.


      • Clocel Clocel 22 décembre 2018 11:48

        La cause des causes reste tout de même l’EU et ce qu’elle porte comme idéologie, et ça, ça ne semble pas encore clair pour tout le monde, pas plus que l’évidente lutte des classes.

        Nous verrons le score des sophistes à la prochaine tournante « démocratique », mais, perso, je n’ai pas trop d’illusion, la négociation porte encore sur la taille du reliquat des miettes du festin des Princes.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 décembre 2018 11:52

          Bienvenue en Belgique land. Noir sur fond jaune). Nos gilets jaunes furent de 2010 la Haine-VA (N-VA). On vous avait pourtant prévenu ((prochain sur la pente descendante pour les sans dents). A propos d’OS voici une cuisse qui et prophétise un futur façon : boucherie-charcuterie. lge/l-ex-chef-de-cabinet-de-jan-jambon-se-lache-j-espere-que-le-pays-sera-ingouvernable-5c1df726cd70e3d2f7634177


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 décembre 2018 11:55

            Relu : Bienvenue en Belgique land (dominante : Noir sur fond jaune). Nos gilets jaunes furent déjà au perchoir dès 2010 : la Haine-VA (N-VA). On vous avait pourtant prévenu (les français seront les prochains sur la pente descendante, surtout pour les les sans dents). A propos d’OS voici une cuisse qui prophétise un futur façon : boucherie-charcuterie. lge/l-ex-chef-de-cabinet-de-jan-jambon-se-lache-j-espere-que-le-pays-sera-ingouvernable-5c1df726cd70e3d2f7634177


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 décembre 2018 12:01

              Le plus « amusant » si je puis dire, c’est que le trio fêtait leur anniversaire (défaite,... ?) hier, 21 décembre : jour du solstice. Proche de Janus : celui qui à Rome ouvrait ou fermait le porte. Selon que la guerre était finie ou commençait. En été : Saint-jean-le Baptiste. En hiver : Saint Jean l’évangéliste. Faut dire qu’ils ont un certains sens du cérémonial calendaire. Hier d’ailleurs, c’était la Bourrasque, comme pour les pousser DEHORS......

              Le Vent jaune : récits
              Livre de David Grossman

              • Durand Durand 22 décembre 2018 12:04

                @Monolecte

                .

                Très bel article..., très bien écrit... Merci !

                Un bémol, cependant :

                Le régime naturel de la France et de toute nation qui se respecte est en tout premier lieu son indépendance politique et sa souveraineté, corolaires indissociables de la démocratie. Et il me semble absurde, de croire que l’on peut restaurer notre démocratie sans récupérer dabord notre indépendance et notre souveraineté, égarées entre Bruxelles et Washington en raison de notre adhésion à l’UE...

                Je pense que le RIC que l’on pourrait obtenir maintenant ne nous rendrait notre souveraineté – et je le répète, il ne peut exister de démocratie sans souveraineté – qu’à la seule condition que ses modalité nous permettent, seulement dans un second temps, de l’utiliser pour poser la question du Frexit... D’ici là, d’attermoiments en procédures, Macron arrivera en 2022 et les poules auront des dents...

                Alors que si les Français optaient dés maintenant pour le Frexit via un référendum exigé par la pression populaire, l’Union Européenne exploserait immédiatement et de nouvelles élections générales nous permettraient de choisir un programme comportant le RIC et d’autres mesures – prise en compte du vote blanc, etc...– dans un contexte dûment expurgé des contingences communautaires et dans un entre-soi national indispensable à sa mise en application.

                Aujourd’hui, la Bastille est à Bruxelles...

                .

                Un débat intéressant :

                https://fr.sputniknews.com/radio_sapir/201812211039391197-gilets-jaunes-contre-bruxelles/

                .


                • Durand Durand 22 décembre 2018 12:10

                  @Monolecte

                  .

                  ...Et je précise que si aujourd’hui la Bastille se trouve à Bruxelles, il ne s’agit pas de la prendre mais de l’y abandonner...

                  .


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 22 décembre 2018 12:23

                  @Durand

                  Déjà bloquer le Luxembourg avec une coordination Gj française, allemande et belge...Plus d’accès routiers pendant le temps qu’il faut pour les faire crever la dalle ...les biftons, même s’ils viennent en abondance des autres pays européens ne se mangent pas .


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 22 décembre 2018 12:24

                  @Durand

                  Et pis on tappe au Coeur du système.


                • baldis30 22 décembre 2018 19:26

                  @Aita Pea Pea

                  bonsoir,
                   « bloquer le Luxembourg avec une coordination Gj française, allemande et belge... »
                   oulalalalala mais les banquiers vont pas être contents ... y avez-vous pensé ? vous risquez de déclencher chez eux des troubles cardiaques et psychologiques graves ...
                  et si les services d’urgence sont alors en grève que feront-ils ? des avions sanitaires pour se faire soigner ? avec la pollution de la haute atmosphère pour gagner la péninsule arabique ? ... révisez votre position ... révisez ! .... smiley


                • Raymond75 22 décembre 2018 12:24

                  Merci de cet article qui reflète ma pensée mais que je n’aurai pas su écrire.

                  Ce qui a éclaté en pleine lumière, c’est la supercherie politique, à l’oeuvre depuis 30 ans, qui consiste à faire du sociétal pour masquer l’horreur économique méticuleusement mise en place, année après année, gauche, droite, centre confondus.

                  [L’Horreur économique Viviane Forrester 1996 ]

                  https://www.fayard.fr/documents-temoignages/lhorreur-economique-9782213597195


                  • Raymond75 22 décembre 2018 12:34

                    Aux secours, à l’aide !!!

                    Attali, Minc, BHL, Kouchner : Vite, vite, dites nous ce que nous devons penser !!!


                    • velosolex velosolex 22 décembre 2018 12:35

                      La lutte a été gagnante tout de même pour les travailleurs. les flics ont été ainsi augmenté de 120 à 150 euros. Comme quoi dans la vie vaut mieux avoir un gilet bleu, qu’un jaune, ou une blouse blanche, et tenir une matraque qu’une perfusion . Je ne pense pas que j’ai été le seul à être scandalisé, mais guère étonné, de cette mesure orientée, proclamant à la fois l’injustice, et la grande peur de ce gouvernement de poules mouillées.

                      Ils sont arrogants, stupides, sans perspective pour le pays si ce n’est que de le vendre à la découpe, mais de plus ils sont totalement déconnectés, et ajoutent à chacune de leur mesure à la colère. Il faudrait faire l’historique du vécu de ce gilet jaune. Mais rappelez vous comment dans les premiers jours il était raillé, vu comme le dernier des cons, des beaufs ; a vrai dire nos élites et nos médias ont bien plus de respect pour « la banlieue », qui représentait jusqu’alors le « discriminé » officiel, excluant du champ de la plainte, de l’aide, de l’écoute et du soutien tout ce que le pays avait de campagnes, de diagonales du vide.

                      D’un seul coup nos ethnologues rappliquent de Laponie ; Ils n’avaient pas compris qu’en France il y avait des indigènes, des exclus, et que sous le beauf, il y avait un homme, une femme, une famille. La colère est grande, c’est le syndrome de l’inondation ; Les ronds points autrefois des no man’s land, sont plus au centre du pays que la tour Eiffel. Comment cela a commencé, la révolution soviétique. La prochaine devra mettre en avant des limites au pouvoir de prédation de chacun, les salaires, le sens, la préservation des paysages, de ce qu’on mange, bouffe et idées, sans pesticides, ni poison. 


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 décembre 2018 12:44

                        @velosolex

                        1 français sur dix (peut-être 2 ignore ce qu’est la Shoah. Comment alors vouloir introduire de l’éthique dans le véritable sens de la verticalité. Du matériel au spirituel. Rien à voir avec le compte en banque. Et c’est pas avec des chansons neuneus comme : on s’aime, que quoi que soit va changer...


                      • jeanpiètre jeanpiètre 22 décembre 2018 14:06

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                        -on ne peut qu’ignorer la shoah, tant sa génèse et ses mécanismes sont complexes et occultés. même se qui se disent ne pas l’ignorer n’en connaissent pas grand chose. 

                         on peut surtout ignorer l’argument shoah dans cet article, à moins qu’on puisse le placer dans les articles météo, culinaires , sport de glisse , pêche et hi tec


                      • velosolex velosolex 22 décembre 2018 14:14

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                        Certains savent ce qu’est la shoah, mais seraient prêts à retourner dans l’horreur. Connaitre l’histoire n’est donc pas suffisant Il faut avoir une culture humaniste. Les expériences de partage qui font que l’on s’aperçoit que l’autre nous ressemble ont disparu dans ce pays. Le clivage entre classes sociales accentue ce mépris, qui justifie en retours encore un peu plus la relégation, l’injustice : « Ils n’ont que ce qu’ils méritent »...Tout ce discours plein de suffisance jugeant que la place qu’on occupe dans la société serait mérité, et qui est devenu de plus en plus décomplexé..
                           Le totalitarisme n’est pas toujours habillé d’un uniforme. Il peut être très propre sur lui, posséder des éléments de langages, mais participer à l’horreur du monde. C’est ainsi qu’est né « l’horreur économique », un livre de Viviane Forrester, écrit je pense il y a pas loin de vingt ans maintenant. Horreur qui n’a fait que d’étendre son champ mortifère. Jusqu’au moment où son déconnexion d’avec le vécu devient de plus en plus injustifiable. Malgré la manipulation, le pouvoir des médias, parvient un moment de révolution, carrément physiologique, où cela ne tient plus…Le Français a déjà retrouvé la fierté, c’est déjà pas mal. Tout cela me rappelle ce passage de la révolution française où les gueux rentrent dans Versailles, et s’arrêtent étourdis par les ors, avec les nobles terrorisés, qui hier demandaient encore que le roi leur rembourse leur perruque. 


                      • velosolex velosolex 22 décembre 2018 14:30

                        @jeanpiètre
                        Je dirais que la shoah a été rendu possible par la manipulation, le clivage, tout un travail de sape visant à isoler une frange de la population. Quand l’autre n’est plus qu’une caricature, qu’il a perdu ses particularités humaines, qu’on ne peut plus faire d’empathie sur lui, alors les loups sont prêts à sortir du bois, et les autres à regarder ailleurs
                        Sans aller jusqu’à ces excès, le travail de relégation d’une certaine partie du paysage français et de ses habitants, travaille de la même logique. Je ne sais comment cela a commencé. Sans doute que Cabu avec son beauf, a t’il travaillé lui aussi à cet mise à distance de l’autre. J’aimais bien Cabu, son dessin, mais d’autres ont sans doute continué le travail au corps. Le beauf et devenu le Bidochon, avant qu’il ne soit décliné en « Deschiens » par l’équipe de canal +, travaillant à installer dans le pays ce climat propice au diner de cons….Le diner de cons, a du être servi à l’Elysée plus d’une fois. Il suffit d’écouter Hollande ergoter sur ces « sans dents », pour en être instruits.
                        Le paysage français des limites a donc été méprisé dans ses différences, ses difficultés, jusqu’à devenir un produit qu’on pouvait non seulement regarder avec condescendance, mais continuer à enfoncer. Désertification des administrations, des hôpitaux, sous prétexte d’améliorer le soin. Les éléments de langage de ceux qui se pensent plus intelligents, comme disait un de ces technocrates dont je ne me souvient plus du nom, émis avec un beau naturel nous indique réellement le niveau de condescendances, hors exclusion, et participent à la colère. Ils jugeront soyez en sûr mes propos populistes.
                        Filon, non Fillon, le poète, disait déjà qu’il n’est de bon bec qu’à Paris. 


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 22 décembre 2018 14:46

                        @velosolex

                        Bonjour vélosolex. De Viviane Forrester j’ai surtout lu : la vie de van Gogh. Je sais : ils n’ont que ce qu’ils méritent. Et de penser aux flamingants (pas besoin de rappeler le « nazis durant les guerres de Brel, certains de dire : Et Degrelle ? Mais ceux-ci  »fuhr"ent nettement mon nombreux qu’en Flandre,, ; d’argumenter la politique de la terre brûlée : ils l’ont bien mérité. Chacun voit le mérite à sa porte,...


                      • Raymond75 22 décembre 2018 15:33

                        @jeanpiètre

                        C’est ce que l’on appelle ’l’effet Goldwin’ ...


                      • velosolex velosolex 22 décembre 2018 15:54

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                        J’ai lu aussi « l’enterrement dans les blés » très intéressant. Le pauvre Vincent fut lui aussi victime d’une campagne de calomnies, et des gens signèrent une pétition à Arles pour le faire hospitaliser. Malgré tout dans ces hospitalisations, il ne méprisa jamais les pauvres fous qu’ils croisaient, et était curieux d’eux. C’était un amoureux de la vie, des couleurs et des gens. Son parcours lui même est une mosaïque, et un mouvement.


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 décembre 2018 10:37

                        @velosolex

                        Je ne donnerais Jamais le droit au RIC ou au RIP à des personnes qui ne connaissent rien de l’histoire et de ses conséquences. C’est comme donner un chèque en blanc ou pire : un revolver à un enfant..Je m’attends à une 2019 CATASTROPHIQUE. Mmême si je n’aime pas Macron. 


                      • CORH CORH 23 décembre 2018 12:08

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                        Resumons : le peuple est inculte et haïssable mais nos élites dont je suis,sont vertueuses.
                        moi Melusine je suis une sachante.

                        Ce que ne se dit pas Melusine : c’est que le niveau culturel du ’peuple’ est globalement le même que celui des prétendues élites, il a été a l’école, grosso 70,80% ont le bac voire plus, il est informé, critique et pas idiot. Sur les plateaux télé, il sait s’exprimer souvent plus intelligemment et clairement que les permanents qu’on y voit a longueurs d’années et ne se laisse pas du tout impressionner par la malveillance mediatique permanente.

                        « Je ne donnerais Jamais le droit »  : Melusine, elle, s’arroge le droit de donner le droit ou de ne pas donner le droit , son sentiment de supériorité, son pouvoir qui n’appartient qu’aux fées lui donne l’impression d’être toute puissante . Melusine vit dans un autre monde, c’est pour ça sans doute qu’on la remarque



                      • jymb 23 décembre 2018 16:11

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                        Ce genre d’assertion reprise par les médias ne sert qu’à justifier une nouvelle floppée d’émissions de repentance
                        Si toute l’histoire de France et du Monde était aussi traitée que la Shoah, il faudrait 30 chaînes de télé en continu 24/24 


                      • Gauloise très réfractaire Gauloise très réfractaire 23 décembre 2018 23:29

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                        Moi aussi je pensais à ça, dans un pays à moitié musulman, le référendum populaire peut s’averer dangereux. À terme, ce truc pourrait même mener à une république islamiste si un jour, dans 30 ou 40 ans, il y’avait un référendum sur la charria . Lorsque nous serons en minorité…

                        Mais l’idée d’un RIC est bien trop belle pour que nous puissions nous permettre de jeter ce bébé à l’eau. On peut aussi se débarrasser de cette charria qui sévit déjà dans certains quartiers dans le nord de la France , tout ça par voie référendaire. C’est le chemin de tous les possibles ! Il est notre seul espoir pour nous débarrasser de ces oligarques mondialistes.


                      • Gauloise très réfractaire Gauloise très réfractaire 23 décembre 2018 23:31

                        @CORH

                        Elle n’a pas tort ! Ça fait quand même soixante ans que les français votent comme des cons…


                      • CORH CORH 24 décembre 2018 10:35

                        @Gauloise très réfractaire
                        Le parti majoritaire en France c’est l’abstention, et pour beaucoup de ceux qui veulent a tout prix voter, ils n’ont pas vraiment le choix que de voter comme vous dites.


                      • Gauloise très réfractaire Gauloise très réfractaire 24 décembre 2018 11:26

                        @CORH

                        Vrai, en France il n’y a pas de leader, et je comprends que les gens ne sachent pas pour qui voter


                      • CORH CORH 24 décembre 2018 11:41

                        @Gauloise très réfractaire
                        Je profite de votre remarque sur l’absence de leader, pour dire qu’ a mon avis, il va falloir vite cesser en France, comme on le fait depuis 5 décennies de rêver a des hommes (ou femmes) providentiels.
                        Une démocratie digne de ce nom, ne fonctionne pas de cette manière, qu’on laisse cela à d’autres régimes.


                      • JulietFox 24 décembre 2018 12:33

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                        Vous le faîtes exprès de chaque fois écrire à côté de la plaque ???


                      • microf 22 décembre 2018 13:50

                        Très très bon article á faire connaitre autour de soi.

                        Pour ceux qui lisent mes commentaires, il ya de nombreuse similitudes avec ce que l´auteure écrit.

                        J´ai souvent été traité d´anti-francais, de raciste par certains dans ce Forum parceque je me suis plains comme l´auteure dans certaines lignes de son article. Á ceux-lá, j´ai toujours répondu ceci, ce que nous connaissons en Afrique depuis des décénnies, vous allez le connaitre un jour chez vous, car lorsque l´Ogre termine de manger les enfants des autres, il s´attaque á ses propres enfants, nous y sommes. L´ogre a terminé son repas en Afrique et ailleurs oú il n´ya plus beaucoup á manger, il revient aujourd´hui chez lui manger ses propres enfants.

                        La France a cette destinée que Dieu lui a donné d´initier des changements qui se repercutent ensuite dans le monde, le mouvement des gilets jaunes est entrain de faire tâche d´huile dans de nombreux pays, et ce phénomène, ne va plus s´arrêter. C´est pourquoi ce mouvement en France doit continuer, l´espoir de tous ceux qui souffrent aujourd´hui de l´exploitation, se trouve dans la réussite de ce mouvement en France, car au moins en France, les francais peuvent manifester, saurait été dans les pays oú cette liberté n´existe pas, le mouvement aurait déjá été noyé dans le sang. Souhaitons que les Élites francaises n´iront pas jusque lá, et même s´ils allaient jusque lá, francais tenez bon, ce sera la prix á payer pour votre libération, on ne fait pas d´omelettes sans casser les oeufs. Ceux qui mourons serons pour les chrétiens des Martyres, pour ceux qui ne croient pas, des héros.

                        Gilets Jaunes point de vue d’Afrique par Tatsinda Bertrand.

                        https://youtu.be/O7E8oJ_BUJ0

                        Joyeux Noel et Bonne Année 2019.


                        • Eric F Eric F 22 décembre 2018 14:20

                          Le tweet présenté en milieu d’article https://www.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L620xH619/emmanuel-foulon-04093.jpg est faux, les 100 euros seront bien intégrés dans la prime d’activité dès le début d’année. L’arnaque n’est pas là, elle est dans le fait que ce n’est pas une augmentation du salaire versé par l’employeur, mais de la prime financée par les autres contribuables.


                          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 22 décembre 2018 15:00

                            L’opium et le bâton, la corruption et le terrorisme n’ont jamais été le meilleur moyen de gouverner les peuples ! 

                            Aujourd’hui, plus que jamais, le changement est possible parce que contrairement aux siècles passés, l’information circule librement et peut rassembler les peuples autour d’un même projet collectif.

                            Jamais le mouvement des Gilets jaunes ne doit aller dans le sens du« désordre arabe » de ces dernières années : La France a connu ce que l’ensemble de l’humanité appelle hypocritement « la révolution des droits de l’homme » ; or le résultat parle de lui-même, il y a eu trahison et contre-révolution et voilà que nous sommes tous revenus à la case-départ : Les riches sont toujours plus que voraces et la pauvreté foisonne ! 

                            La France a aujourd’hui le double objectif :
                            Réussir pour elle-même en rétablissant la « véritable démocratie » et pour le monde car il a été mené à l’échec à cause de l’idéologie des faux droits de l’homme...


                            • Croa Croa 22 décembre 2018 16:18

                              Dernière minute :

                              Éric Drouet a été arrêté par la police. Il ne s’agit pas d’une arrestation par hasard mais apparemment bien préparée.


                              • kalachnikov kalachnikov 22 décembre 2018 16:32

                                @ Croa

                                Tu m’as précédé.

                                Classique. Couper la tête du mouvement en s’en prenant aux meneurs.


                              • Croa Croa 22 décembre 2018 16:56

                                À kalachnikov,
                                Justement le mouvement des GJ n’est pas classique. Éric Drouet n’est pas un meneur mais un initiateur. Le pouvoir fait là une énorme erreur, il n’y a pas de véritable tête donc ça va continuer comme avant. Pour autant il ne faut pas laisser tomber Éric qui doit être libéré intact : C’est ce que tous les Français doivent exiger (pas seulement les GJ) !


                              • kalachnikov kalachnikov 22 décembre 2018 17:11

                                @ Croa

                                Le pouvoir ne fait pas d’erreur, il n’a pas le choix. La seule cartouche qu’il a, c’est le frexit.

                                Avec 2005, ils ont cru qu’ils pourraient faire leur Etat mégalomaniaque sans ’exterminer’ l’Indien réfractaire. Grosse illusion.


                              • velosolex velosolex 22 décembre 2018 17:43

                                @kalachnikov
                                Est ce un parent de jean Claude Drouot, ex « Thierry La fronde », le héros de ma jeunesse. 
                                Ils avaient arrêté Cohn Bendit à une autre époque. Ces imbéciles ne comprennent même pas qu’ils ne font que jeter de l’essence sur le feu. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès