• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La bande à Bobo

La bande à Bobo

Que l'on ne se méprenne pas, je parle ici d'une bande très organisée et dangereuse malgré toutes ses dénégations. Cette bande maîtrise tous les rouages du pouvoir et de l'économie et entretient depuis des décennies une culpabilisation du contradicteur afin de l'empêcher de s'exprimer. Cette bande est protéiforme mais finalement derrière on trouve la bonne bourgeoisie française, la même qu'avant au temps de François Guizot et des positivistes, sauf que depuis la Restauration et le Second Empire elle a jeté aux orties son camouflage moralisateur pour montrer clairement son a-moralisme total, que ce soit pour les affaires ou sa vie sexuelle.

 

Au départ un peu timorée, se contentant de petits coups d'éclats, de menus larcins, on entendait peu parler d'elle dans les journaux, et puis un jour elle connaît la gloire, une gloire rapide qui jamais ne cesse. Le terme fait florès tout au long des deux dernières décennies...

 

La bande à Bobo sévit maintenant depuis plus de vingt-cinq ans à Paris mais pas seulement, on a commencé à parler de cette bande néfaste au début des années 90. Certains quartiers de la capitale, je songe par exemple à mon cher Montmartre, ont commencé alors à se vider de leurs familles populaires pour laisser la place aux fameux "bourgeois bohèmes". Le terme est utilisé pour la première fois en 1973 par le philosophe Michel Clouscard, pas vraiment un réac d'ailleurs dois-je préciser en passant, qui définit ainsi la nouvelle classe des bourgeois libéraux-libertaires. il est repris de manière plus légère par l'américain David Brooks dans le livre "Bobos in paradise" en 2000.

 

Le terme alors n'a rien de l'épithète péjorative qu'il prendra plus tard, il désigne une réalité sociologique, un mouvement de mode, une "tendance" en somme alors que ce n'était qu'une bande comme une autre finalement, avide...

 

On est toujours le bobo d'un autre depuis, et beaucoup de personnes ayant deux doigts de culture étaient vite soupçonnées d'être de la bande alors qu'elles avaient simplement un minimum de culture. C'est le danger du terme qui parfois même désigne au fond tous les nantis de ce pays et qui peut être pour certains un alibi de leur inculture. Et la culture ce n'est pas que le "rire de résistance" de Jean-Michel Ribes et les pièces qu'il fait jouer à l'Odéon. La culture ce ne sont pas les croûtes ultramodernes de la FIAC devant lesquelles la bande à Bobo s'extasie encore et toujours.

 

La bande à Bobo déteste comme ses ancêtres les classes dites dangereuses, les moins bien lotis qu'eux, les "pue la sueur", les pauvres, les précaires. Elle les méprise, cela la laisse indifférente tant qu'elle peut continuer à bénéficier de ses réseaux, de son magot amassé au fil du temps et profiter de plaisirs auparavant simples maintenant réservés de plus en plus à une pseudo-élite comme le simple fait de bien manger ou de se cultiver en lisant un -bon- livre...

 

La bande à Bobo a des lubies, de l'écriture inclusive au multiculturalisme. Ce ne serait pas si grave si elle se contentait de les égrener pour elle et non si elle les imposait à tout le monde. Avec les "gilets jaunes" elle perd pied. Comment ? Quoi ? Les ploucs, le bon peuple ne supportent plus nos diktats, nos leçons de morale, c'est intolérâââble...

 

...Et la bande de continuer à répondre avec ces vieilles antiennes usées jusqu'à la corde.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury - Grandgil

illustration prise ici


Moyenne des avis sur cet article :  2.27/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Zaza Zaza 23 novembre 2018 17:52

    Dans la famille bobo je veux la prostituée syndicale, cgtiste :

     

    grande copine à Soros,

     

    https://francais.rt.com/france/55716-cgt-douanes-porte-plainte-contre-gilets-jaunes-ayant-denonce-migrants-gendarmes
     

    bien nourrie en frais de bouche, château, hôtels, par les caisses du patronat et par l’état (UIMM, formation etc.)

     

    traite de 68, vidéo émouvante, la réouverture de Wonder , face à la servilité de la police syndicale du patronat l’ouvrière en chiale de rage...

     

    https://youtu.be/ht1RkTMY0h4?t=120

     


    • moebius 24 novembre 2018 15:11

      @Zaza
      dans la famille bobo je veux mon voisin qui est juste un peu plus riche que moi 


    • Désintox Désintox 24 novembre 2018 16:35

      @moebius
      Peut-être moins, d’ailleurs.


    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 novembre 2018 17:53

      @Désintox
      pov chéri


    • bluerage 23 novembre 2018 18:15

      Les bobos, chantres de l’hypocrisie, se présentent comme étant de gauche mais palpent autant que Ghosn et planquent leur pognon de la même manière, ou quand ils donnent, il y a toujours une caméra pour immortaliser le moment.

      Et en plus ils passent leur temps à donner des leçons aux pauvres gens, aux gueux trop réacs, trop fachos, trop gaulois, quelle bande de pauvres types...


      • Désintox Désintox 24 novembre 2018 16:34

        @bluerage

        Ah, vous me rassurez.

        Pour gagner le titre de « bobo », il faut gagner autant que Carlos.

        Décidément, la réalité n’a que peu de prise sur vos fantasmes.


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 novembre 2018 17:54

        @Désintox
        une conception bizarre du terme, une légère exagération ?


      • math math 24 novembre 2018 08:47

         La bande à Bobo des salons Parisiens..cette étroite bulle qui gouverne par banques interposées..Salons ou l’on retrouve tout et n’importe quoi..l’artiste raté ou le politicien-véreux assis à la même table..se partageant la « pute » nymphomane au QI de moule..le juif de service exposant sa vision sur le fonctionnement de la banque mondiale..et l’intellectuel de BFMtélé espérant en douce un passage sur TF1..A la fin du repas, c’est l’orgie de mots qui commence dans les vapeurs d’alcools.. smiley


        • Désintox Désintox 24 novembre 2018 16:33

          @math
          « le juif de service exposant sa vision sur le fonctionnement de la banque mondiale »

          L’antisémitisme n’est pas une opinion, c’est un délit.


        • replay0001 24 novembre 2018 14:42

          Si le choc climatique pouvait exterminer cette bande de nuisibles


          • Désintox Désintox 24 novembre 2018 16:31

            @replay0001
            Il risque bien de le faire, en effet, et vous ferez partie du lot.


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 novembre 2018 14:47

            La trouille des nantis autour des Champs Elysées aujourd’hui fait plaisir à voir


            • moebius 24 novembre 2018 15:07

              @Amaury Grandgil
              Oh ! que non 


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 novembre 2018 18:00

              @moebius
              Voir leurs gueules effarouchées faisait plaisir, tout comme leur air pincé, leur bouche en q de poule, leur dédain


            • moebius 24 novembre 2018 15:05

              Haro sur le bobo.... Le « bobo » a le merite d’etre juif etranger, gaucho, européen urbain, cultivé, riche ect.. la figure du « bobo » peut faire l’unanimite de tous ( et surtout des fachos) contre un parce que le bobo est un pur fantasme 


              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 novembre 2018 17:55

                @moebius
                Non non, et je ne suis pas le premier à en causer, Clouscard un facho ?


              • moebius 24 novembre 2018 15:21

                 c’est ecrit sans faute d’orthografe ni de grammére ... l’auteur est un de ces premiers de la classe dont je n’ai jamais fait partie C’est donc un de ces salauds de bobo... Je suis sure que l’Auteur saura apprecier ce compliment 


                • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 novembre 2018 17:58

                  @moebius
                  oui « bobo » est devenu l’excuse des médiocres pour se justifier, le plus doué est « bobo »


                • Désintox Désintox 24 novembre 2018 16:30

                  Le seul problème est que les « bobos », comme vous dites, n’existent que dans vos fantasmes.

                  Mais peut-être est-ce une déformation de « beauf », devenu « beaubeauf », puis « bobo » ...


                  • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 24 novembre 2018 17:56

                    @Désintox
                    Ah bon le philosophe Michel Clouscard fantasmait ? On se sent visé ?


                  • moderatus moderatus 25 novembre 2018 08:14

                    Bonjour Amaury,

                    le BOBO espèce qui est comme vous le dites, protéiforme, mais dont les caractéristiques, sont la bienpensance, le politiquement correct, le pas d’amalgame et un grand cœur de façade. Donneurs de leçons incorrigibles chasseurs de populistes.

                    ils ont envahi les médias et quand des voix dissonantes se font entendre ,ces chantres de la pensée unique tentent de les faire taire.

                    Comme le DODO à la Réunion cette espèce disparaitra-t-elle ?


                    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 25 novembre 2018 19:16

                      C’est pour ça que vous répondez ? smiley


                      • Raymond75 26 novembre 2018 08:50

                        On ne peut pas reprocher aux bobos d’avoir fait des études, donc d’avoir une meilleure situation que d’autres, de vivre dans une ville et non dans un lotissement de banlieue ’à l’américaine’, ni d’avoir des pensées disons ’libertaires’.

                        Ce que je leur reproche, c’est d’être non représentatifs de la population et de se penser en ’conducteurs’ de cette population.

                        Les bobos sont jeunes, le plus souvent célibataires sans enfants, sans charge. Ils vivent dans un tout petit appartement ou en colocation, qu’ils devront quitter lorsqu’ils voudront fonder ne famille. Ils s’auto-esclavagisent dans des entreprises ’innovantes’ et sont esclaves de leurs smartphones. Ils achètent de la nourriture bio parce qu’ils ont peu de besoins (pas de faille) et plus de fric que les autres. Ils n’ont pas de voiture parce qu’en centre ville on peut s’en passer ... tant que l’on peut payer le centre ville. Et le plus souvent ils sont de bons héritiers.

                        Ils sont hors sol, et ne connaissent rien, ou méprisent, la France d’en bas, celle que l’on voit s’exprimer maladroitement en ce moment, qui n’en peut plus.

                        Un dernier exemple : la maire de Paris, reine des bobos, aurait pu attendre quelques années la réalisation du ’Grand Paris Express’ pour imposer des restrictions de circulation aux banlieusards prisonniers de leur voiture ou condamnés à des transports en commun indignes. Mais de ces gens la, elle s’en fiche complètement !


                        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 26 novembre 2018 10:55

                          @Raymond75
                          Non on ne peut pas leur reprocher leurs études qu’ils font parce que leurs familles connaissent les codes scolaires, ont les bons réseaux et l’expertise.

                          "Ce que je leur reproche, c’est d’être non représentatifs de la population et de se penser en ’conducteurs’ de cette population.

                          "

                          Moi aussi smiley


                        • Raymond75 26 novembre 2018 08:51

                          ... ’ils ont peu de besoins (pas de faMille)

                          ... désolé

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès