• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La culture des avantages acquis empêche-t-elle de voir le monde tel (...)

La culture des avantages acquis empêche-t-elle de voir le monde tel qu’il est ?

La France est un beau pays que de nombreux habitants de la planète nous envie mais si nous n’y prenons gare ce cadre avantageux, plaisant et de qualité pourrait tourner au musée déclassé des traditions du XIX ème siècle (et de la première moitié du XX ème).

Parmi les incongruités hexagonales qui désormais plombent le pays, son économie, son modèle social comme la vie de ses habitants, la culture des avantages acquis est un redoutable piège.

Les avantages acquis sont nés bien avant la révolution industrielle. Ils datent du Moyen âge quand les guildes, Confréries et Corporations organisaient l’activité en se protégeant et obtenaient privilèges ou passes droits. Les rois de France ne pouvant (déjà) assumer les dépenses du Royaume (nous avons été en faillite à plusieurs reprises au cours des temps récents) ils accordent des prébendes et des privilèges à certaines corporations contre de la monnaie sonnante et trébuchante.

Mais lisons ce que nous dit wikipedia sur les privilèges en France :

« Dans la France d'Ancien Régime, le privilège était droit qui ne s'appliquait qu'aux membres d'un groupe défini, mais en raison de l'existence des privilèges provinciaux et urbains, on peut considérer que tous les habitants du royaume étaient couverts par au moins un privilège. Toute identité (géographique, professionnelle, sociale…) s'illustrait d'ailleurs par le droit d'être jugé selon les privilèges de ce groupe. L'exclusion du groupe se caractérisait au contraire par l'incapacité et l'absence de droit : celui qui n'appartenait à aucun groupe ne disposait d'aucun droit. …

Si le privilège est fortement valorisé au Moyen Âge et au début de l'époque moderne, le mot prend avec les Lumières un sens fortement péjoratif. Il devient l'image de l'état de fait, de l'inégalité voire de l'abus, contre l'universalité de la loi et de la raison……

On voit bien que la culture des avantages acquis est la continuation à peine modernisée des privilèges de l’Ancien Régime, accordés à un groupe de travail et qui les distingue des autres. Ces avantages octroyés à certains groupes furent nombreux durant la période d’après guerre quand la reconstruction et les 30 glorieuses permettaient des audaces sociales et économiques. Il s'agissait souvent de promesses qu’on savait intenables dans le temps mais faisant plaisir à ceux qui les entendaient sur le moment (les 35 heures, la cinquième semaine de congés payés, la retraite à 60 ans..)

Cette « culture » des avantages acquis est aujourd’hui doublement dangereuse pour notre pays.

  1. Elle contribue à plomber les comptes financiers et sociaux du pays et devient hors de prix par ces temps de récession économique durable. Quand par exemple les pouvoirs publics ont accordé la retraite à 55 ans pour les femmes qui avaient élevé 3 enfants, ils ont fait un cadeau empoisonné au pays. En effet ce genre d’avantage ou de cadeau ne coûte rien sur le moment à accorder, c’est une traite sur l’avenir en se disant que ce que l’on ne peut accorder aujourd’hui (de meilleures conditions de travail ou de rémunération) nos enfants le paieront plus tard (ou en tout cas on leur aura passé la patate chaude).
  2. Elle évite adaptation, flexibilité, intelligence situationnelle. Ce qui a permis de tout temps aux hommes de progresser c’est leur faculté d’adaptation. Dans un environnement qui change celui qui ne s’adapte pas va vers une mort (économique ou sociale) certaine.
    Les organisations (pas seulement les entreprises) doivent en permanence s’adapter et changer car les marchés comme les conditions économiques sont en perpétuel mouvement. Si face à ce changement, qui est l’essence même de la vie, on oppose une culture de l’immobilisme (ou du changement dans un seul sens : le toujours plus) les organisations ne peuvent s’adapter et meurt. C’est ainsi que l’URSS se glaça avant de s’effondrer dans les années 90.

Si les hommes de cavernes s’étaient accrochés à certains privilèges (j’ai le droit de rester dans la caverne parce je fais partie d’une certaine classe sociale) ils seraient encore dans leur caverne, vêtus de peau de bêtes et ne connaissant pas l’usage du feu.

Si un enfant n’est pas confronté à la réalité de la vie avec ses joies (la réussite, les gains divers et variés..) et ses peines (le deuil, la perte, l’échec) il ne sera en rien capable d’affronter la vie réelle quand il quittera à l’âge adulte le cocon familial.

Un travailleur ultra protégé derrière son statut (de fonctionnaire ou de salarié d’une entreprise publique par exemple) ne peut développer des qualités d’initiative, d’adaptation, de perception de la réalité. Il est enfermé dans une bulle qui certes semble le protéger mais l’empêche aussi de comprendre le monde tel qu’il est (et il peut beaucoup changer en l’espace de seulement 5 ou 10 ans) et de mettre en œuvre ses facultés d’adaptation.

Dans la société industrielle, qui a baigné tout notre environnement depuis 150 ans, l’Etat avait tous les pouvoirs et les capacités, il était omnipotent et providentiel. Il savait ce dont avaient besoin les habitants du pays, il pouvait les soigner, les protéger, les éduquer, leur construire un cadre de qualité. Aujourd’hui l’Etat a perdu ses titres d’Etat providentiel. Il en a gardé les attributs et chacun fait appel à lui en cas de difficulté (la fameuse solidarité nationale) mais la plupart des français ont compris qu’il s’agissait désormais de communication (on fait comme si).

Dans une planète de 7 milliards (bientôt 10 milliards) d’habitants où tous les systèmes économiques et sociaux sont en concurrence via les télécommunications et les réseaux, surune planète dont chacun comprend que les ressources sont limitées et de plus en plus rares, sur cette planète donc la culture des avantages acquis n’a pas la moindre chance de résister aux ourtages du temps et d'une humanité qui a faim et travaille 12 h par jour pour survivre.

Aujourd’hui 2 milliards d’humains sont très pauvres, 1 milliard sont misérables vivant avec moins de 1 $ par jour, dormant dehors et prêt à tout (y compris à travailler 15 heures par jour). Pour eux la France, ses traditions, ses lumières ne représentent rien, ils cherchent à remplir un peu plus leur estomac, à avoir un toit pour la nuit et la petite loupiote française n'impressionne pas des pays comme l'Inde ou la Chine avec leur milliard dépassés d'habitants et des problèmes autrement plus vitaux que nos avantages acquis (les indiens vont tenter prochainement de mieux nourrir 800 milions d'habitants dans leur pays).

Notre pays ne pourra plus longtemps jouer au musée et refuge des héritiers du siècle des lumières, des rentiers du social de l'ère industrielle, des portes paroles dépassés des ex-damnés de la terre.

Nous courrons désormais le risque d’une marginalisation et d’un déclassement durable non seulement au niveau planétaire mais même au sein d’une Europe entreprenante et courageuse où nous faisons figure de boulet, de handicapés du social.

Il ne s’agit pas de prétendre que tout est perdu à cause du social en France mais simplement de prendre conscience qu’aucun pays ne peut développer durablement son social (qui est indispensable) à crédit.

Comme l’a écrit en 2010 Jacques Attali, la dette en France n’est pas le résultat d’investissements d’avenir mais simplement d’une absence de consensus politique et social. D’accords sur rien les tribus gauloises ont accepté de s’endetter pour l’éternité afin de ne rien changer. Malheureusement pour nous l’éternité ne durera qu’un temps, celui où la finance internationale nous prêtera de quoi entretenir ce mode de vie.

Les avantages acquis ne peuvent perdurer dans notre pays, le statut de fonctionnaire devient un non sens qui met en péril non seulement le pays (car la fonction publique sert de plus en plus mal le pays) mais qui plombe aussi la vie des fonctionnaires conscients que la multitude de règlements et de contrôle les empêchent de jouer leur partition dans la société de la connaissance et de l’information.

La France et les Français iront mieux quand ils se libéreront de leurs entraves idéologiques et sociales et qu’ils comprendront que dans le monde qui se crée depuis une vingtaine d’années aucune situation ou avantages ne sera plus acquis et que le travail et l’activité se construisent tous les jours en étant capables de s’adapter à un monde qui changera toujours et ira de plus en plus vite (même si ce n’est pas toujours en mieux).


Moyenne des avis sur cet article :  2.42/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • escartefigue 22 juillet 2013 13:18

    Ben oui farpaîtement .


    Par ex en tant qu’ ouvrier boulanger on avait un avantage acquis , c ’est à
    dire un pain coutant 1 euro . 

    L’ on dit que chaque branche de métier a ses avantages . 

    On a par ex les ceux d’ EDF . 

    Comme avantage ils ont ( en dehors de bons salaires ) la quasi gratuité de 
     l’ électricité qu’ ils consomment soit pour leur maison principale en passant par 
     la résidence secondaire et jusqu’ à une troisième maison . 

    Pour les vacances scolaires ils ont des endroits quasi gratuits ,certains dans des 
     châteaux également payés sur notre facture électrique . 

    ET , tiendez vous bien au compteur , il y a plein , mais alors plein d’ irresponsables 
    sur ce site et ailleurs pour défendre cette iniquité . 

    Les mêmes qui râlent contre les riches ces salauds . 

    Le paradoxe ils ne savent ce que c’est . 

    Le nombre moins à ce post montrera leur nombre .

    • foufouille foufouille 22 juillet 2013 13:19

      "Si un enfant n’est pas confronté à la réalité de la vie avec ses joies (la réussite, les gains divers et variés..) et ses peines (le deuil, la perte, l’échec) il ne sera en rien capable d’affronter la vie réelle quand il quittera à l’âge adulte le cocon familial."

      donc il faut lui taper dessus, comme cela il saura a quoi ça ressemble
      tu peut aussi ouvrir des camps pour qu’on soit compétitif


      • escartefigue 22 juillet 2013 13:24

        Un Lexomil 1 .


        • mario mario 22 juillet 2013 13:36

          @l’auteur,

          vous avez une formation d’ingénieur mais aucune culture humaine .

          vos discours bourgeois type XIX° sont a gerber. parce que vous pensez sans doute que votre statut social vous permet de mépriser ceux qui sont en bas de l’échelle en hurlant ( a peine sous entendu..) haro sur le social .

          selon vous, celui qui produit les richesses n’est pas digne de vivre du fruit de sont travail ?

           

          il faut certes du courage pour proner l’esclavage, continuez vous etes sur la bonne voie.

          un dernier mot.

          posez vous la question : quelle sont les conditions sociales de la république qui m’on permis d’etre ingenieur ?

           


          • clarinette 22 juillet 2013 19:17

            Bonjour demostene,
            j’ai découvert ce site il y a peu de temps mais je reste atterrée par vos commentaires, qui, à longueur d’articles, ne sont qu’insultes dès lors qu’ils ne respectent pas vos idées. Si encore, vos commentaires étaient éclairés par de saines réalités ! Ce n’est même pas le cas.
            Chacun de vos arguments sont issus d’une pseudo culture économique manquant cruellement de rigueur et issue d’une idéologie simpliste.
             


          • Roubachoff 22 juillet 2013 22:39

            @Clarinette

            Avec un pseudo pareil, normal de jouer du pipeau...


          • escartefigue 22 juillet 2013 14:03

            Moi j’ imagine très bien , et pas en rêve , que je paye l’ électricité de plein de 

            gens que je connais même pas , et je trouve cela scandaleux ;

            • foufouille foufouille 22 juillet 2013 14:24

              et avant tu déduisait ton loyer, edf, etc (charges) de tes impots


            • escartefigue 22 juillet 2013 14:29

              Monsieur Foufouille raconte n’ importe kawak   ....pourvu qu’ il

              bavasse .

              • foufouille foufouille 22 juillet 2013 15:19

                ? ?
                tu mettais rien dans les charges ?


              • JP94 22 juillet 2013 15:45

                L’article aussi bien que certaines réactions sont tellement hallucinantes que je prenais ça au second degré ! 

                Je sais pas si ça vaut la peine de chercher à débattre : 

                - les privilèges de l’Ancien Régime continués par la Révolution et encore aujourd’hui ? Une France éternelle , avec toujours des « avantages acquis » ?

                  ... désopilant ! 
                - demandez donc à au Tiers Etat ! ou même aux fonctionnaires qui toucheraient 12 fois le SMIC ( c’est dit plus haut pour soutenir ) ... il y en a qui ont un coup de chaud , ici !

                Au fait , à part les salariés d’EDF qui 365 jours sur 365 et 24h sur 24 assurent la continuité du Service Public et se battent pour que ça passe pas au privé ... il y a depuis 1945 des parasites nourris par EDF et dont on parle moins : les vrais rentiers d’EDF existent , eh oui ! ils n’y bossent pas et se contentent d’encaisser un % aussi élevé que ce qui va à l’ensemble des salariés pour le CE , eh oui lors de la Nationalisation on a voulu être généreux avec les anciens propriétaires et ils ont une rente qui a explosé car EDF s’est beaucoup développé !

                Imaginer qu’on vous prenne votre entreprise pour la nationaliser et qu’ensuite on vous verse une rente égale à dix fois ce que votre entreprise vous rapportait ... vous ne voulez pas être nationalisé ? 



                Alors ceux là touchent plus qu’un salarié dont les avantages profitent à tous ,car un salarié qui a de bonnes conditions travaille mieux ...
                Et ceux-là veulent que les tarifs augmentent ...pas les salariés !

                Diviser les salariés , vieille technique : le grand patronat y veille et ne se divise pas , lui 

                Au fait , l’augmentation de revenus , donc de privilèges des plus riches en France en 2012 suffirait à payer le « déficit » des retraites jusqu’en 2020 ...
                Alors , il faut choisir quels privilèges on garde et lesquels on supprime .

                • philippe913 22 juillet 2013 15:56

                  @JP94
                  tu parles de quoi / anciens propriétaires d’EDF ?

                  un lien ?


                • Esprit Critique 22 juillet 2013 15:48

                  La culture des avantages acquis empêche-t-elle de voir le monde tel qu’il est ?

                  A cet instant, 2/3 des lecteurs sont « contre » cette article.

                  La réponse a la question est donc clairement : oui, et gravissimement !

                  Le « privilège » est devenu un « avantage acquit ».

                  Les privilégiés étaient des salauds, le titulaire d’un avantage acquit est un intouchable.

                  Le monde tel qu’ii est , est idéal, ceux qui veulent le faire évoluer pour l’adapter aux problèmes des hommes d’aujourd’hui, doivent être éradiqués.

                  L’intelligence se défini pourtant comme la faculté d’adaptation ! ?

                  Mais « Le con » est devenu un « mal-comprenant ».

                  Amen !

                   

                   

                   


                  • CN46400 CN46400 22 juillet 2013 16:46

                    L’avantage acquis le plus injuste est ...l’héritage. Je ne vois pas ce qu’ont pu apporter à la société MMe Bétancourt et toute sa progéniture pour être milliardaires de père en fils, ou fille, pendant des siècles et des siècles (ex Rotchild). A coté les collègues de EDF sont des minus, tout comme les exproprio des dynamos de vélos qui ont été nationalisés pour former EDF et indemnisés à hauteur de 1% du CA d’EDF pendant 50 ans.


                  • PhilVite PhilVite 22 juillet 2013 16:50

                    Vous semblez oublier que les avantages acquis sont d’abord et avant tout des avantages conquis (sécurité sociale, congés payés, droit du travail en général....), et qu’à force de baisser son froc au nom de la mondialisation, on finit par se faire enculer. Alors, à moins que vous aspiriez au niveau de vie du Bangladais moyen....


                    •  C BARRATIER C BARRATIER 22 juillet 2013 16:59

                      Le monde tel  qu’il est est celui du développement des inégalités, en marche arrière toute par rapport au passé récent ! Les privilégiés ont toujours été des gens de pouvoir, les seigneurs, les rois, les dirigeants de l’église catholique en France, les élus après la Révolution…De nouveaux privilèges sont obtenus par les plus gros exploitants agricoles, les écoles confessionnelles, les actionnaires, sur de l’argent public. Les privilèges sont conquis par la puissance…les élus n’envisagent nullement de renoncer aux leurs.

                      Les congés payés, la Sécurité sociale, la retraite des travailleurs ne sont pas des avantages acquis, encore moins des privilèges, mais des systèmes de répartition plus juste de la richesse produite. Ceux qui prônent les prétendues réformes  de ces systèmes pourtant plus  justes demandent en fait qu’ils soient cassés pour ouvrir de nouveaux champs de profits canalisés vers les possédants et dirigeants et surtout pas vers les services publics qui sont utiles à tous.

                      Non, ce ne sont pas les plus pauvres  qui bénéficieraient de ces spoliations, mais bien les mêmes dirigeants et possesseurs de milliards, de yachts, de palaces, de jets….les mêmes gaspilleurs. Par exemple les fonds de pension remplaçant la retraite par répartition leur apporteraient l’argent du système mais sans retraite au bout, ce serait dilapidé comme cela a été le cas au royaume uni et aux USA.

                      Ce que vous appelez des avantages est en fait ce qui est dû, qui est gagné...

                      Voir en page des news :

                      Retraites : du « salaire » dû, donc résistons 

                       

                      http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=164


                      • spartacus spartacus 22 juillet 2013 22:42

                        Amusant ces gens qui explosent des inégalités naturelles, parce qu’ils y en a de plus talentueux que d’autres, et incapable d’admettre l’inégalité en « droits » dans ce cas droits sociaux. 

                        Apparemment, quand on est statutaire, on a du mal a admettre qu’on est un privilégié en droit.
                        C’est beau le social clientélisme !
                        Plus pour les protégés, moins pour les exposés !


                      • CN46400 CN46400 23 juillet 2013 08:03

                        @ Spartacus
                        « des exposés » vraiment exposée Mme Bétancourt...et sa famille ?


                      • titi 23 juillet 2013 09:28

                        @CN

                        Vous n’avez pas d’autre argument que Mme Bettancourt ?


                      • titi 23 juillet 2013 10:14

                        @Alfred

                        Des gens comme Bettancourt il y en a pas 20 en France.

                        Faire croire aux zozos que c’est en tapant sur ces 20 qu’on va changer les choses la vie de millions de gens, ca prouve un vrai problème dans l’enseignement de l’arithmétique élémentaire.

                         


                      •  C BARRATIER C BARRATIER 23 juillet 2013 11:29

                        ça, c’est le gros argument, les détournements de quelques uns, élus et milliardaires exploiteurs ne rapporteraient pas autant que la spoliation des classes moyennes et pauvres, donc on ne touche pas les nantis, mais la grande masse...et on enrichit encore les nantis, c’est ce que démontrent toutes les statististiques officielles.


                      • Mycroft 23 juillet 2013 12:58

                        Ils commencent à être plus de 20. Dixit certaines études, cités par wikipedia, les millionnaires sont dans les 10 millions.

                        Et le pouvoir de nuisance de ces millionnaires est considérable. Parce qu’ils sont pour un bon nombre au commande de l’économie, sans pour autant être des scientifiques compétent techniquement. Quand on sait qu’une croissance véritable ne peut être indexée que sur une évolution technologique et scientifique, on s’aperçoit que le pouvoir économique est dans des mains non seulement non élu démocratiquement, mais également non méritocratique.

                        Et ce que Spartacus ne comprend pas, c’est qu’il y a plus de mérite a être un fonctionnaire de la fonction publique classique, élu par un concours, qu’être un chef d’entreprise, élu par la chance et/ou la naissance, élu par un nombre de paramètre tellement conséquent que la valeur personnelle n’entre que très peu en compte.

                        Le fait est que les protégé ne sont pas nées protégés. Et même si cette protection est une arnaque de la part des génération précédente, qui a préféré dire « on va laisser nos enfants payer vos avantages plus tard plutôt que vous les donner directement », le fait est que les fonctionnaires de l’époque et de maintenant sont des gens méritants. Ce n’est pas leur avantages qu’ils faut retirer, mais bien les possessions de nos anciens qui ont refusé de payer leur dus.


                      • titi 23 juillet 2013 13:55

                        @Barratier

                        Que vous abordiez le problème de l’enrichissement des uns et l’appauvrissement des autres sur le plan moral, je suis prêt à en discuter.

                        Mais se cacher derrière pour ne pas affronter la réalité ce n’est pas sérieux.

                        Le PATRIMOINE des Betancourt a mis 100 ANS a se bâtir. L’Etat a besoin de 70 milliards de LIQUIDITE par AN pour boucler son budget.

                        En tapant dur Mamie Sent Bon et ses potes, on équilibre le budget pour 2 ans pas plus. A delà ils seront rincés et plus d’aucun recours.

                        Alors moralement ce sera peut être mieux.
                        Mais tôt ou tard il faudra bien aborder la question de l’efficacité de la dépense publique.


                      • hauteville 23 juillet 2013 14:43

                        L’efficacité de la dépense privée ne vous intéresse pas ? Et la dépense publique pour fournir terrain, eau, électricité, égouts, routes à une société privée qui en plus obtient parfois des subventions, cela ne vous intéresse pas ?


                      • titi 23 juillet 2013 15:07

                        « Et ce que Spartacus ne comprend pas, c’est qu’il y a plus de mérite a être un fonctionnaire de la fonction publique classique, élu par un concours »

                        Hi ! Hi ! Hi !

                        Le président du Comité Régional du Tourisme d’Ile de France reconnait (sans que cela fasse tousser personne) que 47% de ses effectifs sont apparentés aux élus, ou en lien avec les partis qui composent la majorité régionale.

                        En effet quel mérite !!!


                      • titi 23 juillet 2013 15:10

                        @Hauteville

                        « L’efficacité de la dépense privée ne vous intéresse pas ? »
                        Je parle uniquement de la dépense publique. Chacun fait se qu’il veut. Qu’un émirati paie 60 M€ le transfert d’un footeux ca me laisse de marbre.

                        «  Et la dépense publique pour fournir terrain, eau, électricité, égouts, routes à une société privée qui en plus obtient parfois des subventions, cela ne vous intéresse pas  »
                        Bien sûr que si.
                        C’est aussi l’efficacité de la dépense publique.


                      • titi 23 juillet 2013 16:10

                        @Mycroft

                        « Ils commencent à être plus de 20. Dixit certaines études, cités par wikipedia, les millionnaires sont dans les 10 millions. »

                        Bah faudra fournir les sources, parce que sur Wikipédia est indiqué :

                        « La France abriterait 9 % des millionnaires (valeur en dollars américains), soit 2,2 millions de personnes »
                        S’agissant d’USD au cours du jour on est à 760 000 euros... le prix d’un pavillon de pas 100m2 dans la banlieue Lyonnaise..
                        Wahouuu impressionnant de richesse !!

                        Mme Betancourt « pèse » 20 milliards... on est pas tout à fait dans la même division que « millionnaire ».


                      • titi 23 juillet 2013 16:56

                        Allez, je me cite moi même...
                        « 
                        Justement... Challenges sort cette semaine la liste des fortunes françaises.
                        http://www.challenges.fr/classements/fortune/

                        Je me suis amusé à faire le total des fortunes des milliardaires (en gros les 50 premiers).
                        J’arrive à 220 milliards.
                        Les 100 suivants sont sous les 1 milliards + 100 milliards
                        Les 100 suivants sont sous les 0,35 milliards + 35 milliards
                        Les 100 suivants sont sous les 0,20 milliards + 20 milliards
                        Les suivant sont sous les 0,12 milliards + 18 milliards
                        J’arriverai à 393 milliards.
                        Alors c’est colossal... c’est 4 ans de déficit de l’Etat...
                        Mais voilà ce n’est QUE 4 ans de déficit, alors même que ces fortunes amassées sont le résultat de plusieurs générations.

                        Il suffit de leur prendre et tout est résolu !!!
                        Eh bien. Tout sera résolu pour 4 ans. Après il faudra trouver des solutions. »

                        Fin de citation.

                         

                         

                         


                      • CN46400 CN46400 23 juillet 2013 17:08

                        @ titi
                        « Mais voilà ce n’est QUE 4 ans de déficit, alors même que ces fortunes amassées sont le résultat de plusieurs générations. »

                        Vous croyez vraiment que la fortune amassée l’année dernière n’est pas à la base de la fortune qui sera amassée cette année ? Et ainsi de suite....


                      • titi 23 juillet 2013 19:26

                        « Vous croyez vraiment que la fortune amassée l’année dernière n’est pas à la base de la fortune qui sera amassée cette année ? Et ainsi de suite.... »

                         

                        Bah ne vous en déplaise si Mme Betancourt « pèse 20 milliard » en 2013, elle ne pèsera pas 40 milliard l’année prochaine ni même dans 4 ans.
                        Les revenus générés par sa fortune se chiffrent peut être à des millions, mais pas des milliards. Or le budget de l’Etat ce sont des centaines de milliards.

                        Donc la rincer ca vous fera peut être du bien, mais ca ne résoudra pas le problème : dans 4 ans on fait quoi ? En plus vous aurez perdu votre bouc émissaire.


                      • CN46400 CN46400 24 juillet 2013 08:25

                        Mon cher titi c’est vrai que le pb n’est pas Mme Bétancourt, c’est l’ensemble de ceux (quelques dizaines de milliers quand même) qui vivent, plutôt bien, du travail de ceux (des millions) qui sont obligés de travailler pour vivre.

                         Les prolos , c’est évidemment les salariés des usines L’Oréal qui fabriquent les sérum, poudre ou huiles plus ou moins futiles qui gonflent en permanence, 24h sur 24, 365 j sur 365 les comptes de Mme Bétancourt et de ses associés, c’est aussi les milliers de commerçants, petits ou gros, qui, avec, ou sans, leurs salariés, diffusent les produits rajeunissants de la maison mère, dans le public qu’on a, adroitement, conditionné pour qu’il croit que sans ses potions, la vie ne vaudrait plus la peine d’être vécue.

                        Mais cela ne serait encore rien si, en regardant de près le fonctionnement de l’état, on ne constatait pas que, pour eux, l’impôt, au regard de leurs revenus, n’était que symbolique et que, dans le maquis des lois, celles qui sont vraiment appliquée le sont toujours en leur faveur. De telle sorte que, sauf exception (36,44-47,68), l’état c’est le capital, et le capital c’est l’état !


                      • Mycroft 24 juillet 2013 10:47

                        @Titi

                        Vous négligez complètement l’impacte que ces gens ont sur le système de dépense publique.

                        Ces 4 ans de déficit, ce n’est pas que 4 ans de déficit. C’est aussi, et surtout, le désarmement de ces gens qui utilisent leur argent pour imposer leur idéologie contre la volonté démocratique.

                        Ces sommes permettent de contrôler des sommes bien plus conséquentes. C’est en ça qu’elles sont un problème : elles mettent le pouvoir financier dans les mains, non des travailleurs qui font la croissance, mais dans celles de « bien née » ou autre imbéciles qui ruinent la nation. On en arrive à des systèmes privé qui souffrent, malgré l’excellence des ingénieurs et des travailleurs, de surcoût, non pas lié aux réformes, mais avant tout au délire de comptable, de commerciaux et autre manager qui sont tous plus inutiles les uns que les autres mais qui ont réussi à faire gober à des gens riches mais sans cervelles qu’ils sont indispensables. Regardez le coût qu’on tous les improductifs (commerciaux, publicitaires, DRH) dans les entreprises française. On a choisit de surpayer ces gens là. C’est un choix qui a été fait par ces incapables de possédants.

                        Quand aux fonctionnaires, ils sont massivement recrutés sur concours, ça reste une réalité. Le fait qu’une partie des élus fasse du copinage et de l’abus de pouvoir n’est en rien une preuve que la majorité des fonctionnaires n’ont pas mérité leur avantages.

                        Même si je vous l’accorde, il y a du ménage à faire parmi les élus et leur proche.


                      • titi 25 juillet 2013 11:54

                        @CN46400

                        Mme Betancourt vend ce que les clients lui demande. Si ses clients lui demandaient des produits culturels elle les vendrait.

                        Ne reprochez pas à Mme Betancourt la bêtise de ses clients.

                        Sur vos quelques milliers, vous êtes trop vague : c’est quoi être riche ? indiquez nous un montant de revenus !!! Dites nous à quel niveau l’argent devient immoral !!
                         


                      • titi 25 juillet 2013 13:22

                        @Mycroft

                        « Vous négligez complètement l’impacte que ces gens ont sur le système de dépense publique. »

                        Si Mme Betancourt et ses 20 milliards accumulés par sa famille en 100ans a un impact sur « le système », je veux qu’on m’explique pourquoi la sécu avec ses 340 milliards tous les ans n’est pas foutue de mettre au pas les toubib en dépassement d’honoraires.

                        Si Mme Betancourt à son âge canonique a plus de corones que nos fonctionnaires énarques, ce n’est pas elle qui est blâmable.

                         

                        pour ce qui est du mérite de fonctionnaires lorsque l’un d’eux est face de moi, est il dans les méritant ou dans les « copinant » ? Lorsque j’ai un prof en face de moi, a-t-il réussi l’agrég du premier coup, ou bien a-t-il obtenu son poste en passant de justesse le concours interne, qui est ouvert à ceux qui n’ont jamais obtenu le concours externe mais justifient de 3 ans de « service public » (le service militaire comptant une année) ? Lorsque j’ai un cadre de la DRIRE en face de moi, a-t-il concouru en faisant face à des « concurrents », ou bien faisait il parti des gens qui sont informés de l’ouverture des concours directement pas leur syndicat, les autres n’étant pas informés ?


                      • Michel DROUET Michel DROUET 22 juillet 2013 17:32

                        Article faux cul

                        Je me suis tout d’abord demandé ce que venaient faire les 35 heures, la retraite à 60 ans et les cinq semaines de congés, persuadé que j’étais que ces avancées sociales collectives n’avaient rien à faire dans un article sur les avantages acquis qui sont des prébendes, des privilèges accordées à certaines corporations, sauf que si l’on considère les chinois et les bengladais payés à coups de lance-pierre...

                        Donc alignement par le bas pour tout le monde !

                        Par ailleurs il faut arriver au quasi dernier paragraphe pour que l’on parle des fonctionnaires auxquels on associe couramment l’expression « avantages acquis », ce qui amène le lecteur lambda à dire qu’il faut d’abord taper sur les fonctionnaires avant de toucher aux avantages collectifs, et le lecteur lambda se rassure : il y a plus privilégié que lui.

                        Sauf que pendant les trente glorieuses, être fonctionnaire n’était pas prestigieux et payait souvent moins bien que dans le privé, par conséquent, ce qui était normal à l’époque, devient un droit acquis intolérable parce que les industriels ont délocalisé en mettant des millions de salariés du privé sur le trottoir et comprimé les salaires pour ceux qui restaient afin de gaver les actionnaires...

                        Et si on parlait de privilèges au lieu de parler d’avantages acquis ? On pourrait alors élargir le débat aux sociétés du CAC 40 qui ne paient en moyenne que 8 % d’impôts, là où les PME en payent 3 ou 4 fois plus. On pourrait évoquer également certaines niches fiscales, comme la défiscalisation des investissements outre mer ou bien la niche Copé sur la vente des sociétés. Et si on parlait tout simplement de l’évasion fiscale qui est quelque par un avantage acquis tant les gouvernement ne se précipitent pas sur le problème ?

                        Mais c’est vrai qu’il est plus simple de tirer sur le lampiste. C’est un peu comme dénoncer la fraude sociale des particuliers, en oubliant de préciser qu’elle est principalement le fait d’entreprises, du travail au noir... 


                        •  C BARRATIER C BARRATIER 22 juillet 2013 18:20

                          Il s’agit en fait de diviser pour casser un par un les dûs du travail et les transférer aux mêmes possédants et dirigeants réunis dans des instances internationales qui ont fait la preuve de leur total asservissement aux milliardaires et dirigeants voleurs.FMI, OCDE…

                          Le cahier numéro 13 du centre de développement de l’OCDE est un manuel de la spoliation au profit des mêmes profiteurs donneurs de leçons. Ils veulent d’abord casser les ervices publics qui ne keur rapportent rien, mais aussi les organismes comme notre Sécurité sociale.

                          Voir en table des news :

                          OCDE, conseils pour casser les services publics et privatiser

                           http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=231


                        • spartacus spartacus 22 juillet 2013 22:43

                          Allez explique nous ce qu’est une bonification.

                          Explique nous pourquoi toi fonctionnaire quand tu cotise 4 ans tu as le droit à, 5 ans de droits ?
                          Explique nous pourquoi ce n’est pas un privilège. 

                        •  C BARRATIER C BARRATIER 23 juillet 2013 11:23

                          N’importe quoi ces 5ans pour 4 ! Mais je ne sais pas tout, il y a effectivement pour les militaires des bonifications en temps de combats, mais ces bonifs n’existent pas pour les millions de fonctionnaires d’état et des collectivités territoriales. Il y a aussi des bonifications pour les femmes ayant élevé des enfants (et donc stoppé un moment leur activité), c’est pour encourager la natalité, mais ce n’est pas propre aux fonctionnaires. Les femmes fonctionnaires ont un an de bonif par enfant, dans le régime général plus généreux c’est 2 ans de bonif par enfant.
                          La recommandation de l’OCDE est bien d’agir sur les opinions publiques pour montrer du doigt une catégorie, la spolier, et ensuite spolier la suivante. SARKO comme LEPEN ont tout un art de cultiver ce système, mais Hollande en prend aussi le chemin. On est en Europe et il faut spolier partout, on est dans la course au moins disant social.


                        • philippe913 23 juillet 2013 11:33

                          5 ans pour 4, ça n’est pas tout à fait ça, c’est 6 ans pour 5.

                          Il s’agit de la bonification d’1 an tous les 5 ans pour les fonctionnaires considérés comme « actifs ».


                        • hauteville 23 juillet 2013 14:49

                          Qu’est ce que vous racontez ? Cela n’a jamais existé, les employés municipaux sont des actifs...le nombre de trimestres exigés est le même pour tous ! Vos confondez le droit de partir à la retraite à 55 ans...mais la retraite est alors incomplète la plupart du temps et les gens font un autre métier.
                          Les gendarmes ont beaucoup utilisé cela et continuent à le faire.
                          Donnez vos textes de lois....



                        • Dupont Georges Dupont Georges 22 juillet 2013 17:53

                          ah mais on le voit bien tel qu’il est le monde : une petite classe de super privilégiés qui s’engraisse sur le dos des autres qui triment. Et bien entendu, c’est sur ces derniers que vous voulez faire payer l’incurie des premiers.. Bravo !!


                          • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 23 juillet 2013 16:59

                            POUR LA CULTURE DES AVANTAGES ACQUIS L EXEMPLE VIENT D EN HAUT DE NOS ELUS NATIONAUX..............

                            - prets sans intérets pour construire....voiture a -50% permanences électorales offertes....
                            6000 EUROS DE RETRAITE POUR 2 MANDATS DE 5 ANS ...........

                            LE SALARIE FRANCAIS FERA BIENTOT 50 ANNEES DE COTISATIONS et 70 ANS D AGE pour sa retraite

                            C EST PAR LE HAUT QU IL FAUT COMMENCER A COUPER LES TETES..DE 90% DES ELUS NATIONAUX ET REGIONAUX..........................

                            OUI NOUS EN AVONS DIX FOIS TROP POUR UN PETIT PAYS QUI EST UNE UNE CHIURE DE MOUCHE SUR LE GLOBE TERRESTRE

                            R2COMPENSONS PLUS LES salaries au moins AUTANT QUE LES ACTIONNAIRES ET LES ELUS....AU REGIME SEC SANS GUEULETONS BOPNNES BOUTEILLES ET HAVANE COMME MRS SANTINI ET BALKANY


                          • Hermes Hermes 23 juillet 2013 17:20

                            @Dupont, c’est bien le problème de cet article : il a fondamentalement raison, mais il a en même temps fondamentalement tort, car c’est un argumentaire servi sur un plateau pour faire avancer à grands pas la destruction.

                            Il a fondamentalement raison aussi, car celà empêche toute créativité.

                            Mais il se garde bien de prendre parti sur le contexte global, ce qui laisse le doute planer, et permet de continuer le business...... C’est une sorte de placement somme toute !


                          • TSS 22 juillet 2013 17:55

                            j’abandonnerai mes avantages acquis quand ceux qui nous exploitent éhontement

                             abandonneront ceux qu’ils se sont octroyés !!


                            • julius 1ER 22 juillet 2013 18:12

                              Parmi les incongruités hexagonales qui désormais plombent le pays, son économie, son modèle social comme la vie de ses habitants,

                              @l’auteur,
                              ce que j’aime dans vos définitions, c’est qu’elles sont réversibles !!!!
                              parmi les incongruités, vous devriez citer tous ceux qui se sont bien et outrageusement enrichis dans ce pays grâce à la captation des marchés publics, parlons de nos multinationales qui ont bénéficié de tant de privilèges pendant tant d’années et comme le soulignent de nombreux internautes ne payent pratiquement pas d’impôts aujourd’hui !!!
                              comme la lorgnette est biaisée, toutes ces belles sociétés du CAC qui ont bien profité de l’état de droit indispensable pour créer une activité, et qui maintenant laisse tout cela à la charge des classes moyennes, on le voit bien avec l’exemple récent du Mali, ou le contribuable paye la guerre menée au profit de groupes comme Aréva, mais là apparemment pas d’incongruité, cela c’est pour les autres, les pauvres et les déclassés,
                              encore un esprit qui nous vient droit du siècle des lumières, ce Cozin .............. 

                              • Roubachoff 22 juillet 2013 22:51

                                Le Cozinesque Cozin nous revient en pleine forme. Et très Cozinesquement, il nous dispense ses lumières d’une stupéfiante originalité. Avec tes théories à la noix, ô grâce Cozinesque, l’humanité avancera bientôt sur le paradisiaque chemin de la régression dans la béatitude. Et pendant ce temps, les banques, les compagnies d’assurance et les entreprises continueront à s’en foutre plein les poches.

                                Un tel mépris devient de plus en plus insupportable. Mais au fond, comment s’étonner de tant d’arrogance ? Comme on dit, ce blablateur-là, le roi n’est pas son Cozin.


                                • TSS 23 juillet 2013 00:24

                                  Comme l’a écrit en 2010 Jacques Attali, la dette en France n’est pas le résultat d’investissements d’avenir mais simplement d’une absence de consensus politique et social.

                                  A ce cher jacques Attali qui s’est fait virer de la BERD pour sa trop grande propension aux

                                  depenses somptuaires...,avec l’argent des contribuables évidemment ... !!


                                  • Roubachoff 23 juillet 2013 01:58

                                    Quelqu’un peut m’expliquer ce que veut dire cette citation d’Attali ?

                                    Notre divinité Cozinesque, par exemple ?

                                    En quoi la « présence d’un consensus politique et social » pourrait éviter la dette ?

                                    Plus de fonctionnaires ? Plus d’indemnisation chômage ? Plus de protection santé ? Plus de retraites ?

                                    Sublimissime Cozin, j’ai une modeste idée pour commencer : plus de Cozin !!!!!


                                    • titi 23 juillet 2013 09:57

                                      @Roubachoff

                                       

                                      « « présence d’un consensus politique et social » pourrait éviter la dette  »

                                      Bah un truc du genre...

                                      On prend la décision de mettre en place la TVA sociale pour septembre 2012
                                      Viens l’alternance on décide de ne pas mettre en place la TVA sociale parce qu’augmenter la TVA c’est pas bien.
                                      Et finalement on décide d’augmenter la TVA pour janvier 2014 encore plus fortement que ce qui était prévu.. Mais là c’est bien...

                                      En gros on perd 16 mois.


                                    • Roubachoff 23 juillet 2013 21:00

                                      @Titi

                                      Je verrai plutôt les choses comme ça : on décide de ne pas appliquer la TVA Sociale (et on a raison) mais comme on est une grosse bouse de socialiste bidon, absolument incapable d’innovation et d’audace, on finit par mettre en application la politique qu’on faisait semblant de combattre quand on était dans l’opposition. De mon point de vue, il y a une surplus de « consensus politique et social », pas le contraire. 


                                    • egos 23 juillet 2013 08:27

                                      « Les avantages acquis sont nés bien avant la révolution industrielle. Ils datent du Moyen âge »

                                      quel objectif, pour l’auteur, en revenir aux moeurs de l’époque barbare (référence donnnant lieu à des interprétations erronées)
                                      le monde idéal et pur du libéralisme primitif ou s’exercent sans limites les règles de l’évolution darwinienne ?
                                      aucune contrainte sociale aux US, Chine, Japon, Corée ? 
                                      autant portér crédit à la logorhée de l’étrange haruspice-mme Irma- malandrin un temps à la tête de la Berd que de croire cela.


                                      • doctorix doctorix 23 juillet 2013 09:11

                                        Bien sûr on peut contester les avantages acquis des employés d’EDF et de la SNCF, qui sont toujours traités comme s’ils devaient se lever chaque matin à 4 heures pour chauffer la locomotive.

                                        Mais ces avantages, et bien d’autres, auraient pu être maintenus et élargis à (presque) tous si un élargissement prodigieux de l’échelle des salaires ne s’était fait au détriment des plus pauvres, et si le fruit de la spéculation n’avait pas été privilégié par rapport à celui du travail.
                                        Nous n’avons pas trop de retraités trop bien payés, nous avons juste trop de rentiers spéculateurs, de boursicoteurs effrénés, et par dessus tout d’hommes politiques parasites qui gèrent les intérêts de ces derniers.

                                        • urigan 23 juillet 2013 11:29

                                          Bien que vous ayant plussoyé, je voudrais ajouter un bémol. Les avantages acquis ont été accordés par les employeurs (privés et étatiques compris) pour s’assurer de la loyauté de leurs employés.
                                          Aujourd’hui, cette loyauté est assurée par l’octroi d’un contrat de travail à temps plein, donc il n’est plus besoin d’accorder des avantages aux personnels salariés.
                                          Néanmoins, je vous rejoint sur le reste et j’ajouterais qu’il y a aussi près de 300 niches fiscales, dont celles dont bénéficient nos élus, qu’il faudrait bien supprimer elles aussi.


                                        • doctorix doctorix 23 juillet 2013 13:36

                                          Les avantages acquis, et je me mets un bémol à moi-même, ne l’ont été le plus souvent que par le chantage à la grève, SNCF RATP même combat. Quand on tient le public en otage, on peut obtenir des avantages démesurés, et c’est ce qui s’est produit.

                                          Mais qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’extase. C’était un avant-goût de ce qu’on aurait pu faire pour tous, dans un monde moins inique et moins cynique.

                                        • philippe913 23 juillet 2013 10:17

                                          des rentiers spéculateurs ? c’est antinomique ça non ?

                                          un rentier est qqun qui profite d’une situation sans risque pour engranger de l’argent sans rien foutre, alors qu’un spéculateur, c’est l’inverse, il prend un risque avec son argent en « spéculant » sur l’évolution d’un marché.

                                          mais là je fais mon troll.


                                          • urigan 23 juillet 2013 11:12

                                            Troll ? Même pas.

                                            Un rentier qui engrange de l’argent peut très bien spéculer pour en gagner d’avantage, de même qu’un spéculateur peut très bien être rentier.
                                            Maintenant, y a t-il beaucoup d’actifs (en opposition aux rentiers) qui ont les moyens de spéculer ?
                                            Quoi que spéculer c’est aussi un métier.

                                            « l’homme libre ne possède rien, car il possède tout » Je ne sais pas qui l’a dit, mais ça me plait bien


                                          • foufouille foufouille 23 juillet 2013 11:26

                                            comme un trader, il joue de l’argent fictif


                                          • philippe913 23 juillet 2013 11:30

                                            et c’est quoi l’argent fictif ?


                                          • olfe olfe 23 juillet 2013 13:02

                                            Mais non, le spéculateur ne prend plus le moindre risque puisque l’état renfloue les pertes (to big to fail), donc rentier et spéculateur, c’est plutôt un pléonasme !


                                            • olfe olfe 23 juillet 2013 13:07

                                              Les avantages acquis, comme vous dîtes, que moi j’appelle progrès social, sont justement la base de notre modèle social ! Les dissocier relève du pur non-sens !
                                              S’il n’y avait pas eu ces avantages acquis, on en serait encore à l’esclavage du plus grand nombre par la minorité des possédants, ce qui malheureusement est en train de revenir !


                                              • Panzerfaust 23 juillet 2013 14:21

                                                Article original et inhabituel sur AV. En général quant on parle privilégies du public ici, les intervenants dégainent leur ’haro sur les riches’ ou bien ’a bas la finance’, le tout pimenté de tirades vertueuses et indignées sur la ’défense du service public’.

                                                Ceci dit bien que lucidement exposé, le problème reste entier. Comment inciter les politiques a s’attaquer a ces privilèges alors qu’il est si facile pour l’état de s’endetter un peu plus ou d’augmenter les taxes ou les impôts pour ne surtout pas faire de vagues ?


                                                • olfe olfe 23 juillet 2013 14:43

                                                  Les vrais privilèges, allez les chercher chez les 0.1% les plus riches, pas chez ceux qui ont un tout petit peu plus que les autres.


                                                  • Captain Marlo Pilou Camomille 23 juillet 2013 18:39

                                                    Denis Kessler, idéologue du MEDEF, a clairement indiqué ce qui arrangeait les patrons.
                                                    « Adieu 1945, raccrochons notre pays au monde » ( Challenge 4 octobre 2007).

                                                    Cela ressemble au titre du billet : « Le monde tel qu’il est », traduction : « Comment vous racketter un peu plus ? ».

                                                    « Kessler propose de liquider le modèle social français construit au lendemain de la seconde guerre mondiale.
                                                    La liste des réformes ? Vous prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Il s’agit aujourd’hui de défaire méthodiquement le programme du Conseil National de la Résistance. »

                                                    Et ça tombe bien, c’est aussi ce que pense Bruxelles.
                                                    « Bruxelles presse la France de se réformer au plus vite ». ( Le Figaro 10 avril 2013)

                                                    Le Gouvernement français a demandé, et obtenu, un délai pour atteindre les objectifs de réduction de la dette. Mais cela ne va pas sans contreparties.

                                                    « Bruxelles fait clairement savoir que ce sursis aura un prix : l’accélération des réformes économiques et sociales, BIEN AU DELA DE CE QUE GOUVERNEMENT A ENGAGE JUSQU ICI. »

                                                    Pourquoi ? Parce que les profits en France ne sont pas estimés suffisants.

                                                    « Coût du travail, poids de l’impôt , et résistance aux réformes ont fait de la France le pays où les marges bénéficiaires des entreprises sont les plus faibles de la zone euro, explique Olli Rehn, Commissaire européen aux affaires économiques. »

                                                    Olli Rehn, lui est largement et grassement payé grâce aux impôts des européens.

                                                    (Voir la vidéo de François Asselineau : « L’Europe c’est la PAIE !! »

                                                    Il peut partir à la retraite après 15 ans 1/2 d’activité... , mais ça, ce n’est pas un privilège exorbitant, c’est normal. Il a donc plein de bons conseils à donner aux serrages de ceinture...

                                                    Les 3 réformes exigées par Bruxelles : ( Le Monde.fr 9 mai 2013)
                                                    « La réforme des retraites, le marché du travail et une plus grande libéralisation des services et des biens. »

                                                    Les Français sont très attachés au modèle social français.
                                                    Comment faire pour faire accepter l’inacceptable ? Diviser les français.
                                                    Opposer ceux qui ont obtenu un peu plus, aux autres, pour tout niveler par le bas.

                                                    On commence par leur cacher soigneusement que la dette publique est illégitime, on leur sérine tous les jours qu’il n’est plus possible de financer « le train de vie du modèle social français », puis on essaye de les diviser...

                                                    L’auteur du billet travaille dans la Formation continue..., un sacré fromage !
                                                    Combien déjà ? Un budget de 40 ou 50 milliards d’euros par an...., géré paritairement entre le Patronat et les Syndicats ?

                                                    40 ou 50 milliards par an, cela ferait bien l’affaire des caisses de retraite, non ?
                                                    Je propose qu’on supprime ce privilège absolument exorbitant de pouvoir se former tout au au long de sa vie. Ceux qui veulent se former , n’ont qu’à payer de leur poche.
                                                    Et cette somme permettra de payer les retraites...

                                                    Et l’ Auteur ira goûter aux joies de l’ égalité par le bas, en allant pointer à Pôle Emploi (sans S à emploi, ceux qui ont inventé le sigle sont des gens pleins d’humour.)


                                                    • Yohan Yohan 24 juillet 2013 01:35

                                                      La France est un pays de castes, caste des hauts fonctionnaires, des grands patrons, des syndicats, des merdias, et de la politicaillerie, tous marchent main dans la main, mangent et se reproduisent entre soi. Ce qui les oppose n’est qu’artifice, et ceux qui payent cette addition sans broncher, les cocus donc, sont les ouvriers, les artisans, les employés du privé, les petits cadres, les petits patrons de PME et les petits fonctionnaires de catégorie C. 

                                                      La recherche de l’égalité à tout prix est un leurre qui n’a fait que produire plus d’inégalités encore. Les castes du haut maintiennent leur position et se protègent en favorisant la création de castes intermédiaires, pacifiées par des cadeaux successifs qui deviendront des avantages acquis. Des cadeaux qui permettent aux uns de casser les grèves qui menacent leurs privilèges et aux autres de récupérer à leur compte les fruits des luttes ouvrières

                                                      • franc tireur 25 juillet 2013 02:58
                                                        tres bon article, tous ces bloquages francais dont on parle depuis 20 ans ont en effet leurs racines sous l ancien régime .on est un bien vieux pays « terrien » ( de paysans) qui reproduit les comportements acquis au fil des siècles.
                                                        plus prosaiquement Il faudra hélas attendre la hausse des taux d emprunt de l Etat francais pour que cette classe politique figée se mette a utiliser un autre vocabulaire que « protection », « precaution », « sécurité », les mots d un pays en déclin , recroquevillé .
                                                        ca n est plus tolérable de voir ce peuple francais si dynamique et creatif mis sous la bride d une élite politico economique qui cherche avant tout a preserver le statu quo ,les monopoles,rentes et postes. tous les mois je vois des jeunes et moins jeunes partir, il se passe vraiment quelque chose , on est arrivé au bout d un cycle commencé en 45 et ceux qui ont trop a perdre d un nouveau cycle sont hélas ceux qui sont aux manettes


                                                        • franc tireur 25 juillet 2013 03:05

                                                          et plus le gateau va se retrecir plus les corporatismes si francais vont chercher a preserver leur part, ou le maximum qu ils pourront


                                                          • jean aimarre jean aimarre 25 juillet 2013 11:39

                                                            La vérité fait parfois mal à entendre ou plus précisément à lire. Bon article


                                                            • sylvie 26 juillet 2013 19:48

                                                              L’Idiot Utile a parlé ! hugh ! fin du débat

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès