• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La laïcité dans la fonction publique

La laïcité dans la fonction publique

Voici la présentation d'un ouvrage qui reprend en actes les interventions faites au cours d'un "séminaire" sur la laïcité, tenu les 8 et 9 décembre 2011 au Conservatoire des arts et métiers (la CNAM).

J'espère ainsi commencer un débat que je souhaite constructif.

Vous trouverez comme image la couverture de la charte de la laïcité élaborée par le Haut Conseil à l'Intégration en 2007.

Cette charte est non-normative mais elle met en application des principes qui figurent dans les textes constitutionnels.

On dit tout et son contraire à propos de laïcité. Certains confondent ou font semblant de confondre la laïcité et l’athéisme ou l'antireligion alors que la laïcité, ce sont des valeurs et surtout un ensemble de principes permettant le libre exercice des cultes et le vivre ensemble dans le cadre d'une égalité des droits.

Des difficultés ont surgi dans les écoles, dans le milieu hospitalier et dans la Fonction publique en général :

Les personnels ont du se trouver face à de nombreuses attitudes ou revendications communautaires , remettant en cause l'égalité des droits et la laïcité...Un débat vif et passionné a opposé deux conceptions de la vie en société, l'une établissant un relativisme culturel et l'autre répondant aux principes républicains .

Le Haut Conseil à l'Intégration a organisé le 8 et 9 décembre 2011, un séminaire (il aurait pu choisir une autre dénomination ?) sur le thème « La laïcité dans la Fonction Publique-de la définition du principe à son application pratique »...Vaste programme qui soit mais tellement actuel.

Les actes de ce « séminaire » viennent d'être publiés par la Documentation Française.

Curieux de nature, je me suis saisi de l'ouvrage pour le lire de la première à la dernière ligne.

Mon appréhension a été heureusement déçue : les nombreuses contributions sont accessibles et intéressantes et il s'agit là d'un vrai débat avec des approches différentes, ce qui nous prive du discours répétitif.

Si j'excepte l'intervention de galonnés sur la laïcité dans l'armée-mais j'avoue que je suis de parti pris- les réflexions et échanges sur les différents « secteurs » de la Fonction publique donnent un éclairage fort utile et assez complet..

En milieu hospitalier, dans le respect de l'individu et de ses choix, le personnel médical peut s'appuyer sur des aumôniers de différentes religions pour des interventions ponctuelles mais comme le rappelle le Docteur Pelloux : « Dans la plupart des cas, nous n'avons pas besoin des aumôniers. Les arrangements s'obtiennent avec les familles en dialoguant Chacun a sa spiritualité, mais en réalité, les phénomènes intégristes sont rares. »

Quant aux examens médicaux, en cas d'urgence vitale, la patiente est prise en charge par le premier médecin disponible.

Jean Louis Auduc, ex-directeur des études àl'IUFM-Université Est-Créteil traite de la place de la laïcité dans les concours de recrutement de l'Education nationale en montrant qu'il est important que l'étudiant puisse saisir la nature et les difficultés de ses missions et soit préparé et formé pour faire face à des situations particulières : de la contestation des cours, au refus de participer à des activités mixtes..

Gaston Kelman, écrivain n'était pas pour la loi d'interdiction du port de signes distinctifs à l'école, aujourd'hui il ne conteste pas l'intérêt de la loi mais précise que ses effets ont été faibles...Le rapport Obin de l'Inspection générale dément pourtant son pessimisme....

Après avoir donné son interprétation, il fixe un objectif qui semble partagé par l'assistance ::

«  Il faut maintenant agir par l'éducation et la désagrégation des zones qui créent un islam agressif. Il faut réparer les malaises créés dans les banlieues de la dégénérescence »

Cela s'appelle l'intégration républicaine.

Il est difficile de reprendre dans le cadre d'un article toutes les interventions, je renvoie le lecteur à l'ouvrage de 156 pages qu'il peut se procurer auprès de la Documentation française.

Il y trouvera notamment, l'échange argumenté sur la question alimentaire et la gestion des cantines publiques.

Le débat est loin d'être clos, il y a encore beaucoup à faire, y compris dans le domaine législatif afin d'éviter des points de fixation et des interprétations à la carte de la laïcité.

Je terminerai mon propos par la conclusion de Guylain Chevrier, enseignant en histoire, formateur en travail social et par ailleurs- mais ce n'est pas écrit dans le livre- rédacteur à AGORAVOX :

« En conclusion, nous mesurons à quel point la laïcité est un choix de société qui découle de l'affirmation du principe d'égalité porté au sommet de nos institutions et ressenti jusqu'à travers notre modèle social . A mon avis, la laïcité propose une forme de lien social que l'idée de fraternité illustre assez bien. »

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • Constant danslayreur 19 juillet 2012 08:48

    Asinus Rex Pan,

    Lorsqu’on commence par dire que la laïcité française serait en réalité une “laïcité chrétienne” qui n’ouvrirait aucun droit aux autres religions et qu’en conséquence les plaintes provenant d’autres religions ne sont pas recevables, on s’abstient de poursuivre par « La difficulté vient que ces gens ne sont pas laïcs et estiment ne pas avoir à l’être »

    Puisque c’est vous et non pas eux, qui avez décrété que la laïcité à la française n’était pas du tout la leur et qu’elle n’ouvrait droit pour eux à aucun droit ni non plus à aucune « plainte » d’aucune sorte.

    La logique voudrait qu’en conséquence ils ne soient tenus en rien vis-à-vis de ladite. Comment pourriez-vous exiger d’un salarié de continuer à cotiser durant toute sa vie, en lui précisant d’emblée que vous lui refuserez le remboursement du plus rikiki des comprimés de Paracétamol ?

    Ça s’appelle être partisan du beurre, de l’argent du beurre, du sourire de la beurette et de mon œil au beurre noir.

    Et ça continue
    «  De même, ils ne sont pas démocrates, ce qui fait que donner le droit de vote à des non-démocrates n’a aucun sens »

    Étant vous-même tout sauf un démocrate et vos « idées » prônant un retour sur tout ce qui fait la démocratie, le seul commentaire qui vaille en l’occurrence est « Quand l’incohérence s’installe, les bornes cessent d’avoir des limites »

    Bien à vous


  • La mouche du coche La mouche du coche 19 juillet 2012 12:46

    Cet article commence par un bienveillant œcuménisme laïque, puis se termine comme d’habitude par une attaque en règle de l’Islam (tiens ? Pourquoi l’Islam ?) On a compris. smiley


  • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 19 juillet 2012 13:30

    @ durae leges etc..., le peut-être « Chrétien non athée » ?

    Cela fait déjà deux fois, à ma connaissance, que vous nous servez votre « athée chrétien ». Nous n’allons pas recommencer le débat : il nous reste des habitudes, voire des acquis, des diverses cultures des populations ou serviteurs de mythes qui ont occupé notre territoire. L’auteur a raison lorsqu’il dit qu’athée ne signifie pas (forcément) être opposé aux religions. Personnellement, je suis athée après réflexion et par raison et il se trouve que je souhaiterais libérer l’Humanité de tous ces mythes et surtout ces dogmes inébranlables qui limitent la réflexion, le libre-arbitre et l’exercice de l’esprit critique. C’est mon choix, ce n’est pas le vôtre et je le constate, sans plus.

    Pour la forme : quand on corrige le texte des autres, il semble quand même indispensable de se relire, à moins qu’on soit imbu de soi-même au point de se croire inattaquable sur ce point. Je vous signale donc que vous avez oublié un tout petit « à » dans « à être recevables ». Par ailleurs, « laïc » signifie « non clerc », alors que « partisan de la laïcité » s’écrit « laïque » au masculin comme au féminin.

    Quant à la loi de 1905, elle doit s’appliquer indifféremment à toutes les religions pour être conforme à la déclaration des Droits de l’Homme qui affirme l’égalité des Hommes (et des femmes) quelle que soit leur religion ou leur choix philosophique.

    Quant à vous, je vous conseille d’aller vite vous faire confesser car vos préjugés et procès d’intention ne relèvent pas de la fraternité chrétienne. Notre démocratie se portera déjà un peu mieux quand ce genre de propos ne viendra plus parasiter les relations des internautes.

    Cherchez mes fautes, vous en trouverez certainement car je suis âgée et j’ai les doigts tordus et tremblants : cela vous fera plaisir et il ne faut jamais refuser le plaisir. Je ne vous dis pas de saluer « La Marine qui veut nous mener en bateau », mais je n’en pense pas moins.


  • focalix focalix 19 juillet 2012 14:56

    Le tiret citadin, voilà une belle invention.
    Trait d’union entre les gens des villes ?

    Vous avez peut-être voulu écrire : tiret cadratin (ou tiret long).

    Si vous tenez à donner des cours de typographie, écrivez le mot « espace » au féminin, cela fera plus sérieux.

    Concernant le fond, je ne répondrai pas sur votre concept de chrétien athée ni sur la souchitude que vous trimballez.


  • OMAR 19 juillet 2012 17:43

    Omar 33

    Durae..leges.."...ce pourquoi les plaintes provenant d’autres religions n’ont pas être recevables."

    La France ne se limite pas géographiquement à l’Hexagone, il y a les DOM-TOM aussi....

    Alors, dans un souci d’équité, à Mayotte, par exemple, les plaintes provenant d’autres religions que l’Islam, n’ont pas à être recevables...

    Durae, vous confondez perfidement, laïcité et islamophobie, tout comme l’auteur quoi...


  • epicure 19 juillet 2012 21:43

    @Par La mouche du coche (xxx.xxx.xxx.24) 19 juillet 12:46

    pourquoi ?
    tiens un exemple vécu aujourd’hui :
    Lors d’une discution sur des changements dans un quartier où vivait une des convives, il a été amené la question du développement de règle religieuses qui s’imposaient de plus en plus à certaines personnes (des femmes en particulier), et il ne s’agissait ni du bouddhisme, ni du christianisme, ni du taoïsme ou du raëlisme, mais bien de l’islam bien sûr, tout en se rappelant qu’il y a une certaine époque les chrétiens n’étaient pas mieux mais que la société a fait évoluer le christianisme. Et en fait il ne faut pas oublier que dans les différents pays européens, les évolutions ne se sont pas faites à la mêmpe vitesse, l’espagne a été en retard sur ce sujet par rapport à beaucoup de pays européens, et que les curés et bonne sœurs étaient détestés par une partie de la population lors de la période républicaine à cause de l’oppression que faisait régner le catholicisme sur la société espagnole.

    Donc il y a un fait , en france et dans les nombreux pays européens : la première religion au nom de la quelle, il y a de plus en plus d’imposition des règles/traditions est actuellement l’islam. De fait lorsqu’il est question de la menace sur la laîcité, c’est l’islam qui vient en tête pour beaucoup de gens, même de gauche (pas les dirigeants d’associations de gôche qui ont voix dans les médias).

    Ce n’est pas une question de religion proprement dite, mais des rapports de forces à l’intérieur d’uen religion donnée à un moment donné.
    Hors actuellement dans l’islam les courants réactionnaires sont puissants, et agissent sur la société, là où ces courants ont été maitrisés, domestiqués dans le christianisme, sauf aux USA.
    Donc au niveau laïcité, c’est avec l’islam qu’il y a le plus de problèmes dans la vie courante actuellement.


  • epicure 19 juillet 2012 21:51

    Par durae.leges.sed.leges (xxx.xxx.xxx.174) 19 juillet 08:02
    Si ce que tu dis est vrai, réponds à cette question :
    pourquoi alors le bouddhisme arrive à se développer, construire ses temples, sans réels problèmes, sans censure spécifique contre eux ?
    De même tu oublies les juifs qui disposent de plus de liberté depuis la laïcité : discriminés avant la révolution, et contrôlés avec le concordat.

    Les lois générales de la laïcité s’appliquent à toutes les religions de la même façon.
    N’importe quelle religion peut se développer à partir du moment où elle respecte les règles générales égales pour tous, y compris les non croyants.

    Athée chrétien = oxymore, si on est athée, on n’est pas chrétiens, on n’attribue pas une quelconque divinité à un humain nommé jésus, on ne croit pas qu’ils soit né d’une vierge, on ne reconnait aucune autorité religieuse, on ne croit pas au dieu des chrétiens, on ne croit pas aux dogmes chrétiens bref on n’est pas chrétien.


  • Radix Radix 19 juillet 2012 21:53

    Bonjour Focalix

    On dit « un » espace !

    Radix


  • La mouche du coche La mouche du coche 19 juillet 2012 22:40

    @ Epicure,

    « au niveau laïcité, c’est avec l’islam qu’il y a le plus de problèmes dans la vie courante actuellement. »

    Mais de quels problèmes parlez-vous  ? je n’ai jamais vu un musulman demander à un non-musulman quoi que ce soit, alors qu’ils fassent entre eux ce qu’ils veulent, je m’en masturbe grave.
    Vous semblez gêné que leurs femmes mettent des voiles sur la tête. Qu’est-ce qu’on en a à foutre ? C’est souvent plutôt joli. smiley
    Vous ne devez pas avoir beaucoup de vrais soucis dans la vie pour avoir des « problèmes » avec des choses qui vous concernent si peu. Heureux Epicure ! J’envie votre bonheur. smiley


  • CHALOT CHALOT 19 juillet 2012 08:16

    Merci pour la forme
    Je n’aborde la question de la même manière que vous : je distingue culture et culte.
    Les églises dans chaque village, les grands rendez vous festifs comme Pâques ou Noël appartiennent à notre patrimoine comme d’ailleurs la bataille d’Austerlitz et d’ailleurs - en passant- je trouve ridicule l’attitude qui consiste à passer sous silence les anniversaires se reportant aux guerres républicaines ou napoléonniennes.
    La bataille pour que la laïcité d’Etat soit établie a été rude, contre l’Eglise comme institution, elle a duré plus d’un siècle et si les laïques ont obtenu gain de cause c’est aussi parce que les chrétiens ont voulu qu’il y ait une séparation entre l’Eglise et l’Etat.
    La religion musulmane en France est récente, il faut que les institutions soient claires et qu’à la fois leur droit au culte soit reconnu et à la fois qu’ils s’intègrent dans la République laïque indivisible qui garantit l’égalité des droits femmes-hommes et la liberté individuelle.


    • Scual 19 juillet 2012 08:38

      «  Il faut maintenant agir par l’éducation et la désagrégation des zones qui créent un islam agressif. Il faut réparer les malaises créés dans les banlieues de la dégénérescence »

      Cette phrase résume à elle seule le vrai problème qui envoient les musulmans dans les bras des islamistes... parce qu’elle ne parle justement que d’eux comme s’il n’y avait pas d’intégrisme, au hasard juif ou chrétien. En gros quand on parle de intégrisme et de religion ça ne peut « bien évidement » être que l’islam.

      Le jour où on parlera de toutes les religions sur un pied d’égalité et d’intégrisme religieux et non pas musulman, islamique ou autres, peut-être ne se sentiront ils pas assiégé comme c’est effectivement le cas. Surtout que ce n’est pas que sur la forme, pour moi on a en France un problème au moins égal d’intégrisme chrétien, et l’intégrisme juif bien que moins répandu, est bien plus puissant, radical et habitué de la violence ordinaire que les deux autres. Il faut agir de la même manière à leur encontre qu’avec le cas islamique au lieu de se comporter comme si on avait choisi l’ennemi.

      On peut se laisser convaincre par des amis, pas par des ennemis et il n’y a donc pas d’intégration qui tienne tant qu’on continue de tout faire pour qu’elle soit presque impossible. La manière dont les médias et à leur suite la société traite désormais les musulmans nous ont fait perdre 20 ou 30 ans d’intégration, entre leur stigmatisation, leur remise du religieux et des origines nationales, ethniques ou raciales au cœur des « identités » et bref, toute cette extrème-droitisation des esprits qui a été entreprise par les grands médias pendant la période Sarkozyste et qui ne semble pas du tout être terminée.

      Tout débat sur la laïcité, tant qu’on aura pas purifié les esprits de toutes ces phobies, préjugés et autres constructions médiatiques, se révèlera non pas neutre comme il le devrait mais anti musulman et pas du tout laïc. La laïcité, c’est traiter toutes les religions de la même manière. Pour l’instant il n’y a pas du tout de laïcité en France, notre système c’est la liberté religieuse pour chrétiens, juifs et quasiment n’importe qui d’autre et les interdits uniquement contre l’islam.


      • epicure 19 juillet 2012 22:36

        tu as raison scual, on a un gros problème d’intégrisme catholique dans la vie courante.
        A chaque carême, toutes les personnes avec une tête supposée de catholique ( pas d’arabe ou d’asiatique donc ), on subit de fortes pressions pour faire le carême, pour ne pas qu’on mange pendant cette période sacrée.
        De même les intégristes catholiques sont bien connus pour leur retour du voile sur les têtes des femmes dans toutes les églises.

        Faut arrêter la plaisanterie Scual, oui il y a des intégristes dans les trois monothéisme, mais le seul dont on peut voir l’action dans la vire courante, celui qui fait le plus parler de lui, c’est celui de l’islam.

        L’intégrisme catholique repose sur l’autorité cléricale : bien identifiée, institutionnalisée, mais les combats laïques, et un certain libéralisme ayant conquis l’église catholique (JP 2 par rapport à un pape du 19ème siècle peut passer pour un anarchiste), on réduit fortement l’influence intégriste à la foi sur la communauté catholique, et encore plus sur la société. Donc hormis certains évènements ponctuel, l’intégrisme catholique est pratiquement invisible, si on ne fréquente pas les milieux intégristes.
        Avec l’islam la problématique est autre, puisque l’autorité n’est plus une institution hiérarchique, mais la communauté, et justment la force des intégristes musulmans c’est d’arriver à pouvoir influencer la comunauté musulmane, à pouvoir exercer une pression, faire adopter certains crédos.

        Enfin, je ne sais pas si tu as remarqué, mais avant les années 80, l’islam était une donnée inconnue pour la plupart des gens, juste la religion exotique des arabes (pour simplifier). Il n’était pas un sujet de société. A l’époque les jeunes filels ne portaient aps le voile, il n’&tait aps question de tabou sur la viande de porc, de ramadan qui devait être suivit par tous les arabes, mêm s’ils n’étaient pas et musulmans et pratiquants, il n’était pas question de viande halal dans les cantines, dans les casernes etc... Bref il n’était pas question d’un islam violant le pacte laïque.
        En fait à cette époque, on ne parlait plus vraiment de problème de religion dans la société, avec 1968 la société occidentale s’était libéralisé, la cause féministe avançait , les religieux sexistes n’avaient plus voix au chapitre hors de leur lieu de culte, le camps libéral catholique venait de gagner avec vatican II. Chaque religion, faisait son truc dans son coin, il n’y avait pas de conflits sociétaux sur la religion, hormis la question de l’école.

        Tout ça va changer avec la montée de l’intégrisme islamique au cours des années 80, et revoir certains discours rétrogrades, des pratiques , des sujets de conflits oubliés depuis plus de 50 ans revenir sur le devant de la scène sociétale.
        Dans les années 60 les femmes raccourcissaient leurs jupes, grâce aux intégristes musulmans les filles de certains quartiers sont obligées de mettre de robes longues ou des pantalons.
        Grâce aux intégristes musulmans, certains discours sexistes reviennent sur le devant de la scène, dont le nom de l’association « ni pute, ni soumise » est le parfait résumé.
        Grâce aux intégristes musulmans, des personnes des voient imposer dans al rue des pratiques religieuses (voile, ramadan etc...).
        Grâce aux intégristes musulmans, des gens défendant soit disant la tolérance, ont soutenu une campagne de censure religieuse contre les critiques contre une religion.
        Grâce aux intégristes musulmans, certains gens qui se disent de gauche, préfèrent défendre les traditions religieuses ( musulmanes bien sûr, mais surtout pas catholique ce serait être facho ) que l’émancipation vis à vis des traditions religieuses
        etc...
        Ce sont des musulman qui empêchent les gens de rentrer chez eux pendant la prière , pas des bouddhistes, des hindouistes ou même des juifs ou des animistes.

        Oui la laïcité c’est traiter toutes les religions de la même façon, donc quand une religion, par ses courants les plus intégristes imposent un fort cléricalisme dans la société , le rôle de la laïcité c’est de combattre ce phénomène.
        Jusqu’au début du 20ème siècle c’était le catholicisme.
        Pendant une courte période vers les années 60-70 c’était aucune religion en particulier.
        Actuellement, c’est l’islam.

        Les interdits concernant l’islam sont exactement les mêmes que pour les autres religions, sauf que ce sont les intégristes musulmans qui veulent se permettre ce qui n’est pas permis aux autres religions : imposer leur pratiques religieuses, leurs interdits à la société entière.
        En fait tu inverse la lecture des phénomènes, tu n’as donc pas une lecture de gauche, mais particulariste, qui prend le point de vu particulier des musulmans, et non un point de vu de gauche universel.
        Tout ce qui est dénoncé contre les intégristes musulmans n’a pas sa place dans une société laïque, leurs demandent relèvent du cléricalisme et du particularisme, pas de la laïcité.


      • Scual 20 juillet 2012 08:07

        J’ai jamais lu autant d’absurdités par lignes... mais je vous remercie d’illustrer mon propos sur le degré d’envenimement des esprits.


      • epicure 20 juillet 2012 18:41

        @scual

        jamais vu autant de refus de comprendre les choses et l’histoire.
        Et au final une réponse aussi nulle.
        Tu refuses de comprendre à la fois l’actualité et l’histoire, tu refuses de comparer ce qui est comparable : le catholicisme du 19ème et avant, et l’islam conservateur actuel.
        Pourtant les choses sont simples du point de vu laïque :
        deux mouvements religieux qui qui attaquent la liberté de conscience des individus et la neutralité de la société vis à vis de la religion, doit être combattu de façon égale par les laïques.
        Les uns sont aussi extrêmes que les autres , et même pire, donc ils doivent être dénoncés avec la même vigueur.
        Par conséquent les intrusions des intégristes musulmans actuelles doivent être combattues avec la même vigueur que le catholicisme du 19ème siècle et avant.
        Si tu considère que parce que ce sont surtout les maghrébins qui sont soumis à ces attaques, que cela ne te concerne pas, alors s’il y a un raciste c’est toi.
        être anti-raciste c’est justement considérer que les maghrébins méritent de façon égale que les autre la liberté de conscience que les autres gens vivant dans la france laïque, et donc que les atteintes à leur liberté de conscience par des musulmans doivent être fortement dénoncées.
        C’’est ça la vrai attitude de gauche, laïque, anti-raciste etc...


      • CHALOT CHALOT 19 juillet 2012 08:48

        Scual ! C’est justement l’intérêt de ce livre de débats. Il ne s’agit pas de stigmatiser et d’ailleurs tous les intégrismes sont dénoncés.
        Des intervenants expliquent aussi et très bien que la laïcité et l’islam peuvent être compatibles.
        En effet aujourd’hui, c’est l’interprétation islamiste qui est mis en avant, alors qu’il y a même 50 ans, ce n’était pas le cas.
        Tout le monde n’est pas d’accord, c’est l’intérêt de la discussion


        • Scual 19 juillet 2012 09:10

          Sauf que le mot islam ne devrait même pas être prononcé s’il s’agissait vraiment de laïcité.


        • CHALOT CHALOT 19 juillet 2012 09:15

          Si...Aucun mot n’est tabou.
          L’essentiel, c’est de respecter les croyances et non croyances, faire connaître et faire respecter les lois et ne pas faire de différence en fonction de l’origine réelle ou supposée.


          • Scual 19 juillet 2012 11:17

            Justement citer l’islam, c’est de facto créer une différence ! S’il n’y avait pas de différence on dirait juste « les religions »...

            Ce n’est pas un tabou, hein c’est un constat. On nomme l’islam, ce qui signifie que cette religion à quelque chose de particulier que les autres n’auraient pas puisqu’elles n’ont apparemment pas besoin d’être nommées. C’est donc bel et bien une différenciation... et encore plus que la vérité, c’est que ces autres religions non-nommées n’ont absolument rien à envier, y compris dans leurs courants extrémistes, à l’islam extrémiste. C’est totalement contraire à ce qu’est la laïcité qui rappelons-le à comme principe fondamental avant tout d’être neutre et ne peut d’ailleurs même pas être appelée laïcité sans cette neutralité.

            Donc je persiste, je ne vois pas du tout en quoi la laïcité devrait se pencher l’islam radical en particulier au lieu de lutter contre TOUT les intégrismes. Si on parle de l’islam sur ce sujet, c’est déjà qu’on à choisi un camp ou qu’on met en avant des préjugés faux et xénophobes. Soit c’est toutes les religions, soit c’est aucune.


          • epicure 19 juillet 2012 22:43

            Au niveau théorique, scual, tu as raison.
            Au niveau pratique, tu as tord à partir du moment où les violations les plus flagrantes quotidiennes et récurrentes à la laïcité, vient de l’intégrisme musulmans en particulier.
            Défendre la laïcité, c’est défendre la société contre ces pratiques.
            SI l’on parle de laïcité actuellement, c’est bien parce qu’il y a de nombreux problèmes avec les intégristes musulmans.
            Parler des problèmes les plus visibles de laïcité, c’est parler d’islam.
            Chaque fois que dans des conversations courantes, on parle d’entorse à la laïcité et la sécularisation de la société, c’est uniquement l’islam qui est en cause, les autres intégrismes sont invisibles. Ils ne faut pas les oublier, mais quand il s’agit de parler des problèmes de façon concrète, ce ne peut donc être que de l’islam dont il est question essentiellement.


          • Scual 20 juillet 2012 08:12

            Oui épicure, les musulmans sont des violeurs d’animaux égorgeurs de bonnes soeurs, et en plus ils sont des terroristes qui battent leurs femmes et leurs enfants, ces assistés escrocs parasites paresseux ! Bien sur que c’est un problème de laïcité... à moins que ça ne soit un « léger » problème de racisme de la part des non musulmans peut-être.


          • epicure 20 juillet 2012 18:31

            @ scual
            J’ai jamais lu autant d’absurdités par lignes...

            Je te parle de comportement religieux, d’intégristes, tu me parles de voleurs de poules.
            Tu es hors sujet, tu ne comprends même pas de quoi il est question, tu en reste à des amalgames que chalot et moi ne faisons pas.
            En finissant par le mot raciste, tu montres juste un manque à la fois de réflexion et d’argumentation, tu es non seulement dans la simplification,, la caricature, mais en plus tu assignes à l’extrême droite des discours de gauche .
            Enfin je te rappelle qu’au fond ce n’était pas laïque de s’en prendre qu’à l’égise catholique au 19ème et début du 20ème siècle, si on suit ton pseudo raisonnement étroit.


          •  C BARRATIER C BARRATIER 19 juillet 2012 09:29

            Très intéressant article. La laïcité n’est pas une opinion, elle est la liberté totale d’en avoir une, d’en changer ou de la garder. Dès qu’on lui accole un adjectif, on tente (vainement) de la réduire car elle est devenue une nécessité de vivre ensemble dans le monde, et pas seulement en France. Elle n’a d’ennemis que ceux qui voudraient imposer leur propre philosophie à tous comme cela s’est fait jadis en France, se fait encore avec diverses religions dans le monde. Elle n’a d’ennemis que ceux qui refusent l’égalité des vérités. C’est le cas du pape des catholiques qui prêche la religion catholique unique en Occident. Il a raté son coup en voulant mettre dans la constitution européenne giscardienne que les racines de l’Europe étaient chrétiennes (il parlait de toutes les racines, or la racine chrétienne est seulement l’une des racines en Europe). Cette constitution a été rejetée grâce à la France.
            La plus vivace racine européenne qui doit beaucoup à la France est précisément la laïcité, issue du siècle des lumières, mais qui est allée plus loin. Au temps des lumières Voltaire appelait à la tolérance (on tolère quelque chose qui serait faux). La tolérance a été remplacée par le respect. Aujourd’hui, dans le registre de l’égalité fondamentale dans la laïcité, ce qui reste à conquérir est la parfaite égalité de l’homme et de la femme en matière en particulier de liberté de disposer de son corps et d’avoir la morale de son choix, comme l’homme.

            Un courant musulman puissant veut imposer une charia de ses pontifes à lui et y réussit parfois. Cela ne durera pas, l’exigence de liberté et d’égalité s’imposera. La concurrence des intégristes catholiques, des évangélistes, des islamistes, etc à imposer leur loi à eux fera un flop comme le totalitarisme stalinien et d’autres. Ce qui prédomine est la relativité des vérités de chacun, fondement du respect mutuel.

            Voici un repère sur ces notions, dans la table des news

            « Laïcité de notre République et de chacun »

             http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=196

            En voici un autre très utile à la pratique quotidienne de la laïcité, table des news :

            « Laïcité : Un guide pratique à l’intention des élus »

             http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=207

             


            • Sinbuck Sinbuck 19 juillet 2012 09:36

              Merci à l’auteur car il est important de rappeler que la laïcité est une des composantes d’un modèle social avancé. Modèle qui existait certainement il y a plus de 5000 ans dans la civilisation d’Harrapa...
              Il était essentiel que l’église quitte le pouvoir au sein de l’état et c’est une belle victoire pour le peuple français. Parfois la France peut être exemplaire.
              Par analogie, de nos jours, l’économie du profit doit également quitter le pouvoir pour laisser la place à une économie plus durable et plus respectueuse de l’environnement et des valeurs humaines.
              Pour finir sur une contradiction, les « laïcards » qui baignent leur philosophie dans les eaux stagnantes du matérialisme, projettent une société sans espoir car seulement vide de sens dans le domaine de l’abstraction humaine.


              • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 19 juillet 2012 15:32

                Le mot « laïcard » n’existe pas, même pour mon ordinateur qui s’entête à le laisser souligné en rouge. Le partisan de la laïcité est un laïque et le laïciste milite pour la laïcisation des institutions.

                Pourquoi voulez-vous que ceux que vous appelez à tort « laïcards » baignent une philosophie quelconque dans « les eaux stagnantes du matérialisme » ? Je pense que vous confondez laïques et athées. Je connais des catholiques, très actifs dans leurs paroisses, mais aussi très attachés à la laïcité.

                Un ou une athée n’est pas forcément dénué(e) de spiritualité si on veut bien dégager ce mot de la pensée religieuse. A partir du moment où on prend conscience de l’inséparabilité de la vie et de la mort et que l’on entend donner un sens à sa vie, je pense qu’on n’est pas démuni de spiritualité.

                La différence entre celui qui reconnaît un dogme religieux et un athée, c’est que le premier a une spiritualité déjà préparée qu’il peut ou non approfondir, alors que le second doit s’en élaborer une de toutes pièces s’il veut vivre et pas seulement survivre., s’il veut ,comme vous dîtes, donner un sens à sa vie. Je pense que ceux pour qui l’athéisme est un choix sont probablement tous dans ce cas.

                Quant au matérialisme, je ne le vois pas tellement stagner à notre époque. J’imagine que c’est une préoccupation majeure chez nos financiers internationaux et ils n’ont de cesse de le faire évoluer en leur faveur. Par ailleurs, celui qui n’a plus rien et dort sur nos trottoirs a bien le droit d’être avant tout matérialiste.


              • Constant danslayreur 19 juillet 2012 09:41

                A partir de demain n’challah c’est ramadhan pour tous les musulmans.

                Après le voile-scandaleux-signe-ostentatoire-d’appartenance-religieuse, il va y avoir recrudescence des signes en question, une offensive aussi inadmissible que sans précédent sur les valeurs de la laïcité à la française, aux armes citoyens, traquez les vilains, vous les reconnaitrez facilement :

                1.  Hypoglycémie,

                2.  Déshydratation,

                3.  Teint blafard, somnolence et cernes après de courtes nuits de sommeil pour cause selon le cas, de piété-nuits-passées-à-pleurer-comme-une-madeleine ou ou ou … de sucreries excessives

                4.  Fièvre acheteuse et fantasmes budgétivores au grand « dam » de la grande distribution et de ses carnets de commande.  

                5.  Multiplication par deux ou trois de la consommation de viande halal et de l’abattage du même nom, un scandalllllle

                6. Côté fonctionnaires et salariés... heu ... vous noterez chez quelques uns, une certaine baisse dans les performances voire une baisse certaine, mais ce ne sont pas les meilleurs non

                7. Ailleurs en Syrie par exemple, on fera comme en Libye l’année dernière, quand les glorieux soldats barbus de l’Otan ont lancé l’offensive sur Tripoli au moment de la rupture du jeûne par leurs « frères »

                Baaahhh l’année prochaine ça devrait aller mieux puisque ce sera pire


                • Constant danslayreur 20 juillet 2012 04:48

                  Debout frères et sœurs, un hôte de marque est à vos portes, tout un mois rien que pour vous... le Ramadhan c’est maintenant smiley

                  Louange au seigneur des mondes, allahou akbar

                  http://abderraouf.canalblog.com/archives/2010/09/10/19027469.html&nbsp ;


                • CHALOT CHALOT 19 juillet 2012 12:20

                  Verbaline ! Comme quoi il ne faut pas se fier aux lectures en diagonale
                  A la LCR que j’ai quittée en 2002 il y avait plusieurs tendances et j’étais dans la minoritaire : celle qui était pour le front unique, pour la défense de la laïcité .
                  Il n’y a pas d’ambiguïté dans mon positionnement : vous vous référez à l’hôpital, peut être
                  Les personnels hospitaliers s’appuient sur des aumôniers quant il existe un blocage de la part d’une femme ou de sa famille (refus de se faire examner par un homme) pour essayer de convaincre mais en tout état de cause le soin sera donné par le soignant présent...Ce ne sont pas des accommodements de type canadien.
                  Je suis contre le port du foulard dans les écoles, contre les prières dans la rue...Sur les mosquées : je suis là aussi un laïque : pas de financement public direct ou indirect, je me suis opposé au financement public de la cathédrale d’Evry et je m’oppose à celle des mosquées.
                  Je n’ai pas d’ambiguïté... JE COMBATS AVEC FORCE LES DEUX FLEAUX QUE SONT LE COMMUNAUTARISME ET LA XENOPHOBIE.

                  p


                  • CHALOT CHALOT 19 juillet 2012 12:59

                    Je condamne fortement les amalgames et les fausses caractérisation.
                    Le terme « islamophobie » a été créé par les islamistes radicaux qui veulent que toute critique de la religion musulmane soit considérée comme un délit de blasphème.
                    Des « intellectuels » ont utilisé ce terme pour désorienter l’adversaire et éviter le débat
                    La critique de l’islam n’est pas du racisme par contre la stigmatisation des musulmans comme personnes procède du racisme .


                    • Constant danslayreur 19 juillet 2012 13:31

                      « Le terme »islamophobie« a été créé par les islamistes radicaux » Voyez-vous ça

                      De ma vie, je n’ai jamais entendu ce mot ou un autre qui serait équivalent, prononcé par un islamiste ou même par un musulman tout court de quelque communauté de pensée qu’il soit. En dehors bien sûr de francophones le reprenant sur la toile essentiellement pour dire tout et n’importe quoi façon raciste, xénophobe, faf, faschiste, nazi, néocon, anti-musulman-primaire etc, bref tout sauf le sens intrinsèque de « peur de ».

                      Par ailleurs, je croyais que les musulmistes de tous poils étaient des ignares finis, comment pourraient-ils dans ces conditions et d’un créer des néologismes, et de deux aussi... élaborés.

                      Vous devriez faire un peu plus attention à ce que vous écrivez, il y a en effet une différence entre ce que vous « croyez » et ce qui est.


                    • francesca2 francesca2 19 juillet 2012 13:51

                      il y a en effet une différence entre ce que vous « croyez » et ce qui est.


                       smiley

                      Il y en a qui se tuent à vous le dire...


                    • Constant danslayreur 19 juillet 2012 14:22

                      Pas pareil Italia, je ne crois pas que Dieu existe, je sais que Dieu existe nuance...

                      Cela dit +1 quand même, c’était de bonne guerre smiley


                    • francesca2 francesca2 19 juillet 2012 15:50

                      A tout seigneur tout honneur.


                    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 19 juillet 2012 19:15

                      « De ma vie, je n’ai jamais entendu ce mot ou un autre qui serait équivalent, prononcé par un islamiste ou même par un musulman tout court ».


                      Vous ne devez pas bien écouter... Ni bien lire, ne serait-ce que sur Agoravox !

                    • CHALOT CHALOT 19 juillet 2012 13:38

                      Je refuse tout d’abord le terme d’islamophobie : on peut critiquer l’islam sans être raciste et d’ailleurs beaucoup d’anti racistes critiquent l’islam.

                      Ce ne sont pas les intégristes qui sont stigmatisés, ce sont les petits : d’un côté certains les regardent de travers et de l’autre les islamistes viennent leur dicter leur conduite


                      • VenatorN 19 juillet 2012 17:34

                        Désolé, mais non on ne peut pas. Il est strictement impossible d’émettre la moindre critique de l’islam sans être, dans le meilleur des cas taxé de raciste, dans le pire de se retrouver avec une fatwa. La laïcité n’est que poudre aux yeux. La seule voie possible est l’interdiction pure et simple de la pratique des cultes prosélytes.


                      • OMAR 19 juillet 2012 17:48

                        Omar 33

                        Mais pour critiquer l’Islam, il faut connaitre, et parfaitement, cette religion...
                        Et surtout, ne pas décontextualiser les écrits du Coran...

                        Par contre, se rapporter aux comportements barbares des salafistes pour présenter l’Islam et le stigmatiser, c’est malheureusement, de l’islamophobie...


                      • VenatorN 19 juillet 2012 17:52

                        Tiens donc ! ! ! et ceux qui se targuent de le connaitre parfaitement sont précisément ceux qui refusent toutes critiques. Juges et partie quoi !


                      • OMAR 19 juillet 2012 19:34

                        Omar 33

                        Mais Verbaline, je ne vous savais pas adepte de la technique dite de la « pente glissante »...

                        Tout ce que je demandais à l’auteur, c’est qu’il doit parler en connaissance de cause...
                        Sinon, cela sera de la désinformation, de la malhonnêteté donc...
                         
                        Comme vous venez de le faire dans votre grotesque torchon...

                        Et vos accusations sont non seulement hors-sujets, mais totalement gratuites et infondées...


                      • OMAR 19 juillet 2012 17:49

                        Omar 33

                        C’est ce ciment qui a servi a batir le IIIème Reich....


                      • epicure 20 juillet 2012 02:29

                        @Par OMAR (xxx.xxx.xxx.39) 19 juillet 17:49

                        tu veux dire la haine du matérialisme, la défense du spiritisme, le culte du chef, la ségrégation religieuse et ethnique, la haine du régime parlementaire, le désir de conquête des pays voisins etc.... ?

                        Tout ceci est à l’opposé de la laïcité.


                      • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 19 juillet 2012 14:29

                        Bonjour, Jean-François.
                        Pour une fois, je vais marquer un petit désaccord avec toi. Tu sais combien notre laïcité dite « à la française » est menacée de toute part et surtout par notre adhésion à l’Union Européenne. Depuis quelques décennies, la pensée unique et certains de nos intellectuels essaient de lancer une bataille sémantique sur le mot « laïcité ». Ils partent de son origine étymologique qui lui donne un sens d’égalité et s’appuient sur la liberté fondamentale d’exercer le culte de son choix quand on en a un. C’est au nom de ces deux principes que le Conseil Constitutionnel écarte le principe politique de « laïcité », défini dans tous les dictionnaires sauf dans celui de nos Académiciens ultra-conservateurs dans leur majorité.
                        C’est ce qui s’est passé pour le recours contre la loi Carle. C’est ce qui se passe souvent lors des appels auprès de la C.E.D.H. et c’est bien sûr ce que défendent les religieux, l’OGEC et la Comece.

                        La définition de « laïcité » est le principe politique de séparation des religions et de l’Etat, selon tous les dictionnaires en papier que j’ai pu consulter, publiés en 2012. Je m’accroche de toutes mes forces à cette définition, à chaque occasion. Cela n’empêche pas que notre fonction publique, ne serait-ce que par humanité, doit essayer de concilier la neutralité de l’Etat, lorsqu’il « ne reconnaît » aucune religion, et les libertés fondamentales. C’est une question de mesure, mais cela doit aussi être et demeurer une question de vocabulaire. La laïcité, ce n’est pas le respect des libertés fondamentales à valeur reconnue constitutionnelle (sauf erreur de ma part, dans une décision du Conseil Constitutionnel de 1977). La laïcité constitutionnelle de notre République est le principe de séparation. C’est en mélangeant le tout qu’on arrive à une espèce de salade composée dont on ne retrouve pas les éléments et qui a d’abord donné naissance aux expressions de « laïcité ouverte », « intelligente » etc... régulièrement servie par Sarkozy. La Documentation Française publie essentiellement les écrits de Beaubérot, le seul à détenir une chaire de laïcité : je crois qu’il a critiqué la laïcité ouverte, mais toutes ses œuvres ne font que la mettre en pratique. Peut-être afin de favoriser notre intégration dans l’UE, ils sont en train de saborder notre laïcité.

                        J’espère avoir été suffisamment claire, car le problème est complexe : en réalité, je trouve que nous assistons à un vrai travail de jésuites qui me rappelle l’organisation par le Club de l’Horloge d’un groupe chargé de modifier le sens d’une partie de notre vocabulaire pour mieux imposer ses idées dans les années 1970.

                        Je souhaite ardemment que tu rejoignes mon combat. Bien amicalement.


                        • CHALOT CHALOT 19 juillet 2012 14:54

                          Danièle ! Je n’ai pas de divergences fondamentales avec toi sur cette question. La laïcité c’est avant tout un principe politique de séparation et d’organisation de la société :
                          Péna Ruiz définit d’ailleurs trois principes politiques : liberté de penser, d’avoir ou de ne pas avoir de religion-égalité des droits et existence d’une universalité de valeurs
                          C’est le politique qui prime et qui fixe les lois communes à tous et à toutes, les religions restant du domaine privé.
                          Ici, je relate les débats qui ont eu lieu à propos de la laïcité dans le cadre du HCI.
                          La laïcité avec un adjectif et tu as raison, c’est la négation de la laïcité et comme l’explique un intervenant dans le livre
                          quand on dit : je t’aime
                          ce n’est pas du tout le même sens si je dis je t’aime bien !


                          • Georges Yang 19 juillet 2012 18:28

                            La laicité, c’est avant tout ne pas emmerder les autres avec ses croyances,

                            Les autres étant les athées, les croyants d’une autre religion et ceux de sa propre religion qui ne la respecte pas


                            • philouie 19 juillet 2012 20:17

                              La laicité, c’est avant tout ne pas emmerder les autres avec ses croyances,

                              Strictement aucun rapport puisque la laicité concerne les structures politiques de l’état et que la liberté de manifester sa foi est garanti par la constitution.


                            • CHALOT CHALOT 19 juillet 2012 19:48

                              Omar ! J’essaye de parler en connaissance de cause, c’est pourquoi j’ai lu beaucoup et qu’en plus j’ai dans mon entourage très proche des musulmans qui ne supportent pas les intégristes qui viennent frapper à la porte où les interpeller.
                              La laïcité est bien le ciment du vivre ensemble et d’ailleurs puisque vous parlez du III ème Reich, le gouvernement de Vichy, allié d’Hitler a commencé par liquider toute référence à la laïcité


                              • philouie 19 juillet 2012 20:19

                                L’islam (sunite) est une religion laïque de fait.


                                • philouie 19 juillet 2012 20:20

                                  Il n’y a pas en Islam d’Eglise qui pourrait être séparée de l’état.
                                   En particulier dans un état non musulman.


                                  • philouie 19 juillet 2012 20:24

                                    En renonçant à l’Eglise, c’est à dire en renonçant au pouvoir spirituel,l’Etat d’interdit de dire la morale.

                                    C’est pour cela qu’il est nécessaire que les croyants, que cela soit au travers de leurs églises s’ils en ont, ou simplement au nom de leur foi, se réapproprie la morale et son expression.


                                    • philouie 19 juillet 2012 20:29

                                      Les droits de l’homme garantissent les droits de la personne humaine.

                                      Les droits de la personne relèvent de la sphère religieuse et non de celle de l’état.

                                      les points qui touchent aux droits des personnes sont :

                                      baptême (c’est à dire le choix de l’inscription communautaire pour ses enfants)
                                      éducation,
                                      mariage,
                                      sépulture,
                                      santé,
                                      opinion.

                                      Le vêtement est bien évidement un attribut inaliénable de la personne.


                                      • philouie 19 juillet 2012 20:31

                                        nourriture aussi, évidement.


                                      • CHALOT CHALOT 19 juillet 2012 20:32

                                        Philouie ! La laïcité permet aux croyants de se réapproprier leur morale, s’ils le veulent mais LE DROIT ET LA LOI sont du domaine du politique et de ses institutions.
                                        Autrement dit il peut pas y avoir une autre loi qui soit imposée aux individus.
                                        Je prends un exemple : l’institution Eglise est contre l’avortement :
                                        - mais comme on est dans un pays laïque c’est la loi qui prime : la femme quelle que soit son origine a droit dans le cadre des lois demander une IVG et l’Eglise ne peut l’empêcher


                                        • philouie 19 juillet 2012 20:40

                                          l’église à la liberté de dire que c’est mal.
                                          Elle a la liberté aussi de protester et de manifester contre.

                                          de même qu’un député à le droit de voter contre une loi qui lui parait contraire à sa foi.


                                        • philouie 19 juillet 2012 20:43

                                          A noter que dans cet exemple, il n’est effectivment pas du ressort de l’état d’interdire l’avortement, justement parce qu’il est laïque et que la laïcité ouvre ici un espace de liberté dont on ne peut que se réjouir.

                                          Au nom de la liberté religieuse.

                                          Mais il ne faut pas que cela devienne un argument pour ou contre l’avortement qui reste un choix personnel qui peut être soumis aux convictions religieuses.


                                        • Radix Radix 19 juillet 2012 22:03

                                          Bonjour Philouie

                                          Si le député en question a eut l’honnêteté de dire qu’il était croyant avant de se faire élire, pas de problème.

                                          Mais le problème c’est que le plus souvent ils s’avancent masqués et une fois élu ils légifèrent !

                                          L’escroquerie est là !

                                          Radix


                                        • tannhauser72 29 juillet 2012 10:40

                                          @Chalot
                                          L’exemple que vous choisissez n’est pas sans poser problème. Vous partez du principe selon lequel l’institution Eglise se fonderait sur un argument proprement religieux qu’elle entendrait imposer à toute la société. Or il n’en est rien, car cet argument n’est pas religieux, en ceci qu’on n’est pas obligé d’être croyant pour reconnaître le caractère meurtrier de l’acte d’avortement. L’Eglise se fonde simplement sur la raison, sur le droit naturel. Elle invite la société civile de fonder sa législation sur la raison, et ne demande en aucune manière qu’elle repose sur des principes qui seraient religieux.
                                          Sans être croyant, je peux et dois reconnaître que si j’ai la nature humaine, c’est que je l’ai toujours eue depuis que j’existe, y compris sous la forme la plus rudimentaire qui est l’apparence d’un amas de cellules : dans cet amas sont déjà compris mon code ADN. IL n’y a strictement aucune raison (et on n’est pas dans la religion) de dire que mon corps n’a pas été humain à un moment donné.

                                          Ainsi avez-vous raison de dire que dans un pays laïque la loi doit primer, à la condition d’être fondée sur la raison commune. Or, ce n’est pas le cas manifestement dans l’exemple que vous citez, et de fait cette loi perd sa valeur de loi et n’oblige pas.


                                        • CHALOT CHALOT 19 juillet 2012 21:42

                                          C’est un choix personnel et rien d’autre , chacun étant libre de tenir compte ou pas de son engagement spirituel


                                          • philouie 19 juillet 2012 22:14

                                            Point de vue qui n’a de sens que relativement à l’état mais certainement pas aux religions.

                                            Pour un croyant comme moi, la notion de choix personnel est une donné très relative.

                                            Pour le croyant l’être humain est un animal collectif et le processus civilisationnel est un processus engagé en commun. Il y a nécessité à éducation, c’est à dire à transmission.

                                            c’est le « nous » qui croie.

                                            En garantissant la liberté religieuse, l’état permet aux croyants de se soumettre, voir d’être soumis, aux obligations religieuses.


                                          • epicure 20 juillet 2012 02:40

                                            @Par philouie (xxx.xxx.xxx.60) 19 juillet 22:14

                                            le pivot de la laïcité, ce n’est pas la liberté religieuse, mais la liberté de conscience.
                                            L’état assure la liberté de conscience.

                                            a) la liberté religieuse n’est qu’un corolaire qui est subordonné à la liberté de conscience de tous. Donc la laïcité, c’est la possibilité de ne pas se soumettre à des obligations religieuses, ceux qui veulent le faire, le font pour eux sans l’imposer aux autres.

                                            b) la neutralité de l’état, et la séparation de l’état avec les religions, est un outil au service de l’assurance de la liberté de conscience.
                                            C’est en étant neutre, et donc séparé de toute religion, que l’état peut assurer la liberté de conscience de tous les citoyens.


                                          • gege061 gege061 19 juillet 2012 22:43

                                            Article 18 de la déclaration universelle des droits de l’homme

                                            "Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites."

                                            La laïcité, c’est la neutralité de l’État en matière religieuse, pas le bannissement des religions de l’espace commun. La laicité ne doit pas être un atheisme militant.





                                            • alinea Alinea 19 juillet 2012 23:18

                                              Entièrement d’accord avec Barratier. Au train où vont les choses, la laïcité va devenir aussi répressive que l’Islam, le Catholicisme ou le Judaïsme intégristes !
                                              on marche sur la tête : pour dénouer un noeud, il ne faut pas tirer dessus !


                                              • CHALOT CHALOT 20 juillet 2012 00:04

                                                Alinéa ! Laïcité ne peut pas être répressive et comme le rappelle gege061 : la laïcité n’est pas un athéisme militant.
                                                Je rappelle avec insistance que des croyants, qu’ils soient juifs, musulmans ou chrétiens peuvent être laïques et d’ailleurs ils sont nombreux à être ainsi.


                                                • MdeP MdeP 20 juillet 2012 01:44

                                                  Rien de plus amusant que les grenouilles de bénitiers dans le milieu scientifique. 

                                                  Et je ne parle même pas de l’hôpital : les cathos charitables y sont en force. C’est un milieu violent où la compassion est absente : c’est d’ailleurs pour cela que je suis absolument contre l’euthanasie.
                                                  Pour ce qui concerne la laïcité, y’a vraiment du pain sur la planche. C’est pas gagné.

                                                  • Massaliote 20 juillet 2012 08:32

                                                    Au plus haut sommet de l’état, la conception de la laïcité :

                                                    Ramadan : François Hollande reçoit le recteur de la grande mosquée de Paris à L’Elysée
                                                    Imaginons que Normal 1er reçoive l’archevêque de Paris avant le Carême : le tollé serait assourdissant.

                                                    • Bertrand BARERE Bertrand BARERE 20 juillet 2012 16:10

                                                      Suite aux différents articles de Jean-François CHALOT, nos opinions se croisent et se rejoignent (même si je reste sceptique concernant la liberté des associations qui sont subventionnées mais ceci est un autre sujet.)

                                                      @ durae.leges.sed.leges

                                                      Vous souhaitez absolument nous imposer votre principe de laïcité chrétienne. Mon cher ami, la laïcité est un principe républicain. Lorsque les révolutionnaires de 1789 ont fait le choix de stopper la monarchie, c’était également parce que cette dernière représentait Rome. Il n’y avait pas qu’un problème social.

                                                      N’oubliez pas que, suite à la loi de 1905, nous avons frôlé la guerre civile en France. En 1906, lors des inventaires. Afin d’éviter la violence, le gouvernement a freiné l’application de la loi de 1905 votée par des juifs, des protestants, des athées, et je ne sais quelles autres couleurs politiques et idéologiques de l’époque. Les catholiques ne souhaitaient pas le mise en application de la loi de 1905 et le principe de laïcité.

                                                      Votre interprétation de la laïcité est totalement altérée mon cher ami. Sans oublier votre manque de modestie concernant la forme du texte de J.F CHALOT.

                                                      Pour les autres cybernautes qui ne peuvent évoquer la laïcité sans faire référence au « soit disant problème que serait la religion musulmane ». Ne serait il pas souhaitable de revenir sur les faits historiques. Un siècle de conflits après 1789 pour en arriver au vote de la loi de séparation des églises et de l’Etat. Les catholiques et surtout le Vatican n’ont pas lâché le morceau facilement. Rome refusait d’appliquer certaines règles de principe liées au concordat.

                                                      Il n’y a aucune raison de penser que les musulmans ne respecteront pas la laïcité à la Française qui est une valeur de notre République qui fait actuellement référence dans le Monde. Regardez ce qui se passe en Tunisie, en Egypte voire au Liban ou vient de se dérouler un colloque sur la laïcité. Jamais nous aurions imaginé cela il y a encore 2 ans.

                                                      Toute la jeunesse de ces pays demande l’application de la séparation de la religion et de l’Etat. Il y a effectivement (actuellement) la religion qui a pris le pouvoir grâce à la manipulation des personnes âgées et autres individus non éduqués mais ces révolutions ne sont pas terminées. Elles ont 18 mois. Nous avons mis un siècle pour y arriver.

                                                      Le respect de la laïcité en France est possible pour toutes les religions. Ce sont les politiques qui manipulent actuellement les esprits et qui créent ce sentiment de défiance envers la religion musulmane et un site comme Riposte Laïque (et je le souligne à nouveau, n’en déplaise à @Schweizer.ch) qui fût condamné pour incitation à la haine (voir lien ci-dessous)

                                                      http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/deux-membres-de-riposte-laique-condamnes-pour-provocation-a-la-haine_1097017.html

                                                      Nous regardons avec beaucoup d’attention le comportement du nouveau gouvernement socialiste concernant les décisions futures car ces derniers (en particulier Mitterrand) ont (ces dernières années) trahis la pensée de JAURES. A force de vouloir ménager comme disent certains, la chèvre et le choux, les demandes communautaires essaient de s’imposer. La loi de 1905, rien que la loi. Cette loi n’a pas vieilli et elle est particulièrement d’actualité.

                                                      La laïcité, c’est la liberté de croire ou de ne pas croire.

                                                      Ce n’est pas l’athéisme.

                                                      Et ces croyances n’ont pas à envahir l’espace public dans lequel doit s’exercer la citoyenneté républicaine.

                                                      Quant au voile, pourquoi focaliser notre attention sur ce tissus qui est également porté par les bonnes soeurs. Y aurait il deux poids, deux mesures.

                                                      Toutes les femmes portaient le voile en France au 16 eme Siècle (la religion catholique n’etait pas tendre avec les femmes). C’est Diane de Poitier qui pris l’initiative d’enlever son voile (par provocation) et les autres femmes ont alors suivi.

                                                      Comme quoi, lorsque l’on refuse la soumission ...... Les luttes ne sont jamais vaines.


                                                      • guylain chevrier guylain chevrier 22 juillet 2012 22:15

                                                        On a tendance à réduire la laïcité à la séparation des Eglises et de l’Etat qui en est sans doute le pilier le plus visible, mais en réalité, la laïcité est l’application au lien social du principe d’égalité dont elle est le rempart. D’ailleurs, dans l’article 1er de la Constitution, se croisent la définition de notre République à travers ses attributs : "La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale« ... avec le principe d’égalité  »Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race, ou de religion". Le principe d’égalité porte le bien commun au-dessus des différences, des religions, des sexes, ce que ne supportent pas ceux qui mettent leur croyance au-dessus de la loi commune, des libertés et des droits individuels rendus inaliénables à aucun corps intermédiaire par excellence aux Eglises. Il est un fait qu’un courant croissant parmi les musulmans de France s’affirme en faveur de la remise en cause du principe d’égalité car il s’oppose à une conception de la religion qui entend mettre le coran au-dessus de la Constitution, qui rejette l’égalité entre les musulmans et les autres, entre homme-femme (sourate IV verset 36 et suivants), comme les Frères musulmans n’ont cessé partout pendant les révolutions arabes de le clamer et commencent à vouloir l’imposer maintenant arrivés au pouvoir. C’est-le refus de tout mélange au-delà de la communauté de croyance, qui enferme, auto-exclut, communautarise. Un poison pour nos valeurs collectives et la République fraternelle, celle du mélange, parce qu’elle nous fait être avant tout des égaux en amont des différences identitaires des uns ou des autres, qu’elle protège d’ailleurs d’autant mieux les unes envers les autres : puisque la liberté de conscience et le libre exercice des cultes sont garantis par la loi (article 2 de loi de séparation des Eglises et de l’Etat de décembre 1905). Il est aussi un fait que les autres Eglises catholique ou protestante voient-là un cheval de Troie pour réencadrer par la religion la société. Faire respecter la laïcité dans la Fonction publique est dans ce contexte une cause fondamentale, avec ses services publics qui, si on donnait aux droits communautaires la préférence sur le principe d’égalité, seraient effacés du décor, avec notre modèle social étroitement adossé à ce principe. Ce séminaire était donc tout à fait primordial et une étape dans l’action autour d’un plus vaste enjeu, entre promotion de la laïcité et défense d’un modèle de société au niveau de protection sociale unique qui repose sur le principe constitutionnel d’égalité. La laïcité est résolument le symbole même du combat pour l’émancipation de tous, du peuple, celui du progrès et de la liberté ! Merci Monsieur Chalot !

                                                        Lien avec la publication du HCI-CNAM à laquelle l’article fait référence : http://www.laiq2012.net/HCIGC.html / « Modèle social français et laïcité »


                                                        • Bertrand BARERE Bertrand BARERE 23 juillet 2012 10:12

                                                          Rien à redire !
                                                           smiley


                                                        • Patrick Brousse de Laborde 23 juillet 2012 18:32

                                                          La laïcité est le nouvel opium du peuple on peut le représenter par les petis singes, un se cache les yeux pour ne rien voir, car il n’a pas le droit de voir et surtout de comprendre la vérité, l’autre se bouche les oreilles ne rien entendre qui ne soit pas de l’orthodoxie, il y a celui qui se couvre la bouche car en fait bien moulé et conditionné il préfère taire ses convictions, d’ailleurs il a été éduqué à ne pas avoir de convictions et enfin le dernier, lui se pince le nez tellement la laïcité est frelatée et malodorante dans son sectarisme, c’est la nouvelle hostie de la dernière religion du peuple, un fois qu’il a commun-niais il peut aller se faire voir ou se rhabiller, car il n’est plus rien !!!!
                                                          PAUVRES SINGES prétendus laïques, laïque a pour origine lais, ce qui est vilain, laid et qui est sans religion, c’est à dire le païen !!!!

                                                          Bonne continuité dans votre laïcisme ostentatoire et frénétique, mais très cordialement à votre personne,

                                                          Patrick


                                                          • Bertrand BARERE Bertrand BARERE 24 juillet 2012 09:36

                                                            J’ai une préférence pour les bonobos ..... smiley


                                                          • CHALOT CHALOT 29 juillet 2012 10:54

                                                            Patrick Brousse de Laborde

                                                            Curieuse origine trouvée à laïcité...C’est original mais faux

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès