• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La police et moi

La police et moi

La police et la gendarmerie sont non seulement utiles, mais nécessaires à la population, que ce soit dans leur rôle répressif lorsque les circonstances l’exigent, ou dans leur rôle d’assistance aux personnes en cas de besoin. Nul ne peut sérieusement remettre en cause leur existence, et chacun d’entre nous doit être conscient qu’ils agissent parfois au péril de leur vie. Il y a pourtant des moments où le comportement des flics et des pandores pose question...

Nous avons tous des anecdotes à raconter à ce sujet. Une fois n’est pas coutume, mon propos ne se place pas sur un plan général, mais anecdotique, sous la forme de quatre expériences vécues. Quatre expériences qui montrent que, parfois, ces braves fonctionnaires manquent de discernement, quand ils ne font pas tout pour se faire détester, y compris de ceux qui ne sont hostiles ni à leurs fonctions ni à leur personnes. 

1° Paris, un jour de mai, vers 13 h 30.

En quête d’un sujet de tableau – je suis peintre à mes heures –, j’avais décidé d’aller faire un tour aux Arènes de Lutèce et pris la ligne de métro n° 7 la station Opéra. En sortant du métro à la station Monge, je suis tombé nez à nez avec deux policiers en uniforme qui accompagnaient une femme asiatique d’une cinquantaine d’année. Aussitôt désigné comme coupable d’une agression sexuelle par les cris d’orfraie de cette dame, j’ai été interpellé par les flics alors que deux témoins présents dans la même rame que moi témoignaient que je ne pouvais m’être trouvé sur les lieux. Je ne sais si le fait que l’un d’entre eux était un Espagnol parlant mal français et l’autre un Maghrébin a joué, mais sourd à ma demande, le chef du binôme – un vieux flic manifestement aigri – a refusé net à son coéquipier (un adjoint de sécurité) de noter les coordonnées de ces deux témoins, ce que le jeune flic a quand même fait de sa propre initiative.

Quelques minutes plus tard, et après que cette affaire ait mobilisé un fourgon, deux voitures de patrouille et au total huit flics (véridique !), j’ai été emmené menotté dans les locaux du commissariat d’arrondissement. Par chance, je n’ai même pas eu à me justifier devant un officier de police car l’audition de la prétendue « victime » s’est révélée totalement incohérente et a tourné à la confusion de la plaignante : après avoir affirmé que je venais de l’agresser, cette femme situait l’agression quelques jours plus tôt alors que nous étions, mon épouse et moi, tranquillement installés dans notre maison du Finistère. Finalement, il est très vite apparu à l’OPJ que cette femme était une mythomane névrosée. Après avoir été libéré des menottes, j’ai pu partir libre, sans être entendu par quiconque, mais sans avoir eu droit au moindre mot d’excuses, pas même du vieux flic en uniforme présent dans le hall d’accueil au moment de ma sortie.

2° Le Kremlin-Bicêtre, un soir de décembre, vers 19 h 30.

Ce jour-là, ma belle-sœur, âgée de 75 ans, s’est fait arracher son sac (en chutant de surcroît lourdement au sol) par un voyou alors qu’elle marchait dans une ruelle déserte du Kremlin-Bicêtre près de laquelle nous habitions alors, mon épouse et moi, pour quelques mois. Après l’avoir réconfortée, nous l’avons accompagnée au commissariat de Gentilly pour déposer une plainte. Ma belle-sœur a fourni aux policiers un signalement très précis du voleur, en décrivant son blouson, et surtout sa casquette rouge très identifiable.

Le lendemain, retourné aux abords du métro Kremlin-Bicêtre, j’ai très vite repéré l’individu en question avenue de Fontainebleau : blouson sur le dos et casquette rouge sur la tête, il suivait une jeune femme sur le trottoir ; puis il a plongé derrière elle dans le métro qui comporte à cet endroit deux accès, un de chaque côté de l’avenue, une configuration évidemment très pratique pour un voleur à l’arrachée. Manque de chance pour l’individu, des voyageurs venaient à ce moment-là de descendre d’une rame et il n’a pu intervenir. Le voleur a donc repris son affût sur l’avenue à proximité de l’une des entrées du métro en épiant les femmes seules. Soudain, il est rapidement parti à pieds en direction de Paris (peut-être m’avait-il repéré) ; je l’ai aussitôt suivi à distance, bien déterminé à savoir où il allait afin de pouvoir l’identifier.

C’est alors qu’est arrivée sur l’avenue une voiture de police. Après l’avoir fait stopper, j’ai raconté en quelques mots l’histoire aux flics. En pure perte : ils n’étaient pas concernés, au motif qu’ils faisaient partie, m’ont-ils dit, de la Brigade de l’autoroute. OK, pas d’interpellation possible, mais dans ce cas, sans doute leur était possible de se porter à la hauteur du type pour relever son identité en vue d’une convocation par les collègues de Gentilly. Refus net : en résumé, ces flics-là avaient autre chose à faire que d’interpeller un agresseur de vieille dame, fut-ce pour un simple relevé d’identité en vue de transmission aux collègues concernés !

3° Paris, station Châtelet, en milieu d’après-midi.

Un officier de gendarmerie et deux bidasses porteurs de Famas circulaient sur les quais du RER B dans la cadre du Plan Vigipirate. Sur un banc, un jeune Maghrébin jouait doucement du oud pour lui-même en attendant son train. Il ne quêtait pas, et son luth ne gênait strictement personne. C’est alors que le gendarme s’en est pris à ce gars – un étudiant tunisien – avec une virulence et une mauvaise foi évidente. L’étudiant s’est arrêté de jouer, mais l’officier avait manifestement décidé de l’emmerder au motif que « le règlement interdit l’usage d’instruments sonores dans l’enceinte du métro et du RER ». Ce qui était parfaitement exact si l’on se référait à l’antédiluvien règlement de police des Chemins de fer non abrogé, mais d’autant moins applicable que la RATP elle-même multipliait depuis belle lurette les animations bruyantes et les écrans de télévision sur les quais, en violation de ce règlement.

Voyant la tournure des évènements, je suis alors intervenu, fermement mais courtoisement, pour défendre le Tunisien, avec le soutien d’autres voyageurs. J’ai notamment rappelé à ce gendarme qu’en termes de mission, Vigipirate avait pour vocation de faire de la prévention anti-terroriste et non de la police des chemins de fer dès lors qu’il n’y avait ni agression, ni trouble manifeste à l’ordre public, ni danger immédiat pour quiconque. Moyennant quoi, j’ai été sommé de présenter mes papiers et d’indiquer pour quel motif je me trouvais là, ce que j’ai fait sans difficulté. Après quoi le trio s’est éloigné. Quant au Tunisien, il a pu tranquillement monter dans son train pour rentrer à la Cité Universitaire.

Quelques jours plus tard, mon patron recevait une lettre de protestation de la Préfecture de Police de Paris lui demandant une sanction à mon égard. Il ne s’est évidemment rien passé.

4° Barenton (Manche), un après-midi de juin.

Au terme d’un court séjour à Saint-Malo, nous avions décidé, mon épouse et moi, de rentrer vers Paris en suivant la route buissonnière par les monts de l’Orne. Parvenus à l’entrée d’un village proche de Barenton, nous sommes tombés sur un contrôle de gendarmerie établi de manière très visible en bas d’une descente, un contrôle que nous n’avions évidemment aucune raison d’esquiver. Manque de chance, nous avions perdu la plaque d’immatriculation avant de notre voiture, probablement tombée lors d’un arrêt sur le bas-côté herbu de la route, à quelques dizaines de kilomètres de là. Or, il se trouve que notre voiture avait été confiée une semaine plus tôt à notre garage habituel, pour remplacer les plaques d’immatriculation. Un travail qui n’avait pas été réalisé correctement, l’une des plaques ayant manifestement été très mal rivée. Par chance, la facture qui démontrait notre bonne foi était restée dans la boîte à gants. Les gendarmes n’ont pourtant rien voulu savoir et, malgré l’évidence de la faute du garage, nous ont dressé un procès-verbal pour défaut de plaque.

Conclusion

Quatre expériences : quatre comportements inacceptables ! En encore, je ne détaille pas la traumatisante expérience vécue par mon beau-frère dont la porte d’appartement a été défoncée par le GIGN, et lui-même jeté au sol et copieusement injurié alors qu’il était mis en joue par les hommes cagoulés. Une « erreur », ont simplement reconnu ces robocops après quelques minutes d’extrême tension. Et là encore, pas le moindre mot d’excuses !

Tout cela pour souligner que la police et la gendarmerie sont, comme tous les corps de métier, exposées à des comportements aberrants ou à des consignes imbéciles. Gendarmerie et police ont pourtant le plus grand besoin de reconnaissance de la population pour exercer leurs fonctions dans les meilleures conditions possibles. Elles ne s’en donnent pourtant pas toujours les moyens, le plus souvent par laxisme d’une hiérarchie plus souvent obnubilée par la « politique du chiffre » que par la qualité du service. Dommage, car lorsque c’est le cas, tout le monde est perdant : la population et les fonctionnaires irréprochables, victimes de collègues qui ne connaissent pas le sens du mot « exemplarité » !


Moyenne des avis sur cet article :  4.12/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

197 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 14 décembre 2011 10:16

    « La question n’est pas de savoir pourquoi il y a des gens qui jettent des pierres sur la police, mais de savoir pourquoi il y en a si peu ».......W. REICH (1897-1957)

    Comme quoi les rapports difficiles de la police avec la population ne date pas d’aujourd’hui, voir ce petit article :

    http://2ccr.unblog.fr/2010/10/26/police-personne-ne-bouge/



    • Fergus Fergus 14 décembre 2011 10:42

      Bonjour, Robert Gil.

      Les rapports entre la police et la population ont effectivement toujours posé des problèmes ici et là, et c’est d’autant plus regrettable qu’il ne peut y avoir de bonne police qu’avec le soutien de la population. A cet égard, le recrutement est important, et je crois savoir que la police, à l’image des équipes de sécurité de la SNCF et de la RATP, est beaucoup plus exigeante désormais sur le profil psychologique des postulants et leur rapport aux composantes de la population. Mais il reste encore de nombreux progrès à effectuer, et cela dépend essentiellement de la hiérarchie.


    • Robert GIL ROBERT GIL 14 décembre 2011 10:54

      fergus,
      j’ai un copain qui me dit souvent : « je veux une police qui me protege, pas une police qui me fasse peur »


    • Gabriel Gabriel 14 décembre 2011 10:56

      Bonjour Fergus,

      Quand la police est au service d’un pouvoir corrompu et non au service de la population, des lois et des libertés, il ne faut pas qu’elle s’attende à recevoir des fleurs.


      • Gabriel Gabriel 14 décembre 2011 10:59

        Et pour citer Coluche :« Les gardiens de la paix au lieu de nous l’a garder, ils feraient mieux de nous la foutre ! »


      • armand armand 14 décembre 2011 11:04

        D’autres conneries de la même veine... servies, on s’en souvient, par un si grand philosophe ?


      • Fergus Fergus 14 décembre 2011 11:05

        Bonjour, Gabriel.

        C’est vrai pour un certain nombre d’affaires, ou dans le traitement réservé à des groupes de population ciblés par le pouvoir de manière scandaleuse (ex : les actions anti-gitans de l’été 2010 pour brosser les électeurs du FN dans le sens du poil). Mais au delà de ces dérives voulues par le pouvoir politique ou soutenues par lui, il y a également le quotidien, et c’est sur lui que j’ai voulu ici pointer le doigt. Comment, dès lors que les situations ordinaires engendrent des aberrations de comportement dont chacun de nous peut être victime, faire une totale confiance à la police ou à la gendarmerie ?


      • armand armand 14 décembre 2011 11:00

        Il serait plus important de rappeler que des quartiers entiers sont livrés à des bandes équipées d’armes de guerre, et que la police, dans ces cas-là, est entravée par des consignes stupides, des magistrats qui mettent des bâtons dans les roues, des avocats prompts à faire libérer leurs gentils malfrats à coups de vice de forme.
        Mais peut-être n’est-ce plus une affaire de police, mais de l’Armée...


        • Fergus Fergus 14 décembre 2011 11:16

          Bonjour, Armand.

          Vous avez raison, mais il s’agit là d’un problème particulièrement épineux qui dépasse très largement les rapports habituels de la population française avec la police et la gendarmerie. Un problème extrêmement ardu à résoudre, tant le terrain a été abandonné par les pouvoirs politiques successifs aux petits trafics, au motif (non avoué) qu’il fallait faire la part du feu face à l’augmentation du chômage en fermant les yeux sur le développement d’une économie parallèle. On voit aujourd’hui le résultat de cette irresponsable politique de Gribouille. Sans doute faudra-t-il, pour remettre de l’ordre dans cette dangereuse pétaudière, y mettre les moyens, tant répressifs que préventifs et sociaux, et de surcroît faire preuve d’une volonté politique particulièrement ferme, sans rapport avec les rodomontades actuelles, aux seules finalités de propagande.


        • armand armand 14 décembre 2011 11:22

          Surtout qu’il y a toujours eu une fronde style « mort aux vaches » dans la tradition française. C’est l’origine des bons mots de Brassens et même de Coluche. Et c’est vrai que le policier français traditionnel n’a pas la politesse de Barnaby. J’aurais autant d’histoires à ce sujet que vous, allant de la simple grossièreté à l’abus de pouvoir.

          Aussi ne pas oublier que la police en France a pour principale mission... la défense de l’Etat avant même celle des particuliers. Même si bien des policiers ne se reconnaissent pas dans cette caricature.

          Personnellement je me soucie davantage de la démultiplication vertigineuse du nombre de vigiles de toutes sortes - souvent à l’agressivité à fleur de peau...


        • Fergus Fergus 14 décembre 2011 11:36

          @ Armand.

          La multiplication des vigiles et des comités d’auto-défense, parfois aux allures de milices, ne tardera pas à devenir un véritable problème pour notre société. A cet égard, il est urgent que les forces de police et de gendarmerie réinvestissent le terrain de la protection des personnes et des biens, au lieu de perdre du temps en activités improductives comme, par exemple, la mise à disposition d’effectifs disproportionnés au service des déplacements officiels.


        • révolQé révolté 14 décembre 2011 15:15

          Armand,
          que dire alors des dizaines d’affaires où sont mélés les noms de ministres en activité,le nom du nabot sarkonaSSi 1er,des directeurs et chef de brigades de police....etc....

          Il n’y a pas un truand pire qu’un politique,quant aux militaires ils n’ont pas à intervenir contre la population civil,faut voir à ne pas tout mélanger,même pour un fascho aigris et flippé comme vous.


        • Richard Schneider Richard Schneider 14 décembre 2011 17:05

          @ Fergus :

          Le pb. des milices privées risque de devenir une vraie plaie : le pouvoir abandonne des pans entiers du territoire de la République à des « bandes » plus ou moins contrôlées et contrôlables. D’où l’émergence de milices - et pourquoi pas de gardes civiles composées de tout un chacun n’ayant aucune notion de l’ordre républicain.

        • armand armand 14 décembre 2011 18:51

          Quand des « civils » s’arment de Kalachnikovs, ce n’est plus du ressort de la police. Et les méfaits des banksters et de leurs affidés politiques n’excusent pas les déprédations des bandes ethniques. QUant à vos injures, vous savez ce que vous pouvez en faire.


        • Fergus Fergus 14 décembre 2011 19:40

          Bonjour, Richard.

          Il y a là un réel danger de dérive à l’américaine. Et ce problème devra être abordé dès les premiers mois du prochain mandat présidentiel. D’oùla nécessité d’un ministre de l’Intérieur fort et pas seulement d’un clown comme Guéant, uniquement poisitionné sur le créneau de la propagande en direction du FN.

          Une chose est sûre : la pouvoir sarkozyste a gravement failli en matière de sécurité, et ce n’est pas sur lui qu’il faudra compter pour sortir de l’ornière.


        • simir simir 14 décembre 2011 19:55

          @ armand

          Les vices de forme s’il y en a c’est qu’ils ne conaissent pas la procédure ce qui est grave pour un représentant de l’ordre.
          J’ai moi même été relaxé pour grand excès de vitesse pour ces motifs. Ils m’avaient pris mon permis sur le champ et j’ai fait l’objet d’une enquête préliminaire Ils ont oublié que dans ce cas le code de procédure pénale impose d’en aviser le procureur général. De même concernant le radar « vérifié par laboratoire d’essai à Paris » L’avocat a eu beau jeu de dire qu’il en existait de nombreux mais comme on ne sait pas lequel c’est on ne peut dire s’il est homologué.
          Ne vous en déplaise c’est ainsi dans un état de droit.

        • armand armand 14 décembre 2011 20:24

          simir,

          Si vous aviez été relaxé pour vice de forme après avoir braqué un supermarché ou poignardé un voisin, je trouverais ça honteux. Il arrive un moment où le respect d’une procédure tatillonne à l’extrême fait courir des risques à la société. Votre excès de vitesse, de toute évidence, n’était pas du même ordre de gravité.


        • Fergus Fergus 14 décembre 2011 23:24

          Bonsoir, Simir.

          Sauf erreur de ma part, seul un procureur ou l’un de ses substituts est en effet habilité à retirer le permis de conduire. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’un de ces magistrats est toujours présent lorsqu’est montée uen vaste opération de contrôle routier.


        • simir simir 15 décembre 2011 08:27

          Bonjour Fergus

          Les gebdarmes effectuent ce que l’on appelle une rétention du permis de conduire qui est de 72 heures maximume. Dans cet interval le préfet peut porter cette suspension administrative jusqu’a 6 mois.

        • simir simir 15 décembre 2011 08:37

          @ Armand

          Pas d’accord avec vous. S’il y a une procédure elle doit s’appliquer pour tous braqueur ou non. Ce sont des garde fous afin d’éviter toutes sortes de dérives telles par exemple les actes commis par le procureur Nachbar et les flics du SRPJ de Reims quand ils ont frappé Monique Olivier pendand son interrogatoire. Cela a été confirmé par des polciers belge qui ont assisté à a scène.

        • Fergus Fergus 15 décembre 2011 09:41

          Bonjour, Simir.

          Merci pour les précisions sur la rétention du permis.

          D’accord avec vous : la procédure doit s’appliquer à tous de la même manière. A charge pour les acteurs du système judiciaire, qu’ils soient policiers ou magistrats, de suivre cette procédure à la lettre pour éviter tout risque d’annulation.

          Je pense néanmoins qu’il existe des abus en matière d’annulation pour cause de faute de procédure. Dans les cas graves, il devrait être du ressort d’une commission d’invalider les procédures lorsque la faute est vénielle (exemple : manque d’une signature de greffier sur une pièce du dossier) et ne remet pas en cause le fond de l’affaire.


        • Radix Radix 14 décembre 2011 11:08

          Bonjour Fergus

          Le comportement de certains policiers est en grande partie du a un sentiment d’impunité largement conforté par l’absence de sanction dissuasives en cas de faute.

          Ils souffrent du « complexe du poinçonneur » qui veut que toute personne dotée d’un minimum de pouvoir sur les autres finit par en abuser et si en plus il a l’impression d’être soutenu par sa hiérarchie...

          Radix


          • Fergus Fergus 14 décembre 2011 11:19

            Bonjour, Radix.

            Vous avez entièrement raison. A noter qu’à titre personnel je nomme « syndrome de l’adjudant-chef » (souvenir de mon service militaire) ce que vous appelez « complexe du poinçonneur », mais l’esprit est le même !


          • Daniel Roux Daniel Roux 14 décembre 2011 18:01

            @ Radix

            Comme le dit Fergus, c’est au service militaire que le jeune faisait connaissance avec l’autoritarisme borné.

            Un type sympa recevait un galon, il devenait imbuvable.

            La solution serait bien évidemment de former le futur galonné à l’exercice du pouvoir, à ses limites légales, à ses droits et à ses devoirs. Encore faudrait il que ceux qui décident ait acquis ces bases. Et puis cela prend du temps et nuit au rendement.

            Sarko comme ceux qui l’ont précédé, n’attendent pas.


          • Radix Radix 14 décembre 2011 21:56

            Bonsoir Daniel

            Vous avez raison, mais l’armée est maintenant une vieille histoire pour la majorité des jeunes.

            L’armée n’intervenait que sur la moitié de la population, les hommes, parmi eux sur les plus jeunes, a-priori les moins armés pour résister et dans un temps limité.

            La police intervient sur toute la population sans limite de temps et avec des pouvoirs discrétionnaires : voila le malaise !

            Ce que l’on tolérait d’un adjudant-chef abruti (pléonasme ?) car son pouvoir avait une fin, n’est pas tolérable par le même individu qui a changé d’uniforme car son pouvoir n’a lui pas de fin !

            Radix


          • Fergus Fergus 14 décembre 2011 23:26

            Bonsoir, Radix.

            Qui plus est, ce qui était supportable à 20 ans l’est beaucoup moins à 50 ou 60 ans.


          • King Al Batar King Al Batar 14 décembre 2011 11:35

            Bonjour Fergus et merci pour votre artcile.
            Effectivement, je suis en de nombreux point d’accord avec vous. Ayant grandi dans un milieu plus qu’urbain... mais sauvage à la fois, le 93, j’ai ensuite déménagé sur Paris, et je vous avoue que j’ai plethore d’anecdotes toutes aussi surprenantes les unes que les autres, venant de la part des petits bonhommes bleus qui ont, semble t il conjointement avec leur direction, décidé d’appliquer au pied de la lettre leur (parfois) stupides instructions, sans reflechir et n’en on rien a foutre d’être considéré comme des sales cons (qu’ils sont en grande partie, du moins pour les plus bas gradés et moins instruits).

            Je passerai rapidement sur la pire de mes anecdotes personnelles où, me retrouvant en train de séparer un individus que je connaissais qui allais se faire agresser par les mecs de la sécurité d’un hippopotamus, je me suis retrouvé au coeur de la bagarre a devoir defendre un type seul contre 6 mecs, et me faire peter les deux poignets. J’ai bien sur proteger mon visage avec... Au final, comme Hipopotamus a appelé la Police en premier, je me suis retrouvé au poste pour le délit de « Violence Volontaire en Réunion », avec deux poignets pétés... évidemment accompagné avec des menotes (vous pouvez imaginer la douleur). Interpellé à 4h00 du matin un samedi, je suis sorti de Garde a Vue le lundi à 14h00, car la procureur ne travaillait pas le dimanche, et ne suis allé à l’hopital que le Dimanche pour me faire soigner...
            Au final après un procès ou j’ai du payer un avocat, j’ai été relaxé au bénéfice du doute, car les plaignants Hipopotamus (c’est gros ENCULE) ne se sont même pas présentés... C’est sur que deux mecs contre 6 plus baleze, même en étant licensié de boxe, ca passe moyen pour des violences en reunion... Mais peut être que les flics ne savaient pas compter...

            Alors moi les policiers, je les Policiers je les observe. Par exemple, en bas de chez moi, il y a des mecs qui s’installe avec leur petits stands, et qui vendent fruits et légumes dans l’illégalité. C’est certains que pour les primeurs, Carrefour et autre épicier, c’est de la conurrence déloyale j’en conviens, puisque rien n’est déclaré et que forcement les prix sont moins chers. Mais bon, en voyant bien le type on voit bien que c’est un père de famille qui fait ca pour nourrir sa famille. Ce monsieur est contamment, voir quotidiennemet emmerdé par les flics, qui poup une fois font bien leur boulot. A 5 forcément les Starsky en bleus, ils se la pètent... Le problème c’est qu’à moins de 100 metres des pauvres cageots de fruits et légumes, ben y a 8 dealers qui squattent un hall d’immeubles pour vendre shit et autre substance psychotropes nettement plus illégale que des fruits et légumes... Ben ces mecs là, qui au passage sont des mineurs en plus, ne se font jamais emmerder. On laisse faire. On laisse grossir le gamin, les policiers préférant certainement la grosse prise, et au final quand l’un des gosses tombera, il prendra très cher, parce que pendant 2 ans on lui a laissé croire qu’il resterait impuni, donc il a prit de l’ampleur...

            Et encore la ce n’est rien. Le problème des connards de flics (je précise connards parce qu’il en existe des intelligents, malheurseument je n’ai pas eu la possibilité de m’entretenir avec eux), c’est qu’ils se torchent le cul tous les jours avec la présomption d’innoncence... A partir du moment ou on est soupconné, on est coupable, et quand on est coupable selon eux, il vaut mieux fermer sa gueule. Forcément un sombre con, qui n’a même pas son bac, ne peut pas comprendre le concept d’un argument (son cerveau n’est pas formater pour cela) et discuter avec un con sous diplomé, mais conféré d’un pouvoir (celui d’ordonner à quiconque de fermer sa gueule) est un exploit qui se terminera toujours par un sage silence de la part des citoyens, en constatant le mur de connerie auquel nous sommes confrontés.

            Je crois qu’en France, c’est culturel d’avoir des flics cons comme des manches... Regardez Guignol !

            Peut être est ce du au faible niveau scolaire au moment du recrutement, ou a un manque de cours de psychologie, d’empathie, de savoir vivre, etc... Mais l’application d’un pouvoir tel que celui de faire respecter l’ordre, ne doit pas être laisser au mains de mec con, sous diplomé, et armé d’un 9mm... Si en plus le mec est un peu raciste, ca aggrémente le tout, mais ca ce n’est pas un généralité.


            • Fergus Fergus 14 décembre 2011 12:00

              Bonjour, King.

              Merci pour ces témoignages édifiants. Pour ce qui est des modestes et inoffensifs vendeurs à la sauvette emmerdés par les flics alors que ces mêmes flics laissent un peu plus loin les vendeurs de shit prospérer, je confirme pour en avoir été à plusieurs reprises témoin aux Halles et à Belleville.


            • foufouille foufouille 14 décembre 2011 12:39

              "On laisse faire. On laisse grossir le gamin, les policiers préférant certainement la grosse prise, et au final quand l’un des gosses tombera, il prendra très cher, parce que pendant 2 ans on lui a laissé croire qu’il resterait impuni, donc il a prit de l’ampleur..."
              vrai dans des tas d’affaires


            • Fergus Fergus 14 décembre 2011 12:48

              Bonjour, Foufouille.

              Possible. Mais quand on voit, comme cela s’est produit il y a quelques années, des dealers descendre tranquillement sur les voies du RER à la station Les Halles pour récupérer leurs doses planquées entre les câbles situés sur les piédroits des quais, cela relève clairement du comportement anormal, voire du trouble à l’ordre public. Et pourtant cela a continué pendant des mois, au vu et au su des voyageurs présents...


            • foufouille foufouille 14 décembre 2011 14:37

              autre ex
              le gang des chateaux
              gang des scooters au feu rouge


            • armand armand 14 décembre 2011 20:27

              King,

              Si j’analyse les cas de figure que vous relatez, la police est inutilement bête et procédurière pour des prunes mais laisse faire de vrais délinquants.
              Tout à fait d’accord. Le problème c’est qu’avec les vrais délinquants, compte tenu de l’atmosphère actuelle, il y aurait coups de feu et sur ce point la police est entravée. Si elle pouvait faire le ménage dans certains quartiers sans qu’on leur mette des batons dans les roues, elle le ferait.


            • Fergus Fergus 14 décembre 2011 23:30

              @ Armand.

              On ne règlera pas le problème des quartiers difficiles uniquement pas une répression musclée ; mais par un ensemble de mesures, certes répressives, mais aussi préventives, éducatives et économiques. Et cela prendra des années. C’est pourquoi la méthode coup de poing occasionnel de Sarkozy est totalement vouée à l’échec comme il l’a démontré depuis son arrivée place Beauvau.


            • King Al Batar King Al Batar 14 décembre 2011 23:31

              Bonjour Armand,
              Le probleme aussi est que les flic sont comme n’importe quel travailleur, il veut se distinguer pour progresser.
              Je vous parle de ce que j’ai constater. Combien de fois n’ont il pas embarquer des gosses de 16 ans pris en flagrant délit pour les « laisser grossir » et mieux les faire tomber à 20, après 4 pîges de délinquance, de réseaux, et d’entrainement au maniement d’armes (en cave).
              Forcément si on arrete que les gros, on se retrouve confronté a du méchant. Mais les petits, ceux qui rentrent dans le milieu, on les laisse toujours faire.
              Celui qui n’est jamais tombé a toujours cette naiveté qui lui fait croire qu’il ne tombera jamais et qu’il saura s’arreter à temps. C’est quasiement jamais le cas. Alors plus tot que de l’arreter trop tard, quand ca feraille, faudrait s’en occuper avant.
              San Antonio (le plus grand des flics après Berurier) a dit que differer une emmerde c’est le meilleur moyen de lui laisser le temps de croitre.
              Ne pas arreter un gosse qui tombe dans la délinquance quand on le peut (et ils le peuvent) c’est exactement la meme chose.


            • liberal 14 décembre 2011 11:38

              bonjour Fergus

              à partir du moment où une caste d’individus ont du pouvoir, il y a des abus, c’est inévitable

              il ne devrait y avoir de pouvoir qui ne soit contrôlé strictement

              récemment à Anduze lors d’une manifestation, un membre de la hiérarchie de la gendarmerie a intoxiqué avec une bombe des manifestants pacifistes, la séquence a été filmée

              dans un Etat de droit, ce type d’individu serait viré, il n’en a rien été

              la solution, c’est un contre-pouvoir citoyen dénonçant les abus de l’Etat

              comme dit un autre commentaire, la fonction initiale des forces de l’ordre c’est la répression d’Etat, non la protection des citoyens, il en est de même de la justice

              avez-vous remarqué comme les media officiels ont passé sous silence la condamnation symbolique de la préfète voleuse ?

              justice de classe, un juge d’instruction soi disant indépendant, qui, espérant avoir de l’avancement, suit les réquisitions minimalistes du procureur

              il y a aussi le cas, filmé dans un reportage Envoyé Spécial, de citoyens victimes d’arnaques sur internet, très mal reçus par la police (ou la gendarmerie), comme si’ls étaient coupables, afin de dissuader de porter plainte, et d’améliorer les statistiques

              est-ce mieux dans d’autres pays ?

              j’en doute

              exemple : un Australien visitant la France, un Français visitant l’Australie, dans un cas aucun souci à la frontière, dans l’autre, risque de tomber sur des agents tatillons et mal élevés ayant la paranoïa de l’invasion de la grande île ...


              • Fergus Fergus 14 décembre 2011 12:58

                Bonjour, Libéral.

                L’un des grands problèmes de la police en termes d’image tient précisément au manque de sanctions à l’égard des coupables de fautes professionnelles. Une anomalie en partie liée, à mon avis, au trop grand pouvoir des syndicats de policiers, toujours prompts à monter au créneau pour défendre l’un des leurs, non par conviction qu’il y a lieu de défendre des individus fautifs, mais pour envoyer un signal à tous les autres : « venez chez nous, et quoi qu’il arrive nous vous défendrons ! ».

                Je ne suis pas au courant de cette histoire de préfète voleuse, mais il ne m’étonne pas que cela ait été passé sous silence, la hiérarchie de l’information étant beaucoup trop dépendante des ordres venus d’en haut ; ou, ce qui est presque pire, de la soumission de médias qui s’auto-censurent pour ne pas irriter le pouvoir.

                Qu’il y ait des comportements policiers choquant un peu partout, c’est probable. Pour autant, je pense qu’il vaut mieux avoir affaire à des flics scandinaves qu’à des flics américains ou chinois.


              • Fergus Fergus 14 décembre 2011 14:20

                Bonjour, Sabine.

                Le fonctionnement de syndicats en général, et des syndicats policiers en particulier a besoin d’être totalement remis à plat, sans nuire à l’exercice du droit de défense des salariés, mais dans une plus grande transparence. Et pour ce qui concerne la police, il est aberrant que, depuis quelques années, l’on n’entende plus dans les médias que les caciques syndicaux, ce qui ne manque pas d’accréditer li’dée qu’ils font la pluie et le beau temps. Cela devient insupportable !


              • gruni gruni 14 décembre 2011 11:52


                Bonjour Fergus

                La vie à Paris d’après votre témoignage est vraiment trépidante, ne seriez-vous pas victime du délit de faciès smiley
                Concernant la politique du chiffre j’ai surtout le souvenir de contraventions quelquefois mérités d’ailleurs.
                Sauf le jour assez lointain où j’ai été pris par un radar et verbalisé pour excès de vitesse alors que la voiture qui me dépassait ne l’a pas été.
                Enfin les policiers et gendarmes sont des êtres humains souvent stressés et sous pression, il suffit de voir le nombre de suicides dans ces métiers. Ce qui n’excuse pas le manque de discernement parfois.


                • Fergus Fergus 14 décembre 2011 13:01

                  Bonjour, Gruni.

                  Je ne disconviens pas de la difficulté du métier de flic, et en règle générale, j’ai plutôt tendance à les défendre tant leurs conditions de travail sont éprouvantes et ingrates. Pour autant, on ne peut nier qu’il existe des dérives, et elles doivent être pointées du doigt, non pour stigmatisr un corps de métier, mais pour qu’il s’amende dans la mesure du possible.


                • Fergus Fergus 14 décembre 2011 13:05

                  Bonjour, De la hauteur.

                  Vous avez raison : la culture du chiffre est une aberration car elle crée une pression sur les policiers et les oblige trop souvent à privilégier le superflu par rapport à l’essentiel, ainsi qu’à négliger les aspects humains de leur activité, au risque d’enfreindre parfois les droits les plus élémentaires.


                • oncle archibald 14 décembre 2011 12:28

                  Fergus : « qui veut tuer son chien l’accuse d’avoir la rage » ça vous dit quelque chose ? Je ne supporte pas qu’on s’en prenne aux flics qui font ce qu’ils peuvent bien qu’en sous effectif notoire vu l’ampleur des taches et la violence au quotidien qui sont de règle ordinaire à ce jour. 

                  Vous participez à l’ambiance délétère de toute notre société en occultant le bien au profit du mal. Oui il y a des comportements qui méritent d’être revus, chez les flics comme ailleurs mais pas plus qu’ailleurs ! Vous pensez quoi du garagiste qui n’a pas été foutu de fixer correctement une plaque d’immatriculation. Vous lui avez consacré un article ? Tandis que le flic, ce pelé, ce galeux, d’où venait tout le mal ..

                  Vous participez à la montée des extrémismes en ne reconnaissant pas aux forces de l’ordre leurs mérites, qui sont immenses. Ras le bol de cet état d’esprit des « jairaison » de la « bienpensance » de gôôôôche, ras le bol des leçons de ces mecs qui seraient les premiers à crier maman bobo (bobo c’est le mot qui convient, je ne l’avais pas fait exprès), si les flics ne faisaient pas leur boulot.

                  • foufouille foufouille 14 décembre 2011 12:41

                    quel merite ?


                  • Redj Redj 14 décembre 2011 12:50

                    Le garagiste on peut en changer. Le flic non.


                    Les flics n’ont besoin de personne pour se décrédibiliser, ils le font tout seul. Ce n’est pas pour rien que la majorité des citoyens ont une mauvaise image de la police. Jamais là quand on a besoin d’eux, mais toujours là pour faire chier pou un oui pour un non. Plus facile d’être 3 pour arrêter un minot en scooter que de coffrer un délinquant, et surtout moins risqué. 

                    Et la bienpensance de gauche vaut bien votre bien pensance d’extrême droite, qui pousse à obéir sans réfléchir. Vous auriez dû être policier ou militaire.

                  • King Al Batar King Al Batar 14 décembre 2011 12:59

                    Quand le garagiste vous ordonne de fermer votre gueule vous n’êtes pas obligé de lui obeir.
                    Vous pouvez eventuellement négocier avec un garagiste.
                    Avec les flics ce n’est pas possible.
                    Mon gagragiste n’a pas un 9 mm a la ceinture.


                  • Fergus Fergus 14 décembre 2011 13:12

                    Bonjour, Oncle Archibald.

                    Je ne cherche pas à stigmatiser une profession, et cela d’auatnt moins que, comme je l’ai indiqué dans l’article, elle est absolument nécessaire à la société. A cet égard, nous devons soutenir ce service public lorsqu’il agit conformément à ses missions. Pour autant, vous ne pouvez nier qu’il existe des dérives, tantôt bénignes et tantôt graves. Or ces dérives, loin de disparaître, perdurent dans la société. Les flics réclament le respect pour eux-mêmes et leurs fonctions, et ils ont raison. Mais encore faut-il qu’ils éliminent de leurs rangs les individus qui entâchent leur action. Comme l’a écrit Redj, on peut changer de garagiste, pas de policier. Il appartient donc à ce corps d’état d’être le plus exemplaire possible. Je n’ai rien dit d’autre !


                  • révolQé révolté 14 décembre 2011 15:24

                    « Qui veut tuer un chien »...

                    Entièrement d’acord avec ce titre,
                    les flics sont des chiens aux ordres et services de hyènes... !!!


                  • oncle archibald 14 décembre 2011 18:08

                    Fergus vous ne réagissez pas au message de « révolté » ? « Je partage et j’apprécie » comme écrit souvent Olivier Cabanel ?

                    Moi ce qui me révolte c’est que lorsque les flics se sont bien crevés le fion a choper un malfrat et qu’il l’amènent au Tribunal, le gars en ressort en même temps qu’eux tellement le Juge a eu vite fait de le confesser et de lui donner l’absolution, que là sur le trottoir le plus tranquillement du monde il explique à l’OPJ qui l’avait cravaté qu’il sait ou il habite, qu’il connait sa femme, qu’il sait à quelle école vont ses filles et qu’il réfléchisse bien avant de le faire chier une nouvelle fois juste parce qu’il a piqué une bagnole, non mais ! 

                    Il y a bien longtemps que j’ai choisi mon camp et je ne suis pas prêt d’en changer. Si les flics étaient moins maltraités et moins insultés, peut être se comporteraient-ils de façon moins agressive eux aussi. Le pire de tout étant les gens que l’on croise sur ce fil bien au chaud dans leurs pantoufles et installés devant leur clavier avec une bibine, qui « cassent du poulet » à peu de frais pour se donner de l’importance, mais qui vont aller crier maman bobo en se plaignant de l’inefficacité de la police si un gosse mal élevé leur pique 50 euros dans leur porte monnaie. 

                  • oncle archibald 14 décembre 2011 19:36

                    @ redj : « Ce n’est pas pour rien que la majorité des citoyens ont une mauvaise image de la police. »

                    Dans tes reves de gocho peut être mais suivant un sondage récent les français ont une plutôt bonne opinion de l’ensemble de la fonction publique et parmi les fonctionnaires, les flics sont ceux qui sont le plus appréciés et les enseignants le moins .. Exactement le contraire que les conneries véhiculées par les « jairaison » de la « bienpensance » de göôôche ...

                    Méfiez vous de ces pauvres cons du bas peuple, qui bêtement préferent les flics aux malfrats. Ils vont vous surprendre aux prochaines échéances électorales n’en déplaise à Fergus ... Ils en ont marre que quelques « bobos » déconnectés des réalités quotidiennes leur disent ce qu’il y a lieu de penser ...

                  • Fergus Fergus 14 décembre 2011 19:48

                    @ Oncle Archibald.

                    En réalité, il y a beaucoup de fantasmes de tous les côtés, et il faut se garder de toute position manichéenne.

                    Ainsi lorsque vous écrivez que les malfrats ressortent du tribunal en même temps que les flics, c’est faux dans la plupart des cas. Les délinquants sont même parfois très lourdement condamnés en comparution directe sans avoir pu préparer la moindre défense. Je vous invite à suivre des procès de correctionnelle, et vous aurez peut-être une vision différente de la justice. Quant aux « gauchos » angéliques, il n’en reste plus beaucoup.


                  • armand armand 14 décembre 2011 20:30

                    Lourdement condamnés... et vite libérés.


                  • Talion Talion 14 décembre 2011 21:06

                    "Moi ce qui me révolte c’est que lorsque les flics se sont bien crevés le fion a choper un malfrat et qu’il l’amènent au Tribunal, le gars en ressort en même temps qu’eux tellement le Juge a eu vite fait de le confesser et de lui donner l’absolution"

                    ...Et du coup ils évacuent ensuite leur frustration en s’acharnant sur le citoyen lambda sans défense qui n’a strictement rien fait à personne et dont le seul tord a été de croiser leur route !

                    Ça vous étonne qu’avec cette attitude ils se fassent détester de plus en plus ?!!...


                  • foufouille foufouille 14 décembre 2011 21:37

                    "Le pire de tout étant les gens que l’on croise sur ce fil bien au chaud dans leurs pantoufles et installés devant leur clavier avec une bibine, qui « cassent du poulet » à peu de frais pour se donner de l’importance, mais qui vont aller crier maman bobo en se plaignant de l’inefficacité de la police si un gosse mal élevé leur pique 50 euros dans leur porte monnaie. "

                    va dire ca aux commercants de royan


                  • oncle archibald 15 décembre 2011 09:54

                    Quand la police applique bêtement une politique du chiffre par la répression elle obéit aux ordres de son patron ... Il vous vient à l’idée des fois que les fonctionnaires aussi ont un patron ?


                  • oncle archibald 15 décembre 2011 10:00

                    @ Armand : il faut déjà savoir que faute de place dans les prisons toutes les peines prononcées inférieures à deux ans ferme ne sont pas exécutées ... Quant à ceux qui ont été condamnés à cinq ans ils en font maximum trois, et ainsi de suite ... Et ce ne sont pas des ragots, ce sont des directives écrites de la chancellerie ! Vous visualisez à quels méfaits s’appliquent les peines de deux ans ferme ?? Les voleurs de bagnoles, les cambrioleurs, les soi disant « petits malfrats » qui pourrissent bien la vie des gens honnêtes ne vont en prison tant que s’ils récidivent sans cesse, et ils en sortent très vite comme vous l’avez souligné .. et une fois dehors ils font quoi ?? Ils recommencent !


                  • brieli67 14 décembre 2011 12:35

                    super !! Fergus un raison de sortir du vieux.....

                    En 2008,
                    577 816 personnes, résidantes en France et âgées de plus de 13 ans, ont ainsi entendu un officier de police judiciaire leur notifier leurs droits :

                     
                    « Vous êtes en garde à vue. Vous pouvez appeler un membre de votre famille et demander à voir un avocat. »
                     Le nombre des gardés à vue ne cesse de croître. Il a enregistré une hausse de près de 55 % en huit ans.
                    Au cours des douze derniers mois, c’est 1 % de la population qui a été placée sous ce régime de contrainte, pour lequel les policiers répondent d’objectifs de performance chiffrés.

                    Qu’on se le dise !

                    Au sommet de l’Otan à Strasbourg, j’ai eu 27 controles d’idendité, 10 PV de stationnements, 3 " fous-rières, une frontière complètement bloquée pendant 3 semaines en désaccord de Schengen, mes paquets-« Poste » éventrés , des rondes de véhicules banalisés ou non tous les quart d’heure pendant les six jours, 3 terrains en bordure de la Nationale et 4 des départementales alors qu’ils étaient préparés pour être emblavés en maïs matraqués sans demande d’autorisation par véhicules officiels ou non petits et grands, sur la colline un lopin AOC qui devait ce week-end être planté de jeunes vignes se dressait quatre batteries ultra sophistiquée, tiré au sort sur la liste de l’Ordre ès qualité de médecin d’urgence par la Préfecture consigné d’astreinte résidence at home pendant 13 jours
                    le vacarme nuit et jour des pales d’hélico-stationnaire 9 jours à 2oo m du domicile,
                    pendant deux mois de nouveau le village était sur le cône de l’Aéroport International de Strasbourg-Entzheim au traffic marchand et lourd décuplé.


                    • Fergus Fergus 14 décembre 2011 13:29

                      Bonjour, Brieli.

                      Spectaculaire et édifiant ! Rien à ajouter, les faits parlent d’eux-mêmes.

                      En ce qui concerne les gardes à vues, leur nombre a heureusement baissé grâce aux récentes réformes (imposées par l’UE) qui sont venues quelque peu corriger les désastreux effets de la politique sécuritaire instaurée par Sarkozy en 2004.


                    • jaja jaja 14 décembre 2011 21:44

                      « Vous êtes en garde à vue. Vous pouvez appeler un membre de votre famille et demander à voir un avocat. »"

                      Une phrase qu’il vaut mieux connaître car je ne l’ai jamais entendue lors de mes garde-à-vue....


                    • Lord WTF ! Lord Franz Ferdinand Of F. In S. 15 décembre 2011 00:03

                      bon rappel, herr Doc,

                      la société de surveillance et contrôle est en elle-même sa propre fin, avec comme finalité propre est le Pouvoir. C’est sous cette perspective, qu’il faut envisager la non-efficacité de notre police  : qui est incontestable en matière d’insécurité ET donc pouvons-nous dire que la société de surveillance fonctionne parfaitement : le Contrôle se renforce et va continuer.

                       On ne développe pas la société de contrôle/surveillance afin de lutter contre l’Insécurité, on utilise le prétexte insécurité pour développer surveillance et contrôle et justifier cette société.

                      Pourquoi ? Parce que les individus accepteraient/-ont tout au prétexte de la lutte contre l’insécurité. Conséquence : la société de contrôle/surveillance ne se sabotera jamais en luttant réellement contre l’insécurité qui la justifie. La réelle crainte de nos élites n’est pas l’insécurité en soi mais les réactions possibles des individus en situation d’insécurité (ce qui est un tantinet différent) : d’où la surveillance et le contrôle afin de repérer les déviants, les contestataires auxquels sera réservée une justice implacable (vérifié x fois). La contestation est plus crainte que la délinquance par nos élites. La police, dés lors, a pour but principal de ficher et surveiller, et contrôler et donc d’assurer la sécurité de l’Etat et non des lambda, de même que non pas la lutte contre la délinquance ou la criminalité ce qui est une fonction secondaire de ce corps étatique particulier : l’Ordre n’est pas synonyme de Sécurité (la sécurité elle désormais est/sera prise en charge par des supplétifs privés, tout comme les prisons etc.. ) , nos agents de police sont gardiens de l’Ordre telle est leur fonction essentielle. Et même si je passais par la case "gardiens de la Paix" pacifier l’espace public ne signifie aucunement le rendre pacifique ou être pacifiste…la Paix ici est avant tout la Guerre…

                       Donc l’insécurité augmentera TOUJOURS et encore, et le Contrôle en DIS-proportion aussi … 

                       


                    • Fergus Fergus 15 décembre 2011 12:53

                      Bonjour, Lord Franz.

                      Votre constat est sans doute exact : les pouvoirs publics ont besoin d’un minimum d’insécurité pour justifier les mesures de flicage et d’atteintes aux libertés qu’il prend. A cet égard, la palme revient aux USA avec le Patriot Act censé protéger les citoyens du terrorisme mais qui donne surtout aux policiers d’exorbitants droits d’entraves aux libertés.


                    • Constant danslayreur 14 décembre 2011 12:37

                      L’histoire date un peu mais bon, intéressant de savoir si flic, cop et boulissi ont le même … fondement.

                      Une voiture de particulier me touche assez violemment dans un carrefour (oui ici, piétons et automobilistes se partagent souvent le même mètre carré disponible). Et je réagis en disant juste hé doucement !

                      L’automobiliste s’arrête alors, me regarde d’un air menaçant, ouvre sa portière et sort probablement pour me faire ma fête. N’étant pas contre un peu de divertissement, je lui en colle une qui a du faire mal.

                      La foule se rassemble, l’agent d’à côté rapplique et ma « victime » après s’être remise lui sort ses papiers… « collègue ». Ayé, foutu me suis-je susurré à mon oreille à moi.

                      L’agent en uniforme me livre de suite au … collègue qui ni une ni deux m’emmène jusqu’au tribunal d’à côté, pas de pot c’était un jour férié, pas le moindre procureur à l’horizon. On ne va pas se fâcher pour si peu, il m’emmène escorté par les gardiens du tribunal (policiers en uniformes aussi) et auxquels il s’est auparavant plaint… pas « cop killer » mais presque…

                      Musique !

                      Le virtuose ne s’arrêtera que lorsque je me mettrai à saigner abondamment.  

                      Je me souviens que ce jour là j’avais brûlé toutes les lettres d’un ancien nanour mariée depuis, puis je m’étais endormi (assommé par des somnifères ouais) tout habillé parce que j’étais convaincu qu’on viendrait me prendre à 2h du mat et que je ne reviendrai plus.

                      Moralité, réfléchissez à deux fois avant de dire hé doucement à un gus en civil qui manque de vous tuer avec sa voiture smiley


                      • Fergus Fergus 14 décembre 2011 13:34

                        Bonjour, Constant.

                        Le fait est que l’on ne sait pas toujours à qui on a affaire. Et l’on rejoint là le syndrome du flic abusif évoqué plus haut. Avec le risque de voir débouler de sérieux ennuis. Sauf si l’on connaît personnellement le préfet ou le commissaire. Mais cela n’est pas donné à tout le monde...


                      • Constant danslayreur 14 décembre 2011 14:12

                        Bonjour Fergus,

                        Effectivement les plus modestes continueront à ... encaisser pour tous.

                        Me concernant je me suis rattrapé depuis et nettement étoffé mon carnet d’adresses, mais en fait une fois la leçon apprise, j’ai fait mieux, j’ai appris à me défendre et à défendre les miens disons … différemment smiley

                        Sinon sur le fond et s’il est vrai que l’incompétence agresse, alors pour en finir avec de tels comportements des policiers, il faudrait investir mais alors énormément dans la formation continue d’iceux or au-delà des fonds eux-mêmes à trouver et de la volonté politique à inventer, pas sûr que leur(s) hiérarchie(s) jusqu’au(x) premier(s) d’entre eux suivez mon regard, veuillent d’autre chose que de brutes mal dégrossies au QI de confetti pour « assumer » ces fonctions là.  


                      • Fergus Fergus 14 décembre 2011 16:20

                        @ Constant.

                        Faute de connaître des personnalités influentes, j’utilise en général mon arme préférée : la courtoisie. Et très souvent cela fonctionne car cela rend l’agressivité de l’adversaire inefficace et parfois même ridicule.


                      • oncle archibald 14 décembre 2011 18:15

                        « Le fait est que l’on ne sait pas toujours à qui on a affaire. Et l’on rejoint là le syndrome du flic  »

                        C’est vrai, le flic en civil parce que c’est son jour de repos et qui se trouve dans une banque qui se fait braquer, essaye d’empêcher le braquage et se prend un pruneau dans le bide, il a le syndrome de quoi ?? Il fait du saturnisme new-look avec du plomb dans les tripes ? Et s’il avait tu sa condition, qu’il se couche comme les autres, que n’aurait on entendu .. Il y avait un flic dans l’agence et il n’a pas levé le petit doigt .. etc etc .. 

                      • simir simir 14 décembre 2011 20:11

                        Faut arrêter le chichon archibale ce métier est beaucoup moins dangereux que celui de marin pêcheur ou de maçon. Et même que celui de ces pauvres bougres qui ont été exposés à l’amiante dans leurs entreprises.


                      • Fergus Fergus 14 décembre 2011 23:38

                        @ Simir.

                        Il est toujours discutable de comparer la mortalité des métiers. Mais dans l’absolu vous avez raison de souligner le prix que paient les ouvriers du bâtiment et les marins-pêcheurs comme pourrait le confirmer l’une de mes soeurs qui habite à 4 kilomètres de Loctudy, port d’attache du Bugaled Breizh.


                      • Annie 14 décembre 2011 13:02

                        Bonjour Fergus,
                        Je suis tout à fait d’accord avec ce constat, surtout étant capable de faire la comparaison. Je vais rester dans le domaine du très superficiel, mais je ferai deux choses relativement simples pour commencer à améliorer les rapports entre les policiers et le public. D’abord interdire aux policiers d’employer le tutoiement. Pour être respecté, il faut déjà commencer à respecter les autres. Ensuite employer plus de femmes. Je trouve personnellement leur présence rassurante. Pour finir, je suis persuadée que des policiers armés sont plus tentés d’employer la force, même si elle n’est pas nécessaire, et qu’ils sont plus facilement amenés à court-circuiter la phase des discussions ou des négociations qui peuvent désamorcer ou élucider une situation.
                        À long terme, c’est au niveau du recrutement qu’il y a un travail à faire.


                        • Fergus Fergus 14 décembre 2011 13:42

                          Bonjour, Annie.

                          Votre discours est marqué au coin du bon sens. Transformer les flics en robocops avec pistolet automatique, nuncha-ku et taser ne me semble effectivement pas la bonne solution, excepté en certains lieux où ces équipements peuvent malheureusement être utiles. Quant à armer les flics de fusils à pompe, c’est prendre de grands risques, eu égard aux dégâts que peuvent faire ces armes.

                          Le recrutement. Effectivement, la clé est là. Et s’il y a eu quelques progrès pour éliminer les postulants cow-boys, sans doute la sélection ne va pas encore assez loin dans la recherche des candidats le plus équilibrés possible.


                        • Fergus Fergus 14 décembre 2011 16:25

                          @ Viktor.

                          En fait, il y en a un peu partout désormais. Et même à un très haut niveau, à l’image de Martine Monteil (patronne des Stup’, de la BRB, de la Crim’), petite-fille de flic, fille de flic, et flic elle-même. Dommage qu’elle soit clairement marquée UMP !


                        • brieli67 14 décembre 2011 16:27

                          il y a des fliquettes dans tout commissariat

                          spécialisées dans les touchers profonds.
                          aH un doigtée de femme
                          et tout est pardonné.


                        • Fergus Fergus 14 décembre 2011 17:08

                          @ Brieli.

                          Ne rêve pas :elles font ça entre femmes. C’est comme les palpations dans les stades et les aéroports. La vie est mal faite !


                        • jymb 14 décembre 2011 13:03

                          Il est ahurissant que des policiers à qui l’on demande de l’aide se défaussent en invoquant leur « qualité » autoroutière. A mon sens cela devrait être un motif de révocation pure et simple. Imaginez la même réaction d’un médecin devant un arrêt cardiaque (« je ne fais rien car je m’occupe habituellement de l’estomac, pas du coeur » )
                          Il est hélas vrai qu’il est beaucoup plus rentable d’harponner à 1 km/h de trop la mère de famille partant travailler, elle ne pouura ni protester ni se défendre. A l’inverse le scooter remontant une avenue en roue arrière sans casque et sans plaque ne sera pas pourchassé : trop dangereux , en cas d’accident c’est l’émeute garantie.
                          Le pouvoir de résilience des francais moyens ( dont je fais partie) me semble parfois étrangement sans limites


                          • Fergus Fergus 14 décembre 2011 13:46

                            Bonjour, Jymb.

                            Des quatre cas évoqués ci-dessus, c’est en effet celui qui me semble le plus choquant. Et l’on ne peut s’empêcher de penser qu’il était plus important pour ces messieurs de « faire du chiffre » en matière de PV que de contribuer à mettre la main sur un lâche agresseur de vieille dame.


                          • révolQé révolté 14 décembre 2011 15:35

                            En quoi et surtout vis à vis de qui le fait de rouler sans casque(qui cela dit en passant est une atteinte aux libertés individuelles des citoyens...) sur la roue arrière en scotaire est il dangereux ?

                            Pourquoi tjrs ramener ce « débat » au "sale délinquant dealer frisé en scoot... ???

                            Les flics ont tous les droits en france,point  !
                            Maintenant heureusement nous sommes de plus en plus à ne plus vouloir se soumettre à leur botte et à être prêt à défourailler si nécessaire,et ça,ça les fait flipper,mais ce n’est qu’un juste retour de bâton.


                          • Fergus Fergus 14 décembre 2011 16:27

                            Bonjour, Révolté.

                            Si l’on peut être d’accord avec vous sur le volet « liberté » de votre commentaire, la conclusion est quelque peu excessive, non ?


                          • anty 14 décembre 2011 13:30

                            Le pouvoir policier en tandem avec la justice est responsable du surpeuplement carcérale et de la misère des gens de condition modeste ...


                            • Fergus Fergus 14 décembre 2011 13:51

                              Bonjour, Anty.

                              Ce n’est pas tant le système judiciaire en lui-même qui est responsable de la surpopulation carcérale, mais d’une part les directives gouvernementales visant à durcir les peines, parfois sans discernement, et d’autre part le manque de moyens associés aux TIG (travaux d’intérêt général).

                              Quant à la misère des gens de condition modeste, elle est, me semble-t-il, liée à un ensemble de facteurs qui ne sauraient être réduits à leurs seuls rapports avec le système judiciaire.


                            • anty 14 décembre 2011 14:50

                              Je voulais dire par là que ce sont les gens de condition modeste qui sont avant tout touchés par le milieu carcérale.


                            • Fergus Fergus 14 décembre 2011 16:30

                              @ Anty.

                              Et pour cause : la délinquance atteint plus facilement les milieux défavorisés, parfois par nécessité. Mais vous raison, même en prison, le traitement n’est pas le même : à l’image de Tapie ou Noir naguère, Bannier et son petit-ami ont été placés en cellule VIP !


                            • Fergus Fergus 14 décembre 2011 13:58

                              Bonjour, Viktor.

                              Rien d’étonnant à votre histoire : le problème des nuisances nocturnes devient une des plaies de notre pays, particulièrement dans les centre-villes confrontées à des comportements de moins en moins respectueux du voisinage. C’est vrai dans les quartiers branchés de Paris, mais également dans les métropoles régionales, comme chez moi à Rennes. Et malheureusement les policiers se déplacent de moins en moins pour faire cesser ces agissements. D’où, parfois, des initiatives personnelles qui peuvent effctivement dégénérer.


                            • King Al Batar King Al Batar 14 décembre 2011 14:16

                              Et laors Victor, il a baissé le son ou pas le sauvageon urbain ?


                            • foufouille foufouille 14 décembre 2011 14:35

                              si normal
                              le flic atend que tu sois un « forcene »
                              ca fait une grosse affaire


                            • Daniel Roux Daniel Roux 14 décembre 2011 13:44

                              Bonjour Fergus

                              Je ne suis pas du tout étonné par tes récits.

                              La France est depuis longtemps un état policier comme d’autres mais plus que d’autres. Par exemple, il y a plus de policier par habitant (1 pour 250 environ) dans notre beau pays qu’ailleurs en Europe (1 pour 380 en GB).

                              Pour comprendre, il faut admettre que la police, comme la justice d’ailleurs, est d’abord au service de la classe dominante et non pas au service du citoyen. Son comportement est donc le reflet des rapports qu’entretien cette classe avec la population, un mélange de crainte des pauvres, la classe dangereuse, et de mépris pour les laborieux considérés plus comme des assujettis que des citoyens.

                              Non, les policiers ne sont pas nos amis et il est sain de s’en méfier. Entrer dans la police, c’est souvent faire le choix de la rupture avec la société civile. Sarkozy en tant que ministre puis en tant que Président, n’a fait qu’envenimé les choses en promouvant et falsifiant les chiffres plutôt que l’efficacité.

                              Il m’est arrivé de tomber sur des policiers professionnels et consciencieux pour des affaires courantes mais je ressentais tout de même leur arrogance et leur méfiance, alors même que je n’exerce aucune activité illégale ou déviante (à part écrire discrètement dans Agoravox).

                              L’histoire de la police française est émaillée d’exemple du très mauvais esprit qui y règne vis à vis de la population, du Vel d’hiv à Charonne en passant par la nuit tragique durant laquelle des centaines de manifestants pacifiques, magrhébins et français (à l’époque) furent tués, matraqués et jetés à la Seine.

                              Aujourd’hui la police tue beaucoup moins qu’avant mais son attitude menaçante vis à vis des juges qui lui résiste reste inquiétante. Il y a trop d’affaires et de mensonges, trop d’arrestations arbitraires sous prétexte de rebellions ou d’insultes.


                              • Fergus Fergus 14 décembre 2011 14:10

                                Bonjour, Daniel.

                                Je modérerais ton constat en soulignant que de nombreux flics de quartier et de nombreux gendarmes font correctement leur job de service public, fort heureusement.

                                Mais il est vrai qu’en France, la police est avant tout un auxiliaire de l’Etat très zélé, et parfois beaucoup trop (jusqu’à commettre l’irréparable comme le 17 octobre 1961). Au service de l’Etat, mais aussi des oligarchies, d’où la disproportion du nombre des flics entre les quartiers chics et les communes de Seine-Saint-Denis : Le Canard Enchaîné montrait, il y a quelques mois, que l’on trouvait 2 à 3 fois plus de policiers dans les commissariats de Neuilly et des 7e, 8e et 16e arrondissements, lieux bien connus de grande insécurité !


                              • Surya Surya 14 décembre 2011 15:26

                                Bonjour Fergus,

                                Il n’est pas normal en effet que la population ait perdu confiance dans ses policiers, et que ces derniers ne changent pas leur attitude (mais ils ne sont sans doute pas tous comme ça, c’est comme partout, il y en a sûrement des très biens autant que des complètement pourris) pour recevoir le respect qu’ils veulent inspirer.

                                Il y a ceux qui se la jouent, il y a les aggressifs, les sympas (ça doit bien exister smiley), les incompétents, les compétents, il y a ceux qui veulent absolument qu’on ait fait quelque chose de mal et qui cherchent désespéremment quoi nous mettre sur le dos... Il y a de tout.

                                On peut avoir une mauvaise opinion d’eux en général, et ils ne pourront pas dire qu’ils n’y sont pour rien, mais d’un autre côté il n’est pas non plus normal que de nos jours les truands soient mieux armés qu’eux, et leur tirent dessus à coup de kalashnikoff achetées on ne sait où, sur internet sans doute. Et pour ceux là qui exercent leur métier dans ces conditions, il faut bien admettre qu’il y en a des très courageux aussi.

                                Maintenant ce qu’il faudrait que certains comprennent (mais peut-être obéissent-ils aux ordres ?), c’est qu’il est inutile et aberrant de charger des manifestants tout à fait pacifistes, de leur taper dessus et les insulter comme on voit dans certaines vidéos, celles montrant les indignés par exemple.
                                Si l’on n’a plus le droit de se rassembler en groupe pour manifester pacifiquement, alors que faut-il faire pour faire entendre sa voix ? Se regrouper par deux et arpenter tous les quartiers de Paris avec des pancartes accrochées à ses épaules peut être ?

                                Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous lorsque vous dites que Neuilly, le 16ème etc... ne sont pas des lieux d’insécurité. Ce n’est pas parce que ces quartiers sont « résidentiels » et riches qu’ils sont pour autant sûrs et tranquilles. C’est une fasçade. Je crois que l’insécurité existe partout, mais peut être pas sous la même forme. Il n’y aura peut être pas à Neuilly, en effet, de bandes armées faisant du traffic de drogue (du moins le pense-t-on) mais si je voulais me balader seule le soir dans Paris, ce n’est pas dans certains coins résidentiels et déserts du 16ème ou du 7ème que j’irais. Dans d’autres quartiers, ceux qui ont justement (et très injustement) mauvaise réputation du fait des traffics qui s’y déroulent, comme Barbès ou la Goutte d’Or, il y a tant de monde dans la rue, même le soir, que l’on ne craind rien.


                              • King Al Batar King Al Batar 14 décembre 2011 16:49

                                Je suis d’accord avec le dernier paragraphe que vous avez ecrit.
                                Effectivement Neuilly et le 16ème par exemple sont des quartiers ou les jeunes adolescents se font le pus agressé. Les jeunes de cité, bien connus pour leur courage légendaire (je le sais j’en viens) préfère 10 000 fois le blouson du bourgeois docile à celui du mec qui leur ressemble...
                                Pour les armes militaires, c’est quand même très particulier. Que ce soit la drogue ou les armes, il faut bien qu’à un moment donné, il y ait une défaillance du système de surveillance. Comment cela rentre sur le territoire, qui ne fait pas son boulot de contrôle. Il y a quand même énormément de zone d’ombre... Mais bon ce n’est pas nouveau, ce qui est nouveau c’est qu’on en parle. POur vous parler de mon expérience, je peux vous assurer que dans la cité ou j’ai grandi, le Clos Saint Lazare à Stains, et bien à mon époque 1995/2000, un jeune homme sur trois avait une arme a feu chez lui ! smiley et pir je pense qu’un sur 10 (avant 1998) possedait un fusil a pompe ! smiley J’ai précisé 98 parce que c’est au 01/01/1998 ou 01/01/1999 (je ne sais plus) que le fusil a pompe n’est plus en vente libre et n’est plus un fusil de chasse. Auparavant c’était en vente libre... Hé oui !

                                Enfin tout cela me parait aussi d’une très grande hypocrisie, si vous voulez mon avis de toute façon. je ne parle plus des flics la, mais des armes. Il y a une frontière que j’ai du mal a saisir entre le légal et l’illégal... Peut être parce qu’en plus d’aller à l’école, j’ai pu voir le ravage que cela génèrait. J’ai vecu une fusillade devant mon lycée par exemple.
                                J’ai donc du mal a comprendre comment notre pays, ou les armes sont interdites, soit un des principaux revendeur à l’international. Comment expliquer que ce qui est mal soit l’un des fonds de commerce de notre belle nation... Ca m’echape, et comment notre gouvernement peut il se faire moralisateur. Pour moi c’est comme si on nous apprenait que nous sommes un des plus grand revendeur de drogues !
                                Personnellement, et même si mon discours est emprun d’une naiveté juvenile, avant de se demander comment se fait il que des gosses possedent du matos militaire, ben qu’on arrete d’en fabriquer, d’en vendre et d’en être fier.
                                Alors il y a toujours le fameux discours : « si ce n’est pas nous qui le faisons ce seront d’autres pays ».
                                C’est marrant, mais un ami d’enfance m’a sorti la même justification quand je lui ai dit mais pourquoi tu vends de la drogue : « de toute facon si ce n’est pas moi qui le fait ce sera un autre »... Aujourd’hui il est en taule.

                                Les flics sont donc les bras droit d’un pays qui interdit à ses citoyens d’avoir des armes, mais qui en revanche est très fier d’en vendre le plus possible à des pays en guerre, donc d’avoir des milliers, voir des millions de morts sur les bras.
                                La police est indispensable dans toute nation. Moise le premier à dit qu’il n’y a pas de liberté sans loi. Les loi doivent être respectée. Mais comment faire quand toutes les loies ne sont pas juste ni équitable, quand ceux qui créent les loies ne les respectent pas eux meme, et que ceux qui sont censé les faire respecté, sont la crème du crétin de base, a qui on donne arme et pouvoir appliquent bêtement un pouvoir qui n’est pas juste...

                                LE serpent se mort la queue, le monde tourne a l’envers, et notre société me donne de plus en plus l’impression d’être en total déclin...


                              • Fergus Fergus 14 décembre 2011 17:02

                                Bonjour, Surya.

                                Merci pour votre commentaire. Il est vrai, comme le souligne également King al Batar, que les rues du 16e ne sont plus aussi sûres. Mais elles sont pourtant parmi les mieux protégées de France en termes de flic au km² : il a fallu d’énormes émeutes et des années d’attente pour qu’ouvre enfin un commissariat à Clich-sous-Bois-Montfermeil !

                                Pour ce qui est de casser du manifestant, pas de problèmes, les CRS sont là pour cela et la plupart aiment ça. Y compris des officiers : lorsqu’ils choisissent leur affectation, certains (rares ilest vrai) optent pour ce corps alors que leur note pourrait leur valoir un poste moins exposé aux critiques. Ce peut être pour la baston, mais aussi pour le fric, la CRS offrant de belles primes.


                              • armand armand 14 décembre 2011 18:58

                                C’est ça, Roux. Ces méchants fascistes de policiers qui ont osé sévir quand les tueurs fellaghas les ciblaient ! Choisir de manifester, même pacifiquement, en faveur de terroristes qui abattaient et torturaient des civils et des militaires française, et ce dans la capitale de la France, était une vraie provocation.

                                 Et franchement j’apprécierai une attitude plus ferme encore envers des magistrats irresponsables qui parfois se comportent comme s’ils étaient du côté des criminels.


                              • Daniel Roux Daniel Roux 14 décembre 2011 19:49

                                @ Armand

                                C’est vous qui l’écrivez. « Fascistes » en l’occurrence, ce mot me paraît tout à fait justifié. D’autant que c’est Papon, le préfet de police de l’époque, qui a donné l’ordre de cette répression.

                                Ne défendez pas l’indéfendable et cette barbarie criminelle contre des manifestants pacifiques est indéfendable. Il y avait d’autres moyens.

                                Une guerre de libération était en cours sur le territoire algérien, des horreurs ont été commises par les 2 camps et tout le monde aujourd’hui, le reconnait.


                              • Fergus Fergus 14 décembre 2011 19:54

                                @ Armand.

                                Reconnaissez qu’il est impossible de vous suivre sur ce commentaire : d’un côté des gens désarmés qui manifestent pacifiquement, fut-ce pour une cause discutable ; de l’autre des policiers se livrant à des actes criminels dans la lignée des pires tueries organisées sur notre territoire depuis la Saint-Barthélémy. Indéfendable !


                              • simir simir 14 décembre 2011 20:19

                                @ Armand

                                Ils ne faisaient que se venger des massacres de Sétif et de Guelma (45000 morts) 

                              • armand armand 14 décembre 2011 20:37

                                C’est bien le propre des fellaghas et de leurs complices de l’époque - ils prennent des coups ils appellent ça des atrocités contre des civils, quand ils égorgent, mutilent, violent et font exploser c’est une lutte de libération nationale.

                                Une manifestation pro-FLN n’avait pas a être tolérée en temps de guerre et au milieu d’exactions de toutes sortes en métropole. Et ce n’est pas parce que Papon était un fumier qu’on aurait dû exécuter d’une balle dans la nuque en 45 que les porteurs de valise et autres anti-France des années 1960 avaient le droit pour eux.


                              • armand armand 14 décembre 2011 20:41

                                Fergus,

                                Depuis la Sainte Barthélémy ! Comme vous y allez ! A quelques pas de la plaque érigée en mémoire d’un malheureux jeté à la Seine par des skinheads il y eut des centaines de Suisses, de civils, de simples domestiques du palais des Tuileries massacrés, dépécés, brûlés un certain 10 août 1792, date qui donne des trémolos à la gaugauche qui s’est toujours opposée à la moindre commémoration de ce forfait.


                              • Talion Talion 14 décembre 2011 21:17

                                « J’ai donc du mal a comprendre comment notre pays, ou les armes sont interdites... »

                                Salut King !

                                En fait la principale raison pour laquelle la détention des armes à feu dans ce pays est si contrôlée c’est parce que dans un système oligarchique les dirigeants détestent savoir que le bas peuple est armé et donc susceptible de leur trancher la gorge s’ils poussent le bouchon un petit peu loin.

                                Personnellement je préfère le système américain tel que décrit dans leur constitution dont le second amendement leur garantie le droit d’être armé afin de pouvoir renverser leur gouvernement si ce dernier devait un jour se transformer en tyrannie.
                                C’est peut-être d’ailleurs grâce à cela que nous assisterons bientôt à la prochaine chute des oligarchies occidentales.


                              • armand armand 14 décembre 2011 22:31

                                Evolution des moeurs tout simplement. Jusqu’en 1911 on était libre de porter des armes. Et déjà à l’époque la police britannique n’en avait pas, et empruntait souvent aux passants quand elle en avait besoin. A l’heure actuelle, même équipée d’armes automatiques, le particulier ne tient pas le coup devant la quincaillerie que peut aligner un état.


                              • King Al Batar King Al Batar 14 décembre 2011 23:18

                                Salut Talion !
                                Je vais même aller un peu plus loin dans ton raisonnement, je pense que nous (comprends nous par nos dirigeants bien sur) laissons meme les armes de guerre, et armes à feu civile (question de munitions) rentrer dans les cités uniquement parce qu’on veut qu’elle soient utilisée. Sur les jeunes entre eux, d’abord... Ca c’était le lot de ma jeunesse à moi, celle des années 90/2000, celle d’avant les émeutes de 2005, celle ou les mecs d’une cité à l’autre se tiraient dessus juste parce qu’ils étaient voisins. Et sur les flics maintenant, c’est le lot des nouvelles générations, encore plus américanisé dans leur manière de concevoir leur ghetto. Ils ne savent pas qu’ils font le jeu des puissants et contribuent à la diabolisation de tous les habitants de banlieue...
                                Ce n’est pas pour rien si il n’y a que la bas qu’il y a des armes...

                                Maintenant pour ce qui est du port d’arme, je pense comme toi, mieux vaut en avoir une et pas avoir a s’en servir plutot que de ne pas en avoir si on en a besoin... C’est à ma femme que ca a été le plus dur a expliquer smiley

                                De toute facon les voyous en ont, c’est a dire les personnes les plus dangeureuses normalement. Donc que des honnetes citoyens en possedent, moi de mon point de vue uniquement, je n’ai absolument rien contre. Mais je comprends qu’on puisse ne pas être d’accord.


                              • simir simir 15 décembre 2011 08:52

                                Je vous signale que la 1ere explosion a été celle de la rue d’Isly réalisée par un commissaire de police et qui a détruit tout un cartier de la Casbah. Tout le reste est venu en représaille.

                                De plus, à Paris en 61, ils manifestaient simplement contre le couvre feu qui leur était imposé.
                                Vous dites en temps de guerre ? Pourtant les gouvernements de l’époque ont toujours préféré le terme de pacification.
                                Maintenant si vous voulez une comptabilté macabre on peut la faire. En général c’était 100 arabes pour un européen et je peux vous parler de la villa Susini à Alger, des crevette Bigeard, des corvées de bois, des enfumages, tout cela a même fini par dégouter le préfêt de police Pfimlin et le général de la Bollardière qui a été mis aux arrêts de rigueur pour justement avoir dénoncé la torture

                              • Fergus Fergus 14 décembre 2011 16:38

                                Bonjour, Alchimie.

                                Il ne s’agit pas de ternir l’image des policiers, mais de souligner qu’ils ne sont pas toujours exemplaires, loin de là. D’où précisément une image mitigée qui pourrait s’améliorer sensiblement si quelques efforts étaient accomplis, notamment dans leur relation aux citoyens. Pourquoi n’en parlerait-on pas ? On critique bien les comportements de certains chauffeurs de taxi ou garçons de café sans que leurs professions soient vouées aux gémonies pour autant.


                              • révolQé révolté 14 décembre 2011 15:41

                                Qu’ils creve lui et tous ses chiens en bleu... !! VITE.... !!!!!


                                • brieli67 14 décembre 2011 15:48

                                  si la préfectorale se permet

                                  que peut on attendre du comportement de la Maréchaussée ?


                                  • Fergus Fergus 14 décembre 2011 16:42

                                    @ Brieli.

                                    Merci pour ce lien. Le pire est qu’à chaque nouveau sommet cela recommence : un fichier, une condamnation après coup, et rebelote le coup d’après.


                                  • xray 14 décembre 2011 15:49


                                    Les flics (Police ou gendarmes)  gagnent à auto-justifier leur fonction. 
                                    Il n’existe que deux moyens pour justifier une fonction :

                                    - Soit on fait efficacement le travail pour lequel on est supposé être payé ;

                                    - Soit on collabore à la confusion. 


                                    Les Ripoux 
                                    (50% de leur temps est consacré à faire des saloperies.) 
                                    http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2009/06/08/les-ripoux.html 

                                    Un vandalisme institutionnel
                                     
                                    http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2009/06/18/un-vandalisme-institutionnel.html 



                                    • leguminator 14 décembre 2011 16:16

                                      Perso je pense sincèrement que la police ne sert à rien pour la population : après avoir vécu longtemps dans un centre ville de province - notamment près des lieux de vie nocturne - le constat est édifiant :

                                      • quand on a besoin d’eux ils ne sont pas là et certains fuient (véridique : baston à la batte de base ball : les flics ont vu le départ de l’action et on démarré discrètement en voiture)
                                      • quand ils sont là ça change rarement quelque chose au problème, voire même ça l’aggrave (genre bagarre générale en sortie de boîte avec les flics déjà présents et la BAC qui arrive en retard et interpelle des quidams qui n’ont rien à voir avec l’action)

                                      • Fergus Fergus 14 décembre 2011 16:47

                                        Bonjour, Leguminator.

                                        Je pense qu’il ne faut pas s’arrêter à ces contre-exemples : les flics interviennent aussi lors de violentes disputes familiales, de tentatives de suicide, de comportements forcenés, de hooliganisme (etc...), et leur présence peut alors être non seulement utile, mais indispensable.


                                      • leguminator 14 décembre 2011 17:06

                                        Je préfèrerait que l’argent dépensé pour la police soit utilisé pour régler les problèmes sociétaux différemment. La police n’est qu’un pis aller...


                                      • Fergus Fergus 14 décembre 2011 17:46

                                        @ Leguminator.

                                        Disons que les deux sont nécessaires. A cet égard, la politique comptable de Sarkozy est redoutable d’inefficacité.


                                      • King Al Batar King Al Batar 14 décembre 2011 16:29

                                        Le slogan des punk des années 80 prend tout son sens aujourd’hui :

                                        POLICE PARTOUT, JUSTICE NULLE PART !

                                        En cinq mots tout est dit...


                                        • Fergus Fergus 14 décembre 2011 16:49

                                          @ King.

                                          Ce n’est évidemment qu’un slogan, et il ne reflète pas la réalité. Mais le fait qu’il faille réfléchir pour s’en convaincre montre qu’il y a effectivement un problème.


                                        • King Al Batar King Al Batar 14 décembre 2011 17:03

                                          Ben ce n’est efectivement qu’un slogan. Il est a prendre comme une phrase balancé comme cela mais si on y reflechit bien...
                                          Je ne fais pas le parallele entre l’un et l’autre. C’est a dire que je ne pense pas que ce soit a cause de la présence abusive de la Police qu’il n’y a pas de justice.
                                          Néanmoins, depuis que je suis adulte, ce qui me frappe le plus dans la vie, c’est le nombre d’injustices permanente dont nous sommes les témoins...
                                          Rien que le fait que l’Afrique crève de faim me parait être un injustice sans précedent. Le fait que les puissants dominent les faibles est particulièrement injuste.
                                          On prétend que nous avons évolué par rapport au temps ou la loi du plus fort (physiquement) était en place. Quand un guerrier en armure pouvait disposer de la vie de qui il voulait. Mais aujourd’huila loi du plus fort existe toujours, mais c’est la rapport de force qui s’est déplacé.
                                          Au regard de la justice, les innégalités sont flagrante. A délit égal, un proletaire prendra forcément plus cher qu’un mec dirigeant actionnaire d’une multinationale. PArce qu’il a les moyens de se payer un avocat... La justice s’achète donc a coût d’honoraire d’avocat. Pour moi une inégalité sociale et financière au regard de la justice, j’appelle ca une injustice.

                                          Donc effectivement, je trouve que malheuresuement le monde dans le quel nous vivons est injuste, profondemment. Et ce n’est pas l’abondance de flic, et la multiplication de leur controle de sécurité, ni leur zèle qui y changera quoi que ce soit.

                                          Bien a vous.


                                        • Fergus Fergus 14 décembre 2011 17:44

                                          @ King.

                                          Le déséquilibre est globalement avéré. Cala dit, contrairement à ce que l’on croit, les prolétaires ne prennent pas toujours plus que les bourgeois friqués : tout dépend des juges, et pour avoir suivi des sessions de correctionnelle, je peux affirmer que certains font leur boulot d’une manière parfaitement équilibrée.

                                          En réalité c’est la comparution immédiate qui se révèle la plus coûteuse pour les petits déliquants car la défense ne peut être organisée et les avocats commis d’office sont le plus souvent totalement démunis quand ils ne sont carrément découragés. Et là les procureurs demandent très souvent le maximum sur ordre de la Chancellerie.


                                        • armand armand 14 décembre 2011 19:02

                                          Je préfère un bon mot du Police Commissioner de New York dans les années 1880 : Il y a souvent plus de justice dans une matraque de policier que dans tous les tribunaux de la ville...


                                        • Fergus Fergus 14 décembre 2011 19:58

                                          @ Armand.

                                          Problème : la matraque n’entend qu’une voix, celle de son maître. Et qui n’entend qu’un son n’entend qu’une cloche ! Comment peut-on parler de justice en l’absence de toute contradiction ?


                                        • armand armand 14 décembre 2011 20:21

                                          Le bon sens, mon cher Fergus. Et je pense qu’un policier en a largement autant qu’un magistrat. Surtout quand il s’agit de corriger des incivilités, de petits délits. Sinon, à force de procédures lourdes pour le moindre incident la police n’intervient plus, et on laisse le champ libre à l’autodéfense. Laquelle n’est que l’expression des anticorps d’une société qu’on a privée de défense.


                                        • foufouille foufouille 14 décembre 2011 21:39

                                          « Le bon sens »
                                          dis plutot la bonne tete comme delarue
                                          le caviar et le fric


                                        • Fergus Fergus 14 décembre 2011 22:27

                                          @ Armand.

                                          Vous supposez tous les flics doués de bon sens et les juges enfermés dans leur stupidité. Caricatural, non ? Certes, il y a d’excellents flics et de mauvais magistrats, mais également de médiocres policiers et des juges intègres. Dans ces conditions, ériger comme principe que le flic est le mieux placé pour évaluer un individu me semble très dangereux, particulièrement lorsque le flic en question agit plus en fonction de ses pulsions que de sa raison. Au moins le juge donne-t-il la parole à l’accusation et à la défense.


                                        • King Al Batar King Al Batar 14 décembre 2011 23:23

                                          J’ai vu un reportage sur les flics au Japon (d’avant fukishima smiley, ok c’est pas drole)
                                          Bon la bas les flics n’ont pas d’armes. Il y a une mafia, tout le monde le sait. Mais il n’y a pas de délinquance. La bas, si un mec fait le con bourré par exemple, et qu’il se fait chopper. Il passe 3, jour au commisariat, en tailleur a subir des duretés, sanctions, phisyque, similaire a celle de l’armée. Au bout de trois jours de sanctions le mec ressort.
                                          Je crois que leur délinquance est beaucoup mieux gérée que la notre.
                                          Bien sur le modele culturel et de société est différent, mais bon ca peut donner des axes de reflexion.
                                          Après faut pas que le flics se gourent de personnes !ahah


                                        • Fergus Fergus 15 décembre 2011 08:57

                                          Bonjour, King.

                                          Le Japon est effectivement un pays très différent du nôtre en matière de sécurité : une puissante mafia y existe, certes, mais c’est également le pays de la civilité, un pays où la fraude dans les transports et les vols à latire sont quasiment inexistants, au point que nombre de Japonais sont ahuris de découvrir la réalité française lorsqu’ils viennent chez nous.


                                        • King Al Batar King Al Batar 15 décembre 2011 13:53

                                          Ouais d’ailleurs il existe dans leur pays des cellules psychologiques pour les touristes qui reviennent de France tellement ils se sentent agréssés par nos modes de vie !
                                          C’est dingue quand meme !


                                        • armand armand 17 décembre 2011 10:23

                                          Fergus, King,

                                          C’est vrai que le Japon est un monde aux antipodes du nôtre. Surtout, les Japonais se pensent en collectivité nationale, avec des présupposés qui chez nous relégueraient le FN à un aimable club pour bienpensants bobos.
                                          Mais l’exemple que vous citez, King, rejoint en fait mon propos en ceci, que le policier devrait pouvoir corriger la délinquance ordinaire à coups de pompes dans le c...l s’il le faut (ou de matraque) sans avoir à engager une procédure lourde, Le magistrat français, qui se croit omniscient du fait que le plus souvent c’est un grand bourgeois (une grande bourgeoise plus généralement pour les plus jeunes, avec toute la suffisance du beau sexe) passé par une école d’élite, veut garder la main sur tout, et prendre son temps. Ce qui conduit à un engorgement effarant des tribunaux.
                                          La méthode « japonaise » seraitt même dans l’intérêt du délinquant : un avertissement, même musclé, est nettement moins grave à longue échéance qu’un casier judiciaire. Car nous sommes une société de l’exclusion molle mais néanmoins intransigeante : on laisse des bandes parfois armées gérer comme elles l’entendent des quartiers défavorisés, mais tous ceux qui n’ont pas un dossier blanc comme neige, estampillé par les écoles d’élite de l’oligarchie qui nous gouverne n’ont aucune chance de s’en sortir correctement.


                                        • Fergus Fergus 17 décembre 2011 11:16

                                          Bonjour, Armand.

                                          Je vous engage à suivre des sessions correctionnelles, et vous constaterez que le travail des juges est bien souvent caricaturé.

                                          D’autre part, on ne peut permettre à des policiers de jouer les justiciers : ils ne sont pas formés à cela, et surtout cela ouvre la porte à l’arbitraire car c’est le point de vue du policier, et de lui seul, qui détermine l’action, avec à la clé des risques évidents de dérive, et le cas échéant, de bavure.


                                        • brieli67 14 décembre 2011 16:46

                                           !! RIEN A VOIR !!

                                          Moncef a été mon chef de clinique
                                          30 ans de Santé Publique et de Droits de l’Homme à ses côtés ou pas loin

                                          Souvent sa présence sur le sol français était mal vue


                                          • Annie 14 décembre 2011 17:26

                                            Rebonjour Fergus,
                                            Je ne sais pas très bien si mon commentaire est pertinent ici, mais je vais quand même l’écrire. Dimanche dernier, je suis allée voir mon fils qui fait partie des Indignés de Londres. Nous avons été visité le 2e camp et nous nous sommes garés devant le siège de Bloomberg, la grande agence de presse spécialisée dans la finance. Il y avait deux personnes en uniforme sur le trottoir, dont une est venue prendre le numéro d’immatriculation de notre voiture. Mon mari a pensé qu’il était mal garé, mais en fait il s’agissait de gardes de sécurité qui prenaient les numéros de toutes les voitures se garant devant les bureaux de Bloomberg. Et je trouve cela tout autant si ce n’est plus effrayant que la police publique. Cette surveillance permanente, nos faits et gestes épiés constamment, le fait de se sentir coupable alors que l’on n’a strictement rien à se reprocher, et cela par des personnes qui ne détiennent aucune autorité et qui n’ont de comptes à rendre à personne. 


                                            • Fergus Fergus 14 décembre 2011 17:37

                                              Bonjour, Annie.

                                              Rien d’étonnant à cela, et cette impression de flicage est en effet très gênante. Cela dit, en France, les vigiles n’auraient pas eu à relever votre immatriculation car il eût sans doute été... impossible de se garer deavnt le siège de Bloomberg pour cause de barrières de sécurité.


                                            • anty 14 décembre 2011 17:53

                                              La police est tout simplement au service du pouvoir publique qui a dans votre cas peur que la situation lui échappe et que les manifestations des indignés ne se transforme en un mouvement plus large qui renverse le pouvoir en place.

                                              Cela se passe pourtant dans une démocratie et pas dans une dictature cela laisse songeur....


                                            • anty 14 décembre 2011 18:05

                                              Les indignés risque de se réveiller au printemps au moment des élections et alors là les puissants ont de soucis à se faire.


                                            • Fergus Fergus 15 décembre 2011 13:26

                                              @ Anty.

                                              Je ne crois guère à un mouvement d’ampleur avant de très longs mois, voire des années, tant nos compatriotes s’enferment dans l’individualiesme et le fatalisme. Cela dit, j’espère me tromper...

                                              Bonne journée.


                                            • antonio 14 décembre 2011 18:23

                                              Merci pour ces anecdotes édifiantes ; les révéler, c’est exprimer « en creux » son attachement à une police qui fait vraiment son travail et respecte les citoyens .


                                              • anty 14 décembre 2011 18:33

                                                Une police (courroie de la justice aux mains du pouvoir ) qui respecte les citoyens çà n’existe pas ce n’est d’ailleurs pas son rôle


                                              • Fergus Fergus 14 décembre 2011 20:01

                                                Bonjour, Antonio.

                                                C’est très exactement l’esprit dans lequel j’ai rédigé cet article.


                                              • brieli67 14 décembre 2011 18:32

                                                Dédicace à Greg,

                                                l’interpellé qui parle à la caméra : le poignet en sang,
                                                il a été à plusieurs reprises tapé par la police (sur la place, dans le car, …)
                                                Plainte, procès, à suivre.


                                                • Fergus Fergus 14 décembre 2011 20:03

                                                  @ Brieli.

                                                  Une vidéo édifiante, une fois de plus. Comment ne pas penser que certains flics ne prennent pas plaisir à agir ainsi alors que rien ne le justifie ?


                                                • brieli67 14 décembre 2011 18:46

                                                  Une info passée en douce par le biais d’un simple décret

                                                   décret n° 2011-219 du 25 février 2011 de l’incroyable flicage du net

                                                  Un décret oblige désormais les fournisseurs de services sur Internet à conserver pendant un an mots de passe, traces d’achats ou commentaires laissés sur le web par les internautes. La police pourra y avoir accès lors d’enquêtes, ainsi que le fisc ou l’URSSAF. Tollé général sur la Toile. »

                                                  Il aura suffi d’un simple décret, décidé en catimini, dans les cabinets feutrés d’un pouvoir de plus en plus aux abois, pour démontrer que, décidément, ce qui s’est passé en Tunisie, puis en Egypte, à savoir le rassemblement populaire permis par le net, fout une sacrée trouille aux gouvernants, immédiatement en oeuvre de « neutraliser » un éventuel effet boule de neige, dans un pays comme la France, ex-championne des libertés, et, notamment, de la liberté d’expression…

                                                  Le décret n° 2011-219 du 25 février 2011 relatif à la conservation et à la communication des données permettant d’identifier toute personne ayant contribué à la création d’un contenu mis en ligne a été publié hier au Journal Officiel sans l’avis de la CNIL rendu le 20 décembre 2007.

                                                  Cet avis a été rendu sur le fondement de l’article 11-4°a) de la loi informatique et libertés. Dans ce cas, l’avis de la CNIL n’est pas systématiquement publié.


                                                  • Fergus Fergus 14 décembre 2011 22:31

                                                    @ Brieli.

                                                    L’extension du flicage sera sans aucun doute l’une des priorités de Sarkozy II si les électeurs renouvellent son mandat. Ce seul point constitue déjà en soi une bonne raison de le virer en 2012. 


                                                  • anty 14 décembre 2011 19:12

                                                    De tout temps les pouvoirs politiques essayaient de redorer l’image de la police.Ainsi sous hitler
                                                    on inventait même des jeux éducatifs pour les enfants qui mettait en scène le gentil schupy(policier) aidant les civils.Ces mêmes schpo s’illustrèrent un peu plus tard en Europe de l’est comme des salauds en tuant des milliers de personnes.

                                                    Il est juste à signaler que la police , la gendarmerie et la justice française ont colaboré étroitement avec l’occupent nazi.
                                                    Tous ces gens n’ont jamais répondu devant la justice à la libération on préféra s’acharner sur les femmes(20 000) en leur tondant les cheveux


                                                    • Fergus Fergus 14 décembre 2011 22:37

                                                      @ Anty.

                                                      On ne peut pas généraliser : des policiers et des gendarmes ont également contribué, parfois directement, parfois de manière détournée, à la résistance ou à l’exfiltration de Juifs. Mais il faut bien reconnaître qu’ils n’ont pas été très nombreux, sans doute par esprit légitimiste envers le gouvernement de Vichy. Un défaut très militaire.


                                                    • Nums Nums 14 décembre 2011 19:29

                                                      Bonsoir Fergus,


                                                      Je ne suis absolument pas surpris de ce qu’il vous est arrivé.

                                                      Je pourrais à mon tour livrer plusieurs anecdotes au caractère inacceptable qui me sont arrivées mais ça risquerait d’être un peu long. Aussi, je vais plutôt « la faire à l’envers » (comme on dit) et en raconter une positive (la seule et unique) et qui m’a tout bonnement fait halluciner.

                                                      J’étais ado, je circulais en scooter et je cherchais mon chemin. Je m’arrête sur le trottoir pour consulter un panneau sur lequel figurait un plan de la ville. J’avais la vue cachée par le panneau et soudain quatre flics en uniforme apparaissent sur ma droite.

                                                      Je me mets à bondir par réflexe (tellement habitué aux contrôles version Far West) et l’un des gus me dit :

                                                      « Monsieur bonjour, est-ce qu’on peut vous aider ? » 

                                                      Stupeur, incroyable, hallucinant et surtout surprenant car complètement inattendu.

                                                      Bref,

                                                      Il n’empêche que, selon mon point de vue, il y a un problème relationnel entre les forces de l’ordre la population, voire un (vaste) problème tout court. Ca date d’avant Sarkozy à l’intérieur et c’est typiquement franco-français. 

                                                      • Fergus Fergus 14 décembre 2011 20:07

                                                        Bonjour, Nums.

                                                        Merci pour ce témoignage : il montre que, contrairement à ce que croient certains d’entre nous, il existe également des policiers courtois au service de la population. Puissent-ils servir d’exemple à ceux de leurs collègues dont le comportement est nettement plus discutable.


                                                      • Taverne Taverne 14 décembre 2011 19:33

                                                        Salut Fergus. Ce qui me choque le plus dans ton témoignage, c’est la demande de la préfecture adressée à ton patron pour te sanctionner. Un fonctionnaire de Vichy n’aurait pas moins.


                                                        • Fergus Fergus 14 décembre 2011 20:08

                                                          Bonjour, Paul.

                                                          J’ai trouvé cette démarche particulièrement choquante, moi aussi. Mais également grotesque car elle n’avait pas l’ombre d’une chance d’aboutir.


                                                        • brieli67 14 décembre 2011 19:34


                                                          IL N EST PAS INTERDIT DE PHOTOGRAPHIER LA POLICE

                                                          vu 53,663 fois

                                                          ne vous gênez surtout pas, ayez le réflexe facile.



                                                          • Fergus Fergus 14 décembre 2011 22:41

                                                            Bonsoir, Brieli.

                                                            Excellente combine pour visiter un commissariat et, le cas échéant, une cellule de garde à vue...


                                                          • wesson wesson 14 décembre 2011 19:58

                                                            Bonjour Fergus,

                                                            je complèterai votre propos en disant à quel point Nicolas Sarkozy est responsable de la très forte dégradation de l’image des forces de l’ordre, et cela par le biais de décisions purement politiques.

                                                            Il y a par exemple eu l’explosion du nombre de garde à vue qui est un conséquence directe de la politique du chiffre. Pour motiver les pandores, des primes ont été calculé en fonction du nombre d’affaires élucidées. Hors, une personne gardée à vue est considéré comme une affaire élucidée. Bref, pour améliorer les chiffres d’un poulailler, il suffisait de faire quelques gardes à vues de plus, et bonjour les primes.... jusqu’à ce que l’Europe vienne - pour une fois - y mettre bon ordre.

                                                            Autre chose aussi qui a bien envenimé la relation police/citoyens : Le délit d’outrage. Depuis que la justice a reçu pour instruction de donner des dommages et intérêts à tout policier s’estimant victime d’un délit d’outrage, ils s’en sont donné à cœur-joie.

                                                            Il y a eu aussi la fusion police/gendarmerie, prétexte pour réduire les effectifs et aussi n’avoir qu’un corps des forces de l’ordre si les choses tournent mal, etc etc. Tout cela ayant conduit à faire que la police est crainte et surtout détestée. Et le pire, c’est que tout ces policiers qui ont applaudi à l’élection de Sarkozy, à ses primes à la GAV et à toute la quincaillerie qu’on leur a promis (flashball, fusil à pompe) se sont pris pour des cowboys au far west, se coupant petit à petit de la population, rendant leur tâche chaque jour plus difficile, et ne se sont pas aperçu que c’était eux aussi des fonctionnaires dont on supprime massivement les postes.

                                                            Les flics ont été les idiots utiles de cette politique ultra-sécuritaire, qui au final ne leur aménera rien de bon !


                                                            • Fergus Fergus 14 décembre 2011 20:16

                                                              Bonsoir, Wesson.

                                                              D’accord avec ce constat. Et avec sa conclusion : les flics ont effectivement été les « idiots utiles » de la politique sécuritaire. Le problème est qu’ils s’en sont rendu compte, d’où le divorce grandissant entre Sarkozy et les policiers.


                                                            • Fergus Fergus 14 décembre 2011 22:44

                                                              Bonsoir, Orion.

                                                              Eh oui, le revers de cette politique est qu’elle libère les malfaiteurs : tant que les flics sont occupés à faire du PV, ils n’enquêtent pas sur les délits.


                                                            • armand armand 14 décembre 2011 20:45

                                                              Fergus,

                                                              Si je comprends bien, on peut me biffer mon mouvement d’humeur à l’encontre de ce « révolté » de m...de et laisser ses posts qui en appellent à l’assassinat. Si vous ne vous en occupez pas, j’alerte la modération.


                                                              • Fergus Fergus 14 décembre 2011 22:46

                                                                @ Armand.

                                                                Faites comme bon vous semble, mais à votre place je laisserais cet internaute à ses excès : qui prend ce type de commentaire au sérieux ?


                                                              • Perceval Perceval 14 décembre 2011 21:22

                                                                « J’ai notamment rappelé à ce gendarme qu’en termes de mission, Vigipirate avait pour vocation de faire de la prévention anti-terroriste et non de la police des chemins de fer dès lors qu’il n’y avait ni agression, ni trouble manifeste à l’ordre public, ni danger immédiat pour quiconque. »


                                                                Ca doit être super agréable de se faire expliquer le but de sa mission par un inconnu qui vient se mêler de ce qui ne le regarde pas. C’est malheureusement très fréquent dans la profession. Des types qui sortent de nul part et débarquent d’on ne sait ou pour te débiter leur moral gauchiste, sans connaitre les tenants et les aboutissants d’une intervention. Des plaies en somme...

                                                                Sinon quel est le but de l’article ? Dire qu’il y a des cons dans la police ? Quel scoop ! Comme partout j’ai envie de vous répondre. La prochaine fois que vous serez confrontez à un boulanger désobligeant ou à un mauvais chauffeur de taxi, épargnez nous la ponte d’un article aussi inutile que discriminant.

                                                                • Radix Radix 14 décembre 2011 22:20

                                                                  Bonsoir

                                                                  « Sinon quel est le but de l’article ? Dire qu’il y a des cons dans la police ? »

                                                                  Non, non, pas du tout, l’article suggérait simplement que là, ils sont une espèce protégée où ils prolifèrent !

                                                                  Radix


                                                                • Radix Radix 14 décembre 2011 22:40

                                                                  Et dégonflés en plus !

                                                                  Radix


                                                                • Fergus Fergus 14 décembre 2011 22:56

                                                                  Bonsoir, Perceval.

                                                                  La seule fois de ma vie où je suis intervenu auprès d’un policier pour lui rappeler sa mission a été celle-là, et uniquement parce que cet officier, qui manifestement s’emmerdait en patrouillant, avait décidé de faire chier ce Tunisien sans le moindre motif sérieux. C’était inacceptable, et je l’ai d’autant moins supporté que j’étais alors membre d’Amnesty International et informé de situations d’abus de ce genre qui dégénéraient.

                                                                  Quant au but de l’article, il consiste tout simplement à dire aux policiers et gendarmes dont la majorité font correctement leur boulot qu’il y chez eux des collègues ou de subordonnés dont le comportement laisse à désirer, et de cela tous pâtissent en termes d’image ce que je regrette sincèrement. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès