• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La barbarie à visage humain

La barbarie à visage humain

Jack Donovan s'oppose aux chimères d’une évanescente « conscience globale » et pulvérise l’imposture de la bonté universelle.

 On peut être gay, américain et porter une vision massivement illibérale du monde. La preuve par Jack Donovan, figure de l’Alt right américaine, provocateur ultraréactionnaire, homosexuel et néo-païen. Pour Jack, la voie des hommes, c’est « la voie de la chasse en horde ».

Jack Donovan s'oppose aux chimères d’une évanescente « conscience globale » et pulvérise l’imposture de la bonté universelle. Evangéliste de la maîtrise de soi, il méprise le monde moderne mercantile et féminisé.

Survivaliste et communautariste il plaide pour un néo-tribalisme ethnocentré et inégalitaire.
Dans « Devenir un barbare », il s'attaque à « L’empire du Rien » et enseigne avec pédagogie les fondamentaux de la pensée tribale.

Voilà un donc un livre qui tombe à point nommé, c’est à dire au moment précis où notre Europe est livrée sans combattre aux hordes ethniques, l’accueil de l’« autre » s’effectuant au nom d’un bien étrange universalisme compassionnel.

L'empire du Rien

Ontologiquement, l'Empire du Rien c’est le vide émasculé de la vie moderne, le déracinement et le désespoir rédimés par un moralisme à prétention universelle.

Matériellement, c’est un syndicat d’intérêts, un système qui met en relation d’affaires des sociétés transnationales, des médias, des institutions financières. C’est encore le méprisable quotidien de « chefs de service tâchant de justifier leur budget ».

Dans ce monde, la courtoisie molle supplante l’honneur. Plus de Dieux ni de héros, puisqu’il n’y a plus de monstres ni de dragons (cela effraye les consommateurs).

Le peuple de l’Empire a été persuadé que liberté est synonyme de licence. Il croit qu’il est libre parce qu’on lui permet de fumer de la marijuana et de changer de sexe ad libitum. L’inclusion, c’est bon pour le business.

« N’importe qui vaut son pesant d’or dans n’importe quel centre commercial » et la culture consumériste bourgeoise vend aux populations pacifiques -interchangeables et à genoux - des identités flottantes, vides et jetables.

L’ennemi de la modernité libérale est toujours la communauté du peuple, seule force qui pourrait exiger que les élites répondent de leurs crimes. L'État moderne libéral offre donc sa protection armée aux élites irresponsables qui n'assumeront jamais physiquement leurs trahisons.

De leur côté, les mouvements de justice sociale « travaillent à imposer des valeurs globalistes, un universalisme moral et des ‘droits humains’ qu’ils ont élaboré sur la tête de gens qu’ils n’ont jamais vus ». Le sous-jacent d'altruisme universel exige de chacun le souci égal pour les souffrances de chaque homme dans le monde entier. Idée absurde et inhumaine que nous sommes tous les bergers les uns des autres.

Ce non-sens paralysant conduit les hommes à se disputer sur des questions sur lesquelles ils n'auront jamais aucun contrôle. La manipulation de masse est toujours au bout de ce chemin de bonne volonté universelle.

Aujourd’hui, des institutions internationales placent ainsi une morale hors sol parfaitement abstraite au-dessus des exigences concrètes de leurs mandats. Voir le traitement de la question migratoire par l’Union Européenne.

Nous et Eux

Mais que se passerait-il si nous cessions de prétendre nous soucier de tout ? 

L’Universaliste, qui n’a pas à s’occuper concrètement de ses proches, revendique la responsabilité du bien-être de l’humanité entière. Mais l’Universaliste n’a rien d’un Dieu omniscient ; il n’est qu’une « faillite nauséabonde ».

Le barbare reconnait que d’autres ont des intérêts et des valeurs irréconciliables avec les siens. Imagine-t-on un Viking expliquant à des moines pourquoi il a « raison » d’attaquer leur monastère ? 

Il « met fin aux relations sans signification, unilatérales et fantasmatiques » ; il se concentre sur les besoins de ses proches et forme des alliances discriminatoires. Car l'amour est un choix, un acte discriminatoire. « L’emblème de la paix est une rune de mort »

Mais comment un homme peut-il devenir un barbare ?
Selon Donovan, il faut cultiver la force, le courage, la maîtrise et l’honneur. Le « nous » d’un homme comprend la famille, les amis, le pays, le groupe ethnique.

Adopter le style de vie barbare c’est devenir plus lié à la communauté et moins lié à l'État et toujours savoir distinguer entre le « nous » et le « eux ». C’est en défendant la frontière tribale, en tuant la bête qui menace ses proches que les hommes trouvent l’accomplissement de leur « voie virile ».

Il ne s’agit pas de rejeter la douceur méprisable de la modernité pour revenir à l'individualisme atomisé, mythe libéral. Dans l’état de nature, les hommes n'ont aucun droit. La tribu offre une protection contre les dangers et un mécanisme communautaire permet de régler les différends. « Le vagabond individualiste est une anomalie déviante » .

La plupart des gens laissent encore l’Etat porter des appréciations morales à leur place. Le barbare ne s’excuse pas pour sa virilité et ne se satisfait pas de la médiocrité . Il deviendra donc l'ennemi de la société ce qui exige de lui un surcroit de force, à la fois physique et émotionnelle. La seule option viable est celle du tribalisme.

« On ne peut s’opposer au broyeur de viande de l’ensemble universel que par la séparation tribale ».

Hardi barbares ! Pillons gaiement la Rome décadente !

S’agit-il d’être fair-play avec l'Empire du Rien ? Certes pas.

Les intérêts tribaux vont à l’encontre de l’éthique universaliste et marchande. L’homme tribal « prend à l’Empire pour son peuple et ne donne rien à l’Empire en retour ». La pureté absolue qui consisterait à priver les siens des outils et des ressources de l’Empire ne peut conduire qu’à la pauvreté et à la vulnérabilité. Il convient donc que le barbare emploie le changement de vitesses moral, cesse de penser en citoyen d’un Empire qu’il n’hésitera pas à piller au nom des siens.

Pas mon peuple, pas mon problème.


Moyenne des avis sur cet article :  1.95/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    



    • sergent Meslier meslier 16 octobre 13:40

      Mes amis , l’homme fait d’abord partie de sa communauté et de sa tribu ! Que pensez-vous de cela ?


      • ASTERIX 16 octobre 19:09
        JUPITER EST DONC UN BARBARE DES GRANDES ECOLES ET DE LA FINANCE entouré de ministres sénateurs lobbyistes et barons locaux LOBBYISTE DONT MMES BORNE (eiffage)
        mme BUZIN-WEIL-LEVY (labos pharmaceutiques°)

        GEORGES MARCHAIS AURAIT DIT « C EST UN SCANDALE » un article disait que notre ennemi
        JUPITER AVAIT UN GROS CAILLOU DANS LES CHAUSSURES EST CE MELUCH  ???? 

        perquisitionnez chez un député dirigeant de PARTI est un très mauvais présage pour la DEMOCRATIE ca ira ca ira les« macronistes et ripoux blicains a la BASTILLE  !!!!!!!!!!!!

        COMME CASTANER obligé de faire du chantage a philippe VEUT LA CASTAGNE C EST UNE GROSSE ERREUR POUR L AVENIR AU LIEU DE METTRE DE L ORDRE ET DES FLICS DANS LES BANLIEUES IL VA »FOUTRE UNE MERDE NOIR OU DE L HUILE SUR LE FEU " LE PRINTEMPS 2019 ET L ETE SERONT TRES CHAUDS ET SANGLANTS  !!!!!!!

        • microf 16 octobre 21:12
          " Voilà un donc un livre qui tombe à point nommé, c’est à dire au moment précis où notre Europe est livrée sans combattre aux hordes ethniques, l’accueil de l’« autre » s’effectuant au nom d’un bien étrange universalisme compassionnel."

          Bravo, de l´écrire, celui qui a écrit ces lignes oublie certainement que c´est cet EUROPE qui est parti, et qui continue á partir détruire les pays d´oú vienne ces hordes ethiques.

          https://youtu.be/wD0Ln-kxnE8 ( la colère du P. Boulad )Ecoutons le Père Boulad :

          "Il y a dans les lectures d’aujourd’hui, une colère... une colère contre le Mal qui ravage le monde. Et cette colère est la mienne.

          « L »Occident a du sang sur les mains. L’Occident a du sang sur les mains. L’Occident s’est trahi, vendu, sali, pour de l’Argent, du Pétrole, du Gaz, des Dollars, des Euros. Cette situation au Proche-Orient, depuis déjà bientôt trente ans, avec l’anéantissement de l’Irak, avec UN MILLION DE MORTS. Cette guerre en Syrie, actuellement, avec PLUS DE 100 000 morts. Et la Libye, 80 000 morts. Et le Soudan, 2 MILLIONS DE MORTS. Et ce que nous connaissons ici en Egypte, et ce que nous vivons... et les videos que nous recevons... on voit des gens qu’on égorge, des enfants brûlés, sacrifiés... CA ME MET EN COLERE.. CA ME FAIT PLEURER... Non ! Non ! Il faut avoir le courage de dire NON ! De protester. De taper sur la table. De descendre dans la rue, comme l’ont fait les Egyptiens.
          "Mais malheureusement, toutes ces atrocités sont l’oeuvre du PACTE ATLANTIQUE... Amérique... France... Angleterre, en particulier. Pourquoi ? Pour de l’Argent, du gaz naturel, du pétrole, des dollars, des euros... MAUDIT SOIT L’ARGENT ! MAUDIT SOIT LE PETROLE ! Un bébé, un enfant, frais comme une rose, frais comme une fleur, écrasé, massacré, défiguré. Et des familles entières sur les routes. Plusieurs centaines de milliers de Syriens en Egypte, un million de Syriens au Liban, des centaines de milliers vers l’Irak, vers la Turquie, et plusieurs millions qui demandent à entrer en Suède. Une Syrie écrasée.
          "L’Occident a perdu son Âme. Il l’a vendue au diable, sacrifiée à ces Mammons qui s’appellent l’Argent, le Pouvoir, la Puissance, la Cupidité... et j’ajoute... quand une Civilisation perd son Âme, elle n’a plus qu’à disparaître, qu’à s’éteindre, qu’à s’écrouler... et c’est ce qui se passe sous nos yeux. Un Français me disait, d’un air désabusé, LA FRANCE EST MORIBONDE. LA FRANCE EST MORTE. J’en dirai autant de l’Amérique, et d’un certain nombre de pays QUI SOUTIENNENT LE TERRORISME DANS LE MONDE et NOTAMMENT DANS NOS REGIONS. C’est DEGOÛTANT ! ECOEURANT... ce qui se passe."

          Le reste á écouter dans la vidéo.



          • Ruut Ruut 17 octobre 10:32
            @microf ne confondez pas les esclaves citoyens et ses dirigeants esclavagistes.


          • Drougeok Drougeok 17 octobre 08:44
            Le bon Père Boulad dans sa colère christique prend bien soin de ne pas aller au coeur du problème. Le Christ, lui, est aller fouetter les marchands du temples, ceux qui trafiquaient avec les monnaies et les marchandises du temple.
            Le bon père Boulad grogne contre les clients soumis à ses marchands. Le Christ, ce gêneur, cet empêcheur de tourner en rond s’est fait crucifier pour avoir condamner ces marchands usuriers sataniques. Alors il faut les nommer, ce sont les juifs sionistes qui ont asservis l’Amérique, et l’Europe. Ce sont eux qui ont abattu ces deux tours et qui ont voulu les guerres et leur massacres d’innocents en Irak, au Soudan, en Lybie ( souvenez- vous le fameux : « c’est bon pour Israël » de BHL ! ), en Afganistan, en Syrie. Tout était planifié. Ils ont la puissance matérielle de l’argent, ils ont les armes atomiques qu’ils interdisent à l’Iran, ils tiennent à bout de bras l’élite américaine et son armée monstrueuse.
            Pourquoi évite-t-il d’en parler ? Ils sont le Satan que le Christ à combattu.

            • Jean Keim Jean Keim 17 octobre 09:24

              @Drougeok
              Il ne vous est jamais venu à l’esprit que se dire juif ou français n’est qu’une convention mentale que nous pouvons refuser car insane.


              Jésus n’a jamais fouetté les marchands du temple mais il a renversé leurs étals.

              Si vous (re)lisiez les évangiles peut être percevriez-vous que le satan, le malin, est tout simplement les pensées malsaines, celles qui viennent du mental et non pas du cœur.

            • Drougeok Drougeok 17 octobre 14:01

              @Jean Keim

              Non il ne m’est pas venu à l’esprit de me dire que je n’étais pas français. Je suis né français, et ce n’est absolument pas une convention mentale, mais juridique. De même que pour être juif, jusquà peu de temps il fallait être né de mère juive. Moi, c’est mon arrière grand mère qui était fille de grand rabbin. Je suis catholique, et si vous dites que c’est une convention, alors tout est convention. Ma foi religieuse n’est pas une convention. Les genres aussi malgré les évidences physiques, sont conventions. On navigue dans le ridicule, et on nie les évidences. ¡ La vida es sueño, y los sueños sueños son ! Être juif c’est d’un ordre, être français d’un autre ordre.
              Le Christ a bien chassé les marchands du temple, les artistes le représentent toujours avec un fouet pour mieux exprimer la violence de son action. Avec ou sans fouet l’essentiel étant qu’il a chasser les voleurs et trafiquants de son temple. Il faudrait en parler au Vatican, tant le Temple est souillé.
              Il est évident que les pensées malsaines, et sataniques viennent du mental. Satan et ses adeptes ont-ils un coeur ? La ponérologie décrite par Adrew Lebaczewski n’exprime rien d’autre.

            • Drougeok Drougeok 17 octobre 21:43

              @Jean Keim
              En parlant de convention insane, cette convention concernant le juif est tout de même très particulière, et elle pèse son poids. A tel point qu’elle est plus qu’une convention, elle est un tabou. Alors je vous invite à une lecture http://lesakerfrancophone.fr/il-est-temps-de-lever-le-tabou-juif et vous constaterez que cette convention va bien au dela de l’impalpable domaine du dire. Il faut l’arrêter d’agir cette convention, puisque convention vous la nommez.


            • Jean Keim Jean Keim 18 octobre 16:35

              @Drougeok
              Une convention si on la connaît, on y croit ou pas, là est toute la différence, celui qui n’a jamais entendu parler de pouic, n’aura pas d’a priori à son sujet, certains se croient juifs ou aristocrates ou encore élus parce que leur culture leur a inculqué ces idées et toute leur vie est influencée par cette croyance, et d’autres, tout en étant étrangers à elle, y croient également en l’acceptant ou la rejette, et tout ce bazar engendre des désordres et des conflits sans fin et tout part d’une idée, c’est là que se trouve l’insanité, la folie, 


              Jésus est né parmi les hébreux, peut-être que c’était parmi ces gens ou dans cette région que se trouvaient les conditions requises pour que son message soit entendu, message qui a été rapidement altéré par Paul, par son organisations et par d’autres hommes encore, mais il est en encore présent dans les évangiles, seulement personne ne se donne la peine d’essayer de le comprendre en laissant de côté les dogmes religieux. 


            • Jean Keim Jean Keim 17 octobre 09:15

              Il n’y a pas de bonté dans la maîtrise de soi, la bonté est spontanée quand la maîtrise de soi est un devenir.


              Pour la majorité des gens qui voient un malheureux mendier dans la rue, spontanément ils se préparent à donner qq. chose, une pièce de monnai, mais ensuite la pensée interfère et la pièce pour des tas de raison reste dans la poche.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès